Dans mes plus beaux moments

J’ai trouvé un moyen…
Un moyen de te faire sourire
Je crois que j’ai vu un sourire,
Un sourire dans tes yeux ce matin

Dans mes plus beaux moments…
Je compte tes cils, en secret
Avec chacun d’eux, je jure que je t’aime
Je te laisse dormir
Je sais que tes yeux fermés me regardent
Et me voient en train de sourire

Dans mes plus beaux moments…
J’enregistre tes messages
Juste pour entendre ta voix
Tu parles toujours avec attention, marques le rythme
Tu dis toujours ton nom, comme si je ne savais pas que c’est toi,
Et derrière tes paroles je devine un sourire

Dans mes plus beaux moments…
Je lis tes mots, ta poésie
Juste pour voir le fond de ton cœur
Je t’imagine
Je sais que ton esprit, même endormi
Cherche des rimes à sourire

Tu as trouvé un moyen…
Un moyen de me faire sourire
Je crois que j’ai vu un sourire,
Un sourire dans mon miroir ce matin
Jeu 09 Sep 2004, 21:14 par la_tulipe_noire sur La séduction

Mon grain de S..el.

Si l’amertume transparaît dans mon texte, j’en suis vraiment désolée. Ce n’était franchement pas le but et ce ne serait pas justifié en regard des belles histoires sentimentales que j’ai eu la chance de vivre.

Mon portrait d’anti-séducteur ne décrivait fort heureusement aucun de mes ex-compagnons, c’était plutôt un condensé de tout ce qui me ferait fuir puisque telle était la question initiale.

Par contre et c’est là, où je rejoignais Madame la Marquise, toute idée de "cage", d’enfermement ou d’atteinte à ma liberté me rend vraiment folle. C’est pour moi l’essence même de l’anti-séduction! Mais si je revendique cette indépendance, je l’accorde tout autant à l’autre. Si cette idée ne plaît pas, si je ne plaîs pas, je l’accepte sans problème, je m’en fais en effet une raison (mais de là à changer de pays, non quand même clin ). Car justement renoncer à ce principe ou plutôt "faire croire" que j’y renonce serait duperie pure et simple! Et s’il est vrai que l’on veut "paraître" durant le jeu de la séduction, il ne faut pas mentir effrontément car tôt ou tard, la vérité nous rattrapera et fera voler notre histoire en éclats! Ne dit-on pas que le naturel revient au galop lorsque l’on tente de le chasser? Etre soi-même et plaire dans ses conditions est beaucoup plus constructif et justement cela évite bien des déconvenues car il ne faudra pas rectifier le tir, si l’amour venait à s’installer. Je suis encore de celles qui pensent que l’honnêteté paie... en matière de séduction, en amour et comme dans tout autre domaine. Tant pis si je suis naïve!

Pour finir, un petit mot pour PetitPrince et la Marquise : Sans vouloir m’immiscer dans un débat qui n’est pas le mien, le fait que vos opinions divergent ne vous empêche pas de formidablement bien l’amour. Comme quoi, qui que nous soyons amoureusement parlant, quelles que soient nos expériences, les traces qu’elles ont laissé et comment on les a géré, il reste souvent de jolies choses...et autant ne garder que cela!

Syolann... pour la paix "des ménages"
Mar 31 Août 2004, 19:13 par syolann sur La séduction

Le bus

Dans la série des Exercices de style je vous propose le scénario suivant.

Dans un bus, un homme et une femme sont assis l’un en face de l’autre, ils ne se connaissent pas. De coups d’oeil dérobés en sourire de connivence, la complicité s’installe. Le bus s’arrête, et l’homme se lève pour en descendre...

Idée : Vous pouvez écrire cette histoire, mais aussi sa suite.


A vos plumes !
Jeu 26 Août 2004, 13:41 par PetitPrince sur Exercices de style

A tous les hommes qui ont traversé ma vie.

D’abord, vous dire à quel point je suis heureuse que vous soyez toujours là! Quelle chance nous avons d’avoir réussi ce pari de transformer l’amour en amitié.

Je vous ai tous aimé, avec plus ou moins de fougue, plus ou moins longtemps. Nous avons contruit de belles "histoires d’amour". Vous m’avez offert des moments intenses, brisé quelques-unes de mes illusions aussi! Peu ou prou, ma personnalité s’est trouvée modulée par vos traces, laissées au plus profond de mon âme. J’ai grandi avec vous, je me suis ouverte à d’autres horizons. Je pense être devenue plus tolérante à vos côtés...Vous étiez tous si différents!

J’ai aimé apprendre l’amour dans vos bras, vous m’avez guidé sur le chemin de la sensualité avec art et maîtrise. J’ai découvert ainsi des délices insoupçonnés. Un par un, vous avez écarté mes tabous. Contre vous je suis devenue amante-gourmande. Vous m’entrainiez toujours plus loin, toujours plus haut dans un tourbillon de plaisir enivrant. Si je peux l’amour aujourd’hui, je vous le dois bien certainement.

Merci aussi pour toutes ses soirées où nous avons refait le monde. Merci pour les rires et la complicité; pour la fusion de nos esprits le temps de nos idylles.

Quand la vie m’a blessée, vous étiez là aussi pour me consoler. J’ai pris vos mains et vos épaules comme un havre de paix. Je me suis reconstruite sous vos encouragements et vos baisers passionnés.

Nous avons même réussi nos ruptures. Je vous ai laissé partir quand le chant d’autres sirènes vous charmait, vous ne m’avez pas retenue quand je rêvais d’ailleurs. Nous nous sommes épargnés les coups bas et les mots blessants. Nous avons gardé la tendresse et souri...en essuyant promptement nos yeux.

J’ai gardé un petit bout de chacun d’entre vous dans ma mémoire. Quand je vous revois aujourd’hui, je sais pourquoi nous nous sommes aimés.

A ma façon, je vous aime toujours!

Je vous aimerai toujours...


Syolann
Dim 22 Août 2004, 13:45 par syolann sur Un monde parfait

Ecrire sous la contrainte

Il s’agit non plus de d ses sens avec des mots, mais d’assembler des mots répondant à une contrainte et de leur trouver un sens. A titre d’exemple sur le forum des âmes tendres il y a [ulink=http://www.les-ames-tendres.com/viewtopic.php?t=149]Une ode [/ulink] qui est une acrostiche, [ulink=http://www.les-ames-tendres.com/viewtopic.php?t=151]Elles[/ulink], ou j’ai choisi d’abord une suite de mots finissant avec les sons "ERE" pour composer ma plainte. Il y en a d’autres, et le plus riche, mais malheureusement inaccessible pour qui n’a pas les clefs est [ulink=http://www.les-ames-tendres.com/viewtopic.php?t=297]Inspiration[/ulink]

Afin de vous faire une idée plus riche de ce que signifie écrire sous la contrainte, je vous recommande ces deux liens:

Ven 20 Août 2004, 08:10 par PetitPrince sur Articles

Ecrire

Ainsi que je le souhaitais en créant la rubrique Articles, j’entame un dossier de fond pour qui fréquente le site des âmes tendres : l’écriture.

Je ne vais pas ici donner un cours d’écriture, ce serait vraiment présomptueux de ma part, par contre, ayant depuis quelques temps glané à droite à gauche des avis sur l’écriture, et la façon de s’y prendre, je vous livre ici des mises en bouches simples ainsi et surtout que quelques adresses qui me semblent intéressantes pour s’améliorer.

Je prend le parti de découper cette série d’articles en autant de sujets, permettant ainsi de les completer au fil du temps.

    [ulink=http://www.les-ames-tendres.com/viewtopic.php?p=758#758]Ecrire sous la contrainte[/ulink], traite des jeux syntaxiques.
    [ulink=http://www.les-ames-tendres.com/viewtopic.php?p=759#759]De la poésie[/ulink], traite de ... la poésie.
    [ulink=http://www.les-ames-tendres.com/viewtopic.php?p=760#760]Sur la prose[/ulink], traite des astuces utiliisables en prose.


Je souhaite que ces éléments vous nourriront de nouvelles idées, éclairerons des routes que pensiez obscures, et vous donneront plus encore plus envie de coucher de l’encre. Mon dernier conseil, c’est de lire, lire, lire et encore lire, pour s’imprégner de ce que d’autres ont déjà découvert et mis en pratique.
Ven 20 Août 2004, 08:09 par PetitPrince sur Articles

Que restera-t-il...

Que restera-t-il de vous mes amis virtuels
Quand le temps sera passé
Que nos conversations se seront espacées?
Oublierons-nous nos discussions délicates
Qui parfois tournaient en fous rire complices
Ou nous emportaient au pays des délices?

Les amis trouvés au détour d’un clic
Restent-ils comme ceux que nous avions enfant
Ou disparaissent-ils au fil du temps?
Que restera-t-il de nos amours passées
S’envoleront-elles de nos mémoires
Pour ne laisser que du desespoir?

Vous qui peuplez mes jours ou mes rêves
Qui partagez mes peines et mes envies
Serez-vous toujours ici?
Dans vingt ans que sera-t-il advenu
De ces bouts de vies que nous aurons partagés
En virtuel, parfois en vrai?

Continuerons-nous, décrépis
A refaire le monde et à nous
A chanter, espérer et rire?
Echangerons-nous encore les polaroïdes
Histoires de vacances et découvertes
Photos des petits-enfants sur l’herbe verte?




Que restera-t-il de vous mes amis virtuels
Ces amis trouvés au détour d’un clic
Vous qui peuplez mes jours ou mes rêves
Continuerons-nous, décrépis
Tiendrons-nous nos promesses de toujours être amis...

... Ou nous éteindrons-nous d’un bouton de souris...
Mar 17 Août 2004, 21:28 par la marquise de sade sur Amour internet

10 questions à l’administrateur des âmes tendres.

Interview réalisée par Elodie Noël.

Le site d’écriture des âmes tendres est le rendez-vous d’écrivains en herbes sur le web. Libre, il permet à qui veut de venir écrire des récits, des poèmes, ou des nouvelles mais pas sur n’importe quel thème. Et oui, c’est sur l’amour, les sentiments et même les pulsions charnelles que le texte doit porter. PetitPrince, le pseudonyme du créateur et administrateur du site, répond à dix questions pour cette interview informel.

EN : Pourquoi le site des âmes tendres ?

PP : Pour plusieurs raisons. Permettre à chacun de venir travailler son écriture dans un thème imposé et rigoureusement cadré. Le fait d’écrire prend vraiment son importance lorsqu’on montre son travail aux autres, ça change complètement l’approche de l’écriture. Ensuite, et là c’est plus philosophique, c’est pour fabriquer sur la toile une niche ou la beauté règne. C’est en cultivant le beau, que l’on fait sa propre beauté.

EN : Le thème choisi par les âmes tendres n’est-il pas un peu difficile à traiter ?


PP : Certes, un copain m’a dit que j’étais élitiste à proposer d’écrire avec une belle plume sur le thème des sentiments (rire). Ce n’est pas non plus insurmontable, nous avons quelques 100 personnes qui sont inscrites sur le site qui s’y essayent, et qui y arrivent. On a tous un truc de beau à l’intérieur, il faut juste avoir le courage de le laisser sortir. La plume, elle suit.

EN : Le site des âmes tendres est-il un atelier d’écriture ?


PP : Ce n’est pas vraiment un atelier d’écriture. Dans un atelier d’écriture, il y a des gens compétents qui dirigent les travaux, conçoivent et corrigent des exercices. De plus ils suivent les apprentis écrivains. Le site des âmes tendres, c’est un immense exercice à répétition : écrire joliment sur des jolies choses. Je conçois les thèmes, les membres écrivent dedans. Les membres peuvent aussi me suggerer un thème qui leur est cher et semble coller avec le site. Dans ce cas, je les fais bosser sur le titre et l’accroche qui doivent avoir une tournure très précise.

EN : Et pour les autres, les lecteurs ?

PP : Le site a entièrement été refait pour l’agrément de la lecture. Je me suis d’ailleurs beaucoup inspiré des tendances actuelles, des blogs notamment, ainsi que de Spip qui possède la calligraphie la plus lisible sur le web. Le visiteur accroche le site en passant pas un moteur ou un annuaire, et flâne dans les pages à lire des choses incroyablement belles, sur un thème magnifique, dans une présentation absolument délicieuse (rires).

EN : Vous parlez d’amour, mais de sexe aussi. N’est-ce pas risqué ?

PP : L’érotisme, les histoires chaudes et sensuelles, ont tout à fait leur place sur le site des âmes tendres. L’écriture d’une nouvelle érotique, d’un récit érotique demande certes une plume et un savoir faire un peu particulier. En revanche c’est dans cette rubrique des liaisons sulfureuses que les membres, même les plus timides, viennent le plus volontiers poster. Ah le sexe, ca fait tourner le monde, et la tête, alouette.

EN : Vous-même vous écrivez. Comment vous y prenez vous ?


PP : Chaque écrivain possède sa façon de faire. Personnellement, j’écris sur ordinateur, ce qui me permet de coucher rapidement la trame de mon texte, de changer l’ordre de quelques idées. Je relis, je corrige deux trois fautes de style, et dés que ca me semble bon, je le poste sur le site. Par le suite, je vais éditer mon texte environ deux ou trois fois pour corriger les quelques choses qui m’avaient échappées.

EN : Et pour cette fabuleuse imagination, vous faites comment ?

PP : C’est sur que si on se met devant une feuille blanche et qu’on se dit « je dois écrire un truc », ça ne marche pas. Je suis assez sensible à ce qui se passe autour de moi. Lorsque je ressens une émotion à la vue d’une scène dans la rue, je vais en tirer la source d’un texte, ou alors ça fera partie d’une description dans un des récits. Je ne suis pas très bon pour d ce que je vois, mon truc c’est plus faire naître des émotions.

EN : Ca fait longtemps que vous écrivez ?

PP : J’ai découvert l’écriture en racontant à une amie les débuts de ce que je croyais être une aventure amoureuse. Je me souviens, c’était par mail, il y a de ca 5 ans. Je voulais son soutien, et je ne voulais pas qu’elle s’ennuie de trop à lire mes doutes et mes angoisses. Alors je faisais en sorte que ce que j’écrive lui plaise, la fasse rire. C’était une muse finalement. Depuis j’ai toujours conservé cette approche d’écrire, faire plaisir au lecteur, ça facilite énormément le travail, et ça fait des textes très beaux.


EN : Vous n’écrivez que sur le site des âmes tendres ?

PP : Non, j’écris aussi sur d’autres sites. Ca me permet de me frotter à d’autres genres, comme le policier, le fantastique, ou même le gore. Les ambiances ne sont plus les mêmes que dans le cadre sentimental, et cette diversité est agréable. Pour ces récits là d’ailleurs, j’emploie souvent la technique de Matheson qu’il me semble avoir perçue à la lecture de ses nouvelles. Le résultat est souvent au rendez-vous. L’absurde et la science fiction me plaisent beaucoup, mais là, il faut être très fort pour ne pas sombrer dans les lieux communs ou le nombrilisme.


EN : Vous envisagez d’écrire un livre ?


PP : Oui, ça me tarabuste pas mal, mais je crois que le travail à fournir m’effraie. Aujourd’hui j’écrit pour forger ma plume en racontant des choses qui me tiennent à cœur. Les scénarios sont tout petits, souvent inexistant au moment ou je commence le texte. J’ai juste envie de faire passer quelque chose, alors je fais confiance à mon cœur et j’y vais. Pour un livre, je crois que l’approche doit être plus rigoureuse, qu’il faut faire ce que je fais mais à une échelle différente. Je ne sais pas si ça me plairait, si je serais aussi à l’aise qu’avec des textes cours. Peut-être un recueil de nouvelles, ou une courte nouvelle comme Amélie Nothomb sait si bien faire.


EN : PetitPrince, merci.
Sam 14 Août 2004, 08:59 par PetitPrince sur Articles

Lettre à un copain

Mon cher V.,

Je me permets de t’, suite à la lecture d’un texte que tu as intitulé "Obsession". Que ne suis je heureux de constater, du moins de deviner que tes émois mélancoliques ont pris fin, alors que tu sembles avoir rencontré celles qui satisfait les appétits de ton coeur.

En te lisant, je retrouve les pensées que je pouvais avoir lors de ma première rencontre avec une femme. La première femme. Oh que je fus alors transporté, prêt à bénir toute entité divine de tout les peuples sans distinction ni ostracisme pour ce cadeau qui m’était offert. Si à l’époque j’avais eu la plume au bout de mes doigts, nul doute que guidé par les élans de mon âme, je m’en serai servi pour des mots similaires aux tiens. Alors je veux croire en te lisant que celle-ci est ta première. Ceci justifie au moins ma lettre.

Te relire me fait revenir très loin dans le passé. Et, me remémorant les moments vécus, les bons comme les moins bons, je n’ai qu’une envie, celle de te conseiller d’étreindre celle que tu as choisie comme compagne de route jusqu’à ce qu’elle te supplie d’arrêter. Cela te semblera peut-être curieux comme conseil, car aucun gentilhomme ne se laisserai à dire, ni à entendre de pareils mots ! Mais ces mots sont justes. Car la folie des hommes, l’aveuglement de copains, l’offuscation d’une mère, rien ne vaut les innombrables coups de rein qu’il faut prodiguer à la première que le sort nous envoie. Tous ses coups de rein sont la signature, la preuve tangible et fugace d’un moment de bonheur écrit dans ton âme.

Ce livre que des années après, tu reliras émerveillé, je te le souhaite.
Dim 01 Août 2004, 22:42 par PetitPrince sur L'amour en vrac

Mois contre moi

Jamais je n’aurais pensé en arriver là
Aimer quelqu’un de qui j’éloigne mes pas.
Nier les évidences et fuir les apparences
Voilà pourquoi ma vie frôle l’indécence
Il faudra bien que ces sentiments je consume
Et que mes faiblesses intérieures j’assume
Rancune, aigreur et jalousie font mon amertume

Fut-il dur à supporter, le temps passe
Et toujours ces sentiments qui me dépassent
Vrai pourtant qu’il faut qu’ils trépassent
Remède ou poison rien ne semble efficace
Ignorer les appels de mon cœur de glace
Et toutes ces lignes de ma vie que j’efface
Retour retard des souffrances en pleine face

Moi qui voulait tout maîtriser par le raisonnement
Avachi là, perdu dans l’avalanche des sentiments
Résigné face à l’amour et son acharnement
Sourire à la vie serait tellement plus évident

Vide mes poches de regrets d’hiver et cours avec moi vers demain

Arrive une nouvelle saison, aimer d’une autre façon ?
Vincent saura-t-il enfin faire éclore sa raison
Refroidie par les frimas d’un hiver sans passion ?
Il veut retrouver l’émoi de chairs en fusion
Laissons le combattre ses éternelles obsessions.

Mai est là, mes sentiments je n’ai pu étouffé
Ainsi va ma vie , de désir en manque
Immense…à ne plus voir le fond de ma raison

J’attends toujours le déclic qui me ferait avancer
Un sourire te suffirait pour me désarmer
Il est loin le temps où je faisais le désintéressé
Nuit la plus courte à rêver ta chaleur mouillée

Prends ma bouche d’un baiser de printemps et chasse les démons qui envahissent mon esprit

Je veux du soleil au cœur et à l’âme
Un petit rayon pour rallumer la flamme
Illusion de chaleur dans une vie sans cœur
Laissons les étoiles rapprocher leurs lueurs
La morale pourra dire que c’est une erreur
Et alors ? l’amour n’accepte pas de blâmes
Toute envie n’a de maître que celui qui réclame

A quand les coups d’amour, brûleurs de peau
Ou devrais-je me contenter de me glacer les os ?
Utopie, quand j’aime, est le premier de mes mots
Tout bonheur je m’interdis, trop beau, trop chaud

Soirée de fin d’été à réviser mes pensées
Et si demain tout ça venait à s’arrêter ?
Peut-il d’ailleurs en être autrement
Tout ici n’est à la vie qu’un pansement
Et quand ce petit monde viendra à s’écrouler
Mes jours ne trouveront plus le refuge secret
Bien sur comme d’autres fois, je survivrai
Restera la saveur douce-amère d’un baiser percé
Et les moments partagés figés dans l’éternité

Hors de moi, hors de l’amour, hors saison, le temps ne me sera pas rendu

Oublier les nuages et le ciel au regard malsain
Continuer à écrire ensemble une histoire sans fin
Tels devraient les idéaux des combattants du destin
Observer les émotions sans imaginer leur déclin.
Bien mal m’a pris d’avoir attrapé le béguin,
Refoulé mes angoisses et joué au maître libertin,
En sachant que mes sentiments resteraient souverains.

Nos liens se renforcent dans ce diffus virtuel
Osmose, agrafe sentimentale et désir charnel
Virevoltent dans nos têtes les rires et les mots
Ensemble nous partageons tout, de bas en hauts
Malaise quand nos fiels amènent les sanglots
Bien être et tendresse, échanges les plus beaux
Réfugiés derrière l’écran, nous vivons le passionnel
Enroulé autour de mon être, ton charme est réel

Déjà la fin de l’année et toujours rien de changé
Exorcisme et magie noire n’ont pas fonctionné
Contre des ressentis en moi ancrés et cimentés
Espérer pour libération l’asphyxie de l’âme damné
Mois contre moi, mes rêves dont je ne suis plus sur
Braver les frustrations, vivre dans l’intense et le pur
Rentrer dans la carapace dans les moments plus durs
Et entendre ton rire qui lézarde les murs…

Les rêves sont comme les anges. Ils ont besoin d’ailes pour s’envoler. J’ai besoin d’elle pour m’enivrer.
Mer 14 Juil 2004, 17:42 par la_tulipe_noire sur Amour internet

La lettre

Le texte qui suit est une adaptation partielle, du moins pour le début seulement , d’un texte que je postais pour Maria, une talentueuse membresse du site de notre ami MasterGraham. M’étant pris d’affection pour la réponse que je lui fis, je ne résiste pas à l’idée de vous la faire partager.

Cet après-midi là, Maria arriva en pleurant dans le salon où sa mère travaillait sur une layette pour le futur et prochain petit frère de Maria. Elle se jeta dans les bras de sa maman en sanglotant, ne cessant de répéter que ce n’était pas juste et que le monde était méchant. Que quand elle serait grande, elle changerait cette injustice. Et force de sanglots déchirants et mouillés.

La maman de Maria caressa la tête de sa fille enfouie dans son giron pour la consoler. Elle oublia un instant son ouvrage, et prit sa petite fille contre elle en lui caressant les cheveux.

-Allons, Maria, qu’est ce qui te rend si triste ?

Maria renifla entre deux sanglots, et le temps de reprendre sa respiration, elle expliqua à sa douce maman.

-Hier, j’ai vu un papillon à la fenêtre. Il n’était pas beau, pas comme ceux que je vois d’habitude dans le jardin. Il était gris, et il tapait contre la vitre.

Elle éclata en sanglots encore une fois, et poursuivit son récit.

-En plus, il avait une aile cassée. Papa m’avait dit un jour que si on voyait un animal souffrir et qu’on était convaincu qu’il allait mourir, alors il était de notre saint devoir d’homme d’achever ses souffrances. Et il a dit, qu’il fallait le faire, même si on avait peur, même si ça nous rendait triste.

-Et alors, tu as aidé ton ami papillon à ne plus souffrir Maria ? s’enquit sa mère une fois de plus émerveillée par les valeurs de sa fille.

-J’ai voulu, mais avant que je le fasse, il est mort tout seul dans mes mains.

-Ah. Et c’est ça qui te rend si triste ?

- Non, c’est la lettre qu’il m’a envoyé...

-Qu’il t’a envoyé ?

La petite Maria s’écarta, et fouillant dans la poche de sa petite robe sortit une lettre. Elle la déplia sous les yeux incrédules de sa maman - A-t-on jamais vu un papillon ? - et lui tendit le bout de papier déplié.

La maman chaussa ses lunettes et lut la mystérieuse lettre que sa fille avait reçue.
Ven 09 Juil 2004, 16:31 par PetitPrince sur Un monde parfait

Six pieds sur ciel...

Tergiverser sur un nom,
Rêver, dans une classe, tout au fond,

Ecrire ses pensées,
Finir, signer, s’envoler,

Tendre son cœur à sertir,
Entendre sa voix et s’enfuir,

Peindre ces pas de cendres,
Teindre ces gestes pour se rendre,

Faire pénitence sans se plaindre,
Taire l’impur de ce gindre…

Frayer un chemin à la machette…
Et te perdre pour appuie sur gâchette…
Mar 25 Mai 2004, 16:11 par Rose sur L'amour en vrac

Premières lignes

Bien sûr, on me l’a dit mille fois, ce n’est pas bien.
Je sais que je n’aurais du jamais la fréquenter, n’avoir jamais croisé son chemin, la voir uniquement par le murmure des lèvres d’autres personnes. Pourtant, pour une fois, j’ai laissé vos conseils de coté...
Est-ce par défi imbécile, pour me donner de la contenance, comme disaient ceux qui l’ont croisé... Maintenant que j’ai fait le pas, je sais.
Elle n’est pas très loin de moi, et je la rappelle de temps en temps. La première fois que je l’ai fréquentée, elle avait tout pour me rebuter. On peut dire qu’elle était agressive, elle me brûlait intérieurement et ne me donnait rien des espérances auxquelles j’aspirais.
Puis petit à petit elle s’est donnée. Lentement, elle s’est distillée dans la toile de mon esprit. Etonnant, parce que je ne me connaissais pas aussi ouvert, du moins pas aussi rapidement. Les instants de faiblesse ne s’improvisent pas, elle en a surement profité.
Elle s’est installée, confortablement. Me mettant parfois à genoux, elle a su plus souvent me relever. Elle, fidèle, compréhensive, disponible, aimante par certains cotés.
Dans ses transparences, j’ai vu le soleil se cacher.
Par sa présence, j’ai vu le temps ralentir.
Elle a guidé ma main, fait voir les choses d’une autre façon, m’a aidé à ces premières lignes.
Je sais qu’un jour, je devrais en payer le prix.
Je n’attendais que ça, une échéance capricieuse, du sel à la vie. Je devrai un jour m’en séparer. Pour l’instant je joue l’insouciance, et je m’en accommode par défi.

Je voulais lui rendre un hommage, à défaut de pouvoir prononcer son nom.

(Je cherchais depuis longtemps un forum de ce type, merci à vous - en essayant d’être à la hauteur amuse )
Dim 23 Mai 2004, 20:54 par Le Chat Noir sur Un monde parfait

Paix et amour

Bonjour Gothik et bienvenu ici, sur le forum d’écriture des âmes tendres.

Tu fais fort en attaquant directement un membre dis donc. C’est fort peu courtois de ta part de critiquer quelqu’un que tu ne connais pas et dont tu te fais une opinion via seulement un seul de ses textes... A tort, il va de soi.

Laisse-moi un peu t’expliquer pourquoi j’ai crée le forum des âmes tendres. Je souhaite que les gens qui s’inscrivent ici, le fassent parce qu’ils ont envie d’ sur des jolis thèmes suggérés par l’amour. Je souhaite que ces gens-là viennent surtout exercer leur plumes, la faisant parler avec la légèreté qui leur sied, sans redouter la critique souvent trop dure de leurs lecteurs. Tu me suis ?

Alors pour donner à chacun sa muse, nous avons plusieurs rubriques, sur lesquelles nous nous employons à réagir en respectant le principe du forum : sans juger, ni les autres, ni soi-même, juste pour la beauté des mots. La citation d’Alfred de Musset s’y prète bien, de même qu’une quantité d’autres d’ailleurs.

Ici, c’est un havre de paix, du moins je m’y emploie pour que ce soit ainsi. Viens avec nous de jolies choses, découvre des textes inédits, émouvants souvent, parfois maladroits, parfois malicieux, ou même carrément audacieux.

Mais ne sème pas les mots de la discorde.

Je pense qu’un joli texte de ta part trouverait bien sa place aprés celui-ci, pour nous faire découvrir comment tes mots réagissent avec splendeur à la remarque d’Alfred.
Jeu 22 Avril 2004, 16:00 par PetitPrince sur Citations

Eloge à La Marquise

Marquise, marquise, douce marquise, merci.
Tes mots me touchent, me flattent, me plaisent,
Et je voudrais ecrire pour toi quelque chose,
de joli, qui te fasse plaisir, qui te mette à l’aise.

Te dire avec des mots simples et doux,
que ton poème fut le premier salaire,
que je n’attendais vraiment pas du tout,
et que je lis géné sans en avoir l’air.

Marquise, marquise, trop peu te comprennent,
Femmes, hommes ou bêtes qui traquent ton émoi,
A tous ces rois qui te voudraient comme reine,
Je leur dirais qu’il était une fois toi.

Merci.
Lun 05 Avril 2004, 23:21 par PetitPrince sur Un monde parfait
Page 7 sur 8 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

Ecrire sur écrire

Ecrire sur écrire Dans mes plus beaux moments, Mon grain de S..el., Le bus, A tous les hommes qui ont traversé ma vie., Ecrire sous la contrainte, Ecrire, Que restera-t-il..., 10 questions à l’administrateur des âmes tendres., Lettre à un copain, Mois contre moi, La lettre, Six pieds sur ciel..., Premières lignes, Paix et amour, Eloge à La Marquise,
Il y a 109 textes utilisant le mot écrire. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Quand la pauvreté frappe à la porte, l'amour s'enfuit par la fenêtre.

Proverbe allemand.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 02 Mars 2024, 08:05
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 30 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite