Le virtuel tue, tu, elle

Comment en finir quant on n’a pas commencé
comment commencer quand tout se finit avant le début
à trop idéaliser certains ne font plus rien
les gestes restent figés, tel un dessin
le virtuel tue tout autant qu’il donne une vie ou un but
mais les mots restent que de nobles projets
accommodés dans un système qui a finit par tout dépasser
les masques tombent ou se forment aigus
les violons se déchaînent mais le futur reste impromptu
les basses raisonnent comme des échos
mais la foule est devenue sourde d’un côté
les yeux restent aveugles comme le cœur
et certaines mains tendues nous réchauffent
le temps d’un sourire ou de partager
les courants se forment et tous viennent disjoncter
ils viennent pleurer sur nos pages
toute la tristesse de ce monde
tandis que d’autres sages
guident l’harmonie des ondes
les mains deviennent des sondes
et les larmes les inondent
et les armes se lèvent
quant il n’y a plus de trêve.
On veut tous cette flamme
mais sans s’y brûler
chaque homme et chaque femme
ne fait qu’y passer.
Ven 15 Mai 2015, 21:15 par inlove sur Amour internet

La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick)

La fille d’avril

La fille d’avril a de biens jolis sourcils, gracile, la voilà perchée sur un fil regardant le temps qui défile. En bas les rangées de livres s’empilent...
Judicieusement elle touche du bout de ses doigts les pages où les images pas si sages viendront coloré ce ciel si foncé.
Chaque feuille est dessinée et colorée...
Quelques beaux pétales rouge coquelicot, loin d’être des idiots, effleurent discrètement les bleuets qui sont aux aguets. Les pissenlits rebelles n’iront pas à la queue leu leu, persiste la peur qu’on les mange en salade, en marmelade où écrasés en tapenade...
Les coccinelles porteront sur leurs ailes, les effluves de miel avec les abeilles pour escorte...

Le bouffon des rayonnages sourit. Voilà donc le pouvoir de la fille d’avril . Elle s’est endormi comme un bébé après avoir ouvert le livre qui contient la clé ; la clé des rêves défragmentés.
Il était temps, la bibliothèque allait être fermée définitivement. L’enchanteur avait donc raison, c’était l’ultime solution. Chercher et trouver l’esprit catalyseur capable de recréer la réalité.
Ça n’a pas été facile de dénicher la bonne personne. Tout l’hiver et une partie du printemps
à errer dans la mégapole vêtu passe-partout, décodant les visages. Des milliers de fois l’espoir puis la désillusion. Soudain cet après midi, cette fille les yeux rougis, seule, attablée dans ce triste fast-food. Dès le premier regard il a su, en elle ce grain d’énergie résiduelle des premiers temps.
En prenant l’aspect de ce vieil ami, l’entraîner vers la bibliothèque puis lui présenter le livre ne fût qu’une formalité. Le grimoire a fait le reste. Dès la première page le miracle s’est opéré... Connexion dite d’avril... Prophétie dormant depuis la veille de l’an mil...
Le songe de clé ouvre une faille dans le continuum. La vieille bibliothèque est aspirée de l’autre côté, vers l’ailleurs coloré. L’espace d’un instant les lois de la mécanique quantique sont oubliées.
Dans un hors temps incertain la fille d’avril va se réveiller. Son retour à la conscience va redonner la stabilité qui manquait depuis si longtemps au monde damier.

Alice enfin exfiltrée de l’Absurde...

Le bouffon va pouvoir enfin prendre du repos.
Mar 22 Avril 2014, 20:02 par caressedesyeux sur Mille choses

La biche et moi (ecrit au masculin re-travaillé)

LA BICHE ET MOI

En ce temps-là, j’avais acheté, pour une bouchée de pain, un grand terrain laissé depuis longtemps à l’abandon et retourné quasiment à l’état sauvage. Enfin, si l’on peut appeler cela un terrain d’une étendue hétéroclite de prairies, marécages et bois disséminés pêle-mêle sur un domaine au relief chaotique que surplombait l’antique coupole d’un vieux moulin en ruine. Personne ne semblait pouvoir me renseigner sur le contenu exact de la propriété et les papiers officiels ne faisaient mention que d’une surface et de la "probabilité d’une habitation". Une telle description sur un acte de vente s’expliquait par un accès plus que difficile, prodigieusement malaisé et très dangereux. On ne s’y prendrait pas autrement pour en interdire l’entrée. C’était, sans toutefois l’affirmer : Vous entrez à vos risques et périls ! Ce qui en rebuta plus d’un et fit mon bonheur tant sur le plan pécunier que sur le plan satisfaction : L’endroit était exactement ce dont j’avais rêvé !Je trouvai, dans la propriété, un vieux moulin à eau entouré d’une forêt d’orties, de fleurs champêtres, de ronces et d’arbres rabougris couverts de fougères. J’avais besoin d’un endroit comme cela, à l’écart de toute civilisation, mais pas, pour autant, au bout du monde, pour y séjourner en paix et méditer au calme.

Un héritage impromptu, placé à bon escient, me rapportait suffisamment que pour vivre de mes rentes. N’ayant nul besoin de travailler, je passais mon temps partagé entre mes loisirs, la découverte de mon domaine et la restauration de l’ancien bâtiment. J’étais ainsi toujours occupé et je ne connaissais pas l’ennui. Étant un solitaire, j’avais appris à me débrouiller seul et n’avais besoin d’aide même pour des travaux de force que j’accomplissais en me référant aux anciennes méthodes de construction. Celles d’un temps où l’homme était la seule puissance motrice disponible pour exécuter ce genre de travail. Je restaurai ainsi un vieux four dans lequel je faisais cuire mon pain. Remis en état l’ancienne roue à aubes du moulin pour disposer de sa force pour les gros travaux ainsi que de son énergie pour alimenter un circuit d’eau, sommaire, pour la cuisine et la salle d’eau. Réparai la toiture pour être au sec, rebâtis la partie de façade effondrée, consolidai le reste et refis quelques crépis internes pour que l’ensemble soit propre et agréable à vivre. Je m’octroyais de larges plages horaires pour lire et méditer et me surpris à plusieurs reprises à lire à la lueur du feu de bois crépitant joyeusement dans la cheminée. J’aimais cette atmosphère intimiste que je préférais à la lumière froide des ampoules électriques.

Mon garde-manger se remplit bien vite des légumes variées en provenance du petit jardinet que j’avais défriché et des nombreux fruits en provenance d’un verger revigoré par l’élimination de la prolifération des mauvaises herbes qui l’avaient envahi. Mon nouveau cadre partiellement aménagé, j’aimais beaucoup m’étendre sous un arbre ou au bord de l’eau et dans cette tranquillité champêtre, je dévorais quantité de livres. Parfois, le soir, inspiré par le cadre et le chant des cigales, j’improvisais sur le piano des mélodies pastorales ou, quand le temps menaçait d’orage, une envolée lyrique qui n’aurait déplu à Wagner.
Les rares amis qui s’étaient invités étaient repartis aussi vite que l’éclair au manque d’eau chaude courante, de radio et de la reine télévision dont la place restait ostensiblement vide. Contrairement à l’adage qui veut qu’un ami arrive trop tard et reparte trop tôt, chez moi, il arrivait toujours trop tôt et repartait, malgré sa célérité, toujours trop tard. Ce qui me valut, auprès d’amis et connaissances, en un temps record, le sobriquet de sauvage. Pas de réveille-matin non plus ! Je me réveillais chaque matin, la fenêtre ouverte, avec le doux murmure d’une petite cascade dont l’eau s écoulait paresseusement en un gros ruisseau qu’accompagnaient les chants joyeux d’une dizaine d’espèces différentes d’oiseaux : Un pur moment de bonheur !

Après une installation plus que sommaire, bien que suffisante à mes faibles exigences, je décidai de faire le tour complet du propriétaire pour avoir une idée aussi précise que possible de l’état et des besoins de la propriété. Je pris un sac à dos, y fourrai de quoi tenir une semaine de provisions, ma tente et mon sac de couchage, résidus des camps de vacance de ma jeunesse, une machette et une corde d’alpiniste, souvenir d’un vieux voyage au Mexique, un ciré, cadeau d’un ami breton, l’indispensable équipement de l’explorateur, boussole, lampe, couteau et mon inévitable livre de chevet. Pour l’occasion, j’avais trouvé fort à propos d’emporter les aventures de Robinson Crusoé. Une fois traversée la savane sauvage entourant mon havre de paix, je m’enfonçai vite dans une sorte de brousse boisée aux ramures inextricables traversée par une espèce de pâture marécageuse. Un infect bourbier que je décidai de contourner de peur d’y rester coincé. C’est au détour d’une énième masse de ronces que je la vis : Une biche s’était empêtrée, dans cette surface spongieuse, et malgré tous ses efforts ne parvenait pas à s’en extraire. Quand mon regard croisa ses grands yeux angoissés, elle semblait supplier : Sauve-moi !

Je n’étais pas équipé pour une telle péripétie mais sans y réfléchir davantage, je sortis mon inséparable corde de rappel qui ne me quittait plus pour mes randonnées depuis que son absence avait failli me coûter la vie lors d’un trip dans les Andes. J’attachai solidement un bout à un arbre et en ayant une pensée pour mes toutes nouvelles bottines de marche je m’enfonçai résolument en direction de la bête apeurée. Comme si elle fut consciente du but de mon action, elle arrêta de se débattre et se laissa entraver docilement. Relevant la biche d’une main et tirant la corde de l’autre, le corps à moitié enfoui dans la boue, après un temps qui me parut une éternité, je parvins à dégager la bête de l’emprise de la vase. Il ne me resta plus qu’à m’y soustraire pour remarquer que la biche, loin d’éprouver de la crainte à mon égard, faisait montre d’une gratitude inhabituelle pour cette hôtesse des bois. Une fois ses entraves ôtées, je l’exhortai à partir mais elle n’en fit rien. Que du contraire, elle se mit à me suivre comme un toutou. L’aventure et l’effort consenti m’avaient donné faim et m’arrêtai pour manger, assis à califourchon sur une victime des terribles tempêtes ayant secoué la région. Le vieux tronc me servait à la fois de chaise et de table et déployant un essuie j’installai mon repas.

Je commençai à me restaurer quand, à ma grande surprise, la biche s’invita à la collation en subtilisant timidement quelques feuilles de salade. Mi-perplexe, mi-amusé, je réalisai que la pauvre bête devait mourir de faim. Qui sait depuis combien de temps elle se débattait dans cette boue ? Je songeai que son attachement inhabituel devait provenir du parfum que dégageaient les victuailles que recelait mon sac à dos. Je me surpris à lui parler comme à une personne et l’inviter à la noce du geste et de la parole. Je m’amusais à voir son joli museau s’avancer vers la nourriture et l’attraper de sa petite langue tandis que ses grands yeux semblaient dire : Je peux ? Je lui présentai salades, légumes et fruits divers auxquels elle ne se priva pas de faire honneur. Au point que, le casse-croûte fini, je dus constater qu’il ne m’en restait plus assez pour continuer l’exploration de mon domaine. Je me voyais contraint de rentrer au bercail, faire le plein de provisions car je doutai fort de trouver quelque chose de comestible dans cette brousse. Le soir tombant n’en hâta que plus ma décision de faire demi-tour. Je me dis que, rassasié, l’animal allait sans doute poursuivre sa route.
Elle n’en fit rien et continua de me suivre docilement.

Le débroussaillage de l’aller se révéla un précieux gain de temps pour le retour et me félicitai intérieurement de ne pas avoir lésiné sur les coups de machette : Le chemin était tout tracé. Malgré cela, l’arrivée d’un orage impromptu vint obscurcir prématurément le peu de lumière dispensée par un soleil mourant. C’est à ce moment que je me rendis compte que, tout à l’étude du comportement de la bête, j’avais oublié de refaire mon paquetage. Ma lampe se trouvait quelque part dans ces ombres qui gonflaient et je ne dus de retrouver mon chemin qu’à la lueur de quelques éclairs annonciateurs de tempête. Accélérant le pas, je me retrouvai vite chez moi ; la biche toujours sur mes traces. Je m’engouffrai dans l’entrée au moment même où, les nuages, crevant, déversèrent la pluie à pleins seaux. J’allais refermer la porte sur les éléments déchaînés quand je croisai le regard attristé de la biche. Imagination, me direz-vous ! N’empêche que je n’eus pas le cœur de la laisser dehors et lui fis signe d’entrer. Ce qu’elle se pressa de faire d’un trottinement que je qualifierais de joyeux. Je ne pus m’empêcher de noter les dégâts occasionnés au hall d’entrée par mes bottes boueuses, ses sabots fangeux et sa fourrure dégoulinante d’eau mais j’étais exténué de ma journée et remis le nettoyage au lendemain. Je filai, sans tarder, au lit laissant l’animal se choisir un coin pour dormir.

Malgré l’orage qui grondait et grésillait, je ne tardai pas à m’endormir et à faire un de plus étranges rêves qui soit : Une lueur insolite semblait émaner de l’animal, prendre de l’ampleur jusqu’à devenir une lumière éblouissante, l’entourant et le soustrayant totalement à la vue. Quand le rayonnement se fit moins intense, je constatai qu’une créature d’une beauté inouïe avait pris la place de la biche. Une femme à la superbe chevelure d’un rouge flamboyant et aux magnifiques yeux noisette, que de longs cils mettaient en relief, sortit de ce halo et se mit à explorer l’endroit. Sa nudité et son corps aux courbes parfaites en faisaient une déesse irréelle, fascinante, captivante. Je contemplai l’apparition et en suivai chaque mouvement et geste : Tout semblait l’intéresser et l’intriguer. Après sa petite visite, elle revint s’asseoir près de mon lit et nous nous dévisageâmes longuement. Si longuement que, dans le rêve, nous nous endormîmes en nous regardant. Le lendemain matin, un poids me gênant, me réveilla de bonne heure. Je fus surpris de trouver la biche recroquevillée au bout de mon lit et pensai au singulier rêve de la nuit que je mis sur le compte de ma longue abstinence. Bien que m’obligeant à de longues veillées, je ne constatai rien d’inhabituel chez l’animal si ce n’est son inexplicable fascination pour mon logis qu’il refusait invariablement de quitter me suivant partout comme un quelconque familier domestique.

Au point que je m’y affectionnai et, à l’instar de Robinson, je cherchais un nom pour mon étonnant Vendredi. J’écartais d’office les bichettes et autres bibiches pour explorer les différentes mythologies à la recherche d’un nom qui lui conviendrait. Après différents essais, mon choix se fixa sur Eowyn, princesse guerrière du cycle tolkinien de la saga du Seigneur de l’anneau. Quelque chose dans sa description et dans mon imagination faisait queje lui trouvais la même allure altière et par la force des choses, le même mutisme glacial, la même difficulté à s’exprimer. Le temps passa. À l’Automne et ses couleurs variées, succéda le noir et blanc de l’Hiver qui fit place à l’éclatement lumineux d’un Printemps triomphant, et je me surpris à ressentir un manque étrange, comme une sombre appréhension, lorsque la biche partait en balade pendant de longues heures. Je ne saurai dire si c’était une grande inquiétude ou une sorte de stupide jalousie envers ce milieu qui m’enlevait le seul être que je supportais avec grâce à mes côtés., mais ce malaise était bel et bien réel. Je commençai à craindre pour mes facultés mentales. À intervalles réguliers, je refaisais ce même rêve étrange d’une merveilleuse déesse nue visitant la maison et me regardant dormir en se demandant quel rêve pouvait ainsi dessiner un sourire sur mon visage bourru. Je la voyais humer les draps, presque m’ausculter comme si elle voulait imprimer dans son esprit les traits de mon visage et mon odeur.

Une nuit, l’impensable se produisit : L’apparition se risqua à m’embrasser et ce baiser me parut si réel, si chaud, si excitant que je m’éveillai en sueur. Perturbé, désorienté, j’allai dans la cuisine et ouvris le frigo dans le but de me servir un grand verre de jus de fruit quand, dans le reflet d’un plat d’inox, je la vis derrière moi. Je me retournai aussitôt et lâchai mon verre de stupeur : La Venus de mon rêve était là en chair et en os. ! Aussi nue qu’un ver ! Aussi belle qu’une déesse ! Aussi irréelle qu’une fée et pourtant.....Toute aussi stupéfaite que moi, l’apparition était figée, interloquée par cette rencontre. Puis, alors que je n’étais pas encore totalement revenu de ma surprise, elle me raconta son histoire. Un magicien jaloux lui avait lancé un enchantement la changeant en biche. Elle ne reprenait sa forme primitive que les nuits de pleine lune et ne retrouverait son aspect que lorsque son cœur rencontrerait son alter ego et partagerait, en même temps, les mêmes sentiments. J’étais tellement ébahi que je mis un moment à me rendre compte qu’elle peinait à couvrir, de ses frêles bras, sa nudité . Me confondant en excuses, je filai lui chercher de quoi se couvrir. Bien sûr je ne puis lui donner que quelques uns de mes habits et malgré l’incongruité de ces vêtements trop amples, sa ravissante beauté transpirait toujours.

Je m’inquiétai qu’elle eut faim, soif et lui préparai un en-cas rapide. Mais lorsque je voulus lui présenter le plateau, l’apparition avait disparu. Pour un rêve, c’était le songe le plus terriblement réaliste que j’avais jamais fait. Je restai un moment à y réfléchir puis, vaincu par la fatigue m’en retournai coucher. C’est là que je la retrouvai et que je me convainquis de ne pas rêver. Elle était couchée dans mon lit. Sa longue chevelure rousse faisant comme l’ombré d’un tableau. Ses formes sculptant les draps de ses courbes généreuses. Elle avait l’air d’un ange. C’était un ange ! Était-ce la situation ? La fatigue ? Le rêve ? Le manque ? La folie ? Je n’aurais su dire mais j’avais le cœur palpitant et débordant d’un sentiment que je croyais ne plus devoir connaître. L’émotion me submergeait et me vis chevalier protégeant son bonheur.
C’est au matin suivant que les affres de l’inquiétude commencèrent à me tourmenter. Elle avait repris sa forme animale signe que nos cœurs n’étaient pas au diapason des sentiments ou, plus probablement, que la solitude avait altérée ma perception de la réalité. La biche, quant à elle, ne changea pas ses habitudes et me gambadait autour « naturellement » si ce n’est qu’elle était encore plus familière que d’habitude. Enfin, je mis cela sur le compte de mon affabulation.

La nuit suivante, elle revint. Toujours aussi terriblement belle et attirante et nous passâmes la nuit à discuter de tout et de rien. Juste heureux d’être là, l’un en face de l’autre. Je buvais ses paroles comme un flot de nectar et m’enivrai de son rire pareil à une source cristalline. Sa voix me berçait d’une mélodieuse mélopée et je me réveillai le matin suivant endormi sur une chaise, la tête posée sur la table de la cuisine, le dos et les fesses en compote à me demander quel grain de folie germait dans mon cerveau. La nuit d’après, partagé entre certitudes et perplexités, nous échangeâmes de longs discours en de longs silences où seuls nos regards brûlants déclaraient cette flamme qui nous consumait. J’avais une envie folle de connaître le goût de ces merveilleuses lèvres qui s’agitaient en un joyeux babil. Comme si elle voulait rattraper les années de silence. Je les imaginais ayant l’arôme de pétales de rose et la saveur de la cerise. Aussi douces que les uns, aussi tendres que l’autre....Comme lisant dans mes pensées, elle déposa soudain un baiser fugitif sur mes lèvres enflammant tout mon corps d’une douce chaleur irradiante. J’en étais à réaliser ce qui m’arrivait lorsqu’elle revint à la charge d’une ferveur plus animale écrasant ses lèvres sur les miennes et cherchant le contact de ma langue pour ensuite l’aspirer. J’avais le corps en feu, tendu à l’extrême. Le sang battant aux tempes, le cœur cognant dans la poitrine, le ventre faisant des nœuds et le mâle rouant dans le pantalon.

L’envie de la prendre, là, tout de suite et le désir de protéger sa fragilité. Jamais je n’avais ressenti ce sentiment de faire passer le bonheur de l’autre avant mon seul plaisir propre. Je me sentais prêt à affronter le monde pour un seul de ses sourires. Nous échangions des baisers passionnés et des caresses torrides sans pour autant aller plus loin que l’éveil des sens. Chacun ayant peur que la magie de nos rencontres ne s’envole en franchissant le pas. Pourtant on était tellement serrés qu’elle ne pouvait ignorer l’état de tension qui m’agitait au point d’en avoir mal de turgescence. Et je ressentait son envie à ses mamelons durcis cognant ma poitrine. Le jour en biche câline, la nuit en tigresse affamée, j’en mourais de l’appétence qu’elle soit mienne et m’immolais à ses caprices pourvu qu’elle soit heureuse. On jouait à cet énivrant et excitant jeu dangereux lorsque survint l’accident. Ce matin-là, comme souvent, je mouillais une ligne dans l’espoir d’en retirer ma pitance tout en savourant les extravagantes aventures du Baron de Münchhausen que je ne me lassai de relire. Amusée ou intriguée par le jeu des poissons autour de l’appât, la biche se pencha. Un peu trop ! Et tomba à l’eau. La seconde suivante, un cri désespéré de femme me vrilla les tympans, me retourna le cœur et me propulsa à l’eau en même temps.

Mon amour se noyait ! Je la sortis aussi vite que possible de l’onde et l’étendis inanimée sur la berge. Le cœur serrant la gorge et au bord des lèvres j’entrepris de la ranimer. Je pratiquai le bouche-à-bouche mais le geste professionnel se changea vite en baiser amoureux. L’attrait de son corps, ses seins insolents, ses hanches affriolantes, son ventre invitant eurent raison de mes hésitations lorsqu’elle répondit à mon baiser. Des lèvres, je tombai sur son cou, glissai sur sa gorge et m’arrêtai sucer goulument ses seins. Ses tétons étaient aussi durs que roche. Tout son corps se tordait d’offrande. Pendant que je l’embrassais et la caressais, je sentais ses mains s’activer à m’ôter le pantalon. Je posais une main sur son ventre et la fis glisser juste au dessus de sa toison dorée. Elle desserra aussitôt ses cuisses, et je pus glisser mes doigts dans ses plis intimes. Elle soupira longuement. Elle était déjà moite de désir, prête pour l’amour...............
Tout en embrassant son corps, j’atteignis son jardin d’Eden et lui arrachai un gémissement de plaisir en écrasant délicatement le pistil de sa rose. Ma langue allait et venait entre ses lèvres énervant son bouton rose pendant que mes mains parcouraient cuisses, ventre et fesses en une ronde caressante et impudique. Elle haletait et soupirait, et je redoublais d’ardeur dans les attouchements, les baisers et les caresses. Le plaisir et le désir la tordant en spasmes jouissifs jusqu’à ce qu’elle parvienne enfin à l’orgasme dans un long râle extatique.

Je goûtais à son bonheur lorsque, d’un brusque coup de rein, elle inversa la position se retrouvant de monture à cavalière. Dans le même mouvement, s’emparant de mon membre, elle s’empala et partit au galop. Sa chaleur intime m’enflamma au point que je crus exploser en elle tellement vite que j’en fus désolé mais à son sourire triomphal je sus qu’elle avait atteint son but. Je ne sais combien de fois elle revigora mon ardeur mais je sais que jamais je ne me serai cru capable d’un tel exploit. Nous nous arrêtâmes à bout de forces mais non à bout d’envie et nous nous endormîmes, enlacés, épuisés, sur la berge. La fraîcheur du soir qui tombait nous réveilla et, nus comme Adam et Eve, nous nous dirigeâmes vers cette maison où l’amour, que depuis je lui prodiguais, devait la convaincre de ne jamais plus la quitter.
Jeu 14 Nov 2013, 11:12 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Pourquoi pas ? reponse à jime

pourquoi pas jime oui j’aime beaucoup perdue Merci ,d’avoir lu et aimé, d’avoir proposé un titre amitié poétique marilyn
Lun 22 Avril 2013, 13:57 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Un titre

pourquoi pas

- l’inconnue de l’hiver
- flocons du soir
- perdue


Jime
Lun 22 Avril 2013, 13:08 par Jime sur L'amour en vrac

Le phare de mes yeux

Je me promène lentement sur cette belle plage
à l’agonie, l’esprit en berne et le cœur lourd
Parmi les mouettes et leur incessant babillage
Songeant qu’un jour, j’y ai laissé partir l’amour
Je scrute au loin, les vagues qui se déchaînent
Comme s’agitent mes douloureux tourments
Et qui claquent si fort que la bise
Emporte des grains et aussitôt les ramène
Venant me fouetter violemment le visage.
Les embruns m’assaillent chargés de gravillons
Tels des moustiques s’écrasant sur mon corsage.
Cherchant à m’abriter, j’aperçois des maisons,
Je cours m’y réfugier, mais il est déjà trop tard.
L’orage m’a rattrapée et son ruissellement
Me fait rentrer précipitamment dans ton phare
Pour échapper à sa myriade de traits en colère.
Des grandes flammes, dansent soudainement
Devant mes yeux encore tout pleins d’eau de mer
Et me voilà, dans ton hall, complètement trempée
Devant toi, assis face à cette monumentale cheminée,
En briques et bois, que tu as astucieusement aménagée
Pour y ranger tes nombreux souvenirs et bouquins.
Surpris par cette soudaine et brusque entrée,
Tu sors de la lecture d’un livre sur les requins
Et me dévisages de l’air d’un inquisiteur suspicieux.
Je balbutie, gênée, quelques mots d’excuse
Mélangeant ma vie et les éléments ombrageux
Je ne suis pas à mon avantage et mon état t’amuse
Je dois être affreuse à regarder,
Je suis en" nage", les cheveux mouillés,
Mon maquillage a coulé et je tremble de froid.
Tout va alors très vite, tu te lèves et te précipites,
Me tends une serviette et des affaires de rechange
M’installes devant le feu et y ajoutes du bois,
Me couvres d’attentions : j’en suis séduite !
Que d’émotions, tu es vraiment un ange.
La chaleur m’assomme, mes paupières s’alourdissent,
J’en manque de renverser la tasse de café.
Tes mots se font flous et les lumières faiblissent
La fatigue m’emporte, j’essaie de lutter,
Je glisse malgré moi dans le sommeil.
La tempête redouble de force sur la grève
Je n’ai plus peur, tu seras là à mon réveil
Mon cœur s’endort. Et je rêve
Lun 01 Avril 2013, 14:31 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Mômes égarés

Mômes égarés.

On s’est croisé une nuit
à semer nos p’tits cailloux
le long du sentier de la vie,
des cicatrices sur les g’noux.

Tes yeux de môme m’ont souri
un pas vers Nous sans mot dire,
tu m’as tendu ton sac de billes,
on s’est frôlé en un éclat de rire.

On a poursuivi notre chemin,
main dans la main le cœur léger,
regards malins quand à pieds joints
on bondissait sur le pavé mouillé.

Un soleil igné embrasait notre ciel
quand on s’envolait sans un bruit,
et de nos rétines jaillissait l’étincelle
pour échapper aux jours de pluie.

Et quand cette foule qui filait à côté,
enracinée en cette réalité bétonnée,
tentait d’agripper nos mimines de bambins,
on se disait qu’on n’serait jamais rien
… que des mômes égarés.


On s’est trouvé une nuit,
chafouins derrière une moue,
en un ailleurs qu’on s’était bâti
pour délester nos bottes de boue.

Nos rêves de mômes attardés
s’enchevêtraient en harmonie.
Tantôt éclatés contre la chaussée,
Nous les avait ramenés à la vie.

On se laissait bercer par ce vent,
virevoltant entre candeur et acuité,
à gravir la grille du mur des grands
pour défier ce troupeau immergé.

Mais quand le temps soudain se gâtait,
tu me claquais ta porte à la figure,
j’ignorais tes bras derrière mes volets…
Et l’on se quittait en un chagrin obscur.

Et quand cette foule qui filait à côté,
enracinée en cette réalité bétonnée,
tentait d’agripper nos mimines de bambins,
on se disait qu’on n’serait jamais rien
… que des mômes égarés.


On se rattrapait toujours la nuit,
les yeux baissés, chargée,
quand à l’orage succède l’accalmie,
à semer nos cailloux sur le sentier.

Nos corps haletants fléchissaient
derrière cette épée de Damoclès,
et nos mains nos plaies pansaient,
sans jamais égarer aucune faiblesse.

On était des jumeaux symbiotiques
à vivre ces mêmes brunes de bambins,
à succomber à l’encore heure critique
sans jamais pouvoir se donner la main.

Mais quand le soleil s’exhibait à nouveau,
on regagnait la récré, ton sac de billes,
rendant à l’hier nos indomptables maux,
et en un éclat de rire, on revenait à la Vie.

Et cette foule qui filait à côté
de notre hypersensibilité exacerbée,
on la perdait en un souffle incertain,
en se disant qu’on n’serait jamais rien
… que ces mômes égarés.
Mar 10 Juil 2012, 07:48 par Maestitia sur L'amour en vrac

Infidélités

Infidélité

L’âme du temps s’est pendue à la grande aiguille de l’horloge de tes nuits
Car tes sommeils se sont faits rares, ils ont quittés ton lit
Ils ne sont pas partis tous seuls, ta femme les a suivis
Au sortir de tes frasques et autres supercheries

Depuis, tu comptes les pleines lunes et les cafés serrés
Et il ruisselle en toi les eaux boueuses de ton vilain passé

Les limbes de tes profonds chagrins ont posé sur le temps
Des voiles évanescents, vaporeux et si blancs
Ainsi que des silhouettes en hommage à l’amour
Qui brodait sur ton cœur les perles de tes jours

Ces femmes aux corps laiteux ont brisé ton navire
Tu gis échoué là au pied de ton empire
Entouré de fantômes qui hantent tes visions
Tu supplies ton aimée de garder la raison

Ces femmes au corps brumeux chantent l’infidélité
Fatigué, yeux mi-clos tu les perçois troublées
Tu les a vues si près dans tes draps de satin
Et tu les as aimées de manière éhontée à valeur de catin

Depuis, tu comptes les pleines lunes et les cafés serrés
Et il ruisselle en toi les eaux boueuses de ton vilain passé

Embrumées et blanchâtres tu les verras sans fin
Ces nymphes transparentes s’échapper de tes mains
Aujourd’hui tu es seul, surtout tu n’as plus rien
Que leurs fumées légères comme uniques lendemains

Jime
Mer 04 Juil 2012, 08:28 par Jime sur L'amour en vrac

Qui veut la peau d'agatha christie ?

Je viens une dernière fois rendre grâce à ce site pour m’avoir permis plus ou moins régulièrement toutes ces années de rêver et de créer du beau (au moins l’ai-je essayé bien humblement) tout en me régalant d’écriture et de relecture.

Dois-je citer toutes les oeuvres qui ont nourri mes textes bien que ces derniers en soient indignes ? Je risque fort de me montrer ingrate et d’en oublier parmi les plus importants : "Les confessions d’un enfant du siècle" d’Alfred de Musset, "La promesse de L’ange" de Frédéric Lenoir qui relate les amours tragiques entre un homme consacré et une guérisseuse (la structure romanesque est merveilleuse), sans oublier le "Manifeste pour une renaissance" : parmi les ouvrages de Bernard Besret qui m’ont été donnés de lire, c’est ce dernier qui m’a sans doute le plus marquée (de par sa proximité avec mon propre cheminement existentiel sans doute).

Je ne viendrai plus pour plusieurs raisons, ces écrits qui n’avaient pour but que de me récréer tout en me tenant lieu parfois d’exutoire ont été profanés un peu comme ces tombes par des personnes malveillantes et qui pour couvrir leurs frasques cherchent dans l’écriture les preuves d’une culpabilité de l’auteur qu’il savent chimériques... C’est un procédé fort astucieux que de vouloir déplacer le centre de gravité d’une affaire : mettre sous le feu des projecteurs non plus l’assassin mais le bouc émissaire. C’est courant, Combien de violeurs protestent de leur innocence en montrant du doigt leurs victimes : ces viles aguicheuses... A qui profite le crime ?! Ces honnêtes hommes (ou femmes) qui au demeurant ont parfois pignon sur rue, ne manqueraient pas, tout couverts du sang de leur dernier forfait, de pointer le même index accusateur : regardez, c’est Agatha Christie, coupable de crime avec préméditation, elle a même couché ses (nombreux) aveux par écrit. Ce faisant, ils ajoutent à leur scélératesse, la calomnie...

La seconde raison, et bien ! Il s’agissait pour moi de venir sublimer un célibat imposé par un divorce qui perdura durant dix longues années de solitude (encore un ouvrage merveilleux : cien anos de soledad de Gabriel Garcia Marquez)...

Le temps est un sérum de vérité, il renforce et grandit de ceux qui ont le coeur droit - dans l’épreuve - et montre la vraie nature de qui est vil. S’il m’est arrivé de m’indigner, de pleurer voire de tempêter devant l’aveuglement des hommes et des femmes qui portent la charge de rendre la justice, je n’ai jamais trahi la rectitude qui est ma marque de fabrique et si j’ai le verbe haut, j’ai le coeur droit (certains ne se sont donnés que la peine de naître et de naître nantis cela leur tient lieu d’honneur et de probité. ceux-là ne sont pas mes cousins).

Une fois de plus, je ne peux que rendre hommage à Gisèle Halimi que j’ai eu la grâce de rencontrer et qui me confiait lors d’une interview (à l’occasion de la sortie de son livre "L’étrange Monsieur K") combien il est difficile de défendre un innocent. Ce dernier est de fait indéfendable, il n’a que lui, que la vérité et cette dernière ne porte pas un label spécial qui la distingue des contrefaçons. Il crie, il pleure, il gronde, il a peur et tout cela indispose. Prenez un coupable : il dispose de tout une batterie : mensonge, abus de pouvoir, manipulation, faux et usage de faux, il sourit, il affiche un calme olympien et sourit d’autant mieux qu’il sait ses mauvais procédés couronnés de succès.

Mais quelle que soit l’issue des procès et que l’on condamne ou pas Agatha ou K, mes frères, pour les crimes qu’ils n’ont pas commis, aucune erreur judiciaire ne changera la nature réelle de l’homme, celui qui est bon et droit ne peut être avili. Celui qui juge et qui se trompe peut en son âme et conscience en éprouver des regrets et peut-être un tourment secret : ne me suis-je pas trompé, mon intuition était-elle bonne, n’étais-je pas sous influence ? Quelle charge faisons-nous porter sur des épaules humaines ! Mais qu’ils se rassurent, l’homme coupable porte en lui le germe de sa condamnation et lui se connaît intimement, il n’est pas dupe de sa noirceur. Son propre jugement n’en sera que plus éclatant.

Il ne me reste plus qu’à tirer ma révérence d’un hommage appuyé à l’administrateur du site, mon bien cher et respecté Petit Prince pour sa confiance et sa bienveillance durant ces longues années. Un clin d’oeil à vous chères âmes tendres que j’ai eu la joie de lire et de relire, avec qui, parfois, les fils fragiles de l’amitié épistolaire se sont tissés.

Je vous souhaite de belles et tendres heures d’écriture avec la pulsation de vos coeurs à la pointe de vos plumes.

Bien scripturalement vôtre,

Dolce Vita
Mer 20 Juin 2012, 15:13 par dolce vita sur L'amour en vrac

Le dernier des bisounours

la vie était si simple avant qu’il ne survienne. nous étions nous : simples, vrais, nos deux faces exposées candidement au monde.
et il est arrivé dans nos vies, dans ma vie.
il était toujours au mieux avec chacun, car chacun se trouvait sur l’une de ses faces.
aucune rotondité, aucune continuité dans ce que nous pensions être unique : il était double, triple, ... multiple.
notre premier contact avec l’être humain ne fut pas sans douleur...
il était aussi volubile avec nos amis qu’avec nos ennemis. il semblait trouver des points communs dans des simplexes tout à fait opposés !
le premier à sentir cette différence fut celui qui causa notre perte. il accusa l’être humain de menteur.
mais qui dit mensonge dit vérité. et qui dit vérité dit réalité. et qui dit réalité a déjà compris qu’il a perdu.
car l’accès soudain à la différence unie en une personne, en une âme, nous fit comprendre que derrière nos yeux, loin derrière nos regards, siège le Réel.
jusqu’alors, pour tout simplexe que nous étions, le réel et la réalité ne faisait qu’un ! nous étions l’un, les autres voyaient l’autre et l’ensemble n’était qu’une seule et même valeur à la vue de chacun...
l’être humain nous amena à comprendre que nos jours étaient comptés. qu’un plan, même divisé par notre ancienne logique en une face pure et une face obscure, ne suffisait à l’avenir de la vie...
une nouvelle forme d’intelligence était née, et elle avait plus de deux faces.
les facettes étaient nées, l’être humain pouvait réclamer son dû : le monde.
il commença par établir une nouvelle règle. la règle du "peut-être".
bientôt cette règle se déclina en "sûrement", "peu probable", puis une multitude d’autres variantes sur le spectre de ces nouveaux possibles.
nos jours étaient comptés...
le problème avec cette division de la vérité, c’est qu’il est de plus en plus complexe de déterminer le vrai, le faux, le bon, le mauvais... tout devient réalité, et le Réel s’éloigne un peu plus encore...
si j’ose écrire ces lignes aujourd’hui, c’est que je suis la dernière des simplexes, et que je vais partir.
l’être humain est entré dans ma vie, je l’ai accueilli à bras ouverts, comme je l’ai toujours fait, et j’ai eu le malheur de croire en chacune de ses facettes, celles qu’il me permettait de voir.
je ne lui en veux pas, car j’ai enfin compris qu’il ne m’a jamais menti. chacun de ses reflets me renvoyait la vérité du moment.
mais je suis simplexe, et simplexe je demeure. impossible pour moi de montrer autre chose que cette globalité qui semble être mon âme. impossible... tant que j’ai les yeux ouverts.
dès qu’ils sont fermés, dès que je ne sais plus laquelle de mes deux faces je vois, je semble vivre de nouveau, atteindre cet état de grâce qui me fait presque toucher l’humanité.
presque.
car même les yeux fermés mon esprits illumine le fond de mes pensées et mes ramène à mon choi : bon ? mauvais ?
ce "presque" me tue doucement... je choisis donc de partir par le premier nuage, et laisser ce monde aux êtres humains qui se multiplient.
j’espère seulement qu’ils ne se perdront pas, qu’ils conserveront une base, celle-là même qu’ils tiennent de nous... une polarité pour chacune de leur facette qui leur donnera la direction du bien, du mal.
il ne leur reste que cela : une direction.
puissent-ils choisir la bonne.
Sam 28 Avril 2012, 22:48 par l'homme de sable sur Mille choses

Rêver de toi

J’ai fait un doux rêve j’avoue.
Un rêve diurne et fier, comme un soleil.
C’est peut être à force de viser la lune qu’on peut atterrir dans les étoiles!
Entre rêve et réalité, non tu n’as pas rêvé lorsque le désir est entré en toi.
Je t’imagine jalouse comme toutes les filles, cruelle comme toutes les femmes, et je te vois belle comme tes prunelles.
Je suis timide oui lorsque je te vois d’autant plus.
Je ne pensais pas te plaire non plus, mais je sais à présent que c’est pas une question que l’on se pose jusqu’à ce qu’elle nous tombe dessus ( généralement ).
Tu joues si bien la comédie, que tu devrais changer de métier, non là je rigole, mais tu peux en faire une passion, tout simplement.
La passion où tu habilles tes peurs d’un manteau, puis la même celle qui te déshabille ( évidemment restons pudiques! ).
Et puis celle qui fait vibrer ton corps.
Tiens comment se nomme ce symptôme, où le corps a des frissons, où les caresses s’entremêlent à des baisers dans le cou, remontant jusqu’à tes cheveux avec ses mains?

hihi
Jeu 09 Fév 2012, 03:47 par volcanique sur L'amour en vrac

Petit traité de vulgairisation scientifesse (fessebook)

J’ouvre ici un petit manuel sur la fesse, tiré d’expérimentations scientifesses.

Je parle de "vulgairisation" car c’est ni de la vulgarisation, ni du vulgaire, c’est entre les deux ! je ne crois pas aux beaux sentiments par des envolées lyriques. Le véritable amour a une explication rationnelle que je vais tenter de vous expliquer en décryptant les mécanismes d’ordres mathématique, physique, chimique, transposés au sujet en question.
D’autre part, j’aimerais asseoir mes connaissances sur la fesse en élargissant mes idées avec les vôtres. Aussi, les commentaires appuyés sur un raisonnement scientifesse seront les bienvenus pour approfondir ensemble notre cul-dure !

Aussi, d’emblée, je rentrerais dans le vif du sujet, en assimilant le "cul" à une jolie plante. Que dis-je une plante, une fleur et si c’est pour parler du mien, je dirais même un chou-fleur ou un "Christ’ en thème". Mais passons et regardons-y de plus près. La fleur est si voluptueuse que deux tiges ne sont pas de trop pour son épanouissement. Les "popotinistes" classent notre jolie plante dans les jambèlifères : plantureuse famille toujours pourvue de deux jambes graciles qui prolongent sa fleur. Quand celle-ci repose, ramassée sur elle-même, il lui arrive d’entremêler ses tiges avec élégance. Elle devient ainsi source d’inspiration pour crucijambistes confirmés (généticiens en herbe ou amateurs de jambes croisées, pétris de case noire). Son pistil dégage alors un parfum entêtant et ô combien caractéristique !...
Mais je m’égare dans des élucubrations poétiques et intéressons-nous plutôt à la "faute aux saintes aises". Rien à voir avec la photosynthèse habituelle, car le mécanisme fonctionne à rebrousse poil. Je m’explique : la "faute aux saintes aises" de la fesse consiste à absorber du "coccyx gènes" en prenant ses saintes aises mais en fautant par rejet du gaz au "quart qu’on lui nique". Or, la photosynthèse est l’effet inverse ; comme chacun sait, son rôle est d’absorber le gaz carbonique et de rejeter l’oxygène. La faute aux saintes aises a donc ici un effet négatif pour l’environnement de notre planète car il accentue le réchauffement climatique en augmentant la couche d’ozone. Ce contre effet pervers est en tout point assimilable à l’amour vache (animal sympathique quand il broute mais pas quand il proute) ! Mais restons dans le raisonnement scientifesse et demandons nous pourquoi seulement le quart du gaz est rejeté : c’est très simple, le gaz est un anesthésiant redoutable et, lors de la pollinisation du pistil de la fleur par " l’ anthière état-pine ", la nature toujours bien faite s’escrime à ce que le tapin (racine de l’état-pine ) ne dure jamais trop longtemps. Ainsi, Le pistil, soucieuse de réitérer son plaisir pris pendant ces merveilleux rapports fusionnels, anesthésierait alors volontairement le sexe fort pour prolonger ses ardeurs sur le long terme. On reconnaît là l’éternelle amoureuse qui comme une héroïne dans un roman de Barbara Cartland susurrerait en son for intérieur :"Pisse-t-il mon coeur ne jamais saigner et filer longtemps le parfait amour !"

Cependant, voilà qu’un autre éminent chercheur du corps scientifesse contrecarra le pouvoir anesthésiant du gaz au "quart qu’on lui nique". il s’agit d’un spécialiste en hydrodynamique dans le secteur de la viscosité et l’écoulement des fluides. Ces proches collaborateurs lui ont qualifié le délicieux sobriquet de "Bébert la nouille" bien que mieux connu sous le nom de "Bernouilli" et de son fameux théorème. Bébert donc orienta ses recherches en observant la cuisson des pâtes (il était italien) et plus spécialement le macaroni. Il constata que la dite pâte plongée dans un liquide à 37 degré produisait une émulsion en surface sous forme d’écume blanche et, 6 minutes après, il observa que la trempe du macaroni ressortait en forme de coquillette (précisons que la cuisson était " al dente "). Aussitôt il fit le rapprochement judicieux avec le fameux gaz anesthésiant, contestant alors son effet en tant que tel, le justifiant seulement d’ordre respiratoire ou d’aérophagie. En rapport au coït, la "faute aux saintes aises" n’implique pas selon lui un dégazage systématique. Ainsi, le pouvoir du gaz anesthésiant serait irrecevable, la crampe du sexe fort se ramollirait et racornirait uniquement par effet de trempe et en un point de fuite du "va-j’y nage". l’expérimentation sur le vivant assermenta son hypothèse: le prépuce sortait bel et bien fripé et blanchit après pénétration.
Enfin pour accentuer un peu plus la différence entre la "faute aux saintes aises" et la photosynthèse, disons que si "la forêt d’amozonie" absorbe une grande partie de "l’impur Co 2". Par ma fesse, "le purin " c’est au dos" qu’ il se rejette quand bien même percerait "une forêt où à son nid" !

Pour poursuivre dans les sciences des fluides et toujours dans le "va! j’y nage". Un colloque de chercheurs en expérimentation dans un lupanar établirent un calcul savant sur la poussée "d’orgie merde". Ils remarquèrent que tout corps plongé dans le trou noir subissait une poussée de haut en bas égale au poids du volume du liquide déplacé. Mais seulement si le plongeon est au must du coït, c’est à dire que l’accélération du "pesant heurt" s’exerce au point "g", là où il y a du plaisir ! Bien sûr on peut s’interroger sur le pourquoi de la grossièreté pour qualifier cette fameuse poussée. ben ! tout simplement parce qu’ après moult observations force fut de constater que ça ne sentait pas la rose !!!
Dés lors l’un des chercheur, mathématicien qui plus est, s’intéressa aussitôt au bourrin susceptible de cette merveilleuse poussée. Il s’avéra en l’examinant de près qu’il présentait de sérieux avantages sur les parties génitales. Il l’isola alors et mesura mathématiquement "sa rythme et trique" en position de frappe. Aujourd’hui, ce spécimen rare a donné son nom au théorème de "Bite à gore" énoncé comme il suit : "Bien carré l’hyppo t’abuse quand il te somme des deux côtés".
On dit à tout saigneur tout honneur ! Cependant abstinence est de rigueur au mâle en rut quand Madame en couche est contrainte de "l’effet de serre" ou de serrer des fesses. Coûte que coûte elle doit alors s’acclimater à ce non réchauffement clitoridien (pour le torride ça attendra) !

D’autres mathématiciens chevronnés de la fesse définirent sa courbe exponentielle, délimitée entre deux asymptotes : une au point de fuite et l’autre sur la chute de rein. Je vous ferais grâce des formules sur la valse du "x" pour situer le point d’inflexion où la courbe dérive !

En science sismolofesse, des chercheurs tout aussi inspirés ont prospecté le long de la ligne de faille qui partage les fesses en deux. Or, c’est dans cette cassure et en un point névralgique où "l’épice entre" (eh oui ! il suffit parfois d’un petit piment d’espelette pour provoquer un vrai cataclysme avec parfois tsunami à la clé) que le sismographe a enregistré les secousses des plus violentes. Allant jusqu’à 7 sur l’échelle de "Rich’ éther " : échelle mesurée en degré au plaisir). 7 étant la graduation optimum pour parvenir à l’extase quand vous atteignez le septième ciel !

En vulcanofesse, des "porctologues" qui ne sont autres que des proctologues spécialisés, n’ayant pas peur de mettre leur nez là où je pense, ont dénombré différentes éruptions. Il y a l’éruption classique dite bronzaïque (coulée dans le bronze), l’éruption filiforme (en forme de fil), l’éruption constipative( projections crottés à répétition), l’éruption explosive en deux catégories : l’une étant la courante laminaire (coulée liquide et plate) et l’autre la courante "diarré-hic"(pétard de feu d’artifesse constellé d’étoiles).

De physique-scientifesse, on a mesuré aussi l’effet "à coups triques" de l’instrument à vent. Dés lors, quiconque peut s’improviser musicien en soufflant sur les hanches par son embouchure, faisant résonner le muscle pelvien en rondes notes par l’entournure de son col en "ut et ruse".

En physique-mécanicofesse, il est rapporté la formule de l’énergie cinétique sous la forme :
Ec= 1/2 mv2+1/2 jw2
l’addition des deux énergies distribuées (mâle et femelle) se répartie par moitié d’ou le coefficient 1/2 :
- 1/2 mv2 est l’énergie cinétique linéaire de pénétration du sexe mâle proportionnel à sa vitesse "v" au carré et à sa masse "m"
- 1/2 jw2 est l’énergie cinétique radiale donné par le mouvement oscillatoire des fesses sur le sexe mâle pour interagir sur sa puissance. Elle est proportionnelle à la vitesse enculaire "w" au carré et au moment d’inertie "j" qui met en branle le couple en action !

Enfin pour terminer sur une note poétique je parlerais de la fesse en science astronomique. Quoi de mieux alors que la lune pour incarner la fesse et occuper l’espace ? Ainsi, tout prototype "fuseïforme" sorti tout droit de son "hors bite" entrerait en gravitation lunaire avant qu’ icelui subisse la "loi de l’attraction unie vers icelle" . Avec toute proportion gardée sur la rumeur des masses et inversement aux préjugés qui lui recommanderaient de bien se carrer à distance, son vrai désir pour elle n’en serait pas moins de "fesse toi y est" !

aime
Ven 24 Juin 2011, 13:57 par Fessue de Naz'arête sur Articles

Le phare de mes yeux



Je me promène lentement sur cette belle plage
à l’agonie, l’esprit en berne et le cœur lourd
Parmi les mouettes et leur incessant babillage
Songeant qu’un jour, j’y ai laissé partir l’amour
Je scrute au loin, les vagues qui se déchaînent
Comme s’agitent mes douloureux tourments
Et qui claquent si fort que la bise
Emporte des grains et aussitôt les ramène
Venant me fouetter violemment le visage.
Les embruns m’assaillent chargés de gravillons
Tels des moustiques s’écrasant sur mon corsage.
Cherchant à m’abriter, j’aperçois des maisons,
Je cours m’y réfugier, mais il est déjà trop tard.
L’orage m’a rattrapée et son ruissellement
Me fait rentrer précipitamment dans ton phare
Pour échapper à sa myriade de traits en colère.
Des grandes flammes, dansent soudainement
Devant mes yeux encore tout pleins d’eau de mer
Et me voilà, dans ton hall, complètement trempée
Devant toi, assis face à cette monumentale cheminée,
En briques et bois, que tu as astucieusement aménagée
Pour y ranger tes nombreux souvenirs et bouquins.
Surpris par cette soudaine et brusque entrée,
Tu sors de la lecture d’un livre sur les requins
Et me dévisages de l’air d’un inquisiteur suspicieux.
Je balbutie, gênée, quelques mots d’excuse
Mélangeant ma vie et les éléments ombrageux
Je ne suis pas à mon avantage et mon état t’amuse
Je dois être affreuse à regarder,
Je suis en" nage", les cheveux mouillés,
Mon maquillage a coulé et je tremble de froid.
Tout va alors très vite, tu te lèves et te précipites,
Me tends une serviette et des affaires de rechange
M’installes devant le feu et y ajoutes du bois,
Me couvres d’attentions : j’en suis séduite !
Que d’émotions, tu es vraiment un ange.
La chaleur m’assomme, mes paupières s’alourdissent,
J’en manque de renverser la tasse de café.
Tes mots se font flous et les lumières faiblissent
La fatigue m’emporte, j’essaie de lutter,
Je glisse malgré moi dans le sommeil.
La tempête redouble de force sur la grève
Je n’ai plus peur, tu seras là à mon réveil
Mon cœur s’endort. Et je rêve...
Dim 22 Mai 2011, 14:30 par caressedesyeux sur Mille choses

Aventures amoureuses et sexuelles d’un quasi trentenaire - i

Le mythe amoureux

Un jour de l’an 1992 dans une colonie, un enfant de 10 ans se fit transpercer par une flèche de Cupidon. Ce gamin ailé plongea notre héros dans un amour platonique pour une fille de sa campagne natale durant 15 ans.

Le regard de cette fille lui parlait, il lui semblait qu’il la connaissait dans une autre vie. Il aimait son sourire et souvent son regard croisait le sien tendrement lorsqu’ils avaient l’occasion d’être ensemble. Ces occasions n’étaient jamais créées par lui mais par d’autres facteurs qui faisaient qu’obligatoirement, ils devaient se retrouver au même endroit. Notre héros les a interprétés pendant longtemps comme des signes de l’univers infini. Il essaya bien quelque fois de l’aborder mais maladroitement,

Dès lors, il construisit un mythe autour de cette fille. C’était elle ou rien. Il repoussa plusieurs avances d’autres filles ne voulant pas trahir celle qu’il aimait. Il l’aima secrètement sans jamais rien lui dire, hormis quelques lettres et quelques paroles. Parfois, il l’oubliait mais dès qu’il la revoyait son cœur se mettait à accélérer, des malaises l’envahissaient, il voulait se cacher. Elle lui faisait un effet incroyable. Elle a été pendant de très longues années son seul modelé féminin, elle était présente jusque dans ses rêves même si ce n’était pas d’elle qu’il s’agissait.
Un beau jour, sous conseil d’un ami, il lui déclara son amour dans une grande lettre.

Voici un extrait de cette lettre :

Juin 2004

"Chère X,
J’ai enfin trouvé le courage de t’écrire. C’est grâce aussi à notre ami en commun avec qui j’ai fait un magnifique voyage. Durant ce voyage, lors d’une nuit à la belle étoile, nous avons eu une riche discussion sur le sens de la vie, les grandes questions et l’Amour. Sur ce troisième sujet, nous en sommes venus tout naturellement à toi et je lui ai dit ce que j’éprouvais pour toi. En entendant cela, il m’a dit comme d’autre avant lui : "Tente Ta Chance". Ces mots venant de la bouche d’une personne te connaissant bien m’ont donné la force de t’écrire ces mots.
Tu sais bien, enfin je l’espère, que tu ne m’as jamais été indifférente,
Le jour ou Cupidon m’a transpercé le cœur , je n’ai jamais cessé de penser à toi. Chaque semaine, j’attendais avec impatience nos activités communes pour te voir. Je t’aime X, ma timidité envers toi m’a toujours empêché de t’aborder face à face voilà que maintenant c’est fait par écrit. Je voudrais partager de grandes soirées en tête à tête avec toi, tout connaître de toi, tout partager avec toi. Si j’ai envoyé cette lettre manuscrite par la poste au temps de l’internet, ce que je me suis dit qu’elle serait plus personnelle qu’un e-mail.
Cela m’a fait plaisir de pouvoir enfin te dévoiler mon amour pour toi et de passer un moment avec toi.

"Loin des yeux, près du cœur"

Dans l’attente de te lire, je te souhaite un agréable séjour à l’autre bout du monde et que tout se passe le mieux pour toi." Notre héros qui t’aime !

Quelques mois, plus tard, en même temps que la lettre d’une monitrice, il recevait une réponse à sa déclaration d’amour qu’il interpréta comme une promesse de mariage. Le mythe reprit de plus belle et en plus qu’elle était à l’autre bout du monde et ne devait revenir que d’ici plusieurs mois. Il pensa tous les jours à elle. Il était dans un grand dilemme avec cet autre coup de foudre survenu suite à l’envoi de cette lettre à son amie d’enfance. Elle était sa raison de vivre, enfin de compte une copine imaginaire. Il croyait être en couple mais il était seul. Il se réjouissait de lui offrir sa virginité. Il avait déjà réfléchi au nom de leur premier enfant. Il avait fait des projets de vie mais tout seul, avec comme seule compagnie marie-jeanne et son imaginaire. Une relation à une seule personne. Elle ne savait rien de tout cela. Il ne connaissait pas la vie de couple. Il était amoureux de cette fille. Il remplira trois cahiers en attendant son retour à cause de cette fameuse lettre, parfois avec le recul, il se dira et si il l’avais jamais envoyée, est-ce qui il y aurait eu la rencontre avec la monitrice? puis tous ses signes et ces deux amours qui se sont croisés pendant six mois. Toutes ces prières, ces vœux aux étoiles filantes, ces vœux lors du jet d’une pièce dans un bassin d’eau, tout cet amour inconditionnel donné pour rien. Il était persuadé que ce jour d’octobre 92 , le dieu grec de l’amour avait choisi son destin et que rien ne pourrait y changer.

Quand elle revint au pays natal, ils se virent et il lui demanda : Alors nous sommes en couple? et elle lui répondit : ma réponse n’était pas claire? Nous sommes de véritables amis. Il lui répondit par un signe de tête et ils allèrent fumer un pétard. Ce soir là, il fut élu au conseil communal de son village natal. Le lendemain, il se prit une cuite magistrale. Il était au fond du trou...mais la lecture du Manuel du Guerrier de la Lumière l’a aidé à passer ce cap. Notre héros avait remplis trois cahier intimes de projection dans le futur avec son amour platonique.

Ovide était son Maître.

Quelques années passèrent et ils reprirent contact. Il la voyait souvent. Il avait de grandes discussions avec elle. Il a passé plusieurs soirées en sa compagnie. Tous ses actes amicaux n’ont fait que raviver cette vielle flamme qui brûlait encore secrètement en lui. Jusqu’au soir, ou il craqua en présence d’un témoin important à ses yeux dans cette histoire d’amour créée par notre héros. Il lui reprocha que c’était à cause d’elle qu’il n’avait jamais eu de copine ce dont elle n’était pas coupable. Et que tant qu’elle n’était pas mariée, il n’abandonnerait pas l’affaire. Il la blessa, la fit pleurer.

Le lendemain, il reçut une lettre d’elle. Il devait choisir entre son amitié ou plus rien du tout. Cette rencontre en tête à tête avec elle devait vraiment mettre fin à toute ambiguïté. Elle serait une amie et rien d’autre. Il choisit son amitié maintenant qu’ils avaient eu de grandes discussion ensemble, qu’il la connaissait mieux, plus intimement ,qu’il allaient voyager ensemble en terre inconnue. Il se fit une nouvelle raison qu’elle ne voulait pas de lui en tant que mari mais en tant que véritable ami. Il était trop petit.

Ces quinze années furent quand même traversées par quelques autres aventures amoureuses comme vous allez pouvoir le lire.

Première copine

A l’âge de 15 ans, il sortit pendant quatre jours avec une fille du pied de la montagne. Ils se rencontrèrent dans un bal de campagne. Ils se firent des sourires, dansèrent ensemble, se rapprochèrent, se tinrent par les mains, et puis ils s’embrassèrent. Il fit son premier baiser dans un giron de jeunesse. C’est durant cette soirée qu’il goûtât pour la première fois aux lèvres d’une autre personne. C’était bon ! Enfin son tour arrivait, en plus ce soir, il y avait beaucoup de monde que notre héros connaissait. C’était ses premières galoches, encore débutantes, bien baveuses. Ils s’embrassèrent toute la nuit. Elle devait rentrer plus tôt, alors il la raccompagna jusqu’à chez elle. Elle lui proposa d’aller dans les champs mais il pleuvait des cordes. Ils se revirent le lendemain. Elle l’avait invité chez elle. Ils allèrent dans sa chambre sur son lit et il toucha pour la première fois une poitrine, pellotta ses seins adolescent, elle avait un soutien-gorge noire, caressa un corps féminin et avec un arrière son de rap français, il l’embrassa encore, la caressa mais tout en laissant leurs habits. L’odeur de son parfum le rendait fou comme tous les futurs parfums de ses amantes. Quelques jours plus tard, ils avaient rendez-vous à la piscine. Ce jour là,elle arriva en pleurs vers lui et lui dit que c’était finis, sans aucune explication. Il était arabe.

Masturbation

Notre petit arabe ne connait aucune pratique sexuelle hormis celle de la masturbation. La première fois qu’il s’est branlé, c’était chez son meilleur pote d’enfance. Ils regardaient un film porno et son pote lui expliqua qu’il allait se branler. Il fit de même. Il éjacula pour la première fois et vis à quoi ressemblait du sperme. Il ne fit pas des jets comme son pote mais le sperme sorti en gros flots en coulant. Il avait 14 ans. Une autre fois, vers l’âge de 15 ans, il avait lu toute la soirée chez un pote des revues pornographique et il avait adoré. Son sexe avait été en érection toute la soirée. En rentrant chez lui, il s’était branlé avec comme seul outil sa main et son imaginaire. Il découvrit son premier orgasme. Ils se branlaient aussi entre potes en regardant un film de cul. Notre héros adorait la littérature érotique et pornographique plus que les films. Il se branlait parfois jusqu’à six fois par jour. Il s’eut branlé dans des lieux insolites comme dans un avion, dans le train, dans un dortoir façon ninja, et attendre près d’une demi-heure avant d’éjaculer, ou encore il a découvert d’autres zones érogènes comme ses tétons, ou l’anus, cela lui est arrivé parfois de se mettre l’index dans le cul. Il a jouit plusieurs fois comme cela. Il essaiera la branlette façon allume-feu, en tournant le sexe entre ses deux paumes. Il se blessa aussi plusieurs fois le sexe. Il se branlera aussi sous la douche, dans le bain. Tantôt avec une main, tantôt avec l’autre, parfois avec deux doigts, il suffisait d’être un peu imaginatif ! En utilisant des capotes, enfin quand vous n’avez pas de copine jusqu’à l’âge de 29 ans et que vous êtes attirés par la chose, vous pouvez toujours avoir recours à comme il l’appelait l’auto-sexe. Il n’est jamais arrivé à se faire une auto-fellation. Un plaisir solitaire mais un plaisir tout de même. C’est comme cela que chaque soir avant d’aller se coucher la branlette est chez lui un rituel. Cela lui permet de sortie l’énergie vitale de son sexe. Cet élixir de vie qui une fois sortis de son corps le plonge illico presto dans les bras de Morphée.

Lycée

La période du lycée fut pour lui la découverte de la ville, du cannabis, ainsi que des nouvelles technologies. Durant son lycée, il se lia d’amitié avec une fille de sa classe qui devint sa confidente et à qui il racontait tout. Durant ces quatre années, plusieurs filles traversèrent son esprit, mais il ne les invita jamais, ne leur proposa jamais rien à faire. Il était dans un lycée de bourgeois et fréquentait quasi que des personnes du milieux hiphop. Il y eut deux fille CE et CA. Notre héros et sa confidente avaient un langage secret afin de pouvoir parler normalement des gens les entourant sans avoir à les nommer. Elles étaient toutes les deux différentes, une noiraude et l’autre blonde. Durant cette période pleins de filles, lui avaient tendu des perches mais il avait feint de ne pas les voir. Des filles de couleurs et des filles avec des formes généreuse se sont aussi intéressées à lui plusieurs fois. Elles ne lui plaisaient pas physiquement ou bien le pire elles devenaient belles une fois qu’un autre était avec. Notre héros était encore dans son délire d’amour platonique. Il fallait vraiment un phénomène pour le faire passer à l’action.

CE était dans sa classe, mais il la remarqua qu’avec l’arrivée du printemps. Elle portait une jupe de tennis avec des baskets. La vue de ses jambes et de son corps lui avait fait découvrir une magnifique plante qui était assise juste derrière lui en classe. Elle avait de la classe. Elle sentait bon. Elle avait un regard qui lui parlait. Elle aimait un tube de rap, ce qui fit que notre b.boys puis lui prêter le skeud de ce groupe. Ils se fréquentèrent en classe.Puis lors de leur voyage d’études. notre petit arabe tenta une approche. Ils dansèrent ensemble chaudement. Ce soir là, il aurait du conclure mais au moment où ils se retrouvèrent tous les deux seuls dans la chambre. On vint les appeler pour aller aider à chercher une camarde de classe qui avait disparu. Et puis, ils échangèrent leurs numéros, ils se revirent plusieurs fois en boîte mais notre héros n’osa jamais la rapprocher comme il l’avait fait dans ce pays étranger.

Il rencontra CA sur un chat. Elle était blonde- Elle avait de magnifique yeux bleus. Elle venait de l’île de cuba et avait une touche scandinave. Une magnifique beauté sortie d’un fjord norvégien. Elle représentait son idéal féminin en chaire et en os. La première fois qu’il la vit s’était de dos, elle était en train de se servir un verre d’eau quand elle s’est retournée pour le boire. La vue de son visage l’avait marqué. Le soir même en chattant, il tomba sur elle et le plus surprenant et qu’ils étaient dans le même cours de gymnastique. Le hasard faisait bien les choses, elle lui donna plusieurs fois rendez-vous mais il n y alla pas et puis un beau jour à une pause. Il la vit embrasser un autre type...elle le remarqua, elle le regarda avec gêne en lui faisant comprendre d’être moins timide et plus rapide. La vue de ce baiser et ce regard lui firent effet d’un coup de poignard. Il était fils d’ouvrier.

La colonie

Une autre rencontre traversa ces quinze années, il s’agissait d’une jolie monitrice lors d’un camp de break-dance. Il croyait de nouveau que Cupidon l’avait touché sur le quai de la gare en récupérant les gosses. Quelques jours avant la rencontre avec la monitrice, il avait envoyé la lettre dont vous trouvez l’extrait plus haut.

Elle était jolie. Elle sentait bon. Elle était bronzée. Elle avait des yeux verts et des cheveux courts. Elle portait un pendentif en forme de cœur. Elle jouait de la musique. Elle pratiquait un sport. Elle dansait. Elle prenait soin d’elle. Elle avait un doux regard et avait le rôle d’infirmière durant le camp. La joie et la surprise quand il apprit qu’ils devraient partager la même chambre. Il devint son colocataire préféré. Il la respecta. Elle le motiva à commencer la politique. Il venait de fonder une association.
Ils partagèrent beaucoup d’affection ensemble. C’était la première fois qu’il recevait autant de câlins, de caresses, de massages, des bisous et d’attention d’une femme. Elle croisait ses jambes autour de lui. Il découvrit toutes ces douceurs. Il était aux anges. Le soir, il espérait qu’elle n’arriva pas à dormir afin qu’ils puissent parler ensemble. Ils discutérent et partagèrent beaucoup de choses personnelles et intimes concernant leurs familles respectives. Elle l avait motivé à aretter de fumer la clope, et aussi de se raser plus souvent, de prendre plus soin de lui. Il lui fit une petite déclaration d’amour un matin avant de partir pour les activités. Elle refusa sa demande. Il n’était pas le b-boy dominant du camp.

Après ce camp, en même temps que la réponse de son amour mythique, il reçut aussi une lettre de la monitrice qui lui disait qu’elle pensait qu’ils ne pouvaient pas vivre l’un sans l’autre. C’était incroyable ! Il n y avait jamais rien eu, et il recevait tout d’un coup, le même jour, deux lettres en même temps. Il commença une correspondance manuscrite avec la monitrice. Son affection lui manquait beaucoup. Ces échanges de lettres lui procuraient du plaisir. Il avait l’impression d’avoir une copine. Un échange avait lieu. Ils gardèrent contact durant une année jusqu’à ce qu’ils refassent ensemble une colonie. Cette expérience fut toute différente de celle de l’année précédente. Il voulut tomber amoureux d’une autre monitrice. Il n’eut plus de nouvelle de sa colocatrice adorée.


Rapport avec le sexe opposé.

Notre héros avait peur des femmes. Une peur qui se traduisait par un estomac noué, une incapacité de manger, des malaises, des vomissements, des angoisses, une paralysie. Il était extrêmement timide. Des souvenirs enfouis dans son enfance quand il avait reçu des claques, des refus pour sa taille, un coup de pied dans l’œil, un coup de ciseaux, des refus pour sa couleur de peaux en provenance de petites filles. Il préférait demander l’heure à un voyou avec un pit-bull qu’à une jolie demoiselle. Il était incapable de téléphoner à une fille sans avoir fait tout un rituel avant de s’y décider. Il avait une peur totale de la femme. Il avait un manque de confiance face à la gent féminine. Son inconscient criait danger. Cette peur de l’inconnu le clouait sur le port et il n’osait pas prendre le large

Il avait eu parfois des discussions avec des filles. Il les écoutait mais il ne parlait pas de lui. De ce fait, elles n’avaient aucune raison de s’intéresser à notre héros et il restait le gentil ami. Il communiquait très peu de choses sur sa personne. Il était réservé et froid. Il était un homme d’écoute.

De plus, n’ayant jamais eu de sœurs ou de copine très proche. Il n’avait pas la connaissance de féminine. Il n’avait côtoyé que sa maman mais elle devait s’occuper de trois autres hommes aussi.

Son style.

Il était un mélange de deux continents. Les chromosomes de son père africain avaient pris le dessus. Il ressemblait à un arabe. Il mesurait un mètre cinquante-neuf, pour une cinquantaine de kilos.
Il était un partisan de la culture hip-hop. Il ne s’était jamais trop préoccupé de son style. Il transpirait le hip hop. Sa tenue vestimentaire préférée était un haut de training, un jeans, des baskets et une casquette. Il avait plus le style d’un gars d’en bas que celui d’un gars d’en haut. Il était porteur de lunettes. Il avait les cheveux noirs bouclés. Il portait souvent une barbe de trois jours et mettait parfois quelques gouttes de parfums. Il ferait un effort quand il serait en couple.

Il aimait les belle femmes, plus grandes que lui, avec une préférence pour les blondes, aux yeux clairs mais il pouvait tomber passionnément amoureux pour n’importe quelle femme. Il aimait ce qu’il choisissait.

Son sourire est son plus bel atout, il en a fait craquer plus d’une !



Conclusion de la première partie

Ces femmes lui avaient donné force d’entrer dans l’arène politique. Elles avaient donné à notre héros le courage de continuer à se battre pour son association. Elles lui avaient permis d’apprendre à donner de sa personne avec passion sans s’attendre à quelque chose d’elles en retour. Il avait appris le sens du sacrifice et de l’abstinence.

Elles étaient mises sur un piédestal. Il les avait aimées. Ces femmes lui avaient permis de créer des discours et d’organiser des évènements réunissant jusqu’à trois cents personnes par amour pour tous les êtres humains et de continuer à dévoiler ses messages de Paix, d’Amour et d’Unité. Elles lui avaient donné le courage de traverser des terrains inconnus, de rencontrer des gens d’autres cultures et d’exercer son écriture dans ses innombrables cahiers. Il croyait trop à la mythologie grecque.

Ces quinze ans de vie écrites sur papier lui permettait maintenant de faire une croix sur ce passé et d’aller de l’avant, de découvrir le Sexe et de ne plus s’en priver même sans Amour.
Mar 17 Mai 2011, 14:32 par Jeaneck sur La vie à deux

"t'aimer quelque part"

"J’voudrais t’aimer quelque part
où l’amour n’existe pas encore
J’voudrais t’aimer quelque part
où il n’attend que nous pour éclore
Et réinventer tous les gestes
Recommencer à zéro
Retrouver l’écho céleste
des sentiments et des mots

J’voudrais vivre une belle histoire
Qu’on n’ait pas encore racontée
J’aimerais bien ne pas savoir
comment tout va se terminer
Laisser courir l’aventure
Laisser jouer le hasard
et risquer quelques blessures
qui nous rapprocheraient plus tard

T’aimer quelque part où tout n’est pas dit
là où les maux de modulent la vie
T’aimer quelque part ici ou ailleurs
suivre tout simplement...
les chemins du cœur...

J’voudrais t’aimer quelque part
où le malheur n’est pas encore passé
pour larguer son désespoir
sur nos écoles, sur nos cités
J’voudrais retrouver la fête
avec ses rires d’enfants
J’voudrais chasser de ma tête
les idées noires du présent

T’aimer quelque part d’un amour si grand
que la terre et le ciel tiendraient dedans
T’aimer quelque part d’un amour si fort
que dans plus de mille ans,
on le chante encore
T’aimer quelque part où tout n’est pas dit
là où les maux de modulent la vie
T’aimer quelque part ici ou ailleurs
suivre tout simplement les chemins du cœur

Quelque part loin de la haine
un havre d’humanité
quelque part où l’on apprenne
l’art de la fraternité
T’aimer quelque part où tout n’est pas dit
là où les mots de modulent la vie
T’aimer quelque part ici ou ailleurs
suivre tout simplement...
les chemins du cœur...."
Jeu 03 Mars 2011, 18:31 par conte sur Histoires d'amour
Page 1 sur 8 Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

Ecrire sur l’âme

Ecrire sur l’âme Le virtuel tue, tu, elle, La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick), La biche et moi (ecrit au masculin re-travaillé), Pourquoi pas ? reponse à jime, Un titre, Le phare de mes yeux, Mômes égarés, Infidélités, Qui veut la peau d'agatha christie ?, Le dernier des bisounours, Rêver de toi, Petit traité de vulgairisation scientifesse (fessebook), Le phare de mes yeux, Aventures amoureuses et sexuelles d’un quasi trentenaire - i, "t'aimer quelque part",
Il y a 109 textes utilisant le mot l’âme. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La femme amoureuse est audacieuse sans le savoir.

Jean-Paul Richter.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017, 12:59
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 24 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite