Jolie fleur du lit là

Elle s’effeuille lentement pour aller se coucher
Devant un doux miroir qui lui fait se voir nue
Elle s’observe un instant ses petits seins dressés
S’arrête sur son trigone, de poils dépourvus
Puis dans un geste tendre se glisse dans les draps.
S’en suit un soupir que lui dicte la nuit.
Un bref léger frisson lui parcoure les bras
Elle aime sentir son corps dans la soie de son lit.
Mais ce soir elle ressent comme une excitation
Au moment de dormir, elle revoit ce garçon.
Ses idées la conduisent à sentir dans son ventre
Une envie chatouillante qu’on visita son antre
Que quelques objets coquins furent plantés dans son centre
Qu’elle s’en pâma d’éclats à chaque fois qu’ils y rentrent.
De la pensée à l’acte, tant pis de solitude
L’inclinaison des sens allant du nord au sud
Elle ne fut dans la gêne de sentir ses dix doigts
Essayer de calmer son vif et grand émoi.
Le bourgeon bien gonflé, elle put s’y attarder
Pendant que l’autre main la palpait, la fouillait.
Dans une vague delectante de folles convulsions
Elle s’échappa d’elle-même serrant son polochon.
Pensant pouvoir dormir après la distraction
Elle fut à nouveau prise d’un manque trublion.
« Pour me calmer un peu je vais boire de l’eau fraiche
Mes ardeurs du moment m’ont rendu la bouche sèche »
Elle quitta son nid chaud pour aller au frigo
Où elle vit deux légumes à taille bien à propos.
Elle ne fut pas temps à rester en pensante
Elle saisit le premier pour se le mettre en fente
S’alea sur la table en écartant les jambes
Et commença du va et vient à gémir dithyrambes.
L’embrasure du derrière accueillit le deuxième
Ce qui la fit monter de l’étal au septième.
Elle s’endormit bien tard ce soir la jolie fleur du lit
Moi je le sais, voisin, qui entend tout d’ici.
Jeu 29 Nov 2012, 14:20 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

Passage à l'acte

Une heure du matin.
Dans cette rue sordide.
Des femmes alignées comme des réverbères, le de la rue.
A leur manière d’ailleurs, elles éclairent.
Elles aussi.
La vie de certaines âmes. En peine.
Comme la tienne ce soir un peu.
Une heure du matin, et toi tu es là.
A trainer, à épier, à atermoyer –j’y vais, j’y vais pas.
Tu te sens encore emprisonné dans une sage attitude de circonstance.
A peine naturelle.
L’envie de braver l’interdit. Pourtant.
Flirter temporairement avec le mauvais genre.
On devient vite n’importe quoi….
Une du matin, liberté providentielle.
Une heure du matin, tu es dans cette rue blafarde.
Mal éclairé, parmi une faune où tu ne te reconnais pas
L’envie qui te tiraille dans le bas ventre t’attire inexorablement,
Lentement, inéluctablement, vers la bassesse. La chose coupable.
Une heure du matin, elle est là comme les autres.
Mais elle t’attire plus. Pourquoi ?
C’est elle. Ce sera elle.
Sa posture incitatrice, son déhanché furtif
Ont raison de tes derniers renoncements, si faibles.
Tu t’approches.
Sa silhouette fluette, sa chevelure sauvage, son air d’à peine 20 ans…
Ses deux grands yeux noirs te fixent, un sourire lui échappe.
Ton embarras de la situation.
Tu n’oses plus la regarder.
Comme par peur de regretter ton choix, regretter tout court, t’enfuir,
Faire demi-tour, pleurer, te maudire, te vomir.
Tes yeux couards cloués dans le sol.
Ils captent cependant ses fines jambes habillées de bas résilles
Plantées dans des chaussures à talons aiguilles
Qui attisent un peu plus ton excitation.
Devenue désormais irrémédiable.
Elle ouvre sa grande bouche
Qui a déjà dû malgré son jeune âge apparent
Accueillir bon gré mal gré des centaines d’hommes de tous horizons….
Un « Bonsoir vous montez ? » claque dans ta sphère
Surpris par le vouvoiement. Comme un respect.
Du coup tu restes silencieux, comme mortifié.
Elle relance, professionnelle
Le prix pour une fellation, le prix pour l’amour.
Quel amour ?
Tu ne te souviens pas de ta réponse exacte.
Ni du portillon franchi à la hâte.
En revanche, tu revois l’escalier dans lequel
Milles pensées défilent à la vitesse de l’éclair,
Où chaque marche gravie te fait osciller entre
L’amertume du regret et le stimulus de la scène qui se joue.
L’appartement. L’odeur d’un parfum fort, enivrant.
Une lumière tamisée qui t’inspire la honte.
Tu payes. Glauque.
Elle se déshabille.
Tu la regardes, un peu statufié. Exitation latente. L’attente.
Elle te dit d’en faire autant.
Exécution machinale, de manière saccadée.
Lentement comme pour retarder le moment. Paradoxal
Dialogue minimum.
Tu te sens comme un petit garçon en train de faire une bêtise.
« Tu viens ? »
Elle est alée, nue, offerte, jambes écartées,
Et tu t’attardes un instant sur ce sexe qui t’attend.
Rasé. Béant. Suintant le passage des autres.
"Viens"
Tes yeux te piquent, tes mains sont moites, ta bouche pâteuse.
Tu t’ales à ton tour, coiffé d’une gêne palpable.
Et d’un préservatif.
Où est donc passé ce mâle que tu croyais être ?
Si sûr de lui, si dominant, fort comme Dieu.
Sur ce lit d’infortune, tu ne le vois pas.
Il n’y a que toi, vide de ce que tu es,
Mais plein de honte.
Mais le sexe déjà raide.
Qui s’enfonce en elle. Façon vaseline.
Passage à l’acte.
Tu as quitté cette pièce façon dérobade, sans gloriole.
Tu as essayé de remettre à leur place l’ordre des choses
Marchant des heures vers nulle part.
5 heures du matin, tu es rentré chez toi.
Pas sommeil.
Tu as fait le tour de la maison vide,
Pour t’assurer que le silence qu’il y régnait
Etait bien celui auquel tu aspirais à ce moment-là.
Oui, personne pour te surprendre.
Digérer seul ton écart.
Tu n’oses pas aller t’étendre sur le lit. Conjugal.
Comme si tu pensais ne plus y avoir ta place.
Assis dans ton fauteuil.
Tu te repasses en boucle certaines images
Elles semblent vouloir s’incruster de force et violer ta mémoire.
Te punir. Peut-être.
Jime
Jeu 12 Juil 2012, 15:29 par Jime sur L'amour en vrac

Mômes égarés

Mômes égarés.

On s’est croisé une nuit
à semer nos p’tits cailloux
le du sentier de la vie,
des cicatrices sur les g’noux.

Tes yeux de môme m’ont souri
un pas vers Nous sans mot dire,
tu m’as tendu ton sac de billes,
on s’est frôlé en un éclat de rire.

On a poursuivi notre chemin,
main dans la main le cœur léger,
regards malins quand à pieds joints
on bondissait sur le pavé mouillé.

Un soleil igné embrasait notre ciel
quand on s’envolait sans un bruit,
et de nos rétines jaillissait l’étincelle
pour échapper aux jours de pluie.

Et quand cette foule qui filait à côté,
enracinée en cette réalité bétonnée,
tentait d’agripper nos mimines de bambins,
on se disait qu’on n’serait jamais rien
… que des mômes égarés.


On s’est trouvé une nuit,
chafouins derrière une moue,
en un ailleurs qu’on s’était bâti
pour délester nos bottes de boue.

Nos rêves de mômes attardés
s’enchevêtraient en harmonie.
Tantôt éclatés contre la chaussée,
Nous les avait ramenés à la vie.

On se laissait bercer par ce vent,
virevoltant entre candeur et acuité,
à gravir la grille du mur des grands
pour défier ce troupeau immergé.

Mais quand le temps soudain se gâtait,
tu me claquais ta porte à la figure,
j’ignorais tes bras derrière mes volets…
Et l’on se quittait en un chagrin obscur.

Et quand cette foule qui filait à côté,
enracinée en cette réalité bétonnée,
tentait d’agripper nos mimines de bambins,
on se disait qu’on n’serait jamais rien
… que des mômes égarés.


On se rattrapait toujours la nuit,
les yeux baissés, l’âme chargée,
quand à l’orage succède l’accalmie,
à semer nos cailloux sur le sentier.

Nos corps haletants fléchissaient
derrière cette épée de Damoclès,
et nos mains nos plaies pansaient,
sans jamais égarer aucune faiblesse.

On était des jumeaux symbiotiques
à vivre ces mêmes brunes de bambins,
à succomber à l’encore heure critique
sans jamais pouvoir se donner la main.

Mais quand le soleil s’exhibait à nouveau,
on regagnait la récré, ton sac de billes,
rendant à l’hier nos indomptables maux,
et en un éclat de rire, on revenait à la Vie.

Et cette foule qui filait à côté
de notre hypersensibilité exacerbée,
on la perdait en un souffle incertain,
en se disant qu’on n’serait jamais rien
… que ces mômes égarés.
Mar 10 Juil 2012, 07:48 par Maestitia sur L'amour en vrac

Vous qui avez fait de ma vie un rêve,je vous aime à l'infini

Je me permets de te corriger:

"Fais de ta vie un rêve et d’un rêve une réalité...
Voilà qui est fait...
De tout mon cœur et de toute mon âme,
Je vous aime à l’infini."

Ça fait un peu pour un tatouage non?
Que penserais tu de:

"Vous qui avez fait de ma vie un rêve,
je vous aime à l’infini."

En espérant que tu trouveras la phrase qu’il te faut ;)
Mar 03 Juil 2012, 20:55 par rêverdetoi sur La déclaration d'amour

Quand je

Je prie, prie pour nous 2 tu sais,
Que d’espoirs morts dans mes mains
Jointes vers toi, mouillées
Des pluies, d’être seul au matin

Les mots ne sont pas à moi
Mais je sais en faire le choix, laisser
Ceux qui n’ont pas le poids
D’affirmer mes pensées

Je prie, je prie mes flèches pour toi, je vise
Ton cœur qui bat pour moi
Que jamais ne cicatrise
La blessure faite par mon choix

Que quand je parle d’amour
Il n’y ait pas d’heure qui convienne
C’est la nuit, ou c’est le jour
Qu’importe, puisque je t’aime

Que quand je parle d’amour
Ces belles caresses avec des mots
De satin ou de velours
Que rien ne te sonne faux.

Je t’aime, encore plus fort qu’avant
Te jurer mes arguments
Mes émois pour loi et moi pour toi
Ma vie plus forte de toi

Tu me fais l’effet d’une sueur
A trop te rêver toutes ces heures
Défaire mes fils de fer
Retenir ton envers

Je prie, Je prie à chaque fois, ta vie
Qu’elle soit enfin à moi
Ma reine, le sens de ma vie
Ma blessure faite par mon choix

Et quand je te parle d’amour
De phrases en flammes pour un grand feu
Je pose dans le ciel sans détour
Des étoiles pour tes yeux

Et quand je te parle d’amour
Mes mains des mots veulent le relais
Longer le des contours
Tes chemins nervurés

Oooooh je prie et reste sourd
A d’autres rivages autour
Je tiens, tiens à te rester sage
L’amour a ses mirages, visages…

Qu’autant c’est vrai j’ai pleuré
Mais jamais n’ai regretté ce temps
Où par simple fierté
Je jouais l’indiffèrent

Je prie, je prie dans l’ombre pour toi
De sourires que tu ne me fais pas,
Tu sais j’ai signé en bas
Saigné, assigné par toi

Et quand je parle d’amour
Je tue l’oubli de mes jamais
Les silences du mot toujours
J’ai mal et je l’admets

Et quand je parle d’amour
Je voudrais me voir crucifier
Pour que tu me crois, croix sans retour
A quelques mètres sous tes pieds

Jime
Jeu 21 Juin 2012, 14:08 par Jime sur La déclaration d'amour

Vertige

VERTIGE


Le soleil s’invite par le rideau entrouvert
Je me lève, tu te recules
Comme en rêve, tu me bouscules
Puis d’un bond, d’un geste expert,
Pour m’enlacer comme un fou
TU m’embrasses dans le cou,
Remontes et mordille mon oreille
Tu mets ta langue dans celle-ci.
Tu bourdonnes comme une abeille
Qui chercherait à y faire son nid
Et voila que ça me donne des frissons
Des chauds, des froids, et des sensations
Parcourent mon corps de bout en bout
Si peu vêtue, offerte, restons debout
Sous la nuisette, mes seins se tendent,
Mes sens réveillés, tes mains attendent
Me collant à toi, avide, j’en redemande
Tes caresses glissent le de mes hanches,
Tes baisers s’attardent sur mes seins
Puis tu t’égares sur mes reins
Et tu mordilles mes belles fesses
Je sens le sol sous moi qui s’affaisse
Puis dans geste brusque et sec
Tu empoignes mon bouton et "joues" avec.
Mes jambes se mettent à trembler nerveusement
J’ai envie que tu m’arraches les vêtements.
De la main tu t’appliques et je sens monter ton émoi
Dans mon jardin, tu t’invites, je me tiens à toi,
Pour ne pas tomber, mes jambes font le tour
Je me sens planer, vertige de l’amour!
Je te sens m’envahir, j’ai envie de crier
Je me retiens pourtant attendant l’osmose
Attendant l’instant où nos sens explosent...
Je suis heureuse, dans tes bras, à aimer
Ven 27 Avril 2012, 12:36 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Le cercle des poètes

Comme chaque année, Oasis organisait la traditionnelle rencontre de ses membres. Proer les beaux et bons moments passés sur le site, les amitiés nouées et les débuts d’idylles. Et partager tous ces mots qui formaient de si belles compositions. Des bouquets de mots aurait dit Douceur3. Une trentaine de poètes avaient répondu à l’appel, record historique, pas évident de rassembler en un lieu des personnes si dispersées.

Cette année la fête s’annonçait unique, le lieu choisit étant un vieux manoir style anglais, perdu dans la campagne et évocateur du plus pur romantisme. Et comme chaque fois, les règles de la rencontre lui donnaient un caractère de mystère tout à fait passionnant. Un thème, l’époque Victorienne anglaise pour les costumes et l’ambiance, et comme d’habitude, un souci de conserver l’anonymat de chacun pour garder les conditions de ces rencontres virtuelles sur le net. Donc pas de signes distinctifs, et port du masque obligatoire en plus du costume adéquat. Bien sûr certains se connaissaient déjà et pouvaient se reconnaître facilement, mais chacun jouait le jeu...

Seule indication, la liste des invités était fournie, pour augmenter l’envie de découvrir nos amis. Pour moi c’était la première fois, et j’avais hâte de vivre de bons moments avec tous les contacts sympathiques qui accompagnaient mon quotidien depuis plusieurs mois. Le site m’avait relancé et permis de m’exprimer, ce que je ne faisais pas si facilement, et la sensibilité de la plupart était un régal et un appel à la confidence. Franchement j’avais envie envie de côtoyer Capricorne pour son talent, Chibani pour son humour, Rainbownight pour sa fraîcheur et tant d’autres, surtout des femmes, pour la sympathie qu’ils dégageaient. Ecouter une nouvelle de Lesmotions, oui je le voulais...

Mais surtout, je venais pour l’élue, la fleur du site, mon amie, ma confidente et mon alter ego, celle avec qui je partageais au delà de l’espace des moments délicieux et de pure douceur. Un mélange de toutes les qualités, celles qui chauffent le cœur, celles qui enflamment le corps...

Comment se reconnaître? Je faisais confiance à notre intuition, et aux phéromones, ces petites molécules que nous émettons et qui transmettent les messages secrets de notre corps. J’étais sûr que la magie et la chimie ferait battre nos cœurs plus intensément quand viendrait l’heure de la proximité. J’avais confiance...

Les invités arrivaient petit à petit, belles femmes en robes blanches et petites ombrelles, beaux messieurs dans leurs costumes d’un autre temps. Et bien sûr le masque blanc pour garder le mystère. Un peu intimidé, je me mêlais aux personnes qui se tenaient autour d’un buffet dressé sur une grande table blanche au soleil. Et j’essayais de deviner qui était qui, par le souvenir du style de chacun. Oh cet homme qui déclamait des vers, d’une belle assurance et d’un talent certain , j’aurais juré que c’était Ratatouille! Et cette petite dame, qui allait de l’un à l’autre pour offrir sa gentillesse et ses mots si doux, si ce n’est pas Cyrael …
Tout le monde était là, la petite dame (j’avais raison) fit un petit discours de bienvenue et nous rappela les grands principes, passer une bonne journée, partager nos dernières œuvres (quelques petites estrades parsemaient les jardins) et se fabriquer de doux souvenirs de rencontres et d’amitié...

Je passais d’un groupe à l’autre, écoutant les poèmes, échangeant des idées sur le monde, et sur tout ce qui faisait notre vie de poètes. Un petit orchestre égayait nos oreilles. J’étais bien, ne me manquait que sa présence. J’avais bien quelques petites idées, mais encore un petit doute sur l’identité de ma chérie...

Oh mais c’est sûrement Isabelle59 qui nous enchante par sa douceur et sa sensualité. J’écoutais tendrement, mon esprit vagabondait, quand je sentis une petite main se glisser dans la mienne. Mon dieu, ce contact fit en moi l’effet d’un rayonnement soudain, et mon corps fût parcouru de frissons, doux et électriques...

ELLE M’AVAIT TROUVE

Mon cœur se mis à battre, ma voix bloquée dans ma gorge, des petits picotements dans la nuque. Pas de doute, vu l’effet sur moi, c’était bien ma douce. Sans rien dire elle prit mon bras et m’entraîna pour marcher un peu dans les allées du jardin. C’était la fin de l’après-midi, soleil bas et lumière tendre, pas besoin de parler, j’étais bien (et encore sous le coup de l’émotion) et nos pas s’accordaient comme des amis de toujours...

Sous une tonnelle, et entourés de merveilleuses roses aux senteurs enivrantes, nous nous faisions face à face. Sentant qu’elle devait prendre l’initiative, elle entoura mon cou de ses doux bras et approcha ses lèvres des miennes. Oh douceur exquise, saveur fruitée de l’été, sa bouche avait le goût d’une pêche qui éclate au palais et déverse son jus. Nos langues commencèrent leur danse et le temps se figea. Enlacés nos mains cherchaient la bonne prise, pour minimiser l’espace entre nos corps avides de contact...

Ces minutes furent une éternité, et me revenais le poème qu’elle m’avait inspiré sur cette seconde unique de bonheur quand tout s’accorde. Ses lèvres, ses joues, ses mains, étaient douceur extrême et comme une invite à découvrir le reste. Ses mains exploratrices commençaient à découvrir mon corps et ne semblaient pas avoir de limites imposées. Quand l’une d’elle se posa sur mon pantalon, elle constata que je n’étais pas insensible aux charmes de son corps. Notre étreinte m’avait comblé de joie pure et tendre, mais avais également réveillé mon désir. A travers le tissu, elle sentait et palpait la tension extrême qui ne demandait qu’à s’épanouir. Je crus défaillir quand sa caresse plus pressante fit sortir de sa cachette le bout déjà trempé de mon sexe...

Mais ce n’était pas le lieu de découvertes plus poussées. Je repris mon souffle et sa main et nous repartîmes vers des lieux plus fréquentés. Devant la grande demeure, certains s’activaient déjà pour préparer le grand dîner du soir. Belles assiettes et bougies nous promettaient un régal pour les yeux et raffinement de cuisine. Mais pour l’instant ma belle avait une autre idée en tête et comptait plutôt terminer son exploration à peine entamée …

Elle m’entraîna donc vers la maison à la recherche d’un endroit propice et discret. Les nombreuses pièces du bas étaient trop lumineuses et spacieuses, elle m’attira alors vers un escalier qui menait vers des recoins plus adaptés à sa mission. Là-haut, plus de calme et de pénombre. Et peu de chances d’être dérangés. Contre une porte elle me poussa et entrepris de libérer l’objet de son émoi. Le pantalon de toile tomba rapidement sur mes chaussures, et sa main agrippa à travers le fin coton qui me préservait encore, mon sexe tout tremblant et d’une vigueur de circonstance. Approchant ses lèvres, elle engloba le tout, tissu et chair et mordit doucement. Mes mains sur sa tête j’appréciais à sa juste valeur l’application qu’elle mettait dans cette mise en bouche...

Une main à même mes fesses, l’autre jouant avec mes bourses, elle entreprit de visiter sur toute sa ueur le dur bâton qui ne demandait que cela. Sa langue sentait à travers l’étoffe, la veine gonflée qui palpitait intensément. L’idée même que c’était mon petit cœur qui me procurait ces délices décuplait l’intensité du plaisir. Doucement sa tête montait et descendait, entraînant sa bouche, langue sortie, le de ma verge qui commençait à entrevoir le moment où tout explose. Sa main vînt compléter l’action de sa bouche et accéléra le mouvement. Sentant l’instant ultime arriver, elle arracha mon dernier vêtement et me prit dans sa bouche, ses lèvres serrant fermement, elle engloutit au maximum, et en quelques mouvements bien contrôlés elle me fit atteindre l’extase. Ma semence jaillit accompagnée d’un petit cri de jouissance, tandis que ses ongles griffait ma fesse. Ne voulant rien laisser, elle avala le tout et lécha soigneusement ce qui coulait lentement le de mon sexe bouillant...

J’avais rarement connu telle intensité, et un bien-être m’envahit, des frissons achevèrent mon contentement. Sous son masque je devinais le sourire de la bien-aimée fière d’avoir fait jouir son homme. Elle m’enlaça et je déposais sur sa bouche encore humide un doux baiser comme elle les aime. Reprenant mes esprits je remis un peu d’ordre dans mes vêtements et nous partîmes pour le dîner main dans la main...

Une telle journée m’avait mis en joie et en appétit, et c’est tout sourire que je pris place pour le repas à côté de ma sensuelle compagne. Ce fût régal, les plats raffinés défilaient, et l’ambiance était des plus conviviales, chacun y allant de son meilleur texte ou de ses bons mots. Le champagne nous montait à la tête, et ma petite qui est chamboulée à partir d’une demi-coupe commençait à montrer des joues rosies par l’alcool, la joie et certaines idées qui lui venaient en tête...

Sous la nappe je sentis sa main sur ma cuisse. La mienne vint l’y rejoindre et doigts enlacés nous étions comme deux amoureux tout neufs! D’un même mouvement, l’ensemble passa d’une cuisse à l’autre et j’entrai en contact avec la douce chaleur de sa peau. La coquine avait remonté sa robe pour permettre un accès plus aisé à certaines parties de son corps qu’elle souhaitait m’offrir en cadeau. Puis sa main rejoignit le dessus de la table, laissant la mienne seule, mais invitée à pousser plus loin l’exploration...

Douceur, chaleur, ces mots étaient trop faibles pour décrire la sensation que me procurait d’être entre ses cuisses. Ma main droite, paume sur sa peau, doigts vers le bas, remonta lentement, savourant le grain velouté de son épiderme. Elle atteignit alors l’infime dentelle qui recouvrait sa toison si fine. A plat sur le pubis, doigts écartés au maximum pour profiter de tout , je fis tendre pression pour assurer à ma voisine que j’avais bien compris le message...

Pendant ce temps, les conversations continuaient, les rires fusaient, et la coquine n’était pas la dernière à montrer sa joie. Que tous prirent bien sûr comme manifestation du bonheur de se retrouver tous ensemble. Mais autre chose était en partie responsable de cet état. Sous la table, mes doigts par petits cercles, avaient entrouverts les petites portes protégeant, pour peu de temps encore, la caverne aux mille trésors. Mon majeur poussa plus loin et commença à frotter le tissu blanc sur les chairs roses et humides. Parmi ses rires, des petits cris partaient, que tous prenaient pour les manifestations de la boisson. Oh coquine!!!

Repliant mes doigts, j’accrochais le bord de sa culotte mouillée de plaisir, et je les fis passer par dessous pour sentir les palpitations de sa peau. Il n’était plus l’heure de perdre du temps vu l’état de la belle qui riait et se secouait sous l’effet de tous les plaisirs réunis. Alors mes deux doigts enserrèrent comme une pince, le clitoris tout dur et gorgé de désir. L’humidité ambiante facilita le travail des deux artistes, pression, pincements, roulements, tout contribua à faire vibrer le corps de ma chérie qui m’envoyait des regards plein de tendresse et de gratitude. ..

Les mouvements maintenant profonds et appuyés faisaient leur effet, et la pauvre semblait s’enfoncer sous la table. Sentant que l’explosion serait imminente, je décidais de lui venir en aide et je sortais d’une voix puissante ma plus grosse blague (pourrie mais bien marrante). Ce fut un tonnerre de rires et d’applaudissements. Un tel bruit que ma coquine arriva à jouir bruyamment sous les derniers effets de ma main en folie, sans que personne ne remarque cette situation plutôt délicate. Secouée par les rires et les spasmes de l’orgasme, tout son corps bougeait et je la regardais avec un évident bonheur. A peine apaisée elle se jeta à mon cou et devant les sourires de l’assistance elle me fît le plus tendre baiser qu’il soit permis de donner...

Vous pensez bien que le retour vers nos régions respectives fut un voyage empli de bons souvenirs, de marques d’amitié, de promesses de se revoir et de rendez-vous futurs sur le site. Pour nous ce fut bien plus, nos corps avaient gardé l’empreinte de l’autre et dans nos têtes il y aurait pour temps ces instants délicieux où plus rien ne comptait que de donner et de s’aimer.
Lun 16 Avril 2012, 12:16 par cocoeur sur Les liaisons sulfureuses

Je suis là

5 heures du matin, je ne dors plus. Tout est calme, dans mon lit je pense et je repense. Et ce n’est pas une petite envie qui ne demande qu’à s’épanouir, mais bien une grosse envie qui est déjà bien épanouie. Plus possible de dormir, mon corps se rappelle et tremble de désir. Tu es loin...

Alors je tente l’impossible, l’espace et le temps ne sont plus des obstacles, je vais venir, là maintenant. Je ferme les yeux , je me concentre, et mon esprit sort de mon corps, je voyage, je vole, aspiré, attiré par les messages invisibles que ton corps envoie dans ma direction.

ET JE SUIS LA

Dans ta chambre, même heure, même obscurité. Je devine ton corps sous tes draps, j’entends ton souffle régulier, apaisée tu rêves des couleurs de l’amour. Ton bras par dessus le drap est comme une invite. Je m’agenouille par terre et je te regarde. Du noir, du gris, des ombres, et ce bras blanc posé comme une offrande. Mes lèvres se rapprochent, et doucement se posent sur cette merveille, là au pli, ce petit creux magique, tout doux, si tendre et qui raffole de la caresse. Milliers de baisers se déposent là, et je les vois partir dans toutes les directions pour porter leur message de tendresse. Un soupir, le message est passé, ton corps est prêt...

Je tire le drap et je découvre ta splendeur. Le jour se lève à peine, mais mes yeux s’habituent à la pénombre et je vois l’essentiel. Sur le dos, chemise de nuit remontée sur les cuisses, un bras vers moi, l’autre qui repose sur ton ventre. Tu profites des dernières heures de la nuit, ton sommeil est profond, tu es bien.

Je m’approche de ton visage, tu souris en dormant, tu es belle, contours flous, tout m’attire et je vole un baiser sur tes lèvres entre-ouvertes. Papillons qui se posent sur tes joues, ton front, chaque parcelle de ton visage est une fleur où ils viennent délicatement aspirer le nectar de ta peau sucrée...

Doucement et sans te réveiller, je remonte ta chemise, douce au toucher et petit rempart qui ne demande qu’à céder. Petit à petit elle dévoile ton corps tout chaud, tes cuisses, ta culotte que j’imagine violette, ton ventre plat, tes seins, et pour ne pas te bousculer, je la laisse sous ton cou. Vision de rêve, abandon total, tu es là pour moi, ma main peut faire son œuvre...

A plat sur ton ventre, cette main si douce et coquine, descend doucement, légère pression, pour atteindre la limite du tissu qui protège ton intimité. Ma tête repose sur ton épaule, mon autre main vient se poser sur ton sein, qui monte et descend au rythme de ta respiration. Je le sens, tu le permets, mes doigts s’immiscent sous l’élastique et progressent lentement. Toison fine, début de ta fente, j’atteins le paradis...

Ma main englobe ton sexe, il est chaud, il dort encore. Sous la caresse ton corps a bougé, et comme s’il savait il me facilite la tâche. Tes jambes s’écartent, tu pousses un gros soupir, ta tête tourne et s’installe confortablement sur l’oreiller...

Mon doigt et fin, par petite poussées, entre en toi, grandes lèvres, petites lèvres s’ouvrent pour le laisser passer. Une petite vague de rosée vient arroser cet endroit si secret. Mon doigt peut alors naviguer en douceur et rechercher le petit rocher qui se dresse au milieu, fier et appelant le frisson. L’ayant trouvé, une pression plus forte fait sursauter ton corps. Chaque appui t’envoie une décharge de plaisir qui se propage jusqu’au bout de tes orteils qui se tendent...

Ma main se fait plus envahissante, comme sur un piano, mes doigts, tour à tour, jouent de ton sexe et trouvent un chemin vers le calice de ta fleur. Près de mon oreille, ta bouche libère de petits gémissements, reflets du mélange de tes rêves et de la réalité. Ma main alors insistante te pénètre profondément et parcourt ton intimité la plus secrète. Par des mouvements de va et vient, tout en douceur, mes doigts entrent et sortent pour te donner le plaisir que tu espères...

Et tu te cambres, ma main reçoit l’eau de jouissance, tu vibres, tu laisses échapper un petit cri, bonheur à mon oreille. Ta respiration saccadée soulève tout ton corps, tu planes...

Je t’embrasse tendrement, je replace sur toi ta chemise, je remonte le drap, tu l’agrippes et te tournes en soupirant d’aise. De ma main je t’envoie un dernier baiser, et je ferme les yeux...

Et je reviens dans mon lit, quel merveilleux moment. Le plaisir, je l’ai eu aussi, dans ma tête et c’est très bien ainsi. La journée sera bonne, le jour se lève, bientôt l’heure. Je t’embrasse de loin.
Dim 15 Avril 2012, 22:22 par cocoeur sur Les liaisons sulfureuses

Pour le sourire de maman (souvenir)

À l’époque, pas si lointaine (sourire) je devais avoir cinq ou six ans, guère plus, quand invités par un soleil radieux, ma mère, mon frère et moi partîmes faire une promenade dans la campagne. Un petit vent rendait cette escapade très agréable et je m’amusais du vol gracieux des papillons et du tableau fleuri des champs. J’aurai voulu offrir chacune de ces fleurs à maman mais elle m’empêcha d’aller les prendre en disant que c’était interdit. Je me contentai donc de ramasser quelques pissenlits qui poussaient le du sentier. Me voyant faire, mon frère Georges se mit à sautiller et à virevolter en criant criant : "MARIE VA PISSER AU LIT ! MARIE VA PISSER AU LIT ! HI HI!!!"
Maman le rabroua gentiment en souriant.

Je cueillis autant de pissenlits que mes bras purent en contenir et le sourire de maman me remplit de joie et fierté.
Georges continuais ses mimiques et je ne comprenais pas du tout pourquoi il me disait cela.
La promenade se finit au bord d’un cours d’eau où nous regardions les poissons s’ébattre dans l’eau tandis que mon frère, comme à son habitude malgré les avertissements de maman, essayait de grimper dans un arbre qui aurait plié sous le poids d’une pomme.
Après le pique-nique nous dûmes rentrer afin que maman finisse son travail. Nous l’aidions comme on pouvait en lui passant les instruments dont elle avait besoin.

Le bon air et la promenade me fatiguèrent tellement qu’on ne dut pas me supplier pour aller dormir.
Cette nuit-là, comme un fait exprès pour donner raison à Georges, j’ai mouillé le lit...
L’humidité m’a réveillée et l’incident me fit pleurer si fort que maman est venue voir ce qui m’arrivait.
Dans un flot de larmes et de hoquets je lui dis que mon frère m’avait promis que si je continuais à cueillir des pissenlits, j’allais" pisser" au lit...
Vilain Georges... MDR

Elle sourit tendrement en disant : Ton frère est bête !
Puis me fit un gros câlin pour me calmer.
Malgré l’incident, je continuai à cueillir des pissenlits pour le sourire de maman
Mar 03 Avril 2012, 11:20 par caressedesyeux sur Mille choses

Je n'ai pas su te dire

J’aime tes cheveux en bataille, le matin au réveil.
J’aime ton regard de rainette quand tu viens de pleurer.
J’aime tes s cils, qui battent tels des éventails dissimulant tes yeux quand tu te sens gênée.
J’aime la chaleur de ton cœur qui bat contre le mien quand tu es fiévreuse.
J’aime la petite fille qui dessine les fleurs qu’elle n’a pu offrir à sa maman.
J’aime la silhouette fluide que dessine ta ue robe blanche tachée de roses.
J’aime entendre ta voix la nuit dans la solitude de tes appels.
J’aime le souvenir de tes pas quand le de la rivière tu as pris la main de ta sœur.
J’aime tes éclats de rire le dimanche, quand tu sais que les vacances ne font que commencer.
J’aime la rêverie des fumées de ta cigarette quand le soir nous n’avons plus besoin de parler.
J’aime la délicatesse de tes gestes et tes sourires amusés.
J’aime nos rendez-vous clandestins quand tu crois que ta mère ignore que nous nous retrouvons.
J’aime la sérénité de nos promenades en forêt quand l’hiver est si bleu.
J’aime quand tu me demandes de te servir du vin pour me faire comprendre que tu n’es plus une enfant.
J’aime les rides qui éclairent ton front quand tu lis Flaubert.
J’aime tes paroles adolescentes quand tu découvres la révolte.
J’aime le désordre de ta chambre, tes vêtements éparpillés que tu ne porteras pas ce soir.
J’aime ta précipitation affolée quand tu sais que tu es encore en retard.
J’aime regarder le chat qui s’endort au creux de ton ventre.
J’aime cette musique que tu écoutes, que je ne comprends plus.
J’aime te savoir heureuse quand tu es loin de moi.
J’aime quand tu descends du train, me cherchant sur le quai.
J’aime quand feignant l’indifférence, tu fais semblant de ne pas être fière de la copie que tu as laissée trainer sur la table de la cuisine.
J’aime quand tu me manques, je sais que ce soir nous dinerons ensemble.


Je n’aime pas les magazines que tu lis.
Je n’aime pas la ueur de tes silences.
Je n’aime pas ces photographies que je n’ai pas su prendre de toi.
Je n’aime pas la couleur rouge de l’ambulance.
Je n’aime pas ce téléphone qui a oublié le son de ta voix.
Je n’aime pas ces fleurs que tu soignais, qui renaissent éternellement.
Je n’aime pas ce chat que l’on n’a plus revu quand il a compris que tu ne reviendrais pas.
Je n’aime pas cette maison qu’ habitent d’autres bonheurs à présent.
Je n’aime pas le temps qui est passé dans l’ombre des années perdues.
Je n’aime pas entendre la tristesse de ta sœur.
Je n’aime pas les paroles que tu as enfouies, quand tu les pensais inutiles.
Je n’aime pas que tes rêves ne soient restés ceux de l’enfance.
Je n’aime pas le désespoir dont tu as vêtu tes nuits d’errance
Je n’aime pas ce corps que ta douleur a effacé.
Je n’aime pas les mots que je n’ai pas su te dire.
Je n’aime pas que de ma mémoire tu t’estompes chaque jour un peu plus.
Je n’aime pas ne plus savoir pleurer.
Je n’aime pas la force que j’ai eue sans toi.
Je n’aime pas cette femme qui ne t’a jamais connue.
Je n’aime pas ses yeux dans lesquels tu t’es sentie femme.
Je n’aime pas le chant des oiseaux insolents au printemps retrouvé dans ce jardin où tu es désormais en paix.
Jeu 15 Mars 2012, 00:04 par francisco varga sur La déclaration d'amour

Cultiver l'espoir

merci delphine sorry pour le retard je suis bien occupee amities poétiques
Mer 18 Jan 2012, 15:53 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Etre l'élément

Etre l’air
qui te fait vivre
qui remplit tes poumons de sa fraicheur de vie
Etre le vent
qui tantôt te caresse d’une brise délicate
tantôt te décoiffe de ses bourrasques

Etre l’eau
cette petite goutte qui embelli dans ton univers
etre cette goutte qui peut ruisseler tout le de ton corp
qui se transforme en fleuve d’amour...

Etre le feu
la flamme
qui anime ton âme
qui fait naitre en toi les fantasmes
Cette chaleur qui peu te réchauffer le coeur
qui fait vibrer ta corde intérieur..

Etre ta terre
ton repère
la source de ta vie
celle qui fait naitre ton envie
et accueille ton ame au calme...



Je voudrais être pour toi tout ces éléments
je voudrais que tu les prennes en moi entièrement
Laisse moi devenir ton feu, ta terre, ton air, ton eau
laisse moi être ton élément...
Jeu 29 Déc 2011, 20:10 par Djinn sur La séduction

Des mots courageux pour toi,

Si je t’écris aujourd’hui c’est parc que je n’ai pas trouvé l’occasion de te dire les choses en face et même en étant caché derrière ce bout de papier, j’ai l’impression que j’aurai du mal à m’exprimer et à trouver les mots justes pout te signifier toute ma sincérité et ma volonté à ce que tout soit clair, je te vois déjà surprise en lisant ces premiers lignes qui ressemblent à un aveux d’un homme envers une veille connaissance alors que ce n’est pas le cas, mais rassure toi, cette lettre ne t’apportera que du bien parc que je l’ai souhaité subtile et courtoise et avant de toucher à l’essentiel, j’aimerai que tu respect l’ordre des lignes et que tu t’impatientera pas à découvrir les mots de la fin, j’aimerai que tu apprécie mon effort à vouloir te présenter des propos agréables à parcourir, je le sais, le début te parait un peu mais comprend moi c’est peut être la ma seule et unique chance de te faire part de mon ressentiment de la meilleure manière qui soit. Voila, j’ai presque terminé sans vraiment commencer et il est temps que je me lance dans mon véritable discours en espérant être le moins maladroit et le plus court possible.

Cela fait maintenant quelques temps que je t’observe derrière mon visage imperturbable et mes yeux ne cessent de s’intéressés à toi et au moindre de tes gestes, ton petit sourire exquis, ton charmant visage et l’indescriptible beauté de tes yeux me font per dans une ivresse infinie, mais face à toute la splendeur du paysage que tu m’offre généreusement tous les jours je me sent pourtant démunie à cause de la distance et le silence qui m’empêchent de tout savourer pleinement, alors et pour ne plus faire perdurer mon impatiente et avant que ces plaisirs ne se transforment en des tourments, j’ai décidé et avec beaucoup de courage d’aller au delà de ma timidité et de t’adresser ces quelques mots pour que tu sache que je pense à toi et que j’aimerai tellement te connaitre.

Je reste convaincu que tu es une personne formidable et que tu mérite toute l’attention du monde et même si j’ignore ce que tu ressens pour moi, ma démarche vers toi était un devoir et je ne terminerai pas cette lettre sans t’offrir ce petit poème dont tu es la source d’inspiration.

Je t’ai aperçu un beau jour de printemps
Déjà mon cœur te devins dépendant
C’était sans doute le jour le plus important
Quand le temps c’est arrêté pendant un instant
Ton visage parfait te donnait l’allure d’un enfant
Le regarder n’était plus une envie mais une obsession
Après, ma vie s’est transformée en un feuilleton
Toujours la même image, toujours la même passion
Quand tu parle, moi je cris pour que tu m’entendes
Quand tu marche, moi je cours interminablement
Rien que pour sentir ton odeur de femme charmant
Je serai ton esclave enchaîné dans ton rêve insolant
Avec ton regarde aussi vaste que l’océan
Ainsi que ton sourire brodé comme un feston
Tu m’as fait renaître de ce corps de charbon
Et avec tes flammes tu l’as brûlé tel un volcan
Le vent d’été souffle et me prive de la belle saison
Ou jadis te revoir était ma seule raison
Aujourd’hui ta présence me manque terriblement
Et le charme de ton visage rayonnant
Sache que mon cœur t’appartient éternellement
Toi qui l’as libéré de tous ses tourments
Mer 30 Nov 2011, 11:28 par Radski sur La déclaration d'amour

Dans la retenue...


Il fait beau,
Nous allons nous balader
Elle prend ma main dans la sienne
J’en avais perdu l’habitude.
Je me retiens...

Mais qu’est ce que je me sens bien.
On s’arrête pour boire un verre
À la terrasse d’un coquet café
Elle me dévore des yeux
Je me sens heureux.
Elle prend ma main,
La pose sur la table
Me caresse le poignet
Et je me retiens...

Pourtant je me sens bien
J’en avais perdu l’habitude.
Promenade dans quelques boutiques
Elle se penche,
M’embrasse en pleine bouche
Devant la foule
Et je me retiens...

J’en ai perdu l’habitude.
Mais j’avoue que j’aime cela.
Les heures défilent trop vite.
Vingt heures, l’heure de se retrouver pour un dîner
Je suis bien accompagné :
Sous la table, elle joue avec son pied
Remonte doucement le de ma jambe
Et je me retiens...

Je sens en moi monter le désir,
J’y prends même du plaisir.
Elle me fait languir.
Je me retiens...

Partie de bowling
Suivie, d’un billard
Je me concentre.
Elle arrive doucement derrière moi
Se colle et m’embrasse dans le cou
Et je me retiens...

Met ses bras autour de ma taille
Me déconcentre.
Je viens de perdre
Mais finalement j’aime ce qu’elle fait...
Sous la douche, elle me rejoint
Elle anticipe, en posant au creux de ses mains
Un gel parfumé au jasmin
Caresse et remonte jusqu’au cou
Je me retiens...
Sur le lit, elle malaxe ma peau,
Masse mon dos
Et je me sens bien...

Elle me câline,
Me donne de la tendresse
Peau contre peau
Et je ne me retiens... plus


Elle est belle,
Sublime
J’en suis fou,
une ensorceleuse,
Un aphrodisiaque
J’en deviens insomniaque...
Elle est mon ange,
Mon paradis,
Un soleil pour le reste de ma vie...
Sam 22 Oct 2011, 18:45 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Sieste flaneuse

sieste flâneuse,


Pressentir celui que l’on aime du bout des doigts, lentement. Découvrir chaque grains de peau, chaque frissons . Laisser chuchoter mes doigts pour te ressentir, te connaître, te raconter...Laisser le temps prendre son temps, sans précipitation. Sentir chaque tressauts pour mieux deviner, sentir du bout des doigts chaque frémissement. Entendre ton souffle se retenir pour laisser échapper un soupir. Faire une escale pour déceler un appel, une envie... reprendre plus doucement, pour mieux te donner un tremblement de délice. Se poser. Reprendre ma découverte avec ma bouche. Juste pour connaître le goût de chaque trouble. Te soupçonner impatient dans tes gémissements. Minutieusement sans retenue te faire tressaillir lorsque mes doigts contourne ton désir. Jeu d’ivresse que mes touchers t’offrent avec une infinie tendresse, parce que c’est toi. Cette promenade parsemée de milles éclats laisse entrevoir une pause lorsque tendu je te devinerais. J’entendrais le murmure de ta chair friande d’ effleurements mais savants de manières délicates. Je saisirais ta demande, sans parole, de proer cette sieste flaneuse pour te conduire au vertige. Mes doigts, ma bouche se feront complices de ta peau afin de chaparder ton désir.

La sieste flâneuse c’est celle qui offre mais qui ne prend rien. Celle qui veut que rien ne s’arrête. La sieste flâneuse c’est la découverte de l’autre. Celle qui dit encore sans avoir de fin véritable, celle qui annonce le début d’un ravissement certain. Prometteuse d’une complicité amoureuse. La sieste flâneuse n’écoute pas le temps, n’entend pas les bruits. Elle isole de tout pour recevoir un sentiment d’abandon dans sa chair. Puissant et orageux. Torride et douceur qui s’accouplent.

La sieste flâneuse donne faim sans contexte, sans rassasié celui que l’on aime. Douce comme un matin où la rosée prend la place dans des draps, tendre comme la nuit lorsque la lune inonde des corps entrelacés.

fille du peuple
Ven 30 Sep 2011, 05:37 par Fille du peuple sur Histoires d'amour
Page 3 sur 14 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4 ... 12, 13, 14  Suivante

Ecrire sur long

Ecrire sur long Jolie fleur du lit là, Passage à l'acte, Mômes égarés, Vous qui avez fait de ma vie un rêve,je vous aime à l'infini, Quand je, Vertige, Le cercle des poètes, Je suis là, Pour le sourire de maman (souvenir), Je n'ai pas su te dire, Cultiver l'espoir, Etre l'élément, Des mots courageux pour toi,, Dans la retenue..., Sieste flaneuse,
Il y a 208 textes utilisant le mot long. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Quand la pauvreté frappe à la porte, l'amour s'enfuit par la fenêtre.

Proverbe allemand.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 02 Mars 2024, 08:13
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 24 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite