Ma délicieusement sensuelle...

Ton corps je le connais si bien, je l’ai dessiné avec mes mains, et comme je le désire...je veux y laisser l’empreinte du mien.
La saveur, la de ta peau sur mes lèvres, sur ma langue, et comme tu me troubles...
Tout en toi...toi...tu es un délice pour mes sens; je te caresse, je te respire, j’écoute tes soupirs, mes yeux s’égarent....maintenant je te goûte longuement...je laisse ton désir prendre son temps...
Je t’éprouve mais si tendrement que tu t’ouvres...et ce sourire, le tien, celui que tu m’offres, tes mains qui s’accrochent au drap, ton corps qui se tend...qui m’invite, ton entrecuisse qui vient au devant de mes lèvres. Tes mots, tes gémissements me le disent...doucement je te mène au plaisir.
Ta jouissance, je la bois, je la cueille, là au plus profond de toi...et comme je l’aime ton plaisir.
Mer 27 Avril 2005, 22:44 par danslalune sur Les liaisons sulfureuses

Ma première déclaration à Bénédicte...

Tu sais, Cupidon a décoché sa flèche !
Au delà de l’Amour,
Ecrire m’amènera peut être près de toi, un jour,
Tel le feu enflamme la mèche.
Comme tu vois, je laisse ma plume aller,
Et ma plus franche audace s’ennivrer.
"Je viens de Mars, toi de Vénus"
Je n’ai pas assez chaud ! puisse-tu, alors
me donner plus de comme tu fais lorsque
tu me souris.
Puisse-tu me donner de la profondeur comme celle
de ton virvoltant regard,
Puisse-tu comme sur ta Vénus, telle une cocotte minute,
faire jaillir des pluies de bonheur et de hazard.
Tu sais, les Amoureux sont toujours intimidés,
Et comme, sur ta planète ! tu m’as brûlé, j’ai la voix coupée.
Comment guérir, alors, je ne peux plus parler,
Juste t’écrire, te raconter,
Que l’été pousse tout à chacun à redevenir fringant ??
Où qu’une fois seulement aura suffit ??
Une fois aura suffit seulement,
Pour savoir si, c’est avec toi que je partagerais ma vie.
Quand notre premier regard a casser la monotonie du temps,
Ce n’est, non !! pas l’été, ni la de ma planète
Qui m’a fait fait en si peu de journées, perdre la tête.
Non, ni je ne rêve, non ni je ne joue, l’Amour
est un trop précieux moment.
Alors si comme moi, tu veux partager les clés du bonheur,
Même si je sais, que parler d’Amour
au bout d’une semaine, est abusif !
Ne t’éloignes pas, ni ne te caches, ni ne me griffes
Dis moi ! c’est difficile, mais sans peur,
Dis moi ? "Veux-tu devenir ma pile, mon attache, mon coeur...

Vincent
Sam 16 Avril 2005, 16:19 par Vincentblue sur Parler d'amour

Rêve ou réalité

Pour celle qui m’a fait découvrir ce site... Elle trouvera suffisamment d’indices dans ce texte pour se reconnaitre...

Les 4 premiers vers sont de Musset... Ils ont été une révélation pour moi et j’ai décidé quelques jours, après les avoir lus, d’en écrire une suite personnelle...

"Une heure est à Venise, heure des sérénades,
Lorsqu’autour de minuit, sous les sombres arcades,
Les pieds dans la rosée, et son masque à la main,
Une nuit de printemps joue avec le matin."

"Tourbillon de la vie, mélangeant nos désirs,
L’Amour nous réunit, à chacun de saisir
Le trait que Cupidon, invisible nous lance.
Le cœur battant plus fort, imprime la cadence
Qui régit chaque instant d’un quotidien morose.
L’aube déchire enfin d’une lumière rose
Le manteau cotonneux qui masquait l’horizon,
La m’envahit et je perds la raison,
Ma vision me trahit : Venise est à Paris !
D’un jardin endormi, une nymphe me sourit…
Je dépose cape et masque à ses pieds aussitôt
Si ces vers lui ont plu, elle le dira tantôt,
Des années de perdues à caresser l’espoir
De sauver un amour pâlissant dans le noir.
Ayant cru trouver la Pierre Philosophale,
L’Alchimie délicate s’est avérée fatale.
Deux cœurs se sont brisés, retombant dans l’oubli,
Le voile est déchiré, séparant de ses plis,
Deux amants enlacés que l’amour a quittés.
Le Temps a fait son œuvre, l’Hiver après l’Eté.
Mais la flamme magique qui sommeille dans mon cœur
Attendit le signal du retour au bonheur."

J’y ajouterai en guise de dédicace codée :

"Merci pour vos messages et pour leur contenu,
En un mot comme en cent, merci Douce Inconnue.
Pour terminer enfin avec toutes ces rimes,
Acceptez cet hommage en gage de mon estime."
Jeu 03 Fév 2005, 22:03 par Vénitien sur La séduction

A celle qui se reconnaîtra ...

A force d’écrire notre fiction, je me suis retrouvé au milieu du Parc aux Mille Arbres. Il frémissait de ses millions de feuilles nouvelles, promesses de fleurs et de fruits. Tu es là, assise sur mon banc favori au milieu de cet espoir de beauté, de vie et de moments heureux. Tu es là, un peu mélancolique, tes jours heureux se sont fait attendre. Moi, je n’écris jamais sur un autre banc et c’est toi qui l’occupe.

Nous sommes en plein été, il fait chaud, tu as choisi une blouse et une jupe amples, une jupe légère, évasée, un t-shirt qui ne révèle pas trop que tes seins n’ont guère besoin d’être soutenus. Toute la journée, ton corps nu sous le tissu a savouré les caresses d’une brise légère.

Tu aimes les mains des hommes sur tes chairs sensibles et inflammables. Tu aimes leur rudesse, leur force, leurs étreintes. Cependant, tu rêves aussi d’une douceur inégalée, la douceur jamais oubliée des mains de ce pianiste qui a été le premier à te dénuder, à dessiner ton corps à même ta peau. Tu avais quinze ans, il t’a laissée intacte, t’a rhabillée et s’est enfui, taraudé par la peur que tu le dénonces. Comme tu t’es moquée de lui avec tes premiers amants! Depuis plusieurs années, tu le regrettes.

Le Parc aux Mille Arbres est le plus beau parc de la ville, son fleuron. Tu t’y sens redevenir pleinement toi-même. Tu avais seize ans la première fois que tu as réellement pris conscience de l’attrait que tu exerces sur les hommes quand tu déploies les ailes de ta beauté.

Aujourd’hui, ce sont les ailes de la nuit qui nous envelopperont. Quelques minutes avant l’heure de la fermeture, je t’entraîne dans un recoin qui était ma planque secrète quand je n’étais qu’un enfant qui aimait se dissimuler.

Mes mains se glissent sous tes vêtements, ta peau est si douce ... Tu te serres contre moi, je t’enlace par derrière, mes bras sur ton ventre nu. Je mange ton cou à grande bouche, ma langue redessine ton menton et tes lèvres, plus longuement. Tu te laisses aller sur moi, tête en arrière, yeux fermés ... Tu savoures ce moment de calme avant la tornade qui nous emportera bientôt.

Débarrassée de tes frusques, la de tes fesses nues m’embrase jusqu’au ventre. Ce parc s’appellera-t-il un jour le Parc aux Mille orgasmes?
Mer 26 Jan 2005, 12:55 par Franck d'Yseult sur Les liaisons sulfureuses

Le rendez-vous de la peau

J’enlève ses vêtements. J’enlève les miens. Nous sommes nus l’un en face de l’autre dans la pénombre d’une pièce. C’est la première fois tout les deux.

Ma main prend la sienne, je l’attire contre moi. Je sens d’abord sa cuisse contre la mienne. La tiédeur du contact est une souveraine libération. Son ventre vient ensuite se coller contre le mien. Je devine la qui s’en empare. Et lorsque ses seins s’écrasent contre mon torse, je perçois leurs rondeurs, leur lourdeur, leur . Il n’existe rien de plus intense que le moment où les peaux se parlent pour la première fois. Comme un premier rendez-vous.

La main découvre alors les courbes, affine cette première sensation que le corps entier vient de goûter. La main plus précise dans ce qu’elle touche, témoigne d’autant plus la passion a l’endroit ou elle se pose. La main, curieuse, s’attarde pour comprendre la forme qu’elle épouse et qui lui plait. La main écoute tout autant qu’elle parle. Elle sent tout autant qu’elle touche. La main à ce moment là est le premier ambassadeur du cœur de celui qui la guide. Elle est la plus proche confidente du corps sur lequel elle se pose.

Dans cette chambre où nous allons nous aimer, je lui donne un baiser. C’est un baiser contenu, un baiser qui la goûte, un baiser qui la rassure, un baiser qui l’invite, un baiser qui la respecte, qui lui dit que je la trouve belle, un baiser qui la veut. C’est tout ça dans un seul baiser.
Sam 22 Jan 2005, 12:07 par PetitPrince sur Les liaisons sulfureuses

Elle s'approche...

PetitPrince m’a demandé de parler de la technique utilisée dans le texte "Elle s’approche" que j’ai mis en ligne, il y a quelques jours. Expliquer les mécanismes d’une poésie n’est pas très simple. Il ne s’agit pas forcément de règles prédéfinies. En fait, lorsqu’on rédige, en tout cas pour ce qui me concerne, on y incorpore un vécu à l’écriture et un ensemble de règles qui nous appartiennent, et qui ne sont pas forcément des exemples à suivre.

Tout d’abord, voici le texte :

Elle s’approche...

Elle s’approche avec prudence
Se retourne une dernière fois
Relève le col de son manteau
Sa main gantée saisit une sorte de griffon de cuivre et frappe sur la porte en bois

Trois coups brefs...

Des pas... puis le silence

Elle saisit une petit clef en argent qui se trouve au creux de son cache-cœur
Elle fait jouer la serrure d’un geste huilé

La porte s’ouvre.

Une odeur d’encaustique et le bruit d’un piano dans le fond du salon

On joue la valse en fa dièse mineur de Frédéric Chopin

Elle marche avec assurance
Ses talons aiguille picorent le parquet ciré
Quelques lattes de bois miaulent...

Rythme à trois temps...

Elle fait glisser son manteau
L’abandonne sur le sol
Puis déclipse son corsage en dentelle
Il glisse le long de ses seins puis tombe inerte dans un feulement de caresse de bois.

On la regarde.
On continue à faire jouer des doigts sur l’ivoire et l’ébène

Elle sourit, puis dégraffe sa jupe...

La voilà presque nue
Bercée par la musique
Elle chaloupe dans la pièce. Sa peau se hérisse. Sa bouche s’humidifie.

Silence.

Seul le rythme de son cœur.

Le clavier se referme.

Elle cherche du regard
Voit une ombre qui se faufile, qui disparaît, qui se désincarne...

Elle reconnait le goût du souffle dans son cou
La pulpe d’une main
Quelques mots murmurés à ses reins

Silence

Des mains apprivoisent son dos, ses hanches, ses jambes, sa moiteur...

Silence

Désir ardent de silence
De quiétude
D’émotions
Et de qui s’engouffre dans les pores de sa peau

Elle vit le partage comme une sève qui monte
Comme l’ultime chavirement toujours recommencé.

© obni - Septembre 2004

------------------------------------------------------------

Maintenant, quelques pistes techniques utilisées.

L’idée de ce poème était de raconter une histoire où 2 personnages se retrouvent pour se désirer dans une sorte de parade rituelle où se mêlent l’éveil puis la progression de leurs émotions. Je souhaitais que ce texte parle aux 5 sens, à la fantasmagorie et aux pulsions rythmiques du corps.

Les 5 sens devaient être en éveil et à l’écoute.

Pour ce faire, j’ai utilisé un certain nombre de mots proches de ces réseaux lexicaux.

Pour le toucher : main gantée - elle saisit un griffon de cuivre -elle frappe à la porte en bois - elle saisit une petit clef en argent- Elle fait jouer la serrure - Sa peau se hérisse - La pulpe d’une main - la qui s’engouffre dans les pores.

L’odorat : geste huilé- Une odeur d’encaustique - le parquet ciré.

L’ouie: Trois coups brefs... - Des pas - le silence - le bruit d’un piano - On joue la valse - Ses talons aiguille picorent - Quelques lattes de bois miaulent - Rythme à trois temps - feulement de caresse de bois - à faire jouer des doigts sur l’ivoire et l’ébène. Bercée par la musique - Silence. - Seul le rythme de son cœur.- Le clavier se referme.- Quelques mots murmurés - le goût du souffle - Désir ardent de silence.

La vue (voyeur): dans le fond du salon - Elle fait glisser son manteau - Puis déclipse son corsage - Il glisse le long de ses seins et tombe - On la regarde - elle dégraffe sa jupe - Elle chaloupe dans la pièce - Elle cherche du regard - elle voit une ombre.

Le goût : Sa bouche s’humidifie -Elle reconnait le goût - sa moiteur


Détournement de certains verbes (ou mot) "animaliers " pour les rendre proches de l’émotion :

Ses talons aiguille picorent le parquet
Quelques lattes de bois miaulent...
Dans un feulement de caresse


Évoquer le désir et la sexualité de façon très suggérée

Elle chaloupe dans la pièce (de son point de vue)
....comme une sève qui monte (du point de vue de son amant)


Utilisation de mots ou d’accessoires liés aux désirs et aux fantasmes (avec une progression dans l’émotion) :

une petit clef en argent qui se trouve au creux de son cache-cœur
Ses talons aiguille
corsage en dentelle
on continue à faire jouer des doigts
Elle sourit, puis dégraffe sa jupe...
La voilà presque nue
Sa peau se hérisse
Sa bouche s’humidifie.
Des mains apprivoisent son dos, ses hanches, ses jambes, sa moiteur..
Désir ardent

Enfin le cadre de l’histoire devait évoquer le mystère et l’interdit, peut-être le rituel

Elle s’approche avec prudence
Se retourne une dernière fois
On la regarde. On continue à faire jouer des doigts sur l’ivoire et l’ébène
Elle voit une ombre qui se faufile, qui disparaît, qui se désincarne...
Quelques mots murmurés à ses reins
Seul le rythme de son cœur.
Elle vit le partage

Le tout devait baigner dans une ambiance musicale et sonore pour mettre en lumière les rythmes des corps.
On joue la valse en fa dièse mineur
Trois coups brefs
Des pas puis le silence
Rythme à trois temps...
tombe inerte
Bercée par la musique

Le rythme est soutenu tout au long du récit par des ruptures et des points d’arrêts. Les phrases sont tantôts très courtes, tantôt plus descriptives et longues. La sensualité s’exprime comme cela ici.
Ven 10 Sep 2004, 18:44 par obni sur Articles

Missive ennivrante

Ce matin, comme tous les matins, je vais chercher le courrier dans la boîte. Des publicités, des factures et une enveloppe différente...avec ton écriture. Mon coeur bat plus vite et je brûle déjà rien qu’à deviner tes mots. J’ai déchiré l’enveloppe en une seconde et je te lis:

    "Adieu juillet, août et mois d’été censés illuminer nos corps d’une ardente. Voici septembre et ses cartables, le mois le plus tendre comme le chantait Nougaro poète devant l’éternel, parti rejoindre ses pairs là-haut dans le ciel.

    Qu’il est doux ce rayon de soleil qu’une légère brise ballaye furtivement sur nos corps allongés côte à côte. Pas un bruit, pas une âme à la ronde. Rien que toi et moi jouissant pleinement de ces instants d’amour. Seul le cours d’un ruisseau rompt le silence. Quelques oiseaux piaillent sur une branche dont les feuilles jaunies frémissent sous éole comme ta peau le fait sous mes tendres caresses. Mes mains, ma bouche ne se lasseront donc jamais de te couvrir de délices?

    Dans tes yeux, je devine la voûte céleste, parsemée de nuages qui chagrinent ton âme. Le souffle de mon corps tente de les chasser de ton horizon, l’instant de notre rencontre. Je voudrais tant que les aiguilles s’arrêtent pour mieux jouir de ces tendres moments. Mais ce serait déraisonnable de se retrouver dans une cage. Le temps éroderait cette envie de te conquérir à chaque instant, et je te perdrais à jamais. Nous aimons trop la vie, la mordre à pleine dents pour sombrer dans la monotonie. Te séduire et te conquérir dans mon jardin secret, telles sont mes maîtresses pensées."


Je suis émue et touchée, ma journée se trouve soudain illuminée! L’écho de tes mots résonne en moi et je sais qu’il me suivra toute la journée comme un délicieux refrain. J’attends fébrilement le moment où, libre de toute autre préoccupation, je pourrai me poser,seule avec ma plume et mes mots pour te répondre d’aussi jolie manière...j’espère!

Syolann
Jeu 02 Sep 2004, 12:46 par syolann sur Un monde parfait

Promenade.

Quel délice de l’accompagner dans ses balades estivales chaque matin. Un vrai régal. Elle ne marche pas, elle vole. Son corps si menu, ses mains si fines, ses lèvres fraîches et tendres sont la representation même de la perfection.
Aujourd’hui, elle a envie de parcourir les rues pavées de l’ancienne ville. Elle s’est vêtue d’une petite robe légère qui lui fait une seconde peau quand le vent frippon la colle contre son corps. Par une de ses courbes, pas un seul de ses muscles ne peut échapper au regard. En cette fin de matinée, une bise légère nous accompagne. De temps à autre, elle se glisse entre ses cuisses, remonte doucement et soulève un pan de sa robe, décachant ses jambes café au lait. A d’autres instants, c’est à son décolleté qu’elle s’attaque, écartant le tissu qui repose sur ses petits seins en pomme.
J’aimerais tant qu’elle me serre dans ses bras, qu’elle me tienne au chaud contre ses seins ronds et moelleux, qu’elle me laisse humer son parfum, gouter son cou... parfois elle se laisse faire. Quand ma langue passe sous son menton, ça la fait sourire, je la chatouille me dit-elle.

Allez, j’utilise les grands moyens! Je me fige, je ne veux plus avancer, pas tant que je n’aurais pas senti la de ses mains sur moi!
Elle se baisse, passe ses doigts entre mes oreilles, me sourit, elle a compris.
"Petit polisson, tu ne veux plus te promener? Je vais devoir te porter jusqu’à la maison? Aurais-tu envie de te faire cajoler ?"
Elle comprend toujours ce que je veux, elle a du être chien dans une autre vie.

Ils ont tous la langue aussi longue que la mienne... il faut dire que penchée sur moi pour me caresser, le spectacle de la naissance de ses seins n’étaient pas qu’un plaisir pour moi! Aucun passant n’avait manqué ce délice, ni les clients du bistrot face à nous d’ailleurs. Aucun des clients du bar derrière non plus. Tous avaient vu le temps s’arreter quelques secondes, contemplant ce morceau d’eden qui se déployait devant eux.
Elle me prit à bout de bras, me serra contre sa poitrine parfumée à la rose, j’y passai ma langue légèrement, elle rigola. Elle était heureuse, j’étais au paradis, ils étaient sans voix.
Jeu 26 Août 2004, 20:49 par la marquise de sade sur Exercices de style

Je rêve

Je rêve de ton corps chaud qui se cambre. Poser mes mains, ma bouche sur ton ventre. Mes mains remontent, douces et fortes. Ma bouche descend, avide, gourmande. La fièvre monte en toi. Hâte de me sentir là où tes sensations sont si fortes. Ton corps se cabre en un lancinant désir. Voilà j’arrive ... Le bout de mes doigts découvrent la rondeur de tes seins dressés. Mes lèvres effleurent ton pubis, devinent le nec-tar né de ton sexe. Ton cœur palpite, tes tétons durcissent, tes cuisses s’écartent. Tu poses tes mains sur mes épaules et de toutes tes forces tu me pousses vers le sanctuaire de nos plaisirs partagés ... Je plonge! Mes mains prennent tes seins, les recouvrent de caresses. Ma bouche sur tes lèvres qui s’ouvrent, ferme tes yeux. Tu gémis doucement, le bonheur monte, irradie, envahit ton corps entier. Tu es un feu impatient de me dévorer quand je serai en toi, éperdu, fou, abandonné. Ma langue s’insinue, tes lèvres s’écartent sous elle. Ton clito durcit sous la pointe de ma langue. Je te savoure, c’est si bon! Je te dévore à pleine bouche, c’est si enivrant! Tu sens un premier orgasme s’approcher, tes reins se creusent, ton bassin ondule, tu te mords la main pour ne pas hurler, de l’autre tu t’agrippes où tu peux, tu te sens em-portée par une telle violence que tes jambes cherchent à s’accrocher à moi. Soudain, cela explose en toi, c’est trop, le plaisir te transperce de part en part en une éternité de jouissance qui s’apaise trop vite pour t’épuiser, alors je remonte sans que ma bouche t’abandonne. Quand elle rejoint enfin la tienne, tu sens mon sexe te pénétrer lentement, écarter les parois de ton vagin en une promesse de bonheur plus fort. Je le remplis à fond, longuement, à grands coups de reins. Tu m’excites de ta bouche, de ta langue, de tes soupirs, de ton bassin lascif, de tes mouvements frénétiques, de tes ongles dans mon dos, de tes cris enfin. Plus vite, plus fort, toujours plus vite, toujours fort, je ne résiste plus, tu m’as imposé ton rythme effréné. J’éclate, j’explose tout au fond de toi, je m’écoule en un long jet chaud, je m’écroule sur toi ma dévorant.

Un bien-être à demi-oublié par des années de tristesse m’emporte loin dans un sommeil de rêve qui ne me sépare pas totalement de toi. Le temps se suspend, se fait silencieux et discret. Je le perds de vue …
Je sens ton corps se lever du lit, ton absence me réveille déjà! Tu te rends à la salle de bain te laver, le faire belle et pure.

*************************************************************************************
L’administrateur a écrit:
Cette partie du texte malgré sa relative beauté, est trop heurtante pour être autorisée en diffusion sur le site des âmes tendres. La laisser serait releguer le forum des âmes tendres au rang de site pornographique, ce qui n’est pas sa vocation.

Comme quoi, il est trés difficile de controler sa création littéraire et de naviguer sur les mots en tenant comptes des limites imposées.


*************************************************************************************


Je m’éveille au bord de l’étouffement, trop enfoncé dans mon oreiller dont j’ai cru la merveilleuse et qui n’était que la mienne. Cette main qui ... n’est aussi que la mienne, comme mes songes, qui un jour seront le limon d’une création qui engendrera des rêveries, si possible féminines. Elles ne seront cependant aussi lointaines que la rumeur d’une clameur qui s’élève, indistincte, vers le gardien du phare. Cet homme perce la nuit de sa lu-mière et rêve de la mêler à celle du soleil, qui peint de morsures ses persiennes fermées et de barreaux noirs sa couche abandonnée de toi.
Jeu 26 Août 2004, 07:27 par Franck d'Yseult sur Les liaisons sulfureuses

Mais encore

Très cher Professeur PetitPrince,


Votre brillante démonstration et votre judicieuse analyse de la petite mort ne m’ont pas laissée insensible, pour tout dire, j’en ai presque même la larme à l’oeil euh

Voilà de nombreuses années que j’étudie moi-même ce sujet, faisant moult expériences avec un panel varié de sujets de tout âge, de tout bord et de toute nationalité, et force m’est de constater vos dires.

"L’homme, après l’amour a une large tendance à piquer du nez! "

Je ne prends pas en compte dans ce cas-ci l’homme qui après avoir généreusement honoré et arrosé sa partenaire se laisse aller à un petit roupillon d’une ou deux heures, histoire de recharger les batteries et le reste pour repartir vers de nouvelles aventures! Non, je parle, du monsieur tout le monde, du gentil garçon qui après 10 minutes de brillants efforts s’endort comme une souche à coté de vous, vous laissant les cuisses ouvertes en attente comme on attend les soldes de juillet pour rhabiller la petite famille.
Que faire dans de tels cas ? Comme vous l’avez suggéré, il ne faut pas rester étendu, au chaud, sous la couette, profitant de la qui nous quitte lentement ( je parle pour le monsieur, car la dame, elle a toujours toute sa et fouille dans sa mémoire pour retrouver le numéro des pompiers pour éteindre l’incendie colere )
Malheureusement, certaines circonstances ou certains individus n’ont pas toutes les possibilités que vous avez proposées. Revenons-y plus en détails :

- allumer la chaîne : très bien très bonne idée... s’il y a une chaine ( sous tente, en hotel, dans les wagons couchettes, ... pas evident) et si le monsieur ou la dame à de bons gouts. Effectivement, à cet instant crucial où l’homme repu, attend que la machine biologique se remette en marche, il est hors de question que la dame, effrayée par le "petit bonhomme en mousse" se mette désespérement à chercher où a pu atterrir sa petite culotte dans le déshabillage passionné entamé 11min43 plus tôt, ni même qu’éblouie par la voix et le physique splendide de robbie Williams, elle se rende compte que le bedon avancé, la calvitie naissante, les fesses plates et le torse velu de monsieur n’étaient pas tout à fait ce qu’elle aurait espérer et qu’elle prétexte un rdv urgent chez le dentiste. Pour monsieur, les musiques techno où la choriste pousse des soupirs puissants et jouissifs peuvent sans doute faire bonne impression sur le voisin du dessous, mais mettre mal à l’aise votre compagne, qui jusqu’à présent n’a même pas eu le temps de dire "ouf", bien évidemment, les chansons romantiques seraient l’idéal... à condition qu’elles ne vous endorment pas oh

- prendre une douche : voilà une idée qu’elle est bonne! Et d’autant plus bonne, que votre peau a un gout salé du à la transpiration, que vos doigts sont légèrement pouasseux et que vos cheveux ruisselants vous collent à la nuque .... La douche s’impose! Mais améliorez là voyons! Ne partez pas égoistement vous offrir le jet rafraichissant de l’eau mais invitez votre compagne à vous y rejoindre... Caressez-la avec le gel douche fruit de la passion-myrtille-menthe, profitez vous aussi de ses mains douces... ça ne peut que stimuler votre nouveau désir pour elle, et entretenir le sien !

- Faire des pompes : si vous avez fait l’amour dans une salle de sport, pourquoi pas, vous pouvez même tant que vous y êtes utiliser un peu le rameur et faire travailler vos abdos... mais bon... l’image que vous rendez à cet instant n’est sans doute pas celle qu’attend la demoiselle allongée sur le lit, se languissant. Elle attend quelques témoignages de tendresse et non un remake de Rocky.


J’ajouterai à la liste quelques autres propositions :

- se servir à boire : à vous monsieur, et à votre partenaire, bien entendu ! Eviter les alcools qui vous donneront une haleine moins appétissante, privilégiez les jus de fruits, les boissons fraiches, etc.

- manger : une chose légère bien sur, un fruit, une friandise, ... qui peut de nouveau servir à quelques jeux érotiques, histoire de redonner la forme.

- la Tv : alors là, je dis "méfiance" !! Evitez le film x sur canal, qui pourrait mettre votre partenaire mal à l’aise, les compte rendu des match du foot du we qui risqueraient de vous passionner un peu de trop et Chasse et pêche qui ne fera qu’augmenter votre somnolence. Optez pour un zapping, pour quelques clips videos, quelques reportages pas trop interessants qui ouvriront un débat avec votre partenaire tout en vous laissant les mains libres pour vagabonder sur sa peau rolleyes


La marquise, pro fesseuse grin
Lun 16 Août 2004, 13:50 par la marquise de sade sur Le grimoire d'amour

En toutes lettres

Recentrons le débat, recommencons nos ébats
Enlève le haut, arrache le bas
Abats ton jeu, restons beats
Entamons le sabbat, laisse-moi baba.

Dans nos détresses, nos déserts
Je deviens ta déesse quand tes bras m’enserrent
Quand tes mots me caressent
Quand nos corps se redressent.

Si mes bras se baissent
Si ton brasier m’apaise
Eteins mes braises
Il faut que l’on baise!

Amour morte contre amour mûr
Passion passée pour saison osée
Chaleur alléchée, cruelle heure recherchée
Rencontre concoctée, ne pas renoncer

Si tes lèvres, tu me réserves
Si mes rêves, tu élèves
Dans mes vers je verse
Un peu de ma verve lésée
Jeu 05 Août 2004, 14:22 par la marquise de sade sur Les liaisons sulfureuses

Obsession

Des fraises à l’étalage
Brillent comme un hommage
Une tasse de chocolat
Pas aussi bon que chez toi
Une baguette de pain
Ce si beau lendemain
Une gorgée de bière
Comme si c’était hier
Des biscuits dans du lait
Je sais que ça te plait
Même un café corsé
Pour me garder éveillé

Tout, de ma vie, me ramène vers toi

Un ciel d’été gris
Marchons sous la pluie
De grands murs blancs
Un peu ton appartement
Ma chemise noire
Tes cheveux, mon espoir
Mon tee-shirt rouge
Ce canapé où tu bouges
Des photos un peu sombres
Tu marches dans mon ombre
Le teint de ma peau
…le teint de ta peau

Tout, ici, n’est qu’une copie de toi

La douceur de ta voix
Me renvoit mon émoi
La moiteur d’une nuit
De ta j’ai envie
Une odeur d’inconnu
Ton parfum revenu
Un rayon de soleil
Ton sourire au réveil
Un baiser par hasard observé
Tes lèvres au goût sucré
Deux yeux trop jolis
Ton regard qui m’envahit

Tout, même si loin, te fait vivre en moi

« …oh mon amour, oh mon amour,
oh mon amour je crève de ne pouvoir te toucher… »
Dim 01 Août 2004, 22:13 par la_tulipe_noire sur L'amour en vrac

Le coup de foudre ... Quel est cet émoi

Et oui ... brûlant car qui s’y frotte s’y pique ... Déflagration amoureuse née du hasard (... perso je crois pas au hasard, je pense plutôt qu’il y a les chasseurs et les lapins, mais c’est toute une philosophie ...), le coup de foudre, moment magique si intense et absolument inévitable, se joue le plus souvent en duo, parfois en solo ... Fugace, tenace ???


Quel est cet émoi ?

Certains spécialistes utilisent un vocabulaire du style "réactions chimiques, adrénaline, augmentation du rythme cardiaque, sensation de ...". Le coup de foudre, nous retiendrons cette invraisemblable hypothèse, est en général physique.

Mais alors, que fait-on du coup de foudre via Internet ... Echanges calfeutrés devant ordinateurs interposés, lumières douces et tamisés, musique de fonds ... Bon, évidemment cela ne peut être forcément réciproque ... Mais là, phénomène étrange, on n’est plus à deux ou en solo, on peut se la jouer trio ... ??

Enfin, bref, quoiqu’il en soit il ne se passe pas un mois voire une semaine sans que l’on apprenne un nouveau coup de foudre dans la presse people. Serait-ce à la mode ? Et si nous, Intenautes, lancions la mode des e-cf (non pas cf comme confère mais comme coup de foudre), un forum, des discussions et avec l’accord des auteurs, la publication de trois ou quatre échanges bien chauds, pas trop hard (protégeons nos petites têtes blondes);

De nombreux psy et sexologues (là, ça devient pour le coup plus intéressant), pensent que certains personnages de notre enfance jouent un rôle importnat et pourtant l’objet de votre désir ne ressemble ni à papa (maman), ni à oncle Gustave ou Tante Agathe (et heureusement pour nous ...). Nos fulgurances de coeur seraient-elles finalement de simples retrouvailles ?

A vous de nous le dire ... enfin, avec votre permission ...

A sens unique

Le coup de foudre ne vous a pas râté(e), vous l’avez frôlé ... si près qu’il est passé à un cheveu de votre cristallisation ... C’est la passion selon Stendhal. Vous êtes mal barré(e). Préparez une stratégie cheval de troie et infiltrer le bel éphèbe tant convoité ...

A double sens

Sans vouloir jouer les rabats-joie, inconditionnel(le) du coup de foudre, vous ne vous résignez pas à la métamorphose du torrent fougeux de la passion en fleuve paisible de l’amour et vous serez foudroyé(e) en moins de trois ...

C’est pour la vie :

Alors, bienvenue au club très privé de ceux qui ont su passer avec brio les épreuves de la foudre ... Ne soyez pas dupe ... Vous avez bien fini par repérer ses petites particularités (je n’en citerai aucune et vous laisserai ce soin dans vos commentaires, si vous en aviez, car je ne voudrai pas paraître scabreuse). Personne n’est parfait, mais ne jouez pas à la politique de l’autruche : sans vous apesantir sur ses défauts (le tube de dentifrice pas rebouché, sa radinerie, ses commentaires désobligeants sur vos amis, et j’en passe ...). Soyez réaliste et indulgent(e).

clap
Après tout, "ma plus belle histoire d’amour, c’est vous ".
Jeu 29 Juil 2004, 20:27 par ineslaure sur Amour internet

Mois contre moi

Jamais je n’aurais pensé en arriver là
Aimer quelqu’un de qui j’éloigne mes pas.
Nier les évidences et fuir les apparences
Voilà pourquoi ma vie frôle l’indécence
Il faudra bien que ces sentiments je consume
Et que mes faiblesses intérieures j’assume
Rancune, aigreur et jalousie font mon amertume

Fut-il dur à supporter, le temps passe
Et toujours ces sentiments qui me dépassent
Vrai pourtant qu’il faut qu’ils trépassent
Remède ou poison rien ne semble efficace
Ignorer les appels de mon cœur de glace
Et toutes ces lignes de ma vie que j’efface
Retour retard des souffrances en pleine face

Moi qui voulait tout maîtriser par le raisonnement
Avachi là, perdu dans l’avalanche des sentiments
Résigné face à l’amour et son acharnement
Sourire à la vie serait tellement plus évident

Vide mes poches de regrets d’hiver et cours avec moi vers demain

Arrive une nouvelle saison, aimer d’une autre façon ?
Vincent saura-t-il enfin faire éclore sa raison
Refroidie par les frimas d’un hiver sans passion ?
Il veut retrouver l’émoi de chairs en fusion
Laissons le combattre ses éternelles obsessions.

Mai est là, mes sentiments je n’ai pu étouffé
Ainsi va ma vie , de désir en manque
Immense…à ne plus voir le fond de ma raison

J’attends toujours le déclic qui me ferait avancer
Un sourire te suffirait pour me désarmer
Il est loin le temps où je faisais le désintéressé
Nuit la plus courte à rêver ta mouillée

Prends ma bouche d’un baiser de printemps et chasse les démons qui envahissent mon esprit

Je veux du soleil au cœur et à l’âme
Un petit rayon pour rallumer la flamme
Illusion de dans une vie sans cœur
Laissons les étoiles rapprocher leurs lueurs
La morale pourra dire que c’est une erreur
Et alors ? l’amour n’accepte pas de blâmes
Toute envie n’a de maître que celui qui réclame

A quand les coups d’amour, brûleurs de peau
Ou devrais-je me contenter de me glacer les os ?
Utopie, quand j’aime, est le premier de mes mots
Tout bonheur je m’interdis, trop beau, trop chaud

Soirée de fin d’été à réviser mes pensées
Et si demain tout ça venait à s’arrêter ?
Peut-il d’ailleurs en être autrement
Tout ici n’est à la vie qu’un pansement
Et quand ce petit monde viendra à s’écrouler
Mes jours ne trouveront plus le refuge secret
Bien sur comme d’autres fois, je survivrai
Restera la saveur douce-amère d’un baiser percé
Et les moments partagés figés dans l’éternité

Hors de moi, hors de l’amour, hors saison, le temps ne me sera pas rendu

Oublier les nuages et le ciel au regard malsain
Continuer à écrire ensemble une histoire sans fin
Tels devraient les idéaux des combattants du destin
Observer les émotions sans imaginer leur déclin.
Bien mal m’a pris d’avoir attrapé le béguin,
Refoulé mes angoisses et joué au maître libertin,
En sachant que mes sentiments resteraient souverains.

Nos liens se renforcent dans ce diffus virtuel
Osmose, agrafe sentimentale et désir charnel
Virevoltent dans nos têtes les rires et les mots
Ensemble nous partageons tout, de bas en hauts
Malaise quand nos fiels amènent les sanglots
Bien être et tendresse, échanges les plus beaux
Réfugiés derrière l’écran, nous vivons le passionnel
Enroulé autour de mon être, ton charme est réel

Déjà la fin de l’année et toujours rien de changé
Exorcisme et magie noire n’ont pas fonctionné
Contre des ressentis en moi ancrés et cimentés
Espérer pour libération l’asphyxie de l’âme damné
Mois contre moi, mes rêves dont je ne suis plus sur
Braver les frustrations, vivre dans l’intense et le pur
Rentrer dans la carapace dans les moments plus durs
Et entendre ton rire qui lézarde les murs…

Les rêves sont comme les anges. Ils ont besoin d’ailes pour s’envoler. J’ai besoin d’elle pour m’enivrer.
Mer 14 Juil 2004, 17:42 par la_tulipe_noire sur Amour internet

La dolce Vita

La dolce Vita

Ça n’a point d’importance
Tous ces mots partis avec toi
Des mots qui caressaient
Des mains et des cœurs
Quand tu les menais dans la danse
Moi je suis resté sans voix
Les plumes dans mes mains tu souriais
À ma main, à mon coeur

Des cris d’oiseaux heureux
Dans la moiteur virile d’un printemps
La coucouning de la terre
Couroucoule et pépille la nouvelle faune
Des petits silences qui chantent
Un vent coulis dans les cheveux

Vivre à l’italienne
Le repas sur la terrasse
L’œil sur le fleuve
Le printemps qui s’habille en fêtes
La vie qu’on voit en amour
Son prénom qu’on murmure
bonjour
Son souvenir, le meilleur
Des rêves qui raccompagnent la vie
Les oreilles plein la musique
Le bonheur en petit déjeuner
Des sourires dans l’assiette
Des yeux qui parlent de désirs
Etre femme pour le plaisir

mOTSaRT
Ven 11 Juin 2004, 02:06 par mOTSaRT sur La vie à deux
Page 12 sur 14 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 11, 12, 13, 14  Suivante

Ecrire sur chaleur

Ecrire sur chaleur Ma délicieusement sensuelle..., Ma première déclaration à Bénédicte..., Rêve ou réalité, A celle qui se reconnaîtra ..., Le rendez-vous de la peau, Elle s'approche..., Missive ennivrante, Promenade., Je rêve, Mais encore, En toutes lettres, Obsession, Le coup de foudre ... Quel est cet émoi, Mois contre moi, La dolce Vita,
Il y a 207 textes utilisant le mot chaleur. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
J'AI LU
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
Écrire - un plaisir à la portée de tous: 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Eyrolles
Extases de femmes
COLLECTIF
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
EAU A LA BOUCHE
ANNE BERT
Pocket
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred de MUSSET
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La maladie d'amour ne tue que ceux qui doivent mourir dans l'année.

Marguerite de Navarre.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mer 28 Juil 2021, 22:25
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 24 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite