Effluves de confidences

Effluves de confidences

Une myriade de lettres, des milliers de sons
Des centaines de paroles, une cascade de mots
Un torrent de sensations déversant avec douceur
Les élans et les sentiments de mon cœur
Et voyageant jusqu’au contact de ton tympan
Venant acheminer tout au creux de ton oreille
Tout un monde d’intenses émotions
Que mon âme te chuchote avec ferveur

Voyage astral intemporel que je fais avec ma voix
à travers cet qui transporte ma passion jusqu’à toi
Caressant doucement le contour du lobe de tes oreilles
Te contant affectueusement monts et merveilles
Laissant dériver le sillage d’une agréable saveur groseille
Dans ce berceau qui accueille mes effusions confidentielles
Et se libère de tous ces tourments bien pesants
D’un cœur qui, tel un saule pleureur se confiera

Tel un petit oiseau perdu, elle écoute en silence
Ce flots de mots ininterrompu qui lui conte romance
Elle s’enivre voluptueusement de toute cette fragrance
Qui se déverse de ses paroles douces et denses
Et qui badigeonnent d’une douceur de miel
Ses épaules lourdes de trop d’absence
Elle sentira son doux parfum,et ses embruns
L’envelopper dans un doux cocon de tendres mots
Elle en oubliera ses ennuis et ses maux
Dans l’odeur douce d’un tendre bonbon pourpre.
Mer 20 Mai 2015, 14:58 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Éperdument... ( duo caressedesyeux/ jean baisse)



Éperdument,
Je succombe à tes baisers,
Doux regards enfiévrés,
Quand tes mains encerclent ma taille
A ta peau , la mienne défaille,
A ton parfum qui m’ensorcelle.

Éperdument,
A tes larmes de rires qui étincellent.
Quand tu plonges en mes yeux si bleus
J’entends un message venu des cieux
Un à mon cou de se caler contre toi"
J’ y suis si bien, reste encore près de moi.

Éperdument,
Je te perdrais dans mes bras,
Que tu ne retrouves plus d’autres chemins,
Que tu te guides sur mes pas,
Qu’on poursuive un lendemain

Éperdument,
Nous tracerions cet horizon,
Peuplé de mille fleurs de couleurs,
A la chaleur de notre cœur,
Douces particules en fusion.

Éperdument,
Je ne cesserais de chercher ce sourire sur ton visage
Le plaisir de voir s’épanouir une fleur dans tes yeux
La douceur qui donnerait à ce paysage
La chaleur de s’assoir à deux autour d’un feu.

Éperdument,
Je serai l’ombre sur ton corps,
Je viendrai frotter ma peau pour trouver ces accords
De ces effluves aux senteurs méditerranéennes
S’évaporant aux soleil brulant, pour que la tienne s’en souvienne.

Éperdument
Je chercherais à fleur de peau
Ces codes à lettres sans mots,
Digital à la pointe de mes doigts,
Capital pour que tu n’ai plus froid.

Éperdument
Je succomberai une fois de plus à ta voracité
Haletante de tes fougueux baisers
Et non rassasiée comme un soleil d’été
Je m’appliquerai à les faire durer.

Éperdument
J’ouvrirais ces chambres secrètes
Qui donnent à l’amour un regard moins discret,
Cueillerais bouquets de violettes,
Pousserais d’autres portes si j’osais.

Éperdument,
Mon regard se fixera à ton cœur
Fusion de ce que seront ces heures
Fiction d’un rêve que je fais à genoux
D’être celle qui se pendra à ton cou.

Éperdument,
’Écouter les souffles à ta bouche
Chaque fois que je trouve une touche,
Pour me glisser aussi ton cou,
Te baiser à l’oreille de mes mots si doux.
Jeu 17 Juil 2014, 17:21 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Ses yeux d'amoureuse (duo caressedesyeux /jean baisse)

Fait moi encore tes yeux d’amoureuse
Ma belle précieuse
Poser mes lèvres en doux baisers sur tes épaules dénudées
Je remonte,jusqu’au lobe de ton oreille..
J’entends soudain tes faibles gémissements...
Tes pupilles,changent de couleur
Tu es soudain bien loin,et ailleurs...
Tu tends l’autre épaule,et je recommence
Te revoilà soudainement en transe...
Je sens ton cœur cogner contre mon torse
Tu mords tes lèvres,pour ne pas hurler
Ta tête enfoui dans mon cou...
Je te calme ,en te donnant de doux "bisous"....

Tes mains se font moites,
Ta bouche moins étroite
Laissant passer ce souffle court,
Cet au secours
Tes sens soudain s’affolent
Quand de mes doigts , je cajole
Tes seins dressés de ces caresses
Je sens en moi monter l’ivresse.
Ta respiration s’accélère,
Je sens planer dans l’air
Le plaisir monter en toi
Ce désir de descendre plus bas...
Ven 04 Juil 2014, 20:05 par caressedesyeux sur Mille choses

Ses yeux d'amoureuse (duo caressedesyeux /jean baisse)

[size=18

Fait moi encore tes yeux d’amoureuse
Ma belle précieuse
Poser mes lèvres en doux baisers sur tes épaules dénudées
Je remonte,jusqu’au lobe de ton oreille..
J’entends soudain tes faibles gémissements...
Tes pupilles,changent de couleur
Tu es soudain bien loin,et ailleurs...
Tu tends l’autre épaule,et je recommence
Te revoilà soudainement en transe...
Je sens ton cœur cogner contre mon torse
Tu mords tes lèvres,pour ne pas hurler
Ta tête enfoui dans mon cou...
Je te calme ,en te donnant de doux "bisous"....

Tes mains se font moites,
Ta bouche moins étroite
Laissant passer ce souffle court,
Cet au secours
Tes sens soudain s’affolent
Quand de mes doigts , je cajole
Tes seins dressés de ces caresses
Je sens en moi monter l’ivresse.
Ta respiration s’accélère,
Je sens planer dans l’air
Le plaisir monter en toi
Ce désir de descendre plus bas..
[/size]
Ven 04 Juil 2014, 20:01 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Solution pour mon ex

Bonjour a tous


Je suis MELISSA DUMONTIER. Je viens pour témoigner de la compétence d’une personne. Certains pourront croire que je suis venu pour lui faire de la pub oui j’accepte puisqu’il le mérite vraiment d’autant plus qu’il a réussir à réaliser mon vœu le plus cher en moins d’un mois.il y a 2 ans

De cela mon mari avait coupé tout contact avec moi parce qu’il était tombé amoureux d’une autre fille dans son lieu de travail. Après une petite dispute sur ce sujet il a décidé de rompre totalement avec moi. Alors que je l’aimais encore profondément. Je ne pouvais pas supporter cela. Un jour je me baladais sur le net quand je suis tombé par mégarde sur une annonce parlant de retour de l’être aimé. Sans vous mentir des le début je n’avais pas taillé d’importance a cela. Mais j’avais quand même gardé les contacts du monsieur. Tandis que les jours passaient j’avais de plus en plus mal car les amies venaient souvent me dire qu’elles viennent de voire mon ex avec l’autre fille et qu’ils avaient l’air très amoureux. Sans arrière pensé j’ai décidé de contacter le monsieur car comme le disait un proverbe " qui ne risque rien n’a rien" c’est comme cela il m’a demandé nos informations pour une quelconque consultation sans doute je lui ai fournis tout ce dont il avait besoin. Il ne m’a rien pris. Une semaine après les rituels que le monsieur à faire j’ai reçu un texto de mon ex. Un truc du genre " allo bonjour c’était tout juste un petit bonjour comment vas tu?? Bref quelque chose de ce genre. Je n’en croyais pas mes yeux j’ai expliqué cela au monsieur qui m’a conseiller de ne pas lui répondre que c’est le premier signe. Une semaine plu tard cette fois ci c’est un . Je n’ai pas décroché car le monsieur m’en avait défendu selon lui et ses divinités si je lui réponds tout est à reprendre a zéro. J’ai suivi ses conseils. Mais la troisième semaine j’étais dans mon jardin entrain de faire la lecture comme d’habitude quand il est venu. J’ai automatiquement reconnu le son de sa voiture. Il était seul j’ai fais comme si de rien n’était. Il est entré je l’ai bien accueillir et comme d’habitude je suis venu pour te rendre visite. Depuis ce temps il m’envoie des messages sans cesse et essaye de m’appeler et c’est comme ça on a repris peu a peu notre relation. J’aurais appris par la suite il s’est disputer avec l’autre fille et qu’ils ne sont plus ensemble. Aujourd’hui il est encore fou de moi. Alors si je me permets de raconter tout cela c’est pour vous faire croire qu’il existe encore le vrai.

Vous pouvez avoir besoin des services de ce maître pour résoudre vos différents : ali.marabout@live.fr ou alimarabout@live.fr



Je suis heureuse dans ma vie grâce à cet homme



Merci
Dim 19 Mai 2013, 02:16 par dumontier10 sur L'amour en vrac

Le cercle des poètes

Comme chaque année, Oasis organisait la traditionnelle rencontre de ses membres. Prolonger les beaux et bons moments passés sur le site, les amitiés nouées et les débuts d’idylles. Et partager tous ces mots qui formaient de si belles compositions. Des bouquets de mots aurait dit Douceur3. Une trentaine de poètes avaient répondu à l’, record historique, pas évident de rassembler en un lieu des personnes si dispersées.

Cette année la fête s’annonçait unique, le lieu choisit étant un vieux manoir style anglais, perdu dans la campagne et évocateur du plus pur romantisme. Et comme chaque fois, les règles de la rencontre lui donnaient un caractère de mystère tout à fait passionnant. Un thème, l’époque Victorienne anglaise pour les costumes et l’ambiance, et comme d’habitude, un souci de conserver l’anonymat de chacun pour garder les conditions de ces rencontres virtuelles sur le net. Donc pas de signes distinctifs, et port du masque obligatoire en plus du costume adéquat. Bien sûr certains se connaissaient déjà et pouvaient se reconnaître facilement, mais chacun jouait le jeu...

Seule indication, la liste des invités était fournie, pour augmenter l’envie de découvrir nos amis. Pour moi c’était la première fois, et j’avais hâte de vivre de bons moments avec tous les contacts sympathiques qui accompagnaient mon quotidien depuis plusieurs mois. Le site m’avait relancé et permis de m’exprimer, ce que je ne faisais pas si facilement, et la sensibilité de la plupart était un régal et un à la confidence. Franchement j’avais envie envie de côtoyer Capricorne pour son talent, Chibani pour son humour, Rainbownight pour sa fraîcheur et tant d’autres, surtout des femmes, pour la sympathie qu’ils dégageaient. Ecouter une nouvelle de Lesmotions, oui je le voulais...

Mais surtout, je venais pour l’élue, la fleur du site, mon amie, ma confidente et mon alter ego, celle avec qui je partageais au delà de l’espace des moments délicieux et de pure douceur. Un mélange de toutes les qualités, celles qui chauffent le cœur, celles qui enflamment le corps...

Comment se reconnaître? Je faisais confiance à notre intuition, et aux phéromones, ces petites molécules que nous émettons et qui transmettent les messages secrets de notre corps. J’étais sûr que la magie et la chimie ferait battre nos cœurs plus intensément quand viendrait l’heure de la proximité. J’avais confiance...

Les invités arrivaient petit à petit, belles femmes en robes blanches et petites ombrelles, beaux messieurs dans leurs costumes d’un autre temps. Et bien sûr le masque blanc pour garder le mystère. Un peu intimidé, je me mêlais aux personnes qui se tenaient autour d’un buffet dressé sur une grande table blanche au soleil. Et j’essayais de deviner qui était qui, par le souvenir du style de chacun. Oh cet homme qui déclamait des vers, d’une belle assurance et d’un talent certain , j’aurais juré que c’était Ratatouille! Et cette petite dame, qui allait de l’un à l’autre pour offrir sa gentillesse et ses mots si doux, si ce n’est pas Cyrael …
Tout le monde était là, la petite dame (j’avais raison) fit un petit discours de bienvenue et nous ra les grands principes, passer une bonne journée, partager nos dernières œuvres (quelques petites estrades parsemaient les jardins) et se fabriquer de doux souvenirs de rencontres et d’amitié...

Je passais d’un groupe à l’autre, écoutant les poèmes, échangeant des idées sur le monde, et sur tout ce qui faisait notre vie de poètes. Un petit orchestre égayait nos oreilles. J’étais bien, ne me manquait que sa présence. J’avais bien quelques petites idées, mais encore un petit doute sur l’identité de ma chérie...

Oh mais c’est sûrement Isabelle59 qui nous enchante par sa douceur et sa sensualité. J’écoutais tendrement, mon esprit vagabondait, quand je sentis une petite main se glisser dans la mienne. Mon dieu, ce contact fit en moi l’effet d’un rayonnement soudain, et mon corps fût parcouru de frissons, doux et électriques...

ELLE M’AVAIT TROUVE

Mon cœur se mis à battre, ma voix bloquée dans ma gorge, des petits picotements dans la nuque. Pas de doute, vu l’effet sur moi, c’était bien ma douce. Sans rien dire elle prit mon bras et m’entraîna pour marcher un peu dans les allées du jardin. C’était la fin de l’après-midi, soleil bas et lumière tendre, pas besoin de parler, j’étais bien (et encore sous le coup de l’émotion) et nos pas s’accordaient comme des amis de toujours...

Sous une tonnelle, et entourés de merveilleuses roses aux senteurs enivrantes, nous nous faisions face à face. Sentant qu’elle devait prendre l’initiative, elle entoura mon cou de ses doux bras et approcha ses lèvres des miennes. Oh douceur exquise, saveur fruitée de l’été, sa bouche avait le goût d’une pêche qui éclate au palais et déverse son jus. Nos langues commencèrent leur danse et le temps se figea. Enlacés nos mains cherchaient la bonne prise, pour minimiser l’espace entre nos corps avides de contact...

Ces minutes furent une éternité, et me revenais le poème qu’elle m’avait inspiré sur cette seconde unique de bonheur quand tout s’accorde. Ses lèvres, ses joues, ses mains, étaient douceur extrême et comme une invite à découvrir le reste. Ses mains exploratrices commençaient à découvrir mon corps et ne semblaient pas avoir de limites imposées. Quand l’une d’elle se posa sur mon pantalon, elle constata que je n’étais pas insensible aux charmes de son corps. Notre étreinte m’avait comblé de joie pure et tendre, mais avais également réveillé mon désir. A travers le tissu, elle sentait et palpait la tension extrême qui ne demandait qu’à s’épanouir. Je crus défaillir quand sa caresse plus pressante fit sortir de sa cachette le bout déjà trempé de mon sexe...

Mais ce n’était pas le lieu de découvertes plus poussées. Je repris mon souffle et sa main et nous repartîmes vers des lieux plus fréquentés. Devant la grande demeure, certains s’activaient déjà pour préparer le grand dîner du soir. Belles assiettes et bougies nous promettaient un régal pour les yeux et raffinement de cuisine. Mais pour l’instant ma belle avait une autre idée en tête et comptait plutôt terminer son exploration à peine entamée …

Elle m’entraîna donc vers la maison à la recherche d’un endroit propice et discret. Les nombreuses pièces du bas étaient trop lumineuses et spacieuses, elle m’attira alors vers un escalier qui menait vers des recoins plus adaptés à sa mission. Là-haut, plus de calme et de pénombre. Et peu de chances d’être dérangés. Contre une porte elle me poussa et entrepris de libérer l’objet de son émoi. Le pantalon de toile tomba rapidement sur mes chaussures, et sa main agrippa à travers le fin coton qui me préservait encore, mon sexe tout tremblant et d’une vigueur de circonstance. Approchant ses lèvres, elle engloba le tout, tissu et chair et mordit doucement. Mes mains sur sa tête j’appréciais à sa juste valeur l’application qu’elle mettait dans cette mise en bouche...

Une main à même mes fesses, l’autre jouant avec mes bourses, elle entreprit de visiter sur toute sa longueur le dur bâton qui ne demandait que cela. Sa langue sentait à travers l’étoffe, la veine gonflée qui palpitait intensément. L’idée même que c’était mon petit cœur qui me procurait ces délices décuplait l’intensité du plaisir. Doucement sa tête montait et descendait, entraînant sa bouche, langue sortie, le long de ma verge qui commençait à entrevoir le moment où tout explose. Sa main vînt compléter l’action de sa bouche et accéléra le mouvement. Sentant l’instant ultime arriver, elle arracha mon dernier vêtement et me prit dans sa bouche, ses lèvres serrant fermement, elle engloutit au maximum, et en quelques mouvements bien contrôlés elle me fit atteindre l’extase. Ma semence jaillit accompagnée d’un petit cri de jouissance, tandis que ses ongles griffait ma fesse. Ne voulant rien laisser, elle avala le tout et lécha soigneusement ce qui coulait lentement le long de mon sexe bouillant...

J’avais rarement connu telle intensité, et un bien-être m’envahit, des frissons achevèrent mon contentement. Sous son masque je devinais le sourire de la bien-aimée fière d’avoir fait jouir son homme. Elle m’enlaça et je déposais sur sa bouche encore humide un doux baiser comme elle les aime. Reprenant mes esprits je remis un peu d’ordre dans mes vêtements et nous partîmes pour le dîner main dans la main...

Une telle journée m’avait mis en joie et en appétit, et c’est tout sourire que je pris place pour le repas à côté de ma sensuelle compagne. Ce fût régal, les plats raffinés défilaient, et l’ambiance était des plus conviviales, chacun y allant de son meilleur texte ou de ses bons mots. Le champagne nous montait à la tête, et ma petite qui est chamboulée à partir d’une demi-coupe commençait à montrer des joues rosies par l’alcool, la joie et certaines idées qui lui venaient en tête...

Sous la nappe je sentis sa main sur ma cuisse. La mienne vint l’y rejoindre et doigts enlacés nous étions comme deux amoureux tout neufs! D’un même mouvement, l’ensemble passa d’une cuisse à l’autre et j’entrai en contact avec la douce chaleur de sa peau. La coquine avait remonté sa robe pour permettre un accès plus aisé à certaines parties de son corps qu’elle souhaitait m’offrir en cadeau. Puis sa main rejoignit le dessus de la table, laissant la mienne seule, mais invitée à pousser plus loin l’exploration...

Douceur, chaleur, ces mots étaient trop faibles pour décrire la sensation que me procurait d’être entre ses cuisses. Ma main droite, paume sur sa peau, doigts vers le bas, remonta lentement, savourant le grain velouté de son épiderme. Elle atteignit alors l’infime dentelle qui recouvrait sa toison si fine. A plat sur le pubis, doigts écartés au maximum pour profiter de tout , je fis tendre pression pour assurer à ma voisine que j’avais bien compris le message...

Pendant ce temps, les conversations continuaient, les rires fusaient, et la coquine n’était pas la dernière à montrer sa joie. Que tous prirent bien sûr comme manifestation du bonheur de se retrouver tous ensemble. Mais autre chose était en partie responsable de cet état. Sous la table, mes doigts par petits cercles, avaient entrouverts les petites portes protégeant, pour peu de temps encore, la caverne aux mille trésors. Mon majeur poussa plus loin et commença à frotter le tissu blanc sur les chairs roses et humides. Parmi ses rires, des petits cris partaient, que tous prenaient pour les manifestations de la boisson. Oh coquine!!!

Repliant mes doigts, j’accrochais le bord de sa culotte mouillée de plaisir, et je les fis passer par dessous pour sentir les palpitations de sa peau. Il n’était plus l’heure de perdre du temps vu l’état de la belle qui riait et se secouait sous l’effet de tous les plaisirs réunis. Alors mes deux doigts enserrèrent comme une pince, le clitoris tout dur et gorgé de désir. L’humidité ambiante facilita le travail des deux artistes, pression, pincements, roulements, tout contribua à faire vibrer le corps de ma chérie qui m’envoyait des regards plein de tendresse et de gratitude. ..

Les mouvements maintenant profonds et appuyés faisaient leur effet, et la pauvre semblait s’enfoncer sous la table. Sentant que l’explosion serait imminente, je décidais de lui venir en aide et je sortais d’une voix puissante ma plus grosse blague (pourrie mais bien marrante). Ce fut un tonnerre de rires et d’applaudissements. Un tel bruit que ma coquine arriva à jouir bruyamment sous les derniers effets de ma main en folie, sans que personne ne remarque cette situation plutôt délicate. Secouée par les rires et les spasmes de l’orgasme, tout son corps bougeait et je la regardais avec un évident bonheur. A peine apaisée elle se jeta à mon cou et devant les sourires de l’assistance elle me fît le plus tendre baiser qu’il soit permis de donner...

Vous pensez bien que le retour vers nos régions respectives fut un voyage empli de bons souvenirs, de marques d’amitié, de promesses de se revoir et de rendez-vous futurs sur le site. Pour nous ce fut bien plus, nos corps avaient gardé l’empreinte de l’autre et dans nos têtes il y aurait pour longtemps ces instants délicieux où plus rien ne comptait que de donner et de s’aimer.
Lun 16 Avril 2012, 12:16 par cocoeur sur Les liaisons sulfureuses

Sans livre

Me voilà sans livre mais plein de mots...
Des mots comme mes pensées,
Des mots comme mes sentiments
Des mots interdits car aimants.

Chaque reçu est espoir de t’entendre
Chaque message espoir de te lire,
D’avoir ainsi le droit de répondre,
De vider un peu ce puits creusé en moi,
Qui se remplit pourtant dès le nouvel envoi.

Impossible de fuir, d’oublier, de parler.
A qui avouer, à qui livrer ce triste bonheur :
Sentir à nouveau battre mon coeur ?
Jeu 02 Fév 2012, 21:53 par Epiméthée sur Parler d'amour

Lasse, je t'aimais.

Je ne voudrais faire preuve de rancune pour rien au monde mais comment oublier le mal fait, je te le demande?
Toi qui sait ô combien oublier est un mot, biaisé, un mot qui nous a tous baisé.
Il te suffit d’une musique pour te souvenir, il me suffit d’une chanson pour que ma mémoire opère le passé.
Tant de fois on se voulait du bien et on se faisait du mal, le monde tournait à l’envers.
L’univers entier s’inversait sous nos pieds.
Je ne veux pas et je n’ai jamais voulu être celle qui dresse la liste des reproches et des remontrances.
Je n’ai jamais voulu souffrir ni nuire à autrui.
La seule nourriture affective je la voulais pure et diététique, je la voulais esthétique mais non chimique.
Bref, je n’ai pas les dons pour faire un roman, mais la poésie l’emporterait tout de même sur les paroles si je me dois de te répondre et de t’écrire.

Je ne peux plus être brève.
Trop de choses sont dans la longueur et le quantitatif et en oublient le qualitatif.
Trop peu de lumière: les gens vivent pour la durée et non l’intensité.
Trop de matériel dans les regards.
Si peu d’arbres.
Le béton a remplacé le vert de nos prairies.
Les amoureux ne savent plus ce que c’est qu’être deux.
On vit une époque d’enfer.
Alors on cherche le bonheur.
Et lorsqu’on le trouve, on a la foi.
La foi en l’amour et en la magie du destin.
En la destinée.
Je pourrais te parler, et bercer tout ton monde, mais devrais-je te parler d’amour?
Doit-on parler d’amour?
Je ne peux rien effacer du passé.
Tu as fait, et tu fais, qu’y puis-je?
Je ne sais plus qui est qui, qui est quoi, qui fait qui, qui fait quoi,
je ne sais même plus pourquoi.
Je sais juste que tu m’as planté à maintes reprises à coup de couteau dans le dos, et que j’ai mis du temps à m’en remettre.
Je sais juste que tu étais là à me laisser agoniser pour morte ensanglantée sur le sol.
La bouche ouverte dégoulinant le sang comme le Christ.
Ce monde est crucifié, je n’y peux rien.
On a les médicaments mais on laisse crever les gens.
Tout ça pour que des requins portent des dents en or à se les casser sur le corail.
Je ne suis plus de ce monde.
Je ne pleure plus, seules les larmes qui lavent ou qui montent aux yeux me révoltent.
Je ne suis plus peinée mais touchée comme je l’ai toujours été.
Je ne suis plus peinée car j’ai appris que la peine nourrissait les requins.
J’ai appris que le malheur des uns faisait le bonheur de certains.
Je ne veux pas manger de ce pain.
Je ne souhaite de mal à personne, ni à toi, ni à quiconque.
Je ne sais pas qui tu es, je ne sais pas qui vous êtes, je suis là seule derrière mon écran en aveugle, mais je n’oublie jamais qui je suis.
Je ne perds jamais de vue que je suis dans un aquarium virtuel ici où certains s’y sont noyés même.
Je ne perds jamais de vue le brouillard de ce port avec ses bateaux et ses fameux poissons.
Je ne perds jamais de vue la mer.
Quoi te dire, j’en ai tellement bavé que j’ai puisé la force dans l’indifférence.
Leur morale, ils peuvent se la garder, j’en ai trop vu, et j’en sais trop pour me taire.
Si en Afrique ils meurent faute d’un doliprane, ici on meurt faute de soutien.
C’est à peu de choses près la même chose: on laisse crever les gens.
Pas mourir, crever.
Pour faire un test, criez au suicide vous verrez, nul ne vous répondra.
Ce ferait écho, vallée, ce ferait au mieux augmenter l’audience.
Et à qui reviendra les bénéfices? à personne qui me lit sans doute.
Ici, en Occident, on préfère ( on exclusif non inclusif ) vendre un poison qui rapporte que commercialiser et rendre accessible l’antidote.
Ce n’est pas l’amour qui tue mais l’usage qu’on en fait.
Je ne regrette pas de t’avoir aimé.
Je déplore l’usage que tu en as fait.
Mais je ne t’en veux plus.
Qui que tu sois.
Je suis fatiguée du succès mal placé, ça ne vient plus me flatter.
Tu ne sais plus ce que je vis.
Je ne parle pas de ce qui me tient le plus à coeur en ce moment là par exemple.
Mes rêves ils sont simples et basiques.
Marre des papillons sur les fleurs, marre de tes problèmes sans solutions.
Quant à l’amitié, je ne pense pas que le mot soit assez adapté au contexte car je sais encore qui sont mes amis.
A trop vouloir forcer, les portes restent fermées.
Il y a une délicatesse à ouvrir une porte.
Si on vole la clé, faut pas s’étonner que la serrure soit changée.
J’en ai simplement marre, même si je voudrais bien te consoler, marre d’être la sauveuse tant attendue que je ne suis pas.
Je ne peux pas t’aider si tu ne t’aides pas toi même.
Lasse, je suis lasse.
Sèche tes larmes, ça n’en vaut pas la peine.
Cherche dans ton présent ou futur comment tu peux inverser la tendance, et changer,
car moi je ne peux plus rien changer.
Je suis bien, du moins je fais aller, et j’ai tiré un trait pour avancer.
J’ai toujours le coeur sur la main, mais j’ai de moins en moins la main sur l’ordi.
J’espère en un meilleur lendemain, encore et toujours, mais je ne cherche plus dans le passé.
Je préfère la nouveauté, le frais, ce qui ne m’a jamais blessé.
Je sais qu’on peut vite être déçu donc je n’y crois plus, mais j’espère encore trouver un trésor.
Quelqu’un qui simplement prendrait ma main sans l’abîmer.
Il n’y a pas de mots pour raconter tout le mal que tu m’as fait, ça ne s’écrit même pas tellement c’est violent.
C’est inommable, impensable.
Inimaginable. Et l’on se moque des excuses virtuelles sans vive voix.
Tu vois beaucoup de mots, trop de maux.
Mes amis ils répondent au moindre et ils ne me parlent pas via un pseudo virtuel.
Mes amis n’ont jamais été ma plaie.Même imparfaits.
Ni chaud, ni froid, je n’ai malheureusement plus rien à te dire, ni à toi ni à un écran quelqu’il soit.
J’en perdrais mon humanité.
Ce que j’attendrais de toi? ou plûtôt ce que j’attendais? un trésor de simplicité qui simplement sait me prendre sans m’abîmer.
Sam 21 Jan 2012, 01:44 par maisonverte sur Parler d'amour

Duo caressedesyeux/ inconnu


Ces yeux sont posés sur moi, regard de muse,
Mes mains voudraient lui caresser les joues,
Pour que son visage s’illumine et que je l’use,
Le toucher du doigt sur ses lèvres est si doux.


J’entends murmurer comme un
un battement de cil, un regard profond
une voix soudain qui m’interpelle
un sourire aussi chaud qu’un brasero

La chaleur de son corps est une flamme,
Cette vision est ma rivière qui coule,
Nous sommes aux antipodes, tu es femme,
Le Ying et le yang assemblées qui s’enroulent...


Une danse,ou les corps se rapprochent,et fusionnent
Sur un air envoutant,d un boléro de Ravel
Les hanches soudées qui tourbillonnent
Une musique "fondante" comme un bonbon caramel

Il aime ce corps sensuel qui se déhanche,
Coller à lui , elle le met en transe,
Cette fusion est pour lui une avalanche,
Une montagne de nouveauté qui le submerge, il danse

Elle pose ses lèvres sur ses paupières fermées
Son souffle caressant le creux de son cou
Elle effleure sa bouche avec légèreté
En lui chuchotant des mots si doux

Il ne demande que son approche si fine,
Elle a une peau si délicate, il s’emmêle,
Dans sa demande en posant mes mains il chemine,
Vers des endroits ou le sucré est couleur miel...


ils sont tellement serrés à ne plus en former qu’un
Tellement proches, presqu’ en osmose des sens
Quand, dans la salle, la musique s’arrête soudain...
Le charme est tombé et ils se séparent en silence



je suis egalement lesmotions
Ven 11 Nov 2011, 18:05 par caressedesyeux sur Mille choses

En suivant ravel (duo inconnu /lesmotions)


Ces yeux sont posés sur moi, regard de muse,
Mes mains voudraient lui caresser les joues,
Pour que son visage s’illumine et que je l’use,
Le toucher du doigt sur ses lèvres est si doux.


J’entends murmurer comme un
un battement de cil, un regard profond
une voix soudain qui m’interpelle
un sourire aussi chaud qu’un brasero

La chaleur de son corps est une flamme,
Cette vision est ma rivière qui coule,
Nous sommes aux antipodes, tu es femme,
Le Ying et le yang assemblées qui s’enroulent...


Une danse,ou les corps se rapprochent,et fusionnent
Sur un air envoutant,d un boléro de Ravel
Les hanches soudées qui tourbillonnent
Une musique "fondante" comme un bonbon caramel

Il aime ce corps sensuel qui se déhanche,
Coller à lui , elle le met en transe,
Cette fusion est pour lui une avalanche,
Une montagne de nouveauté qui le submerge, il danse

Elle pose ses lèvres sur ses paupières fermées
Son souffle caressant le creux de son cou
Elle effleure sa bouche avec légèreté
En lui chuchotant des mots si doux

Il ne demande que son approche si fine,
Elle a une peau si délicate, il s’emmêle,
Dans sa demande en posant mes mains il chemine,
Vers des endroits ou le sucré est couleur miel...


ils sont tellement serrés à ne plus en former qu’un
Tellement proches, presqu’ en osmose des sens
Quand, dans la salle, la musique s’arrête soudain...
Le charme est tombé et ils se séparent en silence
Dim 06 Nov 2011, 20:55 par caressedesyeux sur Mille choses

Effluves de confidences

Effluves de confidences


Une myriade de lettres, des milliers de sons
Des centaines de paroles, une cascade de mots
Un torrent de sensations déversant avec douceur
Les élans et les sentiments de mon cœur
Et voyageant jusqu’au contact de ton tympan
Venant acheminer tout au creux de ton oreille
Tout un monde d’intenses émotions
Que mon âme te chuchote avec ferveur

Voyage astral intemporel que je fais avec ma voix
à travers cet qui transporte ma passion jusqu’à toi
Caressant doucement le contour du lobe de tes oreilles
Te contant affectueusement monts et merveilles
Laissant dériver le sillage d’une agréable saveur groseille
Dans ce berceau qui accueille mes effusions confidentielles
Et se libère de tous ces tourments bien pesants
D’un cœur qui, tel un saule pleureur se confiera

Tel un petit oiseau perdu, elle écoute en silence
Ce flots de mots ininterrompu qui lui conte romance
Elle s’enivre voluptueusement de toute cette fragrance
Qui se déverse de ses paroles douces et denses
Et qui badigeonnent d’une douceur de miel
Ses épaules lourdes de trop d’absence
Elle sentira son doux parfum,et ses embruns
L’envelopper dans un doux cocon de tendres mots
Elle en oubliera ses ennuis et ses maux
Dans l’odeur douce d’un tendre bonbon pourpre
Jeu 03 Nov 2011, 20:37 par caressedesyeux sur Mille choses

Sieste flaneuse

sieste flâneuse,


Pressentir celui que l’on aime du bout des doigts, lentement. Découvrir chaque grains de peau, chaque frissons . Laisser chuchoter mes doigts pour te ressentir, te connaître, te raconter...Laisser le temps prendre son temps, sans précipitation. Sentir chaque tressauts pour mieux deviner, sentir du bout des doigts chaque frémissement. Entendre ton souffle se retenir pour laisser échapper un long soupir. Faire une escale pour déceler un , une envie... reprendre plus doucement, pour mieux te donner un tremblement de délice. Se poser. Reprendre ma découverte avec ma bouche. Juste pour connaître le goût de chaque trouble. Te soupçonner impatient dans tes gémissements. Minutieusement sans retenue te faire tressaillir lorsque mes doigts contourne ton désir. Jeu d’ivresse que mes touchers t’offrent avec une infinie tendresse, parce que c’est toi. Cette promenade parsemée de milles éclats laisse entrevoir une pause lorsque tendu je te devinerais. J’entendrais le murmure de ta chair friande d’ effleurements mais savants de manières délicates. Je saisirais ta demande, sans parole, de prolonger cette sieste flaneuse pour te conduire au vertige. Mes doigts, ma bouche se feront complices de ta peau afin de chaparder ton désir.

La sieste flâneuse c’est celle qui offre mais qui ne prend rien. Celle qui veut que rien ne s’arrête. La sieste flâneuse c’est la découverte de l’autre. Celle qui dit encore sans avoir de fin véritable, celle qui annonce le début d’un ravissement certain. Prometteuse d’une complicité amoureuse. La sieste flâneuse n’écoute pas le temps, n’entend pas les bruits. Elle isole de tout pour recevoir un sentiment d’abandon dans sa chair. Puissant et orageux. Torride et douceur qui s’accouplent.

La sieste flâneuse donne faim sans contexte, sans rassasié celui que l’on aime. Douce comme un matin où la rosée prend la place dans des draps, tendre comme la nuit lorsque la lune inonde des corps entrelacés.

fille du peuple
Ven 30 Sep 2011, 05:37 par Fille du peuple sur Histoires d'amour

Le monument des levres closes

Elle éprouve une grande joie à n’être pas seule.

Cette femme de la nuit, cherchant a toute heure la compagnie d’hommes maladroits, offrant son corps a de riches inconnus, se voie offrir bijoux et merveilles, contre les plaisir de sa chair.

Mais en dépit de tout ses amants, la solitude ronge son âme.

Elle est la plus belle comédienne du théâtre des illusions.

Le reflet de son corps nu provoque frissons et désir dans les cœurs, mais dans l’ombre, la noirceur de son regard fait frémir les plus courageux.

Vivre de sa beauté comme d’un crime, tenter de combler l’immense vide qui l’habite.

Elle tente en vain de retrouver son chemin dans le labyrinthe où elle s’est enfermée.

En voulant se prendre au jeu, elle s’est piégée, et se retrouve emprisonné dans les bras de nuisibles profiteurs.

Ce n’est plus qu’un au secours.

Ses gémissements ne font plus taire les scrupules des mal intentionnés.

Son corps nu et froid gisant dans les draps d’un inconnu, elle se réveille encore, honteuse, et revêt ses habits de soie. Sa silhouette errante dans les rues mal éclairées.

Un sanglot déchirant s’échappant de sa gorge, "l’esclave oubliée".

Elle disparait, criant son nom, que personne n’a jamais voulu connaitre.

L’écho raisonne dans la nuit, un dernier souvenir de son absence.

Sa douleur, qu’ils refusent tous de voir.

Un adieu, silencieux.
Sam 02 Avril 2011, 14:00 par lighty sur L'amour en vrac

Votes concours interforum vers à lyre n°8

Bonjour à tous,

Ce concours "arc-en-ciel" a donné lieu à 3 participations. A vous de jouer, lisez ces mots, imprégnez vous de leurs teintes et votez pour ceux qui vous auront le plus touché !

Modalités :
  • Pour voter, postez à la suite de mon message « je vote pour le texte n° ## ».
  • Vous avez jusqu’au 15 avril 2010 pour donner votre avis.
  • Si jamais vous souhaitez changer votre vote, cela reste possible jusqu’à cette même date en m’envoyant un MP ou en éditant votre message sur le forum.

Le règlement est toujours à votre disposition si vous le désirez.

PS :
  • [size=85]Pour les membres de l’équipe Vers à Lyre pensez que vous ne votez QUE sur le forum du magazine ;)[/size]
  • Si vous avez écrit un texte d’un autre genre que la citation sur le thème Couleur, vous pouvez le proposer à notre à texte jusqu’au 31 mars (plus que 4 jours !)
  • S’il y a aussi des artistes sur le forum, pour les photos, dessins, créations sur le thème Couleur, il n’est pas trop tard non plus (fin de l’ le 31 mars aussi) et dans ce cas, rendez-vous à l’ à image



Texte 1
Citation:
J’écris à l’encre verte, mon envie de nature,
mon envie de m’allonger dans les herbes hautes.
Rester allongée,ressentir l’herbe à mes
moindres mouvements. Regarder le ciel et
comptempler les nuages et leurs voluptes

J’écris à l’encre blanche,les hivers
enneigés. J’écris le gel, la froideur humaine.
Je décris ces couloirs longs et blancs sans fin.
J’ecris la maladie incurable, l’écume, la page immaculée

J’écris à l’encre bleue,l’été, les calanques.
J’écris mes abysses si profondes.Je décris
tes yeux et mes bleux de mon ame.

J’écris à l’encre jaune, le soleil,l’espoir,
le renouveau. J’ecris mon combat.
Je décris ma force vive


Texte 2
Citation:
J’aime le blanc… Le blanc pur d’un ange déchu, le blanc intouché d’une vierge, le blanc d’une jeune mariée frémissante. J’aime le blanc de ta peau qui se hérisse sous mes caresses.

J’aime le noir… Le noir ténébreux des démons, le noir inquiétant des ruelles désertes, le noir impénétrable de la nuit. J’aime le noir de tes cheveux que j’empoigne violemment.

J’aime le vert… Le vert enivrant de l’absinthe, le vert mortel du poison, le vert des espoirs déçus. J’aime le vert de tes yeux effrayés.

J’aime le rose… Le rose innocent des petites filles égarées, le rose honteux aux joues des prudes effarouchées, le rose odorant des fleurs du mal. J’aime le rose de tes lèvres tremblantes.

Mais par-dessus tout, mon ange, j’aime le rouge de ton sang qui ne coule que pour moi.


Texte 3
L’artificier


Citation:
La nuit légende l’or des étoiles mourantes
Dans le bain marine de ses voiles obscurs.
Les lunes sont blanches sur les nues qui s’éventent
Aux marées stellaires colorant nos futurs.

Quand fleurissent soudain des jardins éphémères
Éclaboussant les sens de leurs effets visuels.
Des fleurs éclatantes s’approprient les jachères
Des champs du ciel ravis de ces bouquets pluriels.

Des coquelicots s’étalent dans l’explosion
Du camaïeu des bleu vociférant l’espace
Le temps d’un soupir où s’imprime l’éclosion
Des boutons d’or et des violettes fugaces.

Et l’on voit jaillir des fontaines d’Arlequin
Ruisselant de soleils déclinant les agrumes
Dans l’enluminure d’étranges fruits carmins
Dévorés par les flammes de dragons à plumes.

L’artificier lâche ses salves de pigments
Peignant sur la voûte des tableaux si fragiles
Qu’ils fardent nos iris de pétales géants

Dans la rémanence d’un rêve versatile...
Dim 28 Mars 2010, 13:04 par VaL Scorp sur Annonces

Concours interforum vers à lyre n°8 - thème : couleur

Bonjour,

Vers à Lyre, webzine littéraire et artistique organise un concours inter-forum pour chacune de ses parutions. Ce concours, uniquement littéraire, met ainsi en compétition une petite dizaine de forums qui proposent des créations sur le thème du numéro Vers à Lyre à paraitre et votent pour leur préféré.
Le concours inter-forum n°8 se rapporte au prochain numéro à paraitre de Vers à Lyre sur le thème Couleur.

A gagner
Le texte gagnant, la présentation de son auteur et une présentation du forum auquel il appartient seront publiées dans le prochain numéro de Vers à Lyre.
Le texte gagnant, la mention de son auteur et du forum pour lequel il concourt seront publiés dans une news, sur la page d’accueil du site Vers à Lyre

Sujet
Vous devrez écrire un texte comprenant entre 500 et 1000 caractères (espaces non comprises)*.
La forme de votre texte sera totalement libre mais il devra contenir au minimum la notion de 5 couleurs différentes.
Votre texte devra être tout public.

Règlement
Le règlement général du concours est simple et consultable en cliquant ici.
Je tiens à souligner une des règles importantes : aucun des textes participants ne doit être publié sur forum avant la fin du concours par souci d’anonymat.

Modalité de participation
Je suis l’organisateur du concours référent pour ce forum c’est donc à moi qu’il faudra faire parvenir vos participations, par messages privés uniquement (MP).
Vous pouvez m’envoyer vos participations jusqu’au 20 mars.
Les votes se dérouleront dans un second temps, après la clôture du concours.
Vous pouvez poser toutes vos questions ici, je m’efforcerai d’y répondre.

A propos de Vers à Lyre :
Si vous composez un texte qui ne correspond pas au concours, mais qui entre dans le thème « Couleur », vous pouvez participer à l’ à texte Vers à Lyre.
De même, s’il y a des dessinateurs, photographes, peintres parmi vous, il est également possible d’envoyer vos participations à l’ à créations visuelles Vers à Lyre (thème « Couleur » également).

Merci à tous de votre lecture, bon courage,
Que les muses soient avec vous !

----------------------------------------------------------
*Pour savoir combien de signes comprend votre texte :
sous Word : Outils > Statistiques
sous OpenOffice : Tools > Word count
Dim 21 Fév 2010, 19:04 par VaL Scorp sur Annonces
Page 1 sur 4 Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Ecrire sur appel

Ecrire sur appel Effluves de confidences, Éperdument... ( duo caressedesyeux/ jean baisse), Ses yeux d'amoureuse (duo caressedesyeux /jean baisse), Ses yeux d'amoureuse (duo caressedesyeux /jean baisse), Solution pour mon ex, Le cercle des poètes, Sans livre, Lasse, je t'aimais., Duo caressedesyeux/ inconnu, En suivant ravel (duo inconnu /lesmotions), Effluves de confidences, Sieste flaneuse, Le monument des levres closes, Votes concours interforum vers à lyre n°8, Concours interforum vers à lyre n°8 - thème : couleur,
Il y a 50 textes utilisant le mot appel. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Il est évidemment bien dur de ne plus être aimé quand on aime, mais cela n'est pas comparable à l'être encore quand on n'aime plus.

Georges Courteline.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Fév 2024, 22:13
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 18 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite