Et caroline la blonde en polo
et qui était l’ex épouse de
Tavarès écrivais ceci.
Martin Tavarès je suis
amoureuse de vous et je
vais faire annuler le divorce.

Et Milou disais ceci.

Quand nous étions dans le désert de
sable tu ne portais pas ton coat d’hiver
mais un chemisier et tu lisait le livre des
Tableaux de Laurel.

C’était un autre délire Milou...

Oui et nous avons délirer parce ce que je
te parlais.

Mais si je portais mon chemisier ou
es mon coat de pluie ou ma veste d’été,
automne, et mon coat d’hiver...

Ils sont rester dans ton armoire
ou il y a tes livres une machine a
écrire et Tes feuilles ou il y des dessins,
et paysages avec textes.

On rentre a l’appartement.
Maggie va nous chicaner
parce ce qu’on est mouillée.


Et ils retournèrent a
l’appartement ou la blonde
de Maggie les chicanais.

Ou étiez-vous...

Nous étions sur une
autre planète ou il y
avais du sable et il
fallait trouver un
vortex pour retourner
sur terre Maggie.

Cesser de délirer il n’y a pas de
planète ou il y a du sable.

Et on sais retrouver
sur une terre en ruine
avec une psychiatre
en veston.

Est-ce que c’est cette
femme la qui porte
un veston...

Oui c’est elle Maggie.

Docteur que faites-vous ici...

C’est votre Maggie qui m’a
appeler pour vous soigner
de vos délires.

Mais docteur vous étiez
dans les ruines.

Mademoiselle Maggie votre
fiancée délires.

Mais Maggie elle se trouvais sur une planète en ruine et
sur une planète ou il y avait du sable et je portais mon chemisier.

Ton chemisier est tous mouillée.

Ambulanciers faites le entrez dans l’ambulance et emmenez-le
a l’asile pour le soigner de ses délires.

Oui docteur.

Et Milou sauta sur la blonde au veston...

Espèce de sale cabot je vais t’envoyez a la fourrière.

Docteur il ne fais pas ca mordre les gens.
Vous devriez l’envoyez a la fourrière ce
cabot.

Caroline tu ne va pas envoyez Milou a la
fourrière et Tavarès a l’asile.

Non Steffy mais tu peut poursuivre ce
texte.

Steffy écrivais ceci...

Tavarès s’évadais de l’asile et il retournais
au Lycée pour causer Avec Karine la blonde de Smorgue.
Karine.

Qu’est-ce que ce tu fais ici et qui t’a fais évader de ma
planète et ou es la psychiatre qui devait te garder dans
le désert de sable.

Ta psychiatre est ici dans un asile ou je me suis évader
parce ce qu’elle voulais me droguer.

Et Milou ou est-il.

Si Maggie est a mon
appartement elle a dû
l’envoyez a la fourrière
ou il y a d’autres animaux.

Et Milou s’évadais et il
retournais en forêt et demandais
ceci aux autres animaux.

Est-ce que Maggie, la psychiatre, Karine,
la blonde étudiante est passée par la piste
cyclable...

Non mais il y a Tavarès est passer ici et il est
allez au Lycée ou il y a des étudiants en polo.

Au Lycée...

Karine pour quelle raison que tu ne nous pas
donner une tente pour nous refroidir avec Milou.

Mon père déteste les terriens et si je t’avais donner une tente
il aurais envoyez ses soldats pour te capturer et il m’aurais
envoyez dans le donjon en polo et il fais très froid.

Mais je voudrais savoir qui écris cette histoire de la fuite de
Milou et de Noel...

C’est Caroline et Steffy dans un Lycée, qui écris cette histoire de Noel, de la fuite de Milou et Steffy écrivain. Karine...
Dim 08 Août 2021, 15:15 par martin sur Articles

Et une pluie de météorite tomba sur la terre
et tous les habitation tomba en ruine et
Tavarès et la psychiatre s’en alla dans le
donjon de la planète Smorgue pour y
retrouver Milou Karine et Betsy...

Qu’est-ce que tu fais ici mon ex avec cette psychiatre.

Terre plate est en ruine et on va devoir habiter
dans ce donjon Karine...

Tu aurai dû t’en aller dans un bunker et y rester avec cette donneuse de pilule.

Je ne suis pas une donneuse de pilule ni de piqure.

Je suis psychiatre et nous devons retrouver le vortex qui nous as
envoyez ici dans c’est ruines...

Très bien docteur essayons de le retrouver ce vortex qui nous as envoyez ici...

Et ils marchèrent dans les ruines mais pas de vortex qui les as envoyez dans les ruines et ils trouvèrent un vieux château
qui était hantée par des esprits.

Que faites-vous ici vous et la blonde en veston.

La terre est en ruine et nous voudrions rester ici avec ma
blonde et qui est un docteur...

Pas de docteur ici...

Pour quelle raison que vous avez dis pas de docteur ici...

Parce ce que les docteurs sont des détraquer.

Et le doctor who est-il un détraquer.

Non ce n’est pas un détraquer mais un scientifique qui trouve
quelques chose pour arrêter les criminels de la galaxie...
Jeu 05 Août 2021, 14:40 par martin sur Articles

A la poursuite de milou

C’es pas un filet qui t’a attraper mais un boulet en plastique et tu va devoir le garder.

Et pour Milou qui va le ramener ici sur ta planète Karine...

Je vais y allez avec Betsy et essayer de le retrouver.

Et si tu ne le retrouve pas tu va sauter dans le vortex pour retourner dans ton château volant Karine...

Il a raison le château peut voler ou bien nous allons utiliser le fauteuil pour le ramener ce fugueux Karine...

Et lui qui va rester avec ce Tavarès Betsy.

Je vais rester avec ce Tavarès les filles et allez retrouver ce fugueux de Milou...

Très bien Valérie. Allons-y...

Les filles s’envola pour allez retrouver le fugueux de Milou avec le fauteuil volant.

Karine est-ce que tu sait ou il se trouve ce fugueux de Milou...

Oui sur la planète des géants et pas sur terre plate parce ce qu’elle n’est plus la.

Et dans le désert de sable la psychiatre disait ceci.

Si je te retires ce boulet tu dois rester ici et pas essayer de te sauver et nous allons causer...

Très bien on va causer.

Pour quelle raison avez-vous épouser cette blonde de Karine...

C’est parce ce que je l’aimais docteur.

Tu peut m’appeler Valérie...

Très bien Valérie. Et avez-vous d’autres questions a me poser...

Pour quelle raison que vous n’avez pas épouser Maggie.

C’est parce ce que je ne l’aimais pas et que Milou fuguais.

Et Betsy et Laurel...

Laurel je l’ai épouser parce ce qu’elle as fais des tableaux de
peintures et Betsy parce ce que je l’aimais et elle m’a capturer
pour me ramener ici dans ce désert de sable ou il fais très chaud.

Est-ce que je peut retirer mon coat d’automne Valérie.

Non parce ce qu’il y a les rats du désert et ce sont des voleurs de
vêtements, de livre, de cube rubic, des avions et de tentes aussi.

Et c’est pour ca que Karine ne vous as pas donner une tente pour coucher dedans vous et les dépressives...

Mais nous aurions pu habiter dans le donjon et... Aille.

Qui t’a envoyez ce livre.

Celle qui écris cette histoire de la fuite de Milou.

Qu’est-ce que vous faites.

Je regarde mes images de la fontaine de jouvence ils ne sont plus la ou sont ils.

Ils sont peut être sur la clé USB.

Non la clé est rester dans mon armoire avec les autres Valérie.

Valérie nous devons allez sur terre plate et retrouver mes clé USB et...

Très bien mais si vous essayer de vous sauver je vous pique avec ma seringue.

Je n’essayerais pas de me sauver...

Et elle et lui trouvèrent le vortex et sauta dedans pour se retrouver a
l’appartement de Tavarès.

Milou es-tu ici...

Assez causer allez trouver vos clé USB pour qu’on retourne dans le désert de Smorgue parce ce que si on n’est pas la je vais me faire chicaner par ton ex-épouse de Karine...

Valérie la clé n’est pas la dans cette armoire.

On te l’aurais volé mon chéri.

Oui Valérie.

Qui aurai pu te voler tes clé USB...

Une infirmière avec seringue.

Elle se trouve dans le désert de Smorgue pour donner la médication des dépressive...

Mais que faites-vous avec cette peinture...

Si je veut savoir ou es Milou je dois mettre une école, la fille du père noël sur la passerelle. Des arbres de Noel, le donjon, Milou le fugueux et Karine avec Betsy, et Francesca et sa mère, Valérie....

Très bien faites-le et après nous retournons sur Smorgue pour vos piqures monsieur Tavarès et...
Dim 01 Août 2021, 14:52 par martin sur Articles

Noel

Assis dans le désert de sable avec Milou en coat d’automne...

Tavarès disait ceci a Milou on dois trouver le vortex pour retourner a notre appartement parce ce qu’il fait très chaud ici et Karine aurai du nous donner une tente pour entrez dedans pour nous refroidir...

Et ou veux tu dénicher un vortex dans ce désert de sable et si
on le trouve Karine Betsy vont essayer de nous ramener ici...

Et que faisons des ces femmes en dépression on les laisses ici.

Allez-y on va rester ici nous ne voulons pas retourner dans les
asiles avec les infirmières et docteurs qui nous drogues.

Allez Milou essayons de retrouver le vortex qui va nous ramener
a notre appartement pour fêter Noel...

Si on retourne a notre appartement est-ce qu’on va avoir des sapins
de noël et je vais pouvoir allez retrouver mes amis en forêt parce ce
que je suis Milou le fugueux et tu va pouvoir écrire un texte sur la fuite de Milou...

Et te trouver une blonde que tu va épouser...

Non Milou si on retourne a notre appartement c’est pour faire un montage avec tes images, des filles en coat de pluie, canadiennes, veston, coat d’hiver, cardigan, imperméable. veste d’automne... Robe de cocktail.

Des bateaux a voile. des flocon de neige, des cabanes dans les bois...

Des avions, des fontaines de jouvence, et des extra terrestres.

Martin Tavares et Milou ont retrouver le vortex et Milou a sauter dedans mais Tavarès n’as pas pu entrez parce ce qu’un filet la capturer et il se demanda qui avait mis ce filet...

Est-ce que c’était Betsy, Karine, Laurel, ou le roi de cette planète.

Tu veux savoir qui as mis ce filet mon ex.

Oui Karine...

C’est mon père pour capturer ceux et celle qui essaye d’entrez dans le vortex...

Mais Karine Milou est entrez dans le vortex et il a dû glisser sur une autre planète pour y retrouver ses amis les animaux...

Milou est en fuite...

Oui mon ex et pour le retrouver je dois sauter dans le vortex pour le retrouver mais pour ca tu dois me libéré de ce filet Karine...
Sam 31 Juil 2021, 23:34 par martin sur Articles

Léna punie...

Léna punie…


Mois de septembre. Lotissement vidé des estivants. Pourtant, le soleil tapait dur, la mer était belle, sa température était plus que clémente. J’allais encore nager deux fois par jour.

Charly, le Chef de la bande du haut, et Gus, son frêle écuyer, étaient encore là. Ils sont venus me conter leurs derniers démêlés à la fin du mois d’août avec la bande du bas. Cela avait tourné en Bérésina, vu le départ hâtif de certains ‘aoûtiens’. Ils avaient été faits prisonniers. Puis, attachés l’un à l’autre, autour d’un gros arbre, on leur avait enlevé shorts et slips et passé le cul au cirage !

Charly, fou de rage et d’humiliation, jurait qu’il se vengerait par n’importe quel moyen…
J’ai commencé par leur dire que tout cela était prévisible, qu’ils n’étaient plus à l’âge de tels enfantillages qui avaient fini par tourner en eau de boudin… Et j’ai failli leur rire au nez, quand Charly a ajouté que Léna, l’égérie des ‘baroudeurs du Hamiz’ les avait traités de : « P’tites bites… », la pire des injures !

Cette Léna, de… quelque chose, m’avait gonflé les deux fois où j’avais participé à leurs rencontres. C’était une grande Fille, solidement bâtie, de presque 16 ans : lippe dédaigneuse sur un visage d’impératrice romaine… Le verbe haut et incitant sa troupe au combat !
La seconde fois, je l’avais entendue commander :
- Tous sur lui…
Ce "lui", étant moi… J’avais oublié leurs règles de pseudo chevalerie, et… avec les pieds, j’en avais ‘castagné’ deux, et fait fuir un troisième, avant d’escalader un mur en ruines. D’en haut, après leur avoir fait un bras d’honneur, j’avais sauté de l’autre côté et disparu dans les ruines où ils m’avaient cherché en vain !

A cause de ça, je n’ai pas été long à être convaincu de les aider dans leur plan machiavélique, puisqu’elle était encore là en septembre.
Ils l’avaient guettée :
-Elle descend vers cinq heures et demi ( 17h30) sur la petite plage de la crique, en bas de chez elle. Il n’y a pas un chat à cette heure-là. Mais pour qu’elle ne gueule pas, il faudra lui mettre une serviette mouillée, attachée derrière la tête, comme ils l’ont fait pour nous…Il faut que tu arrives avec ta barque dans la petite crique des rochers d’à-côté. Une fois attachée, on la met dans la barque et on l’emmène dans notre Q.G ( Ruines Romaines ). Là, on l’attache à une colonne et on lui met le ‘cul’ à l’air… Il faut qu’elle paye, la salope !

Programme respecté, avec la pastéra ( barque ) je les ai rejoints dans la petite crique désignée. Avec Rabah et Marcel, ils étaient quatre. Comme des Sioux sur le sentier de la guerre, nous avons rampé pour aboutir sur la plage à quelques vingt mètres derrière elle. Sur sa grande serviette de bain, elle était allongée sur le ventre, lisant, face à la mer. J’avais en mains, la serviette mouillée, roulée en diagonale, tenue par les deux bouts. Elle ne m’a entendu qu’au dernier moment et s’est soulevée sur les coudes pour regarder derrière elle…
Mais j’étais déjà à genoux sur son dos, la serviette, passée par-dessus sa tête, s’est appliquée sur sa bouche… Je l’ai serrée très fort, et nouée sur la nuque ! Elle a crié, mais trop tard… Sa voix était étouffée ! Elle n’a pas pu gigoter longtemps, les quatre autres lui tenaient bras et jambes, et les attachaient avec des serviettes mouillées, reliées par une corde…

On l’a transportée comme un paquet remuant, mais solidement tenu, dans la barque où on l’a jetée plus que posée sur le fond. Charly s’est assis sur elle, Gus tenant la corde. Rabah et Marcel nous ont dit :
- Nous, on vous rejoint dans les ruines…
Pendant que je ramais, j’apercevais ses yeux qui d’abord, lançaient des éclairs, mais qui peu à peu, devenaient apeurés… Dame ! Charly se régalait de lui annoncer que c’était à son tour d’être attachée :
- A poil…On va bien voir si t’as une grosse chatte, toi, puisque tu dis qu’on on a "des p’tites bites"… »

Au bas des ruines, dans la crique d’arrivée, seul Rabah nous attendait. Marcel s’était ‘dégonflé’ en route… On l’a à nouveau portée à quatre, jusqu’à la grande salle à ciel ouvert où il y avait une colonne torsadée, tronquée…
Charly a dit :
- Cà va faire l’affaire… On va la pencher dessus et Gus tiendra la corde de l’autre côté.

Rabah et moi, accroupis, nous lui tenions chacun une jambe par la cheville. Elle poussait des cris, étouffés par la serviette, et gigotait… Mais, penchée à 45°, le torse collé à la pierre, elle ne pouvait rien faire !
Elle avait un maillot deux pièces. Charlie, sans ménagement a tiré le bas, l’a fait glisser, mais elle gigotait et on a eu du mal à le lui sortir pied après pied… Jusque là, je n’avais vu que le côté farce de la situation, mais soudain j’ai réalisé son incongruité : J’avais les yeux à quelques centimètres de la belle founette d’une fille de 16 ans… Poils frisés, presque dorés, autour d’une fente bien dessinée, sans que les ‘lèvres’ soient apparentes comme chez Paula !

J’ai pensé :
-‘P…’ ! C’est pas du boulot, j’suis en train de bander, c’est dégueulasse…
J’ai tourné la tête, et dit à Charly :
- Cà va pas ! C’est une fille…
Mais lui :
-On, va lui passer le zob dans les fesses, chacun son tour : elle saura qui a la plus grosse queue, comme ça !
Du coin de l’œil, j’ai vu qu’il avait abaissé son maillot et qu’il avait sa bite à la main
( Il ne bandait même pas, ce con !) Mais il l’approchait des fesses de Léna…

En un éclair, j’ai réalisé que c’était grave et quasiment en même temps, je me suis relevé, épaule en avant et j’ai frappé Charlie sur la poitrine… Il est tombé en arrière, sur une grande touffe broussailleuse mais molle, heureusement : bite au vent, il aurait pu être comique en toute autre occasion !

Il s’est mis à gueuler :
- Ouhouille ! P… ! Qu’est-ce qui t’prend ?
J’ai hurlé :
- Bande de cons… La fille d’un juge ? Vous voulez finir en maison de correction jusqu’à 20 ans Et à Rabah, en Arabe :
- Ton Père comme le mien, ils nous casseraient les reins…
Puis, à nouveau, en Français :
- Foutez l’camp ! J’vais la libérer et la ramener. Assez de ‘conneries’ comme ça !

Je crois qu’ils avaient réalisé eux aussi que ça pouvait être grave : Rabah, était piteux… Gus ne bronchait pas, tenant toujours la corde. Charlie devant ma rage, s’est relevé en se réajustant et en disant :
- Çà fait rien, on a vu son ‘Q’… : Elle s’en rappellera, cette salope !
Ils se sont éclipsés tous les trois. J’avais déjà détaché la serviette de la nuque et je suis passé de l’autre côté pour détacher les mains, retenues par la corde : j’ai vu qu’elle pleurait !

Elle ne bougeait pas. J’ai ramassé son maillot et le lui ai tendu. A ma grande surprise, elle a dit :
- Merci !… Mais il faut que je pisse !
Et elle s’est accroupie sur place, ajoutant :
- C’est la trouille…
J’avais son maillot à la main, je me suis détourné… Alors elle a claironné de sa voix habituelle :
- Tu peux bien te retourner maintenant… Depuis une heure (là elle exagérait !) que tu vois mon ’Q’… Et le reste !
Puis plus bas :
-T’en as pas perdu la vue ? ‘P…’ ! Je m’en suis fichu partout et j’ai rien pour m’essuyer !
- Descendons à la crique ? J’avais pris ta serviette de bain pour qu’on ne te croie pas noyée… Tu pourras te tremper dans la mer et t’essuyer après ! lui ai-je dit.

Son maillot toujours à la main, je l’ai aidée de l’autre (elle était pieds nus) sur le chemin, puis sur les galets ronds. Heureusement qu’il commençait à faire sombre : on n’aurait pu deviner de loin qu’elle était cul nu ! Elle s’est assise dans l’eau et d’un coup elle s’est remise à pleurer à gros sanglots qui lui secouaient les épaules… Je me suis avancé dans l’eau, disant :
- Arrête Léna… On a été trop loin… Mais c’est fini !

Elle a hoqueté :
- C’est une réaction nerveuse… Passe-moi ma serviette, s’il te plaît !
Ce que j’ai fait, puis, je lui ai tendu son maillot, qu’elle a remis enfin. Dans la barque elle ne pleurait plus. Je sentais ses yeux rivés sur moi…Elle a redit :
-Merci !…Sans toi, il m’aurait passé sa saloperie dans les fesses, ce cochon-là !
Sans réfléchir, j’ai répondu :
- ‘P…’ ! C’est de moi que j’ai eu peur… Je ne me serais pas contenté de ça, moi !
- Tu l’as déjà fait comme ça ?
Moi, faraud :
- Y a pas si longtemps : avec la bonne des voisins… Et c’est facile !

Comme elle ne disait plus rien, j’ai cru bon d’expliquer :
- Je savais que vous alliez trop loin avec vos conneries… Je l’avais dit à Charlie ! Avoue que vous n’y aviez pas été de main morte, avec eux ? Il se disait déshonoré, le Charly…
- Oui, mais c’était lors de rencontres concertées… Pas par traîtrise comme ça… Et ils vont raconter à tout le monde qu’ils ont vu mon ‘Q’, ces petits ‘cons’ !
- Pour çà, tu peux être tranquille, je les reverrai demain… Tu as vu qu’en parlant de la maison de correction je les ai calmés ? Tu sais, ne dis pas : merci ! J’ai surtout pensé à mes parents…
Elle m’a coupé :
- Et les miens ? Mon père ( juge d’instruction ! ) c’est sûr, il vous aurait fait sacquer… Et ma mère, avec sa peur du quand dira-t-on ? Tu as raison, c’est bien fini ces histoires !


Puis après réflexion :
- Mais maintenant, je vais avoir peur de descendre me baigner à cinq heures (17 h). J’étudie toute la journée pour repasser ma première partie de bac en octobre, c’est mon seul moment de liberté…
- Et Milou ? ( le chef de leur bande ), ai-je demandé.
- Son Père l’a mis en boîte à bachot ; il a loupé la 2ème partie du bac, lui !

Peu après, voix changée, amicale qui se voulait charmeuse :
- Le ‘Tarzan des Ondines’… Avec toi, je n’aurais pas peur. Tu ne veux pas venir te baigner avec moi, demain ?
- Jusqu’à maintenant tu ne savais pas que j’existais…
- Détrompe-toi ! Chaque fois qu’on passait et qu’on te voyait travailler dans ton jardin, les types faisaient des réflexions, mais les filles admiraient tes muscles… Et à la plage aussi, quand tu partais nager au large… Tu es un sacré sportif, toi, pourtant tu n’as que ‘15’ ans comme Milou ?
Je n’ai pas répondu sur l’âge ( j’en avais 13 !) Mais ‘Vanitas, Vanitatis’… Flatté, j’ai dit :
- D’accord pour demain !

Nous étions arrivés, je l’ai aidée à descendre et elle m’a dit :
- Galant et prévenant avec çà ? Tu gagnes à être connu, Tarzan…
J’étais en face d’elle et sans que je puisse prévoir son geste, elle a pris ma tête à deux mains et m’a embrassé à pleine bouche, violemment, presque à m’étouffer…
Elle m’a libéré aussi soudainement, s’est retournée, a ramassé sa serviette et elle est partie à grands pas, disant avec des éclats de rire :
- C’est aussi efficace qu’une serviette mouillée ? Tu avais trop serré, tu sais ? J’ai failli étouffer !
Je n’avais pas bougé, sidéré, sans voix… Du haut des petits escaliers, elle m’a crié :
- A demain… S’il te plaît ?
Je n’ai pas eu le temps de répondre : elle avait déjà disparu !

La suite, je l’ai intitulée : « Léna comblée… »

Jan G. :

La moralité ça se forge au fil des jours et des surprises de la vie...
Mar 17 Jan 2006, 17:38 par jan goure sur Les liaisons sulfureuses
Page 1 sur 1

Ecrire sur milou

Ecrire sur milou , , A la poursuite de milou, Noel, Léna punie...,
Il y a 5 textes utilisant le mot milou. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
On ne badine pas avec l'amour
Alfred de Musset
Pocket
Extases de femmes
Collectif
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
Proposition perverse
Guillaume Perrotte
Pocket
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Le sourire, c'est l'amorce du baiser.

Robert Sabatier.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 02 Fév 2023, 12:30
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 5 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite