Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps.
Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:44 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:41 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin. Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde. Elle, elle lit. L’indifférence du monde. Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:41 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée. Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin. Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde. Elle, elle lit. L’indifférence du monde. Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:20 par FB sur La vie à deux

Sa couleur (chapitre deux)



Elle pousse la porte, l’aperçoit et lui sourit. Il rend le sourire tout heureux de la revoir. Elle lui fait négligemment une bise et discrètement une caresse furtive puis s’en va saluer le patron à qui elle remet son petit Tupperware dont elle a cuisiné le contenu : Un lapin à l’ indienne. Ils en avaient parlé lors de sa première fois de cette passion commune pour la cuisine et elle avait promis d’en apporter un échantillon. Et elle tenait toujours parole. Sur ces entrefaites, Rémi est parti s’occuper d’une autre cliente. Elle prend une revue sur la table basse, s’assied et attend patiemment qu’il puisse s’occuper d’elle. ...

Au bout d’un petit moment, ayant fini de s’occuper de l’opulente dame, il vient la chercher pour qu’elle s’installe. Espiègle, elle lui laisse le choix le mettant au défi de réaliser quelque chose d’unique. Il l’observe longuement sous tous les angles et finit par se décider sur la couleur de la coiffure qu’il va lui concocter. Tout en travaillant, ils parlent de sujets divers sans jamais se lasser. Ils trouvent toujours un sujet ou l’autre à débattre. Tout en discutant, elle remarque des petits détails qui lui dessinent un sourire mutin tel, par exemple, la chemise à pressions, noire, ouverte, et dont elle voit son torse. Sa trousse à matériel de coiffure non accrochée,ou du moins pas au même endroit. Et encore, était-ce bien le bon souvenir ? Elle ne s’en rappelle plus ! Quelque peu perturbée, Alessia.

Leurs regards chargés d’intelligence coquine en disent plus long qu’un grand discours...
Une chose est sûre, une douce complicité les réunit, un tendre feeling. Ils se plaisent. Ils rêvent juste un moment , un long moment, une heure voire un peu plus. Il lui dit qu’il a hâte d’être en vacances car il en peut plus. Il a envie aussi d’évoluer, de changer d’endroit, monter sa propre affaire. Elle acquiesce compréhensive.
Elle le trouve doué, intelligent, charmeur, drôle...Et des mains d’argent
Il son chewing-gum, elle boit le cappuccino qu’il lui a apporté. Elle l’observe, le dévisage, encore et encore. Il y a quelque chose qu’elle ne peut s’expliquer...

Juste , un charisme une complicité , une séduction qui s’installe
Il la regarde et imagine qu’l lui prend la main, l’installe sur un fauteuil pivotant, passe ses jambes et se retrouve assis sur elle, met tant ses mains dans ses cheveux et les respirant...
Puis il l’embrasse sur son nez, et le coin de sa bouche juste pour lui donner envie aussi de l’embrasser.
Elle lui résiste mollement, et, ses yeux pétillant de malice, sort la langue pour en humecter ses lèvres .Rapide, il l’enroule autour de la sienne,et goulument il la déguste.

Il passe ses mains dans son dos, et dégrafe adroitement son balconnet. Prend un des seins, ainsi libérés, dans sa main et taquine l’aréole de son index jusqu’à ce que la poitrine se dresse. Puis entreprend de faire de même avec l’autre jusqu’à ce qu’il durcisse..Parcourt les mamelons de sa langue jusqu’au sommet où il happe et aspire avec délicatesse les tétons.
Elle savoure chaque caresse et se retient de gémir. Elle se colle de plus en plus contre son corps déjà en fièvre.Il va de découverte en découverte, en léchant chaque grain de beauté jusqu’au dernier qu’il déniche sur sa hanche gauche.

Elle brûle du désir de se donner entièrement à lui...
Le téléphone sonne, il n’a pas envie de décrocher. Il veut prolonger ce moment unique.
Il sonne toujours, avec insistance. Ça l’agace, il ne peut se concentrer. Finalement, il soupire, demande de l’excuser et s’en va répondre.
Cela paraît sérieux, elle ne peut s’empêcher d’écouter même si elle fait semblant de regarder ailleurs.Il raccroche, la regarde sérieusement, puis éclate de rire. Elle ne comprend plus rien. Il lui explique alors qu’il a oublié un rendez vous. Une coupe à faire ...Chez une amie.......Mais il a promis et doit y aller quand même ...
Déçue, elle fait semblant de comprendre, même si son string en est déjà bien mouillé et que l’ardeur de Rémi est encore visible. Elle sait qu’ils ne continueront pas.La situation est baroque et ils sont aussi gênés l’un que l’autre. Il se regardent en silence un long moment, puis Alessia le rassure en posant sa main sur son bras. Elle l’embrasse sur la bouche une dernière fois...
Il a envie de lui dire , qu’il veut la revoir,car ils ne se verront pas avant longtemps. Lui doit partir en vacances, mais n’oubliera pas de lui donner son adresse mail. Elle sourit tristement et lui donne la sienne. Puis, elle s"évapore rapidement devant lui, un peu trop rapidement à son goût. Mais il la laisse partir à contre cœur et il ferme le salon.
Sam 26 Mars 2011, 09:51 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Amour à mâcher

Parfois, avec l’expérience, on en vient à douter de beaucoup de choses. On revient de tout. Il en va ainsi de l’amour. L’amour est parfois comme un chewing-gum : on voit son emballage, on nous en vante les mérites, on veut nous le faire goûter : pas de problème, le vendeur ne lésine pas sur la pub, elle vous suit partout, jusque dans votre boîte-aux-lettres, on vous relance par téléphone. On résiste, on refuse et puis, finalement, on craque. Tout neuf il a beaucoup de saveur, mais très vite, il devient insipide jusqu’à ce que, finalement, arrive l’amertume. Quand on se rend compte que c’est un ersatz de douceur, qu’il n’y a rien au fond qu’un bout de pâte indigeste, un leurre... Quand très vite vient la lassitude, le ras-le-bol de r à vide, le dégoût nous prend et on veut s’en défaire. Bref, on le jette. Hélas ! Rien de pire qu’un vieux chewing-gum mâché, malgré tous nos efforts : il colle à la semelle...
Mar 30 Mai 2006, 18:09 par dolce vita sur Mille choses

Amourir

Cet amour qu’on ,
comme un bonbon mou,
un jour nous lâche,
en nous bousillant les dents !

On le suce sans relâche,
insipide, trop sucré,
et parfois même, il faut le dire,
carrément dégueulasse.

Cet amour qu’on ,
n’est rien, absolument rien.
Seul compte le fait qu’un jour
toujours, il nous fâche !

Cet amour dont on se détache,
dans notre humaine vie de taches,
n’existe qu’une fois dans sa vide de tache,
car mourir, est son avide tâche !
Jeu 04 Mars 2004, 21:23 par PetitPrince sur L'amour en vrac
Page 1 sur 1

Ecrire sur mâche

Ecrire sur mâche Dans le train, Dans le train, Dans le train, Dans le train, Sa couleur (chapitre deux), Amour à mâcher, Amourir,
Il y a 7 textes utilisant le mot mâche. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred MUSSET (de)
Pocket
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Extases de femmes
COLLECTIF
Pocket
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
Proposition perverse
Guillaume PERROTTE
Pocket
L'eau à la bouche
Anne BERT
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

saint Paul.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 16 Déc 2017, 04:19
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1233 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Nico
  • Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 2 Invités et 2 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google , MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite