Fraise au parfum de rose

Fraise au parfum de rose

Un samedi, comme il s’en trouvait tant d’autre... Et pourtant comme ils s’en trouvent tant justement innocemment....
C’était le jour de la Saint-Jean à Saint Jean, justement, un de plus beau quartier de Lyon.
Dans une rue, plutôt bien fréquentée, en effervescence comme souvent le soir le sont les rues de la capitale des gaules, Marine vient de sortir de son travail et se dépêche de rentrer chez elle comme en son habitude en cette heure tardive elle tient en sa main sa baguette de pain.
Pierrick, lui tient plutôt le bout d’un ruban ficelé entourant l’emballage d’un prestigieux gâteau qu’il vient d’acheter chez un pâtissier renommé pour festoyer l’anniversaire de sa petite amie. Et de son autre main il tient une superbe rose.
Ils ne se connaissent pas encore... Comme la destiné est hasard. Surtout lorsque l’on ne regarde pas. Et que le choc se produit là !
Alors contre toute attente ils se percutèrent frontalement. Il est vrai que Marine a une fâcheuse tendance à marcher en baissant la tête et en regardant ses pieds. Pierrick, lui c’est différent, angoissé, tiraillé par on je sais quoi, surveille son carton qui oscille légèrement, afin qu’il ne penche pas trop eu égard à ce qu’il contient dedans.
L’impact est éminent, non il s’est déjà produit...
Donc nous pourrions reprendre la scène au ralenti, juste pour comprendre ce qui s’en suit :
Chut pas de bruit regardons. L’atterrissage du gâteau sur le trottoir, suivit juste après de la rose, et pour finir cette pauvre baguette de pain qui se mit à rouler sur sa tranche pour s’échouer dans un ensemble dispersé près d’une bouche d’égout.
Le choc dissipé, Tous deux lèvent enfin leurs yeux, Pierrick n’est pas insensible au charme de Marine, Marine n’est pas insensible au charme de Pierrick. Tous deux rougissent d’un sentiment qui les pénètre, un sentiment si troublant, un sentiment envahissant.
Elle ne sait plus quoi dire et se sent vraiment désolée de ce qu’elle vient de provoquer. Ce n’est pas la toute première fois que cela lui arrive. Marine est une rêveuse, elle vit toujours la tête dans les cieux ou bien les nuages, ce qui serait mieux, emplissant à ses heures, écrivaine de l’infortune, des pages en n’en plus finir, où elle se prend pour une héroïne de roman et de fait elle accumule nombre de petites bêtises, qui font tomber les choses, sur elle, sur les autres, juste pour poser sa main attendrissante, délicate et si douce sur sa bouche. Il y a des jours comme ça où elle resterait bien enfermée chez elle à double tour. On ne l’appelle pas miss catastrophique pour rien.
De fait le choc advenu, ils se penchent alors sur le feu dessert dont il ne reste rien, les dégâts ne sont tout de même pas anodins.
A défaut d’un gâteau à la fraise, il ne reste plus qu’un gâteau écrasé éparpillé pressurisé, c’est un gâteau tatin, un gâteau câlin. Marine est vraiment ennuyée contrite et désolée. Elle propose à Pierrick de le rembourser ou tout du moins de lui racheter le même, bien qu’elle imagine qu’il puisse évidemment coûter cher. Il est vrai qu’en ce moment Marine est juste financièrement parlant, il faut dire qu’avec un salaire de petite secrétaire c’est pas évident. Mais elle gère ses finances comme elle peut. Tant pis il faut qu’elle le rembourse d’une façon ou d’une autre, une histoire d’honnêteté, une histoire d’amour propre, une histoire de fierté. .
Pierrick tombé sous le charme de Marine a une idée toute particulière et finalement pourquoi pas? Il est fou à ce moment là, mais parfois la folie ne peut-être que grisante et pourquoi pas, entreprenante. Il y a si longtemps qu’un épisode comme celui-là ne lui était pas arrivé, qu’il décide de continuer.
Ce faisant, il lui propose innocemment et lui faisant croire, sans aucune arrière pensée, de lui laisser son numéro personnel, juste histoire quelle le rappelle et de la revoir en refusant d’elle un quelconque remboursement, juste comme ça innocemment.
Elle ne sait que répondre, pourtant attirée ou surprise par autant de délicatesse, elle lui donne le sien.

Quelques semaines plus tard après quelques échanges verbaux, Marine attend Pierrick à la terrasse d’un restaurant. Un rendez-vous qu’il a programmé difficilement et pourtant si rapidement. Sa profession l’occupe énormément, il travaille beaucoup et les pauses sont rares pour qu’il puisse se libérer aussi facilement. Mais il faut bien trouver une excuse auprès de sa direction, même pour un rendez vous des plus galants et corrects.

Il arrive alors avec un carton d’invitation à la main, un carton d’invitation pour la vie, en cherchant à lui faire oublier les circonstances navrantes et tout autant amusantes et pourtant si déconcertantes d’un si bel épisode qui lui permit enfin de la rencontrer. Pourquoi enfin ? Car à s’en rappeler, sa petite amie d’antan, dont il n’avait plus rien à faire à présent, n’avait pas trop apprécié son gâteau d’anniversaire renversé près des bouches d’égouts. Il lui présenta comme ça sur la table, d’où son courroux. Mais Pierrick n’en avait cure, les yeux de Marine depuis ce choc étaient là ancrés et que pouvait représenter la figure de l’autre devant ses rêves enfiévrés. Et pour conclure il avait même oublié la rose pour sa promise et maintenant il en souriait en y repensant. Mais finalement cette journée lui permis cette si belle rencontre et au fond de son cœur il voulait tant connaitre la belle Marine. Marine si belle aux yeux noisette espiègles et si expressifs, Marine si charmante. Bien qu’elle ne fût pas d’une grande d’une intense beauté elle avait pour lui les formes attirantes là où il les aimait. Et cela promettait de belles journées de belles nuits de belles… d’instants passionnants, intéressants conformément à son comportement qu’il supposait entouré de brillance, de gentillesse et d’amour et de douceur.
Il savait qu’il ne devait pas être trop entreprenant. Qu’il devait aller doucement qu’elle méritait le tendresse et qu’avec elle il rentrait dans un autre monde ou il se trouvait même bête, ne sachant trouver les mots, mais rassuré de savoir et de voir en cela Marine tout à son aise, pour lui compter fleurette ...
Il se retrouve alors chez elle, naturellement comme ils se connaissaient quelque peu, quelques goûts communs, surtout la cuisine et le bon vin, ...
Elle l’amène dans sa cuisine, elle est quasiment dévêtue et ouvre le frigo devant lui, elle y dépose une multitude de petits choux à la crème, Saint honoré surmontés de fraises. Lui ouvre son carton et en sort un gâteau nappé de chantilly et d’autant de fraises.
Crise de fou rire! De quoi manger l’amour et d’en faire même une indigestion...
Il lui tend un chou et lui met dans la bouche
Un nouveau jeu ? Innocente ? Experte ? Elle accepte, c’est même plutôt amusant. Des jeux de grands.
Ils continuent ne voyant pas l’heure passer. Tous deux à s’aimer.

En voilà un dont la crème s’échappe et coule le long de son doigt et un peu sur son cache cœur, juste à la naissance des seins dont la veine du cou palpite bien vite. Il a vu son émoi, ose s’approcher et nettoie avec son pouce la divine beauté qu’il aperçoit. Elle n’en a même pas peur, elle est juste surprise par tant de douceur et d’étrangeté, juste un peu déroutée. Puis avec sa langue il poursuit l’aventure tel les grands conquérants. Il lui lèche son doigt, son regard braqué vers elle, vers Marine qui est fascinée attirée qui n’en peut plus d’attendre. Picotements dans le bas du ventre, étrange sensation, agréable un début quand viendras-tu dedans ? Laisse moi le temps...
Ils se regardent alors dans les yeux et naturellement Pierrick s’approche davantage pour l’embrasser passionnément sur les lèvres. Les langues s’entrelacent dans un ballet sans fin. Il se colle contre son , elle en tremble et n’a aucun mal à se laisser aller. Elle est en confiance, il en fait son rêve tant il est si doux, tant il aime donner, tant il a compris que Marine est pareille, échange d’amour, échange de bonté.
Ils se retrouvent tous deux nus, Pierrick écrasant une fraise entre ses beaux vallons et dont il boit le jus jusqu’à l’ivresse. Les pointes de Marine se figent et des frissons parcourent tout son . Amoureuse, elle en veut encore, il en pose ci et là puis une dans sa profonde intimité, où il la trouve et la croque d’une langue experte. Délice calice où il se niche et dont elle plante ses doigts dans sa chevelure en gémissant... Il goûte à son bouton rose, le happe, elle jouit...
Ils sont fous d’amour, et se tartinent de crème pâtissière, de chantilly, de sirop de rose que Marine fait couler goulument sur son . A son tour elle prend les initiatives. Elle se délecte alors telle une gourmande amante qui prend son temps en le léchant de partout, en l’aspirant de doux baisers, tantôt fougueux tantôt langoureux. Il est au bord du précipice, mais il se retient encore.
Elle pose alors sa bouche autour de son sexe et l’engloutie le mange, le dévore avidement, goulument. Puis la pointe de sa langue descend encore plus bas et fait couler du sirop qu’elle lèche avec avidité et frénésie...

La jouissance arrive, et explose dans son intime espace. Il est comblé, elle se sent bien, heureuse, ne veut plus bouger et rester encore un peu de ses bras . Il continue à la caresser, il aime la douceur de sa peau, si fine si enfantine. Il ferme ses yeux, elle le regarde, en profite encore un peu avant le départ. Car fatalement il y a un départ. A savoir si ils se reverront ?
il en restera un beau souvenir et une rose posés sur la table séchée et conservée, et près d’elle un numéro de téléphone pour se retrouver et de nouveau s’aimer…
Lun 02 Fév 2015, 16:23 par caressedesyeux sur Les liaisons sulfureuses

En attendant

En attendant( texte modifié)



En attendant que tu arrives, juste pour m’aimer de nouveau

Je tourne en rond dans ma chambre et je gamberge

Mes pensées passent la fenêtre et voguent sur la berge

D’une petite rivière pénétrant un vaste champ de coquelicots

Qu’une fine pluie tombant du ciel détrempe abondamment

Malgré ce temps maussade et si gris, ils sont toujours aussi beaux.

Et je ne me lasse jamais de les regarder s’agiter au vent qui passe.

J’aime dans ton attente entendre ricocher les gouttes sur ma fenêtre,

Elles font telle une petite plainte, un long sanglot qui me tourmente

Qu’on dirait que même le ciel semble pleurer la peine qui me contient

Et qui s’exprime ainsi tant j’ai en moi cette affreuse absence de toi

Alors il me semble entendre les accents de ta voix si lointaine

Lorsque le vent souffle et vient me murmurer tes paroles si douces,

Tu ne peux savoir l’ampleur du tracas qu’il déclenche

Et ses souvenirs qui me reviennent troublant mon attente

Où je sens toujours les caresses de tes mains sur mes hanches,

Lorsque l’une remontait mon sitôt enfiévré de tressaillements

La sentant se glisser lentement sur mon buste et ma poitrine

Quand l’autre plus avenante se fait moins discrète et si coquine

En gérant l’antre des attentions mutines ou perle la rosée divine

Plus haut tes lèvres s’enhardirent en effleurant ma bouche,

Lors tes bras m’emmenèrent tendrement jusqu’à la couche,

Puis ton prit le mien pour m’aimer passionnément jusqu’au matin,

Où tu repartis comme de coutume sans faire le moindre bruit,

Me laissant ainsi dormir allongée comblée rassasiée de plaisir

Et posée à côté sur la table de chevet, une lettre de plus

Qui s’en fut rejoindre toutes ces lettres, soigneusement conservées,

Au fond de l’armoire dans cette vieille boîte à chaussure

Que j’ouvre tous les jours pour les relire en boucle, et si souvent

Nostalgique d’un temps où en elles s’écoulent tes déclarations enflammées....

Seuls vestiges de cette brève aventure qui ne dura qu’un été...

Avec l’oreiller en prière, où ton odeur restera ancrée à jamais,

Et que je prends chaque nuit le désir de humer intensément

De le serrer très fort contre moi, comme s’il était toi

Avant de me coucher solitaire dans ce grand lit, si triste et si froid

Et dans lequel, en attendant, je rêve, sans fin

Je rêve de pouvoir te revoir un jour, enfin.
Sam 31 Jan 2015, 13:07 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

De lune à l’autre

De lune à l’autre

Ce soir la lune me toque
Tendrement, elle se moque
Elle dispense ses rayons
D’une chevelure nylon
J’entends ses cils battre et
Son cœur murmurer
Ses lèvres sèches ou mouillées
A moi de deviner.
Un silence de soie
Revêt nos aux abois.
Nul ne saurait bouger
L’attente perle en secret.
Et l’autre, en qui l’oser
Celui d’escarmouche sage
Tendre élan de passage,
Ou celui gladiateur
Du glaive et de sueur.
A un souffle de la rixe
Nos intérieurs prolixes
Retiennent pour peu de temps
Les courants de ce vent.
Nos murs suintent le désir
Le frêle côtoie le pire.
Au porte du durcir
Mon âme veut s’assouvir
Dans le feu de son antre.
Elle m’incite dans son ventre
De miel et de ferveur.
Primes soubresauts, candeur
Pour s’offrir comme une proie,
Laissent place à l’électrique
Des envolées lyriques.
De deux en un, émois en toi
Le chant des que l’on s’octroie,
Me voici m’injectant en fontaine lactée
Dans l’ultime furie de nos emmêlés.
Ouverte à cette offrande, banderilles dorsales,
Elle me quitte un instant pour des sphères verticales.

jime
Ven 30 Jan 2015, 15:54 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

L'amour au clair de lune ( caressedesyeux/ hami)



Ce soir, il y a un magnifique clair de lune
Qui inonde la chambre de sa lueur argentée
Une claire obscurité, sur le de ma brune
S’étend telle une blanche couverture brodée.
Pour mieux observer cette nocturne beauté
Je me lève doucement, sur la pointe des pieds
Et sans faire de bruit, je fais le tour du lit
Pour épier son visage et l’ourlet de sa bouche
Sent-elle mon regard ou elle rêve et souris
je contemple ce trésor qui dort dans ma couche.

Et l’envie me prend de doucement le caresser
L’ébène de ses cheveux glisse entre mes doigts
J’embrasse et mordille le lobe de l’oreille
Elle soupire, j’ai peur que mon geste ne la réveille
Je remonte le drap pour qu’elle ne prenne froid
Je dépose un bisou léger sur chacun de ses yeux
Et un poutou mutin sur le bout de son nez
Ses lèvres entrouvertes me rendent fiévreux
Elles sont une invite pour un baiser passionné
Il faut que je les évite ou mon plan sera gâché.

Je caresse sa joue et descend dans le cou
Puis, sur sa gorge, j’ose la langue, glisser
Goulument jusqu’entre ses beaux mamelons
Ses seins se redressent, et durcissent les tétons
J’apprécie leur fermeté, leur rondeur, leur parfum
De cette belle peau d’ambre j’en hume les embruns
Je m’étends en tendres bisous sur son joli ventre
Un baiser moelleux pour chaque grain de beauté
Je m’approche doucement de l’endroit le plus tendre:
Un joli carré de belle toison, par sa jambe, caché
Splendeur de sa féminité, berceau de mes désirs.

Je cajole l’entrejambe, elle soupire et s’étire
Libérant ainsi le doux objet de ma tentation
Je respire l’essence de son bouton de rose
Le suce, l’agace et recommence l’action
Je bois à sa source cette liqueur onctueuse.
Plus enivrante que le plus capiteux des vins
Des doigts et de la langue, ses doux recoins
J’explore, agace, tâte, caresse tout en douceur
Sa respiration s’accélère, ses reins se cambrent
Elle t’étend, se donnes, entière, avec ardeur
Ses gémissements emplissent la chambre.

Puis soudain, elle se redresse et m’empoigne
Et d’un fougueux baiser, elle se glisse sur moi
Mon adorable amazone part en campagne
Chevauchant hardiment le de son roi.
Je parcours des mains ses veloutés vallons
Elle en frissonne et accélère ses mouvements
Je retiens sa croupe pour être au diapason
Sa bouche et son regard deviennent brulants
Nos tourmentés se mêlent de sueur
Nos lèvres s’écrasent et nos langues s’emmêlent
Je la sens raidir et retiens, encore mon ardeur
Puis, dans un soupir de délices, nos sens s’apaisent.

Ses yeux noisette pétillent de joie et de bonheur
Comblée, elle reste lascivement couchée sur mon ventre
Elle me bise gentiment, mais elle a une moue de douleur
Je passe mes mains sur son dos pour pouvoir le détendre
Et retirer de ce merveilleux cette atroce souffrance
Elle sourit émerveillée car le mal s’est envolé à l’instant
Elle ferme les yeux glissant dans une douce somnolence.
Je l’embrasse doucement et la regarde enfin s’endormir
La serrant fort à moi, je caresse ses cheveux tendrement
Mon amour, ma flamme, mon rêve d’avenir.

Dim 25 Jan 2015, 19:02 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Que ne ferais-je pour un baiser de vous ?

Chère Diane,

Que ne ferais-je pour un baiser de vous ?
N’avez vous donc jamais lu dans mes regards
Les lueurs vastes et rondes telles au sommet d’un phare ?
Confesserai-je ici mes émois les plus doux
Ou pourrai-je à loisir les couler à vos pieds
De verbes inventés pour mieux les habiller
Sans risquer dissonances auprès de votre cœur ?
Vous tenir dans mes bras, et tout devient lueur
Hélas j’en suis loin, n’en prends aucun chemin
J’évite au quotidien de vous frôler la main.
Quand je vous lis poème, le soir à ma chandelle
le mot est sage, celui d’un cœur épris.
J’ose incliner de vous pourtant, quand se pose ma nuit
Un à mes côtés dansant dans la dentelle
Des doigts qui vous pianotent ces mois désespérés
Des vents contraires au temps et pour tout emporter
De nos chairs qui se mêlent à nos sueurs perlées.
Au matin qui dessine votre vide journalier
Je crache mes fumées sur l’astre du lever
Il n’est d’étoile que vous, pour lustrer mes journées,
Le reste n’est que dédain impropre a consommer.
Je dessine au cadran l’esquisse de vos lèvres
Qui rejoindraient les miennes même d’une brève aiguille
Et ainsi le temps passe dans la ferveur des fièvres
Jusqu’à l’heure des bougies dont les flammes vacillent.
Diane, vous dirais-je encore vous êtes caresse des yeux
Quand sur moi en valet vous vous poser un peu
Que cela me suffit, tant que vivra l’espoir
Qu’au bout léger d’une plume me rejoindrez le soir
Qu’il m’est permis dans l’ombre de me couler en vous
Vous écrire des billets les uns aux autres plus fous

Jime
Lun 19 Jan 2015, 16:38 par Jime sur L'amour en vrac

Si bien ensemble

Elle parait si fragile,et si démunie
Si petite et si vulnérable face à lui
Si timide qu’elle rougit facilement
Quand elle est en sa présence,
Elle a le cœur qui s’affole et bat la chamade
Et parfois ses mains tremblent d’une vive émotion
Elle se sent délicieusement bien en sa compagnie
Une parfaite symbiose, et en totale osmose
Et pourtant;entre eux ,quelle différence...
Bien plus qu’un simple camarade
Ses mots provoquent des merveilleuses sensations
Qui parcourant son et son esprit,la renversant.
Elle le sublime, il l’a trouve particulièrement incorrigible,
Étonnement espiègle et d’une certaine beauté
Elle n’est pas très grande et se trouve un peu ronde
Mais c’est bien ainsi qu’elle lui plait.

Lui est plutôt grand,bien de sa personne
Ils forment un couple parfait
Et ils sont si bien ensembles...
Elle parle souvent très vite
Comme envoutée, séduite
Et sa langue laisse échapper parfois
Des mots chargés d’un doux émoi.
Il en sourit gentiment
Il a les mêmes sentiments...
Au fond de son cœur,elle le sent
Elle ne l’en aime que d’avantage
Ne tient pas compte de son age !

Donne lui donc des câlins,
Elle en a tant besoin!
Donne les donc tes bras,
Elle n’attend que cela!.
Ven 02 Jan 2015, 16:11 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Elle



Cette jeune et jolie demoiselle
Cache pudiquement son visage,
De peur d’encore rougir de plus belle manière
Quand il dit que sa beauté fait des ravages,
Qu’elle est la plus merveilleuse femme
Qu’elle incarne ses souhaits,son idéal le plus conforme
Dont il rêve et aime tant les formes
Qu’à genoux, il lui déclare sa flamme
De ces douces et exquises rondeurs
De ses galbes et ses belles courbes
La raison pourtant reste ,indifférente...
Aux supplices de son cœur.
Il aimerait y déposer sur son visage
Des milliers de baisers fougueux
Et se perdre dans ce délicieux paysage
En explorer les vallées et les versants
Puis respirer ses odorantes effluves vanillées
Dans ses belles lignes et ces doux creux magnifiés.
Il la trouve sublime, au grand esprit vif, l’esprit toujours en éveil
Cette femme dont l’amour le transcende,l’envahi de son aura
Et dont ,sa candeur le bouleverse jusqu’au plus profond de son être
D’un sentiment qu’il sait pourtant excessif,porté par une marée d’émotions qui, telle la vague Hokusai submerge.
Déclaration de mots si ardents si intenses
Déclamés avec ,tant d’ardeur, de mélancolique tendresse
Lorsque, à elle chair de ses attentions, avec amour, il s’adresse
L’atteignant jusqu’au plus profond de son ,
Son cœur est ravi et touché.
Elle y croit,et elle se sent revivre,
Se sent désirable à ses mots qui l’enivrent
Pour la première fois de sa vie...
Elle ressent ce que d’être aimé:
Un sentiment d’une douceur inouïe...
Et ne veut partager cela qu’avec lui.
Dim 28 Déc 2014, 21:05 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Chaque feuille qui tombe me rapproche de toi

Oui, chaque feuille qui tombe me rapproche de toi
Elle signifie la mort qui rôde autour de moi
Je cherche au dehors ce que je n’attends plus
J’écoute le ciel qui pleure de sa nouvelle mue

Les pétales en brouillons jalonnent la terre grasse
Offrant peu résistance à ce vent qui les chasse
Les arbres plient et ploient dans quelques rebuffades
Et gémissent aux tortures de ce marquis de Sade

Ce tableau gris vêtu hante mes heures solitaires
Passées en revisite d’un été de chimères
Où nos enlacés ne sentaient rien venir
De cet morne automne et son triste élixir

il fut quelques orages comme pour nous prévenir
Mais n’en avions que faire sous le poids du désir
Et lentement la feuille à guetter le moment
De choir sans un bruit, inéluctable instant.

Et l’horizon n’est plus qu’un long trait de déclin
Forçant la colline lointaine à s’aplatir en vain
Sous le poids d’un manteau aux fibres cotonneuses
Pour disparaître enfin dans quelques heures brumeuses.

Drapé dans les effluves qui émanent de toi
Je dance avec les feuilles qui quittent les sous bois
Derrière cette fenêtre, ce rempart si fragile,
Qui t’a vu hier éclore au prime soleil d’Avril.

Alors dans un sourire pour accueillir la larme
J’effiloche la veine d’un geste vif comme la lame
J’entrevoie le filet qui libère la couleur
Pour l’amour que j’avais et pour lequel je meurs.

Jime
Mar 02 Déc 2014, 16:47 par Jime sur L'amour en vrac

Faire le deuil

Faire le deuil

Mon est la,
Mais pas mon esprit
Je n’arrive toujours pas
À surmonter notre histoire
Notre idylle fut courte
Très courte
Mais a laissé une profonde cicatrice
À jamais ouverte dans mon cœur.

Tous ces mots que j’ai prononcés,
Je les ai dits et pensés,
Avec sincérité.
Qui aurait pu croire que pour nous
Cela aurait l’effet illusoire
D’un monde qui ne serait pas réel
Ou nous pourrions facilement lâcher des mots
Sans les penser finalement
Et se dire que c’est si facile
De les dire comme ça
Pris dans l’ambiance,
En nous procurant cette merveilleuse émotion,
Dont le cœur s’affole à chaque fois

Ne pas trop penser qu’un beau jour
Cela puisse nous tomber dessus
Et en garder des tourments tout le temps;
Mon physique est toujours la
Mais mon mental est ailleurs
Tu as osé pudiquement me dire je t’aime
Et je t’ai appelé mon amour

Mais tu en aimes déjà une autre...
Et je n’arrive pas à faire ce deuil
Mon cœur a trop mal d’y avoir cru.
Dim 19 Oct 2014, 18:12 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Passion

Longtemps je me suis demandée ce qu’était la passion,
je cherchais dans tous les dictionnaires une définition,
je regardais partout et je n’en voyais que l’illusion,
la duperie de ceux qui croient que ce mot leur appartient,
de ceux qui croient savoir et connaître ce qu’est ce lien,
de celles qui posent le mot amour au premier venu,
de ceux qui en bon parti se mettent très vite à nu.

Longtemps je t’ai attendu.
Priant seule mais jamais perdue.
Comme un naufragé cherchant sa moitié,
prêt à tout pour enfin pouvoir la retrouver.
Sans condition, et outre passant le temps.
Outre la distance, outre marées et vents,
outre toute circonstance et tous faits.
Seule pour mieux savoir qui me manquait.
Seule pour laisser une place à qui le méritait.

Alors cette place t’appartient et te revient,
dans l’instant et pour l’éternité,
cette place pour hier et pour demain,
elle est à toi, qui sait m’aimer.

J’habite là où je te vois,
dans chaque recoin de tes parois,
dans tous les coins de ta voie,
Je t’aime c’est ma seule voix,
lorsque je parle passion:
le seul langage qui soit.

L’hypocrisie nous montre le bien,
le chemin à ne pas prendre,
l’ignorance qui ne mène à rien,
la mauvaise foi à méprendre.
Le mensonge, de ces couples sans passion,
qui n’ont qu’un seul horizon:
le vite bâti, le vite détruit,
rien de tout ce qui longtemps se construit.

Ces femmes qui ne cherchent qu’un intérêt,
ces hommes qui ne pensent que sexualité,
ces relations toutes faites,
un soir où ils avaient trop bu,
pour s’unir lors d’une fête,
où l’alcool leur dicte leur vue;
bien plus qu’aveugles ou aveuglés
ils s’inventent une histoire sensée,
une passion qui n’existera jamais.

Tandis que je t’aime de plus en plus,
que ton m’appelle en surplus,
que l’envie grandit à titre gratuit,
notre désir demeure intact à vie.

Du jour au lendemain
certains s’inventeraient
un coup de foudre à retardement,
tandis que moi au premier instant
où je t’ai lu je t’ai aimé
depuis ce jour et pour tout lendemain.

Je haie ces femmes intéressées
qui remplacent plus que vite fait
leur amour pour être privilégiées:
pour l’argent, soyons éclairés.
Puis elles jouent et prônent jusqu’à leur innocence,
imitant la passion, dont elles ignorent jusqu’au sens.
Si ces hommes les testaient ce serait vite prouvé.

Je haie ces hommes intéressés
qui remplacent une femme comme un objet,
cette même femme qui se voilant la face,
oubliant que seul le sexe puisse compter,
se déshabille la première nuit qui se passe.
Puis ils jouent les hommes innocents,
imitant la passion et la fidélité,
le dévouement et l’équité.

Je suis rassurée, car je nous en sens bien éloignés.
Car même si j’essayais de t’oublier,
même si j’essayais de contrôler,
et de toi me priver: tu resterais,
dans mon cœur, à tout jamais;
ne laissant aucune place pour un autre,
je demeurerais de toi passionnée,
préférant la solitude à quelqu’un d’autre,
qui ne puisse t’égaler,
préférant l’abstinence plutôt qu’imiter:
cette passion de toi qui m’envahit,
cette passion de toi pour la vie.

Alors qu’est-ce que la passion?
c’est ce que j’éprouve pour toi:
c’est alors bien cette définition;
chaque finition de toi et moi,
chaque perdition avant toi.


La passion c’est de me dire que je ne vis que pour ton bonheur,
c’est de me dire que je pourrais t’attendre heure par heure,
patientant, sans jamais aimer comme je t’aime, mon cœur.
C’est t’aimer comme nul ne peut imaginer,
comme on ne peut le concevoir, juste aimer,
autant et tellement que moi-même je n’aurais pensé.
C’est tomber amoureuse de toi et me dire
que tu es ma vie, que je suis ton seul sourire.
Mar 02 Sep 2014, 13:09 par inlove sur La déclaration d'amour

Éperdument... ( duo caressedesyeux/ jean baisse)



Éperdument,
Je succombe à tes baisers,
Doux regards enfiévrés,
Quand tes mains encerclent ma taille
A ta peau , la mienne défaille,
A ton parfum qui m’ensorcelle.

Éperdument,
A tes larmes de rires qui étincellent.
Quand tu plonges en mes yeux si bleus
J’entends un message venu des cieux
Un appel à mon cou de se caler contre toi"
J’ y suis si bien, reste encore près de moi.

Éperdument,
Je te perdrais dans mes bras,
Que tu ne retrouves plus d’autres chemins,
Que tu te guides sur mes pas,
Qu’on poursuive un lendemain

Éperdument,
Nous tracerions cet horizon,
Peuplé de mille fleurs de couleurs,
A la chaleur de notre cœur,
Douces particules en fusion.

Éperdument,
Je ne cesserais de chercher ce sourire sur ton visage
Le plaisir de voir s’épanouir une fleur dans tes yeux
La douceur qui donnerait à ce paysage
La chaleur de s’assoir à deux autour d’un feu.

Éperdument,
Je serai l’ombre sur ton ,
Je viendrai frotter ma peau pour trouver ces accords
De ces effluves aux senteurs méditerranéennes
S’évaporant aux soleil brulant, pour que la tienne s’en souvienne.

Éperdument
Je chercherais à fleur de peau
Ces codes à lettres sans mots,
Digital à la pointe de mes doigts,
Capital pour que tu n’ai plus froid.

Éperdument
Je succomberai une fois de plus à ta voracité
Haletante de tes fougueux baisers
Et non rassasiée comme un soleil d’été
Je m’appliquerai à les faire durer.

Éperdument
J’ouvrirais ces chambres secrètes
Qui donnent à l’amour un regard moins discret,
Cueillerais bouquets de violettes,
Pousserais d’autres portes si j’osais.

Éperdument,
Mon regard se fixera à ton cœur
Fusion de ce que seront ces heures
Fiction d’un rêve que je fais à genoux
D’être celle qui se pendra à ton cou.

Éperdument,
’Écouter les souffles à ta bouche
Chaque fois que je trouve une touche,
Pour me glisser aussi ton cou,
Te baiser à l’oreille de mes mots si doux.
Jeu 17 Juil 2014, 17:21 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Gelée matinale

J’ai marché tout droit sans savoir
Sur le fil amant du hasard.
La chance à donné à mon cœur
La portée d’une aube mutine
Auprès d’une jeune nature en fleur
Que mes yeux avaient lu divine.
et je me lis m’abandonnant
Aux courts regrets quelques instants,
D’avoir en ce matin gelé
A laisser filer, nouvelle fois,
Rien ne m’attache je ne sais pourquoi,
Cette belle parure dans son écrin.
S’évanouissant dans le refrain
Qu’ il me complais à siroter
J’assiste cruel dans ce ruisseau
A la noyade du jeune oiseau.
Finement encore parfumé
Des scintillements de l’escapade
Je retourne aux diurnes fumiers
Dont je me poudre dans l’agape
Pour faire à l’autre croire d’oublier
La parenthèse maquillée.
Les trottoirs sont sales à pleurer
J’y vois miroirs qui me diffuse
Me renvoient le tain du passé
Dans une lumière qui s’en amuse
Ces longues nuits à l’arme blanche
Tailladant mon enfiévré
D’autant de plaies qu’il en calanche.
Je ne suis pas fait pour aimer.
Mar 18 Mars 2014, 17:18 par Jime sur Mille choses

Le pouvoir d'un média (duo inconnu /caressedesyeux)



Installé dans sa cuisine la radio allumé
Un tacos il est en train de déguster
Confronté à un piquant problème
Qui le fait devenir un peu blême
Sur le piment il a eu la main lourde
ça annonce un après-midi vide gourde
Sa langue commence à être anesthésiée
Mais ses oreilles sont d’un coup interpellées
Dans le poste cause Jean Pierre Mocky
Bien sûr fidèle à ses facéties
Le cinéaste aurait pu monopoliser l’émission
Mais l’autre invitée attire son attention
Une femme de lettre a maintenant le micro
Elle commence à déclamer un drôle de topo

Un petit verre de Bordeaux
Certainement pas de menthe à l’eau
Me voilà à la radio
Y a une chose de l’autre côté
Qui n’arrête pas de me taquiner
J’irais bien jouer avec ses fourchettes
En plus s’il avait des couettes
Pour peu il pourrait me faire la tête
Et si je passait ma main dans les ondes traçantes
Puis pourquoi pas mon de géante
Enchanté moi c’est Marrante
Le voilà piquant un fard !!
Et ne sachant trop quoi dire
Il balbutie un... Bonjour moi c’est Pas Triste
J’ai la dalle ! J’ai que dalle !
Finalement je le tire si fort
Qu’il atterrit dans mon décors
Sympa, ce petit repas m’épate
J’en reste béate
Il m’a fourré de la mie de pain
Je ne suis pourtant pas un lapin
Je tousse, je m’étrangle
Il me donne un grand coup de paluche
Me prenant vraiment pour une grosse peluche
Merci pour le repas
Je m’en vais de ce pas

La nénette a l’air un peu déjantée
Pas trop, juste assez pour l’aider à digérer
C’est pas du luxe vu l’état du palais
Entre les dents c’est même plus très frais
En plus à un moment s’est produit un truc bizarre
Il s’est senti vraiment autre part
Comme s’il était passé de l’autre côté du miroir
Ou que le miroir avait déboulé dans son histoire
Quel phénomène à bien pu faire déplacer sa fourchette
Pendant un moment il s’est senti des couettes
C’est lorsque son chat a coupé la radio
Qu’il s’est extrait de ce hors temps porte à faux
Qu’est ce que ce songe barjot en plein jour
Va falloir prévenir la psy qu’on n’a pas fait le tour
Dim 16 Mars 2014, 16:02 par caressedesyeux sur Mille choses

Dans l'armoire

Dans l’armoire

Tu ouvres les portes de ton armoire
Comme on ouvre un livre ancien
Et ton regard s’attarde sur cette mémoire
Sans dire un mot, tu te souviens
De cette belle anatomie de femme
de ses jolies courbes de sa peau veloutée
De ce au doux toucher ferme
Qu’on dirait une belle pêche sucrée

Cette belle robe tendre, chaude et blanche
Si douce que tu mordrais si bien dedans
L’envie de sentir tes mains sur ses hanches
Sur lesquelles tu t’accrocherais le temps,
D’imprégner ses formes dans ta mémoire,
Afin que, rien qu’en fermant les yeux ,
Tu revoies les détails de ce tableau délicieux
Que tu gardes en rêve dans cette armoire
Et dont le souvenir reste si entier
Dans cet écrin de bois de rose
Que tues capable de la coucher sur papier
Tant tu te souviens de si belles choses.

Mais il te faut la refermer à présent
Car une vraie femme est la qui t’attend
Qui, de part de sa bonté,et de sa générosité,
De part cette envie de t’aimer, et d’être aimée.
De part toute sa douceur et de sa tendresse
Par des tendres caresses et des doux baisers
De son amour effacerait cette tristesse
Rendant ton esprit et ton cœur plus légers.
Peux tu faire une place dans ta pensée
Aux tendres souhaits d’un si bel ange?
Un parfum de patchouli qui trainerait dans ton linge
Qui prendrait la place de lavande desséchée

Petit , discret, rangé dans son petit sachet,
Comme cette femme qui t’aime tellement
Et dont tu respireras l’effluve si intensivement
Que tu gouteras au bonheur parfait
Cette flagrance qui te rappellera
Que je suis ta nouvelle histoire
Que je serai toujours la pour toi
Que tu peux refermer l’armoire
Sur ta bouche, je poserai mon doigt,
Savourons ce nouvel émoi
Te sourirai, je te comprends si bien....
Chut! ne dis plus rien
Ven 17 Jan 2014, 21:26 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Ta princesse

Ta princesse

C’était un jour, on ne peut plus banal
Je m’ennuyais, le moral au plus bas
Puis mes yeux se sont posée sur toi,
Je t’ai trouvé beau et génial
J’en ai eu le cœur tout en émoi
Depuis je ne rêve que de t’aimer.
De serrer ton contre mon
De t’enlacer,de t’embrasser
Tout simplement ,en plein accord
De connaitre toutes les saveurs
Depuis le gout de tes lèvres
Jusqu’à la douceur de ta peau
Partager toutes tes humeurs
Et bâtir un tendre rêve
Un merveilleux duo


Sentir que tu me désires autant que moi
Être tout simplement endormie à coté de toi
Te prodiguer de douces caresses
De cette tendresse longtemps refoulée
Que je garde tout au fond de moi
Depuis tellement de temps
Que j’ai cru ne plus avoir de sentiments
Car ce long sommeil m’a poussée
A ne plus rien ressentir...
Et à ne plus rien donner!
Mais voila tu es apparu
Et mon cœur s’est emballé
D’une violente émotion
L’irrésistible envie de partager
Cette douce passion avec toi,
Et rien qu’avec toi...
Mer 01 Jan 2014, 17:40 par caressedesyeux sur L'amour en vrac
Page 2 sur 55 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, ... 53, 54, 55  Suivante

Ecrire sur corps

Ecrire sur corps Fraise au parfum de rose, En attendant, De lune à l’autre, L'amour au clair de lune ( caressedesyeux/ hami), Que ne ferais-je pour un baiser de vous ?, Si bien ensemble, Elle, Chaque feuille qui tombe me rapproche de toi, Faire le deuil, Passion, Éperdument... ( duo caressedesyeux/ jean baisse), Gelée matinale, Le pouvoir d'un média (duo inconnu /caressedesyeux), Dans l'armoire, Ta princesse,
Il y a 812 textes utilisant le mot corps. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Aimer et être aimé sera la plus grande affaire de toute notre vie.

J.-. Rousseau.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018, 18:46
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 21 Invités et 3 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google , MSN (2)
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite