1er mars 1947

Et voilà qu’aux alentours du 1er mars 1947 un petit malin… en tout cas, un peu plus malin que les autres arrive le premier à la rencontre de l’ovule et que leur union façonne l’être que je suis …
Me voilà donc en « formation » et je commence par me chercher un nid douillet où je vais pouvoir m’accrocher, car déjà … si tu as l’intention de me déloger … il va falloir t’y prendre de bonne heure ! Non, mais des fois !
Alors, voyons voir … commençons par prévoir la nourriture nécessaire à mon développement aussi, séparons-nous en deux : une partie qui me nourrira et… moi !
Très vite, je commence à m’engourdir, je déteste rester immobile… alors, pardon maman, mais je change un peu de position si cela ne t’embête pas trop… et puis si ça t’embête… après tout, c’est toi qui l’as voulu, n’est-ce pas ? Et puis en plus, j’ai envie de faire pipi… c’est chouette ici, j’y ai tout mon confort !
Ha ! Tiens ? C’est quoi ça ? C’est toi maman ? Quand même, tu te manifestes ! Je commençais à croire que j’étais toute seule, moi ! Hum ! C’est bon cette caresse, je sens que je vais souvent te rappeler à l’ordre pour être sûre que tu ne m’oublies pas ! On essaie ? Et vlan ! Un coup de poing … et vlan ! Un coup de pied ! Tu ne penses pas que tu vas m’oublier aussi vite que ça, non !
Hummmm , elle n’est pas mauvaise cette eau… Hic ! … Hic ! … Hic ! … Voilà que je suis prête à m’étrangler, il va falloir que je m’autodiscipline, surtout ne pas abuser des bonnes choses ! Allons ! Un peu de sérieux ! Tiens, c’est bizarre voilà que je fais des drôles de trucs… c’est cela que les adultes appellent « respirer » ? Il va falloir que je me documente… je n’aime pas ne pas savoir quelque chose ! C’est agaçant à la fin !
Hum ! Merci maman pour cette douce caresse, mais… c’est quoi que tu écoutes ? « Parlez-moi d’amour … redites-moi des choses tendres… »* c’est joli ça maman, tu la chanteras encore ? Dis ? …
C’est quoi tous ces bruits ? Tu sais je préfère de beaucoup quand tu chantes, tes gargouillis, tu veux que je te dise, et bien, ce n’est pas terrible… surtout quand j’ai envie de Bon, je sais, je suis une râleuse, mais il va falloir que tu t’y fasses, parce que ce n’est qu’un commencement… n’est-ce pas ?
Dis-moi ? il va peut-être falloir que nous fassions connaissance… qu’en penses-tu ? Je me demande quelle tête tu peux avoir et puis, je commence à être un peu à l’étroit ici… Nous allons réfléchir à la meilleure façon de mettre un terme à tout ça…
Mar 02 Fév 2016, 14:07 par Joa4763 sur Un monde parfait

Le cockpit d'un airbus...

L’Airbus A 340 avait maintenant atteint depuis plus d’une heure son premier niveau de croisière. Sur ce Francfort – San Francisco nocturne, le personnel de cabine avait déjà desservi les plateaux repas et préparé la cabine pour cette longue nuit. L’Atlantique était au dessous, la lumière céleste s’y réfléchissait car le ciel était parfaitement dégagé. Il y avait bien longtemps que Karl, pilote aux commandes, avait enclenché le pilote automatique, réglé l’altitude de croisière et asservi la trajectoire sur le FMS, « Flight management System », qui calcule et optimise en permanence la route de l’avion. Sa clearance transocéanique affichée, il avait calculé qu’il y en avait encore pour au moins une heure avant qu’il puisse, par allègement de l’avion, demander au contrôle un niveau de croisière supérieur.

Pilote confirmé sur « court courrier », Karl avait depuis un an été qualifié sur cette belle machine destinée aux vols à grande distance, et appréciait ces moments de calme et de solitude. Les instruments réglés à leur luminosité minimale, il contemplait la double immensité qui lui faisait face : celle de l’océan au dessous, et la voute céleste au dessus. Ce spectacle lui procurait un plaisir dont il ne se lassait pas. Il se sentait à la fois tout petit face à cette immensité, et puissant car il avait entre les mains la vie de plusieurs centaines de passagers. Il se disait qu’il avait vraiment choisi le plus beau métier qui soit, il aimait d’ailleurs dire en plaisantant qu’il avait « le plus beau bureau du monde »…

Son commandant de bord, sur le siège à côté, s’était assoupi. Les règles de la compagnie étaient claires : sur ces vols « long range », trois pilotes étaient embarqués, l’un étant allongé sur une couchette séparée, les deux autres à leur poste de pilotage. Mais dans ces phases de croisières nocturnes longues, lorsque que la météo est excellente, il n’était pas si rare que l’un des deux pilotes aux commandes reculât son siège, en inclinât le dossier, pour s’assoupir quelques instants. Pas vraiment dans les règles, mais l’autre pilote sanglé sur son siège, le pilote automatique enclenché… Pour la circonstance, il avait même gardé son casque sur les oreilles pour limiter le bruit pourtant feutré qui régnait dans le cockpit
Les deux hommes se connaissaient bien, se respectaient et se faisaient une confiance absolue. Karl avait bien noté l’assoupissement profond de son compagnon, mais tout allait bien, la machine ronronnait de ses quatre réacteurs… Pour être sur de ne pas s’endormir, il avait demandé à une hôtesse de lui apporter un café, qui n’allait sans doute pas tarder. Il n’avait évidemment plus le droit d’ôter les sangles de son siège : en effet, une turbulence brusque pourrait alors mettre l’avion dans une situation difficile, si le seul pilote éveillé se retrouve collé au plafond…

Et effectivement, l’hôtesse se signala bientôt, car les portes blindées des cockpits ne s’ouvrent que sur validation de l’équipage. Après avoir préparé les cabines pour la nuit, les hôtesses aimaient à venir partager un instant l’atmosphère si particulière d’un cockpit en vol de nuit. La compagnie n’y voyait d’ailleurs pas d’inconvénient, car pendant ces phases de croisières, favorables à l’assoupissement des pilotes, la présence d’une autre personne permet une meilleure vigilance.
Karl avait déployé la tablette centrale (luxe suprême des Airbus qui, par leur mini-manche latéral, dégagent cette place en face du pilote…) et posé sa tasse devant lui. Elle était restée, assise sur la banquette latérale, à contempler le paysage extérieur, d’une beauté sublime malgré la monotonie de la mer. Il avait des notions d’astronomie, et commençait à lui expliquer les principales constellations visibles… Elle écoutait, autant sous le charme de sa voix, que sous celui de sa chevelure blonde à peine éclairée par les instruments de bord…

Elle s’était maintenant placée derrière son siège, de manière à mieux voir la direction que lui montrait son bras… Orion, Cassiopée : il avait du plaisir à les reconnaitre et les nommer… Mais elle pensait déjà à autre chose… Sa longue chevelure, qu’elle avait maintenant dénouée, frôla ainsi la joue du pilote qui se tût… Sans un seul mot, ils avaient tous deux compris l’attirance exercée chez l’autre, sans doute exacerbée par cette situation, presque seuls dans le cockpit, la porte blindée refermée derrière eux…

La situation était rendue encore plus particulière, car lui ne pouvait pas prendre le risque de se détacher son harnais… Et elle comprit vite qu’il était ainsi à sa merci, sans doute tout aussi excité de ne pouvoir, ni vouloir, bouger de son siège. Elle joua quelques minutes à frôler sa joue avec la sienne, puis déposa quelques baisers dans son cou. Sa main s’enhardit à ouvrir sa chemisette et caresser son torse, entre les deux sangles formant les bretelles de son harnais… Sans dire un mot, sans même vraiment se distinguer dans la pénombre du cockpit, ils s’étaient communiqué un désir farouche de faire l’amour… ce qui lui était déjà arrivé dans la couchette de repos, mais jamais encore dans un cockpit…

Leurs gestes suffirent à se comprendre sans un seul mot : elle desservit la tasse de la tablette, Karl replia cet accessoire sous le tableau de bord. Il recula très légèrement le siège, de manière à dégager un peu plus de place devant lui, tout en gardant un accès aux commandes… Elle sentit ce mouvement du siège et comprit immédiatement ses intentions. Un coup d’œil sur la silhouette du Commandant de bord qui dormait maintenant comme un nouveau-né… Et elle eu tôt fait de faire glisser sa jupe stricte d’hôtesse, dévoilant ainsi un string dont la blancheur, éclairée par les instruments de bord, accrocha le regard de Karl. Furtivement d’ailleurs, car ce dernier vêtement eut vite fait de rejoindre la jupe sur la banquette latérale. Souple comme une liane, elle fut en deux mouvements à califourchon sur ses genoux, ses mains habiles à ouvrir un pantalon bien qu’il fut sous le harnais… Il faut dire que Karl, sans se détacher, avait bien accompagné ce mouvement….
Jamais elle n’avait ressenti cette excitation… les circonstances, bien sur… mais finalement « dominer » ainsi un pilote, qui reste pour beaucoup d’hôtesses un homme d’un statut particulier…
Et lui-même se plaisait, dans ce rôle contraint à la passivité… avec le harnais comme bonne excuse, et toujours le magnifique spectacle de la voute céleste en toile de fond !

Leur excitation avait atteint un tel niveau qu’elle n’eut aucun mal à s’empaler sur sa chair tendue, lui ayant posé les mains sur ses reins pour mieux la guider dans ses mouvements… Elle se cambra, ce qui amena la froide boucle du harnais contre son pubis lisse… Curieusement, ce contact froid et métallique redoubla encore son plaisir. Leur excitation s’était tellement amplifiée pendant qu’ils se mettaient silencieusement en place, qu’ils partagèrent un orgasme presque simultané, violent… Après quoi elle se laissa retomber sur lui… reprenant ses esprits, il jeta rapidement un coup d’œil aux instruments : rien à signaler…

Après quelques petites minutes d’apaisement, l’hôtesse entreprit de quitter cette position qu’elle trouvait maintenant un peu dérangeante, une fois l’excitation retombée. Pendant qu’elle retrouvait ses vêtements dans la pénombre, lui rajusta rapidement son pantalon, puis la position du siège. Un autre coup d’œil aux instruments : il allait être temps de recontacter le contrôle pour demander le changement de niveau, et préférait réveiller son commandant de bord pour cela. Il attendit donc que l’hôtesse ait évacué le cockpit, avec la tasse vide.

Une fois la manœuvre effectuée, les deux hommes maintenant réveillés entamèrent un dialogue paisible pendant une dizaine de minutes, quand le commandant dit à Karl sur un air entendu :
- Elle est bien, hein ?
- Euh.. je ne comprends pas…
- Ne te fatigue pas… Je dormais effectivement, et quand je me suis réveillé j’ai compris la situation…
- Euh…
- Tu vois, j’ai toujours rêvé que cela m’arrive un jour. Je pars en retraite dans un an, cela ne se produira sans doute jamais… Alors, j’ai jeté un coup d’œil aux instruments, vu que tout allait bien et continué de faire semblant de Au moins, toi, tu l’auras vécu, et moi un tout petit peu « par procuration »…

Les deux hommes éclatèrent de rire, simplement interrompus par un message radio qui leur demandait de changer d’organisme de contrôle : ils étaient presque au milieu de l’Atlantique.
Mer 23 Déc 2009, 05:58 par piertiteuf sur Les liaisons sulfureuses

Qui es-tu chère femme ?

Qui es-tu, chère femme ?


Chaque fois que je te vois, j’arrête d’écrire…

Chaque fois que tu me parles, le temps s’arrête…

Chaque fois que je vois tes lèvres, j’arrête de travailler…


Qui es-tu, chère femme ?


Tes lèvres sont le symbole de la vie…

Tes lèvres sont le symbole de l’amour…

Tes lèvres me rendent insomniaque…


Qui es-tu, chère femme ?


Je n’ai pas l’habitude de ne pas dormir…

Je n’ai pas l’habitude de ne pas travailler…

Je n’ai pas l’habitude que le temps s’arrête autour de moi…

Qui es-tu, chère femme ?


Tu es une sorcière…

Tu es un démon…

Tu es une fée…

Tu es un ange…

Tu es une déesse…


Qui es-tu, chère femme ?


Ces lèvres, ces dents, cette beauté…

Une vague Djerbienne…

Un couché de soleil Djerbien…

Un amour Djerbien…

Tu me manques plus que Djerba me manque…


Qui es-tu, chère femme ?


Ta bouche !

Ta bouche est d’une beauté envoûtante…

Ta bouche résume tout ce que les artistes veulent décrire…

Ta bouche fait vibrer Montmartre et ses artistes…

Ta bouche ressuscitera un jour Da Vinci…

Ta bouche fera oublier au monde sa Joconde…

Ta bouche a déjà sa place au Louvre…


Mais qui es-tu, chère femme ?

Mais qui es-tu, cher ange ?

Mais qui es-tu, chère déesse ?
Lun 31 Juil 2006, 16:18 par AsmodeE sur Parler d'amour
Page 1 sur 1

Ecrire sur dormir…

Ecrire sur dormir… 1er mars 1947, Le cockpit d'un airbus..., Qui es-tu chère femme ?,
Il y a 3 textes utilisant le mot dormir…. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Écrire - un plaisir à la portée de tous: 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Eyrolles
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amant sans fortune peut être aimable, mais il ne peut être heureux.

Florian.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 16 Juil 2020, 17:12
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 25 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite