Flic ou vuyou

Comme tous les matins depuis un mois, Patrick se réveille éssoufflé et en sueur.
Toutes les , c’est le même rêve érotique qui le met dans cet état, il est si intense qu’il a l’impression de l’avoir vécu vraiment.

Il est assis sur une chaise, et une jolie blonde appparaît, elle porte un uniforme de policière (casquette, robe à fermeture éclair,matraque,bas noirs...)
S’approchant de lui, elle commence à se déhancher lascivement sur "Etienne" de Guesh Patty. Il est fasciné et ne la quitte pas des yeux, la température est montée de quelques degrés d’un seul coup.
Elle le regarde dans les yeux et fait glisser très lentement la fermeture éclair de sa robe, et, dénude une épaule puis l’autre et la laisse tomber à ses pieds, dévoilant son corps moulé dans une guêpière noire bordée de rouge.
Elle s’avance vers lui, s’assoit à califourchon sur ses jambes, plonge son regard dans le sien et l’embrasse. Un baiser à peine appuyé d’abord, puis elle passe sa langue sur ses lèvres avant de la lui mettre dans la bouche en un baiser torride. Et attrapant les menottes accrochées à sa jarretiére, elle lui attache les mains aux barreaux de la chaise et se lève pour rejoindre son amie qui vient d’entrer en scéne, une brune incendiaire, et toutes les deux entreprennent de se déshabiller mutuellement, non sans se caresser et s’embrasser, rendant fou de désir leur prisonnier qui se trouve très à l’étroit dans son pantalon.
Il ne se tient plus sur sa chaise et se tortille pour essayer de se libérer, mais c’est peine perdue. Les deux déesses s’approchent , et la blonde s’assoit sur lui, se penche, et frotte ses fesses contre son sexe, tandis que la brune est à genoux devant son amie et lui suçote les tétons, puis la blonde se plaque contre le torse du prisonnier et la brune, entre ses jambes fait tourner sa langue autour de son clitoris.
Pas question de le libérer, elles se relèvent et se mettent à le déshabiller, il se retrouve chemise ouverte, pantalon et caleçon ôtés. Ensuite la blonde grimpe sur lui et s’empale sur son sexe qui est aussi dur que du marbre tant il est excité, et commence à le chevaucher, la brune, elle, postée derrière son amie lui caresse les seins et titille les mamelons qu’elle pince doucement entre ses doigts, puis elles inversent les rôles, notre prisonnier est aux anges, aux prises avec deux superbes créatures. Elles prennent son sexe dans leur bouche à tour de rôle, le suçe, le léche jusqu’ à ce qu’il éjacule et se badigeonnent les seins de sa semence.
Elles le libèrent et partent comme si de rien n’était en lui faisant un clin d’oeil.
Un policier qui rêve d’être prisonnier, psychologie classique me direz vous, de plus je ne crois pas que seuls les flics aimeraient être dans cette situation clin .
Sam 22 Oct 2016, 23:28 par Bridget sur Les liaisons sulfureuses

Nuit d'ivresse

J’ai vécu mille et une
Nuits magiques
Nuits d’ennui
Nuits érotiques
Mais cette nuit là
Au pays de Shéhérazade
Tendre escapade
Bien au delà
Des ébats d’ici bas
Voyage dans les étoiles
Avec un Aladin
Coquin et badin
J’ai mis les voiles
Et atterris sur un nuage
Aux portes de l’extase
Lun 09 Mai 2016, 20:00 par Bridget sur Les liaisons sulfureuses

Fraise au parfum de rose

Fraise au parfum de rose

Un samedi, comme il s’en trouvait tant d’autre... Et pourtant comme ils s’en trouvent tant justement innocemment....
C’était le jour de la Saint-Jean à Saint Jean, justement, un de plus beau quartier de Lyon.
Dans une rue, plutôt bien fréquentée, en effervescence comme souvent le soir le sont les rues de la capitale des gaules, Marine vient de sortir de son travail et se dépêche de rentrer chez elle comme en son habitude en cette heure tardive elle tient en sa main sa baguette de pain.
Pierrick, lui tient plutôt le bout d’un ruban ficelé entourant l’emballage d’un prestigieux gâteau qu’il vient d’acheter chez un pâtissier renommé pour festoyer l’anniversaire de sa petite amie. Et de son autre main il tient une superbe rose.
Ils ne se connaissent pas encore... Comme la destiné est hasard. Surtout lorsque l’on ne regarde pas. Et que le choc se produit là !
Alors contre toute attente ils se percutèrent frontalement. Il est vrai que Marine a une fâcheuse tendance à marcher en baissant la tête et en regardant ses pieds. Pierrick, lui c’est différent, angoissé, tiraillé par on je sais quoi, surveille son carton qui oscille légèrement, afin qu’il ne penche pas trop eu égard à ce qu’il contient dedans.
L’impact est éminent, non il s’est déjà produit...
Donc nous pourrions reprendre la scène au ralenti, juste pour comprendre ce qui s’en suit :
Chut pas de bruit regardons. L’atterrissage du gâteau sur le trottoir, suivit juste après de la rose, et pour finir cette pauvre baguette de pain qui se mit à rouler sur sa tranche pour s’échouer dans un ensemble dispersé près d’une bouche d’égout.
Le choc dissipé, Tous deux lèvent enfin leurs yeux, Pierrick n’est pas insensible au charme de Marine, Marine n’est pas insensible au charme de Pierrick. Tous deux rougissent d’un sentiment qui les pénètre, un sentiment si troublant, un sentiment envahissant.
Elle ne sait plus quoi dire et se sent vraiment désolée de ce qu’elle vient de provoquer. Ce n’est pas la toute première fois que cela lui arrive. Marine est une rêveuse, elle vit toujours la tête dans les cieux ou bien les nuages, ce qui serait mieux, emplissant à ses heures, écrivaine de l’infortune, des pages en n’en plus finir, où elle se prend pour une héroïne de roman et de fait elle accumule nombre de petites bêtises, qui font tomber les choses, sur elle, sur les autres, juste pour poser sa main attendrissante, délicate et si douce sur sa bouche. Il y a des jours comme ça où elle resterait bien enfermée chez elle à double tour. On ne l’appelle pas miss catastrophique pour rien.
De fait le choc advenu, ils se penchent alors sur le feu dessert dont il ne reste rien, les dégâts ne sont tout de même pas anodins.
A défaut d’un gâteau à la fraise, il ne reste plus qu’un gâteau écrasé éparpillé pressurisé, c’est un gâteau tatin, un gâteau câlin. Marine est vraiment ennuyée contrite et désolée. Elle propose à Pierrick de le rembourser ou tout du moins de lui racheter le même, bien qu’elle imagine qu’il puisse évidemment coûter cher. Il est vrai qu’en ce moment Marine est juste financièrement parlant, il faut dire qu’avec un salaire de petite secrétaire c’est pas évident. Mais elle gère ses finances comme elle peut. Tant pis il faut qu’elle le rembourse d’une façon ou d’une autre, une histoire d’honnêteté, une histoire d’amour propre, une histoire de fierté. .
Pierrick tombé sous le charme de Marine a une idée toute particulière et finalement pourquoi pas? Il est fou à ce moment là, mais parfois la folie ne peut-être que grisante et pourquoi pas, entreprenante. Il y a si longtemps qu’un épisode comme celui-là ne lui était pas arrivé, qu’il décide de continuer.
Ce faisant, il lui propose innocemment et lui faisant croire, sans aucune arrière pensée, de lui laisser son numéro personnel, juste histoire quelle le rappelle et de la revoir en refusant d’elle un quelconque remboursement, juste comme ça innocemment.
Elle ne sait que répondre, pourtant attirée ou surprise par autant de délicatesse, elle lui donne le sien.

Quelques semaines plus tard après quelques échanges verbaux, Marine attend Pierrick à la terrasse d’un restaurant. Un rendez-vous qu’il a programmé difficilement et pourtant si rapidement. Sa profession l’occupe énormément, il travaille beaucoup et les pauses sont rares pour qu’il puisse se libérer aussi facilement. Mais il faut bien trouver une excuse auprès de sa direction, même pour un rendez vous des plus galants et corrects.

Il arrive alors avec un carton d’invitation à la main, un carton d’invitation pour la vie, en cherchant à lui faire oublier les circonstances navrantes et tout autant amusantes et pourtant si déconcertantes d’un si bel épisode qui lui permit enfin de la rencontrer. Pourquoi enfin ? Car à s’en rappeler, sa petite amie d’antan, dont il n’avait plus rien à faire à présent, n’avait pas trop apprécié son gâteau d’anniversaire renversé près des bouches d’égouts. Il lui présenta comme ça sur la table, d’où son courroux. Mais Pierrick n’en avait cure, les yeux de Marine depuis ce choc étaient là ancrés et que pouvait représenter la figure de l’autre devant ses rêves enfiévrés. Et pour conclure il avait même oublié la rose pour sa promise et maintenant il en souriait en y repensant. Mais finalement cette journée lui permis cette si belle rencontre et au fond de son cœur il voulait tant connaitre la belle Marine. Marine si belle aux yeux noisette espiègles et si expressifs, Marine si charmante. Bien qu’elle ne fût pas d’une grande d’une intense beauté elle avait pour lui les formes attirantes là où il les aimait. Et cela promettait de belles journées de belles de belles… d’instants passionnants, intéressants conformément à son comportement qu’il supposait entouré de brillance, de gentillesse et d’amour et de douceur.
Il savait qu’il ne devait pas être trop entreprenant. Qu’il devait aller doucement qu’elle méritait le tendresse et qu’avec elle il rentrait dans un autre monde ou il se trouvait même bête, ne sachant trouver les mots, mais rassuré de savoir et de voir en cela Marine tout à son aise, pour lui compter fleurette ...
Il se retrouve alors chez elle, naturellement comme ils se connaissaient quelque peu, quelques goûts communs, surtout la cuisine et le bon vin, ...
Elle l’amène dans sa cuisine, elle est quasiment dévêtue et ouvre le frigo devant lui, elle y dépose une multitude de petits choux à la crème, Saint honoré surmontés de fraises. Lui ouvre son carton et en sort un gâteau nappé de chantilly et d’autant de fraises.
Crise de fou rire! De quoi manger l’amour et d’en faire même une indigestion...
Il lui tend un chou et lui met dans la bouche
Un nouveau jeu ? Innocente ? Experte ? Elle accepte, c’est même plutôt amusant. Des jeux de grands.
Ils continuent ne voyant pas l’heure passer. Tous deux à s’aimer.

En voilà un dont la crème s’échappe et coule le long de son doigt et un peu sur son cache cœur, juste à la naissance des seins dont la veine du cou palpite bien vite. Il a vu son émoi, ose s’approcher et nettoie avec son pouce la divine beauté qu’il aperçoit. Elle n’en a même pas peur, elle est juste surprise par tant de douceur et d’étrangeté, juste un peu déroutée. Puis avec sa langue il poursuit l’aventure tel les grands conquérants. Il lui lèche son doigt, son regard braqué vers elle, vers Marine qui est fascinée attirée qui n’en peut plus d’attendre. Picotements dans le bas du ventre, étrange sensation, agréable un début quand viendras-tu dedans ? Laisse moi le temps...
Ils se regardent alors dans les yeux et naturellement Pierrick s’approche davantage pour l’embrasser passionnément sur les lèvres. Les langues s’entrelacent dans un ballet sans fin. Il se colle contre son corps, elle en tremble et n’a aucun mal à se laisser aller. Elle est en confiance, il en fait son rêve tant il est si doux, tant il aime donner, tant il a compris que Marine est pareille, échange d’amour, échange de bonté.
Ils se retrouvent tous deux nus, Pierrick écrasant une fraise entre ses beaux vallons et dont il boit le jus jusqu’à l’ivresse. Les pointes de Marine se figent et des frissons parcourent tout son corps. Amoureuse, elle en veut encore, il en pose ci et là puis une dans sa profonde intimité, où il la trouve et la croque d’une langue experte. Délice calice où il se niche et dont elle plante ses doigts dans sa chevelure en gémissant... Il goûte à son bouton rose, le happe, elle jouit...
Ils sont fous d’amour, et se tartinent de crème pâtissière, de chantilly, de sirop de rose que Marine fait couler goulument sur son corps. A son tour elle prend les initiatives. Elle se délecte alors telle une gourmande amante qui prend son temps en le léchant de partout, en l’aspirant de doux baisers, tantôt fougueux tantôt langoureux. Il est au bord du précipice, mais il se retient encore.
Elle pose alors sa bouche autour de son sexe et l’engloutie le mange, le dévore avidement, goulument. Puis la pointe de sa langue descend encore plus bas et fait couler du sirop qu’elle lèche avec avidité et frénésie...

La jouissance arrive, et explose dans son intime espace. Il est comblé, elle se sent bien, heureuse, ne veut plus bouger et rester encore un peu de ses bras . Il continue à la caresser, il aime la douceur de sa peau, si fine si enfantine. Il ferme ses yeux, elle le regarde, en profite encore un peu avant le départ. Car fatalement il y a un départ. A savoir si ils se reverront ?
il en restera un beau souvenir et une rose posés sur la table séchée et conservée, et près d’elle un numéro de téléphone pour se retrouver et de nouveau s’aimer…
Lun 02 Fév 2015, 16:23 par caressedesyeux sur Les liaisons sulfureuses

Gelée matinale

J’ai marché tout droit sans savoir
Sur le fil amant du hasard.
La chance à donné à mon cœur
La portée d’une aube mutine
Auprès d’une jeune nature en fleur
Que mes yeux avaient lu divine.
et je me lis m’abandonnant
Aux courts regrets quelques instants,
D’avoir en ce matin gelé
A laisser filer, nouvelle fois,
Rien ne m’attache je ne sais pourquoi,
Cette belle parure dans son écrin.
S’évanouissant dans le refrain
Qu’ il me complais à siroter
J’assiste cruel dans ce ruisseau
A la noyade du jeune oiseau.
Finement encore parfumé
Des scintillements de l’escapade
Je retourne aux diurnes fumiers
Dont je me poudre dans l’agape
Pour faire à l’autre croire d’oublier
La parenthèse maquillée.
Les trottoirs sont sales à pleurer
J’y vois miroirs qui me diffuse
Me renvoient le tain du passé
Dans une lumière qui s’en amuse
Ces longues à l’arme blanche
Tailladant mon corps enfiévré
D’autant de plaies qu’il en calanche.
Je ne suis pas fait pour aimer.
Mar 18 Mars 2014, 17:18 par Jime sur Mille choses

Auteur de mon coeur.

C’est vrai je ne m’attendais pas à toi
je ne m’attendais pas au miracle
je ne m’attendais plus à tomber d’amour pour toi.
Et pourtant un beau JOUR tu es venu avec ta plume sur le dos, comme une robe qui t’enrobe.
Je t’ai trouvé vaillant et courageux, dans ton être que tu portes si bien, je t’ai trouvé drôle et ton imagination a vite pris mon esprit.
Je me laissais glisser entre tes mots, je me sentais devenir tienne appartenant à tes mains d’écrivain.
Tu inventes l’histoire de nos rêves, et tu joues si bien ton rôle, entre drame et comédie.
Le bonheur, c’est quand le drame laisse sa place à notre jouissance.
Tu es le maître de mon cœur en bel entrepreneur.
Tu es le MARI dont j’ai toujours rêvé, et si je te fais à nouveau croire au grand amour c’est tout autant mon cas, sous ton regard.
Tu es beau car ton sourire charmeur est une comète dans mes .
Ce jour je me dis que si je pouvais arrêter le temps je l’aurais arrêté pour nous faire prisonniers de cet instant où l’on s’est aimés.
Je ferai tout pour te garder près de moi, voir ton bonheur, et pour ne jamais nous perdre.
Je n’aurais pas pensé un jour t’aimer autant, et pourtant,
je me vois bien à présent épouser ton corps, dans une vie à deux, où nous serions heureux.
Tu es comme un idéal, l’idéal ACTEUR et AUTEUR de mon cœur.
Ven 29 Nov 2013, 20:36 par inlove sur La vie à deux

La biche et moi (ecrit au masculin re-travaillé)

LA BICHE ET MOI

En ce temps-là, j’avais acheté, pour une bouchée de pain, un grand terrain laissé depuis longtemps à l’abandon et retourné quasiment à l’état sauvage. Enfin, si l’on peut appeler cela un terrain d’une étendue hétéroclite de prairies, marécages et bois disséminés pêle-mêle sur un domaine au relief chaotique que surplombait l’antique coupole d’un vieux moulin en ruine. Personne ne semblait pouvoir me renseigner sur le contenu exact de la propriété et les papiers officiels ne faisaient mention que d’une surface et de la "probabilité d’une habitation". Une telle description sur un acte de vente s’expliquait par un accès plus que difficile, prodigieusement malaisé et très dangereux. On ne s’y prendrait pas autrement pour en interdire l’entrée. C’était, sans toutefois l’affirmer : Vous entrez à vos risques et périls ! Ce qui en rebuta plus d’un et fit mon bonheur tant sur le plan pécunier que sur le plan satisfaction : L’endroit était exactement ce dont j’avais rêvé !Je trouvai, dans la propriété, un vieux moulin à eau entouré d’une forêt d’orties, de fleurs champêtres, de ronces et d’arbres rabougris couverts de fougères. J’avais besoin d’un endroit comme cela, à l’écart de toute civilisation, mais pas, pour autant, au bout du monde, pour y séjourner en paix et méditer au calme.

Un héritage impromptu, placé à bon escient, me rapportait suffisamment que pour vivre de mes rentes. N’ayant nul besoin de travailler, je passais mon temps partagé entre mes loisirs, la découverte de mon domaine et la restauration de l’ancien bâtiment. J’étais ainsi toujours occupé et je ne connaissais pas l’ennui. Étant un solitaire, j’avais appris à me débrouiller seul et n’avais besoin d’aide même pour des travaux de force que j’accomplissais en me référant aux anciennes méthodes de construction. Celles d’un temps où l’homme était la seule puissance motrice disponible pour exécuter ce genre de travail. Je restaurai ainsi un vieux four dans lequel je faisais cuire mon pain. Remis en état l’ancienne roue à aubes du moulin pour disposer de sa force pour les gros travaux ainsi que de son énergie pour alimenter un circuit d’eau, sommaire, pour la cuisine et la salle d’eau. Réparai la toiture pour être au sec, rebâtis la partie de façade effondrée, consolidai le reste et refis quelques crépis internes pour que l’ensemble soit propre et agréable à vivre. Je m’octroyais de larges plages horaires pour lire et méditer et me surpris à plusieurs reprises à lire à la lueur du feu de bois crépitant joyeusement dans la cheminée. J’aimais cette atmosphère intimiste que je préférais à la lumière froide des ampoules électriques.

Mon garde-manger se remplit bien vite des légumes variées en provenance du petit jardinet que j’avais défriché et des nombreux fruits en provenance d’un verger revigoré par l’élimination de la prolifération des mauvaises herbes qui l’avaient envahi. Mon nouveau cadre partiellement aménagé, j’aimais beaucoup m’étendre sous un arbre ou au bord de l’eau et dans cette tranquillité champêtre, je dévorais quantité de livres. Parfois, le soir, inspiré par le cadre et le chant des cigales, j’improvisais sur le piano des mélodies pastorales ou, quand le temps menaçait d’orage, une envolée lyrique qui n’aurait déplu à Wagner.
Les rares amis qui s’étaient invités étaient repartis aussi vite que l’éclair au manque d’eau chaude courante, de radio et de la reine télévision dont la place restait ostensiblement vide. Contrairement à l’adage qui veut qu’un ami arrive trop tard et reparte trop tôt, chez moi, il arrivait toujours trop tôt et repartait, malgré sa célérité, toujours trop tard. Ce qui me valut, auprès d’amis et connaissances, en un temps record, le sobriquet de sauvage. Pas de réveille-matin non plus ! Je me réveillais chaque matin, la fenêtre ouverte, avec le doux murmure d’une petite cascade dont l’eau s écoulait paresseusement en un gros ruisseau qu’accompagnaient les chants joyeux d’une dizaine d’espèces différentes d’oiseaux : Un pur moment de bonheur !

Après une installation plus que sommaire, bien que suffisante à mes faibles exigences, je décidai de faire le tour complet du propriétaire pour avoir une idée aussi précise que possible de l’état et des besoins de la propriété. Je pris un sac à dos, y fourrai de quoi tenir une semaine de provisions, ma tente et mon sac de couchage, résidus des camps de vacance de ma jeunesse, une machette et une corde d’alpiniste, souvenir d’un vieux voyage au Mexique, un ciré, cadeau d’un ami breton, l’indispensable équipement de l’explorateur, boussole, lampe, couteau et mon inévitable livre de chevet. Pour l’occasion, j’avais trouvé fort à propos d’emporter les aventures de Robinson Crusoé. Une fois traversée la savane sauvage entourant mon havre de paix, je m’enfonçai vite dans une sorte de brousse boisée aux ramures inextricables traversée par une espèce de pâture marécageuse. Un infect bourbier que je décidai de contourner de peur d’y rester coincé. C’est au détour d’une énième masse de ronces que je la vis : Une biche s’était empêtrée, dans cette surface spongieuse, et malgré tous ses efforts ne parvenait pas à s’en extraire. Quand mon regard croisa ses grands yeux angoissés, elle semblait supplier : Sauve-moi !

Je n’étais pas équipé pour une telle péripétie mais sans y réfléchir davantage, je sortis mon inséparable corde de rappel qui ne me quittait plus pour mes randonnées depuis que son absence avait failli me coûter la vie lors d’un trip dans les Andes. J’attachai solidement un bout à un arbre et en ayant une pensée pour mes toutes nouvelles bottines de marche je m’enfonçai résolument en direction de la bête apeurée. Comme si elle fut consciente du but de mon action, elle arrêta de se débattre et se laissa entraver docilement. Relevant la biche d’une main et tirant la corde de l’autre, le corps à moitié enfoui dans la boue, après un temps qui me parut une éternité, je parvins à dégager la bête de l’emprise de la vase. Il ne me resta plus qu’à m’y soustraire pour remarquer que la biche, loin d’éprouver de la crainte à mon égard, faisait montre d’une gratitude inhabituelle pour cette hôtesse des bois. Une fois ses entraves ôtées, je l’exhortai à partir mais elle n’en fit rien. Que du contraire, elle se mit à me suivre comme un toutou. L’aventure et l’effort consenti m’avaient donné faim et m’arrêtai pour manger, assis à califourchon sur une victime des terribles tempêtes ayant secoué la région. Le vieux tronc me servait à la fois de chaise et de table et déployant un essuie j’installai mon repas.

Je commençai à me restaurer quand, à ma grande surprise, la biche s’invita à la collation en subtilisant timidement quelques feuilles de salade. Mi-perplexe, mi-amusé, je réalisai que la pauvre bête devait mourir de faim. Qui sait depuis combien de temps elle se débattait dans cette boue ? Je songeai que son attachement inhabituel devait provenir du parfum que dégageaient les victuailles que recelait mon sac à dos. Je me surpris à lui parler comme à une personne et l’inviter à la noce du geste et de la parole. Je m’amusais à voir son joli museau s’avancer vers la nourriture et l’attraper de sa petite langue tandis que ses grands yeux semblaient dire : Je peux ? Je lui présentai salades, légumes et fruits divers auxquels elle ne se priva pas de faire honneur. Au point que, le casse-croûte fini, je dus constater qu’il ne m’en restait plus assez pour continuer l’exploration de mon domaine. Je me voyais contraint de rentrer au bercail, faire le plein de provisions car je doutai fort de trouver quelque chose de comestible dans cette brousse. Le soir tombant n’en hâta que plus ma décision de faire demi-tour. Je me dis que, rassasié, l’animal allait sans doute poursuivre sa route.
Elle n’en fit rien et continua de me suivre docilement.

Le débroussaillage de l’aller se révéla un précieux gain de temps pour le retour et me félicitai intérieurement de ne pas avoir lésiné sur les coups de machette : Le chemin était tout tracé. Malgré cela, l’arrivée d’un orage impromptu vint obscurcir prématurément le peu de lumière dispensée par un soleil mourant. C’est à ce moment que je me rendis compte que, tout à l’étude du comportement de la bête, j’avais oublié de refaire mon paquetage. Ma lampe se trouvait quelque part dans ces ombres qui gonflaient et je ne dus de retrouver mon chemin qu’à la lueur de quelques éclairs annonciateurs de tempête. Accélérant le pas, je me retrouvai vite chez moi ; la biche toujours sur mes traces. Je m’engouffrai dans l’entrée au moment même où, les nuages, crevant, déversèrent la pluie à pleins seaux. J’allais refermer la porte sur les éléments déchaînés quand je croisai le regard attristé de la biche. Imagination, me direz-vous ! N’empêche que je n’eus pas le cœur de la laisser dehors et lui fis signe d’entrer. Ce qu’elle se pressa de faire d’un trottinement que je qualifierais de joyeux. Je ne pus m’empêcher de noter les dégâts occasionnés au hall d’entrée par mes bottes boueuses, ses sabots fangeux et sa fourrure dégoulinante d’eau mais j’étais exténué de ma journée et remis le nettoyage au lendemain. Je filai, sans tarder, au lit laissant l’animal se choisir un coin pour dormir.

Malgré l’orage qui grondait et grésillait, je ne tardai pas à m’endormir et à faire un de plus étranges rêves qui soit : Une lueur insolite semblait émaner de l’animal, prendre de l’ampleur jusqu’à devenir une lumière éblouissante, l’entourant et le soustrayant totalement à la vue. Quand le rayonnement se fit moins intense, je constatai qu’une créature d’une beauté inouïe avait pris la place de la biche. Une femme à la superbe chevelure d’un rouge flamboyant et aux magnifiques yeux noisette, que de longs cils mettaient en relief, sortit de ce halo et se mit à explorer l’endroit. Sa nudité et son corps aux courbes parfaites en faisaient une déesse irréelle, fascinante, captivante. Je contemplai l’apparition et en suivai chaque mouvement et geste : Tout semblait l’intéresser et l’intriguer. Après sa petite visite, elle revint s’asseoir près de mon lit et nous nous dévisageâmes longuement. Si longuement que, dans le rêve, nous nous endormîmes en nous regardant. Le lendemain matin, un poids me gênant, me réveilla de bonne heure. Je fus surpris de trouver la biche recroquevillée au bout de mon lit et pensai au singulier rêve de la nuit que je mis sur le compte de ma longue abstinence. Bien que m’obligeant à de longues veillées, je ne constatai rien d’inhabituel chez l’animal si ce n’est son inexplicable fascination pour mon logis qu’il refusait invariablement de quitter me suivant partout comme un quelconque familier domestique.

Au point que je m’y affectionnai et, à l’instar de Robinson, je cherchais un nom pour mon étonnant Vendredi. J’écartais d’office les bichettes et autres bibiches pour explorer les différentes mythologies à la recherche d’un nom qui lui conviendrait. Après différents essais, mon choix se fixa sur Eowyn, princesse guerrière du cycle tolkinien de la saga du Seigneur de l’anneau. Quelque chose dans sa description et dans mon imagination faisait queje lui trouvais la même allure altière et par la force des choses, le même mutisme glacial, la même difficulté à s’exprimer. Le temps passa. À l’Automne et ses couleurs variées, succéda le noir et blanc de l’Hiver qui fit place à l’éclatement lumineux d’un Printemps triomphant, et je me surpris à ressentir un manque étrange, comme une sombre appréhension, lorsque la biche partait en balade pendant de longues heures. Je ne saurai dire si c’était une grande inquiétude ou une sorte de stupide jalousie envers ce milieu qui m’enlevait le seul être que je supportais avec grâce à mes côtés., mais ce malaise était bel et bien réel. Je commençai à craindre pour mes facultés mentales. À intervalles réguliers, je refaisais ce même rêve étrange d’une merveilleuse déesse nue visitant la maison et me regardant dormir en se demandant quel rêve pouvait ainsi dessiner un sourire sur mon visage bourru. Je la voyais humer les draps, presque m’ausculter comme si elle voulait imprimer dans son esprit les traits de mon visage et mon odeur.

Une nuit, l’impensable se produisit : L’apparition se risqua à m’embrasser et ce baiser me parut si réel, si chaud, si excitant que je m’éveillai en sueur. Perturbé, désorienté, j’allai dans la cuisine et ouvris le frigo dans le but de me servir un grand verre de jus de fruit quand, dans le reflet d’un plat d’inox, je la vis derrière moi. Je me retournai aussitôt et lâchai mon verre de stupeur : La Venus de mon rêve était là en chair et en os. ! Aussi nue qu’un ver ! Aussi belle qu’une déesse ! Aussi irréelle qu’une fée et pourtant.....Toute aussi stupéfaite que moi, l’apparition était figée, interloquée par cette rencontre. Puis, alors que je n’étais pas encore totalement revenu de ma surprise, elle me raconta son histoire. Un magicien jaloux lui avait lancé un enchantement la changeant en biche. Elle ne reprenait sa forme primitive que les de pleine lune et ne retrouverait son aspect que lorsque son cœur rencontrerait son alter ego et partagerait, en même temps, les mêmes sentiments. J’étais tellement ébahi que je mis un moment à me rendre compte qu’elle peinait à couvrir, de ses frêles bras, sa nudité . Me confondant en excuses, je filai lui chercher de quoi se couvrir. Bien sûr je ne puis lui donner que quelques uns de mes habits et malgré l’incongruité de ces vêtements trop amples, sa ravissante beauté transpirait toujours.

Je m’inquiétai qu’elle eut faim, soif et lui préparai un en-cas rapide. Mais lorsque je voulus lui présenter le plateau, l’apparition avait disparu. Pour un rêve, c’était le songe le plus terriblement réaliste que j’avais jamais fait. Je restai un moment à y réfléchir puis, vaincu par la fatigue m’en retournai coucher. C’est là que je la retrouvai et que je me convainquis de ne pas rêver. Elle était couchée dans mon lit. Sa longue chevelure rousse faisant comme l’ombré d’un tableau. Ses formes sculptant les draps de ses courbes généreuses. Elle avait l’air d’un ange. C’était un ange ! Était-ce la situation ? La fatigue ? Le rêve ? Le manque ? La folie ? Je n’aurais su dire mais j’avais le cœur palpitant et débordant d’un sentiment que je croyais ne plus devoir connaître. L’émotion me submergeait et me vis chevalier protégeant son bonheur.
C’est au matin suivant que les affres de l’inquiétude commencèrent à me tourmenter. Elle avait repris sa forme animale signe que nos cœurs n’étaient pas au diapason des sentiments ou, plus probablement, que la solitude avait altérée ma perception de la réalité. La biche, quant à elle, ne changea pas ses habitudes et me gambadait autour « naturellement » si ce n’est qu’elle était encore plus familière que d’habitude. Enfin, je mis cela sur le compte de mon affabulation.

La nuit suivante, elle revint. Toujours aussi terriblement belle et attirante et nous passâmes la nuit à discuter de tout et de rien. Juste heureux d’être là, l’un en face de l’autre. Je buvais ses paroles comme un flot de nectar et m’enivrai de son rire pareil à une source cristalline. Sa voix me berçait d’une mélodieuse mélopée et je me réveillai le matin suivant endormi sur une chaise, la tête posée sur la table de la cuisine, le dos et les fesses en compote à me demander quel grain de folie germait dans mon cerveau. La nuit d’après, partagé entre certitudes et perplexités, nous échangeâmes de longs discours en de longs silences où seuls nos regards brûlants déclaraient cette flamme qui nous consumait. J’avais une envie folle de connaître le goût de ces merveilleuses lèvres qui s’agitaient en un joyeux babil. Comme si elle voulait rattraper les années de silence. Je les imaginais ayant l’arôme de pétales de rose et la saveur de la cerise. Aussi douces que les uns, aussi tendres que l’autre....Comme lisant dans mes pensées, elle déposa soudain un baiser fugitif sur mes lèvres enflammant tout mon corps d’une douce chaleur irradiante. J’en étais à réaliser ce qui m’arrivait lorsqu’elle revint à la charge d’une ferveur plus animale écrasant ses lèvres sur les miennes et cherchant le contact de ma langue pour ensuite l’aspirer. J’avais le corps en feu, tendu à l’extrême. Le sang battant aux tempes, le cœur cognant dans la poitrine, le ventre faisant des nœuds et le mâle rouant dans le pantalon.

L’envie de la prendre, là, tout de suite et le désir de protéger sa fragilité. Jamais je n’avais ressenti ce sentiment de faire passer le bonheur de l’autre avant mon seul plaisir propre. Je me sentais prêt à affronter le monde pour un seul de ses sourires. Nous échangions des baisers passionnés et des caresses torrides sans pour autant aller plus loin que l’éveil des sens. Chacun ayant peur que la magie de nos rencontres ne s’envole en franchissant le pas. Pourtant on était tellement serrés qu’elle ne pouvait ignorer l’état de tension qui m’agitait au point d’en avoir mal de turgescence. Et je ressentait son envie à ses mamelons durcis cognant ma poitrine. Le jour en biche câline, la nuit en tigresse affamée, j’en mourais de l’appétence qu’elle soit mienne et m’immolais à ses caprices pourvu qu’elle soit heureuse. On jouait à cet énivrant et excitant jeu dangereux lorsque survint l’accident. Ce matin-là, comme souvent, je mouillais une ligne dans l’espoir d’en retirer ma pitance tout en savourant les extravagantes aventures du Baron de Münchhausen que je ne me lassai de relire. Amusée ou intriguée par le jeu des poissons autour de l’appât, la biche se pencha. Un peu trop ! Et tomba à l’eau. La seconde suivante, un cri désespéré de femme me vrilla les tympans, me retourna le cœur et me propulsa à l’eau en même temps.

Mon amour se noyait ! Je la sortis aussi vite que possible de l’onde et l’étendis inanimée sur la berge. Le cœur serrant la gorge et l’âme au bord des lèvres j’entrepris de la ranimer. Je pratiquai le bouche-à-bouche mais le geste professionnel se changea vite en baiser amoureux. L’attrait de son corps, ses seins insolents, ses hanches affriolantes, son ventre invitant eurent raison de mes hésitations lorsqu’elle répondit à mon baiser. Des lèvres, je tombai sur son cou, glissai sur sa gorge et m’arrêtai sucer goulument ses seins. Ses tétons étaient aussi durs que roche. Tout son corps se tordait d’offrande. Pendant que je l’embrassais et la caressais, je sentais ses mains s’activer à m’ôter le pantalon. Je posais une main sur son ventre et la fis glisser juste au dessus de sa toison dorée. Elle desserra aussitôt ses cuisses, et je pus glisser mes doigts dans ses plis intimes. Elle soupira longuement. Elle était déjà moite de désir, prête pour l’amour...............
Tout en embrassant son corps, j’atteignis son jardin d’Eden et lui arrachai un gémissement de plaisir en écrasant délicatement le pistil de sa rose. Ma langue allait et venait entre ses lèvres énervant son bouton rose pendant que mes mains parcouraient cuisses, ventre et fesses en une ronde caressante et impudique. Elle haletait et soupirait, et je redoublais d’ardeur dans les attouchements, les baisers et les caresses. Le plaisir et le désir la tordant en spasmes jouissifs jusqu’à ce qu’elle parvienne enfin à l’orgasme dans un long râle extatique.

Je goûtais à son bonheur lorsque, d’un brusque coup de rein, elle inversa la position se retrouvant de monture à cavalière. Dans le même mouvement, s’emparant de mon membre, elle s’empala et partit au galop. Sa chaleur intime m’enflamma au point que je crus exploser en elle tellement vite que j’en fus désolé mais à son sourire triomphal je sus qu’elle avait atteint son but. Je ne sais combien de fois elle revigora mon ardeur mais je sais que jamais je ne me serai cru capable d’un tel exploit. Nous nous arrêtâmes à bout de forces mais non à bout d’envie et nous nous endormîmes, enlacés, épuisés, sur la berge. La fraîcheur du soir qui tombait nous réveilla et, nus comme Adam et Eve, nous nous dirigeâmes vers cette maison où l’amour, que depuis je lui prodiguais, devait la convaincre de ne jamais plus la quitter.
Jeu 14 Nov 2013, 11:12 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Amour trouble

En ce temps des moissons, mon cœur souffre de vous.

Quelle est donc cette émotion où prend racine cette douce torture ? Ou cette impatience qui me supplie à vous avouer mes plus sombres tourments.

Ma conscience se déplace tel un funambule sur une ligne imprécise, entre deux mondes, dans l’antichambre de mes intimes pensées. Un monde, ni noir ni blanc. Sans rimes, ni raisons. Mais comment des sentiments si doux peuvent-ils être mauvais et honteux ? Mon esprit, torturé par la peur d’un implacable rejet, cause aussi mes tourments.

Je vous hais, comme je vous aime. Je vous attends, je vous espère, dans cette voluptueuse et oppressante souffrance. Que votre fantôme cesse de hanter mes songes éveillés et mes esseulées qui célèbrent, vos yeux tantôt enjoués et rieurs, tantôt conjugués à un regard vif et ténébreux. Ou bien la délicieuse courbe de la nuque que révèle votre chevelure de jais.

Intrigante et douce sorcière. Impulsive et fougueuse ensorceleuse. Derrière vos apparences parfois frivoles, votre esprit rebelle couve une tendre vulnérabilité. Mes pensées abritent le désir, l’accès à votre mystère, et l’énigme de vos secrets.


Deviendrez-vous le bourreau de mon cœur, ou l’ange qui apaisera ce feu ardent ?
Lun 11 Nov 2013, 19:22 par laloutre sur La déclaration d'amour

Amour trouble

En ce temps des moissons, mon cœur souffre de vous.

Quelle est donc cette émotion où prend racine cette douce torture ? Ou cette impatience qui me supplie à vous avouer mes plus sombres tourments.

Ma conscience se déplace tel un funambule sur une ligne imprécise, entre deux mondes, dans l’antichambre de mes intimes pensées. Un monde, ni noir ni blanc. Sans rimes, ni raisons. Mais comment des sentiments si doux peuvent-ils être mauvais et honteux ? Mon esprit, torturé par la peur d’un implacable rejet, cause aussi mes tourments.

Je vous hais, comme je vous aime. Je vous attends, je vous espère, dans cette voluptueuse et oppressante souffrance. Que votre fantôme cesse de hanter mes songes éveillés et mes esseulées qui célèbrent, vos yeux tantôt enjoués et rieurs, tantôt conjugués à un regard vif et ténébreux. Ou bien la délicieuse courbe de la nuque que révèle votre chevelure de jais.

Intrigante et douce sorcière. Impulsive et fougueuse ensorceleuse. Derrière vos apparences parfois frivoles, votre esprit rebelle couve une tendre vulnérabilité. Mes pensées abritent le désir, l’accès à votre mystère, et l’énigme de vos secrets.


Deviendrez-vous le bourreau de mon cœur, ou l’ange qui apaisera ce feu ardent ?
Lun 11 Nov 2013, 19:22 par laloutre sur La déclaration d'amour

Qualification au final

L’amour est indéfinissable.
L’amour ne peut se dire
ni même s’écrire
ou peut-être seulement dans L’ART...
le réel amour...
l’art dans le réel, l’imaginaire et le symbolique:
l’art comme un langage d’une jouissance mais non absolue,
du corps et de l’inconscient...

le Réel Autre,
alors il est bien cette VOIX.
Il ne faut pas rester sans voie.
Il ne faut pas perdre sa voie,
notre bonne direction.

L’amour est passé
l’amour est présent
l’amour est avenir
L’AMOUR EST à venir...?

L’amour est nôtre si il nous appartient...
en nos corps et âmes...
ou bien disons plutôt il nous appartient si il est Nôtre...

Notre réciproque.

Notes réciproques.

Notes qualifiées au final.

Musique seule en mon Cœur qui est Tien:

étreintes pures mais au-delà du plaisir.

Au-delà du principe de plaisir.
Au-delà même de l’amitié.
Au-delà de LA VIE.
au-delà de la mort.
Au-delà de nos corps...
au-delà de nos âmes...
en plein dans nos cœurs...

Un Instant inoubliable
au-delà du souvenir
au-delà de l’oubli.

Au-delà du Désir, Je T’AIME.

Réalité qui m’écorche parfois, car l’amour pose sa marque,
pose ton nom sur le mien.
Telle une souffrance qui ne s’efface,
mais laisse sa TRACE...
qui enfin se termine sous tes yeux
qui m’aiment.
Un bonheur partagé.
Un bonheur salvateur.
Curateur.
Réparateur et sauveteur en MER.

Nos projets sur le même chemin.

Nos futurs main dans la Main.

Nos lendemains.

Nos éclairées.

Nos jours, ensoleillés,
et ceux avec juste un peu de pluie,
mais ceux d’une pluie qui nourrit
la Terre, notre terre.
Notre TERRAIN.

Ce que je n’ai pas: tu me le donnes Puissance Mille
comme une Bombe Atomique.
Tu réduis l’incomplétude de l’être à Néant.
Sam 20 Avril 2013, 16:51 par inlove sur Citations

Prends ce que je t'aime (texte de chanson de jime)

J’ai le sang des sentiments
Pour toi aux dunes légères
Qui parcours mes rondeurs
Quand il entrevoit les tiennes
Mais côté pile ou côté face
Rien n’est fait pour s’emboiter
Mais j’t’aime malgré malgré malgré ça...

Il n’y a rien qui me dérange
A t’aimer, toi, fait pareille
A rêver bien d’autre chose
Que l’universelle rose
Celle qui plombe tant de colombes dans des relations contraires
qui s’entachent de défaites, et de somme de déceptions
Moi je te parle d’un amour qui ne craint pas ces frontières

Prends ce que je t’aime
Prends ce que je t’aime

WOwowowow….

Je n’ai pas l’accroc du choix
de mettre posée sur toi
vibrionnée par ce droit
que certains n’acceptent pas
Moi j’t’ai cueilli comme une fleur
Comme elles sont cendres et tas d’âmes
Leurs voies, ces feux qui ne dressent pas de lumière

Prends ce que je t’aime

J’gomme l’effluve de ceux qui pleuvent les relents du bien penser
J’aboierais tant qu’il faudra pour que tu saignes ma vérité
j’t’aime à héler le dôme des joies
Soutenues dans les sphères saphiquement printanières

Prends ce que je t’aime
Prends ce que je t’aime

Privilège,
Les routes de chaque jour sont tes
Ces heures hors rang soulevant les flagrances d’envies
Dans la prose des émois d’un typhon double féminin de corps
Jeux d’accords de reins dans le sofa où toi et je fusionnons, l’aubade de l’envers.

Prends ce que je t’aime

J’gomme l’effluve de ceux qui pleuvent les relents du bien penser
J’aboierais tant qu’il faudra pour que tu saignes ma vérité
j’t’aime à héler le dôme des joies
Soutenues dans les sphères saphiquement printanières

Prends ce que je t’aime
Prends ce que je t’aime

J’gomme l’effluve de ceux qui pleuvent les relents du bien penser
J’perpétuerais le pareil pour caresser tes merveilles
Liane nue dans la dentelle t’enroulant comme le lierre

Prends ce que je t’aime

JIME
Mer 27 Mars 2013, 09:07 par Jime sur L'amour en vrac

L'ombre du désir

Obsédé sans cesse
Par ses seins pointus
Fantasmes et caresses
Sur son petit cul
Son corps de nymphette, ébouillante tes
Soubrettes et silhouettes, embrasent tes envies
Ca te dévore l’esprit
Au fils des semaines
Mais ce n’est pas une vie
Ta main qui se démène
Derrière sa porte, planqué dans le noir
Ou dans le jardin quand il est déjà tard
Désirs dans l’ombre
Que dire de ces plaisirs si sombres
C’est déprimant
De s’agiter solitairement
Désirs de l’ombre
Des courbes charnelles d’une demoiselle
Epiées en nombre
Mais tu jouis seul loin de la belle
Ce n’est qu’une ombre
Mais tu t’obstines
A croire qu’un jour ton dur concombre
Visitera la jeune coquine
Plaisirs de l’ombre
Dans les décombres
D’une sexualité de passage
D’ado pas sage
Petite voisine
Concentrée de braises
Dont tu mates l’échine
Perché sur une chaise
Derrière ta fenêtre , planqué dans le noir
Ou dans le jardin quand il est déjà tard
De ce petit manège
Tu es prisonnier
Ton seul privilège
A rester caché
Ton sexe qui glisse entre tes cinq doigts
Quand son entrecuisse se dessine parfois
Ven 23 Nov 2012, 09:30 par Jime sur Les liaisons sulfureuses

Fin d'étè

Fin d’été

Quelques pas au fond du couloir
Un bruissement d’elle dans le noir
Je la guette mais ne peux la voir
Et c’est ainsi comme chaque soir

Je me suis pourtant bien promis
Moi la sentinelle de ses
D’arrêter de vivre cette folie
L’attendre en vain à l’infini

Mais je ne peux m’y résigner
L’envie d’y croire et d’espérer
Est bien trop forte pour arrêter
Alors je me laisse emporter
Par les fantômes de mes idées
Les solitudes des vents mauvais
Et quelques gouttes de fin d’été

On m’avait pourtant bien prévenu
De la douleur des déconvenues
De voir des ombres dans la rue
Et de forcer l’inattendu

Je m’étais pourtant bien juré
Moi la vigie de ses journées
D’arrêter de l’imaginer
M’attendre en vain sans se lasser

Mais je n’ai pu m’y résigner
L’envie d’y croire et d’espérer
Etait trop forte pour m’arrêter
Et je me laisse donc emporter
Par des fantômes qui m’ont dicté
Des plages noires, des raz de marée
Et quelques gouttes de fin d’été

Jime
Lun 09 Juil 2012, 14:48 par Jime sur L'amour en vrac

Fin d'étè

Fin d’été

Quelques pas au fond du couloir
Un bruissement d’elle dans le noir
Je la guette mais ne peux la voir
Et c’est ainsi comme chaque soir

Je me suis pourtant bien promis
Moi la sentinelle de ses
D’arrêter de vivre cette folie
L’attendre en vain à l’infini

Mais je ne peux m’y résigner
L’envie d’y croire et d’espérer
Est bien trop forte pour arrêter
Alors je me laisse emporter
Par les fantômes de mes idées
Les solitudes des vents mauvais
Et quelques gouttes de fin d’été

On m’avait pourtant bien prévenu
De la douleur des déconvenues
De voir des ombres dans la rue
Et de forcer l’inattendu

Je m’étais pourtant bien juré
Moi la vigie de ses journées
D’arrêter de l’imaginer
M’attendre en vain sans se lasser

Mais je n’ai pu m’y résigner
L’envie d’y croire et d’espérer
Etait trop forte pour m’arrêter
Et je me laisse donc emporter
Par des fantômes qui m’ont dicté
Des plages noires, des raz de marée
Et quelques gouttes de fin d’été

Jime
Lun 09 Juil 2012, 14:48 par Jime sur L'amour en vrac

Infidélités

Infidélité

L’âme du temps s’est pendue à la grande aiguille de l’horloge de tes
Car tes sommeils se sont faits rares, ils ont quittés ton lit
Ils ne sont pas partis tous seuls, ta femme les a suivis
Au sortir de tes frasques et autres supercheries

Depuis, tu comptes les pleines lunes et les cafés serrés
Et il ruisselle en toi les eaux boueuses de ton vilain passé

Les limbes de tes profonds chagrins ont posé sur le temps
Des voiles évanescents, vaporeux et si blancs
Ainsi que des silhouettes en hommage à l’amour
Qui brodait sur ton cœur les perles de tes jours

Ces femmes aux corps laiteux ont brisé ton navire
Tu gis échoué là au pied de ton empire
Entouré de fantômes qui hantent tes visions
Tu supplies ton aimée de garder la raison

Ces femmes au corps brumeux chantent l’infidélité
Fatigué, yeux mi-clos tu les perçois troublées
Tu les a vues si près dans tes draps de satin
Et tu les as aimées de manière éhontée à valeur de catin

Depuis, tu comptes les pleines lunes et les cafés serrés
Et il ruisselle en toi les eaux boueuses de ton vilain passé

Embrumées et blanchâtres tu les verras sans fin
Ces nymphes transparentes s’échapper de tes mains
Aujourd’hui tu es seul, surtout tu n’as plus rien
Que leurs fumées légères comme uniques lendemains

Jime
Mer 04 Juil 2012, 08:28 par Jime sur L'amour en vrac

Lui dire

Comme si elle avait toujours su


J’ai approché fiévreux, un pays inconnu
Pris un avion volé pour la rejoindre mieux
Inventé pour elle des jours jamais plus vieux
Je voudrais le lui dire, comme si elle avait toujours su

La serrer dans mes bras sans bruit et sans chahut
La couvrir de caresses et de mille tendresses
Ne danser rien qu’avec elle des au goût d’ivresse
Je voudrais le lui dire, comme si elle avait toujours su

Lui dire des mots d’amour, de ceux qu’on a vécus
Poser chaque syllabe sur ses lèvres sucrées
Construire sur des je t’aime la vie qu’elle a rêvé
Je voudrais le lui dire, comme si elle avait toujours su

Lui raconter les joies qu’en moi elle a cousues
Que quand elle n’est plus là, les heures comptent double
Que j’ai dessiné pour elle tout un monde sans eaux troubles
Je voudrais le lui dire, comme si elle avait toujours su

M’allonger tout près d’elle je n’en demande pas plus
Prendre sa main dans ma main, la poser sur mon cœur
J’ai caché quelque part ces instants de bonheur
Je voudrais le lui dire, comme si elle avait toujours su

Jime
Mer 13 Juin 2012, 10:39 par Jime sur Parler d'amour
Page 1 sur 11 Aller à la page 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivante

Ecrire sur nuits

Ecrire sur nuits Flic ou vuyou, Nuit d'ivresse, Fraise au parfum de rose, Gelée matinale, Auteur de mon coeur., La biche et moi (ecrit au masculin re-travaillé), Amour trouble, Amour trouble, Qualification au final, Prends ce que je t'aime (texte de chanson de jime), L'ombre du désir, Fin d'étè, Fin d'étè, Infidélités, Lui dire,
Il y a 155 textes utilisant le mot nuits. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

L'eau à la bouche
Anne BERT
Pocket
Tes désirs sont des ordres
Eric Mouzat
J'ai lu
Homo erectus
Tonino Benacquista
Gallimard
Dictionnaire des idées suggérées par les mots : trouver le mot juste
Paul Rouaix
Le Livre de Poche
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
La femme de papier
Françoise Rey
Pocket
Libérer son écriture et enrichir son style
Pascal Perrat
Editions Victoires
Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
Proposition perverse
Guillaume PERROTTE
Pocket
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Ayez vos yeux bien ouverts avant de vous marier, et mi-clos quand vous serez mariés.

B. Franklin.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Lun 11 Déc 2017, 06:46
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1233 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Nico
  • Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 5 Invités et 2 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN (2)
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite