Les hommes aussi veulent de la tendresse

Les hommes ont changé face au plaisir

Aujourd’hui , les hommes veulent toujours du sexe , mais que celui-ci soit accompagné d’amour et de tendresse
Le sexe seul , ça ne les séduit plus tant que ça. Les calins avant et après l’amour , s’endormir dans les bras de l’autre , ils apprécient de plus en plus
L’homme en couple souhaite , pour la grande majorité , que son couple dure , et pour cela , il veut s’en donner les moyens
Comprendre la femme qui partage sa vie , lui semble primordial
Sur le plan sexuel , les hommes ne sont pas toujours entièrement satisfaits , mais ils ne semblent pas être perturbés outre mesure quand ils sont vraiment amoureux
Et puisqu’ils aiment , ils acceptent que sexuellement , la relation ne soit pas aussi intense qu’ils le souhaiteraient
Beaucoup d’hommes aimeraient faire l’amour tous les jours. Mais , il y a les contraintes de la vie quotidienne qui font que cela n’est pas toujours possible. Et puis , et surtout , de plus en plus , les hommes respectent les désirs de leur compagne qui , dans la grande majorité , ne sont pas aussi demandeuses que leur conjoint
Pour les hommes , il s’agit certes d’une frustation , mais ils la considèrent minime par rapport au conflit qui pourrait mettre leur couple à mal

Depuis toujours , dans le couple , l’homme a été considéré comme celui qui devait désirer l’autre
Seulement , au fil des années , les choses ont évolué. Les hommes se rendent compte que le sexe sans l’amour et la tendresse , ça n’a pas la même saveur
Mais , dans le même temps , ils retrouvent en face d’eux , des femmes qui , de plus en plus souvent , ont adopté le comportement des hommes en matière de sexe. C’est un peu déstabilisant. Il faut trouver le moyen de s’accorder
Pour pouvoir évoluer plus encore , les hommes doivent cesser de penser que tout doit passer par eux , y compris le plaisir de leur partenaire , idée que de très nombreux hommes ont en commun
Les hommes commencent à s’interroger et à se parler entre eux. Ainsi , ils confient , avec beaucoup de pudeur toutefois , qu’ils aiment " embrasser " le sexe de leur femme , ce qui témoigne d’une véritable évolution dans leur comportement amoureux
Ils se disent aussi , de plus en plus nombreux adeptes des préliminaires , ce jeu amoureux qui permet de faire monter le désir , de prendre le temps de se regarder , de mieux se connaître. Ces tendres calins , sont un moment de plaisir partagé qui fait monter l’excitation , de part et d’autre , jusqu’à n’en plus pouvoir
Pour ce qui est de la pénétration , aujourd’hui les hommes ne " prennent " plus leur femme , ils se sentent " accueillis " . C’est alors la fusion et la plénitude ( paroles d’hommes ! )
Bien sûr , il existera toujours des machos purs et durs , pour lesquels , leur sexe est , et demeurera un " outil " de domination de la femme
Mais , ce qui ressort vraiment aujourd’hui , c’est que les hommes , de plus en plus , laissent émerger leur part de féminité , sans honte aucune , et c’est tant mieux. Il n’y a rien de plus émouvant et touchant qu’un homme qui pleure. Loin d’être ridicules , ces hommes-là , nous remuent , nous les femmes, au plus profond de nous-mêmes
On sent les hommes avides de tendresse et d’amour vrai , comme nous le sommes, nous les femmes , en grande majorité
Les hommes ont commencé à comprendre que pour être heureux dans son couple , il fallait savoir ouvrir son coeur. Bien ouvrir son coeur , évidemment , suppose de bien se servir de son sexe ( avec tendresse et respect ) . En amour , le coeur et le sexe sont étroitement liés
Sam 25 Fév 2012, 17:01 par Marhyna sur La vie à deux

Les hommes sont-ils vraiment perdus face aux femmes ?

Les hommes sont-ils , comme le prétendent les femmes , des êtres immatures,incapables de prendre une décision , de s’engager , ne pensant qu’au sexe , incapables de sentiments profonds ?
Sont-ils lâches , veules , menteurs , manipulateurs ?
Ce n’est pas mon avis , mais alors , pas du tout !
Les hommes autour de moi , et il y en a beaucoup , ( en majorité des trentenaires et des quadras ) ne sont pas du tout comme ça.Il faut arrêter les caricatures !
Les hommes qui ne savent pas aimer , ça existe , bien sûr , mais que dire des femmes ? Elles ont toutes les qualités , elles ?
Pour les côtoyer au quotidien , ces femmes de 30 , 40 ans , je peux vous dire que non
Je comprends parfaitement qu’un homme soit déstabilisé par leur comportement

Les hommes, ils aiment simplement.Leur force , c’est leur capacité à être clairs.
Les femmes se posent beaucoup trop de questions et c’est vraiment dommage : " Est-ce le bon ? Notre histoire a t-elle une chance de durer ? Ferait-il un bon père pour mes enfants ? Va t-il aimer mes amis ? Va t-il plaire à ma famille ? A t’il les mêmes goûts que moi ? " etc...
En adoptant cette attitude , au lieu de se laisser porter par le sentiment tout neuf qu’elles éprouvent , et de laisser faire le temps , les femmes passent à côté de l’essentiel et se retrouvent seules à 40 ans
Elles veulent toujours plus et ne savent pas faire la part des choses. Elles ne sont jamais satisfaites.
Les hommes eux , savent d’emblée si ça va ou si ça ne va pas
Les femmes sont à la recherche de l’homme parfait , mais il n’existe pas , et heureusement d’ailleurs. Que ce doit être triste et ennuyeux , un homme lisse comme de la soie où rien ne dépasse !
Face à la quête des femmes , les hommes se sentent imparfaits. Ils le sont , et c’est tant mieux !

Il serait grand temps que les femmes se remettent un peu en question. Face à l’assurance féminine , les hommes ont peur. Peur s’ils sont un peu entreprenants , d’être repoussés sans ménagement. Et les femmes entretiennent cette peur , inconsciemment ou non. Personne n’y gagne , au bout du compte
Les femmes ont cette habitude de beaucoup parler entre elles , des hommes , notamment. Elles se soutiennent dans leurs certitudes , ce que les hommes ne savent pas faire
Les femmes ont voulu changer les hommes. C’est une grosse erreur ! Elles se sont privées d’une chose essentielle qu’est la complémentarité. Elles n’ont pas encore compris qu’un homme et une femme , ce sont deux entités différentes qui ne fonctionnent pas à l’identique
Les hommes ont une autre façon d’aimer , et il faut l’accepter. Quand les femmes auront compris ça , les choses s’arrangeront probablement entre les deux sexes
Les hommes aiment avec passion , peur , tendresse , maladresse , mais profondeur et intensité aussi
Il serait bon que les femmes aient un autre regard sur les hommes , et qu’elles retrouvent un peu de romantisme , ce qu’elles ont completement perdu aujourd’hui

Ps : je suis une femme
Sam 25 Fév 2012, 16:56 par Marhyna sur La vie à deux

Même joueur joue encore...

Je dis que le temps passe et que les jours ne se ressemblent pas, les expériences elles, restent toujours les mêmes.
Je me dis que je ne reproduirais pas les mêmes erreurs, que cela servira de leçon pour ne plus m’y faire prendre. Malgré de bonnes résolutions prises en plein cours de l’année, il me semble tout de même qu’il est difficile d’échapper réellement à la malveillance de certains prédateurs.
Sans vouloir dénigrer la gente masculine, ni stigmatiser, le 21ème siècle a vu naître une toute autre forme de relations amoureuses. Peut on d’ailleurs parler d’Amour ? N’est ce pas plutôt une forme d’attachement passionnel menant deux personnes (souvent plusieurs), le temps d’un instant, vers un "nulle part" déconcertant de bétises et ne choquant plus personne.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit : le couple des temps modernes n’est plus le fruit d’un réel désir d’être ensemble mais un choix stratégique vécu comme un passe temps, pour combler l’ennui et ce, même avec une personne complètement inintéressante mais néanmois sympathique.
Nous sommes passés maître dans l’art de la manipulation sentimentale, faisant croire à l’autre et ce sans aucune conviction, qu’il est celui que l’on a attendu toute une vie, alors qu’il n’est que le "n" ième sur une liste digne de celle de Schindler.
Ce que j’entends par ces plaintes revendicatives et un brin féministe je vous l’accorde, c’est que nous vivons dans un monde où l’Amour n’a plus sa place.
Aimer n’est plus qu’un mot préhistorique, désuet de sens, que l’on balance à qui veut l’entendre au bout de quelques heures passées ensemble. L’autre, n’est jamais celui que l’on croit, il n’est même pas l’ombre de l’être aimé que l’on désire tant et derrière lequel on court veinement.
Tout le monde se mèle et se démèle, ne faisant plus qu’un, mais non un couple, plutôt un groupe d’ex et de futur.
Parlons maintenant de ce concept utopique nommé fidélité, qui lui non plus, n’est plus présent dans les relations dites amoureuses. Il n’est que poussière jetée aux yeux de l’autre afin de pouvoir mieux l’aveugler. Sombre tragédie que je vous conte aujourd’hui, cependant nul n’est dupe de cette triste réalité. A voir les couples qui vous entourent, se faire et se défaire, vous accorderez sans doute du crédit à ma théorie.
Notre société de consommation à fait de nous des êtres jetables, que l’on évince à la moindre contrariété. Nous sommes devenus des instruments inaccordables, à la mélodie éphémère pleine de fausses notes.
Sans pour autant renoncer à mes rêves de mariage et de maternité, j’envisage avec beaucoup moins de naïveté, une future relation de partage.
Mes déceptions de plus en plus grandes au fil du temps ne m’ont rendues ni aigrie ni frigide, bien au contraire, elles m’ont apportées une force et une perception bien plus lucide et objective du monde qui m’entoure.
J’ai pris conscience de cette dimension humaine si hypocrite, que certains hommes et femmes ont su créer sans aucun scrupule, instaurant des relations fondées sur le mensonge et la tromperie et faisant foi de loi inébranlable.
L’Amour est devenu virtuel et n’est que le paraître de ce que l’on devrait être.
J’écris ce texte sans aucune amertume et le coeur léger afin de tourner une page sur laquelle repose toute ma vie.
Mes malheurs amoureux passés font mon bonheur et m’ont permis de prendre soin de moi, pour mieux prendre soin des autres. S’aimer soi même n’est il pas un début à l’amour de l’autre ? L’autre reste pour l’instant sur le banc de touche, estropié par la tempête d’un coeur qui a cessé d’aimer.
Sam 08 Jan 2011, 23:24 par Atina sur L'amour en vrac

Petite histoire d'une poupée....

C’est l’histoire d’une poupée.....d’une poupée pas comme les autres....une petite poupée de chiffon.... pas d’une poupée genre " mannequin "....
elle avait un " vrai " coeur qui battait dans son petit corps....un coeur rempli d’amour et de tendresse....elle attendait là dans une boutique de jouets qu’on lui prête attention...le temps passa...rien n’y faisait...personne ne voulait s’appropier cette poupée...son coeur continua de battre longtemps...longtemps...mais un jour son coeur éclata..devenu trop gros de tout cet amour qui laissait indifférent....le sang se mit à dégouliner de l’étagère où elle s’était blottie....les jours passèrent et un matin comme les autres.... un individu pourtant habitué de cette boutique..... la remarqua....la trouva étrange...elle était si jolie... cette poupée...que faisait elle encore dans cette boutique.......qu’est ce que ce petit coeur tâché de sang...elle aurait sûrement fait le bonheur de quelqu’un...trop tard.....la petite poupée est morte....de n’avoir pu aimer...

rose
Mer 01 Sep 2010, 20:49 par Satine sur La déclaration d'amour

Clin d'oeil

Quand on est jeune on n’aime pas les interdits et on a envie de tout révolutionner... cela ne date pas .
Avec le temps et le recul et l’expérience... à toi de le découvrir.
Jeu 04 Mars 2010, 21:25 par coupdecoeur sur Mille choses

Ma jeunesse

Avant propos d’un de mes projets littéraires.

Enfance troublée par la peur d’un baiser
Ce fut des années sans personne à aimer.
L’amour illusoire me berna…
Mes prétendantes se firent connaître à mes yeux,
Mais toutes repartirent sans un mot de moi.
Même celles dont je rêvais,
Finirent sur l’autel du sacrifice de mes peurs.
Ma jeunesse bascula dans un tourbillon de doutes.
L’age multipliant les expériences,
Sinuant entre les lignes de chances,
Frôla régulièrement celles des regrets.
Des chemins ratés, aux embûches qui se dressèrent à moi,
Chaque jour se construisit avec le passé.

« Il faut savoir faire des erreurs pour être meilleur
J’ai fait tant d’erreurs… »

Face aux troubles de l‘adolescence,
La vie vint marquer en plus mon visage de cratères sans fin.
Les lignes juvéniles périrent sous les assauts des traitements médicaux
Déformant l’attrait de mon visage d’enfant.
Une longue chevelure vint entraver mon regard,
Et me cacher du monde et de moi-même.
Ma vie prit la tournure d’un homme qui se cache pour aimer.

« C’est dans la solitude que les mots les plus tendres prennent naissance »

Replié sur soi même, l’expression prit un autre sens,
Chaque moment était prétexte à l’écriture,
La douceur éclosant de mes mains,
L’attention séduisant la patience.
Tout à fleur de peau, une grande part de féminité s’installa
Bercé du cruel manque d’une moitié à soi.

Les années passèrent, la confusion des « non-sens » regarda naître l’ignorance face aux rêves, avant de succomber aux sombres promesses de l’enfer. Le métal lourd et noir fut la dernière pièce à l’édifice de mes influences. Il faut de tout pour faire un monde.
Le mien en était bien remplit à présent…

Bienvenue dans un monde où le romantisme prend un nouveau visage.
Poésie et Métaphores s’unissent aux cours d’histoires ,
Ré ouvrant le cercle des poètes disparus …
Témoignage de mes relations amoureuses,
Certains écrits sont restés,
D’autres sont romancés
Pour le plaisir des yeux et des mots.


Les histoires d’amour finissent toujours…
Comment !!! La vie nous le dira…
Dim 31 Jan 2010, 17:41 par fantasy-x sur Mille choses

Et oui, encore un noël

Voilà, en ces veilles de Noël on a toujours le coeur prêt à chavirer avec un trop plein d’émotions d’hier, et peut-être un peu aussi de demain.
Je pense à vous tous qui passez du temps pour laisser votre trace sur Les âmes tendres, aussi fugace soit-elle, je pense bien sûr à tous ceux qui ont contribué à leur richesse et spécificité, je pense, entre autres, à La Marquise de sade, à la Tulipe Noire ; bien entendu, je me dois de rendre hommage à PetitPrince avant tout et enfin, à Saint Exupéry sans qui je ne serais jamais venu traîner ma plume par ici...
Voilà, alors simplement, je souhaite à vous tous de passer de merveilleuses fêtes de fin d’année avec plein de joie pour le coeur.

Joyeux Noël à tous et à chacun(e) de vous en particulier.

Bien cordialement.

Dolce
Mar 22 Déc 2009, 16:33 par dolce vita sur L'amour en vrac

Marie

J’aime bien le passage discrêt de Marie et de ses petites citations pleines de sagesse ou de frivolité, de tristesse ou d’optimisme...
L’image de celle-ci est jolie ! Je crois que je regarderai autrement la poussière à partir et si possible... sans éternuer !

amuse
Mer 17 Déc 2008, 09:17 par dolce vita sur Citations

Parfait

Dans ma tete tout etait bien organise ...
Je m’imaginais tout un monde d’etres et de couleurs.
Les situations , les gens , les mots tout etait programme comme je le voulais , comme je l’esperais . La , j’etais un Dieu , je reinventais la vie comme il me convenait.
On peut dire que j’ai vecu des jours heureux dans ma tete . J’ai ri , pleure , aime , hai dans ma tete ....

Oui le monde parfait est joli , non le monde parfait ne doit pas etre selon certains criteres et normes que la condition humaine nous a influge comme aimer son proche , ne pas etre rancunier ou autres commandements proposes par les lois ou d’hier ...
Mon monde parfait a moi n’etait que d’etre capable de tout controler , mon imagination se creait une autre vie , un autre horizon .

Puis un jour le destin est venu me dire que je vivais dans ma tete , et c’est la que tout a bouscule , c’est a ce moment que j’ai realise que tout se passait dans mon cerveau!La realite etant trop cruelle , la nature humaine trop injuste ,mon seul refuge a ete un monde ideal , une famille ideale , un amour ideal qui me protege et qui me fortifie ...
J’attendais d’etre sauvee , alors j’ai ete plus ensevelie dans mes peines !
J’esperais etre comprise , je me suis retrouvee dans une tour de Babel ou chacun voyait les choses a sa facon .
Je voulais un peu d’amour , je n’ai recolte que de faux sentiments de sympathie

Oui on nait seul
Oui on vit seul
Oui on meurt seul
Mais on espere toujours avoir un monde ideal , un univers parfait ou tout se passe comme on le souhaite car c’est seulement la-bas qu’on n’a plus peur de rien ...
Lun 22 Sep 2008, 16:38 par Espoir sur Un monde parfait

Dans ma tete

Dans ma tete tout etait bien organise ...
Je m’imaginais tout un monde d’etres et de couleurs.
Les situations , les gens , les mots tout etait programme comme je le voulais , comme je l’esperais . La , j’etais un Dieu , je reinventais la vie comme il me convenait.
On peut dire que j’ai vecu des jours heureux dans ma tete . J’ai ri , pleure , aime , hai dans ma tete ....

Oui le monde parfait est joli , non le monde parfait ne doit pas etre selon certains criteres et normes que la condition humaine nous a influge comme aimer son proche , ne pas etre rancunier ou autres commandements proposes par les lois ou d’hier ...
Mon monde parfait a moi n’etait que d’etre capable de tout controler , mon imagination se creait une autre vie , un autre horizon .

Puis un jour le destin est venu me dire que je vivais dans ma tete , et c’est la que tout a bouscule , c’est a ce moment que j’ai realise que tout se passait dans mon cerveau!La realite etant trop cruelle , la nature humaine trop injuste ,mon seul refuge a etait un monde ideal , une famille ideale , un amour ideal qui me protege et qui me fortifie ...
J’attendais d’etre sauvee , alors j’ai ete plus ensevelie dans mes peines !
J’esperais etre comprise , je me suis retrouvee dans une tour de Babel ou chacun voyait les choses a sa facon .
Je voulais un peu d’amour , je n’ai recolte que de faux sentiments de sympathie

Oui on nait seul
Oui on vit seul
Oui on meurt seul
Mais on espere toujours avoir un monde ideal , un univers parfait ou tout se passe comme on le souhaite car c’est seulement la-bas qu’on n’a plus peur de rien ...
Lun 22 Sep 2008, 15:48 par Espoir sur Un monde parfait

Etre humain

Au jour , qu’est-ce qui vous fait fantasmer ?

- La paix dans le monde ? non ... je m’en doutais.
Être mondialement célèbre ?
Est-ce cela votre fantasme ?

Est-ce l’idée de gagner le prix nobel de la Paix peut être ?

Remporter un trophé aux MTV Howards ?

Est-ce que vous rêvez de mettre la main sur un beau gosse, doté d’une personnalité extraordinaire sous des airs de mauvais garçon, mais que vous deviniez intérieurement habité d’une noble passion , et qui aprés avoir fait l’amour évite de roupiller ?

Le fantasme doit réster du domaine de l’imaginaire, parce que dés l’instant même où vous optenez ce que vous voulez, vous vous en éloignez et vous n’en voulez plus.

Pour continuer d’exister, le désir à besoin de voir ses objets perpétuellement absents. Ce n’est pas telle chose que vous voulez, c’est le fantasme de cette chose. C’est donc en cela que le désir reste le moteur de nos rêves les plus délirants.

Nous ne sommes jamais aussi véritablement heureux qu’en imaginant un bonheur futur. Pourquoi disons nous que " la traque est plus excitante que la capture ?"

Méfiez-vous lorsque vous faites un voeux, parce qu’il risque de se réaliser, et vous serez condamnés à ne plus vouloir ce que vous avez obtenu.

La conclusion est que vivre pour satisfaire ses besoins n’apporte aucun bonheur.
Mais être pleinement humain en l’occurence, c’est s’efforcer de vivre par ses idées et ses idéaux. Et en aucun cas se mesurer l’oeuvre d’une vie par le nombre de victoires en termes de désirs comblés. Mais par ces petits moments de compassion, de générosité, de rationalité, voir même de sacrifices, parce qu’à l’heure des comptes, la seule vraie façon de mesurer toute la valeur d’une vie, de notre vie, est d’abord d’éstimer la valeur de la vie des autres ....
Ven 28 Juil 2006, 17:04 par joullia sur Un monde parfait

Mais "Pénélope", tu t'égares!

La femme moderne, elle est intenable,
la femme , elle ne se tient plus!
Elle a pourtant suivi les préceptes maternels,
voire grands-maternels : la preuve,
elle a "pris mari", elle a donné la vie.

Et un jour, un autre amour, différent
et puis une vie autrement,
pour elle, comme elle l’entend,
comme elle la veut, avec ses propres choix,
avec la liberté qu’elle n’a jamais appris à "se donner",
avec tout ce qui fait qu’un jour elle agit,
elle se permet d’être actrice de sa vie.

Et voilà qu’aujourd’hui, "Pénélope"
n’est plus celle qu’elle était :
elle ne sait plus broder.
Elle n’est plus languissante, soupirante
s’étiolant en compagnie de son ouvrage en points de croix.
Elle n’attend plus que surgisse...entre deux réunions,
ou à la faveur d’un moment "volé" à la douce quiétude du foyer...
le regard explosant de désir et la montre à la main,
cet autre amour: l’amour "repos du guerrier".

Alors voilà pourquoi, aujourd’hui,
il y a comme un vent de folie
qui souffle en tempête sur sa vie ;
un autre amour qui lui dit,
un autre amour qui la prend,
la bouleverse, lui met le cœur côté soleil,
un autre amour à vivre, terriblement.

Et depuis:
"Pénélope" est intenable, "Pénélope" ne se tient plus!
Ven 07 Avril 2006, 21:52 par Lou sur Histoires d'amour

Faites moi rêver

C’est ainsi que débuta réellement ma petite aventure. Les premiers jours, je parlais seul, palabrant sur mes sentiments envers l’atmosphère morose de notre société, tout en tentant de ponctuer mes monologues par quelques plaisanteries qui déridaient les visages (en fait je pense que mes propos étaient plus tournés vers l’ironie et le cynisme que vers le discours politique !) . J’étais heureux de voir que mes « interlocuteurs » étaient assez fidèles et que d’autres voyageurs même venaient faire le trajet dans notre wagon. Ils devaient certainement me considérer comme un phénomène, mais le principal était que chaque matin, j’avais le privilège de recevoir de nombreux sourires, accompagnés de ces « bonjour » qui manquaient tant. A la fin de la première semaine, quelques passagers se joignirent à moi dans la discussion, désireux de parler de leurs démêlés avec l’administration (l’un des sujets que j’avais abordé la veille, comparant une fois de plus les fonctionnaires avec les ordinateurs de demain ou d’hier d’ailleurs…).
Au fur et à mesure des matinées, les débats s’animaient peu à peu et on pouvait alors commencer à cerner quelques principaux traits de caractère.
Mais je constatais peu à peu que les gens commençaient à se lasser de tous ces propos qui ressemblaient de plus en plus aux disputes politiques des repas de famille. En toute franchise, je les comprenais vraiment. Il fallait changer de terrain. Un jour, j’entendis parler deux « nouvelles » dames, persuadées d’avoir affaire à un coup de pub de la part de la S.N.C.F. Les détrompant vivement, je répétais sans me lasser les raisons de mes discussions, en m’attachant cette fois-ci au manque de romance des transports en commun :
« N’avez-vous jamais remarqué, chaque matin, cette sorte de tristesse qui s’empare de nous dès qu’on pénètre dans le train ? C’est comme si chacun oubliait toutes ces belles paroles qu’ils ont prononcées un jour, sur la morosité générale, sur la lente agonie de la communication entre nous tous. Ceci est dû, et c’est mon intime conviction, à la décrépitude du romantisme. Parce que le romantisme, c’est être à l’écoute, continuellement. A l’écoute de tout son environnement, incluant les êtres humains au même titre que la nature. Et c’est justement de ça dont nous manquons actuellement. On n’ose plus s’ouvrir aux autres, craignant le ridicule ou trop fier pour accepter sa solitude. Ce qu’il faudrait en fait, c’est qu’on se ressaisisse, nous tous, ensemble, les habitants du train, que l’on regagne du terrain sur la grisaille qui nous entoure. Qui n’a jamais écrit quelques lignes, au hasard de ses pensées ? Qui n’a jamais tenu l’espoir ne serait-ce qu’un seul instant, d’être le héros d’une fabuleuse histoire, se laissant emporter dans un monde de fées ?
Ce monde auquel on rêve, ce monde dans lequel chacun est ce qu’il veut être, tous ces mondes que l’on crée, détruit puis recrée, on les porte en soi. On a tous notre côté romantique ! Vous, moi, on ne peut s’empêcher de rêver ! Et nous tous, ici, dans ce train, imaginez le nombre de mondes qu’on pourrait créer tous les jours ! ».
C’était venu comme ça, sans prévenir et ces chères dames en parurent enchantées. En cet instant, j’avais tout à fait oublié que le romantisme était sempiternellement lié à la mort et aux amours impossibles, mais c’était comme ça : le ‘romantisme’, tel qu’il est perçu de nos jours, prit donc le pas sur la politique, recevant plus de succès que celle-ci. Les habitants du train ne désiraient en fait qu’une chose, l’évasion par le rêve et le lyrisme.
Bientôt, les plus enhardis apportèrent des recueils de poèmes, les lisant aux autres passagers, avant de discuter sur leurs choix, leurs sentiments, leurs idées. Ceci me permit de comprendre que l’on apprend beaucoup plus d’une personne en lui parlant de poésie qu’en l’écoutant discourir sur tel ou tel sujet d’actualité. Même ceux qui ne parlaient pas montraient leurs sentiments : un petit sourire quand il faut, un regard pétillant, ou simplement plus brillant que d’habitude parfois ; tant de petites choses qui vous renseignent sur les pensées d’une personne. Ensemble, nous démolissions le mur que chaque personne, au fil des années, avait construit autour de son monde, désireuse de cacher ses rêves aux étrangers.
Un matin, dans la logique de ce que j’avais instauré, je me décidais à apporter mes propres poèmes. Ceux que j’avais accumulés, un à un, depuis quelques années déjà. Lorsque mon tour arriva, je ne savais toujours pas par lequel j’allais commencer. Et puis je me lançais :

« Sombre comme son âme, elle s’approchait de lui ;
Sans l’ombre d’un remord, il lui offrit sa vie.

Depuis ce jour lointain, où il s’était épris
De cette tendre personne, qu’il avait tant chérie,
Jamais il n’avait pu la chasser dans l’oubli.
Elle occupait ses rêves, son cœur et son esprit,
Le hantait tous ces jours, jusque tard dans ses nuits.

Quand sur lui se posaient ses doux yeux de velours,
De son coeur jaillissaient les plus purs sentiments.
Enfouis au fond de lui comme l’était son amour,
Ils lui donnaient la vie, le tiraient en avant
Dans ce monde que pourtant il avait tant haï.

Mais silencieusement, il souffrait de la voir,
Ne pouvant la toucher, n’osant la décevoir,
Conservant ses caresses, ses baisers les plus doux,
Espérant bien qu’un jour, il lui avouerait tout.

Mais ce jour ne vint pas et la folie le prit,
L’amour se transformant en une lente agonie.
Et son dernier baiser fut pour cet ange noir :
Il lui donna sa vie, son cœur et ses espoirs. »

Je lus encore deux autres poèmes, puis me tins silencieux quelques instants. J’étais dans une sorte d’état second. Je ne sais pas comment vous transcrire le trouble dans lequel je demeurais mais si j’avais pu me regarder alors, je pense que j’aurais vu le petit garçon que j’avais été et que j’étais à nouveau. C’était comme si j’étais perdu dans la foule et que je n’osais pas demander aux gens s’ils avaient vu mes parents. Durant ces deux ou trois secondes, qui me parurent durer le temps d’une enfance, j’aurais aussi bien pu fondre en larmes ou rire à en mouiller mes chaussures tellement mes sentiments échappaient à tout contrôle. Mais au lieu de cela (et fort heureusement d’ailleurs) je remarquais le silence interrogateur des passagers. Après quelques instants, une jeune femme m’en fit comprendre la raison :
« No, dis moi si j’ai rêvé mais les trois poèmes que tu viens de nous lire se terminent par la mort ?
- Ben non, t’as pas rêvé. C’est plutôt glauque non ?
- Un peu qu’c’est glauque ! ».
Là, c’était Eric qui avait pris la parole.
« Mais c’est bizarre, t’as pas l’air d’un mec triste pourtant. Tous les jours t’es là, à nous raconter des trucs pour nous faire marrer et aujourd’hui tu nous sors que t’es un mec glauque ? Là j’te suis plus. »
Je restais un moment sans voix, n’ayant pas prévu l’effet que feraient ces poèmes. Après tout, les poèmes que j’avais entendus jusque là n’étaient pas toujours d’une gaîté à vous faire sauter la vessie ! J’avais même eu l’extrême privilège d’écouter une ode funèbre à deux poissons rouges (bon je vous l’accorde, l’exemple est mal choisi, redevenons sérieux...). Pour mes amis du train, j’étais en fait devenu un vrai clown et un clown ne doit jamais dévoiler ses conflits internes à son public. Un clown doit combattre ses pleurs par les rires de son public et faire couler ses larmes par leurs yeux pleins de joie.
Mais moi je n’étais qu’une sorte de clown par intérimaire et j’avais besoin de redevenir un passager parmi les autres, lisant ses poèmes pour crever tous mes maux, comme eux le faisaient ! Ils semblaient ne pas comprendre la situation :
« Attends Eric. Il y a trois semaines maintenant que je me suis levé pour vous parler. Au début c’est vrai, je devais faire un peu le clown, même carrément d’ailleurs. Il fallait commencer par ça, sinon, vous n’auriez jamais osé prendre la parole. Mais maintenant regarde autour de toi, tout le monde se parle, tout le monde se dit bonjour le matin. Moi, je suis redevenu comme vous, je ne veux plus être le meneur de la conversation. On la fait tous ensemble maintenant. Et sinon, pour ce qui est de mes poèmes, ben, ... l’avantage avec un clown, c’est qu’il peut toujours cacher sa tristesse derrière son maquillage. Et finalement je ne dois pas échapper à la règle.
- Et nous, on te racontait tous nos petits malheurs, ... Alors que les tiens te font penser à... Enfin, ils sont tristes, quoi !
- Mais qu’est ce qui te fait penser à la mort comme ça ?
Les rôles commençaient à s’inverser, comme je leur avais dit, mais beaucoup plus que je ne le pensais alors. Pour les faire parler, je les avais poussés à dévoiler quelques uns de leurs petits malheurs, comme disait Sylvie. Ce n’était donc que justice s’ils m’interrogeaient sur les miens.
« Si je vous dis seulement que je suis amoureux, ce sera un peu trop banal pour expliquer la mort. Alors comme il ne reste pas beaucoup de temps avant l’arrivée à la fac, je ne vous dis rien aujourd’hui, mais je vous promets que demain vous aurez droit à une jolie petite histoire... »
Ven 02 Déc 2005, 15:46 par l'homme de sable sur Un monde parfait

Relevez-vous...

Le vide, le néant, que faut-il pour vous faire entendre réellement...
Le si lourd silence de maintenant...
Pourtant, ces petits cris de joie étouffés,
Tous vos rires d’avant, ensemble, démesurés...
Tout ceci paraît tellement anormal,
Votre Amour d’hier, sur son piedestal,
Et votre amertume , comme c’est paradoxal... !
Si proches et si loin... c’était fatal....
Mais regardez-vous dans vos crises d’insuffisance....?!!
Qui êtes-vous pour devoir supporter autant de souffrance ?
Relevez-vous, vous êtes tombés si bas,
Redressez-vous, regardez ici, ou là....
Bougez, n’ayez de cesse de respirer...
L’Autre n’a pas compris, pas intensément aimé ?
Soit ! Libre arbitre, il aura décidé calmement,
De vous mettre à nu, de vous dépecer vivant....
Et là, que faîtes vous...?
Vous êtes à genoux....
Vous lui donnez l’opportunité :
Le dernier coup, il va vous assèner....
Pour tout ce que vous avez souffert,
Pour toutes ces choses que vous avez voulu taire....
Seriez-vous prêt à payer cette dette trop chère ?
Laisseriez-le vous battre alors que vous êtes à terre ????
Il faut vous faire violence,
Et du sort, en reprendre la chance....
Soyez votre propre Chaman...
Adoptez votre douleur,
Posez-la sur votre coeur...
Calfeutrez, protégez, mais en douceur,
Laissez le temps au temps,
Il n’y a rien qui dure toujours, faites le serment...
Vous sentirez à un autre moment, une autre heure,
Il vous faut vivre, vous devez continuer.
Grâce à cela, Vous sortirez puissamment grandi, armé
Et prêt à gravir, découvrir et partager d’autres sentiers....
Lun 01 Août 2005, 23:31 par à mon étoile sur L'amour en vrac

Sécher ses larmes...

Jacques Prévert a écrit:
Même si le bonheur t’oublie, ne l’oublie jamais tout à fait...


Ne pleurez pas Douce Marquise... Souvenez vous que le Bonheur, c’est tout ce qui arrive entre deux emmerdes.

Et ainsi...

Virgile a écrit:
Forsan et haec olim miminisse juvabit...Peut-être un jour ces souvenirs auront pour vous des charmes


( Faut il donc avoir vécu hier pour trouvé les mots ... )
Mar 13 Avril 2004, 12:58 par Rose sur Citations
Page 1 sur 1

Ecrire sur d’aujourd’hui

Ecrire sur d’aujourd’hui Les hommes aussi veulent de la tendresse, Les hommes sont-ils vraiment perdus face aux femmes ?, Même joueur joue encore..., Petite histoire d'une poupée...., Clin d'oeil, Ma jeunesse, Et oui, encore un noël, Marie, Parfait, Dans ma tete, Etre humain, Mais "Pénélope", tu t'égares!, Faites moi rêver, Relevez-vous..., Sécher ses larmes...,
Il y a 15 textes utilisant le mot d’aujourd’hui. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Les caresses sont aussi nécessaires à la vie des sentiments que les feuilles le sont aux arbres. Sans elles, l'amour meurt par la racine.

Nathaniel Hawthorne.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 18 Mai 2024, 23:13
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 36 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 36 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite