Un amour infini

Bonjour petite fée,
Je t’amène ce présent.
Et puisse-t-il te prouver,
Ces choses que je ressens.

Ta lumière est un graal,
Un trésor bien secret.
Tu ne sais faire le mal,
Ton amour est parfait.

Tu peux voir le passé,
Accepter tes faiblesses.
Laissons ces jours hantés,
Oublions ces bassesses.

Car désormais cher ange,
Tu commence à briller.
Tu te plonge dans un Gange,
En ressors purifiée.

Je suis fier car hier,
Tu as jeté mes peines.
Je te sens grande et fière,
Je te sais enfin saine.

Peut être doute-tu aussi ,
D’être celle que je louange.
Je le répète ici:
Tu as tout d’un bel ange !

C’est désormais chose faite,
Oublions nos bêtises.
Acceptons nos défaites,
Ressens tu cette brise?

Un vent nouveau nous porte,
On voudrait l’enlacer.
Écoute le, il exorte,
Il est la Vérité .

Au fond de moi je sais,
Que tu as le pouvoir.
Et je te vois tout prêts,
D’accepter un espoir.

Je veux te voir radieuse,
Il suffit de cette peine !
Enfin te voir heureuse,
Et délaisser la haine.

En cet instant je t’aime !
Et glorifie les cieux,
D’avoir voulu qu’on sème,
Quelques graines pour le mieux.

En cet élan je t’aime !
Car tu es magnifique...
Je te vois qui parsème,
Un amour authentique.

À cette heure je t’adore !
Mon pleure de t’avoir !
Tu es un être en or,
Telle une œuvre d’ivoire.

Je te serre contre moi,
Pour t’offrir cette chaleur.
Je te prends dans mes bras,
Et t’enlace pour des heures.

Mon amie tu le sais,
Je suis là sans réserve.
Et quel que soit ton souhait,
Je veux que je le serve.

Mon cœur est plein d’envies,
Mais surtout celle de voir,
Ton retour à la vie,
Et la paix dans tes soirs.

Pour moi tu es une muse,
Et tu guide ma bonté.
Je me nourris, jabuse !
De ta divine clarté.

Tu mérite le bonheur,
Tu as assez souffert.
C’en est assez pour l’heure,
Le passage est ouvert!

Ce modeste présent,
N’est pas juste un écrit.
Ce n’est pas moi, parlant,
Mais la vérité qui crie!

Je ne suis que le scribe,
Du plus pur des élans.
C’est ici que j’exhibe,
Tout l’amour
 qu’Il ressent.

L’Univers est en toi,
Tu ressens sa puissance!
Les étoiles brillent sur toi,
Elles te guident vers la chance!

Puisse donc le ciel t’offrir,
Une lumineuse journée.
Moi même je fais partir,
 Toutes mes preuves d’amitié.

Encore une fois merci!
Et pour toujours je t’aime!
De cet amour infini,
Où ton âme me ramène.

Je te fais mille baisers!
Je te souhaite mille merveilles!
Tu peux aller en paix,
Car ton se réveille :)
Jeu 17 Nov 2011, 08:07 par ChanG sur La déclaration d'amour

Pensées

Mon amour, mon amant
Nous jouons un jeu dangereux, imprudent
Une erreur, nous y laisserons notre
Profitons des moments de grand bonheur.

S’embrasser et oser se dire je t’aime
On fait l’amour, on se quitte quand même
Nouveau rendez-vous, on s’aime plus fort
Demain, je te laisserais à ton triste sort.

Sur cette terre, je voyagerai en pensant à toi
Images douces bercent mon en émoi
Triste vie pour les femmes amoureuses
Qui vivent une liaison dangereuse.

Qu’elle excitation quand nos regards se croisent
Nos rencontres cachées ont la couleur turquoise
C’est toi, qui m’a fait découvrir l’amour volage
Celui que je préfère quand tu n’es pas sage.

Ch0c0latine
Jeu 27 Oct 2011, 09:16 par Ch0c0latine sur Les liaisons sulfureuses

Je voudrais

Comment te décrire? Tu es l’être que j’attendais, sans ne plus l’espérer. Je ne t’attendais pas, je ne m’attendais plus, et ce fut impromptu.
Comment t’écrire Je t’aime sans le chanter? je voudrais danser, contre ton torse, la tête posée; tout près m’approcher. En musique, te dire, viens m’embrasser! Je voudrais que tu décides et que tu me guides avec tes bras limpides de clarté, sans vide... Je voudrais que tu me serres fort, jusqu’à me voir soumise à ton corps... Ton nom, qui se fait tant désirer, oui je voudrais le porter, le garder, l’adopter, puis surtout le partager. Je voudrais obéir à tes mains en ayant qu’un seul maître: mon , je voudrais mélanger nos odeurs, dans la sueur du bonheur. Tu m’inspires un demain où nous irons à Rome, par tous chemins, un seul homme: me manque, et tout mon est dépeuplé. Oui tu es parfait, un peu plus chaque fois que je peux te découvrir, pardonne moi, de te dévêtir.
Comment me retenir? Ai-je le droit de te recouvrir de moi? Si tu étais une pierre, tu serais précieuse, tu serais un diamant, recherché, rare, fier, digne, un aimant m’attirant, amoureuse. Un éclat, tu es sublime: brillant. T’admirant, bien plus je t’estime énormément. Je te respecte, tendrement, aveuglément, éblouie et muette, discrètement, je t’attends. Je te regarde, avec tendresse, et attachement, comme une princesse guette son prince charmant. Tu es si beau car tu dégages la beauté intégrale, car ton intérieur et ton corps débordent de charmes, car un peu plus chaque jour mes yeux t’avalent, car tu sais faire de moi la plus heureuse des femmes. J’aime ce film qu’on regarde, notre scénario, j’aime quand tu montes tout en haut, tu es droit, ferme et doux quant il faut, tu es pour moi de tous, le plus beau! Celui que je veux, que je voudrais, tu es tout ce que je voulais! tout ce que je veux! tout ce que j’aimerais. Tout ce que j’aimerai. Je t’aimerai toujours. Car, comment à présent, t’enlever de moi? où tu es entré, mon Amour. Mon présent. mon toujours.
Mar 25 Oct 2011, 21:07 par inlove sur La déclaration d'amour

Elle

Il ne me manque rien...
Rien d’autre que l’aube claire d’un cristal,
dépouillé de bruit et d’ambition,
Ne nourrissant qu’un seul et infime espoir celui de te lier à mon
nom...
Tendrement, je t’attends...
Mar 25 Oct 2011, 12:10 par Mc Gregor sur La déclaration d'amour

In love

Je voudrais tant te serrer dans mes bras, là, tu es si chou !
Tu me manques et je pense tout le temps à toi.
J’ouvre les yeux le matin, rivés vers toi, dans mes pensées les plus intimes.
J’ai peur que quelqu’un me vole ces images de toi, par jalousie, alors je les garde dans mon rien que pour toi.
Mon corps n’a qu’une envie : se fondre contre toi.
Je suce ton esprit, ici, en attendant que ce rêve soit accompli tendrement de par ma bouche qui te désire.
J’ai les doigts fatigués, tu t’écris en moi.
C’est la bonne fatigue, celle des sportifs accomplis !
Je sais, que entre mille, tu te reconnais, dans mes draps humides de toi.
Ai-je peur des préliminaires, de nos ébats :
Certainement pas, j’en bave par avance, ça c’est sûr.
J’en salive et j’en frémis d’amour et ce silence est un cri, de l’ordre du privé.
Nous ne serons pas censurés et je me délecte à te caresser en public.
Tu exhibes les dons que la nature t’a donné.
Tu me regardes, coquin, riant mais si fin.
Je pourrai te peindre nu, mais je ne voudrais te partager pour rien au monde alors je m’abstiens,
préférant te toucher de mes mains.
Sentir ta chair, ton souffle qui reprend, te voir te restaurer synchronisé au sein de mon qui revit de nous voir vivre.

Un jour, mes jambes tremblèrent à ton contact, au contact de nos mains entrelacés, en une seule fois, j’ai saisi le sens large du mot "Jouissance".

J’aimerais te faire des bisous dans le cou et te voir frissonner, puis respirer ton parfum, les yeux fermés.

Je voudrais qu’on sème dans notre jardin tous nos secrets, des graines de joie pour récolter notre bonheur, en continu.

Je voudrais toute ma vie, qu’on puisse s’enlacer, près d’un cerisier ou près d’une cheminée, où tu seras je serai.
Ven 21 Oct 2011, 20:47 par inlove sur Histoires d'amour

Un miracle

Pourquoi pas ? Il fait bon croire aux miracles. Il paraît que si on croit vraiment très fort en quelque chose on l’obtient ! Je vous le souhaite de tout !
Jeu 13 Oct 2011, 19:42 par dolce vita sur La déclaration d'amour

C'est tjs triste

Je crois que c’est le risque avec le virtuel tu sais ? Cela fait du bien - pardon - de lire votre dialogue tout simplement parce que je ne me sens pas un cas isolé même si je me dis souvent que je dois être une extra terrestre avec mes valeurs démodées !
Combien de fois, j’ai voulu croire à une belle histoire et en fait, bien souvent, je me suis retrouvée avec mes illusions et en face de moi rien à voir avec ce que j’espérais !! Oui, bon, pas plus tard qu’hier avec "P" qui semblait un homme merveilleux tellement tel que je le souhaitais : droit, intègre, franc, drôle, amoureux, capable de partage, tout quoi ! rire !! Bon, la réalité est bien moi belle, je suis fière de moi j’ai réussi à le voir avant d’avoir à regretter quoi que ce soit, c’est déjà ça, bah, c’est la vie ! On souffre ? c’est au moins que nous avons un , on est déçu ? c’est qu’on a une espérance et un but !!
il y a des moments où l’on peut baisser les bras mais bon la vie est la vie malgré tout, il faut la savourer autant que faire se peut ! Il faut arriver à sourire à ce qui peut arriver de bon sans regretter ce qui n’est pas !
Sans se dire : mais qu’est-ce qui fait que je ne le ou la trouve pas ? ! Rire : le jour où j’y arrive vraiment, je vous donne la recette ! Promis !!
Allez, de gros baisers aux s tristes et plein de courage à vous amis de plume !!

Bien amicalement,

Dolce

ps : un jour je sais qu’il viendra à moi l’homme que j’espère ! J’y crois !
Jeu 13 Oct 2011, 17:25 par dolce vita sur La déclaration d'amour

Merci !

Merci de tout à tous les deux ! Je suis heureuse que ce texte vous plaise !

J’ai eu beaucoup de plaisir à l’écrire et si, ma foi, il vous apporte quelque chose et bien alors, c’est cool !!

A bientôt de vous lire !


Dolce
Jeu 13 Oct 2011, 17:04 par dolce vita sur Histoires d'amour

L'unisson

Tes yeux parlent
et m’avalent
tes yeux parlent en silence
avec grande éloquence
du
ils brillent d’une étincelle
qui m’adoucit
d’une lueur
comme un brin de sel
qui m’attendrit.

Mes yeux sourient
je ne pense plus à rien
seuls mes sens sont en vie
je sens ta main
sur mon chemin
une même envie.

On n’a pas besoin de parler
non
juste un désir de s’embrasser
à l’unisson.

Je voudrais me retrouver dans le noir
avec toi
que tu m’éclaires sans doute d’espoir
en moi,
ou, en plein soleil, du matin au soir
avec du rouge dans nos regards.

Je ne cherchais pas, ou plus,
ça me tombe dessus
plutôt je n’espérais plus
ce bonheur venu.

Je suis amoureuse, tu vois,
je suis amoureuse de toi.
Mar 11 Oct 2011, 15:07 par delphine sur Parler d'amour

Cultiver l'espoir


Le dessin d’un amour qui promet le bonheur
Borde un projet que je ne cesse de faire
Entre réalité et doux rêve éphémère
Mais s’ombre la raison pour le discours du cœur.

Malgré la distance, je ne cesse de croire
Que sur mes sentiments l’aube va se lever
Je sais qu’un jour prochain je pourrai l’aborder
Je la verrai, c’est sûr ! J’en cultive l’espoir !

Je dois à grand effort dompter la grande ardeur
Qui motive mon malgré l’esprit contraire
Qui, sans broyer du noir, redoute la chimère,
Qu’il soit un peu trop tôt ou qu’il ne soit plus l’heure.

Et l’absence grandit ce désir de tendresse
Ce besoin de croiser son regard merveilleux
Cette envie de présence affiché dans mes yeux
Tel cadeau d’un destin dont l’espoir je caresse.

Effleurer de mes doigts le doux grain de sa peau
Embrasser son doux corps, la serrer dans mes bras
Et sentir dans mes mains la chaleur de ses doigts
Contre moi, corps-à-corps : le plaisir le plus beau.

Son parfum me parcourt d’une essence d’alcôve
Son odeur me ravit d’une présence d’ange
Auprès d’un paradis, que les dieux ne dérangent,
Vient voguer mon esprit aux effluves de Khôl.


Et l’air devient plus doux à l’approche des lèvres
Les fossettes qui rient donnant le plein aval
D’un baiser vigoureux aux senteurs de Santal
Sentir battre son cœur contre moi : c’est un rêve !

Tous mes sens s’agitent, je suis vraiment perdu
Voilà que je cogite comme un adolescent
Son odeur m’excite tel un philtre envoûtant
Il me faut me calmer, je crains une bévue.

En amoureux transi, je ne retiendrai d’elle
Le temps qui se suspend à son charme présent
Mon esprit qui s’éprend de son rire éclatant
Je n’oublierai pas ses deux yeux mirabelle.

Je cultive l’espoir, j’abolis la détresse
Auprès d’une déesse aux attraits envoûtants
La grande obsession des prémices d’amants
Le besoin permanent de ses tendres caresses.
[size=18]
[/size]
Sam 01 Oct 2011, 14:51 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Le millième membre

MacBeth : voilà le nom de notre millième membre, d’où vient-il /elle ? Que fait-il/elle dans la vie ? Etc.

Pour l’heure le mystère demeure !

Ce serait cool de remplir ta page de présentation et, si le t’en dit, de te jeter à l’encre en nous concoctant un texte en anglais (pourquoi pas ?) si tu le souhaites... ou en français !

Quoiqu’il en soit, bienvenue à toi et à toutes les âmes tendres à venir !

cool

Dolce
Lun 15 Août 2011, 14:02 par dolce vita sur Annonces

Révélation..

Tu Es Dans Mes Pensées, Dans Mes Rêves, Et Même Mes Rêves Les Plus... Chaud... timide Quand Je Te Vois Mon Coeur Bat Si Vite.. Je Me Demande Même Pourquoi. Pourquoi Je Pense Sans Cesse A Toi ? Pourquoi Tu Fais Battre Mon Coeur Ainsi ? Et Puis Un Jour Nous Nous Somme Embrassé Et Là J’ai Compris Que Je T’aimais... aime
Dim 07 Août 2011, 10:38 par Coeur_Noir sur Mille choses

Je t'aime.

Tu Es Ma Vie,
Mon Chéri,
Mon Amour,
Pour Toujours.

Tu Es Le Bonheur,
Dans Mon Coeur,
Qui Fleurit,
Chaque Jours De Ma Vie.

Tu Es Mon Bébé,
Pour L’éternité,
Tu Es Ma Force De Vivre,
Je T’aime A En Mourir.

Dans Tes Yeux Je Me Noie,
Dans Ton Coeur Je Me Bat,
Dans Tes Bras Je Serai,
Pour L’éternité Je T’aimerai.
Dim 07 Août 2011, 10:31 par Coeur_Noir sur Mille choses

Tu disais

Une chanson : pas très connue... mais qui veut tant dire pour moi.
Je la partage avec vous!

-------------------------------

TU disais

Auteur : Sonia Dersion Leila Chicot Jocelyne Labille


Tu disais que j’étais celle qui partagerait ta vie
Tu disais que j’étais belle
Le suis-je encore aujourd’hui ?
J’ai tellement souhaité faire ma vie à tes cotés
Je n’ai pas cessé de prier

Tu disais que je serai celle qui porterait tes enfants
Tu disais que je serai belle même avec le poids du temps
J’ai tout accepté par amour et tu le sais
Je n’ai pas cessé de prier

Laisse-moi t’enlacer
(an ké véyé anlè’w)
An ké véyé anlè’w
An ké véyé anlè’w
Laisse-moi t’épauler
(ou pé konté si mwen)
Ou pé konté si mwen

Tu disais que j’étais celle qui ferait battre ton
Que demain je serais belle même à 77 ans
Lanné ja pasé
Sonjé pléré mwen ja pléré
Mè mwen pa ka rigrété

J’ai tout accepté mais rien n’est à regretter
Je continue de prier


Laisse-moi t’enlacer
(an ké véyé anlè’w)
An ké véyé anlè’w
An ké véyé anlè’w
Laisse-moi t’épauler
(ou pé konté si mwen)
Ou pé konté si mwen
Ou pé konté si mwen


Une femme oh tu m’as rendu femme tu vois
J’aime que tes yeux caressent mon corps
Je me sens plus belle et précieuse encore

Une femme qui n’aime faire l’amour qu’avec toi
Une femme une femme

Laisse-moi t’enlacer
(an ké véyé anlè’w)
An ké véyé anlè’w
An ké véyé anlè’w
Laisse-moi t’épauler
(ou pé konté si mwen)
Ou pé konté si mwen

Tu disais que j’étais celle qui partagerait ta vie
Tu disais que j’étais belle
Le suis-je encore aujourd’hui ?
J’ai tellement pleuré mais rien n’est à regretter
Je continue de prier...
Mer 03 Août 2011, 20:53 par Djinn sur Citations

Petit traité de vulgairisation scientifesse (fessebook)

J’ouvre ici un petit manuel sur la fesse, tiré d’expérimentations scientifesses.

Je parle de "vulgairisation" car c’est ni de la vulgarisation, ni du vulgaire, c’est entre les deux ! je ne crois pas aux beaux sentiments par des envolées lyriques. Le véritable amour a une explication rationnelle que je vais tenter de vous expliquer en décryptant les mécanismes d’ordres mathématique, physique, chimique, transposés au sujet en question.
D’autre part, j’aimerais asseoir mes connaissances sur la fesse en élargissant mes idées avec les vôtres. Aussi, les commentaires appuyés sur un raisonnement scientifesse seront les bienvenus pour approfondir ensemble notre cul-dure !

Aussi, d’emblée, je rentrerais dans le vif du sujet, en assimilant le "cul" à une jolie plante. Que dis-je une plante, une fleur et si c’est pour parler du mien, je dirais même un chou-fleur ou un "Christ’ en thème". Mais passons et regardons-y de plus près. La fleur est si voluptueuse que deux tiges ne sont pas de trop pour son épanouissement. Les "popotinistes" classent notre jolie plante dans les jambèlifères : plantureuse famille toujours pourvue de deux jambes graciles qui prolongent sa fleur. Quand celle-ci repose, ramassée sur elle-même, il lui arrive d’entremêler ses tiges avec élégance. Elle devient ainsi source d’inspiration pour crucijambistes confirmés (généticiens en herbe ou amateurs de jambes croisées, pétris de case noire). Son pistil dégage alors un parfum entêtant et ô combien caractéristique !...
Mais je m’égare dans des élucubrations poétiques et intéressons-nous plutôt à la "faute aux saintes aises". Rien à voir avec la photosynthèse habituelle, car le mécanisme fonctionne à rebrousse poil. Je m’explique : la "faute aux saintes aises" de la fesse consiste à absorber du "coccyx gènes" en prenant ses saintes aises mais en fautant par rejet du gaz au "quart qu’on lui nique". Or, la photosynthèse est l’effet inverse ; comme chacun sait, son rôle est d’absorber le gaz carbonique et de rejeter l’oxygène. La faute aux saintes aises a donc ici un effet négatif pour l’environnement de notre planète car il accentue le réchauffement climatique en augmentant la couche d’ozone. Ce contre effet pervers est en tout point assimilable à l’amour vache (animal sympathique quand il broute mais pas quand il proute) ! Mais restons dans le raisonnement scientifesse et demandons nous pourquoi seulement le quart du gaz est rejeté : c’est très simple, le gaz est un anesthésiant redoutable et, lors de la pollinisation du pistil de la fleur par " l’ anthière état-pine ", la nature toujours bien faite s’escrime à ce que le tapin (racine de l’état-pine ) ne dure jamais trop longtemps. Ainsi, Le pistil, soucieuse de réitérer son plaisir pris pendant ces merveilleux rapports fusionnels, anesthésierait alors volontairement le sexe fort pour prolonger ses ardeurs sur le long terme. On reconnaît là l’éternelle amoureuse qui comme une héroïne dans un roman de Barbara Cartland susurrerait en son for intérieur :"Pisse-t-il mon ne jamais saigner et filer longtemps le parfait amour !"

Cependant, voilà qu’un autre éminent chercheur du corps scientifesse contrecarra le pouvoir anesthésiant du gaz au "quart qu’on lui nique". il s’agit d’un spécialiste en hydrodynamique dans le secteur de la viscosité et l’écoulement des fluides. Ces proches collaborateurs lui ont qualifié le délicieux sobriquet de "Bébert la nouille" bien que mieux connu sous le nom de "Bernouilli" et de son fameux théorème. Bébert donc orienta ses recherches en observant la cuisson des pâtes (il était italien) et plus spécialement le macaroni. Il constata que la dite pâte plongée dans un liquide à 37 degré produisait une émulsion en surface sous forme d’écume blanche et, 6 minutes après, il observa que la trempe du macaroni ressortait en forme de coquillette (précisons que la cuisson était " al dente "). Aussitôt il fit le rapprochement judicieux avec le fameux gaz anesthésiant, contestant alors son effet en tant que tel, le justifiant seulement d’ordre respiratoire ou d’aérophagie. En rapport au coït, la "faute aux saintes aises" n’implique pas selon lui un dégazage systématique. Ainsi, le pouvoir du gaz anesthésiant serait irrecevable, la crampe du sexe fort se ramollirait et racornirait uniquement par effet de trempe et en un point de fuite du "va-j’y nage". l’expérimentation sur le vivant assermenta son hypothèse: le prépuce sortait bel et bien fripé et blanchit après pénétration.
Enfin pour accentuer un peu plus la différence entre la "faute aux saintes aises" et la photosynthèse, disons que si "la forêt d’amozonie" absorbe une grande partie de "l’impur Co 2". Par ma fesse, "le purin " c’est au dos" qu’ il se rejette quand bien même percerait "une forêt où l’âme à son nid" !

Pour poursuivre dans les sciences des fluides et toujours dans le "va! j’y nage". Un colloque de chercheurs en expérimentation dans un lupanar établirent un calcul savant sur la poussée "d’orgie merde". Ils remarquèrent que tout corps plongé dans le trou noir subissait une poussée de haut en bas égale au poids du volume du liquide déplacé. Mais seulement si le plongeon est au must du coït, c’est à dire que l’accélération du "pesant heurt" s’exerce au point "g", là où il y a du plaisir ! Bien sûr on peut s’interroger sur le pourquoi de la grossièreté pour qualifier cette fameuse poussée. ben ! tout simplement parce qu’ après moult observations force fut de constater que ça ne sentait pas la rose !!!
Dés lors l’un des chercheur, mathématicien qui plus est, s’intéressa aussitôt au bourrin susceptible de cette merveilleuse poussée. Il s’avéra en l’examinant de près qu’il présentait de sérieux avantages sur les parties génitales. Il l’isola alors et mesura mathématiquement "sa rythme et trique" en position de frappe. Aujourd’hui, ce spécimen rare a donné son nom au théorème de "Bite à gore" énoncé comme il suit : "Bien carré l’hyppo t’abuse quand il te somme des deux côtés".
On dit à tout saigneur tout honneur ! Cependant abstinence est de rigueur au mâle en rut quand Madame en couche est contrainte de "l’effet de serre" ou de serrer des fesses. Coûte que coûte elle doit alors s’acclimater à ce non réchauffement clitoridien (pour le torride ça attendra) !

D’autres mathématiciens chevronnés de la fesse définirent sa courbe exponentielle, délimitée entre deux asymptotes : une au point de fuite et l’autre sur la chute de rein. Je vous ferais grâce des formules sur la valse du "x" pour situer le point d’inflexion où la courbe dérive !

En science sismolofesse, des chercheurs tout aussi inspirés ont prospecté le long de la ligne de faille qui partage les fesses en deux. Or, c’est dans cette cassure et en un point névralgique où "l’épice entre" (eh oui ! il suffit parfois d’un petit piment d’espelette pour provoquer un vrai cataclysme avec parfois tsunami à la clé) que le sismographe a enregistré les secousses des plus violentes. Allant jusqu’à 7 sur l’échelle de "Rich’ éther " : échelle mesurée en degré au plaisir). 7 étant la graduation optimum pour parvenir à l’extase quand vous atteignez le septième ciel !

En vulcanofesse, des "porctologues" qui ne sont autres que des proctologues spécialisés, n’ayant pas peur de mettre leur nez là où je pense, ont dénombré différentes éruptions. Il y a l’éruption classique dite bronzaïque (coulée dans le bronze), l’éruption filiforme (en forme de fil), l’éruption constipative( projections crottés à répétition), l’éruption explosive en deux catégories : l’une étant la courante laminaire (coulée liquide et plate) et l’autre la courante "diarré-hic"(pétard de feu d’artifesse constellé d’étoiles).

De physique-scientifesse, on a mesuré aussi l’effet "à coups triques" de l’instrument à vent. Dés lors, quiconque peut s’improviser musicien en soufflant sur les hanches par son embouchure, faisant résonner le muscle pelvien en rondes notes par l’entournure de son col en "ut et ruse".

En physique-mécanicofesse, il est rapporté la formule de l’énergie cinétique sous la forme :
Ec= 1/2 mv2+1/2 jw2
l’addition des deux énergies distribuées (mâle et femelle) se répartie par moitié d’ou le coefficient 1/2 :
- 1/2 mv2 est l’énergie cinétique linéaire de pénétration du sexe mâle proportionnel à sa vitesse "v" au carré et à sa masse "m"
- 1/2 jw2 est l’énergie cinétique radiale donné par le mouvement oscillatoire des fesses sur le sexe mâle pour interagir sur sa puissance. Elle est proportionnelle à la vitesse enculaire "w" au carré et au moment d’inertie "j" qui met en branle le couple en action !

Enfin pour terminer sur une note poétique je parlerais de la fesse en science astronomique. Quoi de mieux alors que la lune pour incarner la fesse et occuper l’espace ? Ainsi, tout prototype "fuseïforme" sorti tout droit de son "hors bite" entrerait en gravitation lunaire avant qu’ icelui subisse la "loi de l’attraction unie vers icelle" . Avec toute proportion gardée sur la rumeur des masses et inversement aux préjugés qui lui recommanderaient de bien se carrer à distance, son vrai désir pour elle n’en serait pas moins de "fesse toi y est" !

aime
Ven 24 Juin 2011, 13:57 par Fessue de Naz'arête sur Articles
Page 3 sur 44 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 42, 43, 44  Suivante

Ecrire sur coeur

Ecrire sur coeur Un amour infini, Pensées, Je voudrais, Elle, In love, Un miracle, C'est tjs triste, Merci !, L'unisson, Cultiver l'espoir, Le millième membre, Révélation.., Je t'aime., Tu disais, Petit traité de vulgairisation scientifesse (fessebook),
Il y a 654 textes utilisant le mot coeur. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Le Joyau
Jacques Monfer
Blanche
Grammaire érotique
Jacques Laurin
La Musardine
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour prend également sur la paille et sur le duvet.

Proverbe scandinave.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 26 Sep 2020, 20:45
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 28 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite