Un amour infini

Bonjour petite fée,
Je t’amène ce présent.
Et puisse-t-il te prouver,
Ces choses que je ressens.

Ta lumière est un graal,
Un trésor bien secret.
Tu ne sais faire le mal,
Ton amour est parfait.

Tu peux voir le passé,
Accepter tes faiblesses.
Laissons ces jours hantés,
Oublions ces bassesses.

Car cher ange,
Tu commence à briller.
Tu te plonge dans un Gange,
En ressors purifiée.

Je suis fier car hier,
Tu as jeté mes peines.
Je te sens grande et fière,
Je te sais enfin saine.

Peut être doute-tu aussi ,
D’être celle que je louange.
Je le répète ici:
Tu as tout d’un bel ange !

C’est chose faite,
Oublions nos bêtises.
Acceptons nos défaites,
Ressens tu cette brise?

Un vent nouveau nous porte,
On voudrait l’enlacer.
Écoute le, il exorte,
Il est la Vérité .

Au fond de moi je sais,
Que tu as le pouvoir.
Et je te vois tout prêts,
D’accepter un espoir.

Je veux te voir radieuse,
Il suffit de cette peine !
Enfin te voir heureuse,
Et délaisser la haine.

En cet instant je t’aime !
Et glorifie les cieux,
D’avoir voulu qu’on sème,
Quelques graines pour le mieux.

En cet élan je t’aime !
Car tu es magnifique...
Je te vois qui parsème,
Un amour authentique.

À cette heure je t’adore !
Mon coeur pleure de t’avoir !
Tu es un être en or,
Telle une œuvre d’ivoire.

Je te serre contre moi,
Pour t’offrir cette chaleur.
Je te prends dans mes bras,
Et t’enlace pour des heures.

Mon amie tu le sais,
Je suis là sans réserve.
Et quel que soit ton souhait,
Je veux que je le serve.

Mon cœur est plein d’envies,
Mais surtout celle de voir,
Ton retour à la vie,
Et la paix dans tes soirs.

Pour moi tu es une muse,
Et tu guide ma bonté.
Je me nourris, jabuse !
De ta divine clarté.

Tu mérite le bonheur,
Tu as assez souffert.
C’en est assez pour l’heure,
Le passage est ouvert!

Ce modeste présent,
N’est pas juste un écrit.
Ce n’est pas moi, parlant,
Mais la vérité qui crie!

Je ne suis que le scribe,
Du plus pur des élans.
C’est ici que j’exhibe,
Tout l’amour
 qu’Il ressent.

L’Univers est en toi,
Tu ressens sa puissance!
Les étoiles brillent sur toi,
Elles te guident vers la chance!

Puisse donc le ciel t’offrir,
Une lumineuse journée.
Moi même je fais partir,
 Toutes mes preuves d’amitié.

Encore une fois merci!
Et pour toujours je t’aime!
De cet amour infini,
Où ton âme me ramène.

Je te fais mille baisers!
Je te souhaite mille merveilles!
Tu peux aller en paix,
Car ton coeur se réveille :)
Jeu 17 Nov 2011, 08:07 par ChanG sur La déclaration d'amour

Amour et haine

La lune brillait dans le ciel comme jamais. Telles des ombres chinoises, je voyais sa silhouette par la fenêtre. Je n’avais jamais ressenti ça avant. J’avais tellement de haine à lui donner, tellement de colère, de mépris, mais je ne pouvais m’empêcher d’avoir un pincement au coeur à chaque regard, je sentais ma gorge se resserrer à chaque mot, mon âme s’égarer à chaque pas. Mais je la haïssais parce que j’éprouvais ce sentiment appelé "amour" et que personne n’arrivait à toucher mon coeur comme ça. Elle, elle le pressait dans sa main et le balançait de toutes ses forces. Tout m’énervait en elle : ses formes parfaites, sa bouche rose glossée, ses grands yeux verts émeraude, son sourire étincelant. Sa façon de me narguer, de me dire bonjour.
Tous les jours, à 8H15 du matin, elle ouvre ses rideaux et tous les jours je la vois.
Ce fut de trop. Elle vint me demander du sel, je l’ai vue quitter son appartement.
Je connais tout d’elle, ses aventures, ses chagrins, oui, je la regarde tous les jours par la fenêtre. Viens donc me voir, jouer avec moi. Viens que je t’égorge, viens que je touche, viens que je t’embrasse. La sonnette retentit. Je lui ouvre, elle est vêtue d’une longue robe rouge profond, avec son décolleté jusqu’au nombril, la robe laissait sous entendre des formes généreuses, mais seules ses chevilles étaient visibles. Elle voulait me demander de l’aide, parce que son colocataire venait d’emménager. Tu n’auras plus de colocataires, sauf dans les cieux. Viens que tu partages ton appartement avec moi. Viens que je te coupe la gorge. Elle est si belle, si pure. J’ouvre le tiroir de mon meuble de cuisine et en extirpe un couteau. Je le lève, son regard me transperse en plein coeur.

_"Je..."
_"Je, quoi ? Salope !"
_"Je..."

Elle est par terre. Elle baigne dans le sang, ses paupières sont delicatement fermées. Elle ne voulait pas finir sa phrase. Elle n’avait qu’à la finir après tout. Maintenant elle ne pourra plus. Je l’ai tuée, j’ai mis fin à sa vie. Et je pourrais recommencer. Personne n’a le droit de jouer avec mes sentiments, personne n’a le droit de me traiter de la sorte. Qui que tu sois, éloigne-toi de mon chemin.

Je prends le couteau avec quoi je l’ai tailladée. Je le brandis haut.

"Personne n’a le droit de faire de moi un faible."

Je l’approche de mon coeur, je la regarde, étendue au sol, le sel à la main, elle a le sourire aux lèvres. Elle n’avait pas le droit de sourire. Je voulais qu’elle souffre. Dans un cri de douleur, je ferme les yeux. Je me plante en plein coeur le même couteau, pour que son sang soit mêlé au mien.

Je voulais comprendre pourquoi elle souriait de la sorte. Je sens mon souffle se couper, je sens mes yeux incapables de se rouvrir, je sens... un sourire se dessiner sur mon visage.



Je t’aime.
Dim 05 Juin 2011, 22:14 par chamotte sur La séduction

Moi sans toi

Une lancinante douleur étreint inlassablement mon cœur d’un soleil à l’autre; d’une étoile à l’autre; elle me presse comme un citron, m’affaiblit physiquement et moralement, me laissant le souffle court, le regard perdu, l’âme éteinte face à tous ces lendemains que je n’arrive pas à imaginer sans toi depuis que tu es parti vers une autre. Je ne l’ai pas vraiment vu venir. Ou si, peut-être un peu, mais sans doute que je refusais de l’admettre qu’un jour tu puisses te lasser de moi et quitter ton amante pour en prendre une autre.

Nos routes virtuelles se sont croisées par un jour qui fut béni pour moi. Au fil de quelques échanges, un lien s’est tissé entre nous et nous avons un jour ressenti le besoin de nous « deviner » après une journée de travail. Je n’oublierai jamais ton souffle essoufflé par-dessus mon épaule; je n’oublierai jamais que tu portais une magnifique chemise blanche. Petit à petit, tu m’as apprivoisée; tu m’as tendu la main, ouvert grand tes bras, prêté tes lèvres et ouvert la porte de ton sanctuaire au Palais à une période de ma vie où j’errais et me perdais chaque jour un peu plus dans la jungle du virtuel. Le vide qui m’habitait était immense. Un abyme sans fin. Le volcan en moi s’était éteint. Et puis tu es arrivé dans ma vie. Grâce à toi, ce volcan endormi est sorti de son long sommeil. Une fougueuse passion venait de naître et me ramenait à la vie. Voilà qu’enfin, je sentais battre de nouveau mon cœur. À chacune de nos rencontres, il se mettait à battre comme le gros tambour d’une fanfare qui fait bondir notre intérieur sur son passage.

Tu as été bon pour moi. Tu as été généreux avec moi. Tu as été doux, tendre, drôle. Tu as été l’amant le plus sensuel qui soit. Il n’est pas étonnant que j’aie autant de peine de t’avoir perdu et de pleurer sur moi-même tout ce que je n’obtiendrai plus de si doux, de si chaud, de si voluptueux émanant de l’homme exceptionnellement sensuel et fougueux que tu es.

Plus jamais je ne revivrai une telle passion. Celle-ci était unique. Elle n’était que pour toi. Elle n’appartenait qu’à toi. Ma passion, c’était TOI. Tu es parti et je reste là à pleurer ce qui n’est plus. Ce qui ne sera plus. Je suis incapable de me consoler avec mes souvenirs. Je n’y arrive pas. La douleur prend toute la place. Le chagrin m’a envahie de part en part.

Tes silences de plus en plus longs, tes absences de message téléphonique ou écrit se faisant de plus en plus rares, me disaient bien que tu t’éloignais déjà de moi. Mais je croyais aux raisons que tu me donnais. Je faisais tout en mon possible pour y croire; je t’ avais demandé tant et tant de fois de me le dire si un jour tu te lassais de moi; j’avais si peur que tu t’en ailles même si je savais qu’un jour où l’autre, notre vie prendrait un autre tournant. J’aurais souhaité, j’avais follement espéré que ce soit après mon départ à la retraite et que d’ici là, nous deux, ce serait « éternel » . Et puis, un jour j’ai découvert qu’il y en avait effectivement une autre, et ce dernier jour où je t’ai demandé de me dire enfin la vérité, ce jour où tu m’as confirmé en déployant ce courriel d’elle devant mes yeux affolés n’ayant plus qu’une hâte : s’enfuir pour pouvoir pleurer. Fermer une dernière fois la porte de ton bureau que je ne franchirai plus jamais. Partir sans me retourner. T’oublier.

T’oublier. Comment t’oublier? Mission impossible! Je t’aime trop, je t’ai trop aimé pour espérer pouvoir t’oublier un jour. Parce que tu as fait partie de ma vie. Tu as pris mon cœur et t’y es fait une place toute chaude.

Et tu m’as quittée, et je me suis effondrée.

Six mois déjà que tu en caresses une autre. Six mois déjà que tu vibres pour elle. Que tu ne cherches plus qu’elle et qu’il n’y a plus qu’elle dans ton cœur, dans ton corps et dans ton esprit. Je n’y suis plus. Je n’occupe plus tes pensées les plus folles, je ne suis plus rien qu’un souvenir; je ne suis plus que le passé.

Ma douleur est bien là, toujours là, aussi vive qu’au premier jour. Malgré toute raison, mon cœur entretient l’espoir fou qu’un jour tu me reviennes. J’implore le ciel pour que tu me reviennes. Mon état intérieur est pitoyable. J’ai perdu ma joie de vivre. Je suis l’ombre de mon ombre. Mon rire est faux et derrière mon sourire se cache un torrent de larmes; l’étoile qui illuminait mon regard s’est éteinte avec ton départ vers une autre. C’est dur. C’est très dur. Je suis privée de tes envies de moi; privée de tes désirs sexuels que tu venais déposer dans la boîte vocale de mon cellulaire et de qui je me délectais en ton absence, en attendant la prochaine rencontre.

Aucune lutte; aucun combat; aucune stratégie dans le but de te séduire je ne peux ni n’ai le droit de mener à présent pour tenter de te ramener à moi. Mon immense désolation va trouver son remède dans le temps. Le Temps ! Le fameux Temps dont tout le monde parle. La pilule miracle susceptible de guérir les plus grands maux de la terre.

Mes yeux s’embrument et mes idées s’embrouillent. J’ai le sentiment que je ne m’en remettrai jamais. Je ne savais pas ce que c’était que de vivre la fin d’une liaison passionnelle. C’est inouï comme souffrance. Ça nous transperce jusqu’à la moelle. Comme un cancer nous gruge jusqu’à l’os. Aucun répit ne m’est permis. Ton souvenir me poursuit jour et nuit. Toujours de plus en plus perdue dans mes pensées, dans mes souvenirs, dans mes « Pourquoi ??? », dans mes « J’aurais dû… » , dans mes « Si j’avais … », dans mes « Plus jamais… » de jour en jour s’enfoncent et m’enfoncent dans un délire émotionnel insupportable.

Je me suis réveillée un certain lendemain envahie par l’immensité de ma peine. Peine qui ne me quitte plus. Je vis dans le passé de toi; mes souvenirs heureux me font pleurer. Plongée dans l’immensité du plus grand bouleversement émotionnel que j’ai été appelée à vivre depuis ma « Fin du monde de 1997 » après l’insupportable mort de mon fils. Moi qui croyais avoir déversé toutes les larmes que pouvait contenir et produire mon corps, mon âme. Voilà que je me retrouve en haute mer, tentant désespérément d’apprendre à nager. Mon chagrin est sans fin. Mon cœur, mon âme, comme une bouteille à la mer cherche désespérément un rivage où s’échouer en espérant que la lumière du soleil les ramène à la vie.

J’ai mal de toi;
J’ai le grand mal de Toi, mon Trésor. Mon Amour.
Et j’ai mal à moi.
Mal à cet être profondément malheureux que je suis redevenue.
Ven 27 Août 2010, 21:31 par Elle sur Les liaisons sulfureuses

Je suis un voleur

C’est pourtant vrai, longtemps j’ai accroché l’addiction au prix, l’addiction à la mendicité. Mon corps était de ceux qui n’ont pas besoin d’être aimés pour pouvoir faire vendre. Un prix inacceptable, inavouable et tellement impensable.

Les lettres et les mots s’additionnent aux chiffres et n’en peuvent plus de grimper à une allure folle, n’en demandent pas plus et en veulent beaucoup moins. Lacéré, écorché vif, c’est inscrit, c’est marqué au fer rouge, il est indiqué qu’il n’en veut pas plus car il n’en ressent ni le besoin ni même l’envie.

Il a besoin de raconter à travers des brûlures, des écorchures, des blessures et des cicatrices qu’à son jeune âge ce pauvre corps en vie est complétement à la masse. Des choses que certains n’auront jamais vues ou qu’ils n’auraient jamais pu voir. Trop intense pour les uns, trop perturbant pour d’autres. Mais il n’en reste pas moins un corps, un corps caricaturé et ligaturé dans sa propre description. Il n’en a jamais demandé autant...
Il ne pourra jamais vous mentir car vous devinerez avec tous ces indices qu’il ment comme un arracheur de dent. Aucune peine, aucun regret ni même remord, pas de faux semblant il est brut de décoffrage ce corps en vie. Brut de décoffrage, courage...

Maltraitance et incohérence se mêlent pour laisser place à l’incompréhension .


Mais je ne suis plus à vendre, j’ai plusieurs choses à te dire avant que tu t’en ailles, avant que je prenne l’artichaut qui te sert de coeur. Désolé... Je ne le suis plus, j’ai pas besoin de romancer et de te conter un roman à l’eau de rose, je préfère te le faire bouffer. Pardonne moi de te faire vomir mais tu en sais déjà trop.

Alors tends-moi la main, mais je ne te garantis pas qu’elle n’y passera pas. Il a besoin de se reconstruire petit à petit. Besoin de nouveaux bras pour étreindre, besoin de nouvelles mains pour donner des coups, besoin de nouvelles jambes pour courir vers toi, besoin d’une nouvelle tête pour penser correctement, besoin d’un nouveau buste pour pouvoir se tenir droit, besoin de tellement d’organes pour que tout se réorganise dans l’ordre cette fois, la tête avant le coeur et le souffle avant la respiration. Pour tout ça , il doit mendier et voler, beaucoup d’entre vous seront peinés et certainement enragés mais ce corps à l’abandon a besoin des vôtres pour pouvoir faire bonne figure et n’aura aucun regret à pratiquer violemment le trafic d’organe.
Mar 02 Mars 2010, 15:25 par Playdead sur Mille choses

D'elle à lui...



Plaisir toujours en moi, je n’en ai pas l’oubli
Après nos apartés, chaque fois reparti
Pour aller rejoindre celle qui est ta femme
Mère de tes enfants, même si plus de flamme

C’était l’enchantement quand nous nous retrouvions
Pour un instant trop court et un embrasement
A tous autres fermée, pour toi épanouie
De notre nirvana je fus longtemps ravie

Je le savais déjà, tu n’avais pas menti :
« Ma famille avant tout, et c’est pour mes petits
Je ne veux surtout pas perturber leurs études… »
De cet amour total nous restions aux préludes

Je me croyais ‘froide’, de toi j’ai tout appris
toute à toi, je l’avais bien compris
Dés lors ont commencé tous ces moments d’attente
Pour moi très agités de fièvre récurrente

Le temps passait si vite, moi aussi je voulais
Avoir une famille, des enfants à aimer
Je t’en avais parlé, par toi encouragée
Ce fut sans mariage, par un ‘ami’ aimée

Je crois l’avoir chéri, de toi différemment
Mais punition divine, je n’ai pas eu d’enfant
Ça ne lui manquait pas ; je m’y suis résignée
Les années écoulées : pour moi pas de lignée !

Vilaine maladie, il fut longtemps soigné
Je ne pensais qu’à lui. Dieu peut en témoigner
Il ne pouvait guérir ; avec la peur au ventre
De ces jours de malheur, il était bien le centre… »

Quand à nouveau bien seule, à toi seul je pouvais
Parler de mes souffrances, et seul tu comprenais
Torturée de chagrin, ce fut sur ton épaule
Que j’ai pu m’épancher : tu as repris ton rôle

Mais tu as bien compris qu’il y avait danger
Avec mon gros chagrin comment me résister
De nouveau Pygmalion, années non oubliées
Retrouvant nos élans, passion multipliée

Et rares sont les jours sans être réunis
Retrouvant chaque fois notre ancien Paradis
Le temps passe à nouveau, l’habitude est reprise
Tu es toujours marié, je suis toujours éprise…

J.R...
Lun 01 Mars 2010, 15:35 par j.r.garou sur Amour internet

Rencontre avec un ange...

Un autre lieu, une autre vie,
Rien de prévu,
On ne prévoit rien dans ces cas là.
Juste une ballade entre amis,
Et je t’ai vu,
Attiré inexorablement vers toi
J’ai rencontré un ange...

Normal n’est pas le bon sentiment,
Mais nous nous sommes rapprochés
Comme des aimants attirés
Normal est un ressentiment ignorant
De ce que j’ai pu éprouver
Comme des amants désirés
J’ai rencontré un ange...

La timidité m’a submergé
Cette soirée on nous avons parlé
Bord de plage, lune en fond
La passion m’a rattrapé
Te regardant dormir à mes côtés
Je n’osais pas émettre un son
J’ai rencontré un ange...

Hésitant je t’ai embrassé
Et tu m’a rendu ce baiser
La flamme est devenu brasier
Ta main ne m’a plus quittée
Et ensemble nous avons continué
Peu de temps nous restait
J’ai rencontré un ange...

Au revoir, mon corps chancelle
Tu m’as serré dans tes bras
Mon cœur lacéré d’une séparation
Les pleurs pour unique chandelle
Désormais mon âme sans toi
Attendra ta prochaine résurrection
J’ai rencontré un ange...
Mer 25 Nov 2009, 01:11 par Loyd sur Histoires d'amour

Les aveux

Trois mots hors du commun
Pour celle dont tu tiens la main
Aveu timide d’un sentiment
D’un corps vibrant
Promesse d’une autre dimension
Pour se laisser aller a la passion

Lorsque je suis face à toi
J’ai enfin le cœur qui bat
Il me vient alors cette envie
De t’avouer ces mots que je fuis
Arrêter un instant de respirer
Et réussir à te murmurer...

Certains le disent pour te faire plaisir
Quant ils le lisent dans ton désir
Par le passé j’ai vécu cette maladie
Le résultat fut mon cœur meurtri
J’attends aujourd’hui d’être submergé
Pour oser demain te l’avouer

Lorsque je suis face à toi
J’ai enfin le cœur qui bat
Il me vient alors cette envie
De t’avouer ces mots que je fuis
Arrêter un instant de respirer
Et réussir à te lâcher...

Ces mots tabous inexprimés
Dans une autre langue les révéler
Perçois le de mes mains
Et ce jusqu’au petit matin
Si mes yeux pouvaient parler
Ils te l’auraient surement crié

Lorsque je suis face à toi
J’ai enfin le cœur qui bat
Il me vient alors cette envie
De t’avouer ces mots que je fuis
Arrêter un instant de respirer
Et réussir à te crier...

Accepter de tomber la carapace
Il y a souvent des conséquences hélas
Mesdemoiselles vous les prenez
Comme si c’était pour l’éternité
Associé trop vite à des toujours
Sauras tu le prendre juste pour un jour

Lorsque je suis face à toi
J’ai enfin le cœur qui bat
Il me vient alors cette envie
De t’avouer ces mots que je fuis
Arrêter un instant de respirer
Et réussir à le libérer...
Je...

Je ...............
Lun 09 Nov 2009, 12:24 par Loyd sur La déclaration d'amour

Sondage : que veut dire "aimer"

Tu aimes lorsque tu sens ton coeur battre plus fort en voyant l’autre
Lorsque tu as envie
Lorsque tu as besoin de sa présence
Que tu sens que ta vie ne peut plus se conjuguer seule
Tu aimes lorsque tu te réveilles en pleine nuit avec le manque de l’autre
Tu aimes lorsque ton coeur est plein de son image
Lorsque tu te surprends grisé comme un adolescent lorsque l’autre répond à cet amour
Tu aimes lorsque tout soudain se pare de saveurs nouvelles
Lorsque l’objet de ta flamme répond à ce que tu ressents et que tu donnes à tes gestes d’amour une signification nouvelle, une dimension jusque là esquissée.
Tu aimes lorsque tu trouves en l’autre celui, celle que confusément tu attendais et tu sais que ta vie ne sera plus jamais pareille...
Tu aimes lorsque tu ne l’idolâtres pas lorsque conscient de ce qui le la constitue tu continues de dire "oui"...
Dim 04 Oct 2009, 02:54 par dolce vita sur L'amour en vrac

Une drogue...

Le fait est que j’étais devenu accro [...] et que, maintenant que son attention se détournait, je souffrais de conséquences aisément prévisibles. L’addiction est la marque de fabrique de toute histoire sentimentale fondée sur un amour obsessionnel. Tout commence quand l’objet de votre adoration vous fait don d’une dose enivrante et hallucinogène de quelque chose que vous n’aviez même pas osé admettre désirer [...]. Très vite, on commence à vouloir toujours plus de cette attention soutenue, avec une voracité monomaniaque de junkie. Et quand on nous refuse la drogue, on tombe aussitôt malade, on cède à la folie, on se sent diminué. Pour ne rien dire du ressentiment qu’on nourrit à l’égard du dealer qui a encouragé cette additction en premier lieu et qui se refuse à vous approvisionner en bonne came - alors que vous savez qu’il la garde planquée quelque part nom d’un chien, parce que autrefois, il vous la donnait gratuitement. L’étape suivante vous trouve amaigrie, grelottante, pelotonnée dans un coin, riche d’une seule certitude: vous seriez capable de vendre votre âme ou de voler vos voisins, juste pour goûter à cette chose ne serait-ce qu’une seule fois de plus. Pendant ce temps vous n’inspirez plus qu’une répulsion à l’objet de votre adoration. Il vous regarde telle une parfaite inconnue, quelqu’un qu’il ne connaîtrait ni d’Ève ni d’Adam, et plus du tout comme la personne qu’il a autrefois passionnément aimée. L’ironie, c’est que vous ne pouvez pas vraiment l’en blâmer. Je vous dire, regardez-vous: vous êtes une loque pathétique, méconnaissable même à vos propres yeux.
Donc voilà. Votre amour obsessionnel a atteint sa destination finale - la dévaluation totale et impitoyable de soi.

Extrait/Hommage : "Mange, Prie, Aime" de Elizabeth Gilbert
Sam 03 Oct 2009, 12:50 par Loyd sur La vie à deux

La rupture de deux amants déchirés.


Elle a quitté son marin lui ayant dit "au revoir" au bout du chemin qu’elle poursuivait.
Elle s’est séparée de lui, tombant peu à peu dans l’oubli jusqu’à la fin de sa vie.
Lui ne cessait de songer à elle, cette belle hirondelle qu’il trouvait si charnelle, lui qui hallucinait à son charme sensuel qui s’était envolé avec elle, partie loin dans sa citadelle enfermée dont elle seule possédait les clefs, où elle resterait à jamais close, emmurée dans un monde éternel qui jamais ne se brisera sous le joug sempiternel de leur amour qui devint si cruel qui ne put survivre à tant de déchirements qui rongèrent incessamment leur coeur aimant rêvant au règne de l’innocence berçant les sentiments de ces deux amants dont fut éteinte l’étincelle de la flamme de leur amour.
S’effaçant dans leur esprit, les braises brulèrent leur regard devenu aveugle quand les éclairs lumineux de la foudre prirent feu enfouissant leur passion dans le cratère du vide qui comblait leur coeur, qui les éloignait des deux côtés de la rive que nul ne pouvait rapprocher.
Pleurant la perte de son adorée. Gémissant. Criant. Se déchirant sans que le temps passant elle ne revienne, se libérant de son ermitage du haut de sa tour que nul n’apercevait, il se transforma en lambeaux, ne voyant que dans le vagabondage le remède à ces tortures qui le dévoraient de jour en jour. Les vagues marines voguant lentement avivaient en son âme l’apaisement dont il avait besoin. Il s’embarqua donc sur un navire où il découvrit les mystères de la mer profonde.
En secret, dans l’imaginaire de ce matelot, ces deux êtres séparés s’aimaient dans son imaginaire. Il n’avait pu l’annihiler de son esprit.
Pour elle, il regardait l’horizon. A elle seule, il racontait ses aventures. Devant lui, elle était présente. Il voyait son essence flotter devant ses yeux il l’a sentait. Il l’a ressentait. A ses côtés, elle était toujours.
Pendant ce temps, la dame se morfondait dans sa forteresse pensant au passé heureux que lui avait offert son damoiseau...

A suivre.
Ven 19 Juin 2009, 11:38 par Nyssia sur Histoires d'amour

L'envie.

Noire est cette encre fluide qui coule comme un ruisseau
Sur le lit de ces lignes qui attendent mes mots.
Noires sont les pensées qui me hantent,
Mon cerveau est un château et ses fantômes chantent.

Noirs sont leurs requiems et leurs draps de velours,
Elle flotte la douleur et jamais ne fait demi-tour.
Noir est le sable de mon temps qui s’écoule,
Seul dans un désert enfoui au milieu de la foule.

Je suis le loup-garou accro
A vos yeux "quarts de lune".
Et, j’en ferais mes runes,
Si je n’y risquais pas ma peau.

Appeler une invocation
Apaiserait mon tourment :
Cette balle en argent
Dont vous gérez l’explosion.

Non, vous n’êtes pas fautive,
Et je mérite ce sort :
J’aime vos trésors
Et aussi votre aura vive.

Le lycanthrope veut la Lune,
Il n’y aboutira point.
Elle n’est faite pour les siens,
Juste pour leur désir... Quelle fortune!
Lun 09 Mars 2009, 18:49 par Le pétale noir sur L'amour en vrac

Début ou fin...

Exutoire ou simple vide tête, me voici ici à nouveau car mon cœur est en berne... Ça fait longtemps que j’aurais dû revenir, pour parler de toi, pour te parler... Je l’ai même peut être déjà fait mais pas depuis que tu es revenue dans ma vie... J’aurais voulu faire un belle prose mais ici coule simplement les gouttes que mes yeux se refusent à laisser tomber.
Je ne sais pas à quelle moment ça à mal tourner, si c’est foutu, si j’ai encore une chance ou si on a jamais été fait pour se tenir dans les bras l’un de l’autre... A vrai dire je ne sais pas grand chose si ce n’est l’effet que tu me fais, et quel effet! Depuis le premier jour où ta jolie frimousse arborant ces yeux magnifiques on passé la porte de ce bar, j’ai cette tendresse naturelle pour toi, cette envie de me reprocher, de te connaitre. Le coup de foudre? Non, je n’y crois plus et du coup je refuse de m’y laisser aller, et puis au vue de ta situation de l’époque, je ne pouvais rien espérer. Donc j’ai accepté ce fait que tu n’étais pas libre et en aucun cas je n’aurais forcé le contraire, ce qui aurait été contre notre manière de voir les choses. J’ai continué ma vie avec toi comme amie à partager des tranches de vie qui ont continuer de nous rapprocher. Plus je t’ai découvert, plus j’ai apprécié les moments passé ensemble. Ton sourire, ta bonne humeur, ta sensibilité, ta curiosité... J’ai été là pour les bons et les mauvais moments qui ont jalonnés ta vie, quand tu avais besoin de moi... Plus tu te disais mon amie,plus une voix criait au fond de moi que c’est bien plus que j’aurai voulu. Et tu es repartie, tu as disparu pendant un an... Nos vies ont continué chacun de notre côté...
Me te voila revenue. Tu as fait le point sur ta vie, tu es , et pour la première fois devant moi, seule, plus mure, indépendante, mais tu as gardé toutes ces petites choses qui font que je tombe pour toi.
Seule, et enfin je me dis que ce serait enfin possible... Cette idée que je n’avais pu imaginer auparavant est devenu une réalité que j’ai voulu saisir et que tu m’as refusé... Je ne sais même pas pourquoi! C’est vrai que je suis maladroit et qu’avec toi je ne peux ni jouer, ni mentir. Mais cela faisait tellement longtemps que je voulais te le dire...
Je n’ai pas eu de tel sentiment depuis si longtemps. Cette impression que l’on peut construire quelque chose de magnifique. J’aurai sans doute laisser tomber avec n’importe qui d’autre suite à l’échec mais il y a toujours quelque chose qui me pousse à revenir vers toi. Une force qui me pousse vers l’avant. Je passe des soirées dans le froid des rues à écouter ces tristes chansons que je te dédie. Je continue à te voir, à prendre soin de toi, et même toi tu prends soin de moi par moment.
Mais pour l’instant il n’y a rien dans ton cœur ni dans tes yeux et c’est ce qui me fait sans doute le plus mal.

Bien sur je ne devrais pas te dire ces choses là, ces choses dont tu rêves de la part d’un homme mais qui te font peur dès qu’elles deviennent réelles. Ces choses que sans doute tu ne veux pas de moi...
Tu nous dit amis, mais je ne suis pas ton ami, je ne le suis plus depuis que tu es revenue. Il est sans doute facile pour toi d’être mon amie, mais c’est en enfer pour moi qui suis tombé amoureux de toi. Je tiens juste sur cette étincelle d’espérance qu’un jour ton indifférence amoureuse se transforme en un point d’interrogation, un manque qui pourrait te montrer que je suis peut être plus qu’un ami pour toi aussi... Un doute qui naitrait...
Je ne te cache pas que je ne sais absolument pas ce que donnerait un futur ensemble, que cela me fait peur, est ce que cela marcherait ou pas. Je sais juste que je veux essayer avec toi...

Ai je loupé mon tour ou bien n’en ai je jamais eu?
Lun 09 Mars 2009, 00:09 par Loyd sur Histoires d'amour

J'aurais voulu que tu sois comme un " frère " (13)

Il est loin le temps
De nos vingt ans
Où nos "je t’aime "
On les ramassait à la pelle...
Dans le jardin de nos souvenirs
Où joies et plaisirs
C’était cela vivre...

Juste le temps
De l’insousiance...

Il est loin le temps
De nos corps à corps
Où le monde pouvait s’écrouler
On s’en foutait...

Juste le temps
De l’insouciance...

J’ai rêvé
Que l’on pouvait s’aimer
Toute notre vie..

Une autre femme
Est dans ton lit...

Juste le temps
De Ta vie...

L’insouciance n’est plus...
Pourtant j’ai cru
Comme une prière
Que tu serais mon frère
Pour l’éternité...

Marie
Dim 26 Oct 2008, 15:40 par Satine sur Histoires d'amour

Du neuf, mais encore ?

Il m’a tout d’abord fallut migrer le site pour des raisons techniques, car notre nouveau serveur ne supporte plus certaines fonctionnalités. Bon, pas le choix, il faut le faire.

Ensuite, j’ai eu envie de peaufiner le référencement du site, en travaillant sur la qualité des pages, et l’emploi d’urls Search Engine Friendly, dans le jargon. Regardez les urls du site, elle sont plus évocatrices qu’avant.

Comme j’étais parti dans la réécriture, j’en ai profité pour ajouter des fonctionnalités qui me trottaient depuis longtemps:

  1. Les nuages de tags. Les tags sont représentatif du nombre de fois ou un mot est utilisé. Ils sont calculés sur chaque page selon: le site, le forum, le membre.
  2. La possibilité de laisser un commentaire sur un texte. J’ai ici pensé aux timides qui n’osent pas écrire, et aux nombreuses fois ou on a envie de dire notre plaisir à l’auteur.
  3. Un affichage de vos textes dans les profils. C’est un peu comme si vous aviez un blog maintenant.
  4. La possibilité de faire une suite à un edito.
  5. Un lien direct pour poster un nouveau texte sur la page d’accueil.
  6. De nouveaux avatars.
  7. Des avatars aléatoires pour les membres qui n’en ont pas défini.
  8. Un texte de présentation des membres dans le profil. Courrez le renseigner, car cette présentation s’affiche comme les descriptions des forums sur votre page.
  9. Des statistiques plus musclées.
  10. La possibilité aux membres de signaler des anomalies.
  11. La liste des visites récentes.
  12. Des améliorations visuelles.


Je vous laisse découvrir tout ceci dans les pages du site, j’espère que ça vous plaira.
Dim 01 Juin 2008, 15:44 par PetitPrince sur Edito

Adieu 2007... et bon vent!

En ces quelques dernières heures de 2007
Je me fends d’un petit revue de ce que j’y ai fait
Rien de bien extraordinaire en somme
Je dirais même que elle ne fut pas bonne
Sur quoi peut on définir cela?
Peut être le fait que je sois las
D’un futur toujours aussi vide
D’une vie qui me semble faire un bide
D’un grand corps malade
Autant qu’un cœur qui n’a pas trouvé semblable...

Alors à toute l’absence d’un passé de ce qui fut heureux
Je donne le merci et d’une révérence fait mes adieux

Et au futur une fois encore je lui ouvre ma porte
En lui criant cesse de me traiter de la sorte

Bonne année et à bientôt...
Lun 31 Déc 2007, 00:41 par Loyd sur Mille choses
Page 2 sur 5 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Ecrire sur désormais

Ecrire sur désormais Un amour infini, Amour et haine, Moi sans toi, Je suis un voleur, D'elle à lui..., Rencontre avec un ange..., Les aveux, Sondage : que veut dire "aimer", Une drogue..., La rupture de deux amants déchirés., L'envie., Début ou fin..., J'aurais voulu que tu sois comme un " frère " (13), Du neuf, mais encore ?, Adieu 2007... et bon vent!,
Il y a 63 textes utilisant le mot désormais. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Les caresses sont aussi nécessaires à la vie des sentiments que les feuilles le sont aux arbres. Sans elles, l'amour meurt par la racine.

Nathaniel Hawthorne.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Mai 2024, 00:32
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 38 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite