Amour papillon

    Le petit matin m’a trouvé brulant.
    Et moi je t’ai trouvé à coté de moi, nue.
    Je t’ai prise, alors doucement,
    Pour que tu te reveilles, d’abord doucement.

    Quand le cocon de la couette fut délicatement déchiré,
    La vision ton de nymphe, tiède et fragile,
    De tes seins ronds et genereux,de tes jambes promises,
    M’ont donné envie de te gouter, toi nectar de ma jouvence.

    Tes levres, entrouvertes comme tes yeux assoupis,
    Furent la rosée que je degusta ce matin,
    Et le festin continua, lorsque je m’en allai
    Faire mes hommages à tes si jolis seins.

    Ton ventre fut mon terrain de jeu.
    Je virevoltai dessus, l’embrassant, le lechant,
    Et ta main dans ma nuque,
    Fut le guide de tes tourments.

    Lorsque dans un soupir plaintif tu m’invitas,
    A achever mon épopée, me rendre dans ta vallée
    De ma fougue et ma passion je t’investis
    Au plus profond de ton intimité.

    Tu m’amenas à mon solstice,
    Je te guidai vers ta lumière,
    Et nul matin n’as jamais vu,
    Ainsi plus beau papillon naitre
Jeu 15 Jan 2004, 10:18 par PetitPrince sur Les liaisons sulfureuses

J'irai au bout de ce rêve - Partie 4

Comme un enfant qui ouvre ses cadeaux à Noël, j’avais délicatement enlevé son soutien-gorge, joliment assorti à son string. Mes mains massaient sa poitrine gonflée par le désir. J’explorais son cou avec ma langue. Enchanté par l’hospitalité de sa peau, je décidais de m’aventurer jusqu’au sillon formé entre ses deux seins, qui caressaient alors mes joues. Mes mains n’avaient pas quitté ses moelleux coussinets qui m’offraient un confort délicieux.
Je descendais toujours plus bas, mordillant les légers plis de son ventre et léchouillant son nombril. Je sentais la dentelle frottant sur mon menton, je m’approchais doucement de son triangle d’or.
Mes mains quittaient sa poitrine et venaient se poser sur ses genoux. Là, j’écartais soudainement ses cuisses. Elle, s’était légèrement penchée en arrière, les mains posées sur son bureau, n’écoutant plus que les tourments de ses sens désorientés.
J’embrassais l’intérieur de ses cuisses, doux et lisse comme de la soie. J’allais et venais ainsi, m’arrêtant toujours à l’orée de son sexe. Elle avait posé ses mains sur ma tête, tentant de me diriger vers son domaine secret. Je résistais seulement pour prolonger l’attente et ainsi intensifier notre excitation mutuelle.
Attiré par l’humidité qui commençait à déborder le long de ses cuisses, je finis par lui donner satisfaction. Ma langue devinait à travers la dentelle imbibée, le débordement orageux. J’écartais légèrement le tissu et abordait avec avidité ses lèvres chaudes et moites. Je buvais à la fontaine de son plaisir comme on le ferait à la découverte d’une oasis en plein désert. Elle gémissait. Ses cuisses se contractaient à chacune de mes attaques langoureuses, mes doigts étant venus renforcer l’assaut au plus profond de son .
Après quelques minutes de cet échange tropical, je me redressais. J’offrais à sa bouche deux doigts nourris par son liquide intime. Elle les léchait avec délectation.

Elle avait laissé tomber ses mains vers mon sexe. Elle me masturba ainsi quelques instants puis, enlaçant fermement ses jambes autour de moi, nous nous imbriquâmes comme deux pièces de puzzle. J’entamais un balancement qui projetait vigoureusement mes reins entre ses cuisses. Ce mouvement pendulaire dura plusieurs minutes, s’intensifiant progressivement, en même temps que notre plaisir. Mon sexe, dur et lisse, glissait aisément le long de ses parois brûlantes.
Tout en m’embrassant, elle finit par me repousser et me proposa de m’allonger sur l’épaisse et confortable moquette. Elle vint alors s’asseoir sur moi, moi en elle, et entama une chevauchée débridée que seules mes mains arrivaient à calmer par instants grâce aux caresses délicates que je prodiguais sur ses hanches. Assise sur mon axe, elle se laissait aller dans des mouvements incontrôlés, presque sauvages. De temps à autre, elle se penchait vers moi et venait dévorer ma bouche d’un baiser carnassier.
Le ballet sensuel dura de longues minutes, puis les mouvements se firent plus lents, l’énergie commençait à nous manquer. Elle se détacha alors de moi et se mit à quatre pattes, me présentant sa croupe incendiaire comme une dernière invitation.
Je m’agenouillais derrière elle et enfonçais doucement mon sexe gorgé de plaisir dans son provocant royaume.
Mes mains sur ses hanches, dans un mouvement coordonné, nous nous débattions d’avant en arrière, dans un mouvement lascif. La fatigue exacerbait les sensations, le plaisir atteignait son paroxysme. Parfois, tout en continuant le coulissement de nos emboîtés, je me redressais légèrement pour me pencher vers elle et couvrir son dos, sa nuque, son cou, de baisers doux.
L’indécence passive du mouvement nous fit atteindre le nirvana au même moment. Nos foudroyés par la jouissance, nous tombâmes l’un à côté de l’autre, épuisés de plaisir . Nous restâmes ainsi une éternité, allongés sur le sol, main dans la main, yeux dans les yeux, l’un caressant parfois le visage de l’autre pour vérifier que tout ça n’était pas un rêve…


La prochaine réunion de travail est fixée au 11 février.
Mar 13 Jan 2004, 22:30 par la_tulipe_noire sur Les liaisons sulfureuses

J'irai au bout de ce rêve - Partie 2

Je me dirige alors vers une une lourde porte en bois précieux. Quelques ferronneries anciennes lui donnent l’aspect de l’entrée de ces hôtels particuliers que l’on découvre parfois au hasard de promenades insouciantes dans Paris. Tout ici dégage d’ailleurs une impression de luxe ordonné, chaud et parfumé… accueillant en somme. Pas ce luxe ostentatoire dont raffolent parfois les gens qui gagnent trop d’argent.

Dans le même mouvement je frappe et j’entre dans le bureau. Une femme d’environ 35 ans s’approche de moi et me tend la main :

-« Bonjour Monsieur L….., Sandrine Myriam, enchantée de vous rencontrer ! »
-« Tout le plaisir est pour moi, merci de m’accueillir dans vos bureaux »

La pièce est vaste et lumineuse. Le mobilier plutôt moderne et sobre. Une bibliothèque bourrée de livres égaye un pan de mur. Une toile colorée et géométrique apporte une petite touche de fantaisie à l’ensemble. Au sol, une épaisse moquette gris souris donne l’impression enivrante de marcher sur des nuages.
Après quelques échanges de politesse je suis invité à m’asseoir dans un fauteuil confortable. Elle s’installe en face de moi, de l’autre côté de son bureau, dans un fauteuil identique au mien. Je remarque ce détail car souvent les gens qui veulent se donner trop d’importance se permettent un fauteuil surdimensionné et luxueux, laissant à leurs invités de vulgaires chaises défraîchies.

Ainsi installé, je peux alors m’attarder sur son visage. Et si jusqu’à présent je considérais cette affaire comme une corvée, la beauté de ma future collaboratrice me fit comprendre que la lourdeur prévue du travail serait beaucoup plus agréable à supporter.
Des cheveux couleur charbon tombant sur ses épaules encadrent des yeux en amandes d’une noirceur tout aussi profonde. Ceci lui donne un air assez strict malgré une bouche gourmande et des fossettes rieuses.

L’importance de l’affaire en cours me fit vite oublier cette délicieuse impression, et nous commençâmes notre travail selon l’agenda pré-établi quelques semaines auparavant par téléphone.

Je devais tout d’abord lui présenter les aspects les plus techniques du dossier, pour lui faire découvrir les fondements de l’affaire et les rudiments d’un domaine qu’elle ne maîtrisait pas.

Un écran était prévu à cet effet dans un coin du bureau. Je pouvais y faire défiler la présentation que j’avais soigneusement préparé sur mon ordinateur portable. Je me levais pour détailler mes propos et insister sur les points importants. Elle était restée à son bureau, attentive, prenant même quelques notes sur un petit carnet. Avec sérieux et application, je poursuivais mon discours, bien décidé à démarrer cette affaire tambour battant. Seul le regard de mon unique spectatrice me perturbait. Ses yeux semblaient s’arrêter de temps à autre sur moi, ou devrais-je dire sur certaines parties de mon qu’elle examinait avec délectation. Je me disais que tout ça n’était que le fruit de mon imagination, ce qui provoqua chez moi un sourire intérieur. Je n’étais que plus détendu malgré l’importance du moment. J’allais même jusqu’à soupçonner Madame Myriam de noter sur son carnet des commentaires sur mes yeux ou mes fesses au lieu de se concentrer sur l’écran.

Ma présentation terminée, après qu’elle m’eut posé quelques questions sur un vocabulaire un peu obscur pour elle, nous échangeâmes alors les rôles. Je repris ma place alors qu’elle se leva pour se placer à gauche de l’écran et démarrer sa présentation.
Elle n’était pas très grande, 1m65 tout au plus, mais dégageait pourtant une classe et une assurance indéniable. Elle était vêtue d’un pantalon et d’un pull noir, ce qui avec ses cheveux lui donnait un côté très sombre. L’ensemble mettait néanmoins en valeur une étole de soie rose orangé, élégamment enroulée autour de son cou.

De mon côté, ne maîtrisant en rien le langage juridique j’essayais de me concentrer sur ses explications. Mais mon attention s’attardait surtout sur des détails beaucoup moins sérieux. Là, son pull légèrement serré qui laissait deviner une poitrine mesurée mais ferme. Ou encore ses mains, fines et sans sophistication, les ongles subtilement recouverts d’un vernis translucide.
Le moment passa très vite bien qu’ayant duré presque une heure. J’attendis qu’elle reprenne sa place sur son siège pour lui poser quelques questions. Elle me répondit clairement bien que paraissant un peu lasse. Cela faisait deux heures maintenant que nous avions commencé à travailler. Un léger silence suivit.
Mar 13 Jan 2004, 22:27 par la_tulipe_noire sur Les liaisons sulfureuses

à Christine et Marie...suite

Dans les semaines qui ont suivi, je n’ai plus pensé qu’à lui, j’aurais voulu le voir tous les jours (ce qu’on a fait d’ailleurs) et...euh... même pas de crac-crac (ouiiiiiiii, j’ai osé ne pas faire ça aussi !!!!), j’étais bien trop intimidée et je voulais que ça se fasse au bon moment au bon endroit. Surtout ne rien brusquer, profiter à fond de la découverte de ce sentiment totalement inconnu qu’est... l’amour ??

Jusqu’à ce fameux soir, une soirée entre amis, il est tard, il me propose de dormir chez lui pour "gagner du temps", juste le temps de remettre mon coeur dans ma poitrine et j’arrive à peine à souffler un "voui, si tu veux" d’un air que j’espère désabusé.

Je vous passerai les détails, mais c’est ce soir-là que Marie a été conçue et tout s’est enchaîné très vite. Nous étions bien évidemment sortis "couverts" (quoique bien éméchés) et lorsque je me suis mise à avoir mal à la poitrine et à trouver mon bizarre, j’ai ricané à la face de mes amies qui étaient convaincues que j’étais enceinte (qui ça, MOAAAA ? Impossible !) Un petit test plus tard (qui m’a valu une chute tant la surprise était grande), et un coup de fil à ma moman (bah oui, même au milieu de la nuit, elle était la première personne à devoir l’apprendre, non ?!), et les questions se sont mises à déferler... comment lui dire ? que faire ? Je ne suis pas programmée pour être une mère, moi !!!
Mar 13 Jan 2004, 14:15 par la_tulipe_noire sur Amour internet

Avec les dents...mais si c'est possible !

Devant l’insistance de certains et la promesse faite de donner une leçon de plaisir buccal, je ne les ferai pas plus attendre et enfilerai ( pfffffffffff comment vous avez l’esprit mal tourné ! confuse ) ma tenue de « professeuse » (ou pro fesseuse Diable ) pour une petite leçon de fellation ..mordante … grin

Je les vois déjà tressaillir à l’idée de pouvoir sentir la morsure douloureuse sur leur phallus, symbole de leur toute puissance… ouin et pourtant, là entre nos lèvres, à notre merci, impatient de sentir la chaleur de notre langue les caresser et de nous contempler les dévorant, un petit coup de dent pourrait très vite réduire la puissance… C’est un jeu à jouer, une tentation à leur faire partager, une sensation à la fois excitante et perverse… timide

La manœuvre , mesdames, demande beaucoup de douceur, de lenteur et de précision, sous peine de voir l’instrument si beau, si vigoureux, si prometteur, prendre la forme d’une saucisse de francfort tombée en bas d’une assiette de choucroute d’un beauf allemand à 5h du mat et piétinée par la foule en liesse à la fête de la bière de Munich, et de vous prendre le regard furieux de votre partenaire ! furax

L’utilisation des dents doit se faire comme une domination que vous exercez sur l’homme… même si les caresses buccales donnent plutôt l’impression de la soumission de la femme, nous savons toutes qu’aucun du sexe fort ne peut résister à ces douces caresses … La femme agenouillée devant son partenaire, en position inférieure, est pourtant seule maître (et maîtresse) du plaisir de son partenaire… La langue qui frôle, la bouche qui hésite à laisser glisser le sexe contre son palais, et suprême délice, les dents qui menacent… brillantes, aiguisées, dévastatrices… sans oublier le regard… noir, planté dans les yeux de son partenaire attendant le moment délicieux où il sentira cette bouche rosée le parcourir, un regard le défiant, le menaçant, le narguant. Les dents frôlent à leur tour, vous le sentez se dérober, effrayé par la douleur qu’il pourrait ressentir.. vous le retenez de votre main, l’obligez à subir … les dents le mordillent délicatement, suscitant contre toutes attentes quelques soubresauts phalliques, l’excitant beaucoup à sa plus grande surprise, couvrant son de frissons… la langue adoucit, les lèvres réchauffent, les dents excitent. Maniés à tour de rôle, délicatement, le plaisir monte petit à petit (ou de plus en plus longuement Choqué ), reste à avaler goulûment l’objet au bord de l’explosion, pour le satisfaire pleinement au bout de longues et douces puis de violentes et profondes succions… pour la suite… c’est selon les goûts de chacun… ou devrais-je dire… les goûts de chacune …


La marquise…. Professeur de langue… (véridique huh )
Mar 13 Jan 2004, 11:37 par la marquise de sade sur Le grimoire d'amour

Petit dictionnaire des expressions imagées

Pour l’instant sur ma caisse de chevet, vous trouverez un ouvrage intitulé « La puce à l’oreille - les expressions imagées et leur histoire » de Claude Duneton… Je ne résiste pas au plaisir de vous donner l’explication d’une expression bien de chez nous … debile

« Avoir la gaule »
C’est avoir une érection naturelle de la verge comme dit Furetière pour bander… L’expression paraît dater de la fin du XIXè siècle :

Nibé, Môme ! … Alorss.. t’es ma neuve ?
Ben j’en r’viens pas… j’en suis comm’ saoul,
J’peux pus cracher … j’ai l’sang qui m’bout ;
Tu parl’s si pour toi j’ai la gaule !
(Jehan Rictus, Le cœur populaire, vers 1900)


Au-delà de l’idée de simple bandaison, toutefois, avoir la gaule semble exprimer à la fois une effusion générale de tout le , de désir éperdu, comme dans l’exemple de Rictus, mais aussi une bonne santé, une satisfaction proche de la joie de vivre. La gaule est un outil agreste et léger, qui est au cueille-fruits ce qu’une partie de jambes en l’air est au planning familial. C’est vrai qu’il fait avoir le moral…
Voici une utilisation récente du mot qui permet de rapprocher le poète Jehan Rictus et le poète Renaud Séchan :

T’as ptete raison, j’te parle comme un vieux con,
Mais j’suis un vieux con vivant,
J’ai la gaule, suis content.
(Renaud Séchan, La blanche, 1981)


La marquise … petite Roberte illustrée cool
Mar 13 Jan 2004, 11:27 par la marquise de sade sur Articles

Ca y est c'est chaud

Effectivement, au forum des ames tendres, qui pour le moment nous abreuve de petits mots doux et tendres anecdoctes, manquait la partie charnue propre a tout de désir : le forum chaud debile .

La_tulipe_noire, fier posteur s’il en est, nous propose donc d’ouvrir la rubrique des Liaisons Sulfureuses, dans laquelle avec l’élégance litteraire qui fait le charme de ce site, nous allons parler de sexe ohhh

Alors, on evite les grossieretés et on met tout son talent a fabriquer des belles images qui incitent a decrocher le téléphone pour appeller son/sa chéri(e) qui soudainement nous manque terriblement :grin:

Merci La Tulipe poucesuper
Sam 10 Jan 2004, 15:58 par PetitPrince sur Les liaisons sulfureuses

On peut s'aimer , se désaimer

Aujourd’hui je voudrais être seul,
Prendre les petits chemins de terre,
Ne plus m’en faire, éviter le nécessaire,
M’égarer dans une vie austère, débuter une nouvelle ère
... et ne plus t’espérer

Aujourd’hui je voudrais me cacher,
Enfoncer ma tête dans l’oreiller,
Dans le noir me réfugier, de tes rayons me protéger,
Ne plus penser à t’oublier, oublier de te penser,
... et ne plus te voir

Aujourd’hui je voudrais être sourd,
Ne plus me battre avec ce coeur-tambour,
Apaiser ce souffle trop court, soulager mon pas si lourd,
N’attendre de l’amour que la fin du compte à rebours
... et ne plus t’entendre

Aujourd’hui je voudrais vivre mort,
Ne plus avoir envie de ton ,
Conjurer ton mauvais sort, pour toujours changer le décor,
Ne plus faire le moindre effort pour avaler mes remords,
... et ne plus t’aimer
Ven 05 Déc 2003, 14:01 par la_tulipe_noire sur La séduction

Les fetes

Les fêtes, ah les fêtes, ce sont peut être elles la cause du ralentissement de l’activité sur ce forum. On a la tête dans les cadeaux, et le dans les magasins à se bousculer et à se demander ce qu’on va bien pouvoir offrir à Tante Berthe.

Sacrée Tante Berthe, quelle deconneuse celle là alors !

Bonne chasse à tous et à toutes.
Jeu 04 Déc 2003, 08:46 par PetitPrince sur Edito

Contes de séduction...

La séduction en retour de bâton…


Il était une fois un séducteur arrivant toujours à ses fins.

Fin joueur il usait et abusait de ce jeu qu’il maîtrisait bien plus que tout autre.
Comment pouvait il en être autrement, bel homme il était.
A dame qui voulait recevoir, tendre il était de ses yeux, ouvert de geste doux, s’offrant de sourires enjôleurs. D’attention il n’était point radin, d’écoute et de compliments il donnait à ces dames.
Comment donc la gente féminine aurait elle fait pour ne pas sombrer sous le charme du Don Juan ?

Il était une fois, une Cosette peut être bien, qui croisa un jour les yeux du charmant.

De ses rêves elle cru pouvoir enfin se libérer et goûter ainsi à ce qu’elle n’avait jamais pu imaginer être une réalité.
Elle s’offrit alors et âme au Don Juan.
Sa garde tombée, il prit d’elle tous les plaisirs dont il était si friand, de bonheur elle lui donna tout d’elle.

De plaisirs ainsi repu, le Don Juan disparu alors, laissant la pauvrette face à cette douleur que ses rêves ne lui avaient pas contée.

Etre fragile qu’elle pouvait être, elle avait au gré du temps passant appris les leçons que la vie enseigne, et ne s’avoua donc pas vaincue pour autant.
De temps elle avait alors besoin pour amener sa revanche à bien.

Humble elle demeura.
De larmes elle n’abreuva pas la satisfaction du séducteur. De son jeu des plaisirs il l’avait découverte à elle-même, elle se montra alors ainsi.
De se surprendre dans ce jeu de séductrice elle en surprit plus d’un.
Et le Don Juan, à son tour, se laissa prendre à ce jeu. Femmes passant entre ses bras, femmes sombrant sous son charme, il ne réussit point à faire fuir de son esprit la damoiselle obsédant ses nuits et ses jours.
Il se mourrait le temps passant, de ne pouvoir aimer sa belle, elle s’abreuvait de le voir sombrer de cette souffrance.....



Ne peut on tirer de moralité d’un tel conte qu’une réserve sur le retour de bâton que l’un ou l’autre ait eu à subir?
Qui donc eu le plus à souffrir de ce jeu de séduction ?
Le séducteur d’avoir été séduit par la séduite ?
La séduite de s’être laissée prendre au jeu de la séduction pour devenir séduction elle-même ?
Mar 02 Déc 2003, 01:39 par Ri1kedesBêtises sur La séduction

Re: question suivante ...

la marquise de sade a écrit:

" Quelle chose la plus incongrue vous a le plus séduit chez une femme/ un homme? "


A mon tour de répondre à ma propre question ... grin mais avant de vous dire la chose la plus incongrue qui m’a un jour séduite, il semble important que je précise ce qui me séduit chez l’autre en règle générale...

Adolescente, sans doute parce que je proviens d’une famille hyper catholique et pratiquante jusqu’au bout des doigts, où la rigueur, la droiture, le travail, la famille étaient les valeurs clés de notre éducation, je me suis rapidement sentie attirée par tout ce qui allait à l’encontre de cela ! huh Mes petits amis de l’époque portaient boucles d’oreille ou percing (voir les deux hihi ) , cheveux longs, noirs, bleus, verts, rouges ou toutes autres couleurs harmonieuses bete , sur les épaules, ou dressés au milieu de la tête, jean’s troués, pantalon à ligne, salopette, ou la totale en noir , tatouages à divers endroits du , fumant plus que de raison et plus qu’autorisé exclusivement bob , idées des plus folles, des plus antisociales, des plus bizarroïdes, des plus révolutionnaires ... bref, tout ce qui pouvait arborer le côté rebel, qui avait au moins un drapeau du Che sur le mur de sa chambre ou qui ressemblait à Robert Smith me faisait craquer ! aime

Ensuite, grandissant un tantinet ... et cotoyant beaucoup les amis de mes frères et soeurs plus âgés que moi, je me découvris une passion pour les artistes ... poêtes en tout genre, musiciens, écrivains, peintres, acteurs d’occasion déclenchaient chez moi une admiration sans borne aime aime Je quittais ma periode Robert Smith pour ma période Rimbaud ! oh

La raison ... ou la société passur2 ayant modéré mes projets d’avenir, aujourd’hui j’ai quelque peu abondonné mes projets de vivre une histoire follement romantique avec Robert ou Bono, de même que de partager la vie tumultueuse d’Indiana Jones ou de Pascal obipso ! ouin (mais j’ai toujours dit que quand je serais grande je me marierais avec Albator .... et je ne désespère pas un jour qu’il revienne sur la Terre pour m’emporter dans son vaisseau pirate et me faire plein de petits Albatorets ! timide ). Aujourd’hui ce qui me séduit chez un homme ... c ’est sans doute son sens de l’a propos, sa facilité à manipuler le second degres, et sa faculté à être attentif aux autres ...

Et la chose la plus incongrue qui m’a séduite .... coeur c’est une collection d’écharpes de foot confuse (j’ai presque honte de l’avouer chut )

La marquise ... Commandante Che guevara des temps modernes !
Ven 28 Nov 2003, 13:17 par la marquise de sade sur La séduction

De l'amour, de l'art ou du cochon...

Il y a quelques années, je n’étais encore qu’une adolescente, j’ai expérimenté un massage un peu particulier... Il était mon meilleur ami, mes parents étaient partis pour le week-end, la maison était vide et je l’ai invité à dormir chez moi...
Nous avons partagé le même lit, le désir était là, mais l’amitié aussi, une profonde amitié, qui nous freinait un peu... Nos mains étaient moins timides que nous, nos caresses étaient très complices, nous avons voulu agrémenter nos jeux par quelques petits "accessoires" ... j’étais étudiante en art, ma chambre était remplie de crayons, pastels, pinceaux, gouaches, fusains... Un matériel simple à notre portée ...

Le devenait une toile où nous pouvions libérer notre âme d’artiste. La peau se marbrait sous la poussière des pastels, les lèvres se coloraient sous les aquarels, nos doigts laissaient de larges sillons dans la gouache. Une jungle se joignait à celle qui parcourait nos esprits, un tag ornait une gorge, un papillon décorait le nombril, le pinceau fin et froid remplissait nos de frissons, nos bouches de sourires tendres... Une larme s’écoulait de long de la joue ... Une larme de couleur... Et une vraie larme...


la Marquise ... Jeune Marie Laurencin
Mer 26 Nov 2003, 15:47 par la marquise de sade sur Le grimoire d'amour

des mots pour séduire... peut-être...

...ébauche de doux mots....


Je voudrais être dans l’air que tu respires, dans l’eau qui te caresse, dans les fibres des tissus qui t’habillent.
Je voudrais être dans les aliments qui caressent tes lèvres et ta langue.
Je voudrais être un peu de ta peau, que tu aies envie alors de toucher des parcelles de toi et avoir la sensation que c’est ma peau qui effleure la tienne.
Je voudrais être ton téléphone, te détournant de ton correspondant, glisser à ton oreille un fragment de ma respiration pour te faire ressentir mon plaisir d’être aussi proche de toi.
Je voudrais être ta montre pour que tes yeux pétillent lorsque tu la regardes dans ta course perpétuelle contre le temps.
Je voudrais être un peu de tes draps pouvoir caresser ta peau toute la nuit, t’envelopper, t’emmener et t’accompagner vers de doux rêves.
Je voudrais être sur le rebord de ton verre lorsque tu y poses tes lèvres pour boire.
Je voudrais être un peu dans toutes ces choses qui font ta vie, que le sourire naisse sur tes lèvres en songeant que peut être je suis là.
Que l’idée t’envahisse et te devienne alors peut être obsédante de n’être qu’une idée.
Que tu aies alors envie encore de moi de chair et d’os, de regards, de sourires, de caresses, de baisers, de mots glissés à ton oreille.
Que ton et ton esprit se révoltent contre ta raison et te rappellent les plaisirs que la folie nous a donné à vivre. ….
Sam 15 Nov 2003, 15:37 par Ri1kedesBêtises sur La séduction

Ma premiere fois ...

En ce qui me concerne,je vais commencer par vous saluer tous ,et vous adressez un immense sourire,et je vous demanderai d’être indulgent, car c’est la toute première fois...que j’écris sur le site, ce qui m’amène à la réflexion qu’effectivement, on peut être anxieux lors d’une découverte, car on a peur de mal faire ou d’être mal perçu, mais je crois que si on met son coeur à l’ouvrage, que si on est attentif et à l’écoute de l’autre, que si l’on rayonne, on arrive à transmettre son moi le meilleur dans le sujet qui nous concerne. Si l’on fait abstraction de son plaisir personnel et égoïste et que l’on partage le comme l’esprit, alors l’alchimie doit se créer et l’osmose intellectuelle et charnelle se révéler...c’est du moins mon point de vue.
Ven 14 Nov 2003, 12:22 par soleye sur La première fois

Le jeu

Séduire est d’abord un jeu. Ce jeu commence lorsque je décide de te courtiser. Il s’agit alors de te faire réagir, te faire rire, te plaire, te montrer des choses qui te surprennent, te dire des mots qui t’intriguent, te proposer de découvrir des endroits dans lesquels finalement naîtra notre complicité.

Le rythme de ce jeu effréné va lentement s’adoucir, et aux rires enthousiastes, aux sourires provocateurs, aux contacts insolents, vont se succéder une légère crainte, une délicieuse angoisse, un doute envahissant : je le vois bien que je te plait, mais j’ai tellement peur que ce ne soit pas le cas ... Alors, dans cette douceur naissante, je vais te parler plus profondément, profiter de tout ces moments que l’on a crée pour me permettre de me considérer plus proche. Etre intime avec toi, je le suis d’abord avec les mots, faute de ne pouvoir l’être avec le .

(à suivre ...)
Dim 09 Nov 2003, 15:24 par PetitPrince sur La séduction
Page 54 sur 55 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 53, 54, 55  Suivante

Ecrire sur corps

Ecrire sur corps Amour papillon, J'irai au bout de ce rêve - Partie 4, J'irai au bout de ce rêve - Partie 2, à Christine et Marie...suite, Avec les dents...mais si c'est possible !, Petit dictionnaire des expressions imagées, Ca y est c'est chaud, On peut s'aimer , se désaimer, Les fetes, Contes de séduction..., Re: question suivante ..., De l'amour, de l'art ou du cochon..., des mots pour séduire... peut-être..., Ma premiere fois ..., Le jeu,
Il y a 812 textes utilisant le mot corps. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Ils ne pèchent pas, ceux qui pèchent par amour.

Oscar Wilde.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 11:09
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 23 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite