Je rêve

Je rêve, je rêve d’être sous un ciel étoilé, pour déserter mes chagrins, mes peines, mes douleurs, je suis certaine que les étoiles seront un baume pour mon cœur amorcé.
Et mes sens succombent.
- le silence m’accompagna,
une légère brise souffla alors,
faisant virevolter mes cheveux
- et m’imprégna de cette odeur de quiétude,
-Le ciel m’ouvre ses bras et me .
Je caresse du bout de mes doigts fins ce souvenir, une chose qui me ramène sans cesse à cette accablante réalité et m’arrache à ma rêverie,
- Mais Sirius est là, dominante avec sa lumière, qui m’éclaire, me donnant espoir et vie.
Je souris, mon cœur s’enflamme, s’anime sous ce ciel étoilé.
Et j’ai su que je connus une certaine petite éternité.


© K.S
Lun 09 Mai 2016, 21:22 par Iona sur L'amour en vrac

Cueille- moi des violettes

- moi des violettes

Si vous voulez me faire plaisir, cueillez -moi des violettes,
Ce sont les plus humbles de toutes ces pauvrettes
Et ce sont celles que de loin je préfère
Il ne m’en faut pas beaucoup pour être contente
et si tu vas m’en cueillir un petit bouquet
Je pourrais, pour le coup,afin de te remercier
Te décocher mon plus beau sourire,
celui qui ne me quittera jamais
Tant que tu resteras près de moi
Donne-moi ta main, n’aies pas peur
Je la garderai tout contre mon cœur
Bien serrée contre ton sein
Et je me sentirais si bien
Que tu pourras alors essayer de m’embrasser;

Vole-moi un baiser, avec discrétion
Puis donne-moi-s-en, un deuxième avec émotion
Parce que c’est ainsi que je les aime:
Chauds, humides et passionnés
Fais, mon cœur, doucement chavirer
Juste par ces quelques petites tendresses
Surprends-moi par d’innovants stratagèmes
Des gestes doux, d’aimables gentillesses
Découvre au fond de moi ces choses que j’aime
Donne -moi à manger des cerises, du raisin
Ou bien à boire,de l’eau, au creux de tes mains
Ce n’est pas grande chose mais, pour moi, "quel festin"!
Ou alors tu pourrais, pourquoi pas?
M’offrir quelques petites douceurs
Comme un petit carré de chocolat!
Mais ce que je préfère ce sont les fleurs
C’est ce qui comble mes envies par-dessus tout
Bien que souvent mon esprit le propose
Je m’émerveille de toutes ces petites choses
Qui semblent anodines et qui n’ont d’éclat
Que si je peux les faire avec toi...
Si tu veux bien de moi...

Nul besoin de m’offrir des diamants ou des roses
Je ne ne suis pas ce genre de fille-là
Qui ne succombe qu’à l’argent et à la pose
Qui ne pense qu’aux bijoux ,et aux toilettes
Je me contente que de quelques fleurettes,
Un présent que je ne résiste pas
Alors viens! Dépêche -toi !
Partons à la cueillette de ces jolies violettes
Jeu 24 Avril 2014, 08:47 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

La fleur du bien

je ,à ta bouche
La sève d’un beau fruit
Et dont la saveur sera chaude ,et troublante
D’un beau pétale rouge écarlate.
Humer les sépales en y plongeant mon nez dedans
Mais ressortir de temps en temps
Fleur envoutante, ensorceleuse
Et dont tes parfums arrivent à me faire oublier le présent
Le temps passe, mais je ne m’en aperçois pas
Bien auprès de toi
Je suis le pédoncule me rattachant à ton corps.
Un peu de poussière d’or que je dépose délicatement sur tes étamines
Et te donne bonne mine
Afin que tu sois encore plus sublime....

Baigné, d’un un halo de lumière
Ou, la chaleur m ’enveloppe , à mon tour
Je me laisse profondément envelopper
Afin de me faire aimer.
Lun 28 Fév 2011, 21:44 par caressedesyeux sur Mille choses

Des épines et des orties

Quand le silence se fait amour,
Quand l’absence se fait velours,
A la violence d’un pétale
Qui s’élance et qui s’étale

J’irais là où nul ne va
J’irais là où tu ne vas pas

Du rouge et du métal,
Ta peau douce en étal,
J’irais, je ne sais pourquoi,
J’irais, je le sais en moi.

De folies dures
En oubli de soie
Il y a des roses qui ne piquent pas
Il y a des roses mortes pour toi

La vie est ainsi faite
De défaites en défaites

L’effet-mère au creux de toi

ce jour l’interdit :
Les épines et les orties.
Devenir soi a ce goût là
Que nul autre n’a

Libre

Mer 02 Juin 2010, 08:41 par jardinsecret sur La vie à deux

Le facteur.

Le facteur.

Notre facteur, c’est le plus gentil des facteurs.
Toujours à l’heure, ou presque, je l’entends venir car il n’oublie pas
de faire résonner sa sonnette après le grand virage pour que je puisse
aller à sa rencontre. C’est un code secret entre nous deux, sauf qu’un jour,
il m’a dit qu’il faisait la même chose dès qu’il y avait des enfants.
Si vous voulez suivre notre facteur, écoutez sa sonnette, il sera là.
Il est très gentil car il présente toujours les lettres agréables en premier
et cache en dessous les factures. Il dit qu’il n’aime pas distribuer les factures.
Parfois, quand j’ai une lettre pour mon copain Philippe qui habite en haut de la côte,
il le lui remet sans le timbre. C’est un autre secret entre nous. Il ne faut pas le répéter.
Alors, pour le remercier je lui donne des pommes et des poires du jardin, parfois des radis,
des carottes et il met tout çà dans ses grandes sacoches.
Ce qu’il aime le plus, c’est quand je des fleurs sur les talus et que je les dépose
aux endroits convenus sur le bord de son chemin. Il les ramène à sa femme qui est très
contente et comprend son retard pour les ramasser toutes.
En fait, le facteur est avec mon père en train de boire un p’tit coup !
Dame, après toutes les côtes, il faut bien un petit remontant.
Le chef de notre facteur n’a jamais fait le parcours en vélo et il ne peut pas s’en rendre compte.
La semaine dernière, mon père voulait donner un chaton à la voisine qui habite deux côtes
plus loin. Hé bien, c’est notre facteur qui l’a pris dans les sacoches de son vélo.
Quand je vous disais que notre facteur, c’est le plus gentil des facteurs !
Un jour, je lui ai dit que j’étais toujours heureux de le voir mais que j’étais quand même triste
parce que je ne recevais jamais de lettres.
Le lendemain, il brandissait une carte postale en ne tenant son guidon d’une seule main !
Une carte postale pour toi, une carte postale pour toi !...
Fébrile, je regardais l’objet de tous mes désirs : c’était mon facteur qui m’avait écrit !
Avec un timbre, s’il vous plaît, et oblitéré par lui-même, sûrement !
Ce jour là, je décidais que je serai toujours fidèle à mon facteur.
Et, cette promesse-là, je l’ai toujours tenue.
Hélas, un jour, le facteur est venu sans son vélo mais une 2CV.
Il était très gêné, sans savoir s’il devait être fier ou pas.
Il n’y avait plus de sonnette mais un klaxon. Pourquoi faire ?
Sa tournée avait plus que doublé et il se rendait bien compte que s’il voulait
être à l’heure à la fin de la tournée, c’est tout juste s’il avait le temps de sortir
de sa 2CV pour mettre les lettres dans la boîte. Parce que nous, nous étions obligés
d’avoir une boîte, alors qu’avant, le facteur rentrait toujours dans la cuisine,
sans son vélo, mais parfois on se demandait si le vélo n’allait pas rentrer tout seul.
Pour les pommes, les poires, les radis et les carottes, c’était plus pratique, mais encore
fallait-il qu’il ait le temps de s’arrêter. Mon père n’était pas très content de perdre
une occasion de boire un p’tit coup.
Nous avons toujours notre facteur, mais nous ne nous faisons plus qu’un petit signe
par-dessus la haie.
Notre facteur à vélo, fait partie de la grande chaîne des hommes qui relient les hommes.
Beaucoup mieux encore que les agents de l’EDF qui sont obligés de monter sur leur poteaux
pour le dire. Notre facteur, il descend juste de son vélo et on cause.
Et savez-vous de quoi on cause avec mon facteur à vélo ? Du tour de France, pardi !
Il le fait plusieurs fois, son Tour de France, avec sa tournée en vélo.
Et les côtes, il connaît !
Facteur, c’est le meilleur entraînement pour le Tour de France.
Tandis qu’en 2CV, çà ne joue pas !
Lun 06 Août 2007, 11:43 par Xavier Huon sur Mille choses

Hop hop hop

Les mots peuvent ne pas être sincères, sciemment ou non, mais produire leur effet sur celui ou celle qui les reçoit. Quelle importance alors de savoir s’ils sont sincères ? Seul le plaisir de les avoir entendu compte.

Les mots ne sont que le véhicule d’un message, ce n’est pas à eux qu’il faut attribuer l’adjectif de "sincère", mais à celui qui les prononce.

La poésie est une musique où les sons créent l’émotion au rythme de nos passions. Et les mots n’en sont que les instruments.

Au vu de cet échantillon de confusion possible, il me semble sage de prendre les mots pour ce qu’ils sont et de ne pas les confondre avec l’intention qui les a fait naître. Car cet exercice-là demande un très fort pouvoir d’analyse, une immense connaissance de l’humain et par là même, de soi, aussi. Il serait présomptueux de supposer posséder d’emblée tout cela.

L’acte ne vaut que par l’intention, il en va de même pour les mots prononcés. Ainsi, on peut s’intéresser au discours ou aux actes d’un tiers, mais ce ne serait là que surface et gageure lorsque notre volonté est de comprendre réellement l’autre. Il faut s’attacher à discerner avec la force de son cœur les motivations qui animent un discours ou un geste, ce que l’on a appelé « l’intention ». La motivation est ce qui a de commun aux mots et aux gestes et elle emprunte ces deux media pour s’exprimer, consciemment ou inconsciemment.


L’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec le coeur [Saint- Exupery], alors aujourd’hui les mots que l’on te donne et sois la moins curieuse possible de leur avenir [Horace, détourné] clin
Sam 17 Juin 2006, 12:07 par PetitPrince sur Mille choses

De toi à moi...

J’ai envie d’horizons aux cieux toujours ouverts,
J’ai envie d’envolées pas seulement littéraires,
J’ai envie d’inconnu au rire étincelant,
J’ai envie de beauté à conter savamment...

J’ai soif de ta tendresse, j’ai soif de volupté,
J’ai soif de fantaisie et de tendres baisers,
Je veux que tu me s comme l’on un fruit,
Je veux que ton amour enivre toutes mes nuits...

Hier, je me suis enfuie, aujourd’hui il est tard,
Demain n’existe pas encore, c’est illusoire
De vouloir y songer et hâter sa venue
Mais comme aux temps anciens m’endormir nue à nu...
Jeu 08 Déc 2005, 18:43 par dolce vita sur Parler d'amour

baladeuses mes mains?

Tout est prétexte à la balade pour mes mains.
Elles ne manquent pas une occasion pour partir à la découverte...c’est chaque fois une découverte...du corps de mon amoureuse: la sortie de la douche ou du bain:« attention monange…viens dans mes bras sinon tu vas prendre froid… », et surtout, c’est un véritable régal, la chasse aux miettes.
Gourmande comme elle est, elle ne dit jamais non à un gâteau et qui dit gâteau dit miettes.
Pour elle le gâteau, pour moi les miettes…mais pas que...lisez ce qui suit : vous saurez…

Mon amoureuse vient d’avaler la dernière bouchée de gâteau et...
-Oh ! et bien oui, dis-moi…Que de miettes, que de miettes : c’est une hécatombe que je vois là, sur le haut de ton tricot, et elles semblent toutes bien accro à toi…remarque, je les comprends : c’est une place de choix !
Bon, allez...ouste ! mais seulement pour la forme le"ouste"…mes yeux constatent l’étendue des dégâts, ils en profitent pour s’attarder sur tes rondeurs si tentantes.
Mes mains viennent constater qu’il ne s’agit pas d’un mirage, d’une hallucination visuelle…sait-on jamais…je vérifie en relevant le tricot…mes mains se posent à même la peau…tiède et douce…non, je n’hallucine pas…
« …tu respires vite, mon amour…je te trouve fiévreuse, tout à coup…»
Fluteuuuuuu ! en relevant le pull, j’ai fait tomber les miettes sur ton entrecuisse : l’affaire se corserait-elle ? Que non, monange, je m’applique et mes yeux scrutent, partent à la chasse aux miettes ! Mes mains les suivent comme…des mains peuvent suivre des yeux…de près, de très près….
Si j’ai bien fait le compte, je ne t’ai pas débarrassée de toutes ces fâcheuses, je souffle…un peu…rien n’y fait !
Tu le sais, je n’aime pas gâcher la nourriture…j’attrape presque tout le contingent avec ma bouche…quelques-unes se sont introduites par une petite ouverture, là, en haut de ta braguette légèrement baissée…l’ouverture n’est pas assez importante : je te débraguette..non pas débraguette..je déboutonne le haut de ton jean’s et…tiens ! hop ! pendant que j’y suis, je fais glisser le long de tes cuisses, puis de tes jambes, pantalons et culotte.
Mes lèvres rent une, deux miettes, mais où se cache la petite dernière…une rebelle, la petite dernière…c’est pour ça que je l’aime…
Ahhhhhhh ! La voiloù…juste là, sur ton bouton…faudrait pas qu’elle l’égratigne…délicatement ma langue s’y pose.
« ...tu souffres, mon amour ? » alors je redouble de douceur et mes lèvres l’embrassent…tes soupirs et tes mots s’emmêlent un peu…je ne saisis pas tout, c’est confus :
« …oui….mon dieu… », je te laisse à ta prière, je continue mon exploration…
Avec un infini de tendresse, j’emprisonne ce"rose ermite"entre mes lèvres, ma langue lui conte fleurette, le cajole...c’est un timide…peu à peu, il se laisse apprivoiser, sort de son repaire…ma langue le caresse amoureusement, voluptueusement...voilà…il s’épanouit…et du bout de ma langue, je ton plaisir…
Ven 30 Sep 2005, 21:52 par danslalune sur Mille choses

Toute entière...

Allongée près de moi, elle me regarde, souriante; je lui renvoie sa tendresse et son désir; il est là son désir, troublant et vif, il danse dans ses yeux, éclaire son visage. Parfois provoquant, son regard soutient le mien mais souvent s’y égare; les rôles s’inversent alors et je deviens l’amante: elle me laisse l’aimer.
Allongée contre moi, ses mains d’abord, sa bouche ensuite coulent sur ma peau, légères et lascives...elles se séparent, me parcourent délicatement et glissent, expertes entre mes jambes...je goûte chacune de ses caresses: elle me et comme je l’aime ainsi, au plus intime de moi.
Je la regarde s’allonger sur moi, lentement...je fais le plein de sensations...Son corps, à ma mesure, épouse le mien; le soyeux de son pubis, la chaleur de son ventre, la douceur de ses seins, la sensualité de ses lèvres...toute entière je la veux, de mon désir à mon plaisir...et je sais que cela va arriver. Elle ne fait presque rien, une simple ondulation, langoureuse et voluptueuse...tellement...Nos cuisses qui s’enlacent et son désir qui fait écho au mien; en nous tout se mêle jusqu’à la confusion, jusqu’au plaisir...
Mer 17 Août 2005, 05:57 par danslalune sur La vie à deux

L'amour en douce...

Mon regard ne te lâche plus: il te lorsque tu sors de l’eau, se perd un instant sur le creux de tes reins et t’accompagne jusqu’aux vestiaires.
Tu te douches rapidement, tu as deviné ma présence...maintenant tu sors; tu cherches tes vêtements...tu ne les trouveras pas: je te les ai "piqués"!
...monange, tu viens dans mes bras, tu t’accroches à mon pull...et c’est tout mon corps qui se tend!
Je te tiens tout contre moi, pas question que tu attrapes froid; c’est que tu es sensible...un léger zéphyr et c’est la cata! te voilà qui mouches, qui traînes un rhume long comme ça...alors reste là. Ma bouche effleure ton oreille; j’y dépose mes mots les plus doux, ceux que tu aimes...tout un chapelet!
...et ton sourire! tu me fais les yeux qui "vont si bien avec"...avec ton air faussement innocent, éffrontément angélique; amour, je ne t’ai pas vue venir: ta cuisse se glisse entre les miennes, je soupire sur tes lèvres...là, c’est toi qui me tiens...
Naturellement une de mes mains se pose sur ta cambrure, s’y loge...je te colle un peu plus à moi; mon autre main masse ton dos, que les multiples tâches ménagères n’épargnent pas, j’insiste sur cette partie toute en reliefs rebondis...ta cuisse entre les miennes se fait plus insistante: tu gémis dans ma bouche...
Tu me laisses abandonner tes lèvres...encore un baiser...pour aller à l’aventure, pour découvrir...c’est chaque fois une découverte...tes seins, je les calole, ils me ravissent...tes tétons tendus qui se prêtent si bien aux caresses de ma bouche; amour...tes mains sur ma nuque, tes mots troublants...
Mes doigts flânent sur tes hanches, longuement je dessine leurs contours; flattent tes cuisses, délicatement je les sculpte; frôlent ton pubis, à peine; s’arrêtent sur ton ventre...ce qu’il est doucement tiède ton ventre, attendrissant, si accueillant: je viens m’y reposer un instant, y goûter mon bonheur...fermer les yeux, un peu, et ne penser qu’à toi...me laisser gagner par tes frémissements, m’âbimer dans tes sensations.
...ton désir, le mien conduisent ma main...ma paume épouse parfaitement la courbe de ton pubis...mes doigts entament une lente descente, croisent au large de ton bouton que seul un baiser suave pourra faire éclore, abordent les rives de ta source: ton corps se tend aussitôt...tu t’offres à leur caresse...voilà...ils se nichent au creux de ta chaude intimité, vont au rythme de ton corps, viennent à l’approche de ta jouissance...je te laisse mener la danse.
...et toujours tes mains dans mes cheveux...tes mots qui me disent...oui, dis-moi, guide-moi...tu me veux tendre, tu me veux hardie...alors mes lèvres, ma langue éprouvent ton envie, prennent le relais de mes doigts...comme tu te cambres!
...et ton envie, mon désir de toi...ma bouche fait la cour à ton clitoris "Rose ermite", l’amène à quitter sa réserve, l’apprivoise, le fait s’épanouir, doucement te mène au plaisir...tu m’appelles, tu m’invites...maintenant amour, tu t’ouvres et tu n’as plus aucun secret pour moi: je t’ai trouvée là, au plus profond de toi.
Ma caresse se fait plus soutenue, plus audacieuse aussi à chacune de tes impulsions...et tes mains qui s’accrochent aux miennes, tes mots qui scandent tes ondulations...je frissonne au moindre de tes gémissements...je t’attire, te retiens...je soupire lorsque, sans retenue tu jouis. Ce moment, le faire durer ce moment...le suspendre à ton "presque-cri"...enfin, te prendre dans mes bras, te ceindre de tendresse et t’apaiser...longuement, comme tu aimes, comme j’aime.

Voilà, l’après-midi touche à sa fin: je te rends tes vêtements, tu t’habilles rapidement...que j’ai envie de te déshabiller...encore un baiser sur ta nuque...le faire durer ce baiser...
Un dernier sourire, mes lèvres sur les tiennes et tes mains qui maltraitent mon pull...maltraîte amour, maltraîte...Je murmure ton prénom, le mien est sur tes lèvres...
Voilà, notre journée s’achève; tu dois rentrer: les enfants ont regagné la ruche...c’est l’heure, oui, il est temps...
Lun 13 Juin 2005, 23:22 par danslalune sur Les liaisons sulfureuses

Ode au délice.

Délice

Délice, je te
Lorsque tu es un peu vert

Délice, je te goute
Sur ma langue tu chuchottes tes vers

Délice, je te veux
Chauffe mon corps, c’est une prière.
Jeu 12 Mai 2005, 10:36 par PetitPrince sur Parler d'amour

Ma délicieusement sensuelle...

Ton corps je le connais si bien, je l’ai dessiné avec mes mains, et comme je le désire...je veux y laisser l’empreinte du mien.
La saveur, la chaleur de ta peau sur mes lèvres, sur ma langue, et comme tu me troubles...
Tout en toi...toi...tu es un délice pour mes sens; je te caresse, je te respire, j’écoute tes soupirs, mes yeux s’égarent....maintenant je te goûte longuement...je laisse ton désir prendre son temps...
Je t’éprouve mais si tendrement que tu t’ouvres...et ce sourire, le tien, celui que tu m’offres, tes mains qui s’accrochent au drap, ton corps qui se tend...qui m’invite, ton entrecuisse qui vient au devant de mes lèvres. Tes mots, tes gémissements me le disent...doucement je te mène au plaisir.
Ta jouissance, je la bois, je la , là au plus profond de toi...et comme je l’aime ton plaisir.
Mer 27 Avril 2005, 22:44 par danslalune sur Les liaisons sulfureuses

Et pi Fanny ...

L’odeur de la peau..
.. pas lavee et ensommeillee ..
.. l’odeur de la peau de mon ange,
de ma préférée, vaut bien mieux
que l’odeur...d’une brioche dorée...
et la fève .. je sais ou la trouver...
je suis sa reine, sa fée ..
mais chut, je ne veux pas la réveiller..
juste lui voler un léger baiser...
un seul pour commencer..
la regarder rêver ..
la regarder respirer
respirer ses soupirs ..

soupirer ses respires ..
la regarder avec les yeux
juste un petit peu ..
et .... avec envie laisser ma main prendre le chemin que mes yeux avaient emprunté...dessiner l’ovale de son visage, me poser sur ses lèvres qui invitent au baiser....et toujours sans la réveiller...
suivre des doigts les courbures de ses sourcils jusqu’à la limite du coin de ses yeux
où perlent parfois les larmes quand le temps est tristement gris..
m’attarder sans en avoir l’air, le temps de lui murmurer deux ou trois mots doux dans le creux de son oreille... reprendre ma promenade, faire et refaire le chemin pour arriver à me nicher, là, contre son épaule....elle esquisse un sourire entendu...
oh ce sourire !
annonciateur d’ivresse ..
.. ma peau frissonne contre la sienne
.. ses yeux à leur tour m’engagent à poursuivre mon voyage...échange de nos deux regards...elle baisse ses paupières...je reprend là mon chemin...
et c’est sur ses seins
que se posent mes mains
je les effleure du bout des doigts
effeuille ces fleurs
aux boutons gorgés d’amour printanier
et son souffle jusque-là calme et régulier vient caresser mon épaule,
à nouveau je frissonne
et ma bouche qui se contentait de lui sourire, prend le relais de ma main
....l’odeur de mon ange,
de ma préférée commence à m’enivrer...
je ne peux que la goûter et la goûter encore .. sans assouvir ma faim
Et encore son regard qui s’arrête au plus profond du mien...m’engageant à aller plus outre...
mes lèvres parcourent ses hanches courbes et son ventre rond, je la sens se réveiller ..
quel plaisir de la voir émerger, de la sentir s’ouvrir a moi .. si douce, si chaude ..
...dans un demi sommeil feint elle s’offre à mes caresses...m’envoie tous ces mots
que nous
seules connaissons et que nous partageons lorsque nous faisons l’amour...
moi,tout à l’heure si hardie je fonds lorsque je les entends....

... et c’est d’un si doux, si long baiser qu’elle me ...
je suis sa fleur, elle mon jardinier .. je meurs ....
Lun 31 Jan 2005, 16:48 par Lavidanlo sur L'amour en vrac

Tgv

Fabrice somnolait, doucement bercé par l’ambiance feutré du TGV qui le ramenait de la capitale. Le vague colloque, auquel il avait du participer, fut ennuyeuse au possible. Cela ne lui convenait pas d’être obligé de sourire sur commande. Il n’avait jamais apprécié la foule et la promiscuité qu’elle engendre. Il avait hâte de rentrer et de retrouver Cécile et sa mère. Surtout sa chère maman. Il se sentait coupable de l’avoir laissée. Il était mal à l’aise loin d’elle. Cécile avait du mal à comprendre cet attachement.

Cela faisait de longues années qu’il était seul. Il avait bien eu une liaison, il y a une dizaine d’années. Mais elle l’avait finalement abandonné, lui conseillant de retourner chez sa mère.

Comme un soleil
Comme une éclaircie
Comme une fleur que l’on entre les orties
Elle doit venir, comme vient le beau temps
Elle doit venir, comme vient le printemps


La chanson de Fugain le percuta violemment, le prenant à dépourvu. Il ne comprit pas, sur le coup, pourquoi elle surgissait ainsi. Il croyait l’avoir bien enfoui au fond de lui. Florence disait que c’était leur chanson. Il y avait tellement cru.

Demandez moi tout ce que vous voulez
Et sans regret je vous le donne


Après toutes ces années, il avait perdu espoir de trouver une âme sœur. Désespéré, vivant sa quarantaine comme une croix.

Mais dites moi où je la trouverais
Celle qui comprendra
Celle qui me dira :
Où que tu aille, je vais avec toi,
Quelque soit le chemin, je te suis pas à pas
Mais s’il m’arrivait de tomber
C’est elle qui me relèverait


Cécile représentait cet espoir. Ils se connaissaient depuis des années. Petit à petit ses sentiments pour elle s’étaient développés. Il mis trois ans à devenir profondément amoureux.
Il avait fallu ce soir de retour de vacances. Il avait traversé la moitié du pays en voiture. Il était fatigué. Il voulait à tout pris la voir. Un homme était en train de surgir dans sa vie. Il l’avait déjà invitée au restaurant. Quand il s’en était inquiété, Cécile lui avait répondu en riant que ce n’était qu’un copain. Mais il n’avait pas confiance.
Il réussit à la voir, sa fatigue aidant, elle l’avait d’abord consolé gentiment, puis….

Demandez moi tout ce que vous voulez
De ne plus jamais voir personne.
De renoncer aux parfums de l’été.
Aux accords de guitares
Aux fumées de la gloire.


Mais l’avenir était sombre. Cécile refusait de rencontrer sa mère. Lui reprochant d’être trop casanier. Pourtant il menait une vie tout à fait normale. Ce n’est pas de sa faute, s’il a besoin d’une bonne nuit de sommeil, et d’une vie régulière. Il était prêt à faire des efforts, et il avait commencé. Il n’allait plus manger trois fois par semaine chez sa mère. Ce n’était pas facile, et de plus sa mère s’en inquiétait. Il ne pouvait pas lui parler de Cécile, car elle aurait aussitôt voulu la rencontrer.

Demandez moi de ne plus croire en rien
Pourvu que je la vois au bout de mon chemin.
Demandez moi tout ce que vous voulez
Mais dites moi où la trouver.


Il avait demandé à Cécile de lui accorder un peu de temps. Il avait du mal à changer ses habitudes. Mais elle l’aimait, il en était sur. Il ne fallait pas qu’il la brusque. Ne plus lui faire de remarque, qu’elle s’habillait trop court, que les hommes lui tournaient trop autour.

L’arrêt vigoureux du train le réveilla. Il se senti nauséeux, troublé. Sa relation avec Cécile n’en était quand même pas encore arrivé à ce point.

Le train reparti. Dans une demi-heure il sera arrivé. Il sorti son téléphone.

Il sauta du train le premier, plongea dans le passage souterrain, émergea et se précipita dans les bras de la femme qui avait répondu à son appel.
Lun 30 Août 2004, 22:34 par Zub sur La vie à deux

Je croyais...

Je croyais que la Vie
ne m’était plus possible
Je n’avais plus envie
De cerner mes possibles.
Me laisser contenter
Par des fuites en avant,
Et de ne plus chercher
A vivre dans l’instant !

Cette joie inconnue
Qui guide mes pas
Et me , ingénue
Bien avant le trépas.
Quelle est donc cette élue
Qui sonne le glas
de mes doutes incongrus
De tout ce fatras !
Des émotions perdues
de tous mes faux pas ?

Je sais maintenant
ici, et dans l’instant,
Qu’un futur meilleur
Où je serai amante,
Me prendra dans ses bras
Comme une petite enfante
Et me bercera
D’une lumière d’argent !

Tu m’as ouvert ainsi
Lentement sans soucis
A tout ce que je sais,
Je serais, je suis
Me chuchote tout bas
Au creux de l’oreille
Qu’il ne faut pas douter
de recevoir des merveilles !
Que la tendresse du monde
nous ac en son sein
Qu’elle est là sans effort
Que l’amour enfin
Nous amène au bord
de nos corps enlacés
Et qu’une fièvre alors
Nous prend si bien serrés !

Je revois en mirage,
Mais sans arrière pensée
Tous les lointains rivages
de nos rivières bleutées
Comme une âme sans peine
Par le bonheur bercée
Je viens vers Toi, mon roi
Mon doux, mon aimé !
Jeu 22 Avril 2004, 07:48 par Mout sur L'amour en vrac
Page 1 sur 1

Ecrire sur cueille

Ecrire sur cueille Je rêve, Cueille- moi des violettes, La fleur du bien, Des épines et des orties, Le facteur., Hop hop hop, De toi à moi..., baladeuses mes mains?, Toute entière..., L'amour en douce..., Ode au délice., Ma délicieusement sensuelle..., Et pi Fanny ..., Tgv, Je croyais...,
Il y a 15 textes utilisant le mot cueille. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
J'AI LU
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
CARNET DE RROSE
ALINA REYES
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred de MUSSET
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Les rides sont le tombeau de l'amour.

Proverbe espagnol.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 14 Juin 2024, 16:12
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 36 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 36 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite