Rêver...

Cette nuit j’ai fait un rêve... J’ai rêvé que la neige brûlait, que le feu fondait, j’ai rêvé de . J’ai rêvé que tu m’aimais.
(d’un-e- inconnu-e !)

Fleur épanouie
Mains agiles sur ton corps...
Une orchidée s’ouvre

De Shôran Jhô...
Dim 14 Avril 2013, 08:50 par gérémi sur Citations

Parfums

Tes parfums m’imprègnent encore et me ramènent à nous,
Pour moi seulement je voudrais les cacher,
En user à loisir dans mes moments perdus,
En abuser encore, loin de toute âme vue.
Leur pouvoir est immense : celui du souvenir,
Qui ajoute aux odeurs tout ce que j’ai pu sentir
Durant nos jours d’amour, nos bulles de plaisir...
Je revois ton corps naître à mes yeux,
Comme un soleil tant attendu :
Je te dévêts de baisers, de caresses
Mes mains frôlent tes seins, ton ventre, tes fesses...
Tes yeux se closent, ton corps se cambre...
Plaisir de recevoir, l’espace d’un instant...
Car bientôt de ta main je suis nu tout autant.
Nos chaleurs partagées deviennent communion
Et nos regards brûlants, douce confession...
Confession du désirs
Confession de rêves
Confession de qui nous attache là,
Qui transforme mes doigts, qui maquille ta main...
Nous faisons l’amour en l’imaginant, le rêvant...
Ton plaisir guide aveuglément le mien...
Mon plaisir active le rythme de ma main...
Et je jouis mon amour d’être ainsi contre toi...
En toi, même si peu, je ressens tant de joie,
Que mes pensées retournent... là-bas,
Dans ce passé si proche et si loin à la fois,
Où nos corps étaient libres, on ne pouvait plus près...
Dansant les mêmes jeux, jouant les mêmes danses...
Ces rythmes délicieux au doux goût de futur
Ne seront que passé car nous avons nos murs
Qui retiennent envies, rêves et espoirs,
Dans un carcan glacé, dans une poigne noire.

Tes parfums disparaissent, mais encore je les sens,
Ces idées sur mes doigts me font sentir vivant...
Jeu 02 Août 2012, 19:12 par Epiméthée sur Les liaisons sulfureuses

Je suis là

5 heures du matin, je ne dors plus. Tout est calme, dans mon lit je pense et je repense. Et ce n’est pas une petite envie qui ne demande qu’à s’épanouir, mais bien une grosse envie qui est déjà bien épanouie. Plus possible de dormir, mon corps se rappelle et tremble de désir. Tu es loin...

Alors je tente , l’espace et le temps ne sont plus des obstacles, je vais venir, là maintenant. Je ferme les yeux , je me concentre, et mon esprit sort de mon corps, je voyage, je vole, aspiré, attiré par les messages invisibles que ton corps envoie dans ma direction.

ET JE SUIS LA

Dans ta chambre, même heure, même obscurité. Je devine ton corps sous tes draps, j’entends ton souffle régulier, apaisée tu rêves des couleurs de l’amour. Ton bras par dessus le drap est comme une invite. Je m’agenouille par terre et je te regarde. Du noir, du gris, des ombres, et ce bras blanc posé comme une offrande. Mes lèvres se rapprochent, et doucement se posent sur cette merveille, là au pli, ce petit creux magique, tout doux, si tendre et qui raffole de la caresse. Milliers de baisers se déposent là, et je les vois partir dans toutes les directions pour porter leur message de tendresse. Un soupir, le message est passé, ton corps est prêt...

Je tire le drap et je découvre ta splendeur. Le jour se lève à peine, mais mes yeux s’habituent à la pénombre et je vois l’essentiel. Sur le dos, chemise de nuit remontée sur les cuisses, un bras vers moi, l’autre qui repose sur ton ventre. Tu profites des dernières heures de la nuit, ton sommeil est profond, tu es bien.

Je m’approche de ton visage, tu souris en dormant, tu es belle, contours flous, tout m’attire et je vole un baiser sur tes lèvres entre-ouvertes. Papillons qui se posent sur tes joues, ton front, chaque parcelle de ton visage est une fleur où ils viennent délicatement aspirer le nectar de ta peau sucrée...

Doucement et sans te réveiller, je remonte ta chemise, douce au toucher et petit rempart qui ne demande qu’à céder. Petit à petit elle dévoile ton corps tout chaud, tes cuisses, ta culotte que j’imagine violette, ton ventre plat, tes seins, et pour ne pas te bousculer, je la laisse sous ton cou. Vision de rêve, abandon total, tu es là pour moi, ma main peut faire son œuvre...

A plat sur ton ventre, cette main si douce et coquine, descend doucement, légère pression, pour atteindre la limite du tissu qui protège ton intimité. Ma tête repose sur ton épaule, mon autre main vient se poser sur ton sein, qui monte et descend au rythme de ta respiration. Je le sens, tu le permets, mes doigts s’immiscent sous l’élastique et progressent lentement. Toison fine, début de ta fente, j’atteins le paradis...

Ma main englobe ton sexe, il est chaud, il dort encore. Sous la caresse ton corps a bougé, et comme s’il savait il me facilite la tâche. Tes jambes s’écartent, tu pousses un gros soupir, ta tête tourne et s’installe confortablement sur l’oreiller...

Mon doigt long et fin, par petite poussées, entre en toi, grandes lèvres, petites lèvres s’ouvrent pour le laisser passer. Une petite vague de rosée vient arroser cet endroit si secret. Mon doigt peut alors naviguer en douceur et rechercher le petit rocher qui se dresse au milieu, fier et appelant le frisson. L’ayant trouvé, une pression plus forte fait sursauter ton corps. Chaque appui t’envoie une décharge de plaisir qui se propage jusqu’au bout de tes orteils qui se tendent...

Ma main se fait plus envahissante, comme sur un piano, mes doigts, tour à tour, jouent de ton sexe et trouvent un chemin vers le calice de ta fleur. Près de mon oreille, ta bouche libère de petits gémissements, reflets du mélange de tes rêves et de la réalité. Ma main alors insistante te pénètre profondément et parcourt ton intimité la plus secrète. Par des mouvements de va et vient, tout en douceur, mes doigts entrent et sortent pour te donner le plaisir que tu espères...

Et tu te cambres, ma main reçoit l’eau de jouissance, tu vibres, tu laisses échapper un petit cri, bonheur à mon oreille. Ta respiration saccadée soulève tout ton corps, tu planes...

Je t’embrasse tendrement, je replace sur toi ta chemise, je remonte le drap, tu l’agrippes et te tournes en soupirant d’aise. De ma main je t’envoie un dernier baiser, et je ferme les yeux...

Et je reviens dans mon lit, quel merveilleux moment. Le plaisir, je l’ai eu aussi, dans ma tête et c’est très bien ainsi. La journée sera bonne, le jour se lève, bientôt l’heure. Je t’embrasse de loin.
Dim 15 Avril 2012, 22:22 par cocoeur sur Les liaisons sulfureuses

La chambrette

La chambrette.-

Une berçante qui vacille un corps rompu.
La terrible solitude d’un silence morbide.
À peine quelques sons, des murmures pénibles.
L’angoisse de survivre, le pourquoi de l’existence.

Une cécité agonisante, une surdité affligeante.
L’instinct de poursuivre malgré .
Et l’horloge continue son tic-tac inlassable.
Le cœur libère l’espoir en un désespoir.

Puis vint le temps où le combat est inutile.
L’âme se déchire indéniablement, souffrance.
L’incapacité de continuer, un mouroir torride.
Charpente inanimé, les secondes essoufflées.

Le rappel d’une vie passée, peut-on s’esclaffer?
S’abstenir ou effacer ses « tiroirs secrets ».
S’engouffrer irrémédiablement dans une impasse.
Mourir tout simplement sans comprendre.
André, épervier
http://epervierlepoete.iquebec.com
Jeu 15 Mai 2008, 00:26 par epervier sur Mille choses

Ma sœur d'âme

à conjugaison sans inceste
en moi ta robe est taillée d’éternité.
Glisse-toi en moi et tu seras parée
approche-toi, ne crains pas le palimpseste
Elle ne sera pas de vair, fraîche du matin
minuit ne sonnera jamais à notre cadran
ni fées ni souris pour gâcher notre printemps
ni bois ni prince ni charmant entre nos mains

A nul n’est tenu, j’y suis lié
la corde est longue, j’ai marché, j’ai plié.
Tu restes mon port d’attache, comment le nier?
Tu m’aimeras à en devenir ma sœur d’inceste,
et par une nuit lassée de mes craintes d’ultime geste,
tu me secoueras par le tréfonds de l’espoir tu
et sans compter ni rimes ni syllabes faux impromptu :

bizarre animal
aux reflets d’opale à demi métal,
qui es-tu? On te fréquente
tu nous hantes
Tes rêves se déchirent entre fleurs et éboulis, apparence commune.
On te regarde, autre fortune
tu prends garde, sous la même lune.
Tes espoirs sont ces rochers usés de ressac
Quand nous t’ouvrirons bras coeurs et maisons
y trouveras-tu tes saisons?
On t’attend
tu attends
Que crois-tu?
Qu’attends-tu?

Ensemble, un jour, le long d’un léger ressac
les liserons pâlis cesseront de s’agripper aux pins du lac.
Dim 27 Mai 2007, 06:45 par René Cendre sur Parler d'amour

Aimer

Je me fou de leur monde
En regardant dans tes yeux
A la prochaine nuit sombre
Ne seront-ils point heureux?
Bien des choses me font t’aimer toi
Tout ton être
Il me fait frémir,
Vouloir , te vouloir toi.
Je ne sais pas comment ...
Je ne veux pas le savoir!!
Rien ne pourra m’éloigner
je suis otage de ton amour
Mais jusqu’a quand?
En fait peu importe
Je t’aime et voilà tout..

aime Unebabydoll
timide
Ven 10 Nov 2006, 00:52 par unebabydoll sur Parler d'amour

à rendre aux oubliés

Jour de Paix ! La Nuit est passée,
l’Orage aussi, le Ciel est clair.
La violence des larmes s’est tue,
la tristesse m’a abandonnée,
je ne suis plus au regret,
tendre inconnue,
de ne pouvoir t’aimer.
Que m’est-il arrivé,
quelle Folie me voulait ?
Tu pouvais être l’Amie,
celle qui me consolait,
celle que j’aurais guérie,
à force de mots vrais,
pour qui Ciel et Terre se soudaient
— Éternité réinventée.
Et ce n’est rien.
Voici que mon cœur s’est retourné,
j’ai fini de pleurer, et je reviens
sur la rive du monde,
et je dirais ce qu’il en est
— de la Mer étalée.
Suis donc ton chemin,
la pente douce de ta vie,
et je suivrai, quant à nous, le mien ;
les fleurs, les vives et les fanées ;
et légère, ton absence sous mes pas ;
et tranquille, espoir,
sans un regret ;
et heureux, l’horizon
à nouveau déployé.
Qu’à présent je puisse
simplement ramasser
ces pierres lourdes au fond de moi,
qui ont ruiné mes illusions,
et les reprendre et les changer.
Perles de Vie à rendre aux oubliés,
comme ce nouveau goût d’aimer
— cette Rosée.
Voici que l’Aube n’est plus très loin,
les plus avancés l’ont déjà rejointe.
C’est un Ciel irisé,
un Appel que l’on entend,
la douce Musique qui s’élève
et qui vient
— l’Amour sans lien.
Mer 19 Avril 2006, 08:29 par Iris sur Un monde parfait

Désert

Oui, c’est entre l’Alpha et l’Omega que j’ai dû me tromper, au croisement des routes... A l’orée des doutes. Lorsque j’ai laissé la raison l’emporter et mon cœur transpercer. Pourtant comme une soif vive, le désir de l’amour, ce rêve de toujours qui s’accroche à ma vie. Les rires et les larmes sont si doux quelques fois... Accepter , accueillir la souffrance, mourir dans la distance. En vain je t’ai cherché : amour, t’ai-je dit, est-ce toi que j’attends ? Non, m’as-tu répondu à chaque fois, j’appartiens à une autre, je ne suis pas pour toi... Où te caches-tu donc, où donc te trouverai-je ? J’ai voulu me suffire de ces amours prêts à porter que l’on me proposait, mais peine perdue, aucun ne convenait. Chaque fois, malgré ma faiblesse croissante et mon épuisement, sans un mot, sans un cri, j’ai repris mon bâton de pèlerin, j’ai parcouru la route, je ne me suis point arrêtée. J’ai cru t’avoir trouvé ; Seigneur, mais alors, quelle souffrance ! Voilà ce que l’illusion de l’amour m’a apporté : oh ! Quel oiseau de proie. Et mon cœur s’en est allé, à moitié déchiré par les serres cruelles. Comment vivre sans lui ? La blessure est profonde, je cherche par le monde, quelqu’un pour la soigner... Hélas, de médecin je n’en ai point trouvé qui puisse me guérir. Parfois, comme un mirage je crois l’avoir rejoint mais que je m’en approche et je vois que c’est feint : il disparaît dans l’air comme brumes au matin. Que mon espoir s’envole et je retombe à terre. Ma soif est languissante, ma vie est éphémère. Mes heures me semblent vaines et vraiment éloignées de la joie qui naguère avait fleuri en moi. Comme je veux l’oublier, mes larmes coulent, amères, j’ai soif de la tendresse qui habillait nos pas. Allons, viens, n’attends pas. Le silence est cruel, coupant comme une pierre, faisant saigner tout bas...
Mar 21 Mars 2006, 21:29 par dolce vita sur Histoires d'amour

Passagère

ne reste pas à l’attendre
celle qui devine
d’un peu de bleu
le ciel
si tu prends un chemin
qui n’est pas que le tien
laisse des traces
un visage
un lendemain
si tu n’as personne
pour relier ton destin
à tous les hommes
décris tous les matins
sur ton passage
si nulle amie ne convient
pour te prendre par la main
dis à toutes les femmes
tes paysages
ces fleurs dans ton cœur
la rive de ton âme
fais en toi la Mer
de tes propres mains
montre les îles
et le chemin
que du présent
où nulle ne vient
comme tu la rêves
tu offres à toutes
ou l’ivresse
ou le vin
pousse encore sur la rive
n’appelle pas en vain
un ange dans les sables
mais sur la plage
sois un grain
le sel et l’air marin
Ainsi tu vois que
couvre l’autre moitié
du paysage
c’est ainsi que tu fais l’arche
lance la passerelle
gonfle la voile
fixe l’étoile
allume la vision
— tu es de l’ange
l’horizon
la Mer sera ton anse
la passagère de tes raisons
voyage de ton âme
pour que tu y rejoignes
dans la flamme des jours
et pour toujours
d’entre toutes les femmes
la Dame de haute renaissance
— non pas la mère de dieu
mais la fille de l’Homme
Lun 20 Fév 2006, 09:20 par Iris sur Parler d'amour

Jeu de milles je...

Saviez-vous... Que...

Emmanuel Boundzéki Dongala a écrit:
L’érotisme, c’est quand l’imagination fait l’amour avec le corps.


Osons donc... Prendre appui sur la Lumière des philosophes de l’ère de Montesquieu, pour qui... Il n’y a de bonheur durable sans vertu.

Prenons donc les dispositions à faire le bien et à éviter le mal à travers les joutes corporelles...

Emmanuelle Arsan a écrit:
L’érotisme, ce triomphe du rêve sur la nature, est le haut refuge de l’esprit de poésie, parce qu’il nie .
Ven 23 Avril 2004, 16:23 par Rose sur Citations
Page 1 sur 1

Ecrire sur l’impossible

Ecrire sur l’impossible Rêver..., Parfums, Je suis là, La chambrette, Ma sœur d'âme, Aimer, à rendre aux oubliés, Désert, Passagère, Jeu de milles je...,
Il y a 10 textes utilisant le mot l’impossible. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le Joyau
Jacques Monfer
Blanche
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Grammaire érotique
Jacques Laurin
La Musardine
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'écriture ressemble à la prostitution. D'abord on écrit pour l'amour de la chose, puis pour quelques amis, et à la fin, pour de l'argent.

Moliere.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Oct 2020, 02:57
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 43 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 43 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite