Pour stéphane...

Je t’apprivoiserai et pour cela,
Il me faudra m’apprivoiser moi-même.
Il me faudra rencontrer mes peurs,
Les traverser pour t’en faire des bouquets.
Il me faudra apprendre tout ce que je ne sais pas encore que je sais.
Sur le chemin, je t’offrirai les plus belles fleurs que je trouverai.
Je t’offrirai mes chagrins sans fard.
Je t’offrirai mes joies pour que tu puisses t’en réjouir.
Pourras-tu t’en réjouir ?

Je t’offrirai mes néants pour que tu te saches capable de les combler.
Oseras-tu les confronter et en faire des bulles pleines de joie,
Pleines d’un soleil qui ne craint pas d’être voilé
Parce qu’il se sait exister puisqu’il est partagé ?

Sauras-tu m’offrir le bouquet de tes détresses,
De tes moments de désespoir,
De tes instants de joie profonde ?

Le temps, sur nous, nulle prise.
L’espace ne nous confinera pas.
La mort ne nous séparera pas.
Nous serons à jamais compagnons d’un savoir sans limites
Que nous apprivoiserons ensemble
Pour savourer l’éternité.

Dis, sauras-tu me dire ce qu’à tous, toujours, tu as caché ?
Sauras-tu m’offrir tes zones d’ombres et tes plages de soleil ?
Oseras-tu m’offrir des gerbes de fiel pour que je les recouvre de miel ?
Dis !

Oseras-tu exister face à moi, me faire exister face à toi ?
Sauras-tu me faire vivre de ta vie ?
Oseras-tu vivre de la mienne ?
Accepteras-tu de me faire vivre ta mort ?
Pourras-tu confronter la mienne ?
.............

Marie
Dim 14 Oct 2012, 19:29 par Satine sur La déclaration d'amour

Déjeuner sur l'herbe( duo caressedesyeux/inconnu)


Ma jolie brune,
Ma chère, douce et tendre
Nous irons sur l’herbe nous étendre
Pour un petit moment fort charmant
Où tu m’inviteras à partager ce panier gourmand
Que tes jolies mains auront préparé
Ces délicats mets, salés et sucrés,
Que nos papilles, joyeuses, dégusteront
J’en jubile déjà, et nos yeux brilleront
À contempler toutes ces merveilles
Qui nous entourent et qui réveillent
Ces sentiments confus qui veillent
Au fond de ces rêves en sommeil
Quand les songes d’un moment pareil
Tintent, suaves, au pavillon de nos oreilles
LUI, son rire franc et cristallin ,
Sera comme une gorgée de bon vin
Chaud, caressant, onctueux et miellé...
Leurs échanges, en deviendront complicité
Et des grands fous rires s’en mêleront
Des jolis papillons participeront,
En virevoltant, tout autour d’eux
Rendant ces instants merveilleux
Mais elle que yeux pour Lui...
Et il d’yeux que pour Elle
Qui est si fraîche et si belle
Que même le soleil se rebelle
De cette beauté qui interpelle
Ce tout petit bonheur complice
Mêlé de gestes tendres et sans malice
Comme une grande fleur de lys
Plantée dans le jardin des déclic
Mer 18 Jan 2012, 16:10 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Marilyn

MARILYN
S’avance et s’assied à son pupitre
Elle va écrire un nouveau chapitre
Dès que le show a commencé
Marilyn change d’identité.
Elle entre dans la peau de son personnage
S’exhibe et montre son plus beau plumage
Se faisant effrontée libertine et habile racoleuse
Sa voix douce et langoureuse se fera amoureuse.

Son déhanchement en troublera quelques uns
Dont les yeux colleront à la courbe des seins
D’autres seront accros à sa robe moulante
Son dos nu et ses dessous chics.
D’autres la trouveront bien attrayante
Très sûre d’elle, un brin sexy
En porte-jarretelle, gambettes gainées d’un bas noir
Affolant la libido de ces messieurs au comptoir.

Coiffure bien ordonnée d’un noir lumineux
Rehaussant le soyeux de ses cheveux
Bouche voluptueuse, de rouge, laquée
Démarche lascive à l’allure appuyée
Parfum aux flagrances d’un nuage parfumé
Madame Chanel qu’à bien se tenir
Le parterre en sera entièrement subjugué
Car elle sait comment susciter le désir.

Ce soir la salle sera encore pleine
Elle les tiendra suspendus, en haleine
Tous ces beaux messieurs aux costumes hors de prix
Elle croulera sous leurs applaudissements, leurs cris.
Et les bouquets de fleurs jetés à ses pieds
La musique ralentit, le rideau va bientôt se refermer..
Le public applaudit, le spectacle est terminé
Elle sort doucement de scène et va se démaquiller

Loin de l’effervescence, elle passera un peignoir
Se regardera tristement dans le grand miroir
Constatera les dégâts de ces mirages
Et mettant brusquement ses mains sur son visage.
Laissant tomber son masque d’invincibilité
Nous montrera sa grande vulnérabilité
Dans le secret feutré de sa cabine
Quelques perles d’eau roulent sur sa pommette.

Marilyn, si fragile, si douce et si câline
Femme bien seule jouant la starlette
Dans le silence de son petit logement
Rêve qu’on l’aime encore longtemps
Mar 22 Nov 2011, 20:25 par caressedesyeux sur Mille choses

Le sud et le nord



Le vent vint à souffler dans ses cheveux à l’odeur de cèdre,
Un petit air de printemps, dont le soleil caressait ses jambes si blanches.
Elle l’attendait depuis un petit moment..
Elle a pensé à lui toute la nuit
Et une insomnie s’en est installée, à sans cesse remuer sur "sa couche".
Il vient du nord et elle du sud.
Le feu, la glace.
Elle le fait craquer par son joli accent et cette petite lumière qui est toujours en elle.
A le bousculer dans sa façon de penser, un vrai petit cataclysme qui illumine sa vie
Lui qui paraît froid au premier abord, est toujours très sérieux
ce qui manque certainement à Mary.
Ce coté, "avoir les pieds sur terre" et pas dans les nuages.
Elle insouciante et riante à tout bout de champs
Il en est séduit, il en est conquis...
Femme enfant, inconsciemment elle use de ses charmes
Mais seulement pour lui
Car son cœur ne bat que pour cet homme.
Et lui son cœur lui dicte de prendre "soin" d’elle
Il la trouve belle, généreuse, sensible, mais si fragile
Dans son jardin secret, il qu’elle et l’arrosera chaque matin
En inondant son corps et son âme de tendres caresses, à tout jamais.
Mar 15 Fév 2011, 18:34 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Le sud et le nord











Le vent vint à souffler dans ses cheveux à l’odeur de cèdre,
Un petit air de printemps, dont le soleil caressait ses jambes si blanches.
Elle l’attend depuis un petit moment...
Elle a pensé à lui toute la nuit
Et une insomnie s’en est installée, à sans cesse remuer sur "sa couche".
Il vient du nord et elle du sud.
Le feu, la glace.
Elle l’a fait craquer par son joli accent et cette petite lumière qui est toujours en elle.
A le bousculer dans sa façon de penser, un vrai petit cataclysme qui va illuminer sa vie.
Lui qui paraît froid au premier abord, est toujours très sérieux
ce qui manque certainement à Mary,
Ce coté, "avoir les pieds sur terre" et pas dans les nuages.
Elle insouciante et riant à tout bout de champs
Il en est séduit, il en est conquis......
Femme enfant inconsciemment elle use de ses charmes
Mais seulement pour lui
Car son cœur ne bat que pour cet homme
Elle a la larme si facile.
Et lui son cœur lui dicte de prendre "soin" d’elle
Il la trouve belle, généreuse, sensible, mais si fragile
Dans son jardin secret, il qu’elle et l’arrosera chaque matin
En inondant son corps et son âme de tendres caresses, à tout jamais.


caressedesyeux
Ven 04 Fév 2011, 18:11 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

La favorite


Dernière touche,
Rouge laquée, sur sa bouche
Robe échancrée
Il que d’ yeux pour elle.
Celle qui l’aura choisi ,sa favorite.
Ou il déposera bien ses lèvres sur les siennes, par petite touche
Pour en savourer le gout ...

S’enivrer de son cou, de son parfum de peau
Et dont il ne résistera pas.
Quelques petits pas de danse
Pour un tango endiablé.
Elle le serrera contre son corps
Il aimera, qu’elle mène la cadence.
Et ses petits pieds s’emmêleront dans les siens.
Crise de fou rire, comme deux beaux idiots.
Bouffon du roi, il en fera sa reine
Sa favorite, rien que pour lui.

CARESSEDESYEUX
Jeu 20 Jan 2011, 12:48 par caressedesyeux sur Mille choses

Je suis un voleur

C’est pourtant vrai, longtemps j’ai accroché l’addiction au prix, l’addiction à la mendicité. Mon corps était de ceux qui n’ont pas besoin d’être aimés pour pouvoir faire vendre. Un prix inacceptable, inavouable et tellement impensable.

Les lettres et les mots s’additionnent aux chiffres et n’en peuvent plus de grimper à une allure folle, n’en demandent pas plus et en veulent beaucoup moins. Lacéré, écorché vif, c’est inscrit, c’est marqué au fer rouge, il est indiqué qu’il n’en veut pas plus car il n’en ressent ni le besoin ni même l’envie.

Il a besoin de raconter à travers des brûlures, des écorchures, des blessures et des cicatrices qu’à son jeune âge ce pauvre corps en vie est complétement à la masse. Des choses que certains n’auront jamais vues ou qu’ils ient jamais pu voir. Trop intense pour les uns, trop perturbant pour d’autres. Mais il n’en reste pas moins un corps, un corps caricaturé et ligaturé dans sa propre description. Il n’en a jamais demandé autant...
Il ne pourra jamais vous mentir car vous devinerez avec tous ces indices qu’il ment comme un arracheur de dent. Aucune peine, aucun regret ni même remord, pas de faux semblant il est brut de décoffrage ce corps en vie. Brut de décoffrage, courage...

Maltraitance et incohérence se mêlent pour laisser place à l’incompréhension .


Mais désormais je ne suis plus à vendre, j’ai plusieurs choses à te dire avant que tu t’en ailles, avant que je prenne l’artichaut qui te sert de coeur. Désolé... Je ne le suis plus, j’ai pas besoin de romancer et de te conter un roman à l’eau de rose, je préfère te le faire bouffer. Pardonne moi de te faire vomir mais tu en sais déjà trop.

Alors tends-moi la main, mais je ne te garantis pas qu’elle n’y passera pas. Il a besoin de se reconstruire petit à petit. Besoin de nouveaux bras pour étreindre, besoin de nouvelles mains pour donner des coups, besoin de nouvelles jambes pour courir vers toi, besoin d’une nouvelle tête pour penser correctement, besoin d’un nouveau buste pour pouvoir se tenir droit, besoin de tellement d’organes pour que tout se réorganise dans l’ordre cette fois, la tête avant le coeur et le souffle avant la respiration. Pour tout ça , il doit mendier et voler, beaucoup d’entre vous seront peinés et certainement enragés mais ce corps à l’abandon a besoin des vôtres pour pouvoir faire bonne figure et aucun regret à pratiquer violemment le trafic d’organe.
Mar 02 Mars 2010, 15:25 par Playdead sur Mille choses

L'incompréhension

Quand tout se trouble , quand tout est unique et sans réponse , sans divergence .
La pauvreté des choses que vous pouvez émettre , la pauvreté de raisonner à ce moment précis où l’incompréhension vous submerge de ses flots . L’on ne comprend pour la plupart du temps que ce que nous voudrions bien comprendre , la vraie question est : " Est-ce que l’on a réellement envie de comprendre ? " . Ce mot qui nous fait regretter nos pensées naïves nous fait sortir de nos gonds et force ce que l’on est à se métamorphoser et a énumérer des choses plus improbables les unes que les autres . L’incompréhension est un voile ? L’incompréhension est une défense à l’acceptation ou plutôt à la difficulté d’acceptation , d’adaptation de la personne à la phrase , le mot ou l’expression qui vient de lui être dit . L’essentiel est que cela ne fasse pas tout , que ce moment d’incompréhension soit suivit de la compréhension et de l’acceptation .
A t-on voyagé autant pour aussi peu de réponse ? Est-on prisonnier de cette incompréhension ou sommes nous les tortionnaires de son inverse ?
Prisonniers c’est le mot que l’on emploie certainement pour s’excuser à soi même le fait d’être des tortionnaires de cette incompréhension , nous sommes les insatiables du paradoxes de cet entre deux . On aime ça et on ose l’avouer , être déçu et alimenter cette déception pour se rendre plus fort , plus fier ou tout simplement moins ridicule face aux situations à venir . L’on ne cherche pas à aller plus loin , ni mm à comprendre pour se prouver que l’on a raison , pour être dans la capacité souveraine de dire : " J’ai raison " . Mais ils ne sont pas dupes , personne ne l’est et à certains moments le choc est tel que l’incompréhension fait place au duel , au combat et à la mise à mort de ce dernier incompris qui d’yeux que pour sa vérité . Alors Nous sommes en définitive des tortionnaires et en étant ceux là nous sommes ceux ci : " Des prisonniers " . La bonne parole ou l’invention de l’image que l’on renvoi à l’autre prédomine en ce monde , l’homme est une erreur , un problème qui ne peut se résoudre , le problème étant posé depuis des milliers d’années .
Mar 02 Mars 2010, 15:05 par Playdead sur Mille choses

Me suis trompée d'époque:)

Retour fragile et timide sur ce forum...
Passé un été mouvementé..
Et des choses, j’en ai tenté!

Rencontres par internet, dragueurs de rue, ..
Vous assure, me suis pas mal bousculé!
Ai toléré ce que jamais n’avais même envisagé...

’Suis pas de ma génération...
Me r’connais pas dans cette époque...
Trop de futile et pas de fond...
Peur des sentiments, trop de toc...

Mais sans fond, on a beau nager, jamais on pied...
Gros risque de dériver....
Sam 17 Oct 2009, 09:23 par Asma sur L'amour en vrac

Une fin sans début

Elle est inerte. Incapable du moindre mouvement, elle fixe les trois petits mots qui s’affichent dans sa fenêtre de conversation. Elle n’ose même pas cligner des yeux, craignant d’attiser encore plus la douleur qui lui serre la gorge. Des larmes roulent sur ses joues pâles, intarissables. Dehors il pleut. Elle entend les gouttes tomber par fenêtre grande ouverte. Le ciel pleure avec elle.

Elle relit cette phrase. Encore et encore… Priant pour que ce ne soit qu’une mauvaise plaisanterie. Mais au fond, elle sait que ce n’en est pas une. Elle l’a deviné depuis longtemps. Elle le connaît trop bien. Il ne sait pas mentir, ni dissimuler ses sentiments.

XXX dit :
Je suis amoureux
Elle dit :
Je sais, j’avais deviné


Oui, il est amoureux. Mais pas d’elle. D’une autre, une amie qu’ils avaient rencontrée à la fac. Bien plus jolie et plus affirmée qu’elle. Elle, elle n’est rien. Rien d’autre qu’une amie. C’est son rôle, l’étiquette indélébile collée sur son front. Elle n’est pas le genre de fille dont on tombe amoureux. Trop ronde pour être belle, trop complexée pour être féminine, trop timide pour être remarquée. Elle est celle à qui on se confie. A qui on raconte ses secrets, ses chagrins, ses tourments. Elle est trop gentille. Elle le sait. Toujours prête à résoudre les problèmes des autres sans penser aux siens.

Elle se maudit. Elle se trouve bête. Pourquoi ne lui avait-elle pas dit ? Elle n’en sait rien, elle ne sait plus. Ce n’est pas vrai, elle se souvient. Elle garde en mémoire chaque détail des instants passés avec lui. Comme un trésor inestimable. Elle avait peur. Peur qu’il ne l’aime pas et que leur amitié en pâtisse. C’est la dernière chose qu’elle souhaitait. A défaut de pouvoir avoir son amour, elle désirait garder son amitié. Elle réalise maintenant à quel point c’était stupide. Parce que ces moments qu’ils ont partagés, ces instants rien qu’à eux, ils seront à présent pour cette fille. Il plus besoin d’elle. Et inexorablement, leur lien commencera à s’effilocher. Lentement, ils s’éloigneront. Jusqu’au jour où il n’y aura plus rien.

Elle se déteste, se méprise. Elle n’a pas le droit d’être jalouse de cette fille ou de souhaiter son malheur. Elle n’y est pour rien, ce n’est pas de sa faute. Alors elle pleure, parce qu’il n’y a plus rien d’autre à faire. C’est trop tard. Elle a perdu. Elle est toujours la perdante. La bonne poire qui supporte tout sans jamais broncher ou montrer un signe de faiblesse. Elle n’en a pas le droit car elle est l’éternelle optimiste. Celle qui donne de l’espoir même quand tout semble aller de travers. Sauf que maintenant, elle n’est plus certaine de parvenir à sourire.
Jeu 15 Mai 2008, 19:58 par Analen sur L'amour en vrac

Son étoile au Roi mage

Un jour on saura faire un chêne en quelques mois
Et d’un bout d’algue sèche une peau de chamois;
D’une enfant pré-pubère en un texte une adulte
Et du mot liberté la plus coupable insulte.
On mangera des pots de toutes les couleurs
À qui l’on donnera de jolis noms de fleurs.
On ira de Madrid à Melbourne en fusée,
Si vite qu’on de notre terre usée
Plus le moindre scrupule. On sera si nombreux
Que l’homme et l’animal iront se mordre entre eux.
La lune appartiendra toute à l’armée chinoise
Et le désert viendra de la vie champenoise
Troubler l’auguste allure. Il pleuvra deux fois l’an
Dans des cuves d’eau douce à l’envi d’un palan.
Vénus aura l’éclat d’un joint de bakélite
Quand l’aura remplacée le dernier satellite.
Après l’âme et les poils, les seins disparaîtront:
On comptera le charme à la taille du front.
Le bonheur, ce sera ce gadget inutile,
Cet appareil obscur, cet apparat futile;
Ce sera cet amour que l’on ne fera plus;
Ce seront ces vers blancs qu’on jamais lus;
Ce sera notre monde, un monde à notre image,
Où l’on aura volé son étoile au Roi mage...
Lun 06 Août 2007, 09:06 par AnPrionsaBeag sur Un monde parfait

Départ amer

je pensais que tu aurais eu au moins la franchisse de me le dire au lieu de me laisser passer pour un pauvre imbécile! Tout se découvre un jour dans la vie, si tu ne voulais plus de moi tu aurais dû au moins essayer de te justifier. Franchement je ne sais pas ce que je vais faire ou plutôt si! ce que je ne sais pas, c’est quand je le ferais, je voudrais
laisser toutes les choses en ordre avant de partir pour être tranquille j’avais un doute de voir la façon dont tu te comportais maintenant j’ai la certitude que tu m’as menti.
tu ne m’aimes plus, tu ne me respectes plus (ca ce n’est pas nouveau) je pensais, je croyais, que tu te serais arrange que tu m’aimais encore je vois qu’il n’en est rien depuis le début tu avais l’intention de partir, .je pense que pour la nouvelle rentrée tu prendras notre fils a Montpellier ou ailleurs pour moi ca plus aucune importance, je commence seulement m’imaginer que si tu es revenue avec moi c’est parce que l’autre ne t’a plus voulue mais tu avais bien ton idée en tête !et moi je t’aimais et je t’aime toujours !je sais que tu as revu des mecs je ne sais pas ce que tu as fait avec. tu cherches toujours à être revalorisée? Si tu me demandes des preuves je t’en fournirai
hier encore quand je t’ai dit que Bernard avait appelé tu t’es trahie, il s’appelle Bernard?
il est riche? Beau? Il t’aimera autant que moi? pour les deux premières questions peut-être pour la troisième je ne crois pas. Lorsque le jour de mon départ arrivera ne me dénigre pas trop auprès des gens et surtout auprès des enfants. Tu vois qu’après la discussion qu’on a eue il n’y a pas d’autre issue possible ce qui me surprend le plus et qui me désole surtout c’est que tu nies l’évidence même je peux tout pardonner mais ce que je ne pourrais jamais faire c’est de te voir loin de moi.les conneries que j’ai pu faire
tu sais très bien que je ne sais pas dire non j’essaye pourtant mais je n’y arrive que très rarement, quant a la maison que tu me crois ou pas, c’est la vérité. il est passe un temps ou je nous y voyais tous les cinq vivant en harmonie, après le fiasco que je venais de vivre c’était ce que je voulais le plus au monde quand on a parle avec ton frère ca devait se faire, sans problème c’est vrai que a ce moment on venait de lui donner de l’argent sans rien demander, chose logique entre une sœur et son frère, surtout que peu avant c’est lui qui nous avait aide mais voila ca n’a pas été comme je voulais et comme je ne parle pas beaucoup " équivoque «tu m’as posé la question si je voulais finir la maison ?oui je veux bien la finir et la finir pour le mois d’aout mais si c’est pour me retrouver tout seul je ne m’en sens pas le courage. Ce n’est pas le fait de me retrouver tout seul qui m’effraie c’est le fait de vivre sans toi, a quoi bon revenir la dessus je demande a dieu de me pardonner de m’accompagner et surtout de me donner la force d’aller jusqu’au bout de ne pas trop penser !!!
à toi, aux enfants a la vie !!!
Lun 16 Juil 2007, 22:01 par pierre de la carolina sur L'amour en vrac

Dernier appel

Dernier appel et derniers mots
Que tous deux on a échangé
J’ai composé le numéro
Sachant que tu décrocherais
J’aurais voulu que tu m’ retiennes
Que tu ne me laisses pas m’éloigner
Mon coeur devant toi pleure et saigne
Et le tien tu veux l’étouffer
Tu n’as pas envie de m’aimer
Après avoir goûté mes rêves
Tu me laisses loin de tes pensées
Qui ne connaîtront pas de trêve
Puisque tu viens me hanter
A rechercher notre écriture
Nous allons bientôt nous cacher
Pour ne pas montrer nos blessures
Comme si on cessait de respirer
Et on va caresser nos noms
Sur des écrans beaucoup trop durs
A l’amour et ses rejetons
Dans la nuit nos pauvres tourments
Apparaîtront comme une injure.
Un maître on seulement
Comme le disent les livres anciens
L’amour ou l’argent et le tien
Ne laisse pas de place aux sentiments
Mer 13 Déc 2006, 20:26 par dolce vita sur L'amour en vrac

Alex et Elle

Et puis non, la rencontre jamais lieu... C’était si fort d’y croire, trop fort probablement...
Les hésitations auront fini par vaincre les certitudes (servitudes ?),
les rivières amères ruissèlent sans vouloir tarir, brûlantes, tremblantes, elles n’apaisent rien, ne soulagent pas ces millions de morceaux de verre qui déchirent mon coeur en éclats...
I l devrait être interdit de se sentir aussi fragile, je n’ai pas pensé au papier-bulle..
Il ne reste rien de cette histoire, sinon une détresse et un silence si pesants...
Un Amour fou, un doux leurre, des maux impossibles à écrire, un Amour flou ..

Zazou meurt...
Lun 13 Mars 2006, 22:10 par Luna_Lou sur Amour internet

La belle Dame d’autrefois.

C’était après la rupture, après la division. Une fois de plus, nous avions rendez-vous avec d’autres, des tas d’autres, mais alors, nous ne nous parlions plus. Un an déjà. Une sorte d’anniversaire malgré nous qui nous ramenait sur les lieux du naufrage... Le thème de la rencontre, une promenade au coeur d’un village médiéval, puis à travers vignes, pour mener à bien la quête d’un trésor qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. Or, il était tacitement convenu que seuls nous deux nous ne nous parlerions pas, seuls nous deux devions agir comme si l’autre était invisible : un jeu, en somme, rien que pour nous... Le soleil au départ était absent, les nuages servaient de paravent mais le vent n’était pas d’accord et ce fut lui qui eu le dernier mot : les nuages se sauvèrent définitivement après le repas de midi improvisé dans les ruines d’un ancien donjon à demi écroulé, sur l’herbe encore humide... Tous les enfants riaient et nous, avec eux. Mon petit groupe et moi avions comme les autres des tas d’indices qui nous permettraient d’atteindre la belle Dame du Moyen-Age, la gente Dame et son secret, plus loin, là-bas, bien cachée dans sa bâtisse au milieu d’arbres centenaires. Je me souviens particulièrement de la placette, elle était baignée de soleil, blanche et ocre. Une fontaine timide avait retenu un groupe de joueurs assoiffés, fatigués par leur course échevelée à travers les rues désertes. Je riais avec eux, lorsque au détour d’une ruelle tu surgis sur la place, un sourire qui éclairait tout ton visage... Tu vins à moi et me parlas. Au vrai, je ne sais plus de quoi tu tenais à m’entretenir ni ce que je te répondais mais nous étions là, face à face, inondés de lumière, le petit groupe en retrait dans l’ombre du point d’eau. Je revois ta haute taille et tes yeux clairs, la blondeur de tes cheveux dans la lumière et ce sourire qui m’enlaçait, m’emportait... Nous arrivâmes seuls au terme fixé et c’est toi encore qui nous accueillis toi et ton regard heureux qui bondissait à ma rencontre presque malgré toi... Oui, ce bonheur que tu ne dissimulais pas, pétri d’amour et dont tout ton être se faisait le porte-parole discret.
|...]
Un an encore s’est passé, et puis, la rencontre a eu lieu à nouveau mais tu n’étais pas là et la belle Dame n’a pas ouvert ses portes. Son cœur comme le mien étaient en deuil. Cette année, la rencontre pas lieu... Les yeux de la belle Dame ne cessent de pleuvoir sur mon cœur. Près d’un lac, tu t’es enfui...
Mer 22 Fév 2006, 22:02 par dolce vita sur Mille choses
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

Ecrire sur n’aura

Ecrire sur n’aura Pour stéphane..., Déjeuner sur l'herbe( duo caressedesyeux/inconnu), Marilyn, Le sud et le nord, Le sud et le nord, La favorite, Je suis un voleur, L'incompréhension, Me suis trompée d'époque:), Une fin sans début, Son étoile au Roi mage, Départ amer, Dernier appel, Alex et Elle, La belle Dame d’autrefois.,
Il y a 17 textes utilisant le mot n’aura. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Exercices de style
Raymond Queneau
Gallimard
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
Tes désirs sont des ordres
Eric Mouzat
J'ai lu
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Dictionnaire des idées suggérées par les mots : trouver le mot juste
Paul Rouaix
Le Livre de Poche
Homo erectus
Tonino Benacquista
Gallimard
Proposition perverse
Guillaume Perrotte
Pocket
Libérer son écriture et enrichir son style
Pascal Perrat
Editions Victoires
La femme de papier
Françoise Rey
Pocket
Récits coquins des plaisirs défendus
Elisabeth Vanasse
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Il y a deux manières de plaire : amuser et intéresser.

Stanislas de Boufflers.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mar 26 Jan 2021, 15:34
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 26 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite