à mes jardins d'hier

J’ai parcouru le monde et ses vastes jardins
Je n’ai trouvé repos seulement qu’auprès du mien
Où fleurissaient la nuit, tous les soleils éteints
Des jolies fleurs de soie, ou de tendre satin

J’ai traversé les âges et ses plus grands châteaux
Je n’ai trouvé asile que dans des petits hameaux
Ou s’éclairaient mes jours et mes tristes oripeaux
De fils d’or en dentelle sur moi à fleur de peau

J’ai croisé tous les temps et leurs caprices changeants
Je n’ai pu ramener que pluies et mauvais vents
Et si peu de rosées des beaux jardins d’antan
Et si peu de fines perles des fleurs d’iris blanc

J’ai parlé à des fleurs plus belles que vos images
Mais seulement ramené des pierres de mes voyages
Que j’ai posé un jour sans âme et sans bagages
Pour emmurer ma vie et ne la faire que sage

J’ai gardé souvenir des couleurs des hivers
Je les peintes ici et là sans fard et sans mystère
Où volent des papillons voyageurs
Dans mes jardins secrets, dans mes jardins d’hier.

JIME en réponse à caressedesyeux le jardin japonais
Mer 27 Fév 2013, 16:22 par Jime sur L'amour en vrac

Où sont passés les romantiques ?

A l’heure où la vie se deroule à 100 à l’heure, où les esprits s’affranchissent, des termes tels que amour, fidélité, vrais sentiments,tendresse ont perdu tout leur sens

C’est ce que ressentent et déplorent beaucoup de personnes aujourd’hui, et pas seulement les femmes

A l’heure où le monde est de plus en plus superficiel, où un couple sur deux se separe, où les relations amoureuses ne se cantonnent bien souvent qu’à un plan d’un soir, où les gens se " jettent" au moindre petit souci, où chacun recherche la perfection tant physique que morale,il y a vraiment de quoi se sentir complètement perdu

Et les romantiques, dans tout ça ?

Ils se sentent exclus , et la vie autour d’eux s’apparente à une jungle dans laquelle ils pensent ne pas avoir leur place

Aujourd’hui, c’est à croire que tout le monde ne rêve que d’aventures et sans intérêt
Où sont passées les vraies valeurs, les sentiments durables et profonds ?

Le romantisme n’existe pas que dans les romans, je le sais parce-que je suis une vraie romantique et que je le revendique haut et fort, et tant pis pour ceux qui auront envie de se moquer !

Aujourd’hui, l’amour est aussi devenu un bien de consommation.On prend, on essaie et si ça ne plait pas, on jette et on passe au suivant

Tout est formaté, même dans ce domaine.Qu’en est-il de l’imprévu, des belles rencontres faites grâce au hasard ?

Le romantisme c’est quoi ?
C’est une petite rose qui vous est offerte, comme ça, alors que vous ne vous y attendez pas, qu’aucune date ou évènement ne vient justifier cette délicate attention

C’est un petit mot doux glissé dans un sac à main, sans raison, juste pour dire " je pense à toi "

C’est aussi la galanterie au quotidien et les petites attentions de chaque instant qui ne coutent pas cher mais font tellement plaisir.
Et cela va dans les deux sens, bien sûr

Désuet, le romantisme ? Que nenni ! mais il serait grand temps de vraiment s’y remettre
Sam 25 Fév 2012, 17:05 par Marhyna sur La séduction

Votes concours interforum vers à lyre n°8

Bonjour à tous,

Ce concours "arc-en-ciel" a donné lieu à 3 participations. A vous de jouer, lisez ces mots, imprégnez vous de leurs teintes et votez pour ceux qui vous auront le plus touché !

Modalités :
  • Pour voter, postez à la suite de mon message « je vote pour le texte n° ## ».
  • Vous avez jusqu’au 15 avril 2010 pour donner votre avis.
  • Si jamais vous souhaitez changer votre vote, cela reste possible jusqu’à cette même date en m’envoyant un MP ou en éditant votre message sur le forum.

Le règlement est toujours à votre disposition si vous le désirez.

PS :
  • [size=85]Pour les membres de l’équipe Vers à Lyre pensez que vous ne votez QUE sur le forum du magazine ;)[/size]
  • Si vous avez écrit un texte d’un autre genre que la citation sur le thème Couleur, vous pouvez le proposer à notre appel à texte jusqu’au 31 mars (plus que 4 jours !)
  • S’il y a aussi des artistes sur le forum, pour les photos, dessins, créations sur le thème Couleur, il n’est pas trop tard non plus (fin de l’appel le 31 mars aussi) et dans ce cas, rendez-vous à l’appel à image



Texte 1
Citation:
J’écris à l’encre verte, mon envie de nature,
mon envie de m’allonger dans les herbes hautes.
Rester allongée,ressentir l’herbe à mes
moindres mouvements. Regarder le ciel et
comptempler les nuages et leurs voluptes

J’écris à l’encre blanche,les hivers
enneigés. J’écris le gel, la froideur humaine.
Je décris ces couloirs longs et blancs sans fin.
J’ecris la maladie incurable, l’écume, la page immaculée

J’écris à l’encre bleue,l’été, les calanques.
J’écris mes abysses si profondes.Je décris
tes yeux et mes bleux de mon ame.

J’écris à l’encre jaune, le soleil,l’espoir,
le renouveau. J’ecris mon combat.
Je décris ma force vive


Texte 2
Citation:
J’aime le blanc… Le blanc pur d’un ange déchu, le blanc intouché d’une vierge, le blanc d’une jeune mariée frémissante. J’aime le blanc de ta peau qui se hérisse sous mes caresses.

J’aime le noir… Le noir ténébreux des démons, le noir inquiétant des ruelles désertes, le noir impénétrable de la nuit. J’aime le noir de tes cheveux que j’empoigne violemment.

J’aime le vert… Le vert enivrant de l’absinthe, le vert mortel du poison, le vert des espoirs déçus. J’aime le vert de tes yeux effrayés.

J’aime le rose… Le rose innocent des petites filles égarées, le rose honteux aux joues des prudes effarouchées, le rose odorant des fleurs du mal. J’aime le rose de tes lèvres tremblantes.

Mais par-dessus tout, mon ange, j’aime le rouge de ton sang qui ne coule que pour moi.


Texte 3
L’artificier


Citation:
La nuit légende l’or des étoiles mourantes
Dans le bain marine de ses voiles obscurs.
Les lunes sont blanches sur les nues qui s’éventent
Aux marées stellaires colorant nos futurs.

Quand fleurissent soudain des jardins éphémères
Éclaboussant les sens de leurs effets visuels.
Des fleurs éclatantes s’approprient les jachères
Des champs du ciel ravis de ces bouquets pluriels.

Des coquelicots s’étalent dans l’explosion
Du camaïeu des bleu vociférant l’espace
Le temps d’un soupir où s’imprime l’éclosion
Des boutons d’or et des violettes fugaces.

Et l’on voit jaillir des fontaines d’Arlequin
Ruisselant de soleils déclinant les agrumes
Dans l’enluminure d’étranges fruits carmins
Dévorés par les flammes de dragons à plumes.

L’artificier lâche ses salves de pigments
Peignant sur la voûte des tableaux si fragiles
Qu’ils fardent nos iris de pétales géants

Dans la rémanence d’un rêve versatile...
Dim 28 Mars 2010, 13:04 par VaL Scorp sur Annonces

Une overdose



De mon état euphorique,
je me perche sur ses nuages de coton
Pour dévorer ses boules de saveurs sucrées
Et qui me font du bien,
De leur odeur alléchante
Et dont je peux tous transformer
En m’imprégnant de leurs parfums chocolatés
Nougatine, puis fourrées de praline, de noisettes concassées
Pour le plaisir de mon palais.
Boire de ce breuvage si doux qui coule à flot
Et dont j’en oublie mes kilos..............
Le temps est à la tentation
En goutant aux fruits de la passion.
Engloutir , ses mignardises
Qui nous font faire des bêtises
Mais des bêtises éphémères
Qui parfois ont un goût amer
D’en avoir trop mangé
Et surtout "dégoutée"!!!

CARESSEDESYEUX



Sam 27 Mars 2010, 17:57 par caressedesyeux sur Mille choses

Volare... épilogue

Le temps suit son cours inévitable, il passe avec son cortège d’espérances, de joies, d’illusions et de souffrances, aussi. Tout finit, les histoires sont comme les êtres, elles naissent, se développent et après le point culminant, doucement sombrent vers leur lit de repos où la mort les étreint dans un souffle.
Lorsqu’elle l’avait croisé, elle avait pensé qu’il n’y aurait pas de fin à eux deux, pas de fin à la joie de leurs rencontres aussi fussent-elles, aussi libres et gratuites. Elle avait espéré qu’un jour leurs doigts se mêleraient comme leurs coeurs et leurs corps sans pourtant se confondre et qu’ayant goûté à la saveur l’un de l’autre ils puiseraient dans leurs étreintes le désir et la joie de s’inventer des lendemains encore et encore ensemble... Elle y avait crû. On se trompe souvent et parfois, il nous semble que rien ne saurait nous contredire.
Le temps avait passé, il ne restait plus rien de leur histoire, elle se demandait si elle n’avait pas rêvé tout cela et déjà le visage aux yeux clairs devenait flou dans sa mémoire et leur plage, leur nid n’était plus. Elle mit du temps à la chercher à retrouver les parfums et les lieux, lorsqu’elle découvrit enfin l’étroit escalier qui conduisait à son refuge, il n’existait plus de lui qu’une ou deux marches qui débouchaient sur un élégant restaurant de bord de mer... Exit leur amour. Elle se mit à trembler, des larmes perlaient au bord de ses cils mouillés de tristesse...
Elle resta là un long moment, assise sur la première marche à contempler la mer au loin et peut-être à faire le deuil de son histoire... Elle regarda le ciel changer de couleurs et ce sont les premiers clients du restaurant qui la délogèrent. Elle reprit en main ses clefs de voiture et disparut dans la nuit frémissante.

"Volare, oh, oh [...]"
Sam 26 Déc 2009, 21:47 par dolce vita sur Histoires d'amour

Les amours...

Les amours qui naissent sont des boutons de rose
Qui, comme des caresses, sur le cœur se posent.
Je les garde en moi, je ferme les yeux,
Flotte au dessus de moi un voile merveilleux.


L’amour ? Ne pas confondre, au delà des passions
Au delà du désir, il y a la raison :
La morale de la vie freine un peu les envies
La passion, elle, consume avec ses fantaisies !

Mais, pour ne pas blesser et aussi protéger,
Sa famille, ses enfants, ceux qu’on ne peut laisser,
Alors, les amours volées deviennent délétères
Mais sont-elles des amours ou passions ?

Les amours ? C’est si vaste ! Bien plus que l’amitié,
Ils remplissent les cœurs, ne sont pas limités
Et s’ils comblent les corps, ils grandissent les âmes :
Dès que je pense à elle, tout mon ego s’enflamme !


En effeuillant la rose on garde le parfum.
On voudrait qu’elle s’ouvre ; c’est le vœu de chacun !
S’il y a restrictions, la bouche devient amère
Aux yeux du souvenir ne reste qu’ombre chère.


A ces larmes qui coulent aux yeux du souvenir
Je ne sais que répondre qu’il n’y a plus d’avenir,
Et que pour l’amour vrai - le plus beau des spectacles -
Pour deux êtres qui s’aiment il faut un pur miracle ...

Jan
Mer 31 Déc 2008, 18:14 par j.r.garou sur Histoires d'amour

Ah l'amour...

Ce sentiment qui nous traverse,
A tout moment de la journée,
Sans être forcément partagé,
Nous entraîne et nous bouleverse.

L’émerveillement d’un regard,
La passion d’une relation,
La violence d’une pulsion,
Nous fascinent et nous désemparent.

Les instants doux et ,
Il faut savoir en profiter
Car demain le vent peut tourner

Une rupture arrive si vite,
Elle est pour cela bien maudite.
L’amour est partout la terre!
Lun 30 Avril 2007, 22:32 par jejefofo sur L'amour en vrac

Rivière de sentiments

Comme les mots sont éphémères
Et l’amour est une bien belle rivière
Qui nous emporte vers tant d’illusions
Et nous berce par tant de passion
Où l’on s’enferme dans une bulle de verre
Avec ses sentiments et ses mystères
L’esprit se frotte à la lune
Et les yeux, d’une flamme, s’allume
Croire aux mille et une merveilles
Rêver sans plonger dans le sommeil
T’écouter et observer ton sourire
Qui m’enivre avec tant de plaisir
Apprécier la beauté de tes yeux
Et se laisser s’envoler aux cieux
Profiter tout simplement du bonheur,
Et se dire que demain n’est pas un leurre..."

Catilina
Ven 09 Fév 2007, 02:21 par Utopia GFR sur Parler d'amour

Prime enfance aux teintes toujours vives

Que de doux souvenirs images à partager
Et que tu nous fais vivre en hommage au passé
Et la force tranquille de ces lieux adorés
Où tu coulais ami des jours plein de gaieté

Raconte-nous encore ces moments d’autrefois
Non Jan n’hésite pas à faire naître la joie
S’allument bien des vies autrement
Qui sont dans l’aujourd’hui plus que l’ombre d’hier

Et revivant par toi deviennent atemporels
Ces instants et ces voix issus de ton enfance
Allume ton pinceau au feu de l’innocence

Pour que tous tes tableaux se parent du réel
Qui a bâti tes mots et fais de toi un homme
Qui porte le flambeau de toute vie en somme.
Jeu 25 Jan 2007, 09:56 par dolce vita sur Mille choses

Sourire à la vie.

La montagne, crépite de gaîté, explose de lumière. Des torrents de larmes de bonheur jaillissent, éclaboussent les prés. Des perles nacrées câlinent les crocus, les pâquerettes, les myosotis qui s’éveillent peu à peu à la galanterie native du printemps . Les nouvelles pousses des pâturages chassent la poussière de l’hivers. Bientôt des chevrettes, sottes de pirouettes viendront tailler cette étendue vert clair, mouchetée de vert plus sombre, où des tapis, de fleurs, de mousses sauvages s’allongent tout à leur aise Au loin, un pic-epêiche éternue sa mélodie...

Petit caillou magique. Petit point dans l’immensité d’un paysage fleuri. Long, gris, plat et lisse. Petit galet. Une rivière insouciante, couleur bonbon à la menthe, cours et chante au pied de la montagne. Une passerelle de bois, entre les deux les rives, se balance paisiblement. Elle offre aux promeneurs une page blanche et les invite à écrire une poésie galbé de bouton d’or. Sur la berge, Adeline se tient debout provoquant le soleil levant, le galet du destin serré dans la paume de la main. Elle se penche, et le lance . Celui-ci lâché, ricoche, ricoche. Des ondes dentelées et apparaissent à la surface de l’eau. Deux , puis trois, de plus en plus infimes. Galet léger, galet évadé. Au troisième rebond, il plonge, s’enfonce dans le miroir opaque et lointain. Adeline contemple le vide. De jolis yeux sans âme, sans coloriage_ Elle n’entend pas le bruissement des feuilles des bouleaux qui bordent la rivière. Elle regarde, accroupie, les yeux dans ses songes. Elle n’entend pas les clochettes des digitales, ballottées par la brise du vent, tintiner joyeusement dans toute la montagne, oasis de douceur.

Le galet, jeté au hasard, a éveillé les poissons endormi dans la mémoire d’Adeline à la triste saison. Des familles de saumons malicieux sautent éparpillés . Les saumons esquivent quelques cabrioles maladroites, pour se parfaire dans des sauts périlleux frétillants et capricieux. Apeurés mais libres. Dociles mais sauvages. Adeline regarde. Aucune étincelle dans ses yeux égarés. Elle regarde sans saisir ce spectacle de lumière aux teintes orangés. Éclats de liberté, de pépites diamantées se déroule sous ses yeux en transhumance.

Tandis que les ailes du soleil déploient ses rayons sur la montagne, les yeux d’Adeline s’entrouvrent légèrement sur une verte vallée voilée d’ une cascade de couleur. Lentement, elle réagit et revient peu à peu dans un monde imaginaire d’arôme, de sons. La vie se joue devant elle.
Elle sourit devant ces images, main tendue à elle. Elle sourit à la vie. Elle sourit en regardant la berge où repose tant de galets. Elle imagine, alors tous les galets rebondir sur les draps de ce lit, couleur bonbon à la menthe. Elle sourit à la pensée de milliers de sphères sur ce miroir au ton incertain. Elle sourit à la valse de tous les saumons, invitants les carpes, les libellules, les têtards à se joindre dans cette ronde de plaisir. Elle sourit et s’imagine ballerine en jupon de mousseline blanche au coeur de ce ballet. Elle s’imagine toupie bras tendus vers le ciel happant tous les nuages pour les sentir se couler le long de son corps meurtri.
Un simple galet jeté au hasard, serré dans une main à réveillé un sourire.


Fille du peuple.
Jeu 04 Jan 2007, 10:30 par Fille du peuple sur Mille choses

Volare... 2

Elle s’était décidée à retourner vers la petite crique. L’hiver s’était installé et il ne voulait pas quitter la place. Le mistral soufflait dans un rire étourdissant. Elle tenait ses cheveux à deux mains pour qu’ils ne retombent pas en pluie sur son visage, l’empêchant d’y voir clair. Les escaliers abruptes et disjoints pouvaient se révéler dangereux si l’on n’y prêtait pas attention : et puis, ce vent qui poussait dans le dos, comme pour l’encourager à descendre plus vite : « va, va », soufflait-il au creux de son oreille, « zou, zou »! ! ! Pour sûr, il était bien du midi ce drôle de mistral qui chantait le patois de Provence ! Elle descendait d’un pas régulier, trop absorbée par sa progression pour répondre aux yeux qui fixaient l’intruse. Lorsqu’elle Le vit, il était trop tard. Trop tard pour faire demi tour. « Shout » songea-t-elle, la plage, la mer, le vent, elle les voulait pour elle seule. Elle avait envie de tremper ses pieds dans l’eau, sans témoin, s’étendre sur le sable et le laisser grain par grain l’embrasser de ses mille bouches , sans témoin... Elle voulait plonger ses doigts dans la crinière blonde de la plage... Mais il était là. Visiblement, il n’était pas plus heureux qu’ils soient mis en présence l’un de l’autre et la regardait sans aménité. Tous deux se jetèrent des regards courroucés. Lui, d’enfant jaloux, elle, de chat sauvage... Elle avait fait des kms pour se retrouver là sur cette plage, « sa » plage, et ce n’était pas un inconnu qui allait l’en chasser... Elle se dit qu’il finirait bien par en avoir marre et partirait. Elle prit son mal en patience et alla s’étendre sur le sable bien décidée à faire abstraction de cette présence et du regard importun. Mais elle ne le pouvait pas, il lui semblait entendre jusqu’à sa respiration qui se fondait dans le mouvement régulier des vagues. Dans le souffle chaud qui caressait sa nuque. Rêvait-elle ? Elle fut prise de vertige et ferma les yeux... Elle le vit avec ses cheveux en bataille, ses yeux de pluie et le pull col roulé qui épousait son torse. Elle revit ses sourcils qui se rejoignaient sous l’effet de la colère... Elle sentit malgré elle une irrépressible envie de rire ; ils étaient aussi stupides l’un que l’autre ou aussi sentimental ou... Elle entrouvrit les yeux. Une silhouette faisait écran entre le soleil timide encore et sa pupille. Il était à 1 mètre d’elle et il la regardait comme un entomologiste à l’étude. Rien en lui n’était hostile, elle ne ressentit pas d’appréhension ; au contraire, il lui semblait qu’il faisait partie de la plage et comme elle, il ne pouvait pas lui faire de mal, du reste ses yeux ne révélaient plus que la surprise.
« Qui es-tu ? On ne voit guère de monde sur cette plage et surtout pas en cette saison. Je ne te connais pas. Tu es d’ici ? ». « Oui et non », répondit-elle, "elle n’avait rien à lui dire après tout. Il sourit comme s’il s’attendait à la réponse qu’elle venait de faire et qu’il n’en demandait pas plus. « Je m’appelle... » dirent-ils ensemble dans un accord si parfait qu’ils se mirent à rire. Décidément ! Seuls deux fous pouvaient se retrouver en plein hiver alors que le vent vous lance au visage de pleines poignées de sable et se mettre à rire avec le premier inconnu venu (nul doute qu’en pleine ville cela ne serait pas arrivé) ! Ils se regardèrent comme s’ils cherchaient en l’autre un indice, une clef. Ils ne parlèrent plus. Il s’assit à côté d’elle et ils contemplèrent la mer longuement, en silence. Ensemble, ils firent des châteaux de sable, ensemble, ils se jetèrent des poignées d’eau glacée comme des enfants espiègles avant qu’elle ne se mette à trembler de froid... Délicatement, il l’enveloppa du pull chiné qu’il portait à la taille. Et il mit ses mains sur ses épaules. « Je t’attendais », dit-il...
Jeu 09 Fév 2006, 21:35 par dolce vita sur Histoires d'amour

Neige..

La neige a tout recouvert. Les voitures avançaient doucement et cela me rappelle aux souvenirs d’autrefois. Nous étions étudiants. A cette époque, mes cheveux plutôt longs étaient parfois retenus au dessus de la nuque par un crayon ou par des tresses que je nouais à l’envie... Ce soir là, nous devions dîner ensemble et j’entendais parfois le bruit d’une voiture qui klaxonnait désespérément dans le lointain. Une ambulance, à deux pas ; mon cœur se mit à battre, tu étais tellement en retard, je me suis inquiétée. Il y avait tant et tant de voitures que j’avais vu déraper de façon burlesque et se percuter comme des dominos maladroits. J’ai vite domestiqué mes cheveux, mis un bonnet ocre sur la tête, enfilé mon blouson, une écharpe assortie et descendis les escaliers de la citée U quatre à quatre ; c’est alors que je me trouvai nez à nez avec lui. Il portait je ne sais plus quelles victuailles de l’air ravi du chasseur qui revient triomphant de sa battue, levant haut vers le ciel son trophée. Il souriait. Nous avons dîné dans ma chambre, sur mon lit, c’était une vraie dînette ! Et puis, dans la nuit éclairée par les cristaux de givre et la neige scintillante du chatoiement des étoiles, nous nous rendîmes dans le jardin public. Sur le sol, je me mis à graver des sculptures . Puis, sur le grillage j’accrochais mes gants en laine « pour un mendiant ». Nous nous allongeâmes dans la neige et prîmes en riant un bain de lune... Après, je m’amusais à faire des empreintes de chat, d’oiseau dans la neige sous ton regard amusé et des empreintes qui partaient dans des directions abracadabrantes, en riant de plaisir en songeant à la mine éberluée des passants au matin...
Nous rentrâmes et ce soir là, cette nuit là, fut notre première nuit ensemble. Que ces instants furent magiques. Cette neige, ce soir près de 20 ans plus tard, a effacé le temps et tout ce qui nous a fait cheminer tous deux sur des routes qui lentement se sont écartées. Qu’importe, quelque part, deux étudiants continuent de s’aimer dans la blancheur de la neige. Et cet amour je le vois parfois briller dans les yeux tendres de mes enfants...
Ven 27 Jan 2006, 19:46 par dolce vita sur Histoires d'amour

Sapin d’après Noël

Je marche sous la pluie au milieu des rues vides,
Où seuls quelques sapins me regardent passer.
Vies simples et végétales arrachées à leur sol
Pour être travesties de lumières .

Mon cœur est tout comme eux, délaissé et prostré,
Séchant tout doucement, déposé contre un mur.
Il brillait autrefois de sourire et de charme,
Mais les fêtes passées, ses lumières éteintes,
Il a peur, il a froid, sans sève et plein de larmes.
Dim 08 Jan 2006, 21:01 par l'homme de sable sur Mille choses

Il faut du temps...

Pour faire son deuil, il faut du temps,
Le temps que toutes les larmes coulent.
C’est un travail très épuisant
Que l’on fait seul évidemment
Et accapare chaque instant.
Ne pas chercher à l’éviter,
C’est bien par là qu’il faut passer.
La voie est périlleuse et les joies ,
car pour pouvoir guérir ses maux,
Il faut les dire et non les taire...
Pour que notre cœur puisse cicatriser
Il faut cautériser la plaie.
Et le mal est cuisant aussitôt découvert.
Puis, convalescent,
Avancer pas à pas,
Parce que l’on est fragile et encore délicat
Et qu’au moindre effort la cicatrice saigne.
Il faut de la confiance,
Il faut de la douceur,
Il faut cette attention patiente
que l’amour sait donner.
Et dans un cœur à cœur doucement s’élever.
L’amour vivante source,
Va et viens incessant,
Ne cesse de donner
Et reçoit tout autant...
Dim 11 Déc 2005, 19:44 par dolce vita sur L'amour en vrac
Page 1 sur 1

Ecrire sur éphémères

Ecrire sur éphémères à mes jardins d'hier, Où sont passés les romantiques ?, Votes concours interforum vers à lyre n°8, Une overdose, Volare... épilogue, Les amours..., Ah l'amour..., Rivière de sentiments, Prime enfance aux teintes toujours vives, Sourire à la vie., Volare... 2, Neige.., Sapin d’après Noël, Il faut du temps...,
Il y a 14 textes utilisant le mot éphémères. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Il est évidemment bien dur de ne plus être aimé quand on aime, mais cela n'est pas comparable à l'être encore quand on n'aime plus.

Georges Courteline.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Fév 2024, 21:50
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 20 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 20 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite