Rêver...

Cette nuit j’ai fait un rêve... J’ai rêvé que la neige brûlait, que le feu fondait, j’ai rêvé de l’impossible. J’ai rêvé que tu m’aimais.
(d’un-e- inconnu-e !)

Fleur épanouie
Mains agiles sur ton corps...
Une orchidée s’ouvre

De Shôran Jhô...
Dim 14 Avril 2013, 08:50 par gérémi sur Citations

à quatre mains

quatre valent mieux qu’une c’est certain rolleyes
quant à demain...
Mer 20 Mars 2013, 02:58 par inlove sur Annonces

Les sanglots de l'hiver


Une bise glaciale souffle sauvage,
Si fort,
Qu’elle me cingle le visage,
Se tord
En sifflant tout autour de moi.
J’ai soudain si froid,
Que je ne sens plus mes doigts...
Elle gémit et cherche un endroit
Où se poser.
Je mets mes dans les poches
De mon manteau
Pensant les réchauffer,
Et j’accélère le pas,
Afin de rentrer chez moi.
Je continue ma route ,
Tant bien que mal
Sous les rafales
J’entends au loin des pleurs...

Des sanglots qui ne cessent.
Je me rapproche encore un peu plus
Je me retrouve en face
D’un bonhomme de neige géant,
Dont les larmes
Qui n’arrêtent pas de couler,
Ressemblent a des diamants,
Si purs, si blancs.
Il m’explique sa tristesse,
De n’être que de passage
Qu’il ne sera bientôt plus qu’un mirage
Qu’il redoute la venue du printemps.
IL regarde une dernière fois ,
La glace qui l’entoure
Cette glace, qui va fondre aussi
En miroitant
Pour retourner dans son lit
Mar 01 Jan 2013, 19:06 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Amour au clair de lune.

J’étais partie pour une croisière ; destination : L’ÉGYPTE
Ce soir-là était une soirée spéciale pour nous souhaiter la bienvenue. La musique, les gens, l’excitation du voyage, cela faisait beaucoup de bruit et d’effervescence. L’atmosphère, l’agitation, la fatigue me décidèrent à quitter la salle rapidement.
Accoudée à la balustrade du bateau, j’eus droit à un spectacle naturel de toute beauté. Au pittoresque paysage vanté par un chant des cigales s’était jointe une agréable brise légère sur fond de magnifique clair de lune. L’astre nocturne resplendissait dans sa plénitude juste entachée par un nuage à forme de loup. Pourquoi un loup ? Pourquoi pas après tout. Mon imagination cavalait sans doute sur les ailes du souvenir d’une ancienne lecture. J’en étais à fouiller ma mémoire lorsque, soudain, surgit à côté de moi un homme. L’individu, d’une carrure impressionnante, aux cheveux d’ébène et au regard de braise, tenait dans ses deux coupes à champagne. Il m’en tendit une sans dire un mot.
Puis, dans la foulée, comme s’il continuait une conversation brièvement interrompue, il me raconta une très belle histoire. J’étais à la fois intriguée par sa présence, fascinée par sa prestance et hypnotisée par sa voix douce et chaude...
C’est tout ce dont je me souviens et la suite me reste un mystère car tout ce que je sais c’est que je me retrouvai confortablement installée dans une cabine sur un moelleux canapé. Dans la pièce il n’y avait personne, et je commençais à me sentir mal à l’aise. Quelque chose, ou quelqu’un, entra dans la chambre. Je ne distinguais pas bien dans cette obscurité, mais je sentais nettement une présence. Un animal vint se coucher à mes pieds. J’aurais été incapable de dire à quelle race il appartenait. Un frisson me parcouru l’échine en me rendant compte de la précarité de ma situation.
J’en étais à envisager les différentes solutions pour me sortir de ce pétrin lorsqu’une porte s’ouvrit et qu’un homme entra. Le même individu que toute à l’heure ! Celui-là même qui m’avait tendu une coupe de champagne et à qui je devais, probablement, de me trouver dans cette salle avec un énorme chien-loup à mes pieds. Indifférent à mon angoisse, ou était-ce pour me mettre encore plus mal à l’aise, il me parla de son animal et enchaîna nonchalamment sur toutes ces histoires de transformations qui ont lieu, paraît-il, lors de la pleine lune. Mi-effrayée, mi-perplexe, je restais néanmoins sceptique sur son argumentation n’ayant jamais vraiment cru à ces histoires. J’avais, bien sûr comme la plupart, lu des romans de fiction sur le phénomène mais je n’en étais pas vraiment convaincue.
Nous en étions à débattre de la possible réalité de cette singularité lorsque son chien-loup se rappela brusquement à mon esprit en se levant subitement et en disparaissant par la porte de derrière.

Soudain plus détendue, je lui demandai comment j’étais arrivée là et ce qu’il voulait de moi. Sans un mot, il mit sa main sur la mienne, l’air calme et serein, et je me sentis aussitôt en confiance. Je savourais ce moment de bienheureuse quiétude lorsqu’un autre homme fit irruption par la même porte que le loup avait empruntée. Je remarquai à l’instant où mes yeux se posèrent sur lui l’étonnante ressemblance avec le gentleman qui me tenait la main. Il devait s’agir, à coup sûr, de frères jumeaux ! Sans quitter ma main et me fixant tendrement, il me déclara sa flamme. Puis, il me raconta son histoire. Déconcertée, je ne savais plus où j’en étais. Je flottais en pleine fantasmagorie ! Certes, il me plaisait, et j’étais très attirée par lui. Son physique, sa prestance faisaient que je le désirais, mais étais-ce de l’amour ou juste une attirance animale ? Il s’approcha et posa délicatement ses lèvres sur les miennes. Son baiser fut si léger que je crus l’avoir rêvé. Devant mon consentement, il recommença. Mais cette fois il était plein de fougue et d’intense passion. Mon cœur se mit à battre à grands coup de tambour...

La pleine lune se dévoila soudainement, et il empoigna mon visage de ses continuant de me dévorer de baisers. Bien malgré moi, j’avais cette peur au ventre qu’il ne morde mon cou. C’était fou car je l’aimais mais ne voulais pas devenir comme lui. Mes inquiétudes étaient infondées car rien de ce que je redoutais ne se passa. J’étais bel et bien amoureuse et je ne désirais plus le quitter. Mon avenir était dorénavant avec lui.
Dim 23 Déc 2012, 15:04 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Cultiver l'espoir ( duo caressedesyeux /inconnu)


Le dessin d’un amour qui promet le bonheur
Borde un projet que je ne cesse de faire
Entre réalité et doux rêve éphémère
Mais s’ombre la raison pour le discours du cœur

Malgré la distance, je ne cesse de croire
Que sur mes sentiments l’aube va se lever
Je sais qu’un jour prochain je pourrai l’aborder
Je la verrai, c’est sûr!J’en cultive l’espoir!

Je dois à grand effort dompter la grande ardeur
Qui motive mon coeur malgré l’esprit contraire
Qui, sans broyer du noir, redoute la chimère,
Qu’il soit un peu trop tôt ou qu’il ne soit plus l’heure

Et l’absence grandit ce désir de tendresse
Ce besoin de croiser son regard merveilleux
Cette envie de présence affiché dans mes yeux
Tel cadeau d’un destin dont l’espoir je caresse

Effleurer de mes doigts le doux grain de sa peau
Embrasser son doux corps,la serrer dans mes bras
Et sentir dans mes la chaleur de ses doigts
Contre moi, corps-à-corps : le plaisir le plus beau

Son parfum me parcourt d’une essence d’alcôve
Son odeur me ravit d’une présence d’ange
Auprès d’un paradis, que les dieux ne dérange,
Vient voguer mon esprit aux effluves de Khôl


Et l’air devient plus doux à l’approche des lèvres
Les fossettes qui rient donnant le plein aval
D’un baiser vigoureux aux senteurs de Santal
Sentir battre son cœur contre moi : c’est un rêve !

Tous mes sens s’agitent, je suis vraiment perdu
Voilà que je cogite comme un adolescent
Son odeur m’excite tel un philtre envoûtant
Il me faut me calmer, je crains une bévue

En amoureux transi, je ne retiendrai d’elle
Le temps qui se suspend à son charme présent
Mon esprit qui s’éprend de son rire éclatant
Je n’oublierai pas ses deux yeux mirabelle

Je cultive l’espoir, j’abolis la détresse
Auprès d’une déesse aux attraits envoûtants
La grande obsession des prémices d’amants
Le besoin permanent de ses tendres caresses
[b]
[/b]
Mer 12 Déc 2012, 21:40 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Lecture du soir

Ces lignes-là me donnaient le tournis
Seule dans ma chambre, assise sur mon lit.
Je dévorais humide ce livre érotique
Illustré de dessins de scènes acrobatiques.
Je sentais le besoin d’un doigt réparateur
Qui de mouvements soignés calmerait mes humeurs.
Ma voisine de chambrée partie pour se laver
Je tentais l’aventure ce temps de liberté.
Tout en gardant lecture, ma main dans la culotte
Glissait tendrement le long de ma goulotte
Isolant du majeur le bourgeon du gémir
Je sentis quelques vagues m’envahir de plaisir
Sans que rien j’entendis deux me parcoururent
Celles de ma colocataire surprenant ma posture.
Je n’eus temps de surprise elle se jeta sur moi
M’embrassant goulument d’une langue sans effroi
L’aventure me tenta et je me laissais faire
Lui rendant la pareille d’une douce atmosphère.
Elle m’allongea sans la moindre caresse
Je me sentais frémir des cheveux jusqu’aux fesses
Elle me déshabilla dans des yeux convoiteurs
Lestement m’enjamba m’offrant son postérieur
Et s’enquis de sa langue de me montrer l’exemple
De lapées sur mon pli, quelques doigts dans mon temple.
A mon tour j’auscultais son sexe qui s’offrait
Découvrant de saveurs son plaisir qui coulait.
A se chiner les profondeurs ainsi mutuellement
Nous explosâmes en cœur de ces chatouillements.
J’étais un peu gêné de ces nouveaux tourments
Mais elle me rassura tout en argumentant
Que d’où vienne le plaisir des sens
L’important fut, dans sa seule existence.
De sa trousse de toilette elle sorti un objet
Aux formes généreuses qu’elle voulut partager.
Chacune notre tour nous nous l’introduisîmes
Au plus profond de nos quatre abimes
Finissant écroulées dans les bras l’une de l’autre
Où nous nous endormîmes du sommeil des apôtres.
Mar 04 Déc 2012, 11:09 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

Une belle soirée

Elle avait mis l’éphémère d’un chemisier de soie
Transparent, laissant voir une partie de choix
Deux délicats rebonds dans un écrin de dentelles
Qui vinrent d’emblée toquer au fond de mes prunelles.
Cette soirée m’ennuyait, je pensais m’en aller.
Mais son apparition me poussa à rester.
Je ne la lâchais plus, l’observant en détails
Cherchant à chaque endroit où se trouvait la faille
Mais tout était parfait à mon œil tout conquis
Qui la voyait déjà tout au fond de mon lit.
Elle s’aperçu bien vite des regards insistants
Que je tentais discrets mais, maladroitement.
A présent c’était elle qui avait pris la main
Qui me peignait en proie dont elle ferait festin.
J’avais le dos tourné quand j’entendis une voix
Me lancer un «bonsoir, moi c’est Isabella »
Je me retournais donc, comment faire autrement,
Il me fallait faire face à l’objet du tourment.
Deux yeux verts bien plantés hypnotisèrent les miens
« Ne s’est-on déjà vus ? Je ne me souviens pas bien »
« Est-ce qu’on se fait la bise ou se serre-t-on la main ? »
D’une apparente contenance je me fis en galant
« Bonsoir, moi c’est Jime votre prince charmant
Voulez que pour vous je m’enquisse d’un verre
Ou bien préférez-vous que nous sortions prendre l’air ? »
« Quelques bulles volontiers avant d’aller dehors
Car rester enfermés, nous aurions vraiment tort »
Je lui servis sa coupe qu’elle but gracieusement
A la fin de laquelle elle me dit posément
« Je connais un endroit où nous serons tranquilles »
Tout en me dévisageant dans des grands battements de cils.
Nous filâmes à l’anglaise comme si nous faisons le mur
Voilà qui fleurait bon la jolie aventure.
A quelques pas de là elle m’amena dans un square
Pas une âme dans le lieu, il était bien trop tard
La lumière de la lune nous permettait d’y voir
Juste ce qu’il fallait pour que l’on ne s’égare.
Elle s’arrêta d’elle-même à l’endroit de son choix
« C’est là que j’aimerais que tu t’occupes de moi ».
Sa petite jupe zippée sauta en un éclair
Suivi de sa culotte qui la fit fesses à l’air.
S’adossant à un arbre, elle entrouvrit ses jambes,
Tout ça eut pour effet de me mettre la flambe,
Je m’accroupis céans devant sa cicatrice
Afin de quelques langues en gouter le délice
L’affaire la régalait et elle se trémoussait
M’enjoignant par ses de ne pas m’arrêter,
Puis se mit à gémir en réclamant mon pieu
S’allongeant sur le sol pour un confort de mieux
« Ah ! J’ai le trou en feu, je veux que tu m’embroche,
Viens vider dans ma niche tes 2 grosses sacoches ».
Nous haletâmes au vent rythmés par mes baloches
Qui dans son entrecuisse jouaient de la ricoche
Jusqu’à ce que portés dans l’extase jouissance
Je la sentis bouillir au jet de ma semence.
Le forfait fort fait taire aussi ne pipa mot
Restant dans son voyage ses ongles dans mon dos.
Reprenant poil de bête elle dit l’envie d’un verre
Nous retournâmes alors à la maison de Pierre
D’où personne n’avait vu notre tendre échappée
Pas de doute me dis-je c’est une belle soirée.
Ven 16 Nov 2012, 16:34 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

La directrice d'école

« Asseyez vous Monsieur je vous en prie
Vous devinez pourquoi je crois vous êtes ici »
Votre enfant turbulent au demeurant charmant
Perturbe la quiétude de notre établissement.
J’écoutais sans broncher la liste des reproches
Les yeux rivés sur elle, les deux dans les poches.
Plutôt pas mal cette directrice d’école
Sur un malentendu je tenterais bien la batifole.
Une coiffure au carrée, un maquillage discret
Une silhouette bien taillée, tout bien proportionné
Vraiment elle me plaisait, bien que pour le moment
J’étais dans son bureau à cause du garnement.
Je tentais les sourires et la décontraction
Lui montrant mon accord à trouver solution
Et que je concevais s’il y avait punition
Que j’aiderais le gamin pour apprendre ses leçons.
Elle me parue d’un coup un peu plus accessible
Un déclic dans ma tête, lui dire l’indicible.
Dans un geste un peu fou je me levais d’un bond
Lui avouant mon trouble au fond du pantalon
Qu’elle causait tout en moi depuis notre entretien
Et que si elle me giflait je comprendrais très bien.
Elle fut interloquée mais pas désarçonnée
Elle alla vers la porte pour la fermer à clé.
Je compris dès l’instant, j’avais bien fait d’oser.
Elle s’approcha de moi comme une lionne en chasse
« Depuis que je rêvais d’amour dans cette place »
Confessa-t-elle tremblante ouvrant son chemisier
Oh pour le reste laissez dis-je je vais m’en occuper.
Dans la fougue qui suivit je soulevais son tailleur
Lui tomba la culotte de son beau postérieur
Je découvris des doigts une fente accueillante
A laquelle j’octroyais quelques caresses lentes.
Elle ouvrit ma braguette pour sortir l’animal
Auquel elle pratiqua de longues câlines buccales
Puis elle se releva, s’accouda au bureau
Attendant par derrière l’emprise de mes assauts.
Je pris sa possession d’une besogne acharnée
Coulissant dans le lieu afin de la combler.
Elle couinait ardemment son plaisir qui venait
Quand je ne sais pourquoi il me vint cette idée
De prendre un gros stylo de son pot à crayon
Pour lui planter, surprise, dans son tout petit fion.
Cela la fit bondir et hurler de plaisir
Nous jouîmes à l’unisson de ce petit délire.
Nous nous dimes satisfaits le calme revenu,
Convenant de ce fait d’une prochaine entrevue.
« A l’avenir quand même surveillez votre garçon,
Mais il a de qui tenir d’un père si polisson »
Mer 14 Nov 2012, 16:41 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

La directrice d'école

« Asseyez Monsieur je vous en prie
Vous devinez pourquoi je crois vous êtes ici »
Votre enfant turbulent au demeurant charmant
Perturbe la quiétude de notre établissement.
J’écoutais sans broncher la liste des reproches
Les yeux rivés sur elle, les deux dans les poches.
Plutôt pas mal cette directrice d’école
Sur un malentendu je tenterais bien la batifole.
Une coiffure au carrée, un maquillage discret
Une silhouette bien taillée, tout bien proportionné.
Vraiment elle me plaisait, bien que pour le moment
J’étais dans son bureau à cause du garnement.
Je tentais les sourires et la décontraction
Lui montrant mon accord à trouver solution
Et que je concevais s’il y avait punition
Que j’aiderais le gamin pour apprendre ses leçons.
Elle me parue d’un coup un peu plus accessible
Un déclic dans ma tête, lui dire l’indicible.
Dans un geste un peu fou je me levais d’un bond
Lui avouant mon trouble au fond du pantalon
Qu’elle causait tout en moi depuis notre entretien
Et que si elle me giflait je comprendrais très bien.
Elle fut interloquée mais pas désarçonnée
Elle alla vers la porte pour la fermer à clé.
Je compris dès l’instant, j’avais bien fait d’oser.
Elle s’approcha de moi comme une lionne en chasse
« Depuis que je rêvais d’amour dans cette place »
Confessa-t-elle tremblante ouvrant son chemisier
Oh pour le reste laissez dis-je je vais m’en occuper.
Dans la fougue qui suivit je soulevais son tailleur
Lui tomba la culotte de son beau postérieur
Je découvris des doigts une fente accueillante
A laquelle j’octroyais quelques caresses lentes.
Elle ouvrit ma braguette pour sortir l’animal
Auquel elle pratiqua de longues câlines buccales
Puis elle se releva, s’accouda au bureau
Attendant par derrière l’emprise de mes assauts.
Je pris sa possession d’une besogne acharnée
Coulissant dans le lieu afin de la combler.
Elle couinait ardemment son plaisir qui venait
Quand je ne sais pourquoi il me vint cette idée
De prendre un gros stylo de son pot à crayon
Pour lui planter, surprise, dans son tout petit fion.
Cela la fit bondir et hurler de plaisir
Nous jouîmes à l’unisson de ce petit délire.
Nous nous dimes satisfaits le calme revenu,
Convenant de ce fait d’une prochaine entrevue.
« A l’avenir quand même surveillez votre garçon,
Mais il a de qui tenir d’un père si polisson »
Jime
Mer 14 Nov 2012, 13:50 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

Secrets cachés

Derrière ma robe
se cache pour toi un mystère
Sous la fente de mon jupon
dans un jeu de cache-cache
Mes jambes se démasquent
Ôtons la robe pour découvrir
satin et dentelles.
Ma chevelure brune,
caresse sur mes épaules
et si facile à décoiffer.
Sous ses étoffes
Se cachent mes secrets
Tu les espionnes de tes yeux indiscrets
Tu les découvres un a un de tes expertes
Le plaisir jaillit de mes lèvres entrouvertes



http://graine-de-songe.skyrock.com/3098633527-secrets-caches.html
Mar 13 Nov 2012, 15:08 par Djinn sur La séduction

L'amie farouche mdr



L’amie farouche

Elle ne peut faire un pas sans moi
Et me suit de partout où que j’aille
Toujours prête à livrer bataille
Dés qu’on suscite mes émois
Comme si, de moi, elle ne pouvait se passer
Telle mon autre qui ne me quitte jamais
Comme si elle avait besoin de moi
Qu’il n’existait personne d’autre
Comme j’ai besoin d’elle
Qui me défend des coups bien bas
Des scélérats, voleurs et usurpateurs
Elle met fin aux discussions
Sans faire de quartier
Attention à ses décisions
Des têtes vont tomber !!!
Fine et aiguisée comme il se doit
Elle est toujours ma salvatrice...
Sa riposte donne un coup amer
Sa réplique est dévastatrice
Un goût à ne pas me déplaire
Lorsqu’elle montre le bout de sa pointe
Elle vous laisse une chance de fuir...
Elle tranche si froide et si solide
Elle laisse des traces à jamais
Je la serre si fort dans mes
Qu’elle en cause de grands chagrins
Mes gestes souvent si lestes,
Elle en fait tomber des vestes...
Pourtant chaque nuit dans mon lit,
Elle dort d’un sommeil paisible et léger
Mais elle bondit au moindre bruit
Que personne ne peut approcher
Épée de Damoclès, allons ! Réveille toi
Il est temps d’aller couper des têtes !!! mdr
Ven 09 Nov 2012, 16:07 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Jeu de mains (poeme retravaillé)




L’étrange sensation de caresser une étoffe de soie
Le satin de ta peau,comme la douceur de tes
Provoquent dans mon cœur;et mon esprit,un émoi
Qui glisse,effleure et trace un nœud,comme un lien
De nos qui s’accouplent harmonieusement
Dans un ballet ou nos doigts s’emmêlent allègrement...

Nos paumes s’échangent des caresses de grande volupté
Nos doigts frissonnent et se mélangent avec agilité
Aucune phalange,a ce jeu bizarre,ne sera oubliée
Pour chacune,un baiser j’ai posé,avec légèreté ...
J’aime tes dont je suis les lignes du regard
Chaque ridule,chaque cal racontent si bien ton histoire.


Elles vibrent,et palpitent comme la veine du poignet
Ou je déposerai,avec plaisir ,délicatement mes lèvres.
Et m’abreuverai dans la paume de ces belles
Dans un jeu qu’on prolongera sans fin.
Mer 31 Oct 2012, 20:31 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Le chemin du septième ciel

Au commencement des aguerries
viennent se poser sur mon corps endormi
Il se réveil doucement et langoureusement
au contact de ces caresses douces, de ces caresses de courtisan

Mais malgré la chaleur de ces doux asseaux
Les frissons parcourent mon être en vibrato
Mon corps est pétri de sensation
il s’amollit dans l’excitation

mes lèvres réveillées goutent et embrassent
La peau de ce Don Juan qui m’enlace
Mes sens sont maintenant tout éveillés
mes parcours mon cavalier


Apothéose de l’attirance
nos corps entre en fusion
Sensuelle adhérence
Des accords de passion


Nous voilà ensemble sur le chemin de la découverte...
découverte des plaisirs de l’amour
nos lèvres, nos langues, nos
tous nos corps en action
tendant vers le point culminant du plaisir

nos corps se courbent et s’étirent
nos bouchent chantent sous les symphonies du désir
à l’unisson de plus en plus fort
nous voilà ensemble au 7ème ciel, ensemble aux portes de la douce mort
Lun 22 Oct 2012, 11:35 par Djinn sur Les liaisons sulfureuses

Figer le temps

FIGER LE TEMPS (poeme retravaillé)

Je voudrais avoir l’incroyable talent
De pouvoir, un jour, arrêter le temps!
Ce triste voleur,cet affreux scélérat
Qui emporte le bonheur d’un moment
je voudrais pouvoir le stopper un instant
Pour pouvoir être auprès de toi
Sentir encore la chaleur de ton corps
Étroitement lové contre le mien
Et sentir battre ton cœur à l’unisson
Là, tous les deux on était si bien...
Pressés l’un contre l’autre à n’en former qu’un
Pouvoir encore trembler entre tes bras
Frissonner de tes belles apaisantes,
Ces adroites caresses dont je ne me lasse pas,
De baisoter chacune de tes phalanges,
Mon adorable petit ange.
Et couvrir de ma bouche,
En te donnant de tous petits baisers,
Ta belle peau nacrée
C’en serait un plaisir si intense
Que mon cœur cognerait trop fort
Ma respiration en deviendrait saccadée
Des perles de sueur apparaitraient
Dans le halo du rai de lumière
Qui traverserait cette fenêtre.
Dont on aura pas eu le temps
De fermer les volets
Et tout cela nous plairait finalement...
Car on aurait enfin tout le temps
Pour s’aimer comme il se doit
Lun 22 Oct 2012, 09:30 par caressedesyeux sur L'amour en vrac
Page 4 sur 35 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 33, 34, 35  Suivante

Ecrire sur mains

Ecrire sur mains Rêver..., à quatre mains, Re: mon deuxieme livre les maux d'amour conjugués, Les sanglots de l'hiver, Amour au clair de lune., Cultiver l'espoir ( duo caressedesyeux /inconnu), Lecture du soir, Une belle soirée, La directrice d'école, La directrice d'école, Secrets cachés, L'amie farouche mdr, Jeu de mains (poeme retravaillé), Le chemin du septième ciel, Figer le temps,
Il y a 518 textes utilisant le mot mains. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
On ne badine pas avec l'amour
Alfred de Musset
Pocket
Extases de femmes
Collectif
Pocket
Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour ôte l'esprit à ceux qui en ont et en donne à ceux qui n'en ont pas.

Diderot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mer 30 Nov 2022, 19:13
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 16 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite