Ces petits mots...

Avec tous ces petits s,
Qui s’alignent sur ta peau,
Avec tous ces grands frissons,
Dis, on se pose pas de questions.

Une soirée dans un pré, éclairés d’une bougie,
Les rossignols martèlent de leurs chants,
Sifflent goulûment à la vie, déchirent la nuit.
Le temps, de s’arrêter, fait semblant.

Puis, le début, d’une valse lente,
Un , des rires, les caresses,
Il y a une complicité presque offensante,
Sous ces instants de tourmente.

Tu me prends la main, car ce soir,
Oui, tu vas me faire découvrir ton endroit à toi,
Ile secrète, ta cabane au fond des bois,
Ton lieu de solitude, ta cathédrale de désespoirs.

Nous marchons dans les herbes, les obstacles évitons,
Ta voix est calme, déterminée, tu me tiens fort la main,
Nous arrivons dans ton antre, ton boudoir à toi,
Les rais de lune auréolent cet endroit.

Cette clairière, au milieu des bois, isolée,
Et cette cabane, fière d’y trôner.
Nous escaladons, arrivons sur le foin, cela sent bon,
Il fait presque tiède, et pourtant, nous tremblons.

Sur ma tempe ta main, tendre, étonnée,
N’a cesse de m’arracher
A cette douce torpeur,
A cette envie de cocon tendrement enlacés.

Avec beaucoup de douceur et de fermeté
Ta main parcourt sur moi, la nuque, le cou,
Je sens ta chaleur, je te sens me convoiter,
J’aime ces s, leur force, ils sont doux…

Ta main se fait de plus en plus expérimentée,
Sur mon dos, dessine des cercles entrelacés,
Je savoure, me laisse séduire par tant de talent,
Mon corps, hypnotisé, répond à tes douceurs tendrement.

Ces minutes semblent durer à jamais,
Rien ne bouge, pas un bruit, la nuit est comme arrêtée
Ces frissons montent , prennent leur temps,
Comme sous ta main, mon corps se fait docile, captivé.

Je t’encourage par des soupirs impossibles à réfréner,
Et, lentement, nous nous laissons glisser,
Vers les sulfureux délices
Et de leurs formidables abysses….

(Ce qu’il s’est passé ensuite, la question vous vous posez !
Ces instants trop intenses ne vous seront pas contés !
Ils sont gardés, en secret,
Tout au fond de mon jardinet….!)

De notre coma idyllique peu à peu,
Nous reprenons nos esprits,
Étonnés quelque peu,
De nous trouver ici….

Le silence, puis, peu à peu les bruits de la nuit,
Du foin dans les cheveux, tu souris,
Pas un , dans ce silence quasi-absolu,
Nos muscles engourdis, nos corps repus.

C’est un soir de plein lune,
De question aucune….
Un moment d’intense tendresse,
Et de terribles confesses…

Balade nocturne, entremêlée de frissons….
Avec tous ces petits s
Ainsi que cette ponctuation,
Qui peu à peu… s’éteignent sur ta peau…
Lun 26 Avril 2004, 23:52 par à mon étoile sur Les liaisons sulfureuses

L'avorton continue...

Ne pas suivre la masse,
Qui n’affronte pas ses peurs,
Ne pas tomber dans la nasse,
Et instamment vivre l’heure !

Prendre tes sens à ton corps défendant,
Gouter ta beauté remplie de péchés,
Et te dire sans nul offensant,
Combien il fait bon dans tes bras d’aimer.

Viens, viens, attrape-moi la main,
Regarde devant toi, ne te retourne pas,
Nous allons où c’est beau, tu verras c’est pas loin,
Viens, nous partons, et tu pars avec moi !
Mar 20 Avril 2004, 21:51 par PetitPrince sur L'amour en vrac

Et si...

Et si... je laissais la folie guider mes pas
Si je perdais la raison pour franchir ta muraille
Si je vivais mes s, oubliant que je ne dois pas
Si je te laissais me consummer comme un feu de paille...

Et si... j’empruntais le chemin qui me mène à toi
Si tu ne retenais plus tes envies
Si je te disais ce que je pense tout bas
Si par mes aveux je te détruis.

Et si... tout était plus simple
S’il suffisait d’un , d’un regard
Si mon corps devenait ton temple
Si le vouloir nous amenait sur un quai de gare

Et si... nous bravions les peurs
Si demain nous gommions le passé
Si pour une fois ça n’apportait pas la douleur
Si ensemble nous franchissions le fossé

Et si...
Mar 20 Avril 2004, 01:03 par la marquise de sade sur L'amour en vrac

C'était en juin....(suite)

Voilà
T’es parti et je suis là
Connais-tu le cri de l’arbre qui a perdu son ombre ?
Sais-tu ce qu’est ma vie dans le sombre ?
Imagines-tu un instant la sensation de vide incontrôlée,
Entends-tu cette souffrance immodérée ?
Pleures-tu aussi dans ton cœur ?
Est-ce que les images de ce court bonheur
Te remontent dans la tête intensément ?
Je suis un nuage sans ciel
Une étoile perdue, oubliée,
Un vent sans arbre sur qui se poser,
Une abeille triste dégoûtée du miel.

Demain le jour ne se lèvera plus
Des oiseaux, leur gazouillis je n entendrai plus
Plus rien autour de moi
Ne réveillera aucun émoi

T’oublier, tourner la page, recommencer,
Vivre, se battre, ne pas tomber,
Retenir en terme de sentiments
Mes s, mes pensées, et paradoxalement,
D’être honnête, continuer….
Cette hémorragie du cœur arrêter….

T’oublier, ce n’évoque rien
T’oublier, ce n est pas rien
T’oublier, zapper, ne pas se rappeler
T’oublier, que dans ma vie tu es passé
T’oublier et que de toi je suis dépendante….
T’oublier et que de moi, je suis défaillante….
T’oublier et que de nous savoir que nous existons
T’oublier et que des adultes nous ne serons….
C’est au dessus de mes forces, je suis épuisée
Il m’est insupportable l’idée que cela cesse
Torturée au plus haut point de ma faiblesse
Putain, pourquoi ça a commencé….

C’est au dessus de mes forces, je t en prie
Faut pas qu’on s abandonne
Y’a eut maldonne
J’ai certainement pas compris

J’ai jamais voulu de cette vie là
Jamais pensé que ça m arriverait comme ça
Jamais imaginé que tu me laisserais là
Jamais souhaité avoir autant besoin de toi

Je pleure des larmes de vent
J’insulte les vivants
Je hais cette vie sans toi
Ma place n’est plus ici : errance dans le désarroi
À la recherche de cette raison, à toi
C’est impossible, je n y crois pas
Refus de la réalité
C’est trop difficile
Je ne peux accepter
Tu as visé dans le mile
En plein dedans, pas à côté
Dim 18 Avril 2004, 22:59 par à mon étoile sur L'amour en vrac

C'était en juin....

Absence
Création du « insoutenance »
Je suis vidée de toute cette errance
Aide-moi, emmène-moi
Dans ton dos derrière toi
Cette dernière tolérance
Ce besoin de défaillance
Cette inéluctable connivence
Cet insoutenable délivrance

Je ne suis qu’onomatopée,
Face à ce silence
J’existe en pointillé
Face à ton absence

J’implore de toi, ta délicieuse
Imprévision, ton étonnant
Pouvoir de facilité
Ton toi, ton rire, ton âme incontrôlée
Fais-moi signe, je suis d’une fragilité
Digne de l’arc-en-ciel, riche en sentiments
Regarde-moi, je suis prodigieuse…

Laisse-moi tes s, tes phrases abrégées
Enivre-moi de cette douce volupté
Emmène-moi au pays des étoiles nées
Et de leur incroyable destinée.

Emmène-moi loin de tout cela
Laisse-moi croire à ça
Laisse-moi y croire, j en ai besoin
Vivre au loin
Ensemble même longueur d’onde
Vite, n’attendons pas que le monde
Reste sur ce canal
Quelque peu banal

L’un sans l’autre
Impossible, violence dans mes s
Que veux-tu que j’y fasse…. Nous sommes l’autre.….
Toi sans moi, souffrance soubressaut
Besoin de toi, mon doux, mon tendre, mon château….

Besoin de toi, chaleur, tendresse, complicité
Envie de rire, de chahuter, de pleurer
Etrange sensation de liberté
Des nuages se moquer….
Avec la pluie se laver

Il me faut toi
Il me faut ton toi, ton âme, tes rires
Il me faut, en soi,
Qu’un irrésistible besoin de parcourir
Cette vie avec toi…..

Écoute-moi, regarde-moi
Je sens les choses, je les vis
Entends-moi, accompagne-moi
Aide-moi, je t’en prie……
Je t’aime
Dim 18 Avril 2004, 22:57 par à mon étoile sur L'amour en vrac

Interrogation

manque les réponses à mes questions,
manque les s en terme de sensations,
manque une vie, une autre, une mieux
manque un , une phrase, une rime à envieux,

dis-moi, est-ce possible de conjuguer
à plusieurs êtres le verbe aimer ?
dis-moi, est-ce possible de s’envoler
vers des cieux magiquement constellés ?

je naviguais dans un monde d’ombres
j’y ai trouvé, j’y suis restée, dans le sombre...
et soudain une lueur, une clarté
comme si tout pouvait s’arranger....

est-ce aussi simple pour toi ?
quels ressentis envers moi ?
est-ce aussi douloureux ?
le fait d’être enfin heureux ?

le coeur qui bat la chamade,
mais non, pas une boutade,
triste réalité
de nos vies croisées...

en fait, tu sais, j’ai trouvé une sorte d’explication
à ma vie, le pourquoi je suis ici : je suis en mission
mission d’amour
mission sans détour....

pourquoi à chaque battement de cil
pourquoi je serais trop sensible ?
pourquoi en terme de sentiments
pourquoi j’en ai besoin, je le sens....

la vie nous réserve encore des évènements,
des doux, des tendres, des beaux, des violents,
pour quelle raison j’arrive à aimer
plusieurs âmes, à en crever ?

tu vois, que d’interrogations
nombreuses questions,
auxquelles je ne trouve de réponse
et dans ma tête une voix me dit : vas y fonce !

alors bon, virtuellement, c’est incroyable
même connection mentale, c’est effroyable...
de nos délires nous avons dérapé
vers quelque chose que je ne puis exprimer...
Dim 18 Avril 2004, 18:58 par à mon étoile sur L'amour en vrac

Retour insipide...

Il fallu bien en parler un jour
Se rappeler, se souvenir
De tous ces détours
Illuminés par les rires…

Voilà trois ans,
Pas moins tentant
Que j’aimais…
T’admirais…

Echange de s,
Echange de rêves,
Assassinat de sots,
Assassinat de trêves…

Il a bien fallu commencer
Un jour, trépasser.
Il aura bien fallu finir
Un jour, tout se dire.

Milles et une nuits
Sur le net à détruire
L’éducation de ma mère
Qu’elle avait mit tant de temps à faire naître…

Des dizaines,
Des centaines,
Des milliers,
De « je t’aime »…

Qu’il n’est pas bon d’être enfant
Qu’il ne vaut pas mieux d’être adulte…

Voilà deux ans,
Pas moins effrayants
Que l’on se regardait...
S’admirait…

Mélange de sens,
Mélange d’envie,
Parfum intense,
Parfum de vie…

Troquer les s pour les rires,
Dealer les doctes pour frémir,
Vanter l’amour et le sexe
Briser nos tours, et tu te vexes…

Le temps passe,
Les corps s’échauffent
Les caresses se tassent
Et s’effacent…

Et d’une,
Et de deux,
Et de trois,
Encore cette fois…

Qu’il n’est pas bon d’être crédule
Qu’il ne vaut pas mieux d’être certain…

Voilà un an
Qu’il était temps
D’en finir…
De souffrir…

Les chemins se croisent
Nos regards se toisent
Nos mains se serrent
Et nous privent de nos serres…

Elle me raconte encore vos ébats,
Il te raconte toujours mes trépas,
Il a bien fallu tirer un trait
Et garder nos besoins au frais…

Les rêves sont morts,
Nos espoirs ont eu torts…
Que peut-on faire
A part ne plus nous taire ?

06…
03...
4 Allée…
Des adresses effacées…

Qu’il est si agréable de se souvenir
Qu’il est encore plus doux de m’endormir…

On se brise,
On s’excite,
On se mort,
Toujours plus fort…

Parfois on s’aime,
Souvent on se déteste…
Parfois on se sème,
Souvent on teste…

Un jour de doux,
Une nuit à se chercher des poux…
Un jour de dispute,
Une nuit à jouer sous nos huttes…

Qu’il est bien bon, de savoir qu’au fond…
Le net a des avantages, que l’on partage…
Qu’il est précieux de comprendre qu’au pieu …
Il faudra quand même mieux se regarder dans les yeux…
Mar 13 Avril 2004, 12:06 par Rose sur Amour internet

Souvenir d'empire...

La Marquise de Sade a écrit:
Quelle chose la plus incongrue vous a le plus séduit chez une femme/ un homme?


La chose la plus déplacée... La moins conforme aux us et coutumes... La plus délirante face au savoir-vivre...

Pour ma part... Quelque chose de voletant... Bien plus que des mots poétiques, qu’un pas de danse classique, qu’un sourire magique, qu’un regard subjectif...

Quelque chose qui nous prend tous pour la savourer à travers les temps... La capacité de s’évader, de s’envoler loin d’un monde emprunt de règles, quelque chose qui m’emporte pour ne jamais plus me poser.

En un ... le bonheur de rêver et de satisfaire ses rêves. Emporter avec soi, dans son monde, toutes les personnes trop terre à terre pour se rappeler qu’elles ont été jeunes, qu’elles ont lu les contes de fées, qu’elles ont espérer avant de vivre comme des machines... La possibilité de se sortir de la terrible vie du "5 à 7" !

Pouvoir se croire ange, ou fée, ou princesse, ou roi, enfin... Se créer un monde et le mener à terme, faire naître ses ailes et se poser la nuit sur une île déserte...

Elle peut ne pas paraître incongrue cette chose que je trouve charmante... Mais de ce que l’on me dit quand on regarde la vie de rêves de quelqu’un... J’ai bien l’impression qu’il s’agit d’une espèce menacée, juger de haut simplement car elle applique les règles de ses envies, et non plus celles du monde...

Peut être finalement... Est-ce tout simplement... Une personne utopiste qui me charme... ahmoui En tout cas... Une chose est sure... C’est qu’elle doit être fort incongrue pour agir de manière non conforme...
Lun 12 Avril 2004, 16:35 par Rose sur La séduction

osmose, si l'on savait...

Ce qui peut me faire craquer, en fait c’est quelque chose qui n’est pas vraiment explicable, quelque chose que je n’ai encore jamais réussi à exprimer.

C’est comme la tourterelle sortant du chapeau du magicien, un petit truc magique qui se produit, à la fois incompréhensible et subjugant.

C’est une connexion qui se fait, de par les auras réciproques.
Un regard qui va lancer la machine, un sourire, un , des gestes.

S’en suit souvent un jeu de séduction, de part et d’autre, comme pour confirmer, affirmer cette connexion.

Des jeux de fuite, de rapprochement, qui échauffent les esprits, les corps.

Ne sachant l’expliquer, j’appelle cela, une osmose des sens, on ne peut y échapper lorsqu’on la croise, on ne peut s’y dérober, elle est là et immanquablement, en l’autre elle nous attire.
Dim 28 Mars 2004, 15:47 par Ri1kedesBêtises sur La séduction

un 14 juillet à Paris

Nous sommes descendus à Louvre-Rivoli. Le soleil qui inondait Paris nous avait décidé à flâner au gré de nos envies. Face à toutes les merveilles qui s’offraient à nous, nous avons hésité. Puis opté pour les bords de Seine tout proches pour démarrer notre ballade. Le lieu d’arrivée était connu : la gare Montparnasse. Un train m’y attendait en fin d’après midi. Le parcours jusqu’à ce point n’avait qu’un guide : notre curiosité.

Nous voilà donc tous les quatre à déambuler sur les bords du fleuve. Le soleil qui reflète à sa surface lui donne un aspect lisse et brillant, inhabituel pour ces eaux saumâtres. Il y a là un couple d’amis, toi … et moi. On s’est connu à l’université. La vie nous a séparé mais les liens sont restés. Nous essayons de nous revoir aussi souvent que possible, malgré la distance et le temps qui passe. Autant le dire tout de suite, il y a longtemps que tu ne me laisses pas indifférent, même si je n’ai jamais osé te l’avouer.

Nous progressons sur les berges. Nos deux amis main dans la main et nous deux, l’un à coté de l’autre, si proches et si éloignés pourtant. Je me dis que la vie est nulle en géométrie, que notre petit groupe serait plus symétrique si mon bras entourait tes épaules dévêtues. De temps à autre nous nous éparpillons pour laisser passer un jogger du dimanche matin ou un roller man trop pressé. Dans ces moments là j’ai l’impression qu’on me bouscule, qu’on m’agrippe pour me séparer de toi. Je voudrais tellement sentir ta peau contre la mienne. A ce moment là je ne sais pas que quelques mois plus tard cette peau du désir ne prendra pas à la greffe amoureuse. Le rejet sera brutal et froid. Chirurgical. Ce jour là je ne savais pas que le début de ce récit serait la fin de notre histoire…

Déjà le Pont Royal et une envie de passer de l’autre côté (nous avions la veille fait honneur de notre présence aux jardins des Tuileries). Sur les hauteurs du pont, l’horizon dégagé nous impose un arrêt. L’impression de flotter au dessus du fleuve et de pouvoir ainsi glisser de monuments majestueux en merveilles architecturales, est grisante. Nous ne parlons plus, nos huit yeux regardent loin devant eux. Quelle chance d’être là ! … là et ensemble. Au bout de quelques minutes d’irréalité nous étions prêts à reprendre notre chemin. Mais, après quelques pas, nous nous sommes aperçus, tous les trois, que tu ne nous suivais pas. Tu étais restée là, accoudée à la rambarde, le regard lointain …tu semblais tellement perdue dans tes pensées que tu ne t’étais même pas rendue compte que nous partions. Je me disais alors – j’espérais – que tes tourments étaient proches des miens, que tu fustigeais la vie de sa maladresse, que tu maugréais contre moi de ne pas te prendre dans mes bras, là, maintenant, tout de suite ! que tu me haïssais de ne pas te dire que je t’aimais …mais vas y, bon sang ! Qu’attend tu pauvre fou ? Je ne savais pas à ce moment là que l’amour pouvait faire rêver à des choses impossibles, faire croire accessible l’inaccessible, transformer un geste ou un insignifiant en un soupçon de passion enflammée. L’amour rend aveugle dit-on. Il peut aussi améliorer la vue, en vous faisant voir des choses qui n’existent même pas en réalité
Dim 21 Mars 2004, 23:02 par la_tulipe_noire sur La vie à deux

Evasion ...

Du haut de ses dossiers, étouffant dans sa vie bien rangée,
Il est apparu un soir comme ça, comme un étranger.
Ses habitudes, ses regrets, sa vie tout bien classé
D’un sourire, d’un , d’une phrase j’ai fait voler.

La monotonie, le luxe, la facilité
Toutes ces choses qui le font regretter
De ne plus avoir 18 ans et d’encore oser
Pour une nuit dépasser la morale imposée.

Ses faux airs d’acteur engagé
Ses lunettes et ses cheveux poivrés
Ses vêtements impeccablement repassés
Témoins de l’apparence qu’il s’est donné.

Pourtant dans un petit coin de son esprit secoué
Quelque part entre ses doutes et ses phrases latinisées
Un enfant de 15 ans vient pres de moi respirer
Le sourire attendrissant, la mine enjouée.

Peut-être un jour ou une nuit étoilée
Par un déposé par un livreur égaré
Un parfum ou un livre illustré
Il me dira " devine_qui_vient_diner_..."



La marquise... gardienne de grands enfants
Ven 19 Mars 2004, 23:45 par la marquise de sade sur Un monde parfait

Sur l'envie de festin...

Je voulais juste donner mon impression sur ce texte.
Je le trouve tout simplement sublime, empli de chaleur, captivant
en un superbe... ouin

Au plaisir de relire de telles compositions que je n’ai pas le talent d’ecrire moi même.
Sam 13 Mars 2004, 14:55 par MaStErGrAhAm sur L'amour en vrac

Comme son nom l'indique ...

Lissa c’est pas le seul nom qui danse dans mon esprit
Prétendre le contraire ce serait faire preuve de mépris
Et pourtant … d’elle mes mots se sont épris
Et je prie chaque jour pour que je puisse au moins une nuit partager sa vie
Mais des kilomètres par milliers nous séparent
Et ma tristesse seul internet la répare
Car chaque que tes doigts dessinent sur ton clavier
Illumine ma vie comme si dans le ciel il y avait des soleils par milliers.
Si je rêve en silence
C’est parce que je ne veux pas que tu connaisses l’offense,
Pas envie de te faire de fausses promesses,
Briser la confiance juste pour une histoire de fesses.
Et si le diable est en moi et qu’entre chaque rime il danse,
C’est parce que je suis un mâle sans elle et que j’ai mal en son absence,
Elle ? c’est la Tendresse, elle porte tous les noms mais ce soir s’appelle Lissa,
C’est pour toi que j’ai écrit ce poème afin que tu saches que, même si ce n’est qu’un peu, je tiens déjà à toi
Alors à défaut d’être amants soyons amis et soyons-le sincèrement
Sans autres intérêts que nos bonheurs et pourvu que cela dure éternellement…
Jeu 11 Mars 2004, 21:51 par Laurent sur Amour internet

Ode, ode, ode ...

Etreintes si passionées
N’auraient su autant la combler !

Gorges profondes
Et caresses insolentes
Mourant en longues agonies
Impies et foudroyantes.
Sexe, oh oui !
Sexe, encore !
Avec ce à la bouche
Narguant tous les Papes et
Tuant tous les Rois !
Ven 05 Mars 2004, 15:40 par PetitPrince sur La séduction

Traverser

A ces innombrables visages, ces amours, ces amis,
A ceux là avec qui on a bouffé un peu notre vie,
A celles là qui ont partagé un peu notre lit,
A tous ceux qui ont traversé notre vie !

A cet ami d’enfance, parti on ne sait quand à l’adolescence,
A ce copain d’armée, on ne sait déja plus où il est,
A cet ami de fac, qui prend la route des perdus à jamais.
Comme tout les autres, tristement oubliés.

A cette amie, cette amante, la première,
A cette autre, qui nous a repeché lorsqu’on se noyait,
A celle ci même qui vient déja de nous quitter.
Comme toutes les autres, amérement oubliées.

A ce fidéle toutou, qu’il fallut un jour condamner,
A cet amour de matou, qu’il fallut aussi "liberer",
A cet innocent qui compris à la fin ce qu’etait le aimer.
Comme à tout les autres, pardon, pardon, pardon !
Jeu 04 Mars 2004, 23:17 par PetitPrince sur L'amour en vrac
Page 15 sur 16 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 14, 15, 16  Suivante

Ecrire sur mot

Ecrire sur mot Ces petits mots..., L'avorton continue..., Et si..., C'était en juin....(suite), C'était en juin...., Interrogation, Retour insipide..., Souvenir d'empire..., osmose, si l'on savait..., un 14 juillet à Paris, Evasion ..., Sur l'envie de festin..., Comme son nom l'indique ..., Ode, ode, ode ..., Traverser,
Il y a 238 textes utilisant le mot mot. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour se peut appeler une sauce, propre à donner goût à toute viande.

Bénigne Poissenot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 20 Juin 2024, 20:57
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 33 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 33 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite