La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick)

La fille d’avril

La fille d’avril a de biens sourcils, gracile, la voilà perchée sur un fil regardant le temps qui défile. En bas les rangées de livres s’empilent...
Judicieusement elle touche du bout de ses doigts les pages où les images pas si sages viendront coloré ce ciel si foncé.
Chaque feuille est dessinée et colorée...
Quelques beaux pétales rouge coquelicot, loin d’être des idiots, effleurent discrètement les bleuets qui sont aux aguets. Les pissenlits rebelles n’iront pas à la queue leu leu, persiste la peur qu’on les mange en salade, en marmelade où écrasés en tapenade...
Les coccinelles porteront sur leurs ailes, les effluves de miel avec les abeilles pour escorte...

Le bouffon des rayonnages sourit. Voilà donc le pouvoir de la fille d’avril . Elle s’est endormi comme un bébé après avoir ouvert le livre qui contient la clé ; la clé des rêves défragmentés.
Il était temps, la bibliothèque allait être fermée définitivement. L’enchanteur avait donc raison, c’était l’ultime solution. Chercher et trouver l’esprit catalyseur capable de recréer la réalité.
Ça n’a pas été facile de dénicher la bonne personne. Tout l’hiver et une partie du printemps
à errer dans la mégapole vêtu passe-partout, décodant les visages. Des milliers de fois l’espoir puis la désillusion. Soudain cet après midi, cette fille les yeux rougis, seule, attablée dans ce triste fast-food. Dès le premier regard il a su, en elle ce grain d’énergie résiduelle des premiers temps.
En prenant l’aspect de ce vieil ami, l’entraîner vers la bibliothèque puis lui présenter le livre ne fût qu’une formalité. Le grimoire a fait le reste. Dès la première page le miracle s’est opéré... Connexion dite d’avril... Prophétie dormant depuis la veille de l’an mil...
Le songe de l’âme clé ouvre une faille dans le continuum. La vieille bibliothèque est aspirée de l’autre côté, vers l’ailleurs coloré. L’espace d’un instant les lois de la mécanique quantique sont oubliées.
Dans un hors temps incertain la fille d’avril va se réveiller. Son retour à la conscience va redonner la stabilité qui manquait depuis si longtemps au monde damier.

Alice enfin exfiltrée de l’Absurde...

Le bouffon va pouvoir enfin prendre du repos.
Mar 22 Avril 2014, 20:02 par caressedesyeux sur Mille choses

Voyage oriental

Voyage oriental

L’encre de mes yeux,
Si derrière ce masque
Dessine des arabesques
Aux contours anguleux
Pour les deviner
Tu peux t’avancer
Soulever le voile qui les recouvre
Et ainsi tu découvres
Une envie de te séduire
Un besoin de te conduire
De par une danse du ventre,
Que pour toi j’ai apprise,
Patiente et soumise
Afin de te surprendre
Sur fond de musique orientale
Tu te régales................

Je me trémousse comme je peux
De mes courbes, tu ne peux détacher les yeux
Sérieuse, et appliquée
J’ai très envie d’être admirée
C’est un jeu dont la danse est un attribut
Mais tu es séduit malgré tout
Et même si je ne suis pas tienne
L’envie te vient que je le devienne.
Sur les paumes de mes mains tatouées
Tu me fais des petits baisers
Sans penser à aller plus loin.....

Repu d’avoir dansé
Tu m’offres un thé à la menthe
Tu sais si bien le préparer
Des délices pâtissières agrémentent
Ce breuvage si mentholé
Et quelques carrés
De douceur chocolatées
Vont nous accompagner
Car je sais que tu les aimes
Quelle merveilleuse complicité
Vient de s’instaurer entre nous.
Sam 22 Fév 2014, 14:57 par caressedesyeux sur Mille choses

En été

Nuques et décolletés, gambettes et fessiers, tout ce petit monde pointe le bout de son nez. Il ne fait ni trop chaud pour désirer, ni assez frais pour aimer. Langueur de l’été.
Ven 19 Juil 2013, 11:10 par PetitPrince sur Edito

Les sables emouvants

Sur cette longue plage aux sables émouvants
De couleurs grisonnantes que soulèvent les vents
Je marche pendant des heures pour y chercher le temps
Le temps des rires et des amours d’enfant
Dans un ciel fin d’été où meurent les cerfs volants
Les nuages ont pris place et semblent menaçant
Ajoutant de la peine par leurs grands manteaux blancs
A ma lourde tristesse que je porte en souffrant

Je revois ton visage, je revois nos seize ans
Je ne peux oublier les premiers sentiments
Nos corps qui se frôlaient, les premiers frissonnements
Les odeurs de vanille, les jeux d’adolescents.
Aujourd’hui je suis seul avec les goélands
Sur cette grande plage abandonnée des gens
Si loin de ces années, si près d’être mourant
Que le silence du sable me paraît si pesant

Je reste planté là sans bouger un instant
A égrener des yeux, et chercher lentement
Parmi ce paysage qui me semble parent
Les silhouettes des étés qui partent doucement
Emportant avec eux l’histoire des jeunes amants
J’ai mal à retenir dans mes vieux yeux brillants
Le chagrin de mon cœur à chaque martèlement
Des éternelles saisons et leurs recommencements.
Mar 02 Avril 2013, 07:36 par Jime sur L'amour en vrac

Me noyer en ce champ de violette (texte re-travaillé)


Je ne résiste pas à relire, encore et toujours,
Ta dernière lettre qui est, pour moi, un vrai délice
Une magnifique symphonie de mots d’amour.
En la lisant,dans un tendre songe,je glisse
Nous revoilà dans la plus belle de nos journées,
Un merveilleux rêve, dans lequel je nous projette,
Mes cheveux étaient soigneusement décorés de violettes,
Et nous étions, tous deux, dans l’herbe, couchés,
A profiter pleinement de ce beau soleil brulant
Dans ce cadre agréable, je me suis assoupie doucement
Bien détendue, comme endormie, mais pas tout à fait:
L ’œil en coin, je t’observais en secret!

Te voir me détailler valait bien la peine de tricher
Je savourais, de tes yeux posés sur moi, le profil,
mon regard bien caché derrière les longs cils
A me demander ce que tu allais encore inventer,
Pour agréablement me surprendre.
Tu as commencé par me chatouiller
Dans l’échancrure de mon décolleté
Et j’ai aimé cet instant doux et tendre
Puis tuas ouvert un à un mes boutons
Et tuas posé tes lèvres si délicatement
Que j’en ai eu un délicieux picotement
Mon adorable polisson.

Ta tête à soudain plongé dans mon cou
le couvrant de tes brulants baisers
Et tu n’avais plus envie d’arrêter
De m’embrasser comme un fou
Tu respirais l’odeur de mes longs cheveux
Les effluves ,en devenaient si forts:
Parfum de violette si présent et capiteux
Qu’il s’empreigne dans tous nos pores
Enivre-toi encore de la saveur odorante de ma peau,
Plonge une fois de plus dans le cœur de ta Juliette,
Pénètre -toi davantage de cet arôme de violette
Laisse -toi envouter par le charme de ces fleurs
Gage de notre amour et de notre bonheur
Mon tendre Roméo.
Lun 04 Mars 2013, 12:10 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Déjeuner sur l'herbe( duo caressedesyeux/inconnu)


Ma jolie brune,
Ma chère, douce et tendre
Nous irons sur l’herbe nous étendre
Pour un petit moment fort charmant
Où tu m’inviteras à partager ce panier gourmand
Que tes jolies mains auront préparé
Ces délicats mets, salés et sucrés,
Que nos papilles, joyeuses, dégusteront
J’en jubile déjà, et nos yeux brilleront
À contempler toutes ces merveilles
Qui nous entourent et qui réveillent
Ces sentiments confus qui veillent
Au fond de ces rêves en sommeil
Quand les songes d’un moment pareil
Tintent, suaves, au pavillon de nos oreilles
LUI, son rire franc et cristallin ,
Sera comme une gorgée de bon vin
Chaud, caressant, onctueux et miellé...
Leurs échanges, en deviendront complicité
Et des grands fous rires s’en mêleront
Des papillons participeront,
En virevoltant, tout autour d’eux
Rendant ces instants merveilleux
Mais elle n’aura que yeux pour Lui...
Et il n’aura d’yeux que pour Elle
Qui est si fraîche et si belle
Que même le soleil se rebelle
De cette beauté qui interpelle
Ce tout petit bonheur complice
Mêlé de gestes tendres et sans malice
Comme une grande fleur de lys
Plantée dans le jardin des déclic
Mer 18 Jan 2012, 16:10 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Bonne année

Mieux vaut tard que jamais, je vous souhaite une excellente année 2012, pleine de mots, riche en écriture et pleine de sensualité. Que votre plaisir d’écrire se conjugue à votre plaisir d’aimer, et que ceux qui vous croisent en soient conquis !

J’en profite pour renouveler mes remerciements aux "Correcteurs" qui font un travail remarquable en faisant progresser la qualité esthétique des textes qui en auraient éventuellement besoin. Écoutez-les, relisez les, leurs conseils sont précieux !!!
Ven 13 Jan 2012, 20:45 par PetitPrince sur Edito

Corps-accords ( duo caressedesyeux/inconnu)


Quatre nuits par semaines
Je voudrais être avec elle
Elle qui sera caresse des yeux
parcourant mon regard troublant
puis mon corps brulant
à moité découvert
d’un drap de satin glissant...

Dis, ma douce à demi nue...
Cesse donc de jouer au garçon
Juste à voir qui titille
Tes bas résille
Et ce décolleté, à l’unisson
Je sens ne pouvoir contrôler, entendu
Cet élan pour toi, ô étendue...


Elle sera le doux feuillage chaud
sa peau contre ma peau

Peau contre peau, prémices....
Avant que plus avant je ne m’immisce....


Ses doigts se feront touches de peinture
traçant des chemins de verdure
De mes phalanges, jusqu’à mon cou
De mon cou,jusqu’à la racine de mes cheveux

Cheveux offerts aux préludes...
Sans le moindre interlude
je te ferai accoster ces rivages
Qui n’ont rien d’autres mirages....

J’aime le sensuel, l’érotique...
J’y ressens ce qu’il y a de plus sein
Antidote au névrotique
Nous voici d’une aurore ceints....

J’ai aimé ton corps
Et plus en corps ces jeux
Qui sans menu raccord
Attisent mille feu dans les yeux...
Ven 18 Nov 2011, 12:52 par caressedesyeux sur Mille choses

Petit traité de vulgairisation scientifesse 2 ( fessebook)

1. La politique mon cul !
Ben oui! Qu’on le veuille ou non, ce n’est jamais qu’une histoire de fesses. Intéressons-nous d’abord à notre Président de la république. Pour que sa majorité de droite décolle, il faut bien qu’il joue un peu de la fesse. Aussi il caresse doucement la partie de gauche (dans le sens du poil) puis la soulève et " allume un pet "(à l’UMP), les idées n’étant pas que du vent, on sait comment polluer l’entendement de ses adversaires! En politique il est bon de protéger ses arrières. Un cul n’est jamais posé lourdement sur deux fesses quand il trône sur son siège. Un coup tu reposes sur la fesse de droite et demain prout!...le vent tourne à gauche. De ce fait, Il en va des idées qui fusent sur les deux bords de droite comme de gauche et il faut composer pour garder sa place bien au chaud. La démocratie en politique est un exutoire: c’est la chasse d’eau dans les toilettes pour montrer que l’on est propret sur soi. On fait mine de chasser les mauvaises odeurs mais " des mots crasses y " s’en balancent dans l’hémicycle de la cuvette. Les faux-culs sont nombreux, on en voit serrer les fesses, bien " centrés " assis sur leur banc. Pourtant ils ne sont jamais que des trous du cul qui viennent foutre la merde, pour parler poliment. D’autres faux-culs n’ont pas le courage de leur politique et ils font dans leur froc car pour aller de droite à gauche, tu passes irrémédiablement par le centre...
Mais regardons plus loin jusqu’en Europe maintenant. On constatera que l’air n’est guère mieux respirable: les " tire au cul " sont nombreux parmi les députés européens. Comme ils siègent à Bruxelles ils font choux gras et chacun apporte alors... sa petite commission!!!
Et le président du FMI, encore une histoire de fesse puisqu’il a fourré sa main au panier!
Mais alors me direz-vous une idée saine en politique c’est quoi? Ben, de fesse sûre c’est beau comme un clair de pleine lune. Une vérité qui luit et ne " nuit " à personne en faisant tache à l’obscurantisme!

2. Septembre c’est la saison des vendages. En " nœud-ô-lofesse " (on parle aussi de nœud-au-logis) ]on sait qu’il faut des grappes bien mûres et un cep bien ferme pour tirer le bon jus. Pour cela il doit bien entendu pousser sur de coteaux inclinés. L’excellence de " chattes’ eaux "qui plus est dans le " mille s’y met " requiert un savoir-faire et pour tester le produit, tout l’art est de rouler dans son palais le breuvage pour en apprécier au mieux ses saveurs. Il faut alors le garder un certain temps en bouche, jouer des papilles avec sa langue et inspirer par le nez pour évaluer son bouquet avant de le recracher ou l’avaler....
Ah! Que vivement novembre quand coulera à flot le " Beau jeune lait " nouveau. Je me demande bien quel petit goût il aura: sera-ce la framboise, la fraise ou la banane?

3. Et la lumière déchue!
Aujourd’hui je suis nostalgique. J’ai le nez au plafond où pendouille une ampoule basse consommation. Si j’en juge par son éclat, elle porte bien son nom!...ça ressemble à rien, pas même à une bite. Nos vieilles ampoules avaient l’avantage d’être profilées comme un cul et montraient fière allure. Tout y préfigurait, passant du gaz inerte jusqu’au petit filament qui dessinait l’entre cuisse en son delta fuyant. Quand le flux électrique le portait à incandescence, il chauffait le cul de l’ampoule. Alors comme une sainte divinité, on la voyait s’auréoler dans un halo de lumière. C’était de l’amour en poésie et en réminiscence à ce " Beau derrière en l’air " je clame haut ses " verres "....

" Mon ange, mon cœur! Songe de douceur,
Nous vibrerons plus ensemble.
Là! Tout n’est plus qu’ordre sans beauté,
Lux?...certes! Mais sans âme ni volupté! "

C’est ce qu’on appelle la versification ampoulée.

4. En entomolofesse (et non en entr’mollofesse qui en vertu de la fesse concède vous le conviendrez à la vulgarité et non à la vulgairistion) donc en entomolofesse dis-je, il est un spécimen remarquable et ô combien intéressant: la coccyxfesse appelée encore " la fesse à bon Dieu "; car plaise à Dieu, nulle fesse pareille est si joliment rosée et potelée. Et ce qui la caractérise en dehors de sa pigmentation surprenante c’est ses grains de beauté épars en gros points noirs. La coccyxfesse n’est pas nuisible à l’homme, bien au contraire, elle s’accommode à tous les biotypes, jouant même le rôle d’insecticide naturel. Capable à elle seule d’avaler tous les vilains morpions indésirables qui " la bite " en son séant. L’heureux chanceux qui approcherait la coccyxfesse, naturaliste mordu dans le bon sens du terme, ne pourra que s’émerveiller au froissement de ses rondes parties. Et, si peu qu’elle daigne s’ouvrir, alors il vivra le vol nuptial car foi de coccyxfesse on sait de source sûre que: le " col obtempère " si aux fesses tu portes " bon heurt "!....

5. En scientifesse, il est un phénomène remarquable l’acoufesse. Rien à voir avec l’acouphène qui est cette sensation désagréable quand ça vous siffle dans les oreilles. Ici, ce serait plutôt lorsque l’on vous siffle dans le cul que ça vous cogne dans les fesses!

6. En spéléofesse, dans les substructions intra-utérine, la concrétion clitoridienne est excitée par l’inoculation du corps caverneux qui n’est autre que la " staillabite ": nom scientifesse pour bien le différencier de la stalactite et de la stalagmite car un coup il monte et un coup il descend!

7. En soufflerie aérodynamique, la fesse réagit comme une voile en vent arrière. Elle est d’autant mieux rebondie si on y va " gréement " sur la mâture! Dans le cas contraire, la fesse est plate. Elle fasèye le long du mat. Résultat, la propulsion est poussive. Il faut alors jouer de la godille avec souplesse dans le poignet pour activer le train arrière!

8. En électricité, la fesse produit deux sortes de courant:
- Le courant électrostatique: créer par frottement à l’aide d’un bâton sur le tissu plastico-fessier. Un frissonnement électro sensoriel se propage alors sur tout le corps.
- le courant électrochimique: créé par électrolyse, le bâton joue ici le rôle de cathode. Trempé dans le récipient fessier, en milieu " à-queue ", il fait naître par électrochoc un plaisir jouissif. Comme toujours quand lui fait le moins (il en n’a que foutre) la fesse fait le plus avec l’anode. Pas si anodine pour autant quand on pense que son côté pile lui permettra de recharger son « à-cul ».Quand la fesse est rebondie, on parle de pile « dure-à-selle » (l’effet de charge dure plus longtemps.

9. Parlons du programme scientifesse de " rase-muse ". C’est en quelque sorte l’idylle des jeunes pour vivre l’amour à " l’heure hop! ". Le jouvenceau ou jouvencelle en quête de cet amour sans frontière devra d’abord faire table rase de ses peurs sur le " pue-bien "; viendra ensuite l’enseignement de l’art au plaisir qui est de caresser sa " muse " sans avoir un poil dans la main!

10. Intéressons-nous un peu à l’airbag comme dispositif de sécurifesse. Au-delà de son incontestable effet pare-chocs, il serait prétentieux de croire que chez la femme il est plus développé seulement pour absorber les secousses du mâle en rut. Le malheureux, s’il savait, est bien souvent en-deçà de nos espérances et c’est à peine si la culbute nous ébranle! Plus sérieusement, il y a deux raisons essentielles à ce gonflement de l’airbag fessier. La première, c’est qu’il joue un rôle réparateur pour la future femme enceinte. Il rétablit son centre de gravité vers l’arrière pour une marche plus sûre et l’aide à compenser son balancement vers l’avant suite à son gros ventre. De plus, il sert d’amortisseur à d’éventuelles chutes. Mais la deuxième raison que l’on ignore c’est que toute femme, susceptible d’être un jour plaquée par son mec, si elle se relève non sans mal psychologiquement, sera toujours bien prémunie physiquement quand bien même la malheureuse en tomberait sur son cul. Comme quoi la nature est bien faîte !

11. le trou du cul se refermera-t-il un jour ?
Ici les gaz CFC (chlorofluorocarbone) ne sont pas les responsables du trou dont il est question qui, s’il doit se refermer un jour, se fera plutôt par absence de gaz. Oh ! Comme la vie sera moins « gay » pour certains. Triste aussi pour les autres, la vie de « fessoyeur »étant à proscrire par la perte du trou, ils devront se rabattre sur une vie plus « con-sensuelle ».Bien sûr, il y a du bon quand on pense que tous les « trou-balourds »ne seront plus à la fête. Reste un chant d’amour à réinventer pour autres poètes « trou-vers ». Une chose est certaine cependant, les petits trous du cul ne pulluleront plus à la surface de la terre et, par là même, ne pollueront plus notre existence. Il fera alors bon vivre le renouveau de la musique dans l’Art de faire du vent. Réentendre les violons des amours sous la main caressante de l’homme qui fait vibrer son âme. Car comme l’écrit Simon Leys en citant un personnage de Mario Vargas Llosa : « la vie n’est jamais qu’une tornade de merde dans laquelle l’Art demeure notre seul parapluie ! »

12. Du cerveau à la fesse et vice versa.
La fesse et le cerveau présentent des similitudes physiques. Deux lobes et un sillon qui les séparent. La tête contient le cerveau et le cul le muscle fessier, cependant les deux parties sont interchangeables. On connaît par exemple l’expression « avoir la tête dans le cul » ou « un cul à la place du cerveau ». Sans compter que l’on peut tomber sur le cul comme sur la tête et aussi se renverser le cul par-dessus tête. On voit alors comment ils sont complémentaires. De même quand il arrive à l’un de péter plus haut que son cul, il peut arriver à l’autre de péter un plomb. La complémentarité s’explique par le fait que si le premier ne manque pas d’air, le deuxième joint son « cervo-lant » pour tirer les ficelles.
Une chose établie, c’est que le cerveau reste en haut mais il est moins bien irrigué que les fesses situées en bas ; si tant que parfois se produit des fuites qui ne sont pas assimilables aux fuites de cerveaux. Toutefois une mauvaise irrigation du cerveau et c’est le trou noir qui se différencie de la fesse ; car si l’un induit l’AVC l’autre conduit aux WC… ce qui n’est pas tout à fait pareil !
Il existe aussi des zones du langage du cerveau, itou chez la fesse. Enfin, le cerveau est l’organe central de l’endocrinologie. Pour la fesse, c’est quand l’organe est centré dans le dos que l’on crie et l’on jouit.
Outre ces rapprochements, le cerveau et la fesse divergent aussi dans leur fonctionnalité.
Exemple : 1. Quand le cerveau se fait siège de la pensée. On dit parfois que l’on est dans la lune. C’est tout différent si aux fesses tu ressens un mal de « panse, et » hop ! Tu files au siège mais sur la lunette ! On comprend que l’approche métaphysique n’est pas la même.
2. On parle aussi du cerveau pour son effet placébo. Rien de tel pour la fesse qui, quand elle est plate, n’est jamais belle.

13. Vous avez tous entendu parler du pendule de « faux-cul ». Un brillant physicien a prouvé que le cul n’était pas une masse inerte mais bien un organe animé. Il vérifia ses dires en promenant un petit pendule au-dessus d’un faux-cul qui reproduisait un mouvement de vague en ondoyant sur deux belles fesses en gélatine. Il remarqua aussitôt l’oscillation du pendule. Conformément au principe d’inertie stipulant que le mouvement des objets est figé si aucune force s’exerce sur eux, l’expérimentation du pendule vérifia que la rotondité des fesses et ses fluctuations épidermiques exerçaient un réel pouvoir d’attraction, susceptibles de réveiller la flexion périodique d’un pendule. Attention ! Le pendule de « faux-cul » dont je vous parle ne se trouve pas au Panthéon mais bien dans le pantalon !

14. Un autre génie en physique, c’est Einstein avec sa célèbre équation sur la relativité E=mc2. Mais en vérité, cette formule lui fut inspirée par une belle paire de fesses. Eh oui !c’est dans un état de relativité somme toute foudroyante surgit par réaction de « fession »(le passage d’une beauté sculpturale et inattendue de fesses entraîne la réaction en chaîne atonique) que c’est manifesté sa torpeur soudaine, accompagnée d’une chaleur intense fusionnelle sur tout son corps et l’extinction soudaine de sa voix suivie d’une formidable envie de niquer : c’est l’action atonique ! Dans cette subite exaltation, le physicien balbutia alors son fameux E=mc2, qui décrypté dans sa formulation mathématique n’est autre qu’une élucubration astronomique signifiant. Einstein(E) aime(m) c’est deux(C2), en rapport bien sûr avec les voluptueuses fesses !...

15. Révélations symptomatiques inavouées sur la propagation du virus de la grippe A (grippe porcine) :
Les messages de prévention pour se prémunir contre le virus de la grippe A sont légions en ce moment. Il ne faut pas éternuer, se moucher de préférence dans un mouchoir en papier et veiller à bien le jeter à la poubelle en se lavant les mains après pour ne pas contracter le virus. Mais ce que l’on ne vous a pas dit, c’est que le virus est transmissible surtout par le pet ! Sans qu’il soit mentionné de rapports plus approfondis en scatolofesse, on a vérifié tout de même que, si un malade vous mitraille de la fesse, il lâche du « H1N1 ». C’est-à-dire en clair qu’il lâche une à une sa caisse. Sachant que le virus est très volatil, le port du masque à gaz homologué (voir mes phots pour plus de détails) est plus qu’indispensable : le porteur du virus étant malgré lui un vieux porc, le malheureux pète plus que de raison ! Alors un bon conseil, pour échapper à la pandémie porter le masque et tenez-vous à l’écart de toute pétarade intempestive. Défiez-vous aussi du partenaire un peu trop discret qui étoufferait son dégazage. Il y a un vieux truc pour le démasquer : le goret a forcément les fesses bien roses et comble de ridicule… il a la queue en tire-bouchon !

16. En historiofesse, on se doit de «comm’amore » la chute du « gland mûr » (prendre l’accent de Salvador Dali). Quand, de part et d’autre de la porte de « Branle-bourre », seul passage ouvert mais bien gardé, il s’érige toujours et encore sans jamais réussir à percer le « raie-dos »de deux fesses hystériques qui, « guère froides », n’en demeurent pas moins symboles d’ouverture et de pets !...

17. En économico-scientifesse, il faut se référer à l’illustre " Montes-coït " qui dans son livre " l’esprit de bon aloi " insistait sur les pratiques aux mœurs douces pour faciliter les échanges; insistant sur la valeur du billet doux ainsi que le côté " monnaie taire " pour jouer de la fesse et boursicoter malin.

18. En glaciolofesse, on note un phénomène qui est contraire à la glaciologie. En effet, si on prélève une carotte glaciaire, la plus vieille qui soit, un phénomène remarquable peut se produire si on ne prend pas toutes les précautions : à savoir qu’elle est susceptible de s’enflammer à l’air libre par la présence du méthane avec l’oxygène! Or, en glaciolofesse, c’est aussi une vulgaire affaire de carotte. Les femmes, on le sait, ont généralement les pieds glacés ; les fesses moins. Mais le mécanisme de glaciologie est inversé ici en ce sens que c’est seulement si on vient à lui plonger une jolie carotte, qu’elle sentira monter le feu aux fesses ! A-postériori, on peut rapprocher à cette observation, la réaction de « cri-au-logis ». Elle intervient à chaud et, n’a rien de commun avec la cryologie qui elle se produit à froid.
Lun 04 Juil 2011, 19:25 par Fessue de Naz'arête sur Articles

La chute

Une toupie......Et c’est la chute
Elle ne dansera plus
Plus de doute
Tragique accident, en tombant
Son genou est en piteux état
Cette fois, c’est évident
Ce n’est pas la première fois
Mais de cette chute-là
Elle ne pourra plus faire d’entrechats......

Elle se demande alors
Quel avenir pour elle
La musique, ces décors
Ces froufrous et dentelles
La danse est toute sa passion
Elle y mettait toute son émotion
Plus cette effervescence d’un public fidèle
Plus ces brassées de roses jetées à ses pieds
Plus d’amoureux déclamant des poèmes,
Plus de ces applaudissement tant mérités
Plus de fans qui se bousculent à sa loge
Plus d’éloges....

L’étoile est tombée
Redevient petit rat d’opéra ,
Dont la carrière se termine ce soir.
Qui doit penser à se recycler
Changer de vie, de métier
Elle pleure sur la perte de son avenir
Puis le visage s’éclaire d’un sourire
Elle se projette soudainement
Dans un autre présent
Dans une salle immense
Remplie de petites filles qui dansent
Dans leurs tutus et leurs chaussons
Où elle leur donne des leçons
Et tout cet amour
Qu’elle a pour la danse
Sa plus belle passion..
Ven 15 Avril 2011, 11:11 par caressedesyeux sur Mille choses

Toi...moi...

Ce fut sur Internet que nous nous sommes connus
Je n’étais qu’amical et c’est ce qui t’a plu
Des échanges journaliers, une confiance instaurée
Les mots devenant tendres, l’amitié dépassée

Je te vois en photo, ça devient du délire :
Sourire malicieux, visage et yeux
Un tel rayonnement qui fait penser aux cieux
A toi, toujours à toi, ce que chante ma lyre

Jour après jour tu es ma belle amoureuse
Une réalité que je ne connais pas !
Pourtant tu es si proche et je sais tout de toi
Une si belle osmose en devient fabuleuse

Pensées vagabondes, valse de tous les doigts
Ce que tu m’as écrit flotte toujours en moi
Instants privilégiés dans le jour qui s’écoule
Quand chacun tour à tour sur son clavier roucoule

Sous le regard des Anges et leur complicité
Les e-mails s’échangent dans la félicité
Purs moments de grâce et de mansuétude
Panacée de la vie et ses vicissitudes…

J.R...
Ven 15 Mai 2009, 14:55 par j.r.garou sur Amour internet

Après l'amour...

Tout le jour au jardin tu as humé les fleurs

Et coupé la plus belle ouverte comme ton cœur

Tu as rêvé de lui qui se glisse dans l’ombre

Te rejoint dans la nuit pourvu qu’elle soit sombre



Tout comme cette fleur trop lourde qui défaille

Tu t’es abandonnée quand j’ai ployé ta taille

J’ai enlevé ta robe aux larges plis flottants

Tout le reste a suivi sous mes doigts caressants



Dans l’ombre de l’alcôve incliné sur tes yeux

Où je lis ton amour et mon désir s’enflamme

Je veux te posséder et t’emmener aux cieux

Dans une communion des corps, des cœurs, de l’âme



Il ne reste au matin que draps froissés

Et toi qui rêve encore : corps à corps embrasés

Qu’importe ta journée, ce qu’il te faudra dire

Ce qu’il te faudra faire et supporter le pire…



Jan
Ven 03 Avril 2009, 16:18 par j.r.garou sur Les liaisons sulfureuses

Ma petite entreprise

Ma petite entreprise connaît pas la crise ! Ah, les sous, les sous ! Ce sont trop souvent eux qui font que l’amour prend le dessous. Les sous, c’est sûr, c’est ce qui rend le plaisir - facile - moins dur à atteindre. Les sous, c’est comme les dessous, quand il y en a, c’est beaucoup plus doux, incroyablement plus fou...

A vos dessous.
Lun 02 Fév 2009, 20:09 par PetitPrince sur Edito

Bonne année 2009

Je vous souhaite à tous et à toutes une année 2009 pleine de plaisirs et de mots !
Jeu 01 Jan 2009, 13:07 par PetitPrince sur Edito

Souvenir

Elle avait beaucoup eu mal et pourtant...
Quelle enfance!!! c’est dure à dire et facile en même temps. Un quotidien sombre, difficile et pourtant de souvenirs de petite fille.
Seulement, le plus vieux c’est une dispute ou plutôt "une baston". Ses parents encore une fois, Dieu seul sait le nombre...
Son grand frère qui tente de les rassurer sa petite soeur et elle: "c’n’est pas grave, c’n’est rien!"
On fais comme si tout était normal, habituel quoi!!
Voilà, la première chose de sa vie dont elle se souviens, tragique pourrait-on dire? mais tellement banal...
Il y a à peu près 25 ans de cela et tout le monde est encore là, vivant sa vie comme si rien ne s’était jamais passé.
Terrible dilemme d’une enfance partagée entre l’extrème amour et l’extrème violence de parents incapable de se prendre en main.
Tout cela qui fait d’elle une âme tendre, une âme torturée, une âme qui vit, ressent, aime
Mer 23 Juil 2008, 20:02 par leia sur Mille choses
Page 1 sur 3 Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Ecrire sur jolis

Ecrire sur jolis La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick), Voyage oriental, En été, Les sables emouvants, Me noyer en ce champ de violette (texte re-travaillé), Déjeuner sur l'herbe( duo caressedesyeux/inconnu), Bonne année, Corps-accords ( duo caressedesyeux/inconnu), Petit traité de vulgairisation scientifesse 2 ( fessebook), La chute, Toi...moi..., Après l'amour..., Ma petite entreprise, Bonne année 2009, Souvenir,
Il y a 39 textes utilisant le mot jolis. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Ils ne pèchent pas, ceux qui pèchent par amour.

Oscar Wilde.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 07:08
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 23 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite