La couseuse (texte re-corrigé)

LA COUSEUSE



Elle est à pied d’œuvre
Du soir au matin
"Petite main" s’agite comme une abeille
Pour finir son chef-d’œuvre
De ses si fins,
Elle sort ses trésors de sa corbeille
.Et compte bien le terminer ce soir
Cette petite merveille

Habile et surtout minutieuse
Elle rêve songeuse
De cette belle étole
Et de qui la portera.
Elle se régale
À chaque nouvelle création
Elle s’imagine dedans, toute la nuit
Et s’invente des scénarios à l’eau de rose
Où princes et princesses, en osmose
Se parent de ses beaux habits
Elle aime particulièrement les dentelles,
La douceur des perles, et la belle soie.

Elle se verrait bien en demoiselle
Et ferait une jolie Scarlett o’ Hara.
Ou une ravissante impératrice
Dans un beau roman d’amour,
Dont la douceur aurait tout emprise
Sur les chevaliers de la cour
Qui se presseraient pour un baise-main.
Elle se voit couverte de soie fine,
Sur une robe d’Organdi
L’orchestre jouant une musique divine
Elle est invitée par son chéri
Accepte d’un mouvement de tête
Cette danse qu’est la valse
Ce soir, au manoir, c’est la fête
Son amoureux la renverse
En un merveilleux tourbillon
Dont elle ne se lasse jamais.

Le soleil se lève à l’horizon
L’ouvrage est terminé
La couseuse est fatiguée
Mais la robe est finie
L’abeille est ravie :
Toute la nuit, elle a rêvé
Virevolter avec son béguin
Au petit matin.
Lun 24 Juin 2013, 13:21 par caressedesyeux sur Mille choses

Moi anaïs insolente jeunesse (en réponse à caressedesyeux)

Devant ma glace je signe la fin de mon sommeil
En quelques fines couches de rimmel
Mes vertes amandes se réveillent
Pas besoin de choix superficiels
Pour dire au monde ma jeunesse, moi jeune demoiselle,

De quelques délicats soulignages colorés
La porcelaine encore juvénile de mon visage
S’anime de la fraicheur de mon âge
D’un bref regard effilé du désir de la vie
Je semble satisfaite de mon portrait

De mes courbes nues offertes aux murs de ma chambre
Je fais d’abord disparaître sans bruit dans la soie
La céramique halée de mes fines jambes
Et d’une fine parure tissée ma douce intimité
Puis j’enferme mes deux tièdes rondeurs dans la dentelle
Parachevant ainsi mes dessous, moi jeune demoiselle

Mon corps de poupée semble alors réclamer
Son quotidien d’apparats pour la journée
j’ai choisi, printanière de ce jour,
De m’habiller fleur, de m’habiller court
Dans des gestes assurés je revêts ces habits
Que vous passants déferez à chacune de nos croisées

Je prends la pose devant le grand miroir
Lèvres entrouvertes, gestes de star
Pour sublimer l’équilibre entre l’utile et le futile
Peaufiner l’ouverture négligée de mon décolleté
De ces gestes rendre visible ce qui ne doit pas l’être

Mes longs cheveux dorés entremêlés
Que seuls mes effleurent en ces matins
En quelques mouvements sont replacés
Dans les musiques tintante de mes bracelets
Me voilà prête à affronter ces clins d’œil mouillés
Sur ce bitume qui n’attend que ma démarche de mannequin
Pour dire au monde ma jeunesse, moi jeune demoiselle
A travers cet insolent envol matinal, jeune hirondelle
Mer 05 Juin 2013, 08:19 par Jime sur L'amour en vrac

Les yeux fermés mais ouverts sur ta musique

Quand je pense à toi fortement
je préfère jouer du piano les yeux fermés...
Je préfère sentir les touches, les vibrations des sons,
je préfère jouer sans partition...

Je laisse glisser mes sur tes mélodies,
sur le clavier que je connais par cœur...

Si ton corps était un synthé
je pourrais en jouer toute la nuit...
Mer 17 Avril 2013, 20:43 par inlove sur Parler d'amour

Une leçon de piano ( texte retravaillé)

UNE LEÇON DE PIANO

Pour la première fois , elle allait à son rendez-vous, un cours de piano. Elle imaginait déjà ,un vieux monsieur pour l’accueillir . Le quartier était mal éclairé en cette soirée de début d’hiver, et la nuit tombait trop vite. Elle arriva essoufflée d’avoir monté les trente marches qui menaient à l’appartement de son professeur . Il n’y avait qu’une seule porte sur ce pallier aux peintures défraichies et à l’odeur chargée du passé.
Elle ne pouvait se tromper, elle sonna. Aucune réponse.
En se demandant si elle était à la bonne adresse. Elle jeta de nouveau un coup d’œil sur la porte.
Oui, c’était bien ici, pas de doute!
Elle entendit un bruit de talons et elle se dit que finalement son professeur devait être une femme.........
La porte s’ouvrit. Une "vieille" dame coiffée d’un chignon blanc et très ridée lui souriait et la fit entrer. Elle la pria de s’assoir dans une salle d’attente qui n’en avait que l’usage car elle ressemblait plus à un salon douillet avec un canapé moelleux de par sa texture et de ses coussins aux couleurs chatoyantes. Elle attendit en jetant un oeil à sa montre. Cette fois-ci elle était en retard..........
La porte s’ouvrit, Quel ne fut pas sa surprise, ce n’était pas une femme. Mais un bel homme et plutôt jeune, de grande taille et d’une beauté glaciale à en donner des frissons, des yeux gris, des
cheveux ébène, pas d’alliance, ce qui lui semblait bon signe même si de nos jours cela ne voulait rien dire.
.Il se présenta, lui serra la main et la fit entrer dans une pièce très claire flanquée d’ un magnifique piano.un bouquet de rose était posé sur un guéridon.
Elle se sentit pleine d’ appréhension et son cœur palpitait.
Elle perdait ses moyens ne se reconnaissant pas. Il lui demanda si elle savait ce qu’était une portée, et si elle savait jouer.
Oui mais seulement avec deux répondit-elle.
Elle revint trois fois par semaine, et s’améliorait très rapidement. Le professeur la félicita de sa progression .
Une grande tendresse, s’était instaurée entre eux, presque de la complicité puis de désirs inavoués et silencieux
Un jour ils firent l’amour sur le piano, puis tant d’autres fois .....
Elle n’est jamais repartie
Mer 27 Mars 2013, 17:52 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Addictions -nous encore


Addictions-nous encore
Vivons notre amour encore
Mon corps contre ton corps
Petite mort qui nous chamboule encore
Celle qui nous ronge encore s’empreigne dans nos pores
S achemine jusqu’à la pointe de notre cœur
Cœur limpide,grenadine qui bat plus fort
frissons, soupirs,gémissements
Désirons -nous, nous encore!




Je t ’embrasse, je te bois
J’ aime le gout de toi
Baisers sur ta bouche
Tendre retrouvailles , sous la douche
Dans notre "couche"
Je m’étend contre toi...
Baisers sur tes
Je ne compte pas m’en aller
Je veux te respirer
Approche toi un peu plus près
Tend l’oreille
Je te raconterais des merveilles..



addictions nous .. ( c’est un NF..)
ne se conjugue pas


addiction , assuétude
NOM FEMININ...
nf :: (psychologie) dépendance à l’égard d’une drogue
Jeu 07 Mars 2013, 19:35 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

D'un soir

Le silence cotonneux un soir à cet étage
Vide des gens du jour déjà rentrés chez eux
Nos présences tardives avec pour seul bagage
De hautes envies d’ébats se lisant dans nos yeux
Comme une récompense d’être resté si tard
Pour extraire le sensuel, l’excitant exutoire.
Elle, une chance vêtue en si court de sa grâce
Me souffle un long bonsoir auquel je ne fais face
Je la retiens par la main, cela fait si longtemps
Qu’elle vit recluse dans mon convoitement.
Elle se laisse faire lascive comme à une évidence
Et déjà sans un mot elle se dit consentante.
De cet accord tacite quelques approches lentes
Au rythme de nos corps qui sans bruit se balancent.
De frêles carrés de peau sous des bouches gourmandes
Puis les armes intimes comme ultimes offrandes.
Elle m’interpelle doucement de ses cavaliers
M’agite quelques instants avant de m’avaler.
Les minutes se figent, mon sang me coule averse
Une explosion des sens tout en moi me traverse ;
D’une invitante posture s’enroule autour de moi
Liane serpent, qui me pousse en elle, à jaillir dans l’étroit.
Dès lors tout n’est plus que saccades, soubresauts et soupirs
Envolées frénétiques dans cet intense plaisir.
Cramponnés l’un à l’autre nous nous abandonnons
Dans l’estocade ravageuse portée au plus profond.
Je me parsème en elle dans son beau regard bleu.
De guerre lasse, le repos, allongés tous les deux
Nos corps encore frissons des braises de ce feu
Se séparent enfin marqués de la mémoire
D’avoir troublé à cet étage le silence cotonneux de ce soir.
Puis chacun se laisse filer sur la route de sa nuit
Demain un autre jour, surement d’autres envies

Jime
Mar 26 Fév 2013, 10:48 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

En douceur.

Le jour bascule dans des minutes de crépuscule, devenant peu à peu calme et doux… à ton image. Il y a mes frissons, ma frayeur, mon désir, ma timidité… puis mon plaisir sur le bout de tes . Je n’ai pu te dire les images insensées qui colorent mes rêves réprimés, mais peut-être as-tu perçu parmi les soubresauts de ma peau, le sourire ineffable : comme une ébauche de confidences.
Dim 10 Fév 2013, 17:27 par syolann sur L'amour en vrac

Bulle...

Bulle fragile,


Danse au grès du vent
Pellicule gracile
Qu’on peut y lire dedans
Tous ces mots si beaux
Si doux si fort si chauds

Magique et éphémère
Pour te plaire
J’en soufflerai des milliers
Bulles qui éclosent
Aux couleurs de la rose
Qui éclatent en gouttelettes subtiles,
Qui taquinent délicatement les pistils
En caressant mes de pied

J’y lis, à l’intérieur
Toutes les phrases de ton cœur
Je vois des images si vivantes
Qui me hantent
Le présent se mélange au passé
Mais j’avance
J’avance tous doucement
Mais impossible à oublier
Je souris avec tendresse
De mes maladresses
A te laisser ce que mon cœur te dictait
Je t’aime encore...
Mer 16 Jan 2013, 13:08 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Les sanglots de l'hiver


Une bise glaciale souffle sauvage,
Si fort,
Qu’elle me cingle le visage,
Se tord
En sifflant tout autour de moi.
J’ai soudain si froid,
Que je ne sens plus mes ...
Elle gémit et cherche un endroit
Où se poser.
Je mets mes mains dans les poches
De mon manteau
Pensant les réchauffer,
Et j’accélère le pas,
Afin de rentrer chez moi.
Je continue ma route ,
Tant bien que mal
Sous les rafales
J’entends au loin des pleurs...

Des sanglots qui ne cessent.
Je me rapproche encore un peu plus
Je me retrouve en face
D’un bonhomme de neige géant,
Dont les larmes
Qui n’arrêtent pas de couler,
Ressemblent a des diamants,
Si purs, si blancs.
Il m’explique sa tristesse,
De n’être que de passage
Qu’il ne sera bientôt plus qu’un mirage
Qu’il redoute la venue du printemps.
IL regarde une dernière fois ,
La glace qui l’entoure
Cette glace, qui va fondre aussi
En miroitant
Pour retourner dans son lit
Mar 01 Jan 2013, 19:06 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Solo de jime à l'inconnue - en "réponse" à caresse

Inconnue aux courbes de mots alanguies
Dans un écrin de vers doré de poésie,
J’ai respiré tes phrases et m’en suis assoupi
Dans le tendre murmure de ce que tu écris.

J’ai caressé du songe d’être ton clavier noir,
D’être de tes dix ta pensée par miroir,
D’être le doux silence de notre accord mutuel
Qui tisserait les mêmes sons au fond de nos prunelles.

J’ai parcouru l’ondine de tes lignes sucrées,
Bercé du clapotis de la vague parfumée
Des essences vaporeuses de toi filigranée
Couchée sur le papier, j’ai pu enfin t’aimer.
Ven 14 Déc 2012, 11:50 par Jime sur L'amour en vrac

Cultiver l'espoir ( duo caressedesyeux /inconnu)


Le dessin d’un amour qui promet le bonheur
Borde un projet que je ne cesse de faire
Entre réalité et doux rêve éphémère
Mais s’ombre la raison pour le discours du cœur

Malgré la distance, je ne cesse de croire
Que sur mes sentiments l’aube va se lever
Je sais qu’un jour prochain je pourrai l’aborder
Je la verrai, c’est sûr!J’en cultive l’espoir!

Je dois à grand effort dompter la grande ardeur
Qui motive mon coeur malgré l’esprit contraire
Qui, sans broyer du noir, redoute la chimère,
Qu’il soit un peu trop tôt ou qu’il ne soit plus l’heure

Et l’absence grandit ce désir de tendresse
Ce besoin de croiser son regard merveilleux
Cette envie de présence affiché dans mes yeux
Tel cadeau d’un destin dont l’espoir je caresse

Effleurer de mes le doux grain de sa peau
Embrasser son doux corps,la serrer dans mes bras
Et sentir dans mes mains la chaleur de ses
Contre moi, corps-à-corps : le plaisir le plus beau

Son parfum me parcourt d’une essence d’alcôve
Son odeur me ravit d’une présence d’ange
Auprès d’un paradis, que les dieux ne dérange,
Vient voguer mon esprit aux effluves de Khôl


Et l’air devient plus doux à l’approche des lèvres
Les fossettes qui rient donnant le plein aval
D’un baiser vigoureux aux senteurs de Santal
Sentir battre son cœur contre moi : c’est un rêve !

Tous mes sens s’agitent, je suis vraiment perdu
Voilà que je cogite comme un adolescent
Son odeur m’excite tel un philtre envoûtant
Il me faut me calmer, je crains une bévue

En amoureux transi, je ne retiendrai d’elle
Le temps qui se suspend à son charme présent
Mon esprit qui s’éprend de son rire éclatant
Je n’oublierai pas ses deux yeux mirabelle

Je cultive l’espoir, j’abolis la détresse
Auprès d’une déesse aux attraits envoûtants
La grande obsession des prémices d’amants
Le besoin permanent de ses tendres caresses
[b]
[/b]
Mer 12 Déc 2012, 21:40 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Lecture du soir

Ces lignes-là me donnaient le tournis
Seule dans ma chambre, assise sur mon lit.
Je dévorais humide ce livre érotique
Illustré de dessins de scènes acrobatiques.
Je sentais le besoin d’un doigt réparateur
Qui de mouvements soignés calmerait mes humeurs.
Ma voisine de chambrée partie pour se laver
Je tentais l’aventure ce temps de liberté.
Tout en gardant lecture, ma main dans la culotte
Glissait tendrement le long de ma goulotte
Isolant du majeur le bourgeon du gémir
Je sentis quelques vagues m’envahir de plaisir
Sans que rien j’entendis deux mains me parcoururent
Celles de ma colocataire surprenant ma posture.
Je n’eus temps de surprise elle se jeta sur moi
M’embrassant goulument d’une langue sans effroi
L’aventure me tenta et je me laissais faire
Lui rendant la pareille d’une douce atmosphère.
Elle m’allongea sans la moindre caresse
Je me sentais frémir des cheveux jusqu’aux fesses
Elle me déshabilla dans des yeux convoiteurs
Lestement m’enjamba m’offrant son postérieur
Et s’enquis de sa langue de me montrer l’exemple
De lapées sur mon pli, quelques dans mon temple.
A mon tour j’auscultais son sexe qui s’offrait
Découvrant de saveurs son plaisir qui coulait.
A se chiner les profondeurs ainsi mutuellement
Nous explosâmes en cœur de ces chatouillements.
J’étais un peu gêné de ces nouveaux tourments
Mais elle me rassura tout en argumentant
Que d’où vienne le plaisir des sens
L’important fut, dans sa seule existence.
De sa trousse de toilette elle sorti un objet
Aux formes généreuses qu’elle voulut partager.
Chacune notre tour nous nous l’introduisîmes
Au plus profond de nos quatre abimes
Finissant écroulées dans les bras l’une de l’autre
Où nous nous endormîmes du sommeil des apôtres.
Mar 04 Déc 2012, 11:09 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

Ma brune


J’ai posé mes
Au creux de sa poitrine,
Et cette grande coquine
En a eu un grand émoi
Puis j’ai dénudé son épaule droite
Et en expert, de ma main adroite
J’ai continué sans aucun complexe
À caresser encore le grain de sa peau
Et rouler du bout de mon index
Ses tétons se tendant encore plus haut
Tels de petites framboises, gonflées et rigides...
Qui donnent une envie de la faire frémir,
Et encore plus soupirer, jusqu’à la faire gémir...
J’ai posé délicatement ma bouche,
Tapissant le carré de peau blanchâtre
De ma belle pas farouche
De tout petits baisers, et j’ai senti qu’elle a aimé,
Glissant sur son corps d’albâtre,
Le contact de mes lèvres échaudées
J’ai vu dans son regard, que quelque chose avait changé
Seul à seule, dans ce décor
Seule à seul, dans ce transport
Et elle contre mon corps
Resplendissante, ma belle aimante...
Je ne peux résister, de vouloir encore recommencer
Je ne peux résister de la vouloir encore...
Je ne peux plus m’en passer
Elle qui arrive à me faire tout oublier...

Sam 01 Déc 2012, 13:12 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Jolie fleur du lit là

Elle s’effeuille lentement pour aller se coucher
Devant un doux miroir qui lui fait se voir nue
Elle s’observe un instant ses petits seins dressés
S’arrête sur son trigone, de poils dépourvus
Puis dans un geste tendre se glisse dans les draps.
S’en suit un long soupir que lui dicte la nuit.
Un bref léger frisson lui parcoure les bras
Elle aime sentir son corps dans la soie de son lit.
Mais ce soir elle ressent comme une excitation
Au moment de dormir, elle revoit ce garçon.
Ses idées la conduisent à sentir dans son ventre
Une envie chatouillante qu’on visita son antre
Que quelques objets coquins furent plantés dans son centre
Qu’elle s’en pâma d’éclats à chaque fois qu’ils y rentrent.
De la pensée à l’acte, tant pis de solitude
L’inclinaison des sens allant du nord au sud
Elle ne fut dans la gêne de sentir ses dix
Essayer de calmer son vif et grand émoi.
Le bourgeon bien gonflé, elle put s’y attarder
Pendant que l’autre main la palpait, la fouillait.
Dans une vague delectante de folles convulsions
Elle s’échappa d’elle-même serrant son polochon.
Pensant pouvoir dormir après la distraction
Elle fut à nouveau prise d’un manque trublion.
« Pour me calmer un peu je vais boire de l’eau fraiche
Mes ardeurs du moment m’ont rendu la bouche sèche »
Elle quitta son nid chaud pour aller au frigo
Où elle vit deux légumes à taille bien à propos.
Elle ne fut pas longtemps à rester en pensante
Elle saisit le premier pour se le mettre en fente
S’allongea sur la table en écartant les jambes
Et commença du va et vient à gémir dithyrambes.
L’embrasure du derrière accueillit le deuxième
Ce qui la fit monter de l’étal au septième.
Elle s’endormit bien tard ce soir la jolie fleur du lit
Moi je le sais, voisin, qui entend tout d’ici.
Jeu 29 Nov 2012, 14:20 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

L'ombre du désir

Obsédé sans cesse
Par ses seins pointus
Fantasmes et caresses
Sur son petit cul
Son corps de nymphette, ébouillante tes nuits
Soubrettes et silhouettes, embrasent tes envies
Ca te dévore l’esprit
Au fils des semaines
Mais ce n’est pas une vie
Ta main qui se démène
Derrière sa porte, planqué dans le noir
Ou dans le jardin quand il est déjà tard
Désirs dans l’ombre
Que dire de ces plaisirs si sombres
C’est déprimant
De s’agiter solitairement
Désirs de l’ombre
Des courbes charnelles d’une demoiselle
Epiées en nombre
Mais tu jouis seul loin de la belle
Ce n’est qu’une ombre
Mais tu t’obstines
A croire qu’un jour ton dur concombre
Visitera la jeune coquine
Plaisirs de l’ombre
Dans les décombres
D’une sexualité de passage
D’ado pas sage
Petite voisine
Concentrée de braises
Dont tu mates l’échine
Perché sur une chaise
Derrière ta fenêtre , planqué dans le noir
Ou dans le jardin quand il est déjà tard
De ce petit manège
Tu es prisonnier
Ton seul privilège
A rester caché
Ton sexe qui glisse entre tes cinq
Quand son entrecuisse se dessine parfois
Ven 23 Nov 2012, 09:30 par Jime sur Les liaisons sulfureuses
Page 3 sur 20 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 18, 19, 20  Suivante

Ecrire sur doigts

Ecrire sur doigts La couseuse (texte re-corrigé), Moi anaïs insolente jeunesse (en réponse à caressedesyeux), Les yeux fermés mais ouverts sur ta musique, Une leçon de piano ( texte retravaillé), Addictions -nous encore, D'un soir, En douceur., Bulle..., Les sanglots de l'hiver, Solo de jime à l'inconnue - en "réponse" à caresse, Cultiver l'espoir ( duo caressedesyeux /inconnu), Lecture du soir, Ma brune, Jolie fleur du lit là, L'ombre du désir,
Il y a 291 textes utilisant le mot doigts. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La violence qu'on se fait pour demeurer fidèle à ce qu'on aime ne vaut guère mieux qu'une infidélité.

La Rochefoucauld.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mer 17 Juil 2024, 12:06
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 57 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 57 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite