Une seance photo

Clic-Clac,
le flash s’est mit en route
Un petit souvenir

Rien que pour vous mes fans.
Il est temps pour moi de m’habiller,
Mais encore un moment pour rêver..............
Avant de rejoindre la réalité;
Le podium m’attend
Les regards braqués sur mon décolleté.
Pour admirer, les dessous , que je vais présenter.
Aubade , Pérèle ,Passionnata,
Vous aurez l’embarras du
Mais ne tardez pas
Car je ne serais bientôt plus la..

CARESSESDESYEUX


Dim 21 Mars 2010, 16:11 par caressedesyeux sur Mille choses

Tout simplement ( pour lui)


CHUT!!!!!!!!!!
Le téléphone ne sonnera plus,
Plus de petit mot, ni d’écrit
Plus cette voix, rauque au rire cristallin,
Ou mon cœur palpitait a chaque fois.
Plus ce beau visage, au regard de braise
Et ne plus en attendre quoi que ce soit.
Une belle bouffée d’oxygène qui s’en est allée,
Mais je n’ai qu’à m’en blâmer
Et prise à mon propre piège
D’un tel beau privilège qu’est l’amour.
D’avoir été aimé et d’en avoir aimé un autre.
La vie est ainsi faite
Je n’en avais pas le droit , ni le .

caressedesyeux
Sam 27 Fév 2010, 17:18 par caressedesyeux sur Mille choses

Pas de retour. chapitre 5 (suite)

********

La salle de réunion était claire et fonctionnelle. Un grand plateau central, blanc, permettait à une vingtaine de personnes de s’installer autour. Un rétroprojecteur éteint faisait face à un écran géant encore déroulé. Sous les grandes fenêtres étaient disposés des meubles bas sur lesquels se trouvaient, en vrac, toutes sortes d’objets hétéroclites : téléphones portables, appareils photo, téléobjectifs, talkie-walkies, dossiers, classeurs et autres. Le climatiseur, silencieux, délivrait une température optimale.

En bout de table, l’inspecteur Ong s’entretenait avec Mathilde et Patrick.
- Voilà ! Vous savez tout ou presque, conclut-il.
Patrick n’en revenait toujours pas. Il devait fournir quelque effort pour ne pas laisser libre cours à sa colère :
- Mais comment peut-on laisser ce gars là en liberté ? C’est proprement inconcevable ! Sans compter que tes services n’ignorent pas ses méfaits !
- Justement !, rebondit Michael. Ce qu’il nous manquait, jusqu’à présent, c’était des preuves ou des témoignages.
Patrick craignit d’avoir compris :
- Tu insinues que Mathilde doit témoigner pour le faire arrêter ?
- Oui. Nous avons besoin de la faire comparaître devant le juge afin qu’elle certifie avoir reconnu Azhar.
- Et la Vietnamienne ? Son témoignage ne suffirait pas ?
- Elle refuse. Elle a peur. D’ailleurs, son visa de séjour touristique est expiré depuis belle lurette. Elle risque la prison et des coups de fouet.
- Des coups de fouet ???
- Oui, selon la loi sur l’immigration.
Le coach réfléchit. Il était responsable de ses athlètes. Trois d’entre eux étaient encore mineurs. La raison de leur venue était évidente et unique : participer au tournoi. Point. Ils n’étaient sûrement pas ici pour avoir affaire à la justice de ce pays, ne serait-ce qu’en tant que témoins.
- Ecoute, Michael, reprit-il. Je comprends ta situation et je te demande de bien vouloir te mettre à ma place. Mathilde n’a que quinze ans. Ses parents me l’ont confiée et il s’agit d’une immense responsabilité. Je ne peux pas accepter qu’elle témoigne. Essaie plutôt de convaincre la prostituée.
L’inspecteur ne cacha pas sa déception. Il s’adressa à l’adolescente :
- Et toi ? Qu’en penses-tu ?
On pouvait lire dans le regard bleu de Mathilde de la confusion. D’un côté, elle désirait ardemment voir cette terreur d’Azhar sous les verrous ; d’un autre, elle n’était pas certaine des implications de son témoignage.
- Franchement, si j’étais en France, j’aiderais volontiers à faire enfermer ce lâche. Mais… Ici… Et puis, la décision revient à Patrick.
Michael insista :
- Tu ne veux pas appeler tes parents pour leur expliquer le problème et obtenir leur autorisation ?
- Michael ! le coupa Patrick. Arrête ça, s’il te plaît. Tu te doutes bien qu’à 10 000 kilomètres de là, ils ne prendront aucune décision ; ils seront même plutôt enclins à refuser, de toute façon.
Le policier en convint, malgré lui.
- Bon ! Je vois… Je ne peux pas compter sur votre coopération et je le conçois.
Il marqua un temps d’arrêt avant de reprendre, embarrassé :
- Il y a autre chose que vous devez savoir… Azhar va aussi participer au tournoi.
Mathilde et Patrick se regardèrent, médusés.
- Tu plaisantes, j’espère ?, demanda vivement l’entraîneur.
- Non.
- Tu es en train de nous dire, tranquillement, qu’un chef de gang, qui passe son temps à battre des femmes sans défense est autorisé à combattre dans un tournoi international de taekwondo ? Dis donc, vous ne seriez pas un peu timbrés, dans ce pays ?
- Calme-toi, Patrick. C’est un peu plus compliqué que ça. La seule chose que je puisse te dire, c’est que la fédération n’a pas le .
Patrick se leva d’un bond :
- C’est carrément n’importe quoi, Michael. Je t’aime bien mais, là, je pense qu’on entre dans la quatrième dimension ! Allez, on y va ! fit-il à l’adresse de la jeune fille.
Juste avant de sortir de la salle, Patrick Brun se retourna :
- Au fait, dans quelle catégorie il est supposé combattre, ton protégé ?
- Ce n’est pas mon protégé, Patrick. Evite les sarcasmes, ça ne mène à rien... Il s’est inscrit dans la catégorie open…
Mathilde ne put retenir un cri de surprise, mêlé de crainte :
- Comme Arthur !
- Oui, comme Arthur, confirma l’entraîneur en hochant la tête…
Les français quittèrent le siège central de la police.

Dans le taxi qui les ramenait à l’hôtel, Patrick avait son air des mauvais jours.
- Mathilde, dit-il, on va devoir expliquer la situation aux autres. Je te demanderais de ne pas en rajouter à propos d’Azhar.
- Qu’est-ce que tu veux dire ?
- Evite de le présenter comme le diable en personne. Après tout, ce n’est qu’un garçon de 19 ans, même si c’est une crapule.
- C’est vrai, Patrick, mais tu aurais dû le voir. Il est vraiment effrayant avec sa cicatrice et ses yeux de fou. J’ai peur pour Arthur, tu sais.
- Oui, j’ai bien compris. C’est pour cela que je te demande de te calmer et de raisonner dans le cadre du tournoi. Je te rappelle qu’il y a des règles et des arbitres pour les faire respecter. Donc, si Arthur doit le combattre, il sera protégé, au même titre que les autres participants. De plus, rien ne dit qu’Arthur ne pourra pas le battre…
- Tu as sûrement raison, Patrick, mais je ne suis pas tranquille.
Le coach ébaucha un sourire :
- Tu l’aimes bien, hein ?
Elle rougit.
- Ecoute, continua-t-il, tu me connais depuis longtemps, non ? Fais-moi confiance. Tu verras, non seulement il n’arrivera rien à ton petit copain mais je te fiche mon billet qu’il gagnera la tournoi ; Azhar ou pas Azhar.
Elle se força à sourire :
- Bien sur que je te fais confiance ! dit-elle avec entrain.
- Bien ! Je vais l’étudier pendant qu’il s’entraînera. Je décèlerai ses forces et ses faiblesses. Cela nous permettra de mettre en place une stratégie adaptée, s’ils doivent se rencontrer. Au fait, tu as pu voir la taille qu’il fait ?
- A vue de nez, il est aussi grand qu’Arthur. Dans les 1m70…
- OK. S’il est plus âgé, au moins, il n’a pas l’avantage d’être plus imposant. Voilà un bon point, non ?
Mathilde remarqua le ton faussement enjoué que venait d’employer Patrick. Elle ferma les yeux.
Mer 18 Nov 2009, 09:54 par Arthis sur Mille choses

E.t. ?!

Extraterrestre. Je ne sais pas mentir. Ou plutôt, je ne veux pas mentir ni à l’autre ni à moi-même et je ne veux pas de mensonges aussi beaux soient-ils. Or, nous sommes dans une société où, me semble-t-il (comme je voudrais me tromper !), le paraître prime sur la vérité de l’être (je me répète, je crois…). J’aime les personnes, les hommes, qui ont assez de force, de courage et d’amour propre pour paraître ce qu’ils sont sans se soucier de plaire ou de déplaire à autrui, qui sont cohérents dans leurs actions, leurs pensées, qui assument leurs et qui ne jouent pas au yoyo avec leurs sentiments – leur vie – et par suite, avec des tiers. « What you see is what you get ». Mais est-ce que ce genre d’homme existe encore ?! Quel est l’homme qui se donne le droit à l’erreur, qui ne cherche pas à en imposer, à subjuguer, à séduire au sens premier du terme, en un mot qui s’assume ? ! Qui ne compose pas avec sa conscience pour se livrer au gré de ses pulsions à toutes sortes de turpitudes qu’il désavoue l’instant d’après ? Cela me fait me souvenir de ce qu’une amie japonaise m’avait raconté à propos des hommes d’affaire de son pays. Le jour, ces hommes avec qui elle travaillait (elle avait le droit d’exercer une activité professionnelle n’étant pas mariée) étaient très sérieux, le visage froid, une politesse experte dissimulait tout de leur vie intérieure, mais la nuit !!! Ah, la nuit ! Mister Hide revenait au galop ! Ils s’enivraient, vomissaient sans retenue dans les rues endormies et hurlaient leur débauche à la face du monde ! Au matin, il ne restait plus rien sur les visages glabres des débordements nocturnes…
L’attitude qui consiste à se composer un personnage est destructrice, celui qui cherche à se forger une image dans le regard de l’autre ne sait-il pas dès le départ que ce ne sera pas lui qui sera aimé (s’il y a de l’amour) mais ce personnage de carton-pâte, ce masque de carnaval ?! Et quel masque ! Il faudrait les prévenir des dangers qu’ils encourent ! En effet, nous sommes loin de la Commedia dell’arte et l’acteur pour bon qu’il puisse être dans son interprétation et pour longue que dure la romance, sera fatalement sa propre dupe… Le jour où l’autre finira par ouvrir les yeux. Alors, je vous le demande, à quoi cela peut-il servir ? A quelles fins ? A quel bien ?

doute
Mar 26 Mai 2009, 18:36 par dolce vita sur L'amour en vrac

Siete anos de soledad - ce n'est plus de la littérature

7 ans. Le père de mes enfants, mon époux est parti voilà officiellement sept ans (en fait, huit si on y regarde de plus près). Situation on ne peut plus trouble où tout en ayant clairement (!) mené une double vie, avec d’autres femme et enfants, il continue de faire durer les choses en longueur et... le divorce n’est toujours pas prononcé : le terme en est repoussé encore et encore. Dès lors, il faut reconnaître que je n’ai guère de :
1. Rêver l’amour comme je le fais ici pour ne pas creuver comme un chien galeux. Me donner l’illusion de vivre moi-aussi, d’avoir le droit à l’amour. Moi aussi.
2. Etre hors la loi à sa suite. Faire ce que tout le monde me dit : pourquoi tu ne fais pas comme lui ? Alors, c’est ça, je vais devoir me cacher pour aimer.
Et je ne peux pas. Pas d’amour sans liberté. Sans vérité. Et qu’on ne me dise pas que je garde mon prêche pour l’église. Mon église c’est mon coeur.
De plus, pour aimer il faut être deux. Moi je ne sais qu’attirer les mirages et ceux-là, s’ils ont des ailes, c’est pour me blesser encore davantage pas pour faire connaître les cieux. Je suis une femme dangeureuse, il paraît (on me l’avait déjà fait savoir dans un autre contexte : gnôti seôton)... Ben, voyons, on n’est pas à une étiquette près ! Je suis une femme dangeureuse, ça saute aux yeux !
A quoi cela sert-il d’aimer quand on est seul ? Quand personne ne répond à cet amour ? A quoi de bon cela peut-il servir ?
Oh, je ne me leurre pas, je sais fort bien que personne ne répondra à mes questions et tant bien même, est-ce que cela changerait ma vie ? Vous pouvez vous moquez, vous, les nantis de l’amour, vous qui faites la fine bouche et me montrez du doigt. Oui, je sais, je sais, je sais. L’idée d’une faute rassure : rajoutons-en encore un peu sur le dos de celui qui marche déjà courbé. Il est là, il faut un coupable, ce sera lui. Oui, bien sûr. Tout est de ma faute, on vient récemment de me le dire (exit les remises en question, le dialogue, la femme est coupable par nature, c’est un truisme. Cela confère à l’homme une impunité totale). Je sais. Responsable et coupable. Coupable d’aimer. Coupable de vouloir être aimée. Aimer, aimer, aimer, je n’ai que ce mot à la bouche. Je suis insupportable, c’est vrai. J’assume.
Les chiens ont droit à l’amour. Moi pas.
Un jour, j’arriverai à arracher ce putain de coeur qui ne sert à rien d’autre qu’à me faire souffrir (ce dernier devrait être livré en kit avec l’anneau nuptial ; la perte de l’un entraînant de droit la dissolution de l’autre). Je ne veux plus aimer. Jamais.
Mer 22 Avril 2009, 07:27 par dolce vita sur L'amour en vrac

Anniversaire

Avec l’imprévisibilité des vagues, le vent chaud d’un nouvel été courbait inlassablement ces champs d’herbe. Le souffle du temps délavait le vert foncé de ces étendues pour les peindre d’un vert clair. La danse naturelle des brins mêlés au son continu du feuillage rendait les arbres, alentour, immobiles, comme les témoins du changement des années. La lumière inlassable de cette journée virevoltait rapidement entre les passages d’ombre laissés par les feuilles de ces géants presque intemporels, aux corps durs et rugueux, recouverts par endroits d’une douce mousse, d’un vert foncé et parfois grisâtre, celui des aléas de la nature. Ses yeux battaient au rythme irrégulier des lances du soleil. Cela le fatiguait presque malgré la chaleur agréable qui tanne la peau du visage et marque de façon indélébile du cycle vertigineux des âges. Dans cette légère cadence azurée, il apercevait, par intermittences, la folle cabriole des nuages qui ne cessaient de se former et de se déchirer avec le papillonnement quasi ostentatoire de la jeunesse.

Comme pour cueillir un souvenir, il s’était promis de s’arrêter un instant dans cette campagne verdoyante ou dans le clair-obscur des sous-bois. Dans l’ocre des clairières dormaient intactes les couleurs de son passé. D’autres allaient l’attendre, aujourd’hui, pour se consacrer au rituel du passage. Mais il était là, seul, pour se laisser perdre par les dates inscrites, avec ou sans son consentement, sur la mosaïque de sa mémoire.

Il marcha jusqu’à l’orée d’une échappée silencieuse où chacun semblait présent et cela, malgré l’étendue des différences et des origines qui les marquaient : leurs branches s’entrecroisaient par endroit. Et ce mélange, passant du brun crème, pâle, au brun fauve, formait une continuité de liens qui l’entouraient maintenant.
Dans ce calme, il se souvint des gens qui l’avaient accompagné, qu’il avait rencontrés. Certains lui étaient encore proches, d’autres étaient restés très vivaces dans son esprit. A ses pieds, des grappes de fleurs avaient poussé çà et là avec l’insouciance des jours. Certaines capucines illuminaient de leur rouge, très légèrement orangé, la brise dont le souffle calmait, par endroits, comme un repos accordé à l’existence périssable de ces pétales de passion, les ardeurs insupportables du soleil : ce soleil qu’il avait toujours adoré pour son éternel éclat, mais aussi redouté de par sa tendance imprédictible à brûler, en fonçant et mêlant de rouge, ses pensées les plus intimes.

Il sentit le bout de ses doigts écraser, tout en le roulant, un brin de lavande, parme, dans le fond de sa poche, pour en extraire cette odeur si familière à sa vie, à ses souvenirs. Comme une clef des champs. Il porta à son nez l’essence de ce brin d’habitude et mêla ce bleu lavande à l’odeur vivace des plantes qui lui ouvrirent, alors, au contact de ces fleurs bleues séchées et toujours odorantes, le verger de ses émotions rubescentes passées.

Au milieu de ces arbres fruitiers, il se souvint de l’anniversaire de ses trente ans ; de l’énergie que la préparation de ce passage lui avait demandée. Avec la lenteur du temps, les pigments oubliés de la lumière revinrent doucement re-colorer le tableau de cette soirée. La nuit avait tapissé la terrasse de son ombre chatoyante, et, très rapidement, les bulles de champagne avaient illuminé les visages de ses invités. Dans cette accolade d’arbres fruitiers, les fruits offraient leurs plus belles robes comme un appel à être cueillis, goûtés et à laisser le souvenir d’une douce bouchée sucrée. A terre, dans une vague d’herbes, un fruit aux reflets pêche, déjà bien mûr, se présenta avec les dernières lueurs de sa peau satinée ; alors, comme lorsque l’on perçoit un souvenir éloigné dans sa mémoire vagabonde, avant qu’il ne s’échappe et ne disparaisse dans la pénombre d’un autrefois, l’homme le ramassa et savoura timidement les premières saveurs d’une réminiscence. Puis, en un instant, un fou bruissement de lumière en éclaira les teintes cachées : des phrases prononcées résonnèrent dans cet émoi inattendu. Son père avait parlé de lui, lui avait parlé, il avait réussi à rendre le tangible inutile ; le matériel s’était recouvert d’une obscurité impénétrable comme pour survivre à cette éclipse éblouissante, à ces paroles d’un père à son fils.

Maintenant qu’il avait soixante ans, il se souvenait, il était venu pour se souvenir, il repensait à la bienveillance de ces paroles immortelles. A travers les yeux de son père, elles avaient retracé l’histoire de sa vie d’enfant et d’homme ; elles avaient clos mais aussi parlé de ce qui l’avait forgé, façonné, comme un socle posé pour soutenir le reste des années à venir. Le vent se leva, secoua les branches et lui rappela par sa force et son endurance, l’effet que celui-ci avait sur toutes ces pierres entassées, inégales, et maintenant déformées, et alignées en un muret qui ne resterait jamais le même mais supporterait solidement les frasques du temps : elles formaient un tout solidaire dont chacune avait construit l’équilibre de la suivante et ainsi en allait-il pour toutes les autres. Ces trente dernières années passées avaient été la suite incontestable des et non faits jusqu’à ses trente ans. Il avait déjà perçu, peu avant la trentaine, les effets de ses décisions antérieures et l’importance de celles qui suivirent. Sous ce chapeau tressé offert par sa mère, ce même jour, témoin rescapé du temps, il comprit pleinement l’intuition qu’il avait eu en réunissant ses amis et toute sa famille ; il s’était vu dans le regard des autres ce soir-là, il avait eu la pleine perception de son existence : l’instantané de son monde et de ses liens.

Il marchait avec hésitation et, après avoir enjambé un petit mur de roche et de plantes grimpantes recouvert par l’abandon de l’homme, délivré du temps, il s’enfonça dans un bocage dont le feuillage filtrait une lumière lointaine et attirante. Derrière lui s’évapora le parfum des souvenirs anciens en un léger nuage d’oubli qui ombra, pour en cacher l’entrée, le clos intime de ses pensées. Son allure reprit sa forme habituelle et les branches lézardées par la chaleur des journées craquèrent sous ses pas lourds d’une nostalgie passagère peu familière ; il était entouré d’arbres dont les longs et vieux branchages tenaient par la force, chaque année, de nouvelles feuilles, de nouvelles pousses vertes et fraîches, insouciantes du sommeil profond de l’hiver.
Dans un étonnement presque attendu, l’horizon se peignit d’un jaune blé, un champ sans limite gonflé par les rondeurs d’une colline bordée d’un chemin de terre sèche s’étirait lentement ; les bosquets s’allongeaient sous la houle de nuages cernés d’un bleu presque violacé par cette fin d’après-midi. Dans l’enchevêtrement des derniers jets de lumière, une silhouette à l’allure cadencée perçait le calme du paysage. Comme à la venue imprévisible d’une déesse, il s’assit sur une pierre aux arrêtes arrondies par la patience des observateurs et fixa sa venue allongée par les lignes fuyantes des peupliers, gardiens de ce sentier habillé d’herbes folles. Elle courrait de toute sa fraîche candeur et suait presque avec plaisir. Malgré son élan et sa concentration pour respirer, elle croisa dans le regard de cet homme âgé, la profondeur d’une décision lointaine, celle de ne pas attendre le trépas, mais de se préparer à vieillir. Sa vieillesse semblait belle, il semblait s’être préparé et construit de l’expérience nourrissante de la vie, au vu de ses doux yeux. Un instant, il crut voir sa course ralentir avec le flou d’un mirage mais seul, lors de son passage, resta le parfum mêlé de ses gouttes suaves et de sa peau chauffée par le soleil. Il se souvint avoir lui aussi couru pour sentir la pleine force vivante de son corps. Le galbe de ses jambes se confondit bientôt avec le dernier tumulte de la végétation, et, derrière elle, il emboîta le pas comme pour profiter de cette bourrasque impromptue qui l’aiderait à rejoindre ceux qui l’attendaient.

Pour ce soir, il savait que son frère - peut-être le plus beau présent que ses parents lui avaient offert, une personne qu’il sentirait à ses côtés toute sa vie, malgré les tempêtes de celle-ci - l’attendait avec sa famille et ses amis, pour honorer ce jour.
Dim 04 Jan 2009, 22:27 par Bertrano sur Mille choses

Sans peur de rien

Je t’en supplie ne t’en va pas mon amour
Je me meurs d’entendre les choses que jamais tu ne m’a dis
Donc je me tais et tu t’en vas
J’ai encore l’esperance d’être capable un de ces jours
De ne pas cacher les blessures qui me font mal
A penser que je t’aime chaque jour un peu plus fort
Combien de temps allons nous attendre encore

Je souhaite tant te serrer et que tu me serres si fort
Je me meurs pour te faire rire
Et que tu m’embrasses quand tu te reveilles
Lové en ton sein jusqu’au levé du soleil
me perdant dans ton parfum
Me perdant sur tes èvres qui s’approchent
Chuchotant des mots qui atteignent
Ce pauvre coeur qu’est le mien
Je smonter le feu en mon intérieur

Je souhaite tant deviner ce que tu penses
Ouvrir toutes portes et vaincre tes tourments
Qui essayent de nous détruire
Fixer mes yeux dans ton regard
Chanter avec toi au soleil levant
Nous baiser jusqu’au bout de nos lèvres
Et voir dans ton visage chaque jour cette etincelle
Grandir; rever, laisser tout surgir laissant la peur s’effrir

Je souhaite tant t’expliquer ce qui passe dans ma tete
Je me meurs pour réussir à t’intriguer
Et continuer d’être capable de te surprendre
Sentir chaque jour cette caacité
De voir que peu importe ce qu’ils disent
Peu importe ce qu’ils pensent
Si je suis fou c’est mon
Et maintenant je recommence à voir un monde meilleur
Je recommence à voir briller la lueur du soleil
Ven 03 Oct 2008, 00:54 par Loyd sur La déclaration d'amour

Karma : une solution au bien être

Un ami, passionné par le Karma, m’a un jour invitée chez lui.
Son appartement était assez petit, la lumière tamisée grâce à quelques bougies réparties dans quelques coins de la pièce où nous étions. Une odeur agréable d’encens enivrait mes sens.

Nous nous regardions, le visage sérieux.

Il m’invite à prendre place sur le sol, au centre de la pièce, sur un tapis confortable. Je m’installe sans attendre.

Puis, il m’ordonne de fermer les yeux.

Une fois les yeux fermés, il m’informe que seul le son de sa voix doit me parvenir. Je me concentre et l’écoute.

Avec une douceur extrême dans la voix, il me dit :

"Reste concentrée.

Imagine-toi maintenant une bulle recouvrant tout ton corps, pas une bulle qui prend le contour de ton corps, une bulle plus grande que toi. Tu dois la voir dans ta tête. Fait ?

Bien. Maintenant, imagine que dans cette bulle, tu vois une porte. Tu dois l’entendre se fermer et s’ouvrir avec le son qui correspond à ce bruit. Fait ?

Ok. Maintenant, tu m’écoutes attentivement.

Mets uniquement les choses qui, dans ta vie, t’ont apporté du bonheur à l’intérieur de cette bulle.
Le reste, les choses qui t’ont causé que malheur ou troubles, tu les mets en dehors et tu dois entendre le bruit dans ta tête de la porte qui se referme lorsque les mauvaises choses sont au dehors de ta bulle.

Une fois cela fait, ressens ce bonheur, ces souvenirs, ces bonnes choses autour de toi. Tu les sens ?"


Subitement, j’approuve d’un hochement de tête.

"Bien, maintenant, lève toi, on va dans la rue."

J’ouvre les yeux et m’aperçois avec un sourire que le bien être est là, en moi.

Je le suis dans une rue où il y a beaucoup de monde.

Me voilà dehors, en me sentant de nouveau observée, pas à l’aise. Il me regarde, observant mon comportement face à la population.

"Vas-y, fais ce qu’on vient de faire".

Non, je ne me suis pas installée par terre ! J’ai fermé les yeux quelques secondes, puis j’ai imaginé la bulle que je pouvais voir et entendre au son de la porte qui se ferme et s’ouvre. J’avais fermé la porte pour ma part, et une fois les yeux ouverts de nouveau, je sentais la bulle autour de moi avec la porte.

J’étais maître de moi, acceptais ou non de mettre telle ou telle personne dans ma bulle, tel lieu, telle ambiance. Je me sentais bien.



Cette expérience est à faire et surtout, à prendre au sérieux. On ressent le bien être dans les endroits où l’on n’aime pas aller, dans les endroits où l’on se sent oppressé(e).
Depuis, partout où je vais, je me sens bien. amuse

Dans la vie on fait des , à nous de bien mettre ces éléments, là où ils devraient être... clin
Lun 04 Août 2008, 14:51 par amori33 sur Articles

La débauche de la plongeuse

Bientôt l’heure de fermeture du restaurant. Vient la crainte de l’extérieur.
Je dois traverser un quartier de débauche où le respect est éteint, où l’on se fait accoster parce qu’on est femme et seule.
Fermeture du restaurant. Me voilà sur mes gardes.
Pas vraiment prête à affronter le regard de ces gens mais pas le , ma chambre se situant au bout de cette longue rue dangereuse.
J’entame le parcours sans attendre, et presse le pas à chaque angle de rue par peur de me faire violer ou tabasser, la tête baissée, encapuchonnée par un sweet ample et sombre.

Plusieurs minutes s’écoulent, rien ne se produit, un sourire sur mon visage, je suis soulagée mais toujours aussi peu rassurée.
La nuit est comme un territoire inconnu, les hommes sont pour moi des monstres, quelque chose que je ne connais pas. Je les vois se comporter d’une façon inhumaine : ils sont la plupart aux cheveux longs ou mi-longs, ont des cicatrices sur le visage, très musclés, un regard perçant et noir, des vêtements foncés et larges et de l’alcool en guise de sang.

Un des monstres surgit de nulle part. Impossible de fuir, me voilà prise au piège, il me serre les bras à m’en couper la circulation du sang et se frotte contre moi avec violence. Puis il commence à soulever mon sweet en me bloquant d’une seule main et d’une seule jambe. Je me sens mourir, l’impression que m’a vie s’arrête ici, à mes dix neuf ans. Il commence à caresser mes seins puis descend subitement sur mon sexe. Le revoilà qui se frotte à nouveau contre moi. Je peux sentir son excitation qui me dégoute. Je suis pétrifiée en le voyant ouvrir sa braguette de pantalon. Les quelques minutes qui suivent ont été pour moi des heures, je suis en larme, gisant sur le sol...

Il est parti, il est parti...

Je remonte mon pantalon en vitesse et court le plus vite possible.

Me voilà chez moi, en vie, mais souillée...
Jeu 17 Juil 2008, 03:34 par amori33 sur Articles

Du neuf, mais encore ?

Il m’a tout d’abord fallut migrer le site pour des raisons techniques, car notre nouveau serveur ne supporte plus certaines fonctionnalités. Bon, pas le , il faut le faire.

Ensuite, j’ai eu envie de peaufiner le référencement du site, en travaillant sur la qualité des pages, et l’emploi d’urls Search Engine Friendly, dans le jargon. Regardez les urls du site, elle sont désormais plus évocatrices qu’avant.

Comme j’étais parti dans la réécriture, j’en ai profité pour ajouter des fonctionnalités qui me trottaient depuis longtemps:

  1. Les nuages de tags. Les tags sont représentatif du nombre de fois ou un mot est utilisé. Ils sont calculés sur chaque page selon: le site, le forum, le membre.
  2. La possibilité de laisser un commentaire sur un texte. J’ai ici pensé aux timides qui n’osent pas écrire, et aux nombreuses fois ou on a envie de dire notre plaisir à l’auteur.
  3. Un affichage de vos textes dans les profils. C’est un peu comme si vous aviez un blog maintenant.
  4. La possibilité de faire une suite à un edito.
  5. Un lien direct pour poster un nouveau texte sur la page d’accueil.
  6. De nouveaux avatars.
  7. Des avatars aléatoires pour les membres qui n’en ont pas défini.
  8. Un texte de présentation des membres dans le profil. Courrez le renseigner, car cette présentation s’affiche comme les descriptions des forums sur votre page.
  9. Des statistiques plus musclées.
  10. La possibilité aux membres de signaler des anomalies.
  11. La liste des visites récentes.
  12. Des améliorations visuelles.


Je vous laisse découvrir tout ceci dans les pages du site, j’espère que ça vous plaira.
Dim 01 Juin 2008, 15:44 par PetitPrince sur Edito

Comment réussir en amour? suite...

Stéphane,
Je les avais posé mes valises mais on m’a congédié, comme ça un beau matin après tous ces mots d’engagement, d’amour pour la vie auxquels j’ai bêtement cru. Alors ce n’est pas que je crois qu’il ne faut pas poser ses valises, c’est seulement que je l’ai appris à mes dépends.
Mais bien sûr que je me souhaite de pouvoir le faire avec un homme qui me correspondra et à qui je correspondrait, reste à le rencontrer sur ma route!
Une des clefs peut-être pour trouver la bonne personne est, je crois, de ne pas la chercher... je m’explique. Il me semble, lorsque je regarde autour de moi, des couples d’amis qui s’entendent plutôt bien, qui ont fondé une famille, que ce qui a uni leur relation c’est cette évidence qui s’est imposée à eux. Ils se sentaient bien ensembles, avaient le regard porté vers la même direction mais avec chacun leur alterité. Peut-être est cela la clef? Juste "sentir" comme une évidence que c’est la bonne personne? Avoir le coeur serein et non rempli de doutes? Avoir le sentiment que l’autre est prêt à nous épauler dans tous les moments de la vie? se sentir bien, même sans mots ensembles. Avoir confiance. Bien sûr la vie n’est pas un conte de fées, bien sûr que des coups durs un couple en traverse, mais si il y a du respect, de la confiance et de l’amour ce sont déjà de bonnes bases. Et puis savoir être honnête, communiquer, construire sur des bases saines, pour que la maison puisse s’étoffer, d’étage en étage. Je vois les choses un peu comme ça, mais je ne sais pas de quoi sera fait mon lendemain amoureux? Je verrai bien, je vais laisser faire le temps, et le hasard des rencontres.

Je suis étonnée de tes mots à mon égard car nous ne nous connaissons pas, et je doute, pardonne-moi ma franchise, que je sois la meilleure chose qui te soit arrivée alors que tu ne sais rien de moi et moi de toi.
Je ne recherche pas ici à ce que quelqu’un d’autre panse mes blessures à ma place ou inversement, ce serait je pense une erreur. il n’y a que moi qui puisse le faire.
Je peux par contre donner mon point de vue féminin sur la relation amoureuse en toute amitié.
j’espère que tu ne me tiendra pas rigueur d’être directe mais j’ai besoin ces jours ci de me préserver. j’ai le cœur trop embrouillé, et douloureusement abimé et je ne veux pas qu’il y ait d’ambigüité.
Mais je suis prête à être une oreille attentive et si je peux t’aider à y voir plus clair, si de ton côté tu peux m’apporter un éclairage sur le point de vue de l’homme en amour alors j’en serai heureuse!
Et si mes mots ont pu te redonner de l’énergie et t’apporter ne serait-ce qu’un peu? Alors c’est une belle récompense pour moi.
Je crois que lorsqu’on écrit c’est toujours avec l’espoir qu’un autre que soi y trouvera quelque chose qui l’éclairera. Quand je lis un livre ou un texte c’est ce que je cherche, des clefs de compréhension dans tous les domaines de la vie.

En tous les cas ce soir est un soir de blues, de bleus à l’âme, mais je suppose que cela ira mieux demain?
Accepter qu’un amour se meurt est toujours une terrible douleur... Je dois l’accepter mais j’ai terriblement mal et rien ni personne ne peut me soulager, c’est ainsi... Je dois traverser cette tourmente intérieure pour renaitre un peu plus loin. je n’ai malheureusement pas le .
Pourquoi certains êtres ne savent-ils que blesser ceux qui les aiment? je n’en sais rien... Je ne suis plus sûre ce soir d’être la meilleure personne pour t’éclairer tellement je me sens confuse.

Bon courage à toi Stéphane, et bonne soirée. à bientôt!

Sophy
Mer 28 Nov 2007, 22:27 par Sophy sur Histoires d'amour

Essaye moi...

Moi pauvre fou
Moi qui ne suis même pas digne te regarder
Je suis fou de toi
Ma has echizado...

Tu m’as apporté la joie de vivre
Tu m’as donné l’envie
Ton sourire est comme la vie
Et je vois l’amour...

Mais je ne veux point te faire peur
Je ne suis qu’un homme
Pauvre et fou
Amoureux et passionné
Qui souhaiterait tout te donner
Juste pour un regard amoureux
Ou au moins un regard tendre
Qui me laisse l’espoir de former ta moitie...

Ne le prends pas à la première lettre
Si cela te fait peur
Mais sache que je suis honnête
Comme je ne l’ai été depuis longtemps
Essaye moi...

Juste pour une heure
Juste pour te faire une idée
Et je te le redonnerai cela au centuple
Si cela ne marche pas tannt pis
Il n y aura alors plus de regrets
Car moi je suis pour toi
Comme je ne l’ai pas été depuis
Jamais...
Este amor es el verdadero...

Trop encore je m’élance
Ne le prends pas tel quel
Si ce n’est pas ce que tu souhaites
Si cela te fait peur
Imagines moi comme un de plus
Et laisse moi te donner le peu que je suis
Alors tu te feras ton idée
Et consciente tu pourras faire ton
Essaye moi...

Du fait de notre envionnement
Je sais le danger que cela peut être
Mais oublions le futur
Pour nous concentrer en notre présent
Notre vie ne dépend pas d’eux
Mais de nous
Je ne veux certes pas les molester
Mais qu’il ait une possibilité
Qu’il existe une chance
Tant minuscule soit elle
Essaye moi...

Enfin si ton idée est claire
Si ton est fait
Et que celui ci est sans moi
Alors ainsi soit il
Je me rangerais à ce
Sache que je le respecterai
Comme à une femme
Et comme à une amie
Que je ne pourrai oublier...

J’aurai voulu te le dire de face
Devant ce coucher de soleil
Que nous avons partagé
Une nuit d’été
Mais je n’ai point voulu gâcher
Cette nuit exceptionnelle
Qui dans mon coeur réveille
Des sentiments troublés
Où j’aurais dû tout avouer....

Car sans toi
Je ne sais où cette vie
Va....
Ven 17 Août 2007, 01:36 par Loyd sur Parler d'amour

Enfin la parité pour les hommes !

Enfin la parité…pour les hommes !

Mon ami de 30 ans et de 30 ans mon aîné, me répondit sans ambages
à ma question : qu’est-ce ce qui a le plus changé pour vous ? : "les femmes" !
Elles sont devenues impossibles !
Elles veulent le beurre, l’argent du beurre et les enfants du crémier.
Elles amassent tout, se chargent comme un baudet et ne veulent rien partager.
Elles sont en conquête de pouvoir et considèrent l’homme comme un rival nécessaire.
Le travail de la femme est devenu une assurance divorce.
Elles raisonnent en groupe, en caste et nul n’ose s’aventurer à les contredire.
Elles sont femmes et doivent donc tout savoir mieux que quiconque puisque affublées
de la fameuse "intuition féminine" et de "l’instinct maternel" qui nous font bien rigoler.
Tous les psychologues savent bien qu’il s’agit d’une pure invention sociale, mais rien n’y fait,
c’est leur credo, leur confiteor.
Essayez de les soulager en prenant en charge les courses, la cuisine, les enfants, le ménage…
Il ne se passera pas 1 mois avant quelles ne reprennent leurs prérogatives car ce sera
mieux fait par elles. Il s’agit du syndrome des avantages acquis avec celui très caractéristique :
le droit de se plaindre parce que je fais tout dans cette maison.
Apporte-moi un statut, de la sécurité et ton argent, je ferais le reste qui s’appelle : tout décider.
Essayez d’entrer dans la parité homme quant aux emplois dits féminins : secrétaire, sages-femmes,
standardiste, infirmière…et vous verrez leur courroux.

Finalement, tous les progrès technologiques du XX° siècle ne sont que peu de choses
comparé à l’hégémonie de la femme qui avait déjà beaucoup de pouvoirs mais qui les veut
tous et exclusifs et jusqu’à s’en inventer.

La femme de notre Président, qui n’a aucun statut, sinon celui, non écrit, de réception, déclare :
"A l’avenir, il y aura de plus en plus de femmes pour commander les hommes".*
Vous remarquerez qu’il n’est pas dit : des femmes aux commandes des entreprises ou de la politique.
Il s’agit bien de "commander" les hommes". Voilà la véritable conquête de la femme.
L’homme a été plus respectueux envers le cheval, la plus noble conquête de l’homme.
Aux Ayatollahs, Talibans extrémistes correspond la femme qui "commande" aux hommes.
Nous voilà dans de beaux draps, dirait la mère Denis.
Si, maintenant, c’est la femme d’un Président qui le dit, les bornes sont franchies.
Que nous reste-t-il, à nous les hommes ? Le de la couleur de la voiture ? Même pas.
Faudra-t-il songer à cloner la Terre pour que nous ayons un espace de liberté ?
Mesdames, vous êtes-vous rendu compte de la situation qui va bientôt vous échapper ?

La parité que vous réclamez tant vous fera abandonner le restaurant et le cinéma offerts,
la portière ouverte ainsi que toutes ces petites déférences que vous savez apprécier.
Votre vie est un combat, le notre va commencer.
Qui gagnera ? Combien de pertes ?
Réfléchissons tous ensemble, si vous le voulez bien.

*Madame Chirac, le Parisien du 21 février 06 et cité dans Marianne du 25 février 06.
Dim 22 Juil 2007, 15:26 par Xavier Huon sur Citations

Liberté, j'écris ton nom ( 8 )...

Ô liberté,
Tu m’as donné tout les droits
Et je souffre de ta trop grande place
Tu m’as laissé le
Et je ne sais plus où aller...
Mar 17 Juil 2007, 18:32 par Loyd sur Mille choses

Un monde où...

L’évolution est un processus imparfait
Et souvent violent.
Une bataille qui se livre entre ce qui existe déjà et ce qui est à naitre...
Une succession de naissances douloureuses au cours desquelles la morale se perd
Si bien que la question du Bien et du Mal se réduit à un simple

Survivre ou périr...

Extrait de " Heroes "
Lun 09 Juil 2007, 17:55 par Satine sur Un monde parfait
Page 3 sur 6 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Ecrire sur choix

Ecrire sur choix Une seance photo, Tout simplement ( pour lui), Pas de retour. chapitre 5 (suite), E.t. ?!, Siete anos de soledad - ce n'est plus de la littérature, Anniversaire, Sans peur de rien, Karma : une solution au bien être, La débauche de la plongeuse, Du neuf, mais encore ?, Comment réussir en amour? suite..., Essaye moi..., Enfin la parité pour les hommes !, Liberté, j'écris ton nom ( 8 )..., Un monde où...,
Il y a 89 textes utilisant le mot choix. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
J'AI LU
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
Écrire - un plaisir à la portée de tous: 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Eyrolles
Extases de femmes
COLLECTIF
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
EAU A LA BOUCHE
ANNE BERT
Pocket
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred de MUSSET
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La maladie d'amour ne tue que ceux qui doivent mourir dans l'année.

Marguerite de Navarre.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mer 28 Juil 2021, 22:20
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 21 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 21 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite