Re: La belle âme

Je pensais pas qu’un jour les go s’écrouleraient sous le poids de mes
Et le jour où je saisis leur importance dans leurs danses je suis devenu un salop
Les histoires de coeur ont brisé la magie de la séduction
Voulaient de moi tout mon miel sans aucune modération
La lassitude prît le pas chaque fois
Et du salop je pris le rôle du goujat
En me débarassant de ces moments pénibles pour moi
Un vrai gangsta en amour mais tu sais comme moi comment un jour ça finira
Je tomberai sur Elle et jouera avec moi comme je l’avais tant fais autrefois
Lun 08 Mars 2004, 19:41 par Laurent sur La séduction

Le petit médecin

Je suis un petit médecin de forum, visitant ses patients s’inquiétant de leur santé.
Ceux dont je m’occupe sont des bouts de texte, tout petits.
Et ces malades attendent mes tournées pour se faire soigner.

A ceux qui ont du mal à respirer, je leur prescris de l’espace.
Et ceux qui sont apathiques, je les fais s’interroger et s’exclamer.
Pour ceux qui claudiquent, je les rassure sans les juger.
Tout ceux dont les souffrent de dyslexie, sont immédiatement guéris.
A ceux qui se sont foulé une consonne, je leur fournis une attelle.
Je regonfle aussi le moral de ceux dont les majuscules furent oubliées.
Enfin, les ayant trouvés en venant, je rend leurs accents à ceux qui les avaient perdus.

Je suis un petit médecin de forum, qui soigne tout ceux qui seront lus.
Sam 06 Mars 2004, 11:50 par PetitPrince sur Un monde parfait

La belle âme

Ami, aiguisons ainsi nos et nos idées,
Comme les jeunes lions apprennent en jouant,
Et de cet echange de pensées bien rimées,
Nourrissons notre âme de beauté et d’enseignement.
Jeu 04 Mars 2004, 09:09 par PetitPrince sur La séduction

Un matin emprunté de tes mots

Si mes font de Petit Prince un grand Roi
C’est parce que chacun de ses pincent là où d’autres n’ont pas su donner ce résultat,
La séduction, on comprend mieux ce que c’est une fois séduit soi-même
Ta démonstration ne m’a pas laissé indemne,
Et quelle bénédiction d’être tombé ce matin sur ton poème
Car je m’attacherai les services de tes termes
Afin de ne pas laisser partir toutes ces demoiselles
Nues, sans revêtement de la séduction, le soir chez elles..
Je veux que lorsqu’elles regarderont le ciel
Se rappellent de moi comme les fleurs appellent le soleil..
Jeu 04 Mars 2004, 08:43 par Laurent sur La séduction

Le roi Désir

Que voila en quelques mot bien léchés,
La précieuse explication de ce trouble,
Qui laisse certains sur le pavé,
Tandis qu’un instant l’amour les double !

Désir, toi puissant Roi et décrié Bandit,
Regnant en brave, sans foi ni loi,
Sur ces de voleur des milles et uns lits
Je crie ta force, car par toi je vis.

Amours bonheur, amours malheur
Sanglots lointains, et tristes pleurs,
Amour un jour, amour toujours
Furent mes princesses, de ce seigneur !

Quand pour ce roi, il fallut prendre reine,
Celle qu’il choisit sentant bon la passion,
A la fois puissante, toujours belle et sereine,
On lui donna pour nom, celui de Séduction.

Depuis, moults trouvères, à force galipettes,
Font éloge à la cour de ce Roi malhonnète,
En traquant cet amour de leurs de poetes,
Et priant le plaisir de leur tomber sur la tête.
Jeu 04 Mars 2004, 00:12 par PetitPrince sur La séduction

En panne...

En panne de verve ? Nos muses étaient-elles malades ? Où en vacances ? A moins que l’envie ne se soit tarie ...

Toujours est-il que ces temps-ci nous avons plus volontiers livré les des autres, citant les textes de leurs chansons, ou joutant avec leurs citations, que laissé couler l’encre de notre propre création. Tout est bon, certes, mais ce que je prefere entre tout, c’est vous !

Encore quelques jolis textes , et je lance la machine à Opus! Alors si le coeur vous en dit, c’est le moment de corriger vos fautes, et de rediger vos ultimes posts...
Dim 29 Fév 2004, 19:40 par PetitPrince sur Edito

Sur ta piste aux étoiles

à V.

Sur ta piste aux étoiles.

En équilibre sur ton fil,
Souvent tu me contes les phobies
De ce chemin si difficile
Qui encombre ta vie.

De pas en pas, de ne pas... en ne pas...
Tu luttes puis baisses les bras.
Ta perche touche le sol
Redresse-toi et vole.

Mes filets te recueillent
Ma douceur pénètre ton deuil
Ton costume se déchire
Prends et respire.

J’ai souvent peur d’en faire trop...
D’entrer dans la loge interdite
De violer ton âme, tes
De ne pas comprendre cette vie maudite.

Toi ... tes sarcasmes, ton grimage
Ton spectacle d’illusionniste
Ton esprit sans visage
Qui se cache au centre de la piste.

Moi... spectatrice de ton desespoir
Assise au milieu du public
J’attends que tu reviennes un soir
Que tu me rejoues la scène du comique
... celle du petit clown noir

La marquise de sade ... une étoile dans la nuit
Sam 28 Fév 2004, 17:03 par la marquise de sade sur Un monde parfait

education tendre

Maman? C’est quoi la tendresse?


La tendresse mon fils, c’est quand ton coeur s’enivre à ses .
La tendresse mon fils, c’est quand tes se libèrent à son contact.
La tendresse mon fils, c’est quand la vie t’apparait comme unique
La tendresse mon fils, c’est quand tu me souris
La tendresse mon fils, c’est quand je t’aime
La tendresse mon fils, c’est quand mes mains nous caressent
La tendresse mon fils, c’est ici, quand mon coeur, mes , ma vie, tes sourires, mes je t’aime, mes mains se livrent.
La tendresse mon fils, c’est ici, et c’est partout.



La marquise... une âme tendre
Sam 28 Fév 2004, 15:10 par la marquise de sade sur Un monde parfait

à bien vite mon éternel

Mon cher et tendre partenaire,

Encore une fois tu m’as trompée, encore une fois tes mains ont caressé d’autres contours que les miens, tes yeux ont croisé un regard différent du mien, tes ont fait rêver une autre que moi, ton corps a submergé un autre espace que le nôtre...

Nous nous sommes jurés une fidélité éternelle, indestructible, toi le salaud, moi la maîtresse de tant d’autres sales cons. Tu me délaisses? J’irai t’oublier dans d’autres âmes, dans d’autres corps, dans d’autres coeurs, aussi fragiles et purs que le tien.

Je m’endormirai sans toi, je me réveillerai aussi sans toi, j’entendrai ton rire à travers les leurs, leurs larmes seront les tiennes, ils regretteront de ne pas m’avoir quittée dès les premières heures, de ne pas m’avoir fui avant que je ne les possède tout entiers, pour eux demain sera moi, je serai leur quotidien, leur avenir perdu, leurs rêves, leurs espoirs, leurs fantasmes, la maîtresse parfaite, idéale, discrète, l’amie, la confidente, la mère et l’épouse, le frère et l’enfant. Je comblerai chez eux aussi tout ce que ces femmes de pacotille ne peuvent comprendre, tous ces vides qu’elles veulent envahir, sans même en connaitre le contenu.. C’est plein de choses le vide...
Tu te souviens de nos transes? De ce vide que nous remplissions jusqu’à le faire déborder de jouissance? De ces planètes rien qu’à nous, où la nuit était éternelle ? De ces mondes de mystère que nous percions à grands coups de rires, de paroles, de cris, de soupirs? De ces heures où nos esprits se muaient en un seul et même avenir? Te souviens-tu de tout cela?
Oui, tu t’en souviens... Tu me critiques, me maudits, me détestes, mais tu m’aimes, m’envies, me désires, m’espères.

Va mon petit prince... Va explorer d’autres contrées, d’autres soupirs, d’autres compagnes...
Va te repaître d’autres corps, jouir d’autres plaisirs, rêver d’autres avenirs...
Va... Et reviens moi vite, à moi, ta compagne la plus aimée de toutes, moi ton âme soeur, moi ton demain, moi ta souffrance, moi ta magnifique, moi ton monde, moi ta Solitude...
Sam 28 Fév 2004, 14:32 par la marquise de sade sur La vie à deux

Philologie sexiste

Jean ROSTAND a écrit:
On peut imaginer une humanité composée exclusivement de femmes ; on n’en saurait imaginer une qui ne comptât que des hommes.


Une humanité composée exclusivement de femmes ohhh Si je dois être le seul homme qui reste au milieu de cette horreur, laissez moi un revolver avec une seule balle, de grâce.
On voit ce que donnent les sociétés matriarcales, telles celles des fourmis, des abeilles et des termites, ou encore une simple famille dans laquelle vit plus d’une femme: une horreur dictatoriale bien réglée. Certes ça fonctionne, mais l’amour a complètement été occulté, pour laisser la place à une froideur dominatrice et organisationnelle. Je préfère finalement la dictature des hommes : eux, ont le droit d’être laid et brutal.

Gandhi a écrit:
Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes.


Lui va déjà plus dans le vrai, mais il manque malheureusement encore de maturité. En effet, "(...) l’avenir appartient aux femmes." Ne laisse-t-il pas sous entendre que cet avenir n’appartiendra qu’à elles seules ? J’éprouve à ces la même terreur que dans le paragraphe précédent.

Mais alors après une période de dictature masculine, les femmes vont elles "prendre leur revanche", et imposer cette horreur dont personne à ce jour ne voit l’effroyable portée ouin ?
Le retour à l’equilibre se fera-t-il en passant d’abord par l’exces inverse ?
Espérons plutot que ce sera l’intelligence conjointe des deux sexes qui créera une harmonie faite de beauté, et non cette dissonance honteuse dont le spectre plane déja sur nous.

L’avenir n’est ni aux femmes, ni aux hommes, mais à la vie et à l’amour...
Mer 25 Fév 2004, 10:55 par PetitPrince sur Citations

signons l'armistice ....

C’est moi qui ait déclenché ce sympathique conflit, alors pour compenser tous les venimeux qui se sont répandus ici, je m’en vais vous rappeller les paroles d’une chanson, qui à mon avis résument assez bien les liens entre ces êtres ... si différents et si imparfaits certes ...si proches et si touchants aussi parfois confiant

Julien Clerc a écrit:

Quelquefois
Si douces
Quand la vie me touche
Comme nous tous
Alors si douces...

Quelquefois
Si dures
Que chaque blessure
Longtemps me dure
Longtemps me dure...

Femmes...Je vous aime
Femmes...Je vous aime
Je n’en connais pas de faciles
Je n’en connais que de fragiles
Et difficiles
Oui...difficiles

Quelquefois
Si drôles
Sur un coin d’épaule
Oh oui...Si drôles
Regard qui frôle...

Quelquefois
Si seules
Parfois elles le veulent
Oui mais...Si seules
Oui mais si seules...

Femmes...Je vous aime
Femmes...Je vous aime
Vous êtes ma mère, je vous ressemble
Et tout ensemble mon enfance
Mon impatience
Et ma souffrance...

Femmes...Je vous aime
Femmes...Je vous aime
Si parfois ces se déchirent
C’est que je n’ose pas vous dire
Je vous désire
Ou même pire
O...Femmes...


La Tulipe Noire ....A toutes les tendres nymphes de ce forum aime
Mer 25 Fév 2004, 08:35 par la_tulipe_noire sur Citations

signé miossec "le célibat"

Justes sont tes cher PetitPrince ...

Ne plus jamais se laisser surprendre
Ne plus jamais se laisser embringuer
Par des visages tellement tendres
Des visages qui vous font oublier
Tout ce qu’on a un jour pu apprendre
Tout ce qu’on a déjà essayé
Durant de longues nuits passées
Dans des chambres à se vautrer
Sur des poupées
Mais le matin est toujours là pour surprendre
Tous ces visages démaquillés
Qui se cachent pour ne pas tendre
Leur simple vérité
Ne plus jamais se laisser apprendre
Garder pour soi la moindre vérité
Et souffler un froid à faire fendre
Toute aspiration, toute velléité
Faire comme si c’était toujours décembre
Même en plein mois de juillet
Et chaque jour souffler sur les braises
Mais n’aspirer qu’aux cendres
N’être là que pour la baise
Et surtout pas pour les tendres
Mieux vaut toujours avoir un jour à rendre
Qu’avoir un jour à ravaler
Descendre, descendre
Pour ne plus jamais avoir à remonter
Le long de doux tendres
Qui vous donnent la nausée
N’être là que pour la baise
Et surtout pas pour les tendres
Mieux vaut toujours avoir un jour à rendre
Qu’avoir un jour à ravaler
Descendre, descendre
Pour ne plus jamais avoir à remonter
Le long de doux tendres
Qui vous donnent la nausée
S’défendre, s’défendre
Ne plus jamais laisser personne rentrer
Pour ne plus se faire prendre
Pour ne plus se faire voler
Apprendre, apprendre
Apprendre enfin à esquiver
Pour ne plus se faire étendre
Pour ne plus se faire allonger
Mar 24 Fév 2004, 13:56 par la_tulipe_noire sur Amour internet

Au restaurant ...

Une fois de plus, attablé dans une petite brasserie Parisienne, j’attends mes moules frites sans impatience, tout absorbé que je suis à l’observation des autres, ceux qui sont aussi dans ce restau. Et quand ce que je vois vaut vraiment le coup, alors je prends mon petit calepin, et je fais un croquis "littéraire", comme ferait un dessinateur, qui aurait des pour crayons...

Cette fois-ci, c’est un jeune couple qui boit un, puis deux cafés. Ils sont attablés devant, à ma droite et c’est la jeune femme qui me fait face. Brune, un visage fin, en triangle, un nez qui s’exprime surtout de profil. Ses cheveux bouclés me font penser à une crinière, et ses yeux marron sont toujours à l’écoute...de son homme. Lui, il me tourne le dos, comme elle il est jeune. Son profil me parait un peu joufflu, ses cheveux sont gominés dans un savant bordel trés tendance.

La jeune femme a tenté d’expliquer avec une volonté de conviction douce et ferme, un principe d’apnée. Quelque chose à propos de la compression de l’air dans les poumons.
Le jeune homme ne répond pas, un peu absent ou gêné. Elle, elle continue, elle essaye de se faire comprendre. Elle essaye, elle s’empêtre, et... elle s’échoue.

Ca a l’air important pour elle que ce mec la comprenne...

Le deuxième café, est arrivé. Le jeune homme n’a pas l’air d’avoir voulu participer à la discussion de sa compagne. Finalement, celle ci conclu que la personne qui lui avait fourni cette explication etait très forte en pédagogie, que quand on l’écoutait on comprenait tout de suite, etc, etc.
"C’est difficile d’expliquer", ajoute-t-elle, avant de s’enfermer dans un silence plein de réflexion.

Le même, finalement, que celui du jeune homme, qui n’ose pas vraiment la regarder dans les yeux.
Dim 15 Fév 2004, 20:00 par PetitPrince sur La vie à deux

In the muddy banks

à I.

Sur les rives boueuses de mon âme...


Souvent je traîne dans l’océan du malaise...
Alors que d’autres me laissent dans mes pensées vaseuses,
Spontanée, tu me rejoins pour partager l’ivresse,
d’un fragile retour vers des mers plus joyeuses

De je de maux en jeu de ...
Tu tends la main, me lances des bouées de tendresse
D’histoires d’hauts en histoire d’Ô,
Tu me remontes à la surface de la vie

Quand toi aussi tu sombres dans la tristesse...
C’est moi qui me jette alors à l’eau,
Qui poursuis tes fusées de détresse
Pour te faire croire en un monde plus beau

J’ai souvent peur d’en faire trop...
Tout voile dehors, encore plus paraître idiot,
Grisé par les embruns de ton esprit sucré/salé,
Cet enfant de sale eau te faire oublier

Toi...ton sourire de pirate,
Tes yeux en perle des mers profondes,
Ta voix de siréne qui appâte,
Les marins aux amours trop fécondes

Moi...ma fragile barque,
Face aux récifs, mes envies de noyade,
J’espère que toujours tu m’embarques,
sur mon esquif en belles promenades,
...sur ta rivière d’amour



La tulipe noire ...20 000 lieues sous les mers
Jeu 12 Fév 2004, 21:40 par la_tulipe_noire sur Un monde parfait

le jeu de la vérité...question 4

la marquise de sade a écrit:

"Qu’est-ce qui chez vous peut déclencher un élan de tendresse que vous ne pouvez réfreiner?" (dans un contexte amoureux ou ailleurs! )


une bouche gourmande qui demande à être goutée...
des trop tendres sur une voix trop tendre...
des doigts comme des invitations aux caresses...
un regard malicieux au dessus d’un sourire coquin...
un cm2 de lingerie qui déborde...et l’envie d’en voir plus...
un soupçon de peau qui promet un paradis de douceur...
une main qui cherche le désir dans mes cheveux...
une fragrance enivrante qui étourdit les sens...

:aime:

bref tout ça quoi timide
Mar 10 Fév 2004, 12:20 par la_tulipe_noire sur La séduction
Page 45 sur 47 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 44, 45, 46, 47  Suivante

Ecrire sur mots

Ecrire sur mots Re: La belle âme, Le petit médecin, La belle âme, Un matin emprunté de tes mots, Le roi Désir, En panne..., Sur ta piste aux étoiles, education tendre, à bien vite mon éternel, Philologie sexiste, signons l'armistice ...., signé miossec "le célibat", Au restaurant ..., In the muddy banks, le jeu de la vérité...question 4,
Il y a 705 textes utilisant le mot mots. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Ils ne pèchent pas, ceux qui pèchent par amour.

Oscar Wilde.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 10:54
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 29 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite