Effets spéciaux

Dès que l’aurore pointe,
Nadia et Horacio
Se lancent de jolies pointes,
Epigrammes et bons mots.

Les petites vacheries
Sont leur manie, leur coutume.
Au p’tit-déj’, ils se charrient,
S’entartent et s’enclument.

Ils n’ont qu’à contempler
Leurs T-shirts de cartoon
Pour aussitôt s’appeler
Cunégonde et Bille de Clown.

Sur celui de Nadia,
Vil Coyote a l’air idiot.
Charlie Brown est béat
Sur celui d’Horacio.

Déclic, suite humoristique.
C’est l’effet T-shirt BD
Qui provoque, automatique,
Leurs délires débridés.

Ils se mettent au travail,
Horacio veille aux baignades,
Et Nadia ravitaille
Le bar en citronnades.

A la fin du service,
L’esprit dans les nuages,
Ils se promènent, complices,
Main dans la main, sur la plage.

Nadia, les épaules nues,
Fredonne une mélodie,
Osant des mots saugrenus,
Mots frondeurs de parodie.

Tifao les rejoint là.
C’est le guide pour touristes,
Frère de lait de Nadia.
Leur trio, c’est pas triste.

Horacio et son beau-frère,
En deux ou trois minutes,
Se mettent le torse à l’air
Et commencent une lutte.

Déclic pugilistique.
C’est l’effet torse nu
Qui déclenche, magique,
La bataille attendue.

Nadia regarde, amusée,
Ce beau combat du soir.
Ses épaules dénudées
Remuent, rythmant la bagarre.

Mais la belle a aussi
Des choses à exprimer.
Elle plonge, et voici
Qu’ils sont trois à cogner.

La nuit, sur leur lit mutin,
Dans le plus simple appareil,
A une heure du matin,
Nadia et Horacio veillent.

Sans chemise et sans futal,
Sans short et sans bustier,
Longs soupirs de cristal,
Grincements de sommier.

Déclic, suite érotique.
C’est l’effet nudité
Qui allume, féerique,
L’ardente vivacité.

Rire, se battre, s’aimer,
C’est la vie des deux loustics.
Sont pas près de se calmer
Dans leurs effets artistiques.
Sam 12 Mai 2007, 22:10 par Nadia et Horacio sur La vie à deux

Du forum

Le forum reprend ces temps-ci des allures ... de forum. Quelques textes sont lors plus de l’ordre de la conversation que de la création littéraire.

Je ne suis pas contre, bien au contraire, mais je préconise que le jeu de l’écriture soit présent dans vos lignes et que toute réponse ou question, reste travaillée et agréable dans sa forme.

Pensez à ceux qui vous lisent.
Dim 04 Mars 2007, 13:59 par PetitPrince sur Edito

Rendez-vous

Jeanne enfila son manteau, prit les clefs sur la console et virevolta sur le palier. L’amour lui donnait des ailes.
Elle traversa le jardin innondé, enjambant les flaques d’eau qui creusaient l’allée. Près de l’appentis les roses hachées par la pluie pendaient lamentablement. Elle en fut attristée.
Jeanne ouvrit le portail et se retrouva sur le trottoir.
Montmartre était à ses pieds. Le spectre d’un arc-en-ciel offrait ses couleurs dans une arcade parfaite qui semblait naître de la terre.
Jeanne dévala les escaliers de la butte en se disant que c’était un bonheur de posséder un jardin dans la ville.
A dix neuf heures, elle traversait le Boulevard St Germain.
Depuis plusieurs mois, Louis lui donnait rendez-vous à l’hôtel St Charles, rue de la Huchette.
Ils s’étaient rencontrés en Normandie. Dès le premier regard, ils étaient tombés amoureux.
Elle arrivait toujours la première à l’hôtel, prenait la clef à la réception agacée par le sourire narquois de l’employé.
Elle attendait l’ascenceur, toujours avec la même impatience et trouvait çà interminable.
A peine entrée dans la chambre, elle faisait glisser sa robe sur le parquet et s’engouffrait dans la salle de bain.
Après sa douche, elle aimait sentir ses cheveux humides lui caresser les reins.
Le corps enveloppé d’un voile de talc parfumé, elle s’allongeait, espérant que son amant s’engloutirait dans cette subtilité évanescente répandue dans l’air.
Blanche et nue, elle attendait, abandonnant son corps à l’étreinte, la jambe gauche allongée et la droite repliée, dévoilant le sillon de son sexe humide.
Lorsque Louis entra dans la chambre, elle s’était assoupie.
Grand, mince, les cheveux bruns et les yeux noirs, il ressemblait à un prince arabe.
Il s’approcha pour chuchoter à son oreille des mots qu’elle ne comprenait pas, mais elle lui offrit son corps sans pudeur.
Louis caressa le sexe ouvert, prit entre ses doigts le petit bouton charnu, elle laissa son plaisir l’envahir.
Louis la satisfaisait toujours dans son étreinte et voulait s’endormir en elle, aprés avoir vu dans le miroir leurs corps parcourus d’ondes frémissantes.
Ils ne faisaient plus qu’un seul être, une seule âme, avant de sombrer dans cette petite mort qu’ils voulaient éternelle.
Lun 12 Fév 2007, 19:31 par lavinadiere sur Histoires d'amour

Suite

C’était un très beau coq, Roi de la basse-cour
Mais seules des poules passives se laissaient faire la cour
Ensuite il ergotait sur ces rapports fugaces
Et chantait à tue-tête qu’il était efficace…

Il était un lapin : l’amour dés le matin
Innocent Don Juan, après, c’était la fin !
Finalement tout seul, en risque de famine
Oubliant de manger, obsédé de lapine…

Un ours solitaire, qui vit en vieux garçon
S’il approche une femelle, il la traite sans façon
Dés qu’ayant copulé et sa Belle repartie
Il reprend son chemin, sans problème : c’est sa vie…

C’était un faux-bourdon, la ruche le nourrissait
Lui était en attente de pouvoir convoler
Après le vol nuptial, et une fois fécondée
La Reine partie, il mourait : c’était sa destinée…
..........
Jeu 08 Fév 2007, 16:07 par jan goure sur Histoires d'amour

Un 'mâle'...des maux !

Comme il était têtard, à fond il flagellait
Mais il n’était pas seul, un sprint désespéré
S’il n’était pas premier, il en perdait la vie
Il n’avait guère de chance à cette loterie…

C’était un ver luisant amoureux d’une étoile
Il observait le ciel et son immense toile
Toujours il l’admirait, elle était si brillante
Mais c’était sans espoir, si loin, si haut : fuyante…

C’était un papillon, il aimait lutiner
Une fleur épanouie, il voulait butiner
En elle s’insinuer ! mais il était volage
Dés après s’envolait, laissant là l’enfant sage…

C’était un bel oiseau, mais ne pouvait voler
Il savait faire la roue pour se faire admirer
Celle qui succomberait à son si beau plumage
C’est bien furtivement qu’il lui rendrait hommage…

....................
Jeu 08 Fév 2007, 16:05 par jan goure sur Histoires d'amour

J'étais un bel arbre...

J’étais un très bel arbre, tout de vert revêtu
Avec de belles branches, vous m’avez abattu
Depuis dans ton foyer, je suis indispensable
Je vis dans ta maison grâce à moi confortable

Quelques bûches dans l’âtre te donnent la chaleur
Je me consume pour toi, tu reprends des couleurs
Je suis dans tous tes meubles : lit, armoires, tables, chaises
Rouleaux, cuillers de bois mettent ta femme à l’aise

Le manche de ta faucille, celui de ton marteau
Le patin du traîneau la porte de l’enclos
Quand tu joues du violon tu tires des harmonies
Grâce à moi et du bois encore pour ta flûte…

J’ai été ton berceau, je serai ton cercueil
A la vie à la mort, tu m’as vu dés le seuil
Pourtant tu as ‘pissé’ sur moi toute ta vie
Et torturé mon tronc avec des mots impies… furax
Jan : rolleyes
Jeu 08 Fév 2007, 16:02 par jan goure sur Mille choses

Une vie

Quelques mots échangés et l’histoire a commencé. Belle. Enfin un début. Pourtant dehors il pleuvait, pourtant dehors personne ne traînait. Quelques mots chiffonnées à la hâte ont suffit pour que de grandes phrases toutes belles s’écrivent jusqu’à tard dans la nuit. Et puis, on se raconte. Les vies. Nos vies. Des éclats de rire, des larmes tout vient. Quelques mots qui font une histoire. Des rêves pleins la tête, ont s’imagine. On se confie. Planqué derrière notre ordinateur, fil de survie, ont existent. On se raconte. Encore. On se trouve des points communs, on a peur du lendemain. On s’invente des excuses à notre vie. On se fait beaux dans nos discours. Quelques mots échangés et nous voilà engagés. Plus de saisons, ont s’en fou. On est en automne, on n’avait pas vu, pas le temps. On veut tout le temps pour nous. On oublie tout ce qu’il y a autour. Juste nous. On a peur. De nos émotions. On a peur, mais on échange encore trois mots. On s’imagine. On se dévoile. On attend avec impatience le message de l’autre. Il répond, je souris. Elle répond peut-être sourit-il. Deux enfants perdus dans le monde étrange des sentiments. Les confidences sont échangées. Les chagrins sont oubliés. On s’invente un monde à nous. On oublie tout. Plus de place pour rien. De toute façon, on n’avait rien. On se touche par des mots. On s’affole de nos émotions. On s’en fous. On est bien. Que du rêve dans notre vie. Mais on rit seul. On mange seul. On dort seul. Chacun de son côté. Les mots de l’autre nous harponnent dés le petit jour. On s’y retrouve. Les mots de l’autre nous séduisent. Entre nous un câble, rien de romantique. Entre nous un écran rien de dramatique. Des paroles qui nous laissent pas indifférents. Coquin-coquine on se révèle. Taquin-taquine on se livre. On échange des phrases séduisantes à rêver. On oublie la réalité. On s’enferme dans notre nouveau monde. Quelques mots de douceur, quelques sucreries, ont les prends avide de tendresse. Plus que nous. Rien que nous. On se fou du temps qui s’écoule on se raconte. Plus le temps pour rien. On transpire à se découvrir. Promesse d’un coup de fil. Bientôt quand on aura grandi. Belle histoire qui fait du bien, belle histoire qui dit que tout va bien. Belle histoire qui dit que j’existe. On oublie que le blanc et le noir existent. Nous, on a la couleur. Et les parfums. Sans véritable odeur. On reste figeait sur l’écran prêt à s’épanouir. La phrase tant attendue arrive, attise nos sens endormis. Pas de visage. Juste quelques détails pour percevoir une forme flou. Pas de promesse. Juste un amusement qui déroute par moment. Garder le mystère pour s’inventer. Les mots s’allongent les uns à côtés des autres. Pas de fausse pudeur entre nous, tout nous sépare. On se baigne dans des phrases pleins de vie. Les mots charnels nous font croire que derrière notre écran une vie peut jaillir.

fille du peuple.
Mar 02 Jan 2007, 15:22 par Fille du peuple sur Histoires d'amour

Aimer

De nombreuses journées se sont succédées
Sans que je puisse ôter ton image de mes pensées.
J’ai si souvent désiré lire dans ron coeur
Le roman de ta vie
Savoir si j’y ai une place.
De mon île de pensées,
Peut-être de ces quelques mots
J’arriverais à t’atteindre.
Ne serais-ce que t’effleurer
Suffit à apaiser mes les battements e mon coeur
Mais ils reprennent aussitôt
que ton corps s’échappe de mon espace
Je ne te demande pas de m’aimer
Mais juste d’accepter mon amour
En plus de l’amitié qui nous lie.

aime Une babydoll coeur
Ven 10 Nov 2006, 01:07 par unebabydoll sur Parler d'amour

Le Roi De Mes Nuits sans étoiles... ac couette mer / nuit

Je T’ Aime
Et je le dis.

Je ne te regarde pas quand Tu es en Danger

Je me réchauffe de Ton regard quand Tu es derrière Moi
Danton Quartier.

Tu ne m’ as pas saisie, Dixit, Pascal...

Je t’ ai Aimé au vol, au plus profond de la p’tite Femme qui fondait dés, regards croisés et voix partagées...

Notre petit fou rire à mesurer si l’ armoire en Meurisier allait tenir dans la Chambre...

Franck choppe, à la mesure, de par sa jolie semelle, le B à Ba de mon mètre de Gouvernante pour le coller à terre, et me dit :

" Je ne comprends pas vos mesures, Mademoiselle... "

Baisers.

Fannie.
Dim 22 Oct 2006, 17:38 par Chogokinette sur La séduction

Je suis éreintée

Mon homme, s’ il vous plaît n’ a pas vu Mama, ni famille depuis plus d’ un mois.

Je me bats jour comme nuit pour le rejoindre, et le conforter.

S ’il vous plaît, respectez moi car il est mon tout autre et que lorsqu’ il souffre, je le met en danger si je ne suis pas près de lui.

Il le sait, et Paris TOUT ENTIER AUSSI :

Si on touche à ne serait - ce qu ’à un des Poils de mon Gé quand il est à Tokyo, je fais gagner Barri en Adriatique, mon Texte Foot Ballistique de la coupe du Monde.

Si La Corée m’ emmerde ( celle du nord ) et shinte le contact , je me fâche plus encore.

Dés qu’ il est en danger, je le sais, et me bats corps et âmes pour, car je sais protéger, sur le plan Mondial.

Sorry Microsoft , et Adobe enfin à moi, de s’ être pris des engueulades quand je voyais que mon homme ne reçevai à temps.

CHOGOKINETTE.COM

SITE EN CHANTIER

BUT :

FAIRE BOSSER LES ARTISTES, PUISQUE SARKO VEUT PAS.
Sam 14 Oct 2006, 21:27 par Chogokinette sur Parler d'amour

Rappel à Karim.

L’insoutenable


Le savoir incapable de me croire le pardonner
De par ce qu’il est vraiment, et que je savais.
Parce que je l’ai su dés le début,
Et ne l’en ai pas moins aimé pour autant…

J’aimerai qu’il apprenne de ma plume que nombre d’ entre nous ne sont pas
aveuglés par l’amour au point de taire des instincts qui sont encrés en nous
depuis la nuit des temps, comme la crainte non vaine.

Se plier au jeu de la séduction tout en gardant un œil discrètement ouvert est la force de l’adulte plus que de l’être humain, là est l’un des prismes de tout être intelligent et complet.

Je te regarde droit dans les yeux, maintenant :

La fractale, je connais et suis capable de la faire mienne en quelques
semaines … mais, pas envie, …, je préfère l’Amour.

L’écriture, je m’y plonge sans envoyer des textes écrits par d’autres tout
en faisant croire qu’ils sont miens pour me faire aimer au regard
respectueux et alerte de lecteurs potentiels. De toutes façons, je n’aimerai
piller le trésor artistique que tout autre recèle et que je n’ai pas en moi,
c’est une offense à l’Art lui-même, et saches qu’il est histoire de notre
vie à tous depuis des millénaires !

Le reste, on le connaît tous deux …

Ah là là, repose toi un peu dedans ton tête, et fais vibrer ton cœur, en
toute humilité.

Fin de l’histoire : il n’y a rien à pardonner. Seulement l’aimer tel qu’il
est, et ce n’ est plus le cas.

Et, pour information, Le site mondial protecteur des textes de soufisme est déjà au courant depuis deux ans déjà, Ducon.
Dim 08 Oct 2006, 02:39 par Chogokinette sur Un monde parfait

Cadeau entre Nous

Lorsqu’il passait enfin ce cap, les chevaux ruaient, après avoir longtemps piaffé.

Il n’est rien de plus beau que la porte que l’on latte, à peine entrouverte, pour dire, sagement, «  J’arrive ».

Il a donné son premier coup de latte ce jour là, au passage.

Sur sa chaise haute, sa position assise, il a testé le poing, et il frappe sur la table, le fait très bien.

On lui a offert des couleurs, des senteurs quand ses narines et ses yeux étaient grands ouverts,

Il en a fait un Madras de beauté intègre, et l’a conservé.

Ses oreilles, je n’ose en parler, tellement il a su, le début, grande fierté et respect.

Mais passent les couleurs, au travers des rires, des joies, des émerveillements, de la richesse d’ une vie à peine entamée, et là, Je dis : « Famille » ! Car elle ne l’a pas quitté.

Quelques fois, je lui souffle d’écouter sa migraine, de se ressourcer auprès des siens, et de m’Aimer.

À un an moins quelques heures, le 11 Juin 2006, en jolies parallèles, il m’a aimée de côté et de face. J’ai maintenant trente cinq ans,

Il est mon Bébé, mon Père, nettement en avance parce protégé et aimé du haut de ses trente quatre.

Qu’on me dise que mon Homme est direct, méchant, incisif, précis et je sourirai parce qu’il est resté Lui.

Qu’on me dise qu’il est beau, et j’en suis déjà Fière, car sans pudeur aucune, je montre son visage à travers les photos qu’il a prise de Soi s’ aime.

Qu’on me dise qu’il est en danger et je serai déjà en route car je l’ aurai senti.

Qu’on me dise qu’il m’a quittée, et je n’écouterai pas, car il me l’aura dit lui même, au moment où Il saura que c’est inéluctable.

À Gérald De La part de Sa Fannie.

rose rose rose rose rose rose rose rose rose rose rose
Lun 02 Oct 2006, 11:11 par Chogokinette sur Parler d'amour

Un amour transcendant

Le soir où je t’ai entendu,
Je n’aurais jamais cru,
Que mon cœur ulcéré
Pouvait encore aimer.

Une expérience passée,
M’avait transfigurée
Aussi muette qu’un mime,
Le cœur dans un abîme.

Dès les premiers instants,
J’ai senti dans mon être,
Qu’un amour transcendant,
Etait en train de naître.

Mon visage fermé,
S’est alors éclairé,
Mon cœur encore givré,
Enfin se réchauffait,

Et je sentis alors,
Tout mon corps s’embraser,
Moi qui me croyais morte,
La vie recommençait,

Et ce fût le début
D’une très belle histoire,
Comme on n’en voyait plus
Qu’au cinéma le soir.

Mais c’était sans compter,
Sur cette destinée,
Qui ne peut s’empêcher,
De tout faire basculer.

Alors mon bien aimé,
D’un coup s’est envolé,
La boucle était bouclée,
A nouveau je pleurais.
Dim 01 Oct 2006, 21:10 par joullia sur Histoires d'amour

Viens cueillir ma perle de passion

Plaire à ton cœur, flatte mes sens,
Sans nul effort doucement j’instruis,
La saveur jamais inassouvie,
Et je comble ce retour d’encens.

Que tes sens parfument ma vie,
Souffle l’aube sur mon regard
En un éveil soumis sans fards,
Aurore de mon corps qui envie.

De ta beauté, de ton amour,
Toi ! Mon prince de suavité,
Frémissant au corps écartelé,
Mon Apolon, je te parcours.

Viens cueillir ma perle de passion,
Toi ! Mon amant à la peau dorée,
Susurre-moi des aveux parfumés,
Offre-moi ton feulement de lion.

J’aspire tout entier à ce rugissement,
Aujourd’hui, demain, n’est-il encore,
Ce cri d’amour offert l’aurore,
Renaître à l’orée de ton désir ?

Mourir d’amour sous ton rugissement,
L’aurore de l’ultime cri enfin délivré,
Domine mon abandon, royal aimé,
Ma jouissance est ton couronnement.

aime
Sam 16 Sep 2006, 01:00 par joullia sur Les liaisons sulfureuses

Juste un instant dans tes bras

Je te regarde et te devine,
Tous les jours, en silence,
Et j’attends toujours ton amour,
Mais mes espoirs sont vains ce soir.
Il faut laisser faire le dure destin,
Pourtant je rêve de tes mains si douce,
C’est de toi que j’ai faim,
Je te mangerais comme une délicieuse mignardise,
Aux douce saveur aguichante et subtile de ta peau.

J’ai peur,
J’ai brisé l’amitié,
En te faisant entendre la vérité,
A present j’ai plus rien,
Autant toujours espérer…

Alors ouvre les yeux,
Fais de ton mieux,
Contente-toi d’être amoureux…
Je peux oublier toutes les lois,
Braver tout les interdits,
Suis la bonne voie,
Elle mène vers moi,
Je n’aime que toi,
Viens jusqu’a moi…

Ce que j’attends de toi,
Juste un instant dans tes bras,
Un geste courtois juste comme ça,
Sois mon démon de feu,
Sur un nuage doux et vaporeux,
Deviens mon ange,
Dès les premières occasions,
Je serai sage dans l’ombre,
Je crois savoir,
Que je n’ai que toi à croire,
Alors fais moi encore rêver,
Et dis moi que tu t’es amouraché,
Pour l’éternité,
Es-tu décidé à m’aimer ?
Je ne veux pas abandonner,
Même si l’espoire est mince,
Et que ton coeur regarde un autre coeur,
Mon coeur est deja rejouis de te voir heureux.
Dim 03 Sep 2006, 15:15 par joullia sur Histoires d'amour
Page 5 sur 10 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante

Ecrire sur dès

Ecrire sur dès Effets spéciaux, Du forum, Rendez-vous, Suite, Un 'mâle'...des maux !, J'étais un bel arbre..., Une vie, Aimer, Le Roi De Mes Nuits sans étoiles... ac couette mer / nuit, Je suis éreintée, Rappel à Karim., Cadeau entre Nous, Un amour transcendant, Viens cueillir ma perle de passion, Juste un instant dans tes bras,
Il y a 147 textes utilisant le mot dès. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour se peut appeler une sauce, propre à donner goût à toute viande.

Bénigne Poissenot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 20 Juin 2024, 18:49
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 34 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 34 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite