Ode à l'amour

Ode à l’amour

Du tréfonds de mon âme
Jaillissent ces mots divins
Brûlants comme une flamme
Qui jamais ne s’éteint

Je t’aime plus que tout
C’est une vraie frénésie
Je t’aime comme un fou
Je t’aime plus que ma vie

Je caresse tes cheveux
Pose mon front sur ton front
Mon regard dans tes yeux
Dans lesquels je me fonds

La douceur de tes lèvres
Brûlantes, pleines de vie
Allume en moi la fièvre
Des plus douces

Je goûte dans tes baisers
Le souffle de ton corps
Où je veux m’enfoncer
Jusqu’au-delà de la mort

Dans l’alcôve du plaisir
Je m’allonge sur toi
Frémissant de désirs
Le coeur rempli d’émoi

Je pose sur tes seins
Ma bouche assoiffée
Pour boire jusqu’à demain
Aux flots de volupté

Je me saoule de toi
Grisé par tes caresses
Éperdu dans tes bras
Serre-moi jusqu’à l’ivresse

Je brûle, me consume
Je divague, je chavire
Léger comme une plume
Je pars à la dérive


Jean-Claude ST-LOUIS
Dim 14 Avril 2013, 23:18 par gérémi sur L'amour en vrac

Baiser de miel ( duo caressedesyeux/inconnu)


Monsieur, puis-je avec votre permission m’assoir sur vos genoux
J’ai une folle envie de venir déposer des bisous dans votre cou
Comme un besoin de m’enivrer de votre doux parfum de peau
Et respirer ces effluves qui me rappelle celui du très bon cacao


Madame, je n’ai point l’habitude de recevoir de telle invitation
Mais votre sourire, attise une certaine convoitise en tentation
Que mon épiderme puisse susciter chez vous une telle envie
Fait naitre en moi un désir de me délecter d’une liqueur de vie
.

Monsieur, je ressens le besoin d’approcher ma bouche de plus près
d’effleurer du bout de ma langue le dessin que forme vos lèvres
Puis en votre compagnie de gouter, avec ce verre si bien remplis
Cette liqueur de miel qui attise en mon corps toutes les .


Madame, c’est d’un plaisir non dissimulé que j’adhère à vos désirs
Sans chercher à comprendre ce qui en vous, doucement m’attire.
Mais je succombe à cette délectation de vos lèvres mielleuses
D’un simple baiser sucré, échangé entre deux bouches rêveuses.


Monsieur, penchez votre tête! Encore un peu plus en arrière
Que je puisse venir déverser sur votre visage ce nectar d’abeille
En prenant soins, qu’aucune goutte ne vienne mourir dans l’oreille
Excitant ainsi vos sens du touché et de l’odorat de belle manière.


Madame, vous me faites fondre d’envie liquéfiant ainsi mon cœur
Je ne puis résister à cette gourmandise qui fait de moi un pécheur.
Vos mots chuchotés à mon oreilles, éveillent ainsi tous mes sens.
Venez goûter avec moi ce Kiss de miel, le baiser Made in France.
Jeu 19 Avril 2012, 09:57 par caressedesyeux sur Mille choses

Le coup de foudre

Et s’il vous tombait dessus , comme ça , sans prévenir ? De quoi je parle ? Mais du coup de foudre , bien sûr ! Vous avez peur ? Il n’y a pas de quoi , pourtant !
Certes , vous êtes plutôt habituée aux petites histoires bien "planplan " , celles qui ne dérangent ni vos habitudes ni votre quotidien.Pas la place pour une grande histoire ?
C’est parce-que vous ne savez pas , vous ne connaissez pas , vous n’avez jamais été vraiment été amoureuse. Et surtout , vous n’avez jamais été frappée par un coup de foudre.Ce mot là , il est mis un peu à toutes les sauces , mais bien peu savent de quoi il s’agit.Moi , je sais ! Je peux vous en parler pendant des heures , s’il le faut.

Quand il vous frappe , vous devenez une petite chose toute molle.Vous perdez toute notion du temps et de tout ce qui vous entoure.C’est tout juste si vous vous souvenez comment vous vous appelez , vos propos deviennent incohérents , bref , vous êtes devenue complètement gaga !

Le coup de foudre vous met dans un état second.Il suffit d’un regard ( mais quel regard ! ) pour que vous sentiez le sol se dérober sous vos pas. Et ce n’est pas qu’une image ! Bien réelle , cette sensation ! Comme un merveilleux vertige !

Incapable alors d’avoir le moindre discernement , d’apprécier la véritable personnalité du " fautif " , vous êtes capable des pires parce-que plus rien ni personne n’a d’importance, hormis lui

Si j’en parle comme ça , c’est parce-que je l’ai rencontré , ce fameux coup de foudre. La situation était très banale.C’était à Londres , à Picadilly.Il est entré dans ce snack bondé où je sirotais un café, seule dans mon coin .Il était beau , si beau ! Et lorsqu’il a franchi la porte , nos regards se sont croisés , et il s’est passé en moi , un truc jamais ressenti auparavant.J’étais comme " scotchée" à son regard si bleu , tremblante de la tête aux pieds ( et pourtant , j’étais assise ).Il a commandé un café et est venu s’assoir non loin de moi .J’étais de plus en plus tremblante. J’ai fait semblant de ne m’apercevoir de rien. Lui aussi.Son café avalé , il est sorti sans que nous ayons échangé un mot.Nous ne nous connaissions pas , après tout.Je me suis dit : " Ma pauvre fille , tu t’es encore fait un film ! Il t’a regardée comme il a probablement regardé toutes les autres filles dans ce snack ! Je suis sortie et mon bel inconnu était là , à deux pas, semblant m’attendre.Il m’a abordée sous un prétexte un peu futile ( en anglais ).Je lui ai précisé que j’étais française et ne comprenais pas si bien que ça sa langue maternelle.C’est alors qu’il s’est mis à me parler en français avec un accent tellement craquant que j’en suis presque tombée par terre.J’ai passé avec lui une journée féérique

Je ne raconterais pas la suite même si elle est avouable.Ce coup de foudre m’a marquée à jamais.Jamais par la suite je n’ai ressenti pareille émotion même si j’ai connu ensuite une passion dévastatrice qui fut ma plus belle histoire ( la maladie d’amour n’est pas une légende - je suis une " rescapée " )

Ouvrez bien grand les yeux , le coup de foudre , il peut surgir à tout moment et n’importe où , mais , j’en suis certaine , vous saurez le reconnaître
Sam 25 Fév 2012, 16:49 par Marhyna sur Histoires d'amour

Des épines et des orties

Quand le silence se fait amour,
Quand l’absence se fait velours,
A la violence d’un pétale
Qui s’élance et qui s’étale

J’irais là où nul ne va
J’irais là où tu ne vas pas

Du rouge et du métal,
Ta peau douce en étal,
J’irais, je ne sais pourquoi,
J’irais, je le sais en moi.

De dures
En oubli de soie
Il y a des roses qui ne piquent pas
Il y a des roses mortes pour toi

La vie est ainsi faite
De défaites en défaites

L’effet-mère au creux de toi

Cueille ce jour l’interdit :
Les épines et les orties.
Devenir soi a ce goût là
Que nul autre n’a

Libre

Mer 02 Juin 2010, 08:41 par jardinsecret sur La vie à deux

Un bref moment de plaisir




UNE POSE DANS LA JOURNÉE
UNE ENVIE DE TE RETROUVER
ET DE FAIRE DES AVEC TOI
UNE POUSSÉE D’ADRÉNALINE ME MONTE SOUDAINEMENT
ET ME DONNE ENVIE DE TE FAIRE DES CÂLINS.
T’EMBRASSER LONGUEMENT
SAVOURANT TES LÈVRES "GOULUMENT"
MA MAIN REMONTE TA JUPE
ET JE SENS TES DESSOUS DE SOIE.
TU FRISSONNES DE FROID.
TON REGARD BRULANT ME TRANSPERCE
ET ME FAIT COMPRENDRE
ET M’ENCOURAGE A ALLER PLUS LOIN.

CARESSEDESYEUX
Mer 24 Fév 2010, 17:17 par caressedesyeux sur Les liaisons sulfureuses

Qui... quoi...

Mon coeur, ma tête...
Les 2 sont liès, les deux sont difficiles à dissocier dans notre société.
Vivre seulement avec le coeur laisse la place à toutes les que notre société ne saurait accepter.
Vivre seulement avec la tête ne rend pas heureux, ne laisse pas la place à la flamme.
On est foutu dans cet équilibre instable que chacun vis à sa façon!
Mar 23 Fév 2010, 20:55 par Loyd sur Mille choses

Qu'est-ce [...] ?

Qu’est-ce qui dilate l’âme ?
Qu’est-ce qui fait trembler, frémir, soupirer, espérer ?
Qu’est-ce qui pousse le plus sage à commettre des ?
Qu’est qui fait que l’homme, la femme s’oublient au profit de l’autre ?
Qu’est-ce qui fait pleurer parfois, rire d’autres ?
Qu’est-ce qui dans les douleurs de l’enfantement amène la femme à exhulter ?
Qu’est-ce qui fait couler des larmes sur les joues du plus brave ?

Cette joie, d’aucuns diraient "cette faiblesse", d’où vient-elle ?

C’est l’amour qui fait affronter la mort, la honte et la désolation !
L’amour fait du plus petit un héros, un soldat, un guerrier !
C’est l’amour qui nous tient debout, qui nous tient vivant !
C’est l’amour qui relève et réchauffe.

L’amour veut vivre dans ton coeur ? Ne le méprise pas...
Ne le renie pas.
Ne l’évite pas.

Que ton corps soit son archer...
Et ton âme son souffle...
Soies-lui fidèle
et intègre à toi-même.
Ven 12 Déc 2008, 19:07 par dolce vita sur Parler d'amour

Comment dois-je réussir en amour?

Je suis jeune et j’ai connu quelques de la jeunesse.J’ai connu des amies qui ne m’inspirent pas confiance parce que faisant des doubles jeux et sont expertes en mensonge. Aujourd’hui je suis décidé à fonder mon petit foyer. Mais malheureusement, avec toute l’honnêteté, toute sincérité et confiance qui me motivent à courtiser une fille physiquement sympatique et qui capte mon amour et me refuse tout sommeil, je ne réussis pas, elles sont plutôt intéressées par l’argent et rien d’autre. Moi je souffre à chaque fois que rencontre ces genres de filles intéressées. Je passe comme un aventurier et je ne sais pas où me conduit cela. J’ai peur et je sollicite votre aide. L’erreur vient de moi? comment me comporter? ceci est plus qu’un SOS. triste2
Dim 25 Nov 2007, 21:49 par STEPHANE sur Histoires d'amour

Nuit

Je préfère de loin le soleil à toi
Et les longues journées d’été.

Pourtant…

Quand tu arrives le soir,
Tu m’enveloppes,
Tu me réconfortes,
Tu me protèges,
Et je sens en paix.

Parce que je sais que
Personne ne viendra me déranger
Jusqu’à demain.

Je comprends mieux ces poètes
De la nuit qui t’adorent :
Nerval, Novalis…


Nuit…
Mon amie fidèle,
Ma confidente,
Complice de mes
De mes chagrins
De mes amours,
De mon repos aussi…

Plus je vieillis,
Et plus je t’aime.
Lun 30 Avril 2007, 08:33 par Lorely sur Mille choses

Leçon de morale.

Tu es celle pour qui il n’a jamais le temps,
Et il ne te conjugue qu’au plus que présent.
Pas de passé, encore moins de futur,
Arrête d’inonder tes yeux azur!
C’était ça les règles du jeux,
Fallait pas vous prendre au sérieux.
Puisque pour toi, il n’ose rien
Ca ne mérite pas un tel chagrin!
Claque la porte, et mets les voiles,
Il ne te va pas, ce teint trop pâle.
Tu es si belle en amoureuse,
T’abîme pas en liaisons dangereuses.
Si l’avenir s’écrit sans lui,
Ailleurs t’attendent d’autres .
Aux ombres succèdent de beaux matins,
L’amour, le vrai, c’est pour demain...
Mer 20 Sep 2006, 22:18 par syolann sur Histoires d'amour

Une étoile

Une petite étoile, brille dans le ciel pour chacun de nous,
Une petite étoile nous guide sur le chemin de tous les jours.

Cette petite étoile est née avec nous,
Elle a vu les mêmes aubes ainsi que les mêmes aurores.
Elle s’est levée avec nous chaque matin avec la sonnerie de notre réveil.
Souvent, nous avons été incapables de la voir parce que nous l’avons cherchée dans le ciel :
nous avons visé trop haut, car cette étoile est bien modeste.
Si elle nous éclaire ce n’est pas de sa propre lumière,
Mais de celle dont nous illuminons nos bienfaits de tous les jours...
Et à chacun de nos sourires l’étoile retrouve un peu de couleur, et pour quelques instants, elle resplendit.
C’est à ce moment-là qu’il est possible de l’apercevoir.
Même si le ciel est nuageux, ne vous y fiez pas...
Cherchez l’aurore dans vos coeurs et vous découvrirez que votre étoile existe bel et bien .

Alors maintenant, suivez-la.
votre coeur ne semble pas très grand,
Mais il recèle les limites les plus infinies de tous les sentiments.
Fiez-vous toujours à cette étoile, car elle guide votre coeur dans ce labyrinthe.

Et même si parfois vous faites des erreurs, qu’il vous semble que votre coeur vous a trompé, c’est faux ... Il y a une raison à tout, y compris à la souffrance...
Et cette fois, si vous regardez le ciel, c’est que vous avez trouvé le bon moment pour le faire.

Alors, sachez apprécier l’instant présent qui s’offre à vous avec toute sa grandeur, toutes ses qualités et défauts.
Vivez comme si demain ne devait pas exister, permettez-vous des , si l’étoile vous le dit ....

Et gardez toujours cette phrase dans vos têtes :

FAIS CE QUE LE COEUR TE DICTE, ET SURTOUT FAIS LUI CONFIANCE...

L’étoile étincelle dans nos coeurs, ne la perdez pas
Jeu 03 Août 2006, 10:12 par joullia sur Un monde parfait

Plénitude

A toi l’amie
Qui au coeur de la nuit
A partagé le secret de mon Coeur
Je veux te dire
Je t’aime dans l’amitié

A toi ma compagne
Avec qui je voudrais partager
Toutes mes
Je veux te dire
Je t’aime dans l’amour

A toi qui m’attires
Qui a rendu les armes
Et gardé les larmes
Je veux te dire
Je t’aime dans ta grandeur
Dim 28 Mai 2006, 10:56 par coupdecoeur sur Mille choses

Quand l'amour est le vainqueur...

L’amour, le vrai, se reconnaît à une chose : dès lors qu’on aime, l’image de l’autre vous suit partout, elle s’est insinuée comme une drogue dans votre cerveau, dans votre corps, dans votre cœur. On ne voudrait pas y songer, on voudrait s’en défaire... On s’indigne, on s’insurge... On se prend à partie ! Rien n’y fait. Le vide de l’autre est là, obsédant, lancinant. Le désir lui, grandit à mesure que vos forces décroissent. Ne cherchez pas, vous avez déjà perdu la partie. Tel croit pouvoir maîtriser son cœur, c’est un leurre : ce n’est pas l’homme qui tient la barre, mais le cœur qui gouverne sa vie en bon capitaine et lui fait ressentir jouissance et ennui, joie ou déplaisir aussi, passion, mélancolie... Et chaque instant lui rappellera le manque de l’autre, toujours plus fort, toujours plus grand. Jusqu’à lui faire demander grâce... Jusqu’à le mettre à genoux. Jusqu’à lui faire perdre tout sentiment autre que la souffrance de l’absence, jusqu’à lui faire commettre de douces ... Voilà, à quoi se mesure l’amour dont un cœur est capable s’il n’est pas amputé, tout, ou bien encore, parties...
Lun 22 Mai 2006, 14:18 par dolce vita sur Mille choses

Inertie

Inertie

L’esprit traversait un muret imaginaire d’ancolies.
Le doux temps virevoltait des colibris farouches sur les fleurs…
Le sentier dallé de sables et de galets
Comme un poème japonais
Marchait dans un pays insoupçonné.

On pénétrait du côté de la petite véranda.
Elle déconcertait d’accords secrets, de poésies et de musiques…
Les chaises restaient belles et silencieuses maintenant.

La grande entrée, l’indispensable passage
Baillait souvent grande ouverte près du bureau.

Une petite note parfumait l’âme d’antan :

« Le cœur de cette maison est libre et généreux,
riche de l’humanité qui l’habite et forme sa toile,
l’amitié s’est toujours trouvée à sa porte…
C’est vous qui l’habitez…
C’est vous qui bâtissez son âme…
Vivante en dedans,
rien d’autres n’a d’importance pour elle ! »

Attrapant de rares ombres au passage.
Le miroir se tenait tranquille, sans attente…

Du ventre des grandes baies et des portes carrelées…
Les planchers de forêts restaient souvent au soleil.
Ils s’imprégnaient de nonchalances tranquilles
sous un petit animal moucheté.
Il gardait la pénate de sa maîtresse,
son manteau calme, dans le ronronnement tigré,
étiré de tout son long dans un giron de lumière.

La pièce principale observait l’océan,
Étayait les lumières marines qui louvoyaient.

Il y avait au temps torride des aventures
Des aubades intentionnellement
Adaptée aux instants qu’ils faisaient;
Celles des agressivités de grands froids insoutenables
Instrumentaient les plus bienfaisantes, les plus chaudes.

Crémeux, le papier éclaboussait partout la salle d’eau…
Des roses lisses et géantes sur les murs…
Imaginées des brosses poétiques
D’une artiste à la vie affinée des Chagall.
Le bain laiteux parfaitement callé dans le plancher comme une cuve,
Des candélabres de cristaux colorés, des petits et des grands
Très occupés à enluminer les porcelaines,
Et la haute douche, vitrée,
Qui regardait ses multiples averses dans le miroir du coin,
Celui qui dérobait les larmes discrètes, les béguins et les sourires des yeux amis.

La fenêtre choyait le temps qui passait par la maison…
Rêvassait des nuits, au destin et aux résurgences nordiques des glaciers,
Connaissait des comètes et les astres.

Dans la mansarde, les aurores du matin en flammes
Enviait l’aube sur les lits en bataille.
L’air orangé, sain, pétillait le sel,
Repartait par les fenêtres et les portes
ouvertes sur l’étendue du bassin voûté.

L’influence des nuages d’eau subsistait salubre et
Tant propice aux rapports au monde et à la terre nautique…

Autre part, du fait tout beau, des œuvres éclectiques, rustiques, des diadèmes de fleurs et de fruits, des cacophonies d’oiseaux de bois et des plumes, du brun au blanc laiteux, des carreaux verts, écarlates grisés de sables, des céramiques, des bois vernis, de la broderie exagérée, des coussins joyeux, énervés, colorés de batailles amusées, du velours quadrillé lustré par les tamponnements de mains, des pierres insolites, des coquillages complexes qui sentaient encore l’origine maternelle, des plantes satisfaites, des livres curieux d’histoires, des livres ensorceleurs, des livres prenants, des écrits pensants, partout en évidence; cosmogonies, affaires, vie sociale des plantes, langues, familles, mémoire mondiale, économies du local au planétaire, des grands boums humains et des petits boums initiatiques, Vinci et milles saintes , l’évolution, terres autochtones, fondation, des rayonnages garnies d’artéfacts de peuples depuis longtemps, depuis toujours décimés par la mesquinerie des êtres. Et la grande horloge de gare, des objets grandeurs géants, disproportionnés et l’horloge démesurée silencieuse… l’horloge de gare… muette… taciturne…

Tant, tant d’hilarités et de larmes dans le sable,
Tant de beaux jours et d’adieux dans les yeux,
Tant de billets doux et de discours arrosés de rêves,
Tant d’hommes, de femmes et d’enfants brûlants…
Tant de fêtes bruyantes, tant de cris heureux…
Tant de tristesses et tant de douleurs…
Tant de douceurs… tant de douceurs…
… condensées…

…mais la chambre non, la chambre était distincte
La concordance furtive d’un autre entrave, une autre épave,
Un autre temps, une autre vie...

La chambre… se racontait… volubile à tous les temps…


- Notre histoire est celle pétrifiée
Qui se cherche dans la terre et dans l’eau
Et se perd à chaque courbe des écrits éloignés.
La crainte de te déposséder ou de te reprendre sous les pierres
À me mettre le vent et la pluie sur les joues creuses du souvenir.

Mon âme qui dérive dans la terre, au sein de tes pensées
Ton âme qui peut tout l’amour du sanglot des étoiles et
Les traits des plaisirs jamais oubliés dans les flots.

Tes pas dans la déroute de mes prunelles absentes.
La vie qui revient avec les vagues de tant de…
Toi dans l’air pourtant aimer…
Le ciel qui patiente à te dire
Là…
Las de nous aimer.

J’ai façonné la tendresse et ta douceur, la force et ta raison,
Ta volonté et tes larmes dans les yeux et tes plaisirs dans les passions des minuits
Des blessures vives de désespoirs, de brûlures de colère et
Tes milliards de retour de nos mains retenues.
J’ai façonné ton âme et l’ai mis dans la mienne pour ne pas être séparée de toi.
Je l’ai espéré de tous et de ma vie, de mes pensées de toi
Dans l’air des visages et des cheveux au vent.
Je l’ai vécu certains jours plus que d’autres.
Beaucoup de nuits, je l’ai aimé, tant, tant…
Secrète, silencieuse…
Je peux le dire, tout dire, je t’ai aimé imparfait, probable.
Je n’ai façonné que ton âme… pas ton visage…
Là dans la cendre de ma vie, je l’ai marié à la mienne
Mouillée par le temps des pluies, le temps qui lave les souvenirs
Qu’on étend sur la corde du temps des grands vents…
Pour tarir les larmes qu’on ne s’est pas offertes…
Celles qu’on aurait voulu assécher à la fin de notre amour…
L’amour certain que tu es, que tu existes nombreux, véritable parmi tous…

Poésie, c’est ton nom, tu es vivant, tu es vivant… maintenant…
Je t’ai dans le sang d’encre de mes mots qui vaguent mon âme
Dans les herbes fleuries qui viennent dans les mains du printemps
Dans les cristaux givrés qui se collent aux paupières des randonnées
Dans les eaux en gouttes qui glissent des nuages pour fleurer mes nostalgies
Dans les brouillards qui cachent l’expiration des rorquals et
Des cris d’oiseaux disparus…
Dans les lumières inattendues qui zèbrent le ciel de mes aubes et des nuits,
Je t’ai aimé encore sur cette terre, mon amour loin et si près de nous
Quand l’heure viendra chercher nos âmes pour nous redonner à ce sol, à cet air,
Sache que réfugiée près de toi, j’ai tant aimé celui que tu es…
Je ne suis que toi, séparer de nous…

Les mots partout dans les tiroirs, sur les bureaux racontaient
L’étrangeté amoureuse de cœurs inconnus qui ouvrait la confession…
Qui rêvait… et pourtant… toute cette ivresse…
Qui ne quittait pas des pages et des pages chiffonnées…
Une chambre… se racontait…
Se réfugiait dans la peau d’une femme…
À jamais… blottie dans un rêve…
Jeu 09 Juin 2005, 15:03 par mOTSaRT sur La vie à deux

Trop vite ou pas...

Je ne sais pas, je ne sais plus... Si c’est le mieux ou le pire... Laisser libre cours à ses envies, à ses mots ou bien reflechir et agir prudement.
L’Amour doit se vivre comme une passion continue, et qui doit s’entretenir tout les jours. L’Amour, la passion, nous donne des élans de heureuses, des tourbillons de douceurs, des déferlantes de tendresses, des tourbillons de pensées... Et quoi de plus naturel que de vouloir se livrer entièrement à la personne aimée! Ce début de relation si doux et si fort a fait tomber toutes mes défenses et lui faisant part de mes sentiments passionnés, de mes envies les plus folles, après quelques jours, je lui donnait mon coeur.
Ainsi, nous avons commencé à vivre ensemble... Je me demande même si c’était conscient car ne vivant que pour ses caresses, dans l’attente de la revoir, de pouvoir caresser son corps, nous avons simplement laissé libre cours à nos envies!
Ce sont des semaines passées dans un tourbillon de douceur, à vivre d’amour et d’eau fraiche...
Et puis le temps fait son affreux travail: la fatigue, l’absence des amis, de la famille, les habitudes (aussi triste que cela puisse paraitre) de liberté et de façon de vivre... La passion s’entretien plus difficilement et les "besoins d’air" apparaissent. Puis vient le doute et les questions...
J’ai toujours cette envie de vivre, cette envie passionnée d’elle, mais si je m’oublie trop, j’ai peur de perdre certains à côté qui font partie de ma vie individuelle.
Nous continuons ensemble à construire mais plus lentement, plus réfléchit afin de continuer à nous apprendre. Et de temps en temps nous regardons avec regret ces premières semaines passées ensembles en se disant qu’elles reviendront! On dit que le plus beau c’est le début mais si c’est Elle, le plus beau reste à venir...

Alors, vivre ensemble trop vite ou pas ?
Adolescents, quand nous étions "chez nos parents", le problème ne se posait pas. Interdiction de découcher, à quelle heure tu rentres, où vas tu? Un couple était obligé de se séparer par obligation et il cherchait le moment où il pourrait se retrouver avec impatience. Ces temps d’attente permettaient malgré tout de respirer et de s’apprendre sans s’imposer à l’autre tel quel. La construction et l’harmonisation du couple se faisait ainsi naturellement.
Désormais adultes, nous pouvons vivre ces passions imméditement mais n’est ce pas au détriment d’un apprentissage de couple, de tuer des envies qui autrefois étaient entretenues par nos obligations?
Ne faut il pas "laisser le temps au temps"?

Enfin, la question subsidiaire serait: doit on exprimer ses sentiments dès qu’on les ressent ou bien est il préférable d’attendre... mais jusqu’à quand?
Lun 09 Mai 2005, 12:47 par Loyd sur La vie à deux
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

Ecrire sur folies

Ecrire sur folies Ode à l'amour, Baiser de miel ( duo caressedesyeux/inconnu), Le coup de foudre, Des épines et des orties, Un bref moment de plaisir, Qui... quoi..., Qu'est-ce [...] ?, Comment dois-je réussir en amour?, Nuit, Leçon de morale., Une étoile, Plénitude, Quand l'amour est le vainqueur..., Inertie, Trop vite ou pas...,
Il y a 24 textes utilisant le mot folies. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le Joyau
Jacques Monfer
Blanche
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Grammaire érotique
Jacques Laurin
La Musardine
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'écriture ressemble à la prostitution. D'abord on écrit pour l'amour de la chose, puis pour quelques amis, et à la fin, pour de l'argent.

Moliere.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Oct 2020, 03:45
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 38 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite