La muse du peintre



Elle est son sujet, son modèle
Son œuvre la plus belle
Elle voudrait être sa muse
Celle qui saurait l’inspirer
Elle serait la fée de cette cambuse
Nichée là-haut sous un toit percé.
Appliqué, le maître se concentre,
Ne pas perdre une minute de soleil
Pour finir la toile et la vendre
Elle ne bouge pas un seul orteil
Immobile comme une statue
Sa respiration se fait en silence,
Elle est concentration et tenue
Sérieux, maintien et diligence

Mais il la voit doucement se pencher
Lui demande de rectifier la position
Que son buste soit un peu plus relevé
Que sa tête renverse et incline
Il a piqué au vif sa détermination
Plus par défi que pour jouer les fourbes
Elle redresse fièrement sa poitrine
Cambre ses reins, expose ses courbes
Ses mamelons en deviennent triomphants
Par ce courant d’air qui lui glace les seins.
Surpris par ce mouvement important
Il enfin la tête de son dessin
Et la voit vraiment pour la première fois
Ses yeux se mettent à briller
D’une intensité rayonnante
Son cœur bat d’un nouvel émoi
Il ne s’était pas jamais douté
Qu’elle puisse être si époustouflante.............

Depuis, il passe son temps avec elle
Elle est la seule pensée de son esprit
En fait des huiles ou des aquarelles
Il a quitté son misérable taudis
Ne se lasse jamais de la dessiner,
Parfaire et soigner son modèle
Retoucher un contour, la peaufiner
Sur ses portraits elle est encore plus belle
Nimbée de ses couleurs et de son voile
Elle correspond à son image à lui
Le peintre en est tombé amoureux
Il l’a couche tendrement sur la toile
Comme il aimerait aussi dans son lit,
Mais, de son propre aveu,
Pour la vie...
Lun 19 Sep 2011, 14:47 par caressedesyeux sur Mille choses

Charlotte et les fraises



Comme tous les matins, Charlotte se , en sachant déjà que des fraises l’attendent. Elle ne se pose même plus la question de savoir qui met un bol sur le palier devant sa porte. Elle ouvre rapidement celle-ci, jette un coup d’œil à droite, puis à gauche et se dépêche de prendre le petit récipient tout en refermant la porte à double tour.
Elle vient vite s’assoir à la cuisine de peur que l’on ne lui vole, saupoudre légèrement de sucre cannelle et d’une touche de chantilly...
Tout en les dégustant, elle en arrive tout de même à se poser la question car Charlotte est curieuse. Et cela commence à l’intriguer sérieusement, même si généralement, elle ne se prend pas la tête.
Mais là, elle gamberge au point de se demander, s’ il n’y aurait pas du poison et qu’on vienne l’enlever "Pfffffffffff ! ma pauvre fille, tu deviens parano"!
Bon elle a bien un voisin qui habite à coté de chez elle, mais il pourrait être son grand-père. Et franchement, elle le voit mal déposer un bol de fraise à son intention.
En fait, elle le connait très mal son voisin, car cet homme a la passion de cultiver un beau jardin de fleur mais aussi de fraises. Il n’est pas resté indiffèrent à cette gamine. Pour lui c’est surtout affectif, car il n’a pas de petite fille. Bien qu’il ai un petit fils qui ne vient jamais, car il est étudiant en médecine.
Les jours passaient, son bol de fraise chaque matin, elle menait sa petite vie bien tranquille, Charlotte...
Puis, un matin, comme d’habitude, toujours enthousiaste, elle se précipita à sa porte, mais resta perplexe soudainement : il n’y avait pas de bol de fraises.
Le lendemain et les jours suivants, il en fut de même.
Elle ne se leva plus aussi vite, resta au fond de son lit, devenant paresseuse.
Un beau jour, on frappa à sa porte, elle se demanda qui cela pouvait être. Elle enfila son peignoir, regarda à travers le judas.
Planté là, devant son perron, un homme tenait dans ses mains un bol de fraises.
Elle ouvrit, très suspicieusement, en se demandant de quelle planète il venait ? avec ces mèches vertes, dressés sur la tête grâce au gel d’une texture extra forte il ressemblait plus au San Goku d’une bande dessinée manga qu’à un étudiant en médecine...
Les jours ont passé et beaucoup d’eau a coulé. D’une part, finalement, Charlotte a eu beaucoup de peine en perdant un grand-père avec qui elle avait tissé ces liens si particuliers, et d’autre part, Tristan, était devenu médecin et sa coiffure ne ressemblait plus à ce qu’elle avait été. Sa plus belle joie était qu’ils vivaient ensemble et que Charlotte prenait soin du jardin, en cultivant de belles fraises, tandis qu’il avait installé son cabinet dans la maison de son grand-père. Il portait un regard plein d’amour à sa femme Charlotte qui s’attelait a sa passion.
Ven 09 Sep 2011, 13:59 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Notre histoire

- Encore une année derrière nous ! C’est inouï !
- Plus que 10 mn et les vacances sont là !
- Oui ! Mais je ne suis pas mécontente, nous avons préparé de bons projets et je suis certaine que cela va être un plus formidable pour eux !
- C’est certain !
[…]
- Allez, allez, le temps passe, pas d’heure sup cette fois et profitez bien de vos vacances !
- Merci, chef, vous aussi !
- Cette manie de m’appeler « chef » !
- Oui, chef, et je trouve que cela vous va bien ! Adios, hihihi, me voy, carissimo jefe !
Je suis de bonne humeur, oui, vraiment, tout se passe à merveille dans ma vie (j’ai bien avancé et bien bossé, c’est sûr !) et au travail, où l’on abat un boulot dingue ! Nos projets aboutissent, le tout avec un super travail d’équipe, du respect et de la bonne humeur ! Nous sommes différents et ce sont nos différences qui constituent une valeur ajoutée formidable ! Nous pallions au pied levé les manques de facto : que demander de plus ? ! Je dois reconnaître que la perspective d’assurer à nouveau les cours pour les primo arrivants à la rentrée et la prépa pour l’évolution de carrière me réjouissent au plus au point ! Je ne suis pas dupe, je sais qu’il faudra encore jouer avec le temps et savoir se montrer persuasifs mais nous formons une super équipe, je suis sûre que nous arriverons à finaliser nos actions collectives et de mon côté, mes propres travaux pas si détachés que ça de l’intérêt général !
Une fois franchies les portes de l’immeuble, un soleil de plomb m’attend mais il n’est pas seul. Une silhouette d’homme se dessine à contre-jour. Mon cœur se met à battre sur un tempo inhabituel ! Toi ! C’est, toi ! Toi, toi, toi ! Tu es là ! Un sourire inonde mon visage ! Je le savais, je sentais que tu viendrais et c’est aujourd’hui… Je devine ton sourire, toujours le même et tes yeux emplis d’amour, de tendresse, de désir dans lesquels je me ressource à chaque fois ! Mais cette fois, pas de fuite pas de faux semblant, on sait bien ce que nous attendons l’un de l’autre. Ce que j’aime chez toi ! Il y a tant de choses que la liste serait sans fin et puis, j’ai rien envie de lister ! Un bien-être infini m’envahit lorsque je suis auprès de toi. J’aime jusqu’à ce que certains nommeraient des défauts et qui font partie de toi, de ton vécu, de tes luttes, de tes victoires ! Et ta douceur, ta persévérance, ton intelligence, ton sens de l’humour… Je n’ai pas le désir de faire le tri. Je te veux tout entier. Tu es celui que j’espérais, que j’ai toujours voulu. Dès ce premier jour, où, nos regards surpris se sont croisés. Un jour je vivrai avec toi, ne me demande pas comment je le sais, c’est ainsi ! Et nous nous épanouirons de ce partage, libres, et de cette confiance ! J’en ai la conviction profonde.
Je marche doucement vers toi, vers ce bonheur infini que tu me donnes déjà.
Avant, il fallait le temps de digérer, de faire la part des choses et d’avancer, de dépasser nos peurs et nos doutes, de cesser de voir en l’autre les ombres du passé. Il fallait le vouloir, vraiment.
Le portail. Les quelques pas qui me séparent de toi. Mais je suis déjà avec toi, je l’ai été depuis ce jour où nos cœurs ont accepté de s’ouvrir à l’autre. Je n’érai plus de barricade, craché juré !
C’est si simple de te t’aimer. Oui, je t’aime.
Mer 06 Juil 2011, 11:05 par dolce vita sur Parler d'amour

Amour et haine

La lune brillait dans le ciel comme jamais. Telles des ombres chinoises, je voyais sa silhouette par la fenêtre. Je n’avais jamais ressenti ça avant. J’avais tellement de haine à lui donner, tellement de colère, de mépris, mais je ne pouvais m’empêcher d’avoir un pincement au coeur à chaque regard, je sentais ma gorge se resserrer à chaque mot, mon âme s’égarer à chaque pas. Mais je la haïssais parce que j’éprouvais ce sentiment appelé "amour" et que personne n’arrivait à toucher mon coeur comme ça. Elle, elle le pressait dans sa main et le balançait de toutes ses forces. Tout m’énervait en elle : ses formes parfaites, sa bouche rose glossée, ses grands yeux verts émeraude, son sourire étincelant. Sa façon de me narguer, de me dire bonjour.
Tous les jours, à 8H15 du matin, elle ouvre ses rideaux et tous les jours je la vois.
Ce fut de trop. Elle vint me demander du sel, je l’ai vue quitter son appartement.
Je connais tout d’elle, ses aventures, ses chagrins, oui, je la regarde tous les jours par la fenêtre. Viens donc me voir, jouer avec moi. Viens que je t’égorge, viens que je touche, viens que je t’embrasse. La sonnette retentit. Je lui ouvre, elle est vêtue d’une longue robe rouge profond, avec son décolleté jusqu’au nombril, la robe laissait sous entendre des formes généreuses, mais seules ses chevilles étaient visibles. Elle voulait me demander de l’aide, parce que son colocataire venait d’emménager. Tu n’auras plus de colocataires, sauf dans les cieux. Viens que tu partages ton appartement avec moi. Viens que je te coupe la gorge. Elle est si belle, si pure. J’ouvre le tiroir de mon meuble de cuisine et en extirpe un couteau. Je le , son regard me transperse en plein coeur.

_"Je..."
_"Je, quoi ? Salope !"
_"Je..."

Elle est désormais par terre. Elle baigne dans le sang, ses paupières sont delicatement fermées. Elle ne voulait pas finir sa phrase. Elle n’avait qu’à la finir après tout. Maintenant elle ne pourra plus. Je l’ai tuée, j’ai mis fin à sa vie. Et je pourrais recommencer. Personne n’a le droit de jouer avec mes sentiments, personne n’a le droit de me traiter de la sorte. Qui que tu sois, éloigne-toi de mon chemin.

Je prends le couteau avec quoi je l’ai tailladée. Je le brandis haut.

"Personne n’a le droit de faire de moi un faible."

Je l’approche de mon coeur, je la regarde, étendue au sol, le sel à la main, elle a le sourire aux lèvres. Elle n’avait pas le droit de sourire. Je voulais qu’elle souffre. Dans un cri de douleur, je ferme les yeux. Je me plante en plein coeur le même couteau, pour que son sang soit mêlé au mien.

Je voulais comprendre pourquoi elle souriait de la sorte. Je sens mon souffle se couper, je sens mes yeux incapables de se rouvrir, je sens... un sourire se dessiner sur mon visage.



Je t’aime.
Dim 05 Juin 2011, 22:14 par chamotte sur La séduction

La perfection naît de l'amour

J’ai grandi. La vie a passé. Les ennuis. Les combats. Aujourd’hui, je sais qui je suis, où je vais, qui je veux à mes côtés, ce que je ne veux pas, ce qui compte dans ma vie.
Les chimères, éradiquées… Les souffrances aussi et il y en a eu. Du pain noir j’en ai mangé ma part parfois mêlée de larmes d’autres les poings serrés mais je n’ai pas abdiqué. Il y en aura d’autres, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et c’est aussi ce qui fait goûter la quiétude d’un havre de paix. Les illusions ? Perdues, jusqu’à la dernière. La liberté est aussi à ce prix.
Parfois, je me sens – encore – trop vieille pour ce monde, avec pourtant des rires d’enfant devant l’univers. A contrario, le pusillanime, les passe-droits, les esprits étriqués, le mensonge, le népotisme, le manque de bonté, de générosité, d’esprit d’équipe, de coeur ; je regarde cela comme étonnée de ce que je découvre, avec les yeux écarquillés sur un monde que je ne reconnais pas. Pourquoi ? A quoi bon ? Tout cela je l’abhorre. Pourquoi s’avilir ainsi ?
Je suis fière, fière de moi, oui, fière de la femme que je suis devenue, une « warrior » certes toujours, mais aussi cette dolce vita, oui, qui s’émerveille devant la bonté, l’amour, la bravoure, l’intégrité, la générosité, la grandeur d’âme, la beauté, la douceur, l’amitié. Une femme qui réinvente l’amour et le merveilleux, qui veut habiller d’or le plus sombre des jours, qui croit envers et contre tout doublée d’une révoltée qui n’acceptera jamais l’inacceptable. Même si parfois elle les yeux vers le ciel et Lui reproche son mutisme et son indifférence quand le monde souffre : il y a tant de mystère mais c’est aussi cela la vie. Le doute en fait partie.
J’ai eu, j’ai la chance merveilleuse de rencontrer des personnes uniques (qui ne l’est pas, malgré tout ?!) sur ma route, connue ou inconnue mais qui n’en étaient pas moins grandes intérieurement, avec une intelligence, une insoumission à la connerie ambiante, une spiritualité qui ne devait rien à une quelconque religion, elle les transcendait le cas échéant toutes. Des esprits libres. Libres de vivre et d’aimer. Libre de croire et d’avancer. Libres mais jamais indifférents aux autres. Un phare dans la foule.
Nous avons tous autant que nous sommes un devoir : être heureux ici et maintenant, mais jamais en écrasant les autres et la possession ne fait rien à l’affaire ; une âme qui s’é é les autres sur sa route !
Je vous aime, âmes simples, cœurs d’enfants, je vous aime, vous, les exploités, les mal-aimés, les harassés de la vie, vos mains sont écorchées et vos cœurs saignent mais si votre âme est pure, si vos fronts sont blancs : quel trésor êtes-vous. Le plus beau, le plus digne de tous, le plus précieux, le plus aimable.
A toi, Henry, mon frère Sud-Africain, qui mets dans chacune de tes photos tant d’esprit et tant d’Amour. Chacune de tes paroles est une bénédiction. Toi qui a été méprisé, tu aimes encore plus fort et ton cœur est bon ; tu regardes la couleur du cœur pas la couleur de peau.
Je t’aime, oh, mon frère, qui ne joues ni les victimes ni les bourreaux et qui te res par la force de ta volonté.
Je t’aime, oh, toi, qui regardes le monde avec la tendresse d’un père et la clémence d‘un dieu. Toi pourtant qui ne fais pas de compromis avec les actions nuisibles et les mauvais pas…
Je t’aime, toi, mon père, qui es parti trop tôt, qui avais l’humilité d’un pauvre et la grandeur d’un roi.
Je vous aime, vous, mes fils, jeunes arbres qui regardez vers demain avec dignité et courage…
Jeu 02 Juin 2011, 18:16 par dolce vita sur Un monde parfait

Anniversaire

Chaque année, à la même date, je me insouciante sans vraiment y penser. La journée passe sans rien d’exceptionnel, une journée habituelle. Bonne ou mauvaise selon les années… Mais quand vient le soir, marchant dans les rues, les groupes installés ça et là dans la ville, les guitares qui crient, les mélodies qui montent… Tout me ramène des années en arrière. En apparence, rien n’a changé, je m’amuse, entourée de mes amis… C’est la fête de la musique… Mais en réalité au fond de moi, ça me travaille, je ne suis pas tout à fait moi-même. En fait, je suis moi il y a des années. Moi, à quinze ans, passant une soirée insouciante et heureuse la veille d’une déchirure, séparation entre lui et moi. Lui et moi, il y a très longtemps. Mais je tente de ne rien laisser paraître. Je cherche du regard au milieu de la foule les vieilles connaissances, j’essaye de paraître naturelle, mais rien n’y fait, mon cœur bât plus vite que la normale et c’est un sentiment partagé qui grandit en moi. Nostalgie et tristesse. Je suis renvoyé dans mon passé automatiquement, comme si un fantôme me guettait chaque vingt et un juin et m’attirait dans ses filets. Les souvenirs remontent, les souvenirs me font sourire, les souvenirs me font douter,… Tout se mélange… Présent et passé. Un présent différent si je l’avais voulu, mais est-ce que je le veux vraiment? Une séparation et tout se bouscule dans nos vies, dans nos cœurs… Une époque passe, une nouvelle apparaît. Comme deux mondes distincts. Je ne veux pas renier mon passé, ni changer le présent… Ce jour-là est une porte qui me permet de voyager à travers cet autre époque que j’ai de plus en plus de mal à me rappeler, comme si elle n’avait jamais existé. Je n’y pense jamais tout au long de l’année. Mais ce jour-là reste important, comme un clin d’œil du passé. Je fête ce jour comme une commémoration intérieure et solitaire de ce que ça aurait pu être… Aujourd’hui, c’est la fête de la musique: Anniversaire de la mort d’une partie de moi-même…
Ven 27 Mai 2011, 13:23 par Tenshi sur L'amour en vrac

Coquines

Elles seront deux, comme il le rêve,
Belles, sensuelles, en tenue d’Eve,
Elles seront deux, il l’Imagine,
Amoureuses, joueuses, et libertines,
Le faire jouïr, sans une trève,
Au bout de la nuit qui s’achève,
Elles seront deux muses coquines,
Que de son sexe il les domine,
Qu’à son plaisir il les é,
Que son étreinte ne soit pas brève,
jusqu’au matin qui se !!
Jeu 13 Jan 2011, 19:57 par orev02 sur Les liaisons sulfureuses

Chaos

un nouveau lundi se , sous le grisou d’octobre ..

y’a du gris dans le ciel, du gris dans la vie, du gris dans les coeurs ..

mais pas du gris pastel, non, un gris acier tout froid.

Et puis on se dit que c’est pas ou plus la peine, que rien n’est assez fiable pour qu’on y croit encore ..

on attend, c’est inexorable, un miracle ou n’importe quoi qui y ressemblerait..

on se pose la question de savoir ce qui est important, et on regarde son relevé bancaire ...

à découvert ? on s’en fout, on est habitué ..

on regarde alors son le contenu du frigidaire : pas grand chose d’appétissant, on s’en fout aussi, il manque justement l’appétit pour le remplir à nouveau ..

et puis on regarde derrière, et on détourne vite le regard, la boite à souvenirs n’est pas encore suffisamment rangée ..

on jette un oeil en avant, et ça fait peur, tout ce vide qui nous attend :

tous ces soirs à s’endormir seuls, ces matins à s’éveiller seuls, ces ptitdèj’ en face en face avec soi-même, cette douche où machinalement on se lave seul, nos pas que personne n’accompagne plus, nos mains qui ne savent plus la douceur d’une autre main, nos pupilles délavées de tant pleurer sur le néant qu’elles sont condamnées à fixer, toutes ces télécommandes de vie qu’on actionne seul, ces bouquins qu’on ne raconte plus, cette musique qu’on finit par écouter dans un casque, en solitaire, ces balades qu’on ne veut plus faire..

et puis la peau qui crie au secours, qui se dessèche, en manque de se frotter à une autre peau ..

et le rire qui s’étrangle de ne pas trouver son écho ..

et la voix qui faiblit de ne plus être écoutée ..

on regarde ce qu’il nous reste ..

le devenu d’une vie, des mots tapés sur un clavier, faute de pouvoir les hurler ou les chuchoter, les maux qui nous crament l’intérieur ..

un seul quelqu’un suffit à abîmer une vie ..

Je voudrais que demain finisse enfin .
Dim 24 Oct 2010, 23:55 par Luna_Lou sur L'amour en vrac

Co-confidentielles providencielles ?

Il s’assoit au café. Il la regarde.

Elle s’assoit au café. Elle le regarde.

Mais qui attend-elle ?

Mais qui attend-il ?

Voilà que son ami arrive. Pourquoi doit-il le voir ? A quoi peuvent servir les épanchements d’un cœur ?

Voilà que son amie arrive. Pourquoi lui parler de trivialités ? Est-ce une manière de cacher cette solitude pesante ?

Doit-il changer de vie ? Cette vie si usante mais si confortable n’a-t-elle pas ses attraits ?

L’Amour est ce qui prend tant le cœur des femmes. Elle préfère le voir se positionner pour pouvoir s’en faire une idée. Le suivre ou le quitter ?

Que de questions se posent-ils !

Les amis les écoutent malgré le brouhaha du café.

Il se avec son ami.

Elle se avec son amie.

-Mathilde !
-Guillaume !

Les amis se connaissent.

-Bonjour
-Bonjour

Tous deux se saluent.

Bel hasard !

Vous voulez connaître la suite ? Prenez un verre et faites un pause au café...
Sam 19 Juin 2010, 04:32 par Solina sur Parler d'amour

Haïku du matin ii

Le matin se
sur les amants endormis
et leurs draps froissés

Moins haïku dans la technique, mais peut être plus évocateur.
Mar 25 Mai 2010, 12:07 par PetitPrince sur Parler d'amour

Une petite gourmandise


Un joli brin de réglisse,
Plongeant dans une nappe de lait crémeux
Qui parfois se tortille
Et que l’on voudrait "lécher"
Et dont on en raffole
De sa saveur sucrée
Que l’on mangerait des le levé
la tension monte
Si tentant que cela
Juste une fois seulement
Le cœur prend un air d’adrénaline
Qu’on le savoure lentement.................
Les doigts s’en imprègnent
Se mouillent, et se sucent jusqu’à ce qu’il n’y en est plus.

caressedesyeux




Jeu 01 Avril 2010, 13:57 par caressedesyeux sur Mille choses

Sous la pluie





La nuit vient de tomber,
Et toi beau brun, tu viens d’arriver.
L’orage n’est pas loin,
Un coup de foudre vient d’éclater,
Je sens la pluie ruisselé sur nos visages,
Es-ce que nous serons sages?
Blotti contre ton corps mouillé,
j’ai des idées
Et si nous jouions?
Je te bande les yeux,
Et puis les miens. je te prend par la main , et dans un coin,
je te parsème de fraises , sur le corps
Et je verserai du champagne,
Aux endroits les plus intimes.
L’aube se ,
Il est temps pour moi de te quitter,
Mais , je sais que je reviendrai

caressedesyeux
Jeu 01 Avril 2010, 13:42 par caressedesyeux sur Mille choses

Vertiges



Je me ,
Et tu te bouscules
Pour m’enlacer;
Restons debout
TU m’embrasses dans le cou,
Mordille mon oreille
Met ta langue dans celle-ci.
Et voila que ça me donne des frissons.
Si peu vêtue,
Mes seins se tendent,
Et j’en redemande.
Tu poses tes mains dessus et tu "joues" avec.
Puis tu descends le long de mes hanches,
Et tu mordilles mes belles fesses .
J’ai presque envie que tu m’arraches mes vêtements.
Mes jambes se mettent a trembler
Et soudain je me tiens a toi,
pour ne pas tomber;
Vertige de l’amour! j’ai envie de "crier


caressesdesyeux[




Dim 21 Mars 2010, 15:39 par caressedesyeux sur Mille choses

Sors...

J’vais pas pleurer sur toi parce que t’es grand t’es fort t’es dur,
Mais j’te prendrai bien dans mes bras, là, quand j’vois ces yeux sur ta
figure.
Je n’aurai pas pitié de toi, parce que c’est le plus vil sentiment,
J’ai du respect pour toi bien plus que ça... Evidemment !
J’ai un sac à réconfort tout plein tout prêt à te sortir,
Des phrases surfaites que j’adore, j’arriverai même à t’faire sourire...
Je ferai pas mon faon malade et mon regard d’embourgeoisée,
Mais j’me mettrai sous ton épaule même bien plus lourd que moi j’le ferais
Je verrai pas l’humidité qui pointe aux coins de tes paupières,
Même si je sais que c’est la douleur, je pens’rai que c’est la lumière.
Et je te porterai debout jusqu’à c’que tes sourires sonnent vrais.
Et quand tu tiendras tout seul j’dirai que t’as presque tout fait.

Ah, sors de là, sors de ton purin
Sors j’te dis de ton chagrin
Ah ! J’fais des pieds j’fais des mains
J’veux faire chanter tes lendemains...
Laisse sur le côté laisse les choses couler les larmes et les regrets...
Même si t’es fatigué tes yeux de sur tes pieds

J’vais pas trop t’écouter, sinon c’est moi qui vais lâcher.
Mais tu pourras parler des heures pour vider le mal intérieur.
Et je vais t’emmener te faire voir toutes les couleurs,
Te faire sentir que, quand on croit plus en l’espoir y’en a qui peuvent nous en
sortir.
Je sortirai ta tête de l’eau, quitte à y perdre un peu la mienne...
Moi je te trouve beau et j’veux qu’tu reviennes.

Ah, sors de là, sors de ton purin
Sors j’te dis de ton chagrin
Ah ! J’fais des pieds j’fais des mains
J’veux faire chanter tes lendemains...
Laisse sur le côté laisse les choses couler les larmes et les regrets...
Même si t’es fatigué tes yeux de sur tes pieds

Et puis j’vais t’remettre dans la course en te tirant vers des sommets.
Et si l’amour se joue en bourse on en atteindra des milliers.
Y’aura des jours mauvais et puis y’aura des jours meilleurs...
Mais si tu restes, je te promets que bientôt tu n’auras plus peur.
Je dis tout ça j’sais pas comment, pourtant j’y crois presque pour deux.
Alors mets-y du tien, mets c’que tu peux !

Ah, sors de là, sors de ton purin
Sors j’te dis de ton chagrin
Ah ! J’fais des pieds j’fais des mains
J’veux faire chanter tes lendemains...
Laisse sur le côté laisse les choses couler les larmes et les regrets
Même si t’es fatigué tes yeux de sur tes pieds !
Même si t’es fatigué tes yeux de sur tes pieds !

Buridane
Mer 16 Déc 2009, 17:11 par Loyd sur La vie à deux

Amour, richesse et succès

Un jour, une femme sort de sa maison et voit trois vieillards avec de longues barbes blanches, assis devant chez elle. Elle ne les reconnaît pas. Elle leur dit :
– Je ne pense pas que je vous connaisse, mais vous devez avoir faim, s’il vous plaît entrez et je vous donnerai quelque chose à manger.
– Est-ce que l’homme de la maison est là ? ont-ils demandé.
– Non, il est sorti, leur répondit-elle.
– Alors nous ne pouvons pas entrer, ont-ils répondu.
En soirée lorsque son mari arrive à la maison, elle lui dit ce qui s’était passé.
– Va leur dire que je suis à la maison et invite-les à entrer ! dit-il à sa femme.
– La femme sort et invite les hommes à entrer dans la maison.
– Nous n’entrons jamais ensemble dans une maison, ont-ils répondu.
– Et pourquoi ? a-t-elle voulu savoir.
Un des vieillards lui expliqua :
– Son nom est Richesse, dit-il en indiquant un de ses amis et en indiquant l’autre. Lui c’est Succès et moi je suis Amour. Il a alors ajouté : Retourne à la maison et discute avec ton mari pour savoir lequel d’entre nous vous voulez dans votre maison.
La femme retourne à la maison et dit à son mari ce qui avait été dit. Son mari était ravi.
– Comme c’est agréable ! dit-il. Puisque c’est le cas, nous allons inviter Richesse.
Sa femme n’était pas d’accord.
– Mon cher, pourquoi n’inviterions-nous pas Succès ?
Leur belle-fille qui était dans une autre pièce, entendit leur conversation, elle sauta sur l’occasion pour faire sa propre suggestion
– Ne serait-il pas mieux d’inviter Amour ? La maison sera alors remplie d’amour !
– Tenons compte du conseil de notre belle-fille, dit le mari à femme. Sors et invite Amour à être notre invité.
La femme sort et demande aux trois vieillards :
– Lequel d’entre vous est Amour ? Elle lui dit : S’il vous plaît entre et soit notre invité.
Amour se et commença à marcher vers la maison. Les deux autres se nt aussi et le suivent. Étonnée, la dame demande à Richesse et Succès :
– J’ai seulement invité Amour. Pourquoi venez-vous aussi ?
Les vieillards lui répondirent ensemble :
– Si vous aviez invité Richesse ou Succès les deux autres d’entre nous serions restés dehors, mais puisque vous avez invité Amour, partout où il va, nous allons avec lui, puisque partout où il y a de l’Amour, il y a aussi de la Richesse et du Succès !
Jeu 03 Sep 2009, 00:40 par Jeaneck sur Citations
Page 3 sur 7 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Ecrire sur lève

Ecrire sur lève La muse du peintre, Charlotte et les fraises, Notre histoire, Amour et haine, La perfection naît de l'amour, Anniversaire, Coquines, Chaos, Co-confidentielles providencielles ?, Haïku du matin ii, Une petite gourmandise, Sous la pluie, Vertiges, Sors..., Amour, richesse et succès,
Il y a 95 textes utilisant le mot lève. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Il est évidemment bien dur de ne plus être aimé quand on aime, mais cela n'est pas comparable à l'être encore quand on n'aime plus.

Georges Courteline.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Fév 2024, 20:09
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 15 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 15 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite