Re: Proverbe chinois - Le coeur

PetitPrince a écrit:
Le fond du coeur est plus loin que le bout du .

Proverbe chinois


Le coeur est toujours dans un état transitoire, il se gonfle et se dégonfle à l’infini ... quand il est à plat, le fond du coeur est facile à atteindre. S’il est gonflé à son maximum, on en voit jamais le bout ...du coeur

La tulipe...spécialiste en malaise cardiaque.
Jeu 04 Mars 2004, 16:33 par la_tulipe_noire sur Citations

Pas de frontière

Je ne connais hélas pas le bout du ... et j’espère ne jamais connaître le bout du coeur... Y’a une limite à ça? triste2

La marquise... hors frontière
Jeu 04 Mars 2004, 15:49 par la marquise de sade sur Citations

Hymne à la séduction...

tsur

Mon coeur pose son regard sur ce site
Et du bout des doigts je caresse le mythe,
Ce love dont tout le parle,
Plus doux qu’un savon Dove et pourtant parfois brutal,
Séduction est son nom, Laurent son disciple en toute occasion
Ici, un forum érigé en son nom, je bâtirai autour de vos constructions
Des centaines, des milliers, des millions de châteaux de rimes
En guise de clin d’oeil à toutes ses victimes,
Je parle de l’art de séduire qui rapproche les êtres entre eux
Et qui fait que de nos souvenirs nous sommes toujours amoureux..
Mer 03 Mars 2004, 21:54 par Laurent sur La séduction

le grand cirque

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs
Bienvenue au spectacle dont vous êtes les acteurs !...

Acrobate, passer les obstacles en souplesse
En toute occasion faire preuve d’adresse
En contorsions de l’esprit, dépasser ses faiblesses
Plier ses malheurs en 4, se pencher vers la tendresse

Troubadour, avoir dans son sac suffisamment de tours
Pour se jouer de la vie comme d’un mauvais public
Jongler avec des coeurs épris, aimer sans détours
Sentir dans sa main que viendra bientôt le déclic

Clown , sourire rayonnant sur la piste aux étoiles
Seul dans les coulisses, la souffrance se dévoile
Derrière un nez rouge cacher aux autres son intérieur
Ce dont ils ne soupçonnent pas la lourdeur

Dompteur, de pensées agressives, d’envies carnassières
Maîtriser ses passions, résister à la folie meurtrière
Dominer sa peur et cet instinct de tueur
Pour ne voir dans ces yeux qu’une douce lueur

Trapéziste de l’amour, s’envoyer en l’air, s’effleurer
S’envoler, se lacher pour mieux se rattraper
Se faire peur en défiant le vide ...ô misère !
Parfois se rater...s’écraser, chagrin contre terre

Equilibriste des sentiments, jouant sur la corde raide
Maudire son âme, à son coeur demander de l’aide
Aux vertiges des sens, opposer les lois de la gravité
Mais nous finirons plus bas que nous avons commencé...

La tulipe noire ...9 juin 2003
Dim 29 Fév 2004, 14:22 par la_tulipe_noire sur L'amour en vrac

à bien vite mon éternel

Mon cher et tendre partenaire,

Encore une fois tu m’as trompée, encore une fois tes mains ont caressé d’autres contours que les miens, tes yeux ont croisé un regard différent du mien, tes mots ont fait rêver une autre que moi, ton corps a submergé un autre espace que le nôtre...

Nous nous sommes jurés une fidélité éternelle, indestructible, toi le salaud, moi la maîtresse de tant d’autres sales cons. Tu me délaisses? J’irai t’oublier dans d’autres âmes, dans d’autres corps, dans d’autres coeurs, aussi fragiles et purs que le tien.

Je m’endormirai sans toi, je me réveillerai aussi sans toi, j’entendrai ton rire à travers les leurs, leurs larmes seront les tiennes, ils regretteront de ne pas m’avoir quittée dès les premières heures, de ne pas m’avoir fui avant que je ne les possède tout entiers, pour eux demain sera moi, je serai leur quotidien, leur avenir perdu, leurs rêves, leurs espoirs, leurs fantasmes, la maîtresse parfaite, idéale, discrète, l’amie, la confidente, la mère et l’épouse, le frère et l’enfant. Je comblerai chez eux aussi tout ce que ces femmes de pacotille ne peuvent comprendre, tous ces vides qu’elles veulent envahir, sans même en connaitre le contenu.. C’est plein de choses le vide...
Tu te souviens de nos transes? De ce vide que nous remplissions jusqu’à le faire déborder de jouissance? De ces planètes rien qu’à nous, où la nuit était éternelle ? De ces s de mystère que nous percions à grands coups de rires, de paroles, de cris, de soupirs? De ces heures où nos esprits se muaient en un seul et même avenir? Te souviens-tu de tout cela?
Oui, tu t’en souviens... Tu me critiques, me maudits, me détestes, mais tu m’aimes, m’envies, me désires, m’espères.

Va mon petit prince... Va explorer d’autres contrées, d’autres soupirs, d’autres compagnes...
Va te repaître d’autres corps, jouir d’autres plaisirs, rêver d’autres avenirs...
Va... Et reviens moi vite, à moi, ta compagne la plus aimée de toutes, moi ton âme soeur, moi ton demain, moi ta souffrance, moi ta magnifique, moi ton , moi ta Solitude...
Sam 28 Fév 2004, 14:32 par la marquise de sade sur La vie à deux

Cas de concscience...

- " On ne peut pas aller chez moi", me dit elle.
- " Chez moi c’est pas possible non plus... "

Ces yeux noirs et profonds, sa peau couleur café, m’ordonnaient de vite trouver une solution.

Dans ce petit village où tout le se connait, l’hôtel est à proscrire, et les amis ne sont jamais là quand on a besoin d’eux !

Plus je la regardais, plus mon désespoir s’intensifiait, où aller ?

Elle était vétue d’un long pagne, qui recouvrait une totale nudité dont j’imaginais pouvoir prendre possession...Encore fallait il trouver l’endroit adéquat.
La voiture ?
Impossible compte tenu des températures extrêmes régnant à l’exterieur.

Le dernier étage du plus haut immeuble de la ville, je n’ai rien trouvé de mieux, mon désir grandissant
entravait ma capacité de réfléxion, elle ne trouva rien à re-dire face à cette proposition indécente.
Elle semblait être dans les mêmes dispositions que moi, prête à s’offrir, n’importe où, mais maintenant !

Nous étions debout, face à face, sur ce palier sordide. Cet endroit incongru et dénué de tout romantisme fît naître en moi une excitation paradoxale, le risque d’être surpris la main non pas dans le sac, mais dans un endroit que vous imaginez surement, me génait et m’émoustillait à la fois.

Nos regards se croisaient, et s’interpellaient, mes mains disparurent sous sa longue robe colorée, mes doigts couraient et dansaient sur sa superbe peau foncée, fouillant ses endroits secrets les plus intimes...

Ses lèvres au goût de Papaye verte me poussaient à continuer à l’aide de baisers violents et passionnés.
La chaleur était canniculaire, nos températures corporelles respectives flirtaient avec le seuil d’ébullition.
Nos caresses devinrent plus précises, n’y tenant plus, je la pénétrais alors, d’un lent mouvement de bas en haut.

Ses petits cris rauques d’animal bléssé, délenchèrent en moi une véritable coulée d’adrénaline. Le lent va et viens s’accéléra jusqu’à devenir une sorte de danse furieuse et endiablée, nous explosâmes ensembles, là, debouts, tels des pantins désarticulés, haletants, en nage, nous nous regardions comme surpris de notre audace.

Heureux, fatigués, impressionnés par notre propre folie, nous nous quittâmes sans un mot, nos cerveaux en pleine effervescence...
Mer 25 Fév 2004, 17:53 par Zeus sur Les liaisons sulfureuses

Le plaisir de la marquise

soleye a écrit:

Ma Chère Marquise, je ne vous connais pas et je ne suis pas sûr de vous comprendre tout le temps bete , tant vous avez l’air de vouloir brouiller les pistes timide



cling Je brouille les pistes?

C’est bizarre que vous me disiez cela petit Soleye de mes jours, car justement je pense être quelqu’un on ne peut plus facile à comprendre confiant Une seule règle d’or avec moi, le plaisir....

Plaisir de vivre chaque seconde comme si c’était la dernière
Plaisir de découvrir ce que le cache derrière
Plaisir d’ecouter les silences de mes congénères
Plaisir de lire les récits parcourant les mers
Plaisir d’apaiser les plus violentes colère
De dévoiler de somptueux mystères
De tout envoyer en l’air
Juste pour un rêve, une chimère...

Ne plus se prendre au sérieux,
Par tous les bouts grignoter la vie
Seule ou à deux
Quand tout cela vous aurez compris
Peut-être la marquise se dévoilera à vos yeux...
Et deviendrez-vous le Soleye... de mes nuits... timide



La marquise .. épicurienne
Mar 17 Fév 2004, 10:35 par la marquise de sade sur Citations

Une réponse.

Citation:
la marquise de sade a écrit:

"Qu’est-ce qui chez vous peut déclencher un élan de tendresse que vous ne pouvez réfreiner?" (dans un contexte amoureux ou ailleurs! )


Je dirais simplement un sourire qui sort de l’ordinaire, difficile à exprimer ce qu’est l’ordinaire, mais les sourires se font si rares.
Ce sont parfois de simples leurres, des mimiques crispées dissimulant une profonde appréhension, mais il reste qu’ils donnent chaud au coeur.

Voir un enfant jouer seul m’attendrit, je me dis qu’il s’amuse, seul en aparence, mais avec lui son imaginaire, cette capacité à voir ce qui est invisible, à répondre à ses reves, à rire non plus seul mais avec soi meme, et cette petite frimousse d’ange, là je fond.

Et voir un couple, quel que soit son age, se regarder avec cette lueur qui les transporte dans un autre , ce n’est plus une expression charnelle, visible, impossible à occulter, mais un désir qui se devine dans leur regard.

Au fait, bonjour tout le ... Je suis nouvelle.
Sam 14 Fév 2004, 21:16 par stella sur La séduction

Avez vous déjà gouté au thé au Jasmin ?

Elle me dit un jour :
Passe à la maison, je te montrerai quelque chose d’extraordinaire.
Elle m’avait promis de l’extraordinaire, je fus servi au sens propre comme au figuré...

La chaleur à l’extérieur était suffocante et contrastait avec la relative fraîcheur de sa chambre.
Les rideaux étaient tirés, et une douce pénombre nous enveloppait.

Nos deux corps nus, allongés sur le lit, goûtaient la moiteur voluptueuse de cet après-midi torride. Elle claqua dans ses mains et Myra sa fidèle servante nous apporta du thé sur un plateau d’argent, puis, telle une ombre, elle disparu discrètement.

La théière posée sur une table en bois d’ébène sculptée, était brûlante, le breuvage infusait lentement et laissait échapper des effluves de Jasmin qui envahissaient lentement la pièce chatouillant délicieusement mes narines...

Je la contemplais, assise en tailleur, affairée sur sa diabolique préparation.

Pourquoi tant de soins pour préparer du thé ? Fût-il au jasmin...Elle me faisait penser aux geishas Japonaises lors de la sacro-sainte cérémonie du même nom.

Quand elle eût estimée que son élixir fût fin prêt, elle en prit une gorgée qu’elle laissa légèrement refroidir, sa bouche magnifique, reflétait une sorte d’espièglerie mêlée de plaisir à l’idée de ce qu’elle s’apprêtait à faire.

Mon excitation grandissait, pensions nous à la même chose ?

Lorsqu’elle me prit dans sa bouche je compris qu’effectivement nous étions sur la même longueur d’onde.
La chaleur du liquide sur mon membre dressé comme l’obélisque de la Concorde, me fit l’effet d’une coulée de lave en fusion, le plaisir était si intense et violent que j’eus toutes les peines du à ne pas mélanger au thé ma propre substance !

Le souvenir est définitivement gravé en lettres de feu dans ma mémoire, chaque fois que j’y pense, je perçois l’odeur du Jasmin, et inversement quand je hume ce magnifique parfum, je ne peux réprimer quelques petits picotements aux creux des reins.

Amis, buvez du thé, c’est bon pour la santé et surtout pour la libido !!!
Sam 14 Fév 2004, 18:39 par Zeus sur Les liaisons sulfureuses

In the muddy banks

à I.

Sur les rives boueuses de mon âme...


Souvent je traîne dans l’océan du malaise...
Alors que d’autres me laissent dans mes pensées vaseuses,
Spontanée, tu me rejoins pour partager l’ivresse,
d’un fragile retour vers des mers plus joyeuses

De je de maux en jeu de mots...
Tu tends la main, me lances des bouées de tendresse
D’histoires d’hauts en histoire d’Ô,
Tu me remontes à la surface de la vie

Quand toi aussi tu sombres dans la tristesse...
C’est moi qui me jette alors à l’eau,
Qui poursuis tes fusées de détresse
Pour te faire croire en un plus beau

J’ai souvent peur d’en faire trop...
Tout voile dehors, encore plus paraître idiot,
Grisé par les embruns de ton esprit sucré/salé,
Cet enfant de sale eau te faire oublier

Toi...ton sourire de pirate,
Tes yeux en perle des mers profondes,
Ta voix de siréne qui appâte,
Les marins aux amours trop fécondes

Moi...ma fragile barque,
Face aux récifs, mes envies de noyade,
J’espère que toujours tu m’embarques,
sur mon esquif en belles promenades,
...sur ta rivière d’amour



La tulipe noire ...20 000 lieues sous les mers
Jeu 12 Fév 2004, 21:40 par la_tulipe_noire sur Un monde parfait

Re: le jeu de la vérité : question 4 ...

la marquise de sade a écrit:

"Qu’est-ce qui chez vous peut déclencher un élan de tendresse que vous ne pouvez réfreiner?" (dans un contexte amoureux ou ailleurs! )



Plusieurs éléments provoquent chez moi un élan de tendresse, comme beaucoup d’entre nous (et je parle principalement pour les femmes) deux enfants qui s’embrassent me font tendrement sourire rolleyes , un "vieux" couple qui se promène encore main dans la main, m’évoque des pensées tendres timide , un ciel bariolé de mauve, rose et orangé en été me donne des envies de tendresse aime , mais plus que tout, ce qui provoque chez moi le désir d’être tendre, douce et attentive avec quelqu’un, ce sont ces personnes qui souffrent énormément, mais qui toujours, quoiqu’il arrive affiche un moral et une humeur joviale. Je ne les aime pas , parce qu’ils se cachent, non, je les aime parce qu’ils se battent et que toujours ils continuent de rêver... Et cet élan de tendresse que j’ai pour eux arrive à son apogée, quand au détour d’un regard ou d’une parole, ils s’ouvrent et vous laissent découvrir, à vous, à vous qu’ils estiment suffisamment forte et rassurante, ce qui chaque jour les engloutit...

Ce sont ces Humains là qui reçoivent toute ma tendresse...


La marquise ... rivière d’amour... et de tendresse !!
Jeu 12 Fév 2004, 14:13 par la marquise de sade sur La séduction

C'est pas toujours aussi beau

Déja dans un premier temps bien mon salut à tout le

J’ai lu avec attention les posts dans cette rubrique. J’ai été agréablement surprise mais je voulais quand même rajouter quelques petites choses.

Toutes ces histoires d’amour j’y ai cru aussi. Room, mp, mail, sms et les heures passées au téléphone (d’ailleurs vla les factures tsur ) .J’y ai cru une première fois puis une deuxième et une troisième. Après j’ai dit ça suffit. Car même si il y a eu de bons moments je crois que le retour à la réalité n’en a été que plus douloureux. Si j ai des regrets ? oui énormes, car en fait ce qu il ne faut pas oublier de dire c’est que la plupart du temps sur le net on trouve des hommes d’un soir et quand ils vous complimentent en mp il faut savoir qu’à côté il y a d’autres mp dans le même style. Je ne dis pas que tous les mecs sont comme ca car j’ai bien eu des copains qui pleuraient car il s’étaient fait avoir aussi.

Je dis ça pour les gens qui ne sont pas habitués aux tchats. Les histoires précédentes sont très belles et je suis contente pour ces internautes mais n’allez pas croire que vous trouverez forcément l’homme de votre vie sur internet.

Bon j’espère que vous m’en voudrez pas trop ouin mais j’avais besoin de le dire.
Mar 10 Fév 2004, 21:13 par pyjama sur Amour internet

Mon Homme-oiseau

Tu sortais de ta douche, ruisselant de milliers de gouttes d’eau, tu t’es ébroué et c’est là que je l’ai vue, planant doucement, flocon immaculé.
Subrepticement je me suis penchée pour la ramasser.
Au creux de ma main, elle reposait duveteuse et frémissante, j’avais trouvé une plume de tes ailes.
Tu me caches ton état d’homme oiseau mais l’amour ne laisse que peu d’ombres dans mon cœur de femme amoureuse.
Je l’avais deviné dans tes errances, dans cet appel auquel tu réponds sans détour.
Alors tu rejoins ceux qui ont pour toit le ciel, pour patrie le .
Tu te fonds dans l’azur qui de sa couleur donne le ton à notre planète.
Jamais je ne ferai de mes bras un lieu fermé, même si je ne dois avoir de toi que ta voix.

Bisous
Isabel coeur
Sam 07 Fév 2004, 16:03 par Isabel sur L'amour en vrac

Pour ma douce !

Viens, viens, viens contre moi,
Et tout doucement colles ta peau
Tiens, tiens, voila de l’émoi
Simplement, je veux que ce soit beau.

Encore, encore, encore je le veux,
Que pleine de désir, tu te donnes à moi
Toujours, toujours, pour nous rendre heureux
Qu’on s’aime, se prenne, mille et une fois.

Gemit, gemit, gemit de tes yeux
Et dis dans un souffle, combien tu aimes ca
Cries, cries et tire mes cheveux
Quand vers l’extreme nos pas vont par là.

Dors, dors, dors ma chérie
Dans un sommeil d’Ange, que tout le t’envie
Et reve, reve comme tombe la nuit
D’une étreinte sans tréve, d’un amour sans merci.
Lun 02 Fév 2004, 17:15 par PetitPrince sur Les liaisons sulfureuses

Livres - Un instant de Bonheur

Un instant de bonheur

    "On aurait envie que tout cela se passe sur un bord de mer, qu’il y ait des cris de mouettes, du flux et du reflux, des amants qui courent sur une plage avec un chien et un cerf-volant. Qu’il y ait encore une odeur de gaufres mêlée à celle de l’iode et de l’eau, des cabans qui se boutonnent et des hôtels comme des paquebots avec les volets clos. Que ce soit un somptueux jour d’hiver avec le tout autour de ce décor de vagues et nous, à l’intérieur, pour se dire que rien ne vaudra jamais cet instant, même les diplômes, même les décorations, que rien ne viendra contredire cet instant et effacer l’illusion du bonheur à venir, d’un bonheur à prendre, car il est là, n’est-ce pas, dans son sarcophage d’or et de transparence, afin que chacun y puise une once d’espace et de temps, et dise ensuite à ses parents, à ses enfants, à ceux qui écoutent et sourient, prêts à partager, dise à ceux-là et même aux affreux-méchants-arrogants, je peux en parler, je l’ai trouvé : c’était un jour d’hiver, sur une plage, il y avait des mouettes de cinéma, des cabans et des hôtels morts..."

Yves Simon
    peut-être l’amour réincarné en homme
Sam 31 Jan 2004, 22:43 par Ri1kedesBêtises sur L'amour en vrac
Page 31 sur 33 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 30, 31, 32, 33  Suivante

Ecrire sur monde

Ecrire sur monde Re: Proverbe chinois - Le coeur, Pas de frontière, Hymne à la séduction..., le grand cirque, à bien vite mon éternel, Cas de concscience..., Le plaisir de la marquise, Une réponse., Avez vous déjà gouté au thé au Jasmin ?, In the muddy banks, Re: le jeu de la vérité : question 4 ..., C'est pas toujours aussi beau, Mon Homme-oiseau, Pour ma douce !, Livres - Un instant de Bonheur,
Il y a 493 textes utilisant le mot monde. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Les caresses sont aussi nécessaires à la vie des sentiments que les feuilles le sont aux arbres. Sans elles, l'amour meurt par la racine.

Nathaniel Hawthorne.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 18 Mai 2024, 23:31
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 46 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 46 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite