La vamp brava l'amant vantard...

Toujours tard dans la nuit, voilà vos mots charmants
Du bagout grivois, immoral mais plaisant

Baratin, charabia pour qui n’a pas compris
Mais Champollion aussi aurait d’abord failli...

Quand nos mots ambigus font par trop canular
Couchons sur papyrus pour sortir du brouillard

Nous irons tous au paradis, dit la chanson
Donc continuons ad libitum nos abandons.
Jeu 10 Juin 2004, 21:19 par gavroche sur Les liaisons sulfureuses

Encore!

Un faible soupir qui déchire la nuit
Les doigts qui caressent l’oreiller, un cri
Le dos qui se creuse, la peau qui se hérisse
Une envie, un manque entre mes cuisses

Un vent léger qui se faufile par la fenêtre
Un rayon de lune qui entre et se dessine
Un frisson qui me parcourt, tes mains qui me pénètrent
Le poids de ton corps qui m’opprime

Ta langue chaude qui frôlent mes seins tendus
Tes mains voraces qui vallonnent mes hanches
Tes lèvres qui me torturent, je flanche
La douceur de ton sexe, de ton corps nu

Baise-moi encore...
Prends-moi plus ...
N’attends pas mon accord...
Sers-toi sans remord...
Jeu 13 Mai 2004, 23:29 par la marquise de sade sur Les liaisons sulfureuses

Où tu veux, quand tu veux.

Les talons de ses petites chaussures cognaient sur le trottoir, et bien qu’entrecoupés quelques fois par un petit frottement, ils rythmaient un pas rapide et résolu.

Le boulanger prenait un moment de détente sur le pas de son commerce, et la suivit d’un regard tout aussi flatteur qu’amusé, du bout de la rue d’ou elle débouchait, jusqu’à l’angle de l’avenue Martin, ou elle tourna et disparut.

Elle portait des pieds nus, à petits talons en cuir marron.Ses pieds étaient encore blancs et ne portaient pas beaucoup les traces du temps. A la regarder on aurait presque cru qu’elle sortait de la douche.

Le pantalon était en coton blanc. Les pattes bouffantes au niveau de la cheville, remontaient en se rapprochant du corps, jusqu’à le mouler avec insolence sur un string en cotonnade, que l’on devinait blanc lui aussi.

Le haut, lui aussi de coton blanc, simple, était dans ce tissu un peu raide qui rappelle vaguement les chemises des hommes. Le col rehaussait cet effet d’ailleurs, mais il s’ouvrait sur sa peau récemment halée dans un soupçon de féminité qui transforme un vêtement simple en une parure fraîche et subtilement excitante.

Ses cheveux châtains étaient maintenus par une pince discrète, marron comme ses chaussures et le sac qu’elle tenait en bandoulière.

Tout son être reflétait la fraîcheur printanière, et ses yeux cherchaient dans le regard de tous ceux qu’elle croisait l’assurance qu’elle était jolie. Et elle l’était, oh oui qu’elle l’était, comme toutes les fleurs que le printemps fait éclore.

Elle serre dans sa main, un ticket de métro, avec griffonnés dessus un numéro de téléphone et une phrase :
« Où tu veux, quand tu veux ».

______________________________



Au « café des alouettes », les serveurs sont habillés avec des pantalons à pince clairs et des polos, noirs en général. Cette tenue leur donne une allure élégante et décontractée, loin des déguisements des garçons de cafés engoncés dans leurs tabliers. Leur mise s’accorde avec ce bar propret et nonchalant, qui accueille une clientèle tout aussi détendue et souriante.

Les deux jeunes femmes avaient déposé au pied de leurs chaises les sacs en papier dans lequel se trouvaient certainement les fruits d’une recherche de « petit hauts » et autres vêtements pour le printemps qui s’annonçait déjà.

Fatiguées mais souriantes, elles continuèrent leur conversation tout en s’installant à la terrasse, comme le font deux vieilles amies qui ne se sont pas vues depuis longtemps.

Elles s’interrompirent lorsque le serveur s’approcha de leur table pour prendre leur commande, un Vittel menthe et un Perier zeste, puis elles reprirent leur discussion tandis que le serveur repartait chercher leurs consommations.

Quand il revint avec le Perrier Zeste et le Vittel Menthe, les deux filles cesserent un instant leur babillage en le regardant poser les verres et les bouteilles. Il avait meme ramené des pailles, ce qui leur plut beaucoup.

Elles siroterent ainsi leur boisson, prenant le temps de regarder la journée qui s’achevait. Il faisait bon.

-S’il vous plait. On peut avoir l’addition s’il vous plait ?

Le garçon acquiesça d’un sourire pour faire comprendre aux deux filles qu’il allait leur apporter ce qu’elle lui avait demandé. Il nettoyait une table libérée quelques instants plus tôt à quelques tables de la leur. Finissant son travail, il rejeta un œil à la table des deux filles et croisant le regard de l’une d’elle qui l’observait à faire son travail, lui jeta un petit sourire timide. Il finit le nettoyage de la table, et partit en direction de la salle récupérer la note.

-Ca fait 3 euros, dit-il en posant la note sur la table.

Les filles se regardèrent un peu surprise, ne s’attendant pas à payer si peu. Et lui, il les regardaient, visiblement amusé par la surprise qu’il venait de leur faire.

-Euh … Vous êtes sur d’avoir tout compté.
-Un Vittel menthe, et un Perrier zeste, c’est ça ? demanda-t-il simplement.
-Oui, c’est ça.
-Eh bien, disons que je vous les fais à 3 euros dit il en rougissant un peu gêné.
-Oh comme c’est gentil ça, vraiment c’est trop sympa, merci, c’est vraiment sympa …
-Il y a pas de quoi. Ca me fait plaisir. Je vous vois souvent venir ici, vous avez l’air sympa vous ici. C’est un peu normal.

Il encaissa le billet de 5 euros, et déposa la monnaie dans un bruit feutré sur la note qui trônait sur la table.

Celle qui lui avait sourit, la brune habillée tout en blanc, le regardait, comme hésitante. Elle lui plaisait beaucoup celle-ci en fait, et il espérait qu’un jour il pourrait la voir autrement qu’au café des alouettes, autrement qu’elle étant cliente et lui serveur, autrement …

Elles se levèrent, reprirent leurs sacs et quittèrent la terrasse en lui adressant un dernier sourire. Il leur rendit, surtout à la brune.

______________________________



-Ben alors, pourquoi tu ne l’as pas fait ?
-J’ai pas osé …
-C’était pourtant une bonne idée le coup du mot avec ton numéro dessus. Par curiosité, tu appelles à mon avis quand tu reçois un mot comme ça. Ne fusse que pour savoir qui c’est.
-Tu crois. Ca fait pas un peu trop plan drague ?
-Mais il en faut du culot des fois, je crois. Si c’est bien fait, et que tu plait un peu, ça passe sans problème.
-Ah là là, j’ai été bête. Je sentais son regard, et ça m’a bloqué. Je pouvais plus laisser ce ticket sur la table... Pourtant on a fait comme on avait dit... Mais c’était trop dur !
-C’est super moi je trouve ce qui vous arrive.
-Pourquoi tu dis ca ?
-Ben vous êtes amoureux, vous n’arrêtez pas de vous regarder à chaque fois que vous vous voyez à ce bar là.
-Tu crois que je lui plait ? Vraiment ?
-Oui, je crois que c’est du tout cuit cette affaire là.
-Peut être que la prochaine fois, je laisserai ça directement au dos de l’addition non ? T’en penses quoi ?
-Ben le coup du ticket de métro, je trouve ça fun, culotté mais élégant. Tu l’as encore ?
-Oui, tiens regarde, j’avais même mis une petite phrase en plus.
-« Ou tu veux quand tu veux » ! Et ben c’est ça. Dis donc, tu n’as pas froid aux yeux toi.
-Avec ca, si il comprend pas …
-En plus tu as vu comme tu étais toute belle aujourd’hui dans ton petit ensemble blanc ? Et puis ton petit sac, il va bien avec. Trop craquante.
-Merci, tu es gentille. Et je je me sentais belle aujourd’hui. Tu aurais vu la tête du boulanger quand il m’a regardé passer. Il a bien scotché, et pas mal sur mes fesses d’ailleurs.

Les deux filles riaient du pouvoir de séduction que confère un string sous un pantalon blanc lorsque un portable sonna. Farfouillant dans son sac à main, la brune trouva enfin le portable et répondit sans même regarder le numéro.

Elle devint blême et ouvrit de grands yeux muets en direction de sa copine qui fronça les sourcils en signe d’incompréhension, suivis d’un petit mouvement de tête interrogateur.

-Oui c’est moi… Non non, vous ne me dérangez pas … Bien sur, avec plaisir… Demain ? Ok pas de problème. A 19h00 devant le manège, d’accord… Bonne soirée à vous aussi.

Elle raccrocha, et cria de joie.

-C’était lui, il a trouvé mon numéro de téléphone sur un ticket de métro sur ma chaise, et il a appelé. Je ne comprends pas comment ca se fait, je n’en avais préparé qu’un seul de ticket avec mon numéro dessus.
-Mais moi aussi, j’en avas préparé un avec ton numéro dessus, des fois que tu oses pas laisser le tien. Je te connais un peu, répondit alors son amie hilare.


______________________________

Mar 04 Mai 2004, 13:44 par PetitPrince sur La séduction

Cercle vicieux...

Il s’y frotte et s’y colle…

Encore maintenant il est le plus , très à l’aise dans son costume. Il la laisse faire sur la pierre froide. Il l’aurait volontier guidée dans une autre rue, mais il la sentait pressée, énervée, impatiente. Il n’avait rien choisi, avait laisser son instinct filer droit devant lui. Qui pourrait être déçu du rendez-vous qu’il avait fixé ?

Elle s’y glisse et s’y pique…

La voilà dos au mur, aucune chance de s’enfuir. Elle se baisse et se relève comme pour se frayer un chemin dans le noir. Elle ne voit d’autre issue que celle qui se propose à elle, pourtant, elle n’aurait pas voulu qu’il en soit autrement.

Ils s’y prélassent et s’y embrassent…

Ils se griffent, se blessent, se mutilent. Ils sourient chaque fois un peu plus, comme si la haine était un second souffle. Ils se piquent, se suivent, se reniflent bestialement. Ils se regardent comme au premier jour à chaque nouveau pas.

On s’y sert et s’y perd…
Dans le gouffre de l’Amour…
Dim 02 Mai 2004, 15:57 par Rose sur L'amour en vrac

Ces petits mots...

Avec tous ces petits mots,
Qui s’alignent sur ta peau,
Avec tous ces grands frissons,
Dis, on se pose pas de questions.

Une soirée dans un pré, éclairés d’une bougie,
Les rossignols martèlent de leurs chants,
Sifflent goulûment à la vie, déchirent la nuit.
Le temps, de s’arrêter, fait semblant.

Puis, le début, d’une valse lente,
Un mot, des rires, les caresses,
Il y a une complicité presque offensante,
Sous ces instants de tourmente.

Tu me prends la main, car ce soir,
Oui, tu vas me faire découvrir ton endroit à toi,
Ile secrète, ta cabane au fond des bois,
Ton lieu de solitude, ta cathédrale de désespoirs.

Nous marchons dans les herbes, les obstacles évitons,
Ta voix est calme, déterminée, tu me tiens la main,
Nous arrivons dans ton antre, ton boudoir à toi,
Les rais de lune auréolent cet endroit.

Cette clairière, au milieu des bois, isolée,
Et cette cabane, fière d’y trôner.
Nous escaladons, arrivons sur le foin, cela sent bon,
Il fait presque tiède, et pourtant, nous tremblons.

Sur ma tempe ta main, tendre, étonnée,
N’a cesse de m’arracher
A cette douce torpeur,
A cette envie de cocon tendrement enlacés.

Avec beaucoup de douceur et de fermeté
Ta main parcourt sur moi, la nuque, le cou,
Je sens ta chaleur, je te sens me convoiter,
J’aime ces mots, leur force, ils sont doux…

Ta main se fait de plus en plus expérimentée,
Sur mon dos, dessine des cercles entrelacés,
Je savoure, me laisse séduire par tant de talent,
Mon corps, hypnotisé, répond à tes douceurs tendrement.

Ces minutes semblent durer à jamais,
Rien ne bouge, pas un bruit, la nuit est comme arrêtée
Ces frissons montent , prennent leur temps,
Comme sous ta main, mon corps se fait docile, captivé.

Je t’encourage par des soupirs impossibles à réfréner,
Et, lentement, nous nous laissons glisser,
Vers les sulfureux délices
Et de leurs formidables abysses….

(Ce qu’il s’est passé ensuite, la question vous vous posez !
Ces instants trop intenses ne vous seront pas contés !
Ils sont gardés, en secret,
Tout au fond de mon jardinet….!)

De notre coma idyllique peu à peu,
Nous reprenons nos esprits,
Étonnés quelque peu,
De nous trouver ici….

Le silence, puis, peu à peu les bruits de la nuit,
Du foin dans les cheveux, tu souris,
Pas un mot, dans ce silence quasi-absolu,
Nos muscles engourdis, nos corps repus.

C’est un soir de plein lune,
De question aucune….
Un moment d’intense tendresse,
Et de terribles confesses…

Balade nocturne, entremêlée de frissons….
Avec tous ces petits mots
Ainsi que cette ponctuation,
Qui peu à peu… s’éteignent sur ta peau…
Lun 26 Avril 2004, 23:52 par à mon étoile sur Les liaisons sulfureuses

Réponse

Je ne voulais pas vraiment attaquer, mais défendre Musset qui est une personne que j’admire. Mais je n’ai jugé personne, et excusez-moi si cela a été pris ainsi.
En fait, je suis un océan rempli par les larmes de mes déceptions amoureuses. J’ai été déçu comme j’ai déçu. Et c’est pour cela que je me retrouve tant dans ces lignes de Musset.

J’aime beaucoup également la suite du texte, rajoutée par Melkaena, et qui, comme elle le dit si bien, ne pouvait être omis :
Citation:
On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : j’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois; mais j’ai aimé. C’est moi qui est vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. "

Y-a t’il plus message d’espoir en ce monde pour tous les gens qui pleurent et rient d’amour ?
Ces lignes m’ont porté dans les moments les plus bas, m’ont aidé quand j’étais rongé par la culpabilité d’avoir fait souffrir.


PetitPrince, désolé de n’avoir pas pris de gants pour un premier post, mais dans un topic qui parle de Musset je pense qu’il vaut mieux jeter ses idées comme cela, pour sa mémoire et pour sa vie qui fût toujours ainsi.
ange
Jeu 22 Avril 2004, 18:04 par Gothik159 sur Citations

Paix et amour

Bonjour Gothik et bienvenu ici, sur le forum d’écriture des âmes tendres.

Tu fais en attaquant directement un membre dis donc. C’est peu courtois de ta part de critiquer quelqu’un que tu ne connais pas et dont tu te fais une opinion via seulement un seul de ses textes... A tort, il va de soi.

Laisse-moi un peu t’expliquer pourquoi j’ai crée le forum des âmes tendres. Je souhaite que les gens qui s’inscrivent ici, le fassent parce qu’ils ont envie d’écrire sur des jolis thèmes suggérés par l’amour. Je souhaite que ces gens-là viennent surtout exercer leur plumes, la faisant parler avec la légèreté qui leur sied, sans redouter la critique souvent trop dure de leurs lecteurs. Tu me suis ?

Alors pour donner à chacun sa muse, nous avons plusieurs rubriques, sur lesquelles nous nous employons à réagir en respectant le principe du forum : écrire sans juger, ni les autres, ni soi-même, écrire juste pour la beauté des mots. La citation d’Alfred de Musset s’y prète bien, de même qu’une quantité d’autres d’ailleurs.

Ici, c’est un havre de paix, du moins je m’y emploie pour que ce soit ainsi. Viens avec nous écrire de jolies choses, découvre des textes inédits, émouvants souvent, parfois maladroits, parfois malicieux, ou même carrément audacieux.

Mais ne sème pas les mots de la discorde.

Je pense qu’un joli texte de ta part trouverait bien sa place aprés celui-ci, pour nous faire découvrir comment tes mots réagissent avec splendeur à la remarque d’Alfred.
Jeu 22 Avril 2004, 16:00 par PetitPrince sur Citations

Suite à l'Avorton ....

à mon étoile a écrit:


Boire à grandes gorgées
Les petits plaisirs moments partagés
S’encenser des effluves épicées
Se fondre dans le décor calciné...


pfffff inspiration arrêtée nette, je sais pas pourquoi...
Bisous de moi
(...tiens, je re re-rime !!!)



Dévorer à pleine dent
Les minutes précieuses, les instants
Les mets délicats, les plats de géants
Se gorger avant de ressentir le brûlant...

Danser sur sa valse endiablée
Se laisser emporter par sa voix, envoutée
S’enivrer de ses rythmes saccadés
Avant de s’effondrer sur la piste, épuisée...

Voler au-delà des frontières du réel
Très loin, jusqu’à toucher le soleil
Fermer les yeux, déployer ses ailes
Puis s’écraser sur le sol au réveil...

Rêver plus
De monde meilleur, de vie en or
De folies, de rire, d’encore
Et se demander pour quoi tout ça est mort...


A poursuivre.. dans une autre inspiration....
Mar 20 Avril 2004, 20:31 par la marquise de sade sur L'amour en vrac

Calins

Qu’il est doux de poser ma tête au creux de ton épaule.

Qu’il est doux de te serrer bien contre mon coeur.

Qu’il est doux de goûter tes lèvres qui s’offrent à mes lèvres,

Qu’il est doux de respirer ton souffle, de respirer ton être,

Qu’il est doux de caresser ton corps, ta chair, tes formes

Lentement, lentement,

Et sentir ce désir qui brûle en toi... et moi...

Et tes mains qui me cherchent, et ta bouche contre ma bouche,

Et tes yeux qui me cherchent... Et mes yeux qui te cherchent

Comme pour partir pour un mystérieux voyage

Sur une mer infinie qui s’appellerait tendresse,

Sans cri, sans fureur, dans un calme bonheur,

Comme dans un rêve, un rêve qui ne finirait pas...



Viens ! Viens un instant ! Viens une minute,

Viens faire un câlin...

Tout s’efface, tout s’oublie...

Un moment d’éternité.
Mar 20 Avril 2004, 08:07 par Mout sur L'amour en vrac

Dans ton ombre

En ce jour si spécial pour toi
Où je sais que tes démons vont frapper
Plus encore contre ton coeur blessé
Je reste là, dans l’ombre à tes côtés.
Comment te dire ce que je ressens
Laisser parler mon coeur, donner mes sentiments
Ne pas te mentir, prendre mon temps.

En ce jour si spécial pour toi
Où tes blessures vont surgir une nouvelle fois
Laissant dans ton esprit un gout de trépas
Je reste dans l’ombre, près de toi.
Comment te décrire mon attachement
Trouver les mots justes, peut-être pas ceux que tu attends
Ne pas te blesser, être ton médicament

En ce jour si spécial pour toi
Où ta honte va envahir une nouvelle fois ta vie
Te suggerant d’entrer à tout jamais dans la nuit
Je reste là, dans l’ombre de ton huis.
Comment te faire comprendre que tu es important
Rétablir notre confiance d’antan
Ne pas me fuir, accepter cet envoutement

En ce jour si spécial pour toi
Où ton amertume va laisser mon mail vide
T’ordonnant de ne pas y glisser des soupirs avides
Je reste dans l’ombre de ton coeur aride.
Comment t’ecrire que tu es mon île
Sous ta noirceur et ton air fragile
Ne pas craindre ce jour d’avril


La marquise...
Dim 18 Avril 2004, 20:02 par la marquise de sade sur Amour internet

Rendez vous

Ce soir c’est le grand soir, notre premier rendez-vous
J’ai toujours fui au dernier moment tes avances
Je suis prêt maintenant à des instants de connivence
Ce soir c’est le grand soir, nous irons jusqu’au bout...

Depuis plusieurs jours je me prépare à la rencontre
Pour toi j’ai choisi mes plus beaux habits
Lissé ma peau de doux parfums de fruits
Depuis plusieurs jours je ne cesse de scruter ma montre...

Ce soir je prendrai la ligne droite la plus longue du monde
Je viendrais te rejoindre chez toi, tu m’y attends
Crucifions ensemble l’insincérité et tuons le temps
Donnons nous l’envie de nous offrir à la lune féconde

Je me jetterai sur toi, tu m’ouvriras grand tes bras
Je laisserai mon corps jouer entre tes mains
Serre moi pour une nuit sans lendemain
Prend moi, emmène moi au nirvana

La tulipe...dans la nuit...noire
Sam 17 Avril 2004, 23:15 par la_tulipe_noire sur La première fois

Souvenir d'empire...

La Marquise de Sade a écrit:
Quelle chose la plus incongrue vous a le plus séduit chez une femme/ un homme?


La chose la plus déplacée... La moins conforme aux us et coutumes... La plus délirante face au savoir-vivre...

Pour ma part... Quelque chose de voletant... Bien plus que des mots poétiques, qu’un pas de danse classique, qu’un sourire magique, qu’un regard subjectif...

Quelque chose qui nous prend tous pour la savourer à travers les temps... La capacité de s’évader, de s’envoler loin d’un monde emprunt de règles, quelque chose qui m’emporte pour ne jamais plus me poser.

En un mot... le bonheur de rêver et de satisfaire ses rêves. Emporter avec soi, dans son monde, toutes les personnes trop terre à terre pour se rappeler qu’elles ont été jeunes, qu’elles ont lu les contes de fées, qu’elles ont espérer avant de vivre comme des machines... La possibilité de se sortir de la terrible vie du "5 à 7" !

Pouvoir se croire ange, ou fée, ou princesse, ou roi, enfin... Se créer un monde et le mener à terme, faire naître ses ailes et se poser la nuit sur une île déserte...

Elle peut ne pas paraître incongrue cette chose que je trouve charmante... Mais de ce que l’on me dit quand on regarde la vie de rêves de quelqu’un... J’ai bien l’impression qu’il s’agit d’une espèce menacée, juger de haut simplement car elle applique les règles de ses envies, et non plus celles du monde...

Peut être finalement... Est-ce tout simplement... Une personne utopiste qui me charme... ahmoui En tout cas... Une chose est sure... C’est qu’elle doit être incongrue pour agir de manière non conforme...
Lun 12 Avril 2004, 16:35 par Rose sur La séduction

Chemin pavé...

PetitPrince a écrit:
Elle aidera peut être chacun à trouver la voie de son juste milieu.


Se trouver est un combat de tous les jours, se comprendre une question d’affaire.

Ainsi Hermès Trismégiste, alchimiste et non penseur, dévoila il y a longtemps son secret de la compréhension : Distingue clairement qu’il y a deux consciences en toi. Celle de la dense matière de ta chair et celle de ton être essentiel qui a la faculté d’être attentif à cette chair. Voilà où se situe le centre de ton attention où tu dois installer ton vouloir ardent.

Etre bien flasque seul... Etre bien dur dans une relation duettiste... N’y voyez pas là d’idée bien déplacée ! Simplement, qu’il faut être bien seul pour perdre espoir, et au contraire, bien pour supporter la main d’un(e) compagnon. Faut-il donc penser, selon les Fables, qu’une relation libertine et vivante a plus de chance de vivre qu’une relation bétonnée par sa structure ?

Voila, un point bien ambigu...

Bertrand Vac a écrit:
On a beau blâmer les libertins, ils restent quand même les seuls à avoir employé les moyens de retenir celles qui leur plaisent.
Ven 09 Avril 2004, 14:29 par Rose sur Citations

C'est magique

A mon tour de vous raconter mon aventure...
Je venais de me connecter depuis peu sur la toile. M’ennuyant, je fais des salons AOL. J’apprends les rudiments du chat les abréviations et tout ce qui va avec. je rencontre des contacts sympas qui sont devenus par la suite des amis sincères et fidèles.
J’avais de la répartie et je m’éclatais. certains m’ ont fais des propositions mais étant mariée et pas si malheureuse( il y avait pire que moi juste délaissée et l’ impression de ne servir à rien ouin )je trouvais ça flatteur mais je me refusais à ça, je ne suis pas volage.

Un jour sur un salon, je rencontre un homme avec qui la rigolade était de mise, un joyeux drille comme je les aime clown2 . Au fil du temps je me suis confiée, il a su me mettre en confiance. Il m’a déclaré sa flamme, me disait être belle, gentille, douce... Tous ces compliments que mon mari ne me faisait pas... Et un jour, j’ai dû me rendre à l’évidence : je l’ aimais aussi. J’existais en tant que femme et il m’ aimait d’une force que je ne croyais pas possible.
Mais comment tout quitter pour lui. Et ma fille, comment ne pas la blesser... Et ces 750 km entre nous... Que de questions ! Et si comme quelques contacts la rencontre physique cassait la magie ???

Mais le désir charnel de s’unir, le désir de passer nos jours et nos nuits ensemble, un manque qui nous faisait souffrir coeur . Il fallut se rendre à l’ évidence que le net ne nous suffisait plus. Après avoir couché ma puce, j’allais sur le net jusqu’ à des points d’heure. Apres avoir fait des cams operateur chaque soir on devait encore se téléphoner. France telecom et itineris nous aimaient bien je pense aïe aïe aïe les notes atteint

Et un jour nous avons mûri notre rencontre. Pour lui comme pour moi, ça ne se passerait pas comme nos contacts, la magie ne cesserait pas... Nous nous étions donnés RDV sur le parking d’un charmant petit hotel où nous devions passer 5 jours et 5 nuits. J’avais préparé mon absence. Je suis arrivée sur le parking, il venait juste de sortir de sa voiture et il fumait une clope pour se détendre. Ma vitre etait ouverte, il s’est baissé, et nous nous sommes embrassés love2. Apres m’être garé, je suis sortie de ma voiture et il m’ a enserré, son coeur battait à tout rompre. Il lui a fallut deux jours pour que son coeur se calme. Je lui ai fait de l’ effet aime .
Rien ne s’est cassé, je vis avec lui, ma fille l’adore, il l’adore aussi comme si c’était la sienne. J’ai divorcé, mon ex mari est devenu un ami sincère, il a une amie. Il connait mon cher et tendre et vois sa fille le plus possible malgrès les kms.

Avec mon internaute préféré, nous essayons d’avoir un enfant. Nos amis internautes, qui cherchent toujours plus moins l’âme soeur, sont ravis pour nous. Et moi je vis un conte de fée. Je sais la chance que j’ai d’avoir rencontré un ange fleur il a éclairé ma vie et grâce a lui je me sens femme, belle, et j’existe enfin dans les yeux de ma moitié. coeur coeur coeur
Voici mon histoire je suis sur que l’ amour existe pour les âmes seules, et souvent il arrive la ou on s’y attends le moins.

Je vous embrasse
Dim 08 Fév 2004, 15:50 par lune inspirée sur Amour internet

Sursaut ...

Rahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !
Aujourd’hui God of the sun (Hélios). Je suis beau. Je suis le plus beau.
Je suis super-extra-beau-top-le-mec-il-faut-se-le-faire-vite-vite-vite-sinon-je-salis-la-moquette.
Ouais.

Hier soir, je me suis dit "Demain, je serai sex ou je ne serai pas" !!!
Sortir les chemises de l’armoire, regarder la plus belle qui n’est pas repassée et se dire qu’on va pas se prendre le chou, qu’on en mettra une autre. Ce matin, après quelques essais, j’ai finalement mis
la plus belle (pas repassée, mais ça se voit pas et puis il y a midi !)

J’arrive au travail ( en retard),le cœur jouasse, je ne retire que mon super manteau top-je-suis-sex-dedans et garde ma petite veste celui-là-il-va-me-rendre-folle pour aller à la machine à café. Sous le prétexte mental fallacieux d’aller voir si une installation s’est bien faite dans une salle voisine de l’antre de mon "Papillon", j’avance grand, beau, et . Faut qu’elle me voit comme ça, merde (c’est super con un mec, j’adore).

Le type que je m’attendais à trouver dans la salle n’est pas là, je fais demi-tour. Dans l’élan du départ, je l’aperçois sortir, et là elle me fait un grand sourire et "Bonjour", puis "ça va".
J’ai failli oublier de répondre au "ça va", mais je me suis rattrapé in extremis.
Elle avait l’air d’avoir soigné sa tenue et son maquillage. Ce soir c’est le pot du CE suivi d’une petite sauterie pour la fête de son amie.
Ca se "prépare" ce genre de chose...

Hier soir, j’ai exprimé toute mon agressivité à la piscine. Il doit plus rester grand chose, si le contexte s’y prête je vais pouvoir être détendu et faire mon charmeur de base. Ouais.
Mer 04 Fév 2004, 12:55 par PetitPrince sur L'amour en vrac
Page 20 sur 21 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 19, 20, 21  Suivante

Ecrire sur fort

Ecrire sur fort La vamp brava l'amant vantard..., Encore!, Où tu veux, quand tu veux., Cercle vicieux..., Ces petits mots..., Réponse, Paix et amour, Suite à l'Avorton ...., Calins, Dans ton ombre, Rendez vous, Souvenir d'empire..., Chemin pavé..., C'est magique, Sursaut ...,
Il y a 310 textes utilisant le mot fort. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

CARNET DE RROSE
ALINA REYES
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Mieux vaut vivre enchaîné près de celui que l'on aime, que libre au milieu des jardins près de celui que l'on hait.

Saadi.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 19 Juin 2021, 17:18
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 31 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 30 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite