Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps.
Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:44 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:41 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin. Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde. Elle, elle lit. L’indifférence du monde. Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:41 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée. Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin. Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde. Elle, elle lit. L’indifférence du monde. Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:20 par FB sur La vie à deux

De ta bouche à moi

J’étais allongée dans le noir.
Je dormais.
Soudainement je sentais ta chaleur réveiller mes rêves.
Mes yeux d’un coup ouverts dans le noir de la nuit, tu étais là dans mon lit introduit sous les draps à me caresser tes lèvres contre mes lèvres.
Je te serra très fort dans mes bras quand tes mains m’entouraient tendrement.
INSISTANT à me montrer que tu m’aimais,
j’ai imaginé tes traits et j’ai imaginé en premier lieu quel serait pour moi le visage de l’amour, même si je devais me tromper.
J’en devins aveugle.
DEVIN DE TOI.
DE VIN DE TOI.
QUI? QUI pour moi aurait le sourire idéal de l’amour de ma vie?
Tel un nuage entre mes songes des idées me viennent, un nom aussi, un seul d’abord, celui qui pour moi était celui désiré.
Pour me surprendre, tu retournes mes pensées.
Tu criais tout ton amour comme pour réveiller les sourds et j’ai aimé Tes cris D’amour fou.
T’écris d’amour fou.
Tu avais envie et tu me faisais craquer.
Tu m’excitais volontairement, souhaitant me charmer, me séduire et tu faisais tout pour ça.
Tu faisais tout pour et tu y arrivais extatique.
Je devais deviner ton visage dans les pénombres de ma chambre à présent.
Je devais sentir ton odeur, reconnaître ton parfum parmi mille, celui que tu laisses sur mon cœur, celui qui est tien, celui qui est ta trace.
Mon corps et mon cœur s’emballaient au fur et à mesure.
Au contact de tes gestes, au contact de tes formes, de tes muscles à présent contractés, de ton cœur palpitant si fort qu’il dressait en moi une musique, un battement.
Il battait de plein bruit et je colla mon oreille pour l’entendre comme tu envahissais mes pensées désormais.
Rien ne comptait plus dans ma vie que tes mots murmurés qui m’épousaient.
RIEN ne comptait plus que ce que tu chantais en mon âme enchantée de toi.
Tu fredonnais notre vie, tu l’inventais en un souffle imaginé, et tu la nommais désir.
Nos cœurs battaient tellement forts que la peur ressemblait à l’amour, que l’amour, que notre amour était notre VIE.
Nous ne pouvions plus laisser quoi que ce soit nous séparer.
De ta bouche tu glissais dans la mienne ta langue douce et sauvage, et j’embrassais ta lumière.
Tu dessinais au plafond un ciel, une galaxie, une voie lactée d’étoiles où nous pouvions nous reposer en paix, où l’ardeur était le signe que nous tombions d’amour.
Je sentais ton être de plus en plus, révélé au grand jour,
et je t’ai aimé.
J’ai appris à te lire, j’ai appris à t’aimer,
J’ai appris toi, je t’ai appris,
j’ai appris qui tu es.
Je ne peux l’oublier.
On n’oublie pas, on avance avec nos souvenirs,
et nos bonheurs.
Dim 08 Déc 2013, 14:24 par inlove sur Parler d'amour

Valse

Elsa, Elsa, ton petit cul très pâle et ta petit bouche très vive, tes petits saignements de nez et des flaques un peu partout, et ce soleil qui n’est plus rond, une nuit versée dans les bocaux, aux poches trouées, aux rebords des paupières, sur la peau de fruits mûrs, dans tes mains, là on l’on vient se noyer, et des larmes soudain, comme notes de musique fânées, tombées d’ailes de corbeaux qui croissaient au dessus d’un champ immense,
Très noir,
Très grand,
Où l’on perd sa paille et ses nielles, et ses sonnailles tressées,
Ou l’on contemple l’enchevêtrement des mains fermes,
Rêches,
Où l’on danse pauvrement, pour ce soleil qui n’est plus rond, pour un homme qui ne sait plus chanter,
Et pour une voix qui ne sais plus de chansons.

Elsa, on pourra danser sur des feux indiens, et verser les appétits crépusculaires dans l’aube, où tout rougit, et te réclame, où tout a faim.
Et je ne pourrais pas dormir, parce que j’ai des nuits dissoutes dans un verre d’eau. Alors on a joué a qui tutoie le soleil naissant ;
Et les plaines sans vie, et la neige en manteau,
Ont ôté leurs prépuces à l’herbe et l’hymen aux ruisseaux.
On est retournés dans ces champs,
Ces champs immenses bercés de blés, avec les de rousseur jusqu’au bout des cressons. Et je marchais, je marchais a revers de pieds ; Je te tenais à bout de bras, mes mains vidées,
moites,
Avec des souvenirs de toi placardés au front.
Mes yeux ne peuvent plus voir, Elsa, mes yeux ne peuvent plus voir mes yeux ne te voient plus, et j’ai des petits orages aux mains creusés.

On danse, on valse, on change de mesure, et on change de pied, parce qu’Elsa est morte.
Tu es morte. Et tu es M comme du sable, et tu t’évapores lentement parce qu’Elsa merde tu es morte, tu es morte, je ne te reverrais plus je ne t’embrasserais plus, et on ira plus faire l’amour dans les lauzes et tu es morte, O de rien du tout, d’un grand drap vide qui ne cache plus rien, R du coup de fusil aux épaules, T de la mitraille, et de l’orage qui ne viens pas, E de rien, de merde de rien, tu es morte bordel, tu es morte merde, il faut vite aller arracher les ailes des oiseaux, il faut vite aller éventrer les petits tonnerres, il faut vite aller briser les barrages, boucher les éviers, disperser un peu de suie dans chaque œil, un peu de plomb dans chaque pas, un peu de haine dans chaque joue.

On danse, parce qu’il faut danser.
Je déchire les mesures. Et les sels. Et les poivrières se fanent, terrifiées. Les cosses se brises, les lits se déplient, des familles entières courent vers l’avenue, le ciel noir, un glaviot d’église sur les trottoirs. Je t’aime je crois. Ton cachemire porte ton sexe ; j’ai les yeux bouclés. Alors j’irais près de la mer, les poumons ouverts aux falaises, arracher une a une les lèvres des rochers.
Dim 13 Juin 2010, 10:12 par Boris K sur Parler d'amour

La chambrette

La chambrette.-

Une berçante qui vacille un corps rompu.
La terrible solitude d’un silence morbide.
À peine quelques sons, des pénibles.
L’angoisse de survivre, le pourquoi de l’existence.

Une cécité agonisante, une surdité affligeante.
L’instinct de poursuivre malgré l’impossible.
Et l’horloge continue son tic-tac inlassable.
Le cœur libère l’espoir en un désespoir.

Puis vint le temps où le combat est inutile.
L’âme se déchire indéniablement, souffrance.
L’incapacité de continuer, un mouroir torride.
Charpente inanimé, les secondes essoufflées.

Le rappel d’une vie passée, peut-on s’esclaffer?
S’abstenir ou effacer ses « tiroirs secrets ».
S’engouffrer irrémédiablement dans une impasse.
Mourir tout simplement sans comprendre.
André, épervier
http://epervierlepoete.iquebec.com
Jeu 15 Mai 2008, 00:26 par epervier sur Mille choses

Songe d'une nudité...

La méditerranée
Une eau claire azurée
Et des corps étalés
Vacances de l’été

Quand la belle était nue
La plage était émue
Et quand il allait nager
Vite ‘ils’ s’en approchaient

Sous ses cheveux dorés
Et ses yeux mordorés
C’est en toute insolence
Qu’elle gardait ses distances

Lui il était jaloux
Il leur cherchait des ‘poux’
C’était des hypocrites
Il savait trop leurs limites

Une peau au grain doré
Comment trouver la paix
Devant ce corps superbe
Amour qui s’exacerbe

La belle était flattée
Elle était même pâmée
Son rêve ensoleillé
Songeuse, elle souriait…

Plus tard ils sont rentrés
Et dés après souper
Au jour dernière aubade
Encore une ballade…

Puis dans la nuit profonde
Leur âme s’abandonne
Leurs deux cœurs parlent mieux
En accord silencieux

Si tendre à présent
Après un jour pesant
Dans un ciel plein d’étoiles
L’esprit met à la voile

Plus tard c’est la rentrée
Nudités retrouvées
Leurs deux corps enlacés
Mots d’amour murmurés

Une étreinte puissante
Sur un corps en attente
Monte un frisson radieux
Orgasme merveilleux…

J.R.
Sam 03 Mai 2008, 10:41 par j.r.garou sur Les liaisons sulfureuses

Au delà des mots...


Tu me diras des mots pour apaiser mes maux
Ceux de notre passé, ceux qui étaient si beaux
De ta voix mélodieuse, pour moi douce musique
Qui plaquait des accords sur tes propos caustiques
Ces moments enchanteurs comme de vrais joyaux
Où soudain ton sourire dans mon esprit s’imbrique

Je répondrai les mots que tu aimais entendre
Le soir au clair de lune, ceux qui étaient si tendres
Murmurés à l’oreille à travers tes cheveux
Tu étais contre moi, j’étais vraiment heureux
Le ciel nous protégeait nous pouvions nous éprendre
Près de toi mon Amour je me croyais un Dieu

Nous rangerons nos mots pour enfin s’enlacer
Cette fois réunis, faisant qu’un à jamais
Le temps ne comptant plus, chevauchant les nuées
Libres comme le vent, entités emmêlées
Par delà les étoiles en toute liberté
Au loin nous voguerons, félicité rêvée…

J. R. Garou
Sam 26 Avril 2008, 10:02 par j.r.garou sur Histoires d'amour

Voyageur immobile...

Le soleil sur la mer disparaît lentement
La nuit viendra bientôt, étoiles au firmament
Je vogue vers les cieux, voyageur immobile
Et bientôt le passé fait un retour habile

Cette fuite du temps qui coule entre mes doigts
Une nouvelle fois me ramène à toi
Je te retrouve encore avec ton charme unique
Mon âme avec la tienne à nouveau communique

Tes yeux d’Azur qui brillent, parfum de tes cheveux
Souvenir bien aimé que j’appelle de mes vœux
Musique de ton rire clair; ravi par ton sourire
De mes lèvres sur tes lèvres je clos les mots à dire

Vers la grotte enchantée, j’ai à nouveau vogué
Et j’ai mis à la voile sur des flots argentés
Nous ne faisons plus qu’un ; tu extasiée
« Enfin je te retrouve car jamais rassasiée… »

Jan

Retour au passé...
Sam 01 Sep 2007, 14:56 par jan goure sur Histoires d'amour

L'écoute de l'autre

Être bien, se parler. Sentir ton bras contre le mien. Le respirer. Le vivre. Percevoir ton regard chercher le mien, pour entrevoir mon émoi. Se parler. Se raconter. Se livrer. Se murmurer. Être bien, se parler. Être là, ensemble, rien que nous deux. Se découvrir sans se mentir. Poser un doigt sur tes lèvres juste pour en saisir le contour les yeux fermés. Toucher ton bras pour chercher le grain de peau plus sensible aux touchés, celui qui te fera frémir. Te regarder frissonner. Te sourire. Dessiner sur ton visage une sensation de repos, de douceur. Se chuchoter. Avoir besoin de rapprocher nos mains pour entendre des émotions partagées. Goûter l’instant. Avoir soif de ton odeur. Avoir faim de ta voix. Murmures qui obligent à se rapprocher, à se rencontrer. Des cheveux qui se mélangent pour entendre des confidences. Des lèvres qui se cherchent pour déchiffrer des paroles qui restent muettes. Plus que deux dans un monde plein de monde. S’isoler pour parfaire un rêve. Laisser libre les mains. Chiner ton regard, pour saisir un souffle. Se blottir l’un contre l’autre pour cueillir un moment. Figer une lenteur. Prendre le temps de caresser l’instant. Effleurer ton bras pour capter une émotion subtile. Mettre de la couleur à cet instant, sans le barioler, sans le divulguer. Se taire pour mieux s’entendre. Donner. Recevoir. Partager. Un soupir. Faire de cet instant, une épopée. Être là, à côté, être bien. Complices. D’un temps, d’un instant. Laisser nos jambes s’enrouler, se dévoiler, se confondre. Savourer ce duel, cette étreinte sans lendemain. Tendresse charnelle qui réveille des sens endormis, des sentiments égarés. Tendresse charnelle, pour satisfaire des mots posés chaque jour. Tendresse charnelle pour se dire combien notre rencontre est belle, sans promesse. Sentir encore une fraîcheur de désirs sur nos corps. Être là, ensemble, être bien, calée contre toi pour te murmurer un voyage de parfum que l’on touche de sa main... S’oublier...

Fille du peuple.
Mar 02 Jan 2007, 15:56 par Fille du peuple sur Parler d'amour

Oxford-on-Avon

Je t’imagine avec tous ces touristes, regardant, écoutant, riant, soupirant et puis, j’imagine tes regards et tes pensées s’envoler de l’autre côté du bras de mer, dans un petit coin de France que tu ne connais pas... J’imagine tes doigts effleurant mes lèvres, ton souffle courir sur ma nuque ton visage enfoui au plus tendre. Tu me respires... La musique The Tower of Learning exalte doucement notre émotion... J’imagine tes regards qui se perdent au delà du visible, au delà du temps et des lieux, au delà des personnes... Je vois tes lèvres bouger... Tu me regardes, tu as pris mes poignets dans tes mains, tes yeux qui fixent les miens et tu me parles... Je sens que ce que tu veux me dire te brûle.. Il y a si longtemps que tu as gardé prisonniers ces pauvres mots, ces mots que j’ai gardé sur mon portable, ces mots de toi, ces mots que je t’ai chanté si longtemps, si souvent, ces mots qui habitent mon coeur... Et puis, tu mon prénom. Je te souris. Pour une fois, c’est moi qui fait silence, pour une fois... Je te parle mais tu es si loin. J’ai vu ton regard désemparé, j’ai deviné ta peur. J’ai pris ton visage entre mes mains, et je t’ai répondu en embrassant ta bouche comme je meurs d’envie de le faire depuis une infinité de temps... J’ai recueilli ton soupir sur mes lèvres. Careless whisper[...]
Tu es seul au milieu d’une foule de gens, une femme à ton côté qui te parle, tu ne l’entends pas.
Sam 16 Déc 2006, 15:56 par dolce vita sur Histoires d'amour

En d'autres mots.

Il y a les mots cadeaux, pleins de tendresse
qui rendent à l’amour ses lettres de noblesse.
Il y a les mots fous, les "je t’aimes" voluptueux
qui forment à eux seuls, le langage des amoureux.
Il y a les mots osés, murmurés au summum du plaisir
des fantasmes inavoués qui se dessinent dans les soupirs.
Il y a les mots menteurs, qu’on prononcent quelquefois,
pour avoir moins peur, et se leurrer parfois...
Et puis il y a tes mots à toi, tantôt ombres, tantôt lumières
c’est au son de ta voix que se nourrissent toutes mes chimères.
Mer 20 Sep 2006, 22:56 par syolann sur Mille choses

Destin Eternel de Notre Amour

Je viens avec ces quelques petits mots
Te raconter mon Belle Amour Incontournable,
Avec l’espoir que tu puisses vraiment ressentir
Ces frissons incessants, ces fortes sensations,
Ces désirs fervents, ces émotions, qui brûlent dans mon cœur,
Comme un feu attisé par un doux vent incessant,
Et dans mon âme et dans tout mon être,
L’amour et le désire se mélange en une seul passion, Toi.

Ressens et écoute les vents, comme ils soufflent
Avec ces mots murmurés tout autour de Toi mon petit Coeur d’Amour:
« Je t’aime », je suis Tienne, tu es Mien,
Et rien ne peut changer ce « Destin Eternel de Notre Amour » !
Rien ne peut plus m’effrayer avec Toi à mes côtés,
Tu es mon refuge ou rien n’est impossible.
Dim 27 Août 2006, 14:21 par joullia sur Parler d'amour

Un demi-tour fatal aux rêves doux

J’ai fait un demi-tour fatal aux rêves doux
Mes pas se sont perdus sur le long chemin dificile des doutes
Nos secrets endormis au fond de mes yeux clairs
Aveuglés par la peur qui assiégait ma route
Cette route tortueuse qui n’en finit pas

J’ai déchiré ton coeur, froissée aussi le mien
Gorgé tes yeux de pleurs et rougi mes paupières,
Abimé le bonheur en délaçant les liens,
Versé des tonnes d’eau sur les braises de mon coeur,
Enterré nos deux coeurs recouverts de poussière
Sans aucun effet sur l’amour qui me tient


J’ai hurlé à genoux ton doux prénom dans le silence,
En espérant que le vent le porte au Tout Puissant,
Invoqué tous les saints, imploré tous les anges de la terre entière,
Allant même jusqu’à imploré les croyances qui ne sont pas mienne
Et j’ai tendu les bras à ton coeur en absence,
Pleuré sur mon amour, récité tes louanges...

Les "je t’aime" lancés aux du vent
Me sont revenus comme un parfum de roses fané,
Sur mon coeur dévasté,
Sur mon coeur endolori,
Seul ton sourire me calmait.

Julia M ouin
Jeu 17 Août 2006, 22:27 par joullia sur Mille choses
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

Ecrire sur murmures

Ecrire sur murmures Dans le train, Dans le train, Dans le train, Dans le train, De ta bouche à moi, Valse, La chambrette, Songe d'une nudité..., Au delà des mots..., Voyageur immobile..., L'écoute de l'autre, Oxford-on-Avon, En d'autres mots., Destin Eternel de Notre Amour, Un demi-tour fatal aux rêves doux,
Il y a 21 textes utilisant le mot murmures. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred MUSSET (de)
Pocket
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Extases de femmes
COLLECTIF
Pocket
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
Proposition perverse
Guillaume PERROTTE
Pocket
L'eau à la bouche
Anne BERT
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

saint Paul.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 16 Déc 2017, 04:18
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1233 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Nico
  • Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 2 Invités et 2 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google , MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite