Essaye moi...

Moi pauvre fou
Moi qui ne suis même pas digne te regarder
Je suis fou de toi
Ma has echizado...

Tu m’as apporté la joie de vivre
Tu m’as donné l’envie
Ton sourire est comme la vie
Et je vois l’amour...

Mais je ne veux point te faire peur
Je ne suis qu’un homme
Pauvre et fou
Amoureux et passionné
Qui souhaiterait tout te donner
Juste pour un regard amoureux
Ou au moins un regard tendre
Qui me laisse l’espoir de former ta moitie...

Ne le prends pas à la première lettre
Si cela te fait peur
Mais sache que je suis honnête
Comme je ne l’ai été depuis longtemps
Essaye moi...

Juste pour une heure
Juste pour te faire une idée
Et je te le redonnerai cela au centuple
Si cela ne marche pas tannt pis
Il n y aura alors plus de regrets
Car moi je suis pour toi
Comme je ne l’ai pas été depuis
Jamais...
Este amor es el verdadero...

Trop encore je m’élance
Ne le prends pas tel quel
Si ce n’est pas ce que tu souhaites
Si cela te fait peur
Imagines moi comme un de plus
Et laisse moi te donner le peu que je suis
Alors tu te feras ton idée
Et consciente tu pourras faire ton choix
Essaye moi...

Du fait de notre envionnement
Je sais le danger que cela peut être
Mais oublions le futur
Pour nous concentrer en notre présent
Notre vie ne dépend pas d’eux
Mais de nous
Je ne veux certes pas les molester
Mais qu’il ait une possibilité
Qu’il existe une chance
Tant minuscule soit elle
Essaye moi...

Enfin si ton idée est claire
Si ton choix est fait
Et que celui ci est sans moi
Alors ainsi soit il
Je me rangerais à ce choix
Sache que je le respecterai
Comme à une femme
Et comme à une amie
Que je ne pourrai oublier...

J’aurai voulu te le dire de face
Devant ce coucher de soleil
Que nous avons partagé
Une nuit d’été
Mais je n’ai point voulu gâcher
Cette nuit exceptionnelle
Qui dans mon coeur réveille
Des sentiments troublés
Où j’aurais dû tout avouer....

Car sans toi
Je ne sais où cette vie
Va....
Ven 17 Août 2007, 01:36 par Loyd sur Parler d'amour

Un ange...

J’ai eu la vie facile mais je n’servais à rien
Puis j’ai partagé sa peine, aujourd’hui je suis quelqu’un
Sarah, reine des femmes, devant elle je m’incline
Car je peux voir ce matin un ange dans ma cuisine

Sarah, elle est belle mais seulement quand elle est nue
Le corps tendu par ses grands airs, mes doigts collés à sa nuque
Sarah, reine des femmes, devant elle je m’incline
Car je peux voir ce matin un ange...

Kyo - Sarah
Jeu 16 Août 2007, 20:28 par Loyd sur Citations

Liberté, j'écris ton nom ( 9 )...

Parce que tu me fais trop mal...
Parce que je ne veux pas continuer à être ton souffre-douleur...
Parce que je veux encore exister pour mon fils qui ma vie...


Marie



Je suis venu te dir’que je m’en vais
et tes larmes n’y pourront rien changer
comm’dit si bien Verlaine "au vent mauvais"
je suis venu te dir’que je m’en vais
tu t’souviens des jours anciens et tu pleures
tu suffoques, tu blémis à présent qu’a sonné l’heure
des adieux à jamais
oui je suis au regret
d’te dir’que je m’en vais
oui je t’aimais, oui, mais- je suis venu te dir’que je m’en vais
tes sanglots longs n’y pourront rien changer
comm’dit si bien Verlaine "au vent mauvais"
je suis venu d’te dir’que je m’en vais
tu t’souviens des jours heureux et tu pleures
tu sanglotes, tu gémis à présent qu’a sonné l’heure
des adieux à jamais
oui je suis au regret
d’te dir’que je m’en vais
car tu m’en as trop fait- je suis venu te dir’que je m’en vais
et tes larmes n’y pourront rien changer
comm’dit si bien Verlaine "au vent mauvais"
tu t’souviens des jours anciens et tu pleures
tu suffoques, tu blémis à présent qu’a sonné l’heure
des adieux à jamais
oui je suis au regret
d’te dir’que je m’en vais
oui je t’aimais, oui, mais- je suis venu te dir’que je m’en vais
tes sanglots longs n’y pourront rien changer
comm’dit si bien Verlaine "au vent mauvais"
je suis venu d’te dir’que je m’en vais
tu t’souviens des jours heureux et tu pleures
tu sanglotes, tu gémis à présent qu’a sonné l’heure
des adieux à jamais
oui je suis au regret
d’te dir’que je m’en vais
car tu m’en as trop fait

Serge Gainsbourg
Mer 18 Juil 2007, 12:14 par Satine sur Mille choses

Si vide sans corps

\... L’écran de tes connaissances .../

Dans l’attente d’une lecture d’échange,
je t’écris alors pour tuer le temps,
éventuellement pour ne rien penser,
peut être pour oublier
et tuer les romantiques à coup de triques.

Un poème ?! Disons des phrases et tes sons
Pour ne pas laisser songer qu’içi s’abat,
Sur de sois, les dérangements instables.
Les respirations se contrôlent dans l’amertume.

Grinces des dents, détournes les régions
Et vole au dessus des brins en
J’en ferais tout autant si brusquement

L’effarement et puis
Plus rien, une goutte, juste une goutte

Et encore…



Revenant des appels de nos festins,

Maintenant que nos corps se décodent après,
Les portes physiques semblent difficiles à prendre

Et la marche pourtant se reprend,
L’un vers l’autre nous y songeons
Magie de tes fringues et des musiques ?

Sans doute que rien ne comble le tout
De ta présence je ne peux que m’en soucier
De l’œil te laisser transparaître mes sentiments
Décomposés et faussés par l’absurde écran

Alors c’est ici la passion qui me fait t’écrire
Et par le mérite du ridicule m’ouvre aux lois des créations
C’est alors par elles que j’entends le cœur d’une raison
Le boum qui me surprend dans le cri d’un sentiment
Le même me disant que le mur des relations est proche
Ven 06 Juil 2007, 10:59 par Gaelj89 sur Amour internet

Et si on parlait d'amour...

On dit souvent de l’Amour, que c’est merveilleux, fabuleux, extraordinaire...
On se trouve alors dans un état de plénitude, d’épanouissement de son Etre.
Que nenni..
Dit-on tout de l’Amour ?
Parle t-on de la contradiction du sentiment amoureux ?
Non.
Amour, haine
On oublie d’en parler
De cette duallité
Et pourtant cela fait partie
De la composante du sentiment amoureux.
L’Amour a ce quelque chose d’énigmatique
Car le mot y prend toute sa valeur.
Soi, l’Autre
Deux Etres qui ne font plus qu’Un...
Et si on était tout simplement dans l’erreur dans cette définition.
Deux personnes, en fin de compte,
Au risque de vous choquer
Ce sont trois individus
Qui se conjugeraient de cette façon.
Je, Tu, Nous...
A cette lecture, vous allez vous poser la question
Mais où veut-elle en venir ?
La rencontre amoureuse est sublime,
Elle est accompagnée d’émotions
Qui embellit notre vie.
Mais quand on aime, je parle d’un amour pur
On prête attention au regard de l’Autre,
Miroir dans lequel se reflète notre image.
Alors on veut plaire à tout prix
Prêt à tout pour ne pas perdre
L’amour de l’Autre
Au risque de se perdre Soi.
C’est l’erreur que font beaucoup d’entre nous.
Il y aurait donc, dès la rencontre
Malentendu.
On oublie le Je, le Tu
A laquelle on ne donne pas existence
On fusionne avec le Nous
Mais pour combien de temps...
Dès que l’on déplaît, la souffrance apparaît
Blessé par l’Autre.
On n’évoque jamais le mot " souffrance "
Quand on parle d’Amour,
Comme si cette douleur n’existait pas.
Chagrins, peines, tristesses
Ne font donc partie du vocabulaire amoureux.
Il faut cesser d’avoir la naîveté de croire
Que l’Amour, ce n’est que du bonheur...


Marie
Jeu 17 Mai 2007, 15:46 par Satine sur Parler d'amour

Ah l'amour...

Ce sentiment qui nous traverse,
A tout moment de la journée,
Sans être forcément partagé,
Nous entraîne et nous bouleverse.

L’émerveillement d’un regard,
La passion d’une relation,
La violence d’une pulsion,
Nous fascinent et nous désemparent.

Les instants doux et éphémères,
Il faut savoir en profiter
Car demain le vent peut tourner

Une rupture arrive si vite,
Elle est pour cela bien maudite.
L’amour est partout la terre!
Lun 30 Avril 2007, 22:32 par jejefofo sur L'amour en vrac

Avant que le désespoir ne l'emporte...

Un jour elle partira
Quand ?
Elle ne le sait pas
Pourtant elle aime la vie
Un peu trop peut être
Mais ses chagrins lui pèsent
Alors le jour venu
Elle ira rejoindre
Celle qui lui manque

Elle a tant à donner
Mais le monde n’a pas besoin d’elle
Chacun pour soi
Cela, elle l’a compris
Pendant tant d’années
Elle a donné à un homme sans compter
Mais lui n’avait qu’un désir
Qu’elle soit Sa chose
Elle a fini par étouffer

Un matin elle a décidé
De vivre seule
Pour se sentir libre
Sur le chemin de sa vie
Elle a rencontré un homme
Avec lequel elle a partagé
Des moments coquins
Sa seule erreur
C’est de s’être attaché à lui.


Marie
Jeu 29 Mars 2007, 17:36 par Satine sur Parler d'amour

Révoltes des enfants

Révolte des enfants, ou au diable la Tour de Babel..

Des péres, des méres, des hommes, des femmes de dix-huit ans et plus derriere le volants de leurs voitures klaxonnent et klaxonnent. C’est la pagaille dans les rues de Paris, deCamberra, de Dakar, de Beyrouth, de New-York, de Pékin. Un emboutaillage de voitures hurlantes s’impatientent. La vie des adultes est bousculée, désordonnée, désorganisée. C’est la révolution des gosses, de tous les gosses de la planète Terre, dépassant les frontières de l’imaginaire.
Les enfants en ont ras le bol de ne plus pouvoir se donner la main dans les cours de récréation. Les mômes, ils en ont marre de ne plus pouvoir choisir leurs correspondants étrangers. Les gônes, ils saturent d’entendre leurs très chers parents commenter les actualités horrifiantes tout en engloutissant tranquillement un éclair au chocolat.
Pierre, il veut jouer au foot avec Sofiène. Adeline, elle veut jouer à la marelle avec Yasmine. Ursula et Tatsuya, elles veulent encore manger du couscous avec leurs doigts chez Fatima. Edouard, il veut encore chouraver des pommes vertes dans le jardin du vieux paysan d’à côté, avec Youri. Chacun s’en foute de la couleur de son copain, de la religion de l’un ou de l’autre.
Les grands, ils font la guerre, c’est leur jeu à eux. Les enfants, ils disent : " Ce ne sont pas nos guerres, ce ne sont pas nos histoires. On ne joue pas dans la même cours de récréation... "
Alors les mômes ont décidé de se donner la main à travers toutes les régions, en passant par tous les pays. Ils ont cogité pendant des mois et des mois pour enfin exprimer leur colère. Peter a écrit à Willian. . Willian a téléphoné à Fugi. Fugi a chuchoté à Janéria, sa correspondante du Brésil, son idée de révolution. De maillon en maillon, une formidable chaîne de couleurs s’est assemblée. Ils ont tous participé à la construction d’un mur plus grand que la Muraille de Chine. Ils ont même grimpé sur le mur de Berlin, en tirant la langue aux pyramides d’Égypte.
Le jour de la révolte est enfin arrivé. Les enfants, de tous âges, de toutes ethnies, ont envahi les rues, les boulevards, les chemins de par le monde. Chaque enfant a pris la main d’un autre enfant. Une petite main serrant une main de couleur encore plus menue. Un enfant Palestinien tient la main d’un enfant Israélien. Un enfant protestant Irlandais donne la main à un enfant catholique Irlandais. Un enfant bouddhiste offre sa main à un enfant athé.
Ils s’en foutent les gônes à qui appartient l’autre main, ce qu’elle pense, ce qu’elle croit l’autre main. De main en main, une ronde de silence se bâtit.
Les "grands" ont beau klaxonner, hurler, vociférer, menacer, gesticuler, les gosses ne bougent pas. Déterminés à résister aux hurlements des parents contrariés, ils serrent les dents, les enfants. Ils serrent leurs mains dans celle des petits, très petits princes à côté d’eux pour puiser et transmettre une force que seuls les enfants possèdent.
De leurs sacs, les enfants ont sorti un repas qu’ils ont offert à l’enfant de droite. Ils ont partagé leurs goûts en négligeant les frontières qu’un jour les grandes personnes ont décrêtées.
Se tenant par la main, chacun a entamé sa propre chanson. Chanson populaire, chanson enfantine, chanson de rue aux paroles italiennes, allemandes, certains ont fredonné les berceuses de leurs ancêtres. Des chansons à profusion, des chansons en perfusion pour couvrir la haine farouche de leurs parents. Dans toutes les voix, dans toutes les mains, ils ont tous mis tous leurs jeux enfantins, tous leurs rêves .
Contre cette muraille de petites mains sont venus des hélicoptères, et les reporters, et les psychologues, et les ministres et leurs C.R.S. Mais les gosses, ils n’ont pas desserré les dents, ils ont continué de chanter leurs airs favoris.
Puis les enfants se sont tus, dans le même moment, comme cela, et chacun, sans esclandres, a déposé un bisou sur la joue gauche de son voisin.
Sans bruit, sans mots inutiles, ils sont rentrés chez eux.


Elle.
Mer 14 Mars 2007, 21:20 par Fille du peuple sur Un monde parfait

Don réciproque

Oui, Claude, l’idéal c’est de s’en être délesté avant, mais l’être parfait n’existant pas... Il me semble important de s’accepter tel(le) que l’on est sans jugement et en confiance (en soi comme en l’autre), dans le respect de soi et de l’autre ; lorsqu’on a repéré ses souffrances, avoir le désir d’en guérir en sachant que cette guérison sera source de bienfait pour soi comme pour l’autre. Parfois, certain(e)s utilisent l’autre pour leur jouissance propre sans désir de , sans vouloir donner, c’est la relation la plus stérile qui soit et le dupe paradoxalement est celui qui veut profiter de l’autre, car il s’avilit à ce jeu...
Quant à l’amour, n’est-il pas l’origine et la fin de toute chose, l’alpha et l’oméga ? Le déclencheur même de la générosité ?

Dolce
Lun 22 Jan 2007, 07:24 par dolce vita sur Citations

Après.

Il fait beau au dehors mais elle ne le voit pas. Elle a froid. Toujours cette nausée et l’impression que son cœur est tout près à se rompre. Elle voudrait se coucher et dormir. Se coucher et ne plus penser. Se coucher et se relever enfin vers un nouveau soleil, un autre espoir : l’oubli normal, salvateur, réparateur. L’impression si douloureuse d’avoir fait fausse route, d’avoir marché à côté d’un précipice sans en avoir eu conscience... Elle lui avait demandé un peu inquiète : « sauras-tu m’aimer ? » Elle ne se sentait plus la force d’une nouvelle épreuve. Elle avait soif de paix, de , de douceur, d’amour, de tendresse, de vie. Elle avait tellement envie de rire aussi pour oublier la peur et les larmes versées !
Il n’avait pas répondu.
Elle cherche la présence de l’amour mais non, il n’y a rien, juste une ombre, grimaçante... Un rictus qui s’éloigne. Une illusion d’amour. Elle réalise doucement peu à peu que la réalité est là : elle a aimé et il reste encore dans son cœur comme une épine qui s’accroche, un leurre, rien d’autre qu’un leurre qui lui lacère le coeur, en silence, sans un mot : il ne l’a pas aimée, il n’a pas ouvert son cœur pour lui faire de la place, pas plus que ses bras ! Il n’y a eu en face d’elle qu’un espoir d’amour, un rêve d’amour... Il ne l’aimait pas. Il ne l’a jamais aimée. Il ne l’aime pas. Il n’y a pas à en démordre, pas de quoi en faire un fromage, c’est la vie.
La nausée lui tord le ventre.
Elle se sent petite et vulnérable, presque honteuse de cet amour dont personne ne veut. Il lui brûle les yeux comme il a fait chanter son cœur. Elle connaissait les risques mais elle avait fait confiance spontanément, elle s’était abandonnée à cette flamme qui l’illuminait de l’intérieur, qui inondait son être. Cette flamme dont elle avait soif ! Sans résistance, elle avait ouvert son coeur tout grand, tout grand : elle avait tant d’amour à donner, tant d’amour à recevoir. Elle riait ! « Viens te réchauffer. Que crains-tu ? Ne reste pas dehors » Elle lui tendait les bras et le sourire inondait son visage ! « J’aime t’aimer » avait-il répondu, plus tard. Et puis, très vite, il s’était éloigné. Il prenait les mots d’amour mais sa bouche restait scellée.
Elle aurait dû comprendre.
Elle aurait dû. Mais son cœur la dirigeait comme il avait réveillé son corps et ouvert si souventes fois sa bouche ! Elle ne redoutait rien et lui parlait simplement, sans fard ! Elle avait fait tomber toutes sortes de conventions, confiante, elle s’était montrée, face à lui, fragile, nue. Elle ne voulait pas le séduire par des mots, mais que voulait-elle au juste ? Etre aimée telle qu’elle se présentait dans l’unicité de l’instant.
Il n’a pas réagi jusqu’à cet appel. Cet appel qui la cueillait au beau milieu de son rêve de femme... "Je ne vais pas te faire plaisir".
Au dehors, il fait si beau et demain, elle verra la couleur du ciel et la lumière qui joue avec les jeunes pouces. Elle verra que, déjà, cette année, les violettes timides poussent le col et exhalent leur parfum secret au jardin... Un chat traversera majestueux le près déserté, d’un pas nonchalant : rien ne le presse, il est chez lui, déjà il est loin, elle le verra, de loin, amusée... Les enfants feront retentir leurs cris et leurs rires, elle les entendra. Un vol d’oiseau striera le ciel en un ballet gracieux ; elle le contemplera. Elle s’éveillera à la vie. Elle aura chaud de toute cette vie qui coule en elle.
Dim 14 Jan 2007, 16:35 par dolce vita sur La vie à deux

Il est étrange...

... comme il suffit parfois de savoir que l’amour n’est pas partagé pour qu’à toutes les audaces succède un vague écoeurement. Il est surprenant comme l’on en vient à se considérer, avec du recul, comme un enfant naïf, sans discernement. Et pourtant l’on sait bien que l’on n’est pas exempt de raison. Il est étrange comme on lit les pages d’une histoire passée de toute autre manière, sans pourtant être amère, mais hélas plus pesée. Il est vrai que l’amour et la raison ne font pas bon ménage ! Et que pour aimer on oublie d’être sage !
Qu’importe ! Je ne regrette pas tout l’amour donné, car pour citer Dominique Lapierre : "ce qui n’est pas donné est perdu"...

Et à tout prendre, j’en viens à regretter qu’autant soit gaspillé !

Comprenne qui peut !
Ven 12 Jan 2007, 12:26 par dolce vita sur Mille choses

Suivre le courant...

J’ai longé le fleuve
parcouru de sursauts,
écouté son murmure
partagé ses sanglots.
J’ai plaint ses tempêtes
de l’aube au crépuscule
et frôlé de ma main
le cœur de sa tourmente...
il n’était pas assez grand
pour tout contenir
de mon amour pour elle.

Elle, passagère sur l’autre rive,
voulait remonter le courant.
Parfois calme,
d’une humeur d’étale
il se cabrait soudainement
contrariant son mouvement.
Elle, entre la caresse de l’eau
et la dureté de la pierre,
a traversé le fleuve,
s’est arrêtée de l’autre côté,
le mien, celui que je longeais.

J’allais en suivant le courant
jusqu’au bord de cette déchirure
balayée par le vent,
marquée par le temps
que les eaux sont venues cacher.
Et je l’ai rencontrée...elle...
d’une beauté troublante
à ne plus quitter son regard,
à suspendre mon souffle
au rythme de sa respiration
à ne plus tolérer
qu’un battement de mes paupières
me prive de son sourire
plus d’une fraction de seconde...
le charme d’un sourire
presque millénaire
gravé dans la pierre...
Mar 09 Jan 2007, 09:28 par danslalune sur La première fois

Lettre ouverte au Père Noël

Cher Père Noël,

Tu sais - comme moi - que je ne suis plus une petite fille et ce depuis bien des années. Néanmoins, j’entends tellement dire que je suis restée enfant que je t’écris cette lettre... Oh, tu peux te moquer de moi, ce ne seront pas les premiers sarcasmes et puis, je suis comme je suis, n’est-ce pas, si cela te fait rire alors tant mieux, c’est un peu de joie que je t’aurais donnée.
L’amour ? C’est l’amour qui est au coeur de ma demande. Car tu l’as bien compris je viens vers toi avec un coeur implorant. Père Noël, voilà bien des années que je regarde l’amour et ne le vis pas, je le contemple le nez collé contre la vitre du bonheur. Enfant on m’avait appris que l’amour se méritait, mais non, non, je sais aujourd’hui qu’il est gratuit et que, de surcroît, on en a tous besoin pour vivre. Et oui, tous autant que nous sommes. Certains le ressentent mais il reste sans objet... D’autres ont perdu le chemin de leur coeur à force d’enfermement.
Ma vie m’est presque à charge : à quoi sert de vivre si l’on ne peut remplir sa vocation, à quoi sert de ressentir l’amour lorsqu’il demeure unilatéral et qu’en fin de compte on ne ressent sa morçure que pour savoir que l’on est privé de ses joies ? Ma vocation propre est dans l’amour. L’amour, je l’espère, j’y crois naïvement à chaque instant. Cependant, il ne me reste entre les doigts - sitôt mon coeur enflammé - que des cendres : l’être aimé/aimant où est-il ? Un petit génie m’avait demandé de faire un voeu, je l’ai fait mais hélas, le génie s’est enfui avec mon voeu sous le bras et mon coeur saigne... Je suis fatiguée.
J’ai besoin d’aimer et d’être aimée Père Noël, c’est le moteur de ma vie, c’est l’amour qui me donne la force de me battre, la force d’avancer, la force de me relever.
Nous sommes nombreux à connaître la solitude du coeur, alors je t’en prie pour Noël, puisses-tu apporter à toutes ces âmes la joie de l’amour partagé. Pas des tas d’amour de surconsommation à prendre et à jeter après usage, non, l’amour, tendre et vrai, l’amour propre à chacun, à chacune.
Je t’embrasse bien doucement de tout mon coeur d’enfant puisqu’enfant il y a.
Avec une pluie de tendresse,

Dolce
Mar 19 Déc 2006, 13:27 par dolce vita sur Mille choses

I won't give up

Je trouve l’espoir dans la vie même qui ne veut pas se rendre sans combattre
Dans le désir et dans l’amour
En cette volonté farouche de ne pas baisser les bras

Oh, ami, comme je veux me laisser aimer
Mais les paroles mentent si souvent
Néanmoins, ne plus avoir peur d’avoir un coeur
qui bat

Ivresse de l’amour
Force du
Joie d’être

Amour, jusqu’à ne plus avoir de force, je te chercherai...
I wont give up.
Mer 08 Nov 2006, 19:40 par dolce vita sur Mille choses

Je l'aimais

Bon ben c’est mon premier texte enjoy it or not.


C’est en marchant sur les quais de Seine que je l’ai rencontrée. La chevelure brune dans le vent, la peau matte, les yeux verts, elle était belle. Le soleil couchant teintait l’eau d’un reflet doré, un léger vent faisait voler les feuilles d’automne. Je me décide à lui parler, je demande une cigarette mais elle ne fume pas. Je ne sais pas pourquoi je perds mes moyens, je souris bêtement, je bafouille, je regarde mes pieds n’osant affronter son regard. Elle se demande ce que j’attends mais elle sourit finalement. Ce sourire, ô ce sourire, cette sorte de sourire que sont parfois les fleurs au milieu d’herbes graves, cette sorte de sourire qui font que le temps s’arrête, cette sorte de sourire qui vous fait perdre la tête. Je m’assoie timidement à ses côtés et nous parlons. Nous parlons encore et encore, de tout et de rien, du beau temps de la pluie, des amours, des ennemis, suis je lucide ou atteint de folie, je tombe amoureux, ô funeste ennemie !Comment pourrais-je la quitter, celle que j’aime, ma destinnée ? J’ose alors lui demander un numéro où je peux la rappeler. Elle accepte, je suis heureux, je pourrais peut-être la revoir, et ce tout petit espoir, rend ce monde merveilleux.

Arrive, plus tard, la concrétisation de mes espoirs, enfin je vais la revoir. Le premier rendez-vous, celui qui te fait à la fois si peur et si plaisir, celui qui fait battre ton coeur si fort, si fort. Celui qui accélère ta respiration et rend tes mains moites, celui que tu attends et redoutes à la fois. La place St michel - où veille l’ange Gabriel, où le bruit de la fontaine berce les artistes - est le lieu où je la reverrai. Je la vois, elle me voit, elle sourit, je flamboie, elle s’avance, mon coeur bat, je l’aime et je ne sais pas. Je ne sais pas si c’est réciproque, je ne sais pas si elle m’aime ou pas, ô amour tu me tueras, ô toi comble de l’union de la folie et de la sagesse. Je lui fais la bise, sa peau est si douce, son parfum ô son parfum, les parfums sont les sentiments des fleurs et le sien fait battre mon coeur, mais comment décrire le monde des odeurs? Je ne le sais pas. Je suis amoureux, étrange bonheur malheureux. Nous marchons, nous parlons, nous dînons et nous remarchons. Je sens des goutes de pluie sur mon visage, elle ouvre son parapluie, je me rapproche. Je me perds dans l’océan de ses yeux, elle les ferme, je me rapproche encore, j’ai mal aux côtes à cause de mon coeur, je sens son souffle chaud puis doucement nos lèvres se touchent, humides et douces nos langues se frolent puis s’unissent, unissant de même les deux êtres, les deux coeurs, les deux âmes que nous sommes. Je l’aime. Le sablier s’est arrêté, la terre ne tourne plus, les étoiles ne brillent plus il n’y a qu’elle. Je la regarde, les moindres petits défauts de son visage ou de ce qu’elle représente sont devenus des qualités. Je dois la quitter ce soir mais j’ai hâte de la revoir. Sentiment de bonheur indescriptible, joie inextinguibe, je l’aime, je l’aime, je l’aime.


Je la revois souvent maintenant, je lui consacre mon temps, ce que je suis, ma vie. Je l’acceuille ce soir dans mon humble demeure. De jour en jour, sa beauté grandit, elle est belle, elle m’éblouit. Nous buvons, nous parlons, je l’embrasse, je l’aime. Elle me prend par la main et m’enmène vers le lit. La lumière d’un lampadaire tamise la pièce, je tremble comme une feuille, elle s’allonge. Je me sens mal, je vais exploser. Je m’allonge à ses cotés, elle passe sa main dans mes cheveux, je sens le désir brulant dans mes veines. Mes tempes boudonnent, je brule.Nos langues s’unissent, je passe ma main sur son corps, j’ai des frissons.Je passe ma main sous son chemisier, elle gémit. Elle me caresse le ventre puis descend lentement. Son souffle chaud sur ma nuque, son parfum m’ennivrent. J’ai du mal à respirer. J’ai chaud et poutant je frisonne. Je déboutonne son jean, et doucement, doucement je glisse ma main vers son bas ventre. Je la caresse, elle gémit encore. Je sens son sexe humide et chaud. Je l’embrasse encore et encore. J’embrasse sa nuque, ses seins, son sexe, je l’aime, je l’aime, je l’aime. Nous sommes nus à présent, je sens ses seins contre mon torse. Mon sexe contre le sien, je la pénétre lentement. Mes bras tremblent, je tremble, elle me sert contre elle si fort. Je vais et reviens en elle au rythme lent d’une mélodie depuis longtemps oubliée. Je l’embrasse. Je respire vite, très vite, le plaisir monte, monte, encore et encore, et c’est l’explosion, le loup hurle, la mélodie culmine, moment si bref et si fort pourtant, union sacrée à son paroxisme. Union ultime de nos êtres, de nos âmes, de nos vies. Je m’allonge à ses côtés, je la regarde, elle me sourit. On ne dit rien les mots sont inutiles. Après un long moment, elle s’endort. Je la regarde toujours, je l’aimerais toujours. Merci.

Un mois passe, puis deux, arriva alors ce jour maudit par les dieux. Hermes m’apporta le message malheureux : elle me quitte. Son coeur bat pour un autre ; le mien s’est arrêté. Ah douleur non encore éprouvée, poignardé de l’intérieur, je meurs. Je souffre, je hurle à la mort pourquoi, pourquoi? Pourquoi elle, source de tant d’amour me cause tant de souffrance? Tourments indescriptibles, rage innexprimable, désespoir insurmontable. Je revois son visage, son souvenir me hante : comment vivre après une telle souffrance et cette soufrance est sans . Je noie mon malheur dans l’alcool dans une pièce autrefois joyeuse et aujourd’hui si triste. J’allume la radio et entends "What a wonderful world" de Louis Amstrong. Ironie du sort, les dieux me maudissent et je les maudis. Une lame de rasoir entre les mains je pense à elle. Une gorgée d’absynthe pour ne pas souffrir.
I see trees of green, red roses too
I see them bloom for me and you
And I think to myself what a wonderful world.
Une autre gorgée, ma trachée brule, je fais un essai, la lame pénétre la chair de mon poignet. Le sang coule, j’hurle, je pleure. Une autre gorgée encore une.

I see skies of blue and clouds of white
The bright blessed day, the dark sacred night
And I think to myself what a wonderful world.
Ma vision se brouille à cause des larmes et de l’alcool. Je réenfonce l’acier dans ma chair, j’ai coupé une veine cette fois, le sang gicle sur ma chemise. Je contemple mon poignet posé sur la table au milieu de mon sang. Une autre gorgée encore une.
The colors of the rainbow so pretty in the sky
Are also on the faces of people going by
I see friends shaking hands saying how do you do
They’re really saying I love you.
Je n’ai plus de force, je ne vois presque plus. J’ai perdu trop de sang, je crois. Ma tête devenue trop lourde commence à pencher, puis tombe sur la table dans le sang, je pleure. Un dernier effort, je reprends la lame mais cette fois je coupe un tandon puis je rencontre l’os. J’ai du sang dans la bouche. Un dernier effort pour une dernière gorgée je meurs. Adieu je t’aimais.

I hear babies crying, I watch them grow
They’ll learn much more than I’ll never know
And I think to myself what a wonderful world
Yes I think to myself what a wonderful world.
Mar 10 Oct 2006, 20:50 par Evidance sur Histoires d'amour
Page 5 sur 9 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante

Ecrire sur partage

Ecrire sur partage Essaye moi..., Un ange..., Liberté, j'écris ton nom ( 9 )..., Si vide sans corps, Et si on parlait d'amour..., Ah l'amour..., Avant que le désespoir ne l'emporte..., Révoltes des enfants, Don réciproque, Après., Il est étrange..., Suivre le courant..., Lettre ouverte au Père Noël, I won't give up, Je l'aimais,
Il y a 127 textes utilisant le mot partage. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
On ne badine pas avec l'amour
Alfred de Musset
Pocket
Extases de femmes
Collectif
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
Proposition perverse
Guillaume Perrotte
Pocket
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Le sourire, c'est l'amorce du baiser.

Robert Sabatier.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 02 Fév 2023, 13:02
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 5 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite