A tous les hommes qui ont traversé ma vie.

Le Dim 22 Août 2004, 13:45  sur Un monde parfait, 0 commentaire
D’abord, vous dire à quel point je suis heureuse que vous soyez toujours là! Quelle chance nous avons d’avoir réussi ce pari de transformer l’amour en amitié.

Je vous ai tous aimé, avec plus ou moins de fougue, plus ou moins longtemps. Nous avons contruit de belles "histoires d’amour". Vous m’avez offert des moments intenses, brisé quelques-unes de mes illusions aussi! Peu ou prou, ma personnalité s’est trouvée modulée par vos traces, laissées au plus profond de mon âme. J’ai grandi avec vous, je me suis ouverte à d’autres horizons. Je pense être devenue plus tolérante à vos côtés...Vous étiez tous si différents!

J’ai aimé apprendre l’amour dans vos bras, vous m’avez guidé sur le chemin de la sensualité avec art et maîtrise. J’ai découvert ainsi des délices insoupçonnés. Un par un, vous avez écarté mes tabous. Contre vous je suis devenue amante-gourmande. Vous m’entrainiez toujours plus loin, toujours plus haut dans un tourbillon de plaisir enivrant. Si je peux écrire l’amour aujourd’hui, je vous le dois bien certainement.

Merci aussi pour toutes ses soirées où nous avons refait le monde. Merci pour les rires et la complicité; pour la fusion de nos esprits le temps de nos idylles.

Quand la vie m’a blessée, vous étiez là aussi pour me consoler. J’ai pris vos mains et vos épaules comme un havre de paix. Je me suis reconstruite sous vos encouragements et vos baisers passionnés.

Nous avons même réussi nos ruptures. Je vous ai laissé partir quand le chant d’autres sirènes vous charmait, vous ne m’avez pas retenue quand je rêvais d’ailleurs. Nous nous sommes épargnés les coups bas et les mots blessants. Nous avons gardé la tendresse et souri...en essuyant promptement nos yeux.

J’ai gardé un petit bout de chacun d’entre vous dans ma mémoire. Quand je vous revois aujourd’hui, je sais pourquoi nous nous sommes aimés.

A ma façon, je vous aime toujours!

Je vous aimerai toujours...


Syolann

Le désamour.

Le Sam 21 Août 2004, 10:50  sur La séduction, 0 commentaire
Insidieusement, il se glisse en nous.

Au départ, il se fait tellement discret, qu’on ne remarque même pas qu’il s’installe, se dissimulant habilement derrière "les habitudes" et "la routine". On commence à le deviner quand notre regard change: Jusque là, on trouvait notre "chéri" un peu bohème, aujourd’hui on le qualifie carrément d’irresponsable. On ne voyait que lui, à présent, nos yeux s’attardent trop souvent sur d’autres hommes. Le simple fait de toucher la main de notre aimé nous électrisait, et on se retrouve là, à chercher des prétextes pour échapper à ses étreintes.

On est tombé amoureux lentement, progressivement, on prend de la distance doucement aussi.

En matière de relation amoureuse, rien ne sert d’insister lourdement lorsque la magie est rompue, sous peine de briser aussi ce qu’il y a eu de beau. Mieux vaut partir, garder le meilleur en souvenir et aller de l’avant; apprendre à accepter de désamour, comme on a un jour accueilli l’amour.

Syolann

Désir en ut mineur.

Le Ven 20 Août 2004, 19:14  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Nicolas referme la porte de l’appartement derrière nous. Nous sommes chez lui et nous savons ce que nous allons y faire. Notre attitude dans l’ascenceur ne trompait pas : j’étais collée à lui, la tête sur son épaule, mes lèvres dans son cou. Je respirais la fragrance de son eau de toilette, mêlée à l’odeur du cuir de son blouson. Pour moi dorénavant, le désir aura ce parfum.

Je m’imprègne de l’endroit : je regarde le plafond entièrement ciélé de poutres et les murs de crépi blanc. Il y fait sobre : peu de décorations, tout au plus une ou deux reproductions de tableaux. Par contre, je reste interdite devant un piano, majestueux, qui occupe la moitié du living.

Nicolas m’apporte un verre de vin blanc frais, il fait chaud dehors et plus encore ici me semble-t-il. A moins que ce ne soit moi qui perde déjà les pédales! Il s’installe au piano et, tout en me souriant, plaque quelques accords bien choisis.

Je retire mes chaussures et sens le contact rafraîchissant du carrelage, histoire de me rappeler que je suis sur terre. Tout en dégustant mon vin, je m’approche de lui, mais ce sont ses mains que je regarde. Je les vois courir sur le clavier, nerveuses, agiles, parfaites et je ne peux m’empêcher de les imaginer sur moi. Quelle partition choisirait-il d’interpréter sur mon corps? Quelle musique y ferait-il naître? Au fond, ça m’est bien égal, tant qu’il joue crescendo.

Change-t-on d’espace temps quand on est sous l’emprise du désir? C’est plausible car je n’ai plus aucune idée de l’heure qu’il est. Je m’évade en pensées, j’anticipe la suite des évènements, je me languis d’être contre lui. Nicolas semble tout à sa musique, j’en suis presque jalouse.

Je m’installe à ses côtés, sur le tabouret de pianiste. Ma jupe courte dévoile plus encore mes jambes dorées par le soleil de juillet. La mélodie s’arrête instantanément, il me prend dans ses bras et sans plus attendre, pose ses lèvres sur le lobe de mon oreille. C’est mon point sensible, il le sait parfaitement et s’amuse avec délectation des frissons qu’il me provoque. Sa langue, à présent, est sur mes lèvres, dessinant leurs contours avec une infinie lenteur, les humectant de salive. J’aspire son souffle chaud. Quand enfin Nicolas m’embrasse profondément, je sens ses mains sur mes cuisses, elles ne s’arrêtent pas là, montent encore et encore, s’insinuant sous ma jupe. Il me fait perdre toute contenance et chavirer dans une excitation telle qu’elle me pousserait à être à lui, là, tout de suite, sur ce siège incongru.

Mais c’est notre "première fois", il faut "bien" faire les choses...

Alors, réprimant mes tremblements, je m’aventure sur le chemin de son corps. Lentement je déboutonne sa chemise, embrassant la chair qui se dévoile au fur et à mesure dans l’échancrure que je crée. Je laisse la caresse de ma bouche s’intensifier au point de me donner l’envie de laisser sur sa peau une marque de convoitise d’amour si impudique.

Nos élans, nos baisers, nos caresses, nos audaces me laissent entrevoir un avenir sensuel plein de promesses.

Et si nos folies se rencontrent?...Si nos folies se rencontrent?


Syolann

Clandestine

Le Ven 20 Août 2004, 13:20  sur Citations, 0 commentaire
Je t’attendais mais tu es passé à côté de moi, d’une part!
A tant te sentir prisonnier, à te couper du monde, te recroquevillant dans ta cellule où tu t’enfermais à clé, tu ne m’as pas vue, d’autre part!
T’acharnant à effacer mon souvenir de ta mémoire, tentant de m’oublier jusqu’à nier mon existence, ressassant ton malaise à en perdre la raison, tu ne m’as pas entendue.
A me chercher dans les endroits que je ne fréquentais pas, à me guetter sur les routes que je n’empruntais pas, tu m’espérais sans cesse, autre part.

N’avais-tu donc pas senti que j’étais en toi, toujours et partout?
Tu me cherchais si loin, j’étais si près...

Libère-toi, libère-moi!
Sinon, nous n’irons nulle part!

Syolann

L'anti-séduction

Le Jeu 19 Août 2004, 21:19  sur La séduction, 0 commentaire
la marquise de sade a écrit:
Il y a quelques mois, nous avions entamé l’effeuillage de nos élans amoureux. Je le dépoussière, le frotte un peu, l’astique pour qu’il brille et vous propose d’oter un nouveau voile qui nous couvre.

Si nous avons cherché déjà nos rendez-vous inhabituels, ce qui peut nous séduire chez l’autre ainsi que ce qui nous faisait totalement fondre, nous ne savons pas encore ce qui peut provoquer des sentiments inverses.

Qu’est-ce qui nous fait fuir?



La Marquise... plumeau cling



L’anti-séducteur.

Il a l’air charmant et sympa mais fondamentalement il est dénué de savoir-vivre et de classe. Il m’invite à prendre un verre dans une très jolie taverne mais il appelle le serveur....en claquant des doigts!
Il tente de me faire rire avec des histoires que lui seul qualifie de drôles, il manque de subtilité et de finesse, quant à la discrétion, son rire tonitruant révèle qu’elle lui est parfaitement étrangère.
Sa conversation est banale, il n’a pas vraiment de passions dans la vie, ceci expliquant peut-être cela!
Nous quittons l’établissement, il règle l’addition mais omet le pourboire.
Nous nous dirigeons vers la voiture, nous nous y installons sans qu’il ait pensé à m’ouvrir la portière sous prétexte que "les femmes ont voulu l’égalité des sexes"!!!
Arrivés devant chez moi, mes au-revoirs sont brefs et assez froids mais je perçois pourtant dans son regard une petite lueur de "propriété" comme si le fait d’avoir bu un cocktail en sa compagnie faisait de moi une femme "acquise".
Au moment de s’éloigner, il fait "crier" les pneus de sa voiture.
Et lorsque vingt minutes après, je reçois un sms de sa part, me demandant si j’ai passé une bonne soirée et surtout si je pense à lui, j’efface son nom de mon répertoire!


Syolann

Une route dans les étoiles.

Le Jeu 19 Août 2004, 17:09  sur La séduction, 0 commentaire
Pour en revenir un peu aux lieux de rendez-vous inhabituels (si vous le permettez!)

Je me souviens comme si c’était hier de ce rendez-vous si particulier. Ce jour-là, je ne trouvais pas le sommeil. Je me retournais encore et encore dans mes draps, en voyant défiler les heures sur le cadran de mon réveil.
N’y tenant plus, je me suis levée, et sans tenir compte qu’il était deux heures et demies du matin, j’ai appelé l’homme responsable de mon insomnie.

Je n’ai pas eu l’audace de lui demander si je le réveillais, je n’ai pas pris la peine de m’excuser de l’heure indue, j’ai juste annoncé un "Je ne peux pas dormir, j’ai envie de te voir" laconique.
Le fait que nous étions séparés d’à peu près cent kilomètres ne semblait pas m’effleurer non plus!
J’ai adoré sa folie en réponse à la mienne sous la forme d’un seul mot :"Où?"

J’ai filé me changer, me coiffer, me maquiller, je voulais être jolie même en pleine nuit! Je souriais de mon aplomb car le lieu où je lui avais donné rendez-vous n’était pas banal!

Sur l’autoroute qui reliait nos villes, je lui avais indiqué la sortie 23. A cet endroit, après avoir roulé quelques centaines de mètres sur la gauche, on découvrait un chemin carrossable, long de quatres kilomètres, s’enfonçant parmi les champs et absolument pas éclairé!
La seule lumière perceptible provenait des étoiles et de la lune.
Pas une maison, pas un arbre à l’horizon. Le ciel semblait se confondre avec la terre.

Je me rappelais m’être égarée là, un soir et j’avais été frappée par l’ambiance. Je m’étais sentie si petite sous la voûte étoilée, presque absorbée par elle. Cela m’avait rappelé ma visite au planétarium lorsque j’étais étudiante.

C’est là que je voulais retrouver l’homme qui squattait mes pensées. Je désirais lui faire partager la magie de l’endroit, j’espérais enfin goûter ses lèvres, sentir ses bras autour de moi...et avoir l’impression d’être en plein ciel!

J’ai pris la voiture, et écouté ma musique préférée pendant le trajet.
Lorsque je suis arrivée, il m’attendait déjà.
Il est venu vers moi, m’a prise contre lui comme je l’avais rêvé. Il ne disait rien mais je le sentais réceptif au lieu, j’avais réussi à l’émouvoir!
Enfin il a souri, m’a traitée de "petite folle"...et j’ai adoré.


Syolann

Deux ans après...

Le Mer 18 Août 2004, 00:48  sur L'amour en vrac, 0 commentaire
Petit bout,

Demain tu souffleras ta deuxième bougie, deux ans déjà que tu enchantes ma vie, tous les jours, un peu plus. Moi, j’ai trente et un an, un âge clé à mes yeux! Plus vraiment une "petite jeune", pas non plus une "has been", mais c’est là, où tu commences à bien te connaître. Tu ne sais pas encore forcément tout ce que tu veux, mais tu ne sais que trop bien ce que tu ne veux plus!

je ressens aujourd’hui le besoin de me "présenter" à toi. Quand tu seras en âge de me lire, tu seras sans doute étonnée du terme choisi et pourtant, je n’en trouve pas d’autre plus adéquat. En effet, bien que je sois ta maman et que le lien qui nous unit soit immuable, il n’est pas un gage de connaissance. Combien de mères restent un mystère pour leur enfant? J’ai eu la chance d’en avoir eu une exceptionnelle. Je constate, tous les jours, à quel point son éducation me sert. Maman m’a vraiment armée pour tout! Je peux affirmer aujourd’hui, que, quoiqu’il arrive de difficile ou douloureux, je resterai debout. Parce qu’elle m’a construite avec le ciment de l’amour, de la confiance et de la communication. Parce qu’elle m’a acceptée différente d’elle. Parce qu’elle a aussi voulu apprendre de moi. Je lui dois tout ce que je suis.

Je voudrais te transmettre ce merveilleux cadeau qu’est l’accomplissement de la personnalité. Bien que je m’appliquerai toujours à te respecter, je tiens à m’excuser d’avance pour toutes les erreurs que je ne manquerai pas de commettre...par trop d’amour.

Je te raconterai des moments de ma vie, ce qu’on appelle pompeusement "l’expérience". Tu en feras ce que tu voudras mais secrètement, j’espère qu’ils te donneront un début de réponse quand tu te poseras des questions. J’ai envie que tu saches ce qui m’a rendue heureuse ou blessée, ce qu’est ma définition du bonheur, ce que je pense de l’amour (Bien que je puisse déjà t’affirmer qu’il fait tourner le monde).
Bref, te livrer ma vérité pour que tu puisses créer la tienne.

Je suis ton commencement et une partie de ton histoire...
Comme je voudrais que ce soit une certitude de ton bonheur futur.


Syolann

Solène

Le Mar 17 Août 2004, 17:20  sur La séduction, 0 commentaire
Elle était là, devant moi, en ce début de soirée et je ne me lassais pas de la regarder. J’aimais beaucoup la détailler : la rousseur de ses longs cheveux qui lui tombaient jusqu’au reins en une cascade luxuriante, faisait ressortir le bleu de ses yeux, ombragés de cils immenses. Ses lèvres, bien dessinées et si charnues avaient la couleur d’une fraise bien mûre.

J’adorais sa prestance, la façon qu’elle avait de s’imposer et d’attirer les regards, sans s’encombrer des mille et une fantaisies dites "typiquement féminines". La sobriété de sa mise, pourtant "classe", tranchait avec les toilettes excentriques des autres femmes de l’assemblée. Elle avait choisi une robe longue, bustier, droite et fendue haut sur la cuisse, en soie beige. Je remarquai qu’elle abandonnait peu à peu ses vêtements sombres de veuve.Elle faisait des progrès car elle s’appropriait à nouveau les couleurs. A chacun de ses gestes, je pouvais voir les tiraillements du tissu sur certains endroits de son corps...et je décidai de trouver cela ravissant! La seule originalité de sa tenue résidait dans des chaussures incroyables aux vertigineux talons dorés.

Maintenant elle ondulait entre les groupes d’invités, s’attardant auprès de certains, afin de cerner leurs conversations. Sa démarche chaloupée, sensuelle s’apparentait à celle d’un félin. Ses jambes fuselées, que j’imaginais douces, se révélaient sous la fente généreuse de sa robe. Aucun débat ne semblait la captiver, elle trouvait tout cela bien sérieux. Son regard planait au loin, je la sentais vraiment ailleurs...Un ailleurs où j’aurais tant aimé avoir ma place. Au fond, je savais qu’elle n’aimait pas ce genre de soirée mondaine, mais, puisqu’elle voulait sortir de la retraite, où son statut de veuve "précoce" l’avait poussé, elle s’était promis de ne refuser aucune invitation. Il serait encore temps de faire le tri après.

Soudain, je la vis fixer avec aplomb un homme grand et brun qui parlait trop fort : il tentait d’impressionner une charmantde demoiselle, tout de blanc vêtue, enveloppée savamment dans une étole d’hermine. Je ne sais pour quelles raisons, mais celui-là elle devait le détester. Elle le toisait d’une façon si singulière. Mais même son mépris, si visible, n’entamait pas la beauté de ses traits. Elle me plaisait, je la voulais.

Lasse du bruit et de ces gens qu’elle jugeait futiles, je la vis se diriger vers le balcon pour y trouver un peu de paix. Là, elle contempla le jardin, enclave de verdure et de fleurs dans cette immense propriété froide.

La brise fraîche de fin d’été s’intensifiait. Dans un geste icarien, elle ouvrit les bras comme pour prendre son envol, mais, je savais, c’était seulement pour mieux s’offrir à la caresse de l’air ambiant. Elle sentait le vent jouer dans ses cheveux, glisser sur ses bras nus, plaquer la soie de sa robe sur son corps. Elle s’émerveilla de la simplicité de ce plaisir et de la sensualité de l’instant. Je me demandais si un tel abandon lui était encore possible dans les bras d’un homme.

C’est là que nos regards ce sont croisés, qu’elle m’a regardé, vraiment pour la première fois.

C’est là que nous avons déclaré la soirée réussie...

Syolann

Pour Toi...encore!

Le Lun 16 Août 2004, 23:29  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
J’ai bien reçu ta lettre. J’ai adoré tes mots, je les ai dégustés par petits bouts, je les ai laissé entretenir ce désir qui jamais ne s’apaise, ce feu permanent qui ne permet plus à mon corps de se refroidir.

Notre correspondance me rappelle cette semaine de fin d’année, où ton travail t’avait éloigné de moi. Tu te souviens comme nous étions accrocs aux SMS, aux e-mails? Te lire me mettait dans un état pas possible! Avoir vécu une telle folie à distance, je n’en reviens pas encore!

Moi non plus, je ne désespère pas d’être dans tes bras...quand nos agendas le permettront.

Quelle envie j’ai de tes lèvres, les embrasser avec passion, les sentir glisser sur moi.Je voudrais aussi que tes mains impriment leur caresse sur ma peau, que les battements de mon coeur s’affolent, que le souffle me manque. J’imagine déjà la tête qui me tourne, le ruisseau de mon corps qui se réveille et ta façon, peut-être, d’accepter mes caprices d’amour...

Là, je te dirai toute mon envie d’être à toi, mon besoin d’ivresse.... et le reste t’appartient.

Syolann

Lettre pour Toi

Le Dim 15 Août 2004, 22:37  sur Les liaisons sulfureuses, 0 commentaire
Hello Toi,

Je t’ai promis de t’écrire...alors voilà...

Point de départ: notre premier baiser, et ma première pensée..."Si je m’enflamme ?" Mais, le "si" était inadapté, j’étais déjà incandescente, car j’aimais l’ivresse que provoquait le désir en points de suspensions.

J’ai vécu ce moment intensément, j’ai savouré le déroulement de cet instant, hors du temps, et dénué de toute contrainte.J’ai "fait le plein" de sensations pour pouvoir les revivres, en songes, plusieurs fois, avec la même gourmandise.J’avais le coeur en excès de vitesse, je sentais ma peau brûlante, en attente de tes mains, et mes lèvres ne se rassasiaient pas des tiennes!J’aurais pu t’embrasser toute la nuit...

Je ne me lassais pas de la caresse de ta langue sur la mienne. A cette minute, je ne voulais plus respirer que par ton souffle...

J’en ai mis du temps pour t’écrire ces quelques lignes, mais, j’avoue : mon esprit vagabonde simultanément, ma concentration se fait difficile...et si les émotions affluent, les mots, eux, se dérobent...

A ton avis, où suis-je?

Je vais m’arrêter là, je t’offre ce "constat d’émotions" et m’interroge sur l’accueil que tu lui réserveras...

Dis-moi...

Tendrement à Toi,

Syolann
Page 5 sur 5 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5

syolann

ecriture, lecture, danse

Tout à propos de syolann

Inscrit le:  15 Août 2004
Messages:  70 [1.58% du total / 0.01 messages par jour]
Emploi:  Secrétaire de direction
Rang:  Plume d'amour
Plume d'amour

Activité

Forums Activité % Forum % total
L'amour en vrac 17 sur 813 2.09 % 24.29 %
La séduction 15 sur 210 7.14 % 21.43 %
Les liaisons sulfureuses 11 sur 276 3.99 % 15.71 %
Citations 6 sur 609 0.99 % 8.57 %
Parler d'amour 5 sur 415 1.2 % 7.14 %
Histoires d'amour 4 sur 320 1.25 % 5.71 %
Un monde parfait 3 sur 247 1.21 % 4.29 %
Exercices de style 3 sur 22 13.64 % 4.29 %
Mille choses 3 sur 731 0.41 % 4.29 %
La première fois 1 sur 94 1.06 % 1.43 %
Amour internet 1 sur 128 0.78 % 1.43 %
Le grimoire d'amour 1 sur 67 1.49 % 1.43 %

Partagez, si vous aimez

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 30 Juil 2021, 08:03
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 29 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs enregistrés : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite