Album photos

Redécouvrant ces images oubliées depuis si longtemps je m’abandonne à leur contemplation attentive, faisant renaitre celui que j’étais à vingt ans.

Premiers mots, dans le train

Ça, c’est dans le train qui nous conduisait à Marseille. Nous ne nous connaissions pas encore. J’avais remarqué cette fille qui sur le quai m’observait. C’est elle qui m’a adressé la parole en premier. Sa tête me disait bien quelque chose, mais je ne la remettais pas. Je ne me souviens plus des premiers mots que nous avons échangés. Le train était bondé et nous n’avions pas trouvé de places où nous assoir. Debout sur la plateforme, nous nous sommes racontés ; elle souriait tout le temps, faisant comme si elle me trouvait passionnant ; moi, je faisais la roue....Elle a voulu me montrer , un petit reflex argentique autofocus, que son père lui avait offert pour son anniversaire et dont elle était très fière, en le manipulant elle a photographié la porte des toilettes. Le flash s’est déclenché automatiquement..... L’image est remarquablement nette.

Quand à Vienne, le Wagon a commencé à se vider, nous nous sommes installés, côte à côte....Elle me parlait, de sa vie, de ses parents, de ses études....Nous fréquentions la même école. Elle entamait sa première année, moi ma troisième. Je me souviens juste de ses yeux qui brillaient et des reflets roux qui courraient sur le Rhône ce matin de décembre entre neige et soleil.

* * *

Neige de février la nuit.

Ça, c’est une drôle de photo toute floue. La neige tombait à gros flocons. C’était la nuit. Nous avions fait l’amour pendant des heures, probablement plusieurs fois de suite.
C’est elle qui m’a réveillé pour que je voie tomber la neige. Je me souviens m’être dit que c’était un peu idiot... La neige à Lyon en février, ça ne me semblait pas un spectacle inhabituel.
Toute nue, elle regardait la neige qui recouvrait le jardin en contrebas en me disant c’est beau non ? Moi j’étais derrière son dos, et je regardais ses petites fesses qui reflétaient la lumière jaune des lampadaires de la rue. J’ai saisi l’appareil posé sur la table du salon. C’est à cet instant qu’elle s’est retournée pour me sourire. Je n’ai pas interrompu mon geste, et j’ai pris la neige à travers la fenêtre. Elle s’est mise à genoux pour me prendre dans sa bouche. Elle n’avait jamais fait cela. Elle voulait me faire plaisir, elle s’y prenait plutôt mal. Nous avons encore une fois fait l’amour....
La photo est ratée et le labo ne nous l’a pas facturée, si l’on regarde attentivement, encore faut-il le savoir, on distingue vaguement le reflet de son dos..

* * *

Premières vacances à Biarritz

Celle-ci c’est mon frère qui l’a prise. On est au début de l’été sur la promenade qui longe la plage de Biarritz. Le est bleu lumineux. Je me souviens de l’odeur des frites et de l’ambre solaire qui évoquait le temps des vacances. Les couleurs de la photo sont chaudes et saturées.
Le vent rabat ses cheveux vers l’avant, couvrant une partie de son visage. Elle ne pose pas et rit de toutes ses dents.
Nous nous étions baignés, l’eau était encore un peu fraiche. Elle porte une jupe rouge légère qui lui arrive un peu au-dessus des genoux. Prétextant que l’eau était très salée et qu’elle avait oublié emporter de quoi se changer, elle était restée nue sous ses vêtements.
Par jeu ou par défi, et sans que je le lui demande, elle est restée toute la journée dans la même tenue.
C’est la semaine ou elle a voulu emprunter avec moi de nouvelles voies sensuelles.


* * *

Le collier de perles

C’est l’hiver, toujours à Biarritz. Le regard buté et la lèvre tremblante, elle ne veut pas me parler.
Mes parents nous ont invités au restaurant. À la fin du repas, ma mère remarque qu’elle porte le collier en perles que je lui ai offert deux mois plus tôt. C’est à cet instant qu’elle découvre mon mensonge... le premier... en le lui offrant, je lui avais fait croire que je l’avais acheté lors d’une vente aux enchères. Ma mère lui apprend qu’il s’agit du collier de ma grand-mère. Ma mère parle toujours trop. J’aurais voulu qu’elle se taise. J’aurais voulu être ailleurs. Le choc est d’autant plus rude que le cadeau l’avait surprise.
Elle apprendra un an plus tard que ce n’était même pas de vraies perles.
C’est ce soir, je crois qu’elle à appris à ne plus m’aimer autant.

* * *

Festival d’Avignon

Photo de groupe, quelques mois plus tard. Un stage de théâtre à Avignon. Nous assistions à une ou deux représentations par jour et avions droit à l’explication de texte détaillée de l’artiste. Nous ne nous connaissions pas auparavant et ne sommes jamais revus depuis. Je ne parviens pas à mettre un nom ou un prénom sur le moindre visage.
Le cliché a été pris à la terrasse d’un café proche du palais des papes. Nous sommes côte à côte, sans tout à fait me tourner le dos, elle ne semble pas me prêter attention. Elle a sympathisé avec un garçon qui ressemble à un moniteur de ski ou de planche à voile. Il est grand, blond, les yeux clairs, l’allure assurée des hommes que les femmes recherchent ; j’ai l’air d’un môme à ses côtés.
Elle lui propose de venir nous voir à Lyon et insiste pour qu’il note le numéro de téléphone. Je sais que si elle le revoit, ce ne sera pas pour parler théâtre... Nous n’avons jamais évoqué cet épisode par la suite. Je ne suis pas certain qu’elle aurait souhaité m’associer à la réalisation de son fantasme.

* * *

Nouvel An dans le Jura

Sur celle-ci, on la voit, en train de danser. Nous sommes dans un gite dans le Jura et fêtons le Nouvel An avec un groupe d’étudiants que nous connaissons depuis quelques semaines seulement et ne reverrons jamais.
La musique est forte... tout le monde a déjà beaucoup bu. La pièce est enfumée, nous ne pouvons pas ouvrir les fenêtres, dehors il fait -20° ou moins encore.
Je la savais opposée à toute consommation de stupéfiant, mais ce soir-là, elle s’est servi une énorme part de space cake et peut être un cachet d’ectazy également.
Elle est devenue très câline, m’a attiré dans un coin un peu à l’écart, m’a pris la main, dégrafant elle-même un bouton de son jean pour dégager sa taille et m’a demandé de la caresser jusqu’à l’orgasme. Elle me regardait droit dans les yeux, tandis que ma main s’activait... je l’ai sentie se détendre comme un ressort cassé. Elle venait de jouir. Après cela, elle est partie danser, puis je l’ai perdue de vue pendant une heure ou deux jusqu’au moment où elle est venue me chercher, pour que je lui fasse l’amour sous la douche. Son sexe était humide au point que je me demande encore si je n’ai pas confondu son excitation intime avec le sperme d’un autre.
Un mois plus tard, nous étions séparés. Il me semble que c’est à cette occasion que nous avons fait l’amour pour la dernière fois.

* * *

Nuit de féria à Nîmes

Là, c’est moi de nuit, le crâne rasé, l’œil sombre, marchant dans les rues de Nîmes en pleine feria. Je suis militaire, à l’époque on disait bidasse.
Nous sommes séparés depuis plusieurs mois. Nous n’avons plus que quelques rares contacts téléphoniques.
Je sais qu’elle vit à présent dans cette ville.
J’ai l’air préoccupé et sérieux..., je me souviens que j’étais en fait à la fois triste que notre histoire soit terminée et inquiet de la rencontrer accompagnée d’un autre, qui serait forcément plus grand et plus beau que moi.
Mon ami, qui m’a invité se moque de moi.... La rue est en fête. Tout le monde rit et danse autour de nous, tandis que nous marchons en parlant du sens de la vie.

* * *

En revenant de Nîmes, un matin.....

Dans cette photo, prise d’un radar routier, à l’entrée de Nîmes, on me voit seul au volant de ma voiture. Je suis pressé d’arriver à destination.
Elle m’avait invité à venir lui rendre visite dans son deux pièces à Nîmes, pour diner.
Je n’étais plus militaire et nous ne nous étions pas revus depuis une année.
Elle m’attendait chez elle. Je suis venu les mains dans les poches, sans une bouteille ni même un bouquet de fleurs. Elle semblait heureuse de me revoir, me gratifiant de son sourire magnifique.
Tous deux assis à même le tapis de son salon, je l’écoutais me parler de son travail, de sa vie, de sa mère. Le téléphone a sonné. Elle a décroché, j’ai compris qu’elle parlait à son nouvel amoureux. Adossée à un mur, ses talons posés à plat, elle lissait sa jupe et la rajustait en me regardant sans cesser de parler. Elle a légèrement entrouvert ses genoux d’un geste faussement involontaire, me dévoilant un court instant une tache blanche entre ses cuisses.
Après qu’elle ait raccroché sur un mot tendre chargé de promesses érotiques, nous avons repris notre discussion. Il faisait chaud ce soir-là, mais la température était supportable. Elle s’est levée d’un geste nerveux, me déclarant que son string la grattait et lui rentrait dans les fesses, l’a retiré rapidement en me tournant le dos. Sagement installée sur son canapé en toile, elle est nue sous sa jupe. Elle joue, prenant garde à ce que je n’interprète aucune de ses attitudes comme un signal érotique.
J’aurais dû l’embrasser, me jeter sur elle, la prendre, sans même la déshabiller, ramper sous elle pour la dévorer. Mais ce soir, je suis resté assis sur son tapis carré... j’ai continué à parler et à boire ; à parler encore et à boire aussi.
Nous avons dormi ensemble. Je n’étais de toute façon pas en état de reprendre la route. Allongée, dos contre mon ventre dans son lit, elle était nue. J’étais saoul et m’en voulais de ne pas avoir su réfréner ma pulsion alcoolique. Comprenant qu’il ne pouvait désormais plus y avoir que de la tendresse entre nous, elle s’est saisi de ma main droite afin de couvrir son sein gauche et s’est rapidement endormie.

* * *

Photo sur le net


Je ne l’ai plus jamais croisée. Récemment, en tapant son nom sur un moteur de recherche, j’ai vu son visage apparaitre sur une photo qui semblait avoir été scannée à partir d’une pièce d’identité.
Près de trente ans plus tard, elle n’a pas changé. Elle est toujours aussi souriante et ne fait pas son âge.
En revoyant cette image, me revenaient en mémoire les deux années que nous avions passées ensemble. Elle était toujours célibataire et vivait encore dans le sud. Je me suis demandé ce qu’il serait passé si je ne lui avais pas menti à propos du collier de perles. Peut-être aurions-nous prolongé notre histoire. Nous aurions certainement eu des enfants et la séparation n’en aurait été que plus douloureuse. Nous n’étions pas destinés à rester ensemble toute notre vie.
J’ai quelques remords, mais aucun regret. Je conserve un souvenir attendri de ma première histoire d’amour.

* * *

Elle n’a pas tout oublié

Ma mère est passée à la maison hier soir. Après quinze ans de célibat, elle a enfin décidé de refaire sa vie dans une autre ville avec son nouveau compagnon. C’est fou ce que l’on peut jeter quand on déménage. Je lui avais dit que je ne voulais pas qu’elle se débarrasse de quoi que ce soit qui m’appartient sans me le dire. Elle a tenu parole et m’a rapporté hier, une malle pleine de vêtements d’enfants et une surprise. La surprise c’est cette boite en carton qui déborde de vieux souvenirs que je suis en train d’effeuiller, seule, sur la table de mon salon.
Au fond de la boite, une enveloppe rose. Dans l’enveloppe, quelques photos de moi, encore adolescente. Mes sœurs et moi fêtant mes dix-huit ans, mon chat, mes premiers et derniers essais de photographie artistique. Puis retournée, parmi d’autres ; je suis sûr qu’elle a ouvert l’enveloppe, un cliché, ou je m’adonne au plaisir naturiste au bord d’une rivière par une claire journée d’été. Je suis debout, bien sûr toute nue, et la photo a été prise de surplomb. Mon corps est un peu déformé par la perspective plongeante. Je suis bronzée des pieds à la tête, sans la moindre marque de maillot de bain. J’avais encore mes petits seins, qui me complexaient tant, que je me suis fait refaire pour mes trente ans.
J’avais oublié l’existence de cette image, mais je me souviens de cette journée. Je ferme les yeux et elle revit en moi.
Nous avions décidé de nous baigner dans le Gardon. Ma sœur avait voulu nous accompagner avec son petit ami iranien. Lui nous conduisait, dans sa 504 décapotable rouge.
Il faisait très chaud, et nous voulions nous baigner. Il ne supportait pas la promiscuité et refusait toutes les plages que nous lui proposions, nous avons roulé, puis marché longtemps pour trouver un endroit qui ne soit pas envahi de familles.
Il était beau ce jour-là, très brun, ses cheveux bouclés flottaient au vent. Ses lunettes de soleil lui donnaient un air absent. J’avais envie de le toucher, de gouter sa peau que je devinais salée. Lui, conduisait, sans dire un mot le regard fixé sur la route.
C’est moi qui après notre baignade ai pris l’initiative de me débarrasser de mon slip de bain, pour bronzer toute nue. Il ne s’est pas fait prier longtemps et s’est lui aussi complètement dévêtu. Ma sœur était dans l’eau en compagnie de son invité. Visiblement gênés, ils n’osaient plus nous rejoindre.
Allongée sur le ventre, je somnolais, goutant l’odeur des pins, la douceur du soleil et le chant des cigales. Je me sentais bien dans mon corps, j’ai senti sa main huilée d’abord se poser sur mon épaule puis investir le reste de mon corps. J’avais envie qu’il continue sa caresse, qu’il l’a précise et de ses doigts me fasse jouir maintenant.
Je me suis levée et d’un geste de la tête l’ai invitée à me suivre. Sous un arbre, je me suis assise face à lui, tournant le dos à la rivière. Écartant légèrement les genoux, je n’ai pas eu besoin de dire pour qu’il comprenne ce que je désirais. Je voulais me sentir fouillée, caressée, excitée... Je n’ai jamais retrouvé un homme qui sache aussi bien me faire jouir de ces doigts. Il m’a caressée, longuement, lentement, avec la précision et la douceur d’une femme. Je le regardais dans les yeux et sentait son trouble alors que le plaisir rapidement montait de mon ventre d’abord par vagues, puis comme un flot continu. C’est à ce moment que sans cesser sa caresse, il s’est penché vers moi, me soufflant une parole obscène et souriante. J’ai senti mon sexe inondé de plaisir. Un petit cri m’a échappé... Je ne l’ai pas touché. Il n’a pas insisté. Il n’a jamais compris que j’attendais qu’il prenne sans attendre mon autorisation
C’est avec lui que je me suis peu à peu affranchie de mes inhibitions et du poids du regard de ma mère. Un soir, j’ai eu l’impression que je faisais l’amour avec mon frère. Je n’ai plus supporté de voir son visage face à moi. Je me suis retournée, et m’imaginant avec un autre je me suis faite jouir sans attention pour son plaisir. Je savais que notre histoire était finie. Je n’avais plus envie de lui. Il me fallait d’autres corps, d’autres odeurs, ressentir les émotions du début.
Nous nous sommes quittés sans qu’il insiste pour me retenir. Il avait l’air triste des amants révoqués. Je ne l’admirais plus.
Nous nous sommes revus peu après notre séparation. Je voulais qu’il me prenne, qu’il me maltraite et me baise.... mais, il n’a rien compris et a passé toute la soirée à boire et à parler.
Je ne sais plus où il vit. Il a dû vieillir et perdre sa brune beauté juvénile. Peut-être ses cheveux ont-ils blanchi. Peut-être a-t-il pris du ventre ou perdu l’éclat de son regard. Je voudrais ne jamais le recroiser. Et puis que lui dire à présent ?
Lun 12 Mars 2012, 22:57 par francisco varga sur Histoires d'amour

Flou

Je vois bien le , et je vois bien la mer.
Je vois bien au loin qu’il y a ma terre.

Mais c’est flou.

Je sens le mouvement, et je tangue,

Pourtant, je fronce les sourcils,
Pourtant, je tente l’équilibre,
Je sens si prés le possible…

C’est flou,

Comme avant l’évidente réponse,
Comme au moment ou s’enfonce,
Ce doute perfide, ce précipice,

C’est flou,
Mais je sais que ça ne le sera pas toujours,
Que la lumière fixera un jour,
Tous ce remou, ces points qui bougent,

Et je serai alors de retour.
Lun 12 Mars 2012, 12:19 par ungraindesand sur Mille choses

Je serai. (les maux d'amour conjugués)

Je serai,pour toi, une laborieuse petite abeille
Travaillant sans cesse à faire de ta vie une merveille
Recouvrant ton beau corps musclé d’une bonne couche
De miel je serai une bourdonnante et agaçante mouche
Pour" ennuyer "de mes lèvres, le coin de ta belle bouche.
Je serai une énervante guêpe à la taille provocante
Dont le dard te fera perdre la tête de manière affolante
Je serai l’attendrissante libellule,au vol léger et leste
Pour aller te décrocher la lune de la voute céleste
Et te rapporter, radieuse,son blanc écusson
Je serai ravissant papillon, pour te faire tourner en rond
Afin qu’ivre de moi,tu ne sortes jamais seul le soir...
Ou je muterai en insolent cafard provocant des histoires!
Douce et attentive, en véritable sentinelle
De notre amour,je serai la charmante coccinelle,
Qui,de plaisir,te fera grimper au [/b]
Dim 11 Mars 2012, 17:31 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Nos bonnes étoiles

Un nouveau se dévoile,
Offrant ses mille étoiles...

Invisibles alentour
Aux êtres sans amour,
Mes yeux émus sont là,
Devant leur sombre éclat.

Ce sont des naines brunes,
Ni soleils ni planètes,
Sans brillance, chacune
Me brûle cœur et tête...

Elles attirent mes mains
Attisent mes regards...
Mes lèvres s’y égarent
Effaçant leur chemin.

Je voudrais les compter,
Mettre leur nom sous verre,
Faire de chaque baiser
Une tendre prière.
Mar 14 Fév 2012, 18:33 par Epiméthée sur La séduction

Prisonnière

Je regarde toujours ailleurs, le nez collé à la vitre, le seul endroit qui permet de rêver dans ce monde qui me paraît être une prison. Même si le rêve s’écrase contre les murs froids et hostères. Un rêve avorté, emprunt d’un saisissable non-sens.
C’est absurde toute cette comédie, je ne supporte plus, je ne peux plus paraître heureuse, lorsque d’autres visages obsèrevent le mien.
Mes larmes sont du sang qui coule, traçant de grandes traînées rouges sur mes joues. Mon passé me mange, il me dévore, il veut me tuer, je vous en supplie, il n’y a plus d’espoir, comment pourrais-je vous montrer ces horreurs qui me tuent, comment pourrais-je vous dire que je n’ai plus la force, pour voir du bien en ce monde. Comment vous dire la terreur qui m’habite chaque jour, chaque nuit, chaque seconde.
Parce que la certitude d’une mort proche ne me quitte jamais. Je m’imagine pendue à chaque arbre, noyée dans chaque lac. Et lorsque je lève les yeux au , je me vois sauter du haut de ces HLM.
Des pensées qui surgissent de l’enfer pour disparaître aussitôt. Elles te rappellent souvent, en 1 millième de seconde, que tu ne guériras pas, jamais.
Pour ne plus voir, je fermes les yeux, mais ce noir m’effraye, Il rejoint la mort, Il est sa complice ! Jamais je ne retrouverais le repos, finalement je suis déjà morte, il n’y a pas de Dieu ni d’Enfer, seule reste la solitude.
Mes yeux brûlent, mon dieu, tant de tristesse, ma tête vibre, mon regard qui traverse tout ce qu’il peut atteindre le rend vide, ideux...
La suite sur http://cms.reverence.webnode.fr/[/url]
Mer 08 Fév 2012, 14:53 par milene sur Annonces

Inventaire en meninge...

si je devais casser ma tête
dans un geste de raison désespérée

si je devais casser ma tête
dans les morceaux répandus
on trouvera
certainement
enfin
je crois
on trouvera
quelques bout de cervelle
mais aussi
des bouts de taffetas en soie
des écharpes en pur angora
des draps roses tout emplis encore de sueurs nocturnes
quelques clichés du
de ceux des tempêtes d’Ouessant
des bleues cristallin
d’hivers en cote d’azur
l’eau salée
des écumes des bords de manche

on trouvera aussi
jeter à l’aveugle
ces photos
que je n’ai pu tirer de toi

reprenons le tri
savourant l’outrance
d’un grand verre
de fièvre éthyliques
reprenons le tri

je n’ai jamais développé
tout ces baisers que m’a refusé

je n’ai jamais apprivoiser
ta distance devant
mes mains emplis de mauvaises intentions

si je devais casser ma tête
il faudrait aussi
ne pas manquer
couper tout les chemins
qui de la tête
mènent au cœur
plus encore
les sens inverses

me souvenir
d’oublier
un amour
que je n’ai pu confisquer

dans ma tête répandu
j’attendrai décidément
que le vent se lève
et emporte
ce que je n’ai pu voler
Ven 03 Fév 2012, 10:37 par adeleH sur L'amour en vrac

Plein d'oubli

plein d’oubli

c ’est stock de désherbant
qu’il faudrait te mesurer mon amour
tout ce qui nécessite
la destruction
des tiges
des fleurs
de la plus petite racine
qui avait pris dans mon cœur
c’est tout ces petits riens de toi
qui feront encore de l’ombre au soleil
juste après ton départ
c’est un trou dans le silence
que je devrais cogner
pour entendre a nouveau
le vent sur la plage
c’est une prière au
pour apercevoir
a nouveau
les étoiles
hors de tes yeux
c’est surtout une raison a réparer
comme un mauvais réveil
rafistoler les ressorts
pour que midi
ne sonne plus
à ton passage
et par dessus tout
penser a faire le plein d’oublis
a raz bord
pour ne pas souffrir
plus qu’une terre gelée d’Alaska
tant il fait froid
comme il fait froid
sans toi.
Ven 03 Fév 2012, 10:35 par adeleH sur L'amour en vrac

L'humanité!

Je pense à l’être humain que je suis ?

Créature complexe, mystérieuse et assez souvent incompréhensible… !
Un organisme multicellulaire, intelligent et rusé !
J’ai beau cherché en nous cette humanité qui en fait nous distingue des autres êtres vivants, des autres animaux qui nous ressemblent !
Hélas elle (l’humanité) n’a jamais existé qu’à l’état latent, un état qui a du mal à se développer et à faire surface.
Nous sommes une espèce qui tout en ayant de l’intelligence et la pensée nous avons transformé notre identité et l’objet même de notre existence.
On est pourtant très fragiles, et de nombreuses questions restent encore sans réponses en relation avec l’univers et l’avenir de la vie sur terre ?
L’infini continue de bouger méthodiquement et harmonieusement malgré l’influence négative de l’homme.
Nous avons provoqué une course sans limites qui se caractérise par une soif aveugle, un amour exagéré pour tout ce qui brille ; attire et fait envi... même au dépens de la nature que nous poussons à agir contre elle –même, nous avons pollué l’air que nous respirons !
Le signe extérieur l’emporte !

Cette stupidité matérielle que l’être humain a inventée qui écrase ; et tue le sentiment ainsi que les vraies qualités de l’humanité.
Ce mot en fait qui veut tout dire et qui ne signifie plus rien de nos jours, c’est un peu pareil quand on parle de la conscience, l’honnêteté, la vérité, la sagesse. Ce n’est que des mots !

L’homme ne sait plus quoi faire, il court chaque jour un peu plus que de coutume à la poursuite de l’argent... ?Il continue de construire des usines, des armes et des bombes et pollue l’atmosphère !
Nous avons fini par oublier presque qu’on est fait de chair, de sang et d’os, tout à fait naturels comme tous les autres mortels.
L’abri et l’habit ou tout simplement l’argent nous laisse croire qu’on est différent, on construit des espaces gigantesques largement équipées, des immeubles qui épousent le , plusieurs étages en hauteur, ou les escaliers, ascenseurs et portes se confondent dans un bruit qui dérange.
Des terres agricoles qui produisent et assurent l’alimentation des hommes et du bétail se transforment en usines, immeubles ou autres…
Aucun souci pour l’environnement et l’avenir de nos enfants et de la planète terre !la pollution s’engage, s’installe et change le visage de la nature ?
Des voitures de toute sortes qui klaxonnent ;des façons de dire regardez –moi, des téléphones qui sonnent partout même dans les cimetières .
Des manières qui se robotisent, une humanité qui agonise.
Chermed 2006
Ven 20 Jan 2012, 15:25 par chermed sur Mille choses

Prise de vue




Midi ! Un soleil timide peine à traverser les nuages qui s’amoncellent dans un gris-acier. La journée promet d’être des plus ennuyeuses. Ma petite paresseuse vient tout juste de se lever et ne s’est pas encore habillée. Elle déambule à demi-nue dans les pièces de notre chaumière réchauffées par le bon feu qui crépite joyeusement dans l’âtre de la grande cheminée du salon... La chipie m’a subtilisé l’appareil photo dont je me sers pour ma modeste entreprise de photographe et compte bien s’en servir pour me mitrailler sous toutes les coutures... Elle sait pourtant que, malgré mon métier, je déteste être pris en photo... Cela peut paraître étrange mais je ne me trouve pas photogénique, bien qu’on m’ait souvent affirmé le contraire. Reste qu’on ne se refait pas et j’ai des pulsions épidermiques chaque fois qu’on a voulu immortaliser mon portrait. Un léger bruit m’informe de la mise en œuvre de son projet. S’engage dés lors une course poursuite, à travers toute la maison, au bout de laquelle j’arrive tout de même à lui reprendre l’appareil...Et le fin tissu qui peinait à la recouvrir. Très fier de ma victoire, j’exhibe mon trophée quand une mimique de ma partenaire titille l’intérêt de mon œil d’artiste. Là, au milieu du salon, complètement nue, elle fait le singe. Se cachant derrière le mobilier et n’en sortant que pour me narguer d’une grimace. C’est alors à mon tour de m’amuser à la photographier, surtout quand elle fait sa chipie, et qu’elle ose me tirer la langue...

Elle s’amuse, à me provoquer en minaudant et en lançant des lazzis qui heurtent ma virilité. Elle en rajoute, en trémoussant son nez, son postérieur et toute une autre série de simagrées destinées à m’aiguillonner et qui ne réussissent qu’à me faire rire. Puis, voyant que son manège n’a pas de prise sur moi, quand on prend des mioches irascibles en photo on apprend à calmer ses pulsions ou on change de métier, elle prend un air de garçon manqué, allume une clope, met sa casquette de gavroche, et me fixe effrontément dans les yeux...Elle a, à ce moment, une beauté qu’il m’est impossible de décrire tant se mêlent un sentiment d’amour, de désir, d’admiration qui confineraient à l’adoration...Si seulement elle consentait à garder la pose ! Une si jolie coupe à la garçon qui me rappelle une grande et talentueuse actrice disparue, se prénommant Katherine... Katherine Hepburn ! Un petit air mutin, qui ne me déplaît pas et qui m’avait fait craquer la première fois que l’on s’était rencontrés. Je m’en souviens encore, c’était à une vente de charité. Elle, en train de verser de la soupe chaude dans les bols, et moi qui venait faire un reportage-photo sur les exclus de cette société de consommation. Sans se soucier de mon emploi du temps ou de mes intérêts professionnels, elle m’avait collé un miséreux m’enjoignant de le raccompagner au centre d’hébergement le plus proche. Son culot et son aplomb m’avaient fortement impressionné et je dus à la providence que le clodo m’abandonne sur le trottoir pour aller, de son côté, faire la manche...

J’en avais profité pour faire plus ample connaissance en prétextant une vaseuse exigence d’excuses pour le comportement quelque peu désinvolte qu’elle avait eu à mon égard et fus surpris d’apprendre que derrière l’apparente désinvolture se cachait toute une étude psychologique de l’individu mâle de milieu moyen. Personne de sensé ne pouvait refuser, sans se sentir coupable de mesquinerie, d’accéder à la requête d’une très belle jeune femme en détresse. Grâce à son charme et à son toupet, elle avait réussi à caser des dizaines d’indigents dans différents centre. Une telle beauté alliée à une telle intelligence, je me devais de mieux la connaître. C’est ainsi que je l’épaulai dans sa mission. Et c’est ainsi que j’en fis ma compagne...Mais pendant que je me remémore ces merveilleux instants du passé, ma chipie continue son cirque et je m’aperçois que je continue à la mitrailler alors que mon appareil indique ’’Full’’. Je le dépose avec délicatesse dans son emballage comme on poserait un bébé dans son berceau quand le poids de mon amie me tombe dessus d’un seul coup. Elle en a assez des singeries et recherche un contact plus valorisant. Je l’empoigne et la retient. Elle se débat comme une chatte réclamant des caresses mais qui exige qu’on la dompte. J’écrase un baiser sur ses lèvres et je la sens fondre...Prête pour un câlin plus approprié...Que j’aime cette chipie !
Mar 13 Déc 2011, 15:44 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Un amour infini

Bonjour petite fée,
Je t’amène ce présent.
Et puisse-t-il te prouver,
Ces choses que je ressens.

Ta lumière est un graal,
Un trésor bien secret.
Tu ne sais faire le mal,
Ton amour est parfait.

Tu peux voir le passé,
Accepter tes faiblesses.
Laissons ces jours hantés,
Oublions ces bassesses.

Car désormais cher ange,
Tu commence à briller.
Tu te plonge dans un Gange,
En ressors purifiée.

Je suis fier car hier,
Tu as jeté mes peines.
Je te sens grande et fière,
Je te sais enfin saine.

Peut être doute-tu aussi ,
D’être celle que je louange.
Je le répète ici:
Tu as tout d’un bel ange !

C’est désormais chose faite,
Oublions nos bêtises.
Acceptons nos défaites,
Ressens tu cette brise?

Un vent nouveau nous porte,
On voudrait l’enlacer.
Écoute le, il exorte,
Il est la Vérité .

Au fond de moi je sais,
Que tu as le pouvoir.
Et je te vois tout prêts,
D’accepter un espoir.

Je veux te voir radieuse,
Il suffit de cette peine !
Enfin te voir heureuse,
Et délaisser la haine.

En cet instant je t’aime !
Et glorifie les cieux,
D’avoir voulu qu’on sème,
Quelques graines pour le mieux.

En cet élan je t’aime !
Car tu es magnifique...
Je te vois qui parsème,
Un amour authentique.

À cette heure je t’adore !
Mon coeur pleure de t’avoir !
Tu es un être en or,
Telle une œuvre d’ivoire.

Je te serre contre moi,
Pour t’offrir cette chaleur.
Je te prends dans mes bras,
Et t’enlace pour des heures.

Mon amie tu le sais,
Je suis là sans réserve.
Et quel que soit ton souhait,
Je veux que je le serve.

Mon cœur est plein d’envies,
Mais surtout celle de voir,
Ton retour à la vie,
Et la paix dans tes soirs.

Pour moi tu es une muse,
Et tu guide ma bonté.
Je me nourris, jabuse !
De ta divine clarté.

Tu mérite le bonheur,
Tu as assez souffert.
C’en est assez pour l’heure,
Le passage est ouvert!

Ce modeste présent,
N’est pas juste un écrit.
Ce n’est pas moi, parlant,
Mais la vérité qui crie!

Je ne suis que le scribe,
Du plus pur des élans.
C’est ici que j’exhibe,
Tout l’amour
 qu’Il ressent.

L’Univers est en toi,
Tu ressens sa puissance!
Les étoiles brillent sur toi,
Elles te guident vers la chance!

Puisse donc le t’offrir,
Une lumineuse journée.
Moi même je fais partir,
 Toutes mes preuves d’amitié.

Encore une fois merci!
Et pour toujours je t’aime!
De cet amour infini,
Où ton âme me ramène.

Je te fais mille baisers!
Je te souhaite mille merveilles!
Tu peux aller en paix,
Car ton coeur se réveille :)
Jeu 17 Nov 2011, 08:07 par ChanG sur La déclaration d'amour

Je n'ai plus

Je n’ai plus peur du danger
sans être téméraire
je ne pleure plus à la pitié
depuis qu’on enterre
les regrets
sur cette terre

Je n’ai plus que l’appétit
si il faut je boirais la pluie
pour être digne comme un chêne
mais sans chaîne
depuis que je bois de l’eau
y’a du coca dans le frigo
y’a de l’excitant
et puis du chaud
appétissant

T’es séduisant
ça ne me rend pas volage
ça me rend
tellement trop sage
que j’envisage
ton visage
et nos massages
dans mon paysage
non poétique
non onirique
mais véridique

Dans mon réel,
dans ma réalité non virtuelle
mon amour, mon ami, mon

Quand je te lis
quand tu me lis
on se lie
et moi je voudrais aussi
dormir dans ton lit
avec toi en mari
banalement extraverti
au quotidien
au café du matin
à la routine du lendemain

Je voudrais m’ennuyer
non de toi mais de tes côtés
je voudrais tes défauts, tes qualités
je voudrais tout partager

Je voudrais me lasser,
de te voir me réveiller
chaque jour passé,
je voudrais nous voir se rider
ensemble, vieillir liés
je voudrais te regarder t’endormir
quand tu es fatigué
et puis sur toi veiller
en ravivant tes désirs

Je n’ai plus peur du danger
depuis que je t’ai croisé
depuis que je t’ai rencontré
je n’ai plus la nausée

Mon amour si tu m’aimes
comme tu le dis
viens sur cette plage
où le seul paradis
est dans mon corsage
je t’ai déjà dit oui
pour notre mariage
viens murmurer à mon oreille
ce que mon petit doigt dit
viens caresser mes cheveux
respirer ma peau
embrasser mes lèvres
réaliser tous tes voeux
ce qui te rend si beau
quand tu es fier

Quand tu es fort
et que tu t’accomplis
même dans l’effort
où tu jouis
tu es beau et fier
quand je me laisse faire
quand ton corps m’opère
et me rend fièvre

Ne reste pas fébrile
même en hiver
l’été c’est une idylle
si on manie les vers
si on marie les verres
avec pour seul alcool
nos parfums
et pour seul vin
nos nuits folles

Je n’ai plus peur de rien
quand tu prends ma main
Dim 30 Oct 2011, 21:41 par inlove sur La déclaration d'amour

Je m'incline!

Mon âme est étreinte, car mon corps manque de ce rythme qui me comblerait. Cet acte: celui où tu me prends. Tu poses tes mains sur mes hanches, et me surprends, comme je succombe à cet instant. Je m’incline, au bord du précipice dans lequel je tombe d’amour. Je me penche.
Je me baisse, tu te dresses. Tu m’apprivoises et j’agonise du désir où mon rêve meurt mais tend à se réaliser. Je me soumets à toi, et toi tu enjambes ce qu’il reste de moi. Ce qu’il reste de moi? Un instinct comme animal, une envie de ton sang dans le mien. Il ne reste plus qu’une pulsion: celle où je me sens vivre pleinement, celle où tu donnes vie à l’orgasme. Celle où l’on culmine de plaisir, au cœur de la réalité. Une envie sans artifi, une envie naturelle, une envie de toi qui me rend folle. Je m’incline car je t’aime et ça me rend folle de sexe avec toi. Faudrait-il une raison? La raison, la Passion. Je revis quand je vois ton sourire, même lorsque ton sourire ne me suffit plus. Je revis, quand je lis entre les lignes, et que je vois ton visage se dessiner sur le sable où tu écris mon nom. Je revis, quand mon téléphone indique un sms venant de toi, et ce avant de le lire. Je revis comme une enfant, qui t’éprouve. J’apprends, à te connaître, il faut du temps, mais au limite du besoin, mon fantasme se fait pressant. Ma patience a atteint ses limites, et je me languis, malgré les précautions. Doucement mais sûrement, je visualise la scène: comme si nous l’avions fait! Bande sans discontinu, film interdit au moins de 16 ans, ma vision est génitale! Et toi, tu es génial, tu es fantasque, tu es distingué et élégant. Tu m’apaises, et me soutiens. Tu m’écoutes et tu me fais rire. Tu es si intelligent, et très intéressant intellectuellement. Moi ça stimule mon cerveau de sucer des neurones de qualité! Tu me portes bienveillant, et je m’envole au septième . Au 69ième étage, tu me conduis, dans les nuages. Mon regard est brûlant comme le soleil, pétillant, comme ton cœur qui pétille, effervescent, lorsque je te vois. Tu es l’air où je respire, des souffles de renouveau, tel un espoir qui vous caresse, une main qui vous frôle et vous tente. Une envie qui vous démange, une pensée qui vous ronge délicatement. Un jour noir de pluie et de froid, dans l’absence. Une nuit blanche, un présent, qui illumine, ensoleillant. Un rêve diurne, une lueur dans mon cœur qui allume les flammes de l’ardeur. Un élan, voilà tout ce que je suis lorsque tu me pénètres profondément. Lorsque tu touches au plus profond de moi, lorsque tu rentres à l’intérieur et que tu pénètres mon intimité. Lorsque tes mains m’entourent et font le tour de ma taille, lorsqu’elles se promènent comme dans un jardin, et que je me fais fleur. Lorsqu’à ma peau, tes doigts glissent, et dérapent au bon endroit, au bon moment. Lorsque je me fais victime volontaire de tes assauts répétés, et de tout ce "va et vient". Tu bouges comme je vibre, tu me chamboules, tu me secoues, sauvage mais avenant. Mon corps accuse réception, il te reçoit cinq sur cinq, il s’ouvre. Mon corps s’écarte, puis c’est le trou noir: mes yeux se ferment. Je m’évanouis de plénitude, et quand j’ouvre les yeux, tu me donnes un baiser. Ma langue goûte à toi, mes mots coulent, je prends le risque: je me mouille. Je me jette à l’eau, je me noie dans tes yeux, je m’endors dans ton lit. Voilà, tout ce que je suis, lorsque nos deux corps se confondent en un seul, en fusion. Je ne suis plus qu’un être qui ne contrôle plus rien si ce n’est le cheminement de notre voyage en suivant ta voie lactée. Je ne suis plus qu’un être d’émotions que mon corps verbalise et interprète. Je n’ai plus qu’un langage: le corporel. Je n’ai plus qu’une lubie: faire l’amour avec toi.
Mer 26 Oct 2011, 00:07 par inlove sur Les liaisons sulfureuses

Aime-moi

Je n’ai de que l’horizon parfait
de ton regard, là où tu expires, je me présente et m’offre nu,
loin de ma volonté, j’inspire ton Nom…
là où tu accouches d’un mot, je me soumets, soucieux de recevoir le cristal clair de ton désir...
Aime-moi, aime-moi encore, je n’ai d’autres rêves que les tiens, les miens se sont envolés dès l’aube où je t’ai aimée !!
Mar 25 Oct 2011, 12:25 par Mc Gregor sur La déclaration d'amour

La dernière étoile

Me mettre sur un piédestal,
Tout en haut d’un château féodal
Tout un dédale de marches à monter
Juste pour me regarder...

Tout en haut des escaliers
Je peux enfin l’admirer
Elle que je ne peux approcher
Je me prosterne à ses pieds.

Je dors paisiblement, certainement depuis trop longtemps,
Plongée dans un sommeil, d’où les rêves m’empêchent de sortir...
J’attends une toute petite lumière qui me ferait sourire
En me frôlerait d’un baiser sur ma joue veloutée

Devant sa beauté endormie
Je n’ose me manifester
Face à son corps alangui
Je rêve de la réveiller

Soudain un vent violent s’engouffre de la fenêtre
Et un mini cyclone furieux subitement pénètre
M’emporte dans les air tel un petit fétu de paille
Devant le regard surpris de l’homme qui me détaille

Je ne puis m’opposer
Aux élément déchainés
Qui m’arrachent à ma belle
L’emportant bien haut dans le

Il ne restera, de moi, qu’une étole,
S’échouant sur ce grand baldaquin
Il ne se souviendra que de l’étoile
Qui s’éteignit ce funeste matin
Impuissant face à ce destin
Coulent ses larmes de chagrin
Mer 29 Juin 2011, 16:05 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Petit traité de vulgairisation scientifesse (fessebook)

J’ouvre ici un petit manuel sur la fesse, tiré d’expérimentations scientifesses.

Je parle de "vulgairisation" car c’est ni de la vulgarisation, ni du vulgaire, c’est entre les deux ! je ne crois pas aux beaux sentiments par des envolées lyriques. Le véritable amour a une explication rationnelle que je vais tenter de vous expliquer en décryptant les mécanismes d’ordres mathématique, physique, chimique, transposés au sujet en question.
D’autre part, j’aimerais asseoir mes connaissances sur la fesse en élargissant mes idées avec les vôtres. Aussi, les commentaires appuyés sur un raisonnement scientifesse seront les bienvenus pour approfondir ensemble notre cul-dure !

Aussi, d’emblée, je rentrerais dans le vif du sujet, en assimilant le "cul" à une jolie plante. Que dis-je une plante, une fleur et si c’est pour parler du mien, je dirais même un chou-fleur ou un "Christ’ en thème". Mais passons et regardons-y de plus près. La fleur est si voluptueuse que deux tiges ne sont pas de trop pour son épanouissement. Les "popotinistes" classent notre jolie plante dans les jambèlifères : plantureuse famille toujours pourvue de deux jambes graciles qui prolongent sa fleur. Quand celle-ci repose, ramassée sur elle-même, il lui arrive d’entremêler ses tiges avec élégance. Elle devient ainsi source d’inspiration pour crucijambistes confirmés (généticiens en herbe ou amateurs de jambes croisées, pétris de case noire). Son pistil dégage alors un parfum entêtant et ô combien caractéristique !...
Mais je m’égare dans des élucubrations poétiques et intéressons-nous plutôt à la "faute aux saintes aises". Rien à voir avec la photosynthèse habituelle, car le mécanisme fonctionne à rebrousse poil. Je m’explique : la "faute aux saintes aises" de la fesse consiste à absorber du "coccyx gènes" en prenant ses saintes aises mais en fautant par rejet du gaz au "quart qu’on lui nique". Or, la photosynthèse est l’effet inverse ; comme chacun sait, son rôle est d’absorber le gaz carbonique et de rejeter l’oxygène. La faute aux saintes aises a donc ici un effet négatif pour l’environnement de notre planète car il accentue le réchauffement climatique en augmentant la couche d’ozone. Ce contre effet pervers est en tout point assimilable à l’amour vache (animal sympathique quand il broute mais pas quand il proute) ! Mais restons dans le raisonnement scientifesse et demandons nous pourquoi seulement le quart du gaz est rejeté : c’est très simple, le gaz est un anesthésiant redoutable et, lors de la pollinisation du pistil de la fleur par " l’ anthière état-pine ", la nature toujours bien faite s’escrime à ce que le tapin (racine de l’état-pine ) ne dure jamais trop longtemps. Ainsi, Le pistil, soucieuse de réitérer son plaisir pris pendant ces merveilleux rapports fusionnels, anesthésierait alors volontairement le sexe fort pour prolonger ses ardeurs sur le long terme. On reconnaît là l’éternelle amoureuse qui comme une héroïne dans un roman de Barbara Cartland susurrerait en son for intérieur :"Pisse-t-il mon coeur ne jamais saigner et filer longtemps le parfait amour !"

Cependant, voilà qu’un autre éminent chercheur du corps scientifesse contrecarra le pouvoir anesthésiant du gaz au "quart qu’on lui nique". il s’agit d’un spécialiste en hydrodynamique dans le secteur de la viscosité et l’écoulement des fluides. Ces proches collaborateurs lui ont qualifié le délicieux sobriquet de "Bébert la nouille" bien que mieux connu sous le nom de "Bernouilli" et de son fameux théorème. Bébert donc orienta ses recherches en observant la cuisson des pâtes (il était italien) et plus spécialement le macaroni. Il constata que la dite pâte plongée dans un liquide à 37 degré produisait une émulsion en surface sous forme d’écume blanche et, 6 minutes après, il observa que la trempe du macaroni ressortait en forme de coquillette (précisons que la cuisson était " al dente "). Aussitôt il fit le rapprochement judicieux avec le fameux gaz anesthésiant, contestant alors son effet en tant que tel, le justifiant seulement d’ordre respiratoire ou d’aérophagie. En rapport au coït, la "faute aux saintes aises" n’implique pas selon lui un dégazage systématique. Ainsi, le pouvoir du gaz anesthésiant serait irrecevable, la crampe du sexe fort se ramollirait et racornirait uniquement par effet de trempe et en un point de fuite du "va-j’y nage". l’expérimentation sur le vivant assermenta son hypothèse: le prépuce sortait bel et bien fripé et blanchit après pénétration.
Enfin pour accentuer un peu plus la différence entre la "faute aux saintes aises" et la photosynthèse, disons que si "la forêt d’amozonie" absorbe une grande partie de "l’impur Co 2". Par ma fesse, "le purin " c’est au dos" qu’ il se rejette quand bien même percerait "une forêt où l’âme à son nid" !

Pour poursuivre dans les sciences des fluides et toujours dans le "va! j’y nage". Un colloque de chercheurs en expérimentation dans un lupanar établirent un calcul savant sur la poussée "d’orgie merde". Ils remarquèrent que tout corps plongé dans le trou noir subissait une poussée de haut en bas égale au poids du volume du liquide déplacé. Mais seulement si le plongeon est au must du coït, c’est à dire que l’accélération du "pesant heurt" s’exerce au point "g", là où il y a du plaisir ! Bien sûr on peut s’interroger sur le pourquoi de la grossièreté pour qualifier cette fameuse poussée. ben ! tout simplement parce qu’ après moult observations force fut de constater que ça ne sentait pas la rose !!!
Dés lors l’un des chercheur, mathématicien qui plus est, s’intéressa aussitôt au bourrin susceptible de cette merveilleuse poussée. Il s’avéra en l’examinant de près qu’il présentait de sérieux avantages sur les parties génitales. Il l’isola alors et mesura mathématiquement "sa rythme et trique" en position de frappe. Aujourd’hui, ce spécimen rare a donné son nom au théorème de "Bite à gore" énoncé comme il suit : "Bien carré l’hyppo t’abuse quand il te somme des deux côtés".
On dit à tout saigneur tout honneur ! Cependant abstinence est de rigueur au mâle en rut quand Madame en couche est contrainte de "l’effet de serre" ou de serrer des fesses. Coûte que coûte elle doit alors s’acclimater à ce non réchauffement clitoridien (pour le torride ça attendra) !

D’autres mathématiciens chevronnés de la fesse définirent sa courbe exponentielle, délimitée entre deux asymptotes : une au point de fuite et l’autre sur la chute de rein. Je vous ferais grâce des formules sur la valse du "x" pour situer le point d’inflexion où la courbe dérive !

En science sismolofesse, des chercheurs tout aussi inspirés ont prospecté le long de la ligne de faille qui partage les fesses en deux. Or, c’est dans cette cassure et en un point névralgique où "l’épice entre" (eh oui ! il suffit parfois d’un petit piment d’espelette pour provoquer un vrai cataclysme avec parfois tsunami à la clé) que le sismographe a enregistré les secousses des plus violentes. Allant jusqu’à 7 sur l’échelle de "Rich’ éther " : échelle mesurée en degré au plaisir). 7 étant la graduation optimum pour parvenir à l’extase quand vous atteignez le septième !

En vulcanofesse, des "porctologues" qui ne sont autres que des proctologues spécialisés, n’ayant pas peur de mettre leur nez là où je pense, ont dénombré différentes éruptions. Il y a l’éruption classique dite bronzaïque (coulée dans le bronze), l’éruption filiforme (en forme de fil), l’éruption constipative( projections crottés à répétition), l’éruption explosive en deux catégories : l’une étant la courante laminaire (coulée liquide et plate) et l’autre la courante "diarré-hic"(pétard de feu d’artifesse constellé d’étoiles).

De physique-scientifesse, on a mesuré aussi l’effet "à coups triques" de l’instrument à vent. Dés lors, quiconque peut s’improviser musicien en soufflant sur les hanches par son embouchure, faisant résonner le muscle pelvien en rondes notes par l’entournure de son col en "ut et ruse".

En physique-mécanicofesse, il est rapporté la formule de l’énergie cinétique sous la forme :
Ec= 1/2 mv2+1/2 jw2
l’addition des deux énergies distribuées (mâle et femelle) se répartie par moitié d’ou le coefficient 1/2 :
- 1/2 mv2 est l’énergie cinétique linéaire de pénétration du sexe mâle proportionnel à sa vitesse "v" au carré et à sa masse "m"
- 1/2 jw2 est l’énergie cinétique radiale donné par le mouvement oscillatoire des fesses sur le sexe mâle pour interagir sur sa puissance. Elle est proportionnelle à la vitesse enculaire "w" au carré et au moment d’inertie "j" qui met en branle le couple en action !

Enfin pour terminer sur une note poétique je parlerais de la fesse en science astronomique. Quoi de mieux alors que la lune pour incarner la fesse et occuper l’espace ? Ainsi, tout prototype "fuseïforme" sorti tout droit de son "hors bite" entrerait en gravitation lunaire avant qu’ icelui subisse la "loi de l’attraction unie vers icelle" . Avec toute proportion gardée sur la rumeur des masses et inversement aux préjugés qui lui recommanderaient de bien se carrer à distance, son vrai désir pour elle n’en serait pas moins de "fesse toi y est" !

aime
Ven 24 Juin 2011, 13:57 par Fessue de Naz'arête sur Articles
Page 3 sur 20 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 18, 19, 20  Suivante

Ecrire sur ciel

Ecrire sur ciel Album photos, Flou, Je serai. (les maux d'amour conjugués), Nos bonnes étoiles, Prisonnière, Inventaire en meninge..., Plein d'oubli, L'humanité!, Prise de vue, Un amour infini, Je n'ai plus, Je m'incline!, Aime-moi, La dernière étoile, Petit traité de vulgairisation scientifesse (fessebook),
Il y a 292 textes utilisant le mot ciel. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
On ne badine pas avec l'amour
Alfred de Musset
Pocket
Extases de femmes
Collectif
Pocket
Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour ôte l'esprit à ceux qui en ont et en donne à ceux qui n'en ont pas.

Diderot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mer 30 Nov 2022, 18:44
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 13 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite