Être de ceux

" Être de ces gens qui ne vous diront jamais qu’ils vont mal, qui vous diront qu’ils savent qui ils sont, ce qu’ils font et où ils vont, qu’ils n’ont pas besoin d’un panneau d’indication pour choisir la bonne route, pas besoin d’un parachute pour sauter du haut d’une falaise, pas besoin d’un antiseptique pour panser les plaies, pas besoin de faire attention pour éviter l’accident, pas besoin de voir la mort en face pour se sentir mourir. Être de ces gens qui ont un passé plus épais que des piles de casier judiciaire, ceux qui n’ont pas besoin d’une balle dans l’abdomen pour saigner, pas besoin de regarder un film à l’eau de rose pour pleurer, ceux que vous auriez tort d’appeler rebelles, ceux qui n’ont pas besoin de drogue pour mourir d’une overdose parce que leur taux de réalisme est beaucoup trop élevé, ceux qui pourraient mourir d’un accès trop fréquent à la mélancolie, ceux qui ne tendent pas la main alors que leur bonheur fait la manche, ceux qui sont en dessous du seuil de la mais en plongeant la tête dans leur esprit vous pourriez remarquer qu’ils ont touché la suprématie spirituelle. Ceux qui sont sans être pour autant, les dépravés, les névrosés, les partisans de la débauche, les échecs de Cupidon, ceux qui n’ont pas de haine et qui lui crachent dessus à chaque entrevu avec elle. Appartenir à la classe de ceux qui diront que des mots comme cela ne pourront jamais panser des maux comme ceux-ci, les arrogants, un peu trop sûr d’eux, ceux qu’on regarde dans les yeux pour savoir qui on est, ceux qui ont l’histoire de leur vie ancrée dans le regard, l’histoire d’une souffrance injustifiée et injustifiable.Ceux qu’on aime tous les deux jours parce que le premier ils n’ont pas besoin de nous et que le deuxième nous avons besoin d’eux. Faire partie de ceux qui ont un sourire mal accroché au bout des lèvres, qui font preuve d’une éloquence sans nom. Être le reflet de la vie, le cœur impitoyable de l’Homme, le regard du dictateur, être la question sans réponse, la phrase sans point... "
Mar 02 Mars 2010, 15:20 par Playdead sur Mille choses

L'incompréhension

Quand tout se trouble , quand tout est unique et sans réponse , sans divergence .
La des choses que vous pouvez émettre , la de raisonner à ce moment précis où l’incompréhension vous submerge de ses flots . L’on ne comprend pour la plupart du temps que ce que nous voudrions bien comprendre , la vraie question est : " Est-ce que l’on a réellement envie de comprendre ? " . Ce mot qui nous fait regretter nos pensées naïves nous fait sortir de nos gonds et force ce que l’on est à se métamorphoser et a énumérer des choses plus improbables les unes que les autres . L’incompréhension est un voile ? L’incompréhension est une défense à l’acceptation ou plutôt à la difficulté d’acceptation , d’adaptation de la personne à la phrase , le mot ou l’expression qui vient de lui être dit . L’essentiel est que cela ne fasse pas tout , que ce moment d’incompréhension soit suivit de la compréhension et de l’acceptation .
A t-on voyagé autant pour aussi peu de réponse ? Est-on prisonnier de cette incompréhension ou sommes nous les tortionnaires de son inverse ?
Prisonniers c’est le mot que l’on emploie certainement pour s’excuser à soi même le fait d’être des tortionnaires de cette incompréhension , nous sommes les insatiables du paradoxes de cet entre deux . On aime ça et on ose l’avouer , être déçu et alimenter cette déception pour se rendre plus fort , plus fier ou tout simplement moins ridicule face aux situations à venir . L’on ne cherche pas à aller plus loin , ni mm à comprendre pour se prouver que l’on a raison , pour être dans la capacité souveraine de dire : " J’ai raison " . Mais ils ne sont pas dupes , personne ne l’est et à certains moments le choc est tel que l’incompréhension fait place au duel , au combat et à la mise à mort de ce dernier incompris qui n’aura d’yeux que pour sa vérité . Alors Nous sommes en définitive des tortionnaires et en étant ceux là nous sommes ceux ci : " Des prisonniers " . La bonne parole ou l’invention de l’image que l’on renvoi à l’autre prédomine en ce monde , l’homme est une erreur , un problème qui ne peut se résoudre , le problème étant posé depuis des milliers d’années .
Mar 02 Mars 2010, 15:05 par Playdead sur Mille choses

Souffrance

Quand serre qui ronge, lien qui dessert


Il y a le monde qui court et s’anesthésie
Il y a le monde qui souffre et ne court plus
La pointe du couteau de ma langue
A tracé un sillon sur ton cœur
Le sang coule mais les larmes ne viennent pas
Ta a touché ma misère
Ma main chaude a prise la tienne froide
Ta peur et ton angoisse ont rencontré
La douceur de ma tendresse
Tu veux crever le vide qui te fait souffrir
Mais ta chair reste blessure
Ce que tu ne digères plus
Tu le vomis de tout ton être
Ton regard fixe ton nombril
Et tu veux changer le monde
Stop – arrêt sur image
On crie, on meurt
Au cœur du silence
L’adulte doit retrouver l’enfant
L’enfant doit devenir adulte
La flèche de ma prose
Touchera le cœur de l’homme
Mer 17 Juin 2009, 17:12 par coupdecoeur sur Mille choses

Re: Tapis rouge

Comme je comprends tes maux, tes mots... Je ne puis pas me donner si je n’aime pas et si je ne suis pas aimée. Mais la solitude est amère. Simplement, l’accepter, dans sa , son dénuement : oui, je meurs d’amour. L’amour ne se marchande pas sa contrefaçon pue, oui, tu as raison. Elle pue. Jouir avec un homme le faire jouir par amour est délectable.
Courage, confiance en toi, en ta vie... Un jour tu le rencontreras, vous vous ferez du bien et rien que du bien, exit l’envie de vomir, la douleur au ventre. Il faut continuer à croire, à y croire... L’amour est merveilleux lorsqu’il est vrai. Il existe, je sais qu’il existe. ne baisse pas les bras. Heureux ceux qui possèdent ce joyau : mais le savent-ils ? Je crois que oui. Ne brade pas ton bonheur. Crois en toi.

Avec toute la tendresse d’une autre fille du peuple,

Dolce
Mar 02 Jan 2007, 18:40 par dolce vita sur Parler d'amour

Te dire...

Que je n’attends plus rien. Des hommes j’en ai connus comme un quai de gare ou un sourire entr’aperçu au hasard d’une rue. Dans un chemin où l’autre ne suis plus, où l’on s’est éloigné, peu à peu, pas à pas et où l’on se salue d’un signe de la main... Ces mots que l’on vous lance comme un bouquet de fleurs, au passage, furtifs et discrets saluant la beauté que l’on a goûtée en vous ; cet émoi que l’on sent dans les yeux des passants... Ces sourires appuyés, ces paroles fragiles, ces gestes esquissés... Ces rendez-vous donnés, ces serments échangés et puis ces mots d’amour quelques fois contrefaits, quelques fois si profonds et que l’on sent si vrais... Et puis, au cœur, grandissant le désir de rien, le désir de toi. De toi dont je ne sais rien et ne veux rien savoir jusqu’au jour où tu viendras près de moi. Où nos routes se rejoindront. Le jour où ce sera. De reproche à faire ? Aucun et à nul être. De remords ? Nullement. Que des éclats de rire ! Ah ! Que de beauté j’ai vue ! Que de beaux sentiments ! Que d’êtres fascinants et tout aussi charmants, autres, tout autres et en cela troublants. De aussi qui porte à compassion ou parfois, au pardon. Que de beaux souvenirs ! Et puis, notre rencontre à laquelle chaque escale m’a préparée et me prépare encore. Rien ne presse, j’ai le temps. Je coupe les amarres qui me lient au passé, je ressens dans sa gloire, un souffle, l’immensité : l’océan ! ! ! Allons, je veux aller au large et ne plus musarder ; les fleurs de mes larmes se sont toutes fanées, il ne reste que l’amour dans son éclat si doux, il reste chaque jour à inventer pour nous... Que j’aime le soleil et que j’aime le vent et chacune des merveilles qui peuplent chaque instant ! Oh, ami ! Toi aussi je te vois déposer un fardeau lourd je crois et te voilà léger... Tu me prends par la main et nous voilà marchant, et nous voilà courant et nous voilà riant comme deux innocents, comme deux compagnons, comme deux fiancés, profitant de l’instant, ce qui nous est donné. Je sais en toi l’amour. Tu es beau simplement et je te reconnais.
Dim 21 Mai 2006, 14:40 par dolce vita sur Parler d'amour

Rien. Personne.

Tu as tout réveillé en moi, les élans mystiques comme la sensualité, dans tes yeux enfin, je suis née femme de bout en bout, c’est toi qui m’a fait naître à l’Amour. Tu m’as prise sans rien rejeter, tu m’as désirée jusque dans mes colères ou mes éclats de rire ! Je t’ai aimé dans tout ce que tu es... Jusque dans ta . Jusque dans ce que j’admire. Tout ce qui est toi. Tout ce qui te rend unique, irremplaçable. Jusque dans ce qui fait battre mon cœur et m’émeut. Aujourd’hui. Aujourd’hui encore. Rien, te dis-je, rien en toi ne me heurtais... Rien, rien ne me sépare de toi. Tout enfin, tout en toi m’attire et je sais, je sais qu’un jour le désir de t’appeler reviendra plus fort encore et je succomberai ou te laisserai-je enfin le temps de venir jusqu’à moi ? Et comme deux enfants encore une fois nous nous enverrons nos paroles dans une partie serrée où la tendresse aura le dernier mot, encore ... Comment résister à l’appel de nos âmes ? Comment résister à l’élan de nos coeurs ? Comment ne pas percevoir la douceur de nos échanges ? Cela fait de nombreux jours, années, siècles de silence entre nous, je sais, je sais ce que cela signifie... La corde qui nous lie l’un à l’autre ne cesse de s’enrouler autour de nos deux coeurs pour nous rapprocher, plus encore, plus que jamais dans tes rêves les plus fous tu n’aurais osé. Encore. Oui, encore aujourd’hui. Lève les yeux, regarde-moi. Un jour on se retrouvera et plus rien, tu m’entends, n’obscurcira nos yeux, pas même la Vérité... L’été revient et avec lui, nos coeurs se libèrent, volent plus librement, s’échappent libres, oui dans la liberté de retrouver et de s’unir à l’amour... « Rien ni personne ne peut séparer ceux que l’Esprit a uni ». Rien. Personne. Pas même ta suffisance. Pas même tes peurs ni ton coeur fermé. Pas toi. Pas moi. Personne. Rien.
Lun 15 Mai 2006, 17:30 par dolce vita sur Mille choses

Aimer d'amour

Un ami, un frère, un jour m’a posé la question qu’il se posait lui-même : « je ne sais si je l’aime ou si c’est l’amour que j’aime »... Cette question je me la suis posée sincèrement à mon tour sans pouvoir vraiment y répondre jusqu’à ce jour, tant tu étais confondu à l’amour dans mon cœur, l’amour avait ton nom, il avait ton visage. Mais aujourd’hui, je me rends bien compte que c’est l’amour que j’aime, tu en étais l’incarnation. Et puis, tu n’as plus représenté que le silence et une image jaunie du passé, de mon passé. Tu n’as plus représenté que la fuite du temps de ce qui est passé. Je t’ai aimé dans ta , je t’ai aimé tel que tu t’es donné à connaître, je t’ai connu du plus profond de toi-même, dans ta beauté aussi. Aujourd’hui c’est l’Amour que je veux continuer d’aimer et pas son reflet plus ou moins fidèle, plus ou moins contrefait. L’Amour ne fait pas souffrir, l’amour élève l’âme. Je t’ai attendu, je t’ai espéré ; aujourd’hui, j’ai ouvert la porte sur ta liberté : pars mon amour, va, retourne à l’immensité d’où tu es né... Et cependant, en mon cœur l’amour croît à volonté.
Jeu 30 Mars 2006, 14:12 par dolce vita sur Parler d'amour

Auprès de toi...

Auprès de toi, j’ai connu l’amour oui, j’ai connu l’amour.
Et puis, un jour, tu es parti. Trois ans de souffrance, trois ans à lutter contre l’envie d’en finir. Ma vie n’avait plus de sens... Et en vain, je t’ai appelé, en vain, je t’ai écrit. Je fumais comme un pompier espérant hâter le délais de ma délivrance. En vain, j’ai pleuré et demandé : pourquoi ? Mais de réponse, de toi, il n’y en avait pas. Que ton silence qui me blessait : ce revirement, je ne l’ai pas compris. Chaque jour, à chaque instant, je t’espérais : le jour, la nuit. Sans cesse. J’ai cru devenir folle loin de toi. Je t’avais fait confiance. Je me sentis trahie. A commencer par moi qui ne pouvais cesser de t’aimer, de t’attendre et de souffrir de l’écart qui se creusait toujours plus entre mes espérances et la réalité... Et puis, un jour j’ai compris. Toute l’erreur en ces jours de ma vie : non, dans l’amour mais dans sa manifestation. Je pensais qu’il verrait, qu’il comprendrait, qu’il viendrait. De l’autre, il ne faut rien attendre. L’aimer c’est accepter son choix et ses limites. De perdre la vie ou non, n’y change rien. En l’occurence, sa vie était ailleurs, loin de moi. De me plonger dans la souffrance, il ne le voulait pas et ne pouvait pas l’empêcher : cela seul dépendait de moi. Alors, j’ai accepté. Au bout de trois années. J’ai accepté : l’amour ne meurt pas, il reste dans mon cœur, il reste là. Alors, j’ai accepté de ne plus lui écrire. De ne plus l’attendre. De me respecter. J’ai compris qu’au delà de lui, c’est l’Amour que j’aimais, c’est lui que j’accueillais. Aujourd’hui, je suis seule, mais pas complètement. L’amour est toujours là. Et si je ne rencontrais jamais l’homme que j’espère, qu’importe ? J’ai le cœur en paix. Et loin de toi, je continuerai à sourire et à aimer la vie qui coule en moi car alors, à quoi bon ? Et aux séductions du désespoir, à présent, je saurais dire non. Quant à mes démons intérieurs, ces anges blessés, ils n’attendent qu’une chose, eux aussi être aimés et non être jugés, quelle que que soit leur .
Ce n’est qu’en faisant la paix avec son passé que l’on peut vivre son présent pleinement et s’en émerveiller avec des yeux d’enfant. C’est un peu cela que l’on appelle parfois l’humilité.
Mar 10 Jan 2006, 21:16 par dolce vita sur Mille choses

Chute libre

Plus je m’approche du Graal
Plus celui-ci s’éloigne

Le fossé entre les autres et moi
Devient un gouffre

Je ne supporte plus l’hypocrisie
La méchanceté, la d’âme

Chaque nuit
Je déverse mes larmes froides

Déçue par la vie
Par des faux-amis
De plus en plus seule
De plus en plus meurtrie

Je perds mes forces
Je perds la foi
Je n’ai plus envie de me battre

Seulement redevenir
Toute petite
Si petite
Et rejoindre l’infini…


Lorely
Sam 15 Oct 2005, 19:31 par Lorely sur L'amour en vrac

Comme je vous querelle...

Sable chaud de bon matin…
Rivière salée non accompagnée…
Pâté de soleil et joie dissimulée…

Brise de lune, chagrin…
Caresse échaudée sans prier…
Bain de minuit à l’année…

Crustacé s’en languit…
Carapace de bout d’espoir…
Passoire avenante…

Pêche aux merveilles…
Polissables sans écailles…
Pas son pareil… Pour tromper…

Elle lui glissa du bout des doigts, tant bien même une huître vous coule le long du gosier… Faisant sa place au chaud, toute gesticulante… Couverture de son amertume citronnée, et s’en presse, et se laisse différée sans faiblesse…

Il l’attrape et l’attache de sangles ardentes… Cinquième étage pour brûlure irréparable, il jure la fouetter, l’entacher… L’assassinera, la salira, la souillera… Tapis de pied pour rentrée boueuse du pas de porte au pas de sans Lys… S’enlise et s’y glisse, silhouette sans selle, serpette alléchante…

Coquine réserve sans détour effacée par l’oubli inadvertance de l’usure la plus pure… Présente passée au futur composé des antérieurs parfaits… Cassonade poivrée sur lit imagé… Accumulation anaphorique d’antagonismes lyriques…

Je lui aurais promit… Epine de Rose sur plateau d’argent… Champagne allant, Bourgogne cédant… Je lui aurais juré… Souvenir morose de ces soirs parfumés au bonheur de nos doigts sous la croupe des voix… Je lui avais dit… Bedeau tardif sous la nef ensorcelée de nos prières inachevées par les soupirs de nos âmes s’envolant loin en Enfer…

Je m’étais juré… Elle et Moi… Moi et Lui… Jamais Elle sans Lui… Toujours Lui sans Elle…

Trépas bleuté des couleurs de nos rêves soufreurs…

Je serais l’Œil…

Cinglante défaite des champs de blé brûlé par l’hiver abasourdit sur les tréteaux de l’été…

Je serais la Main…

Cuisse ardente, mouillé des milles désirs d’un esprit alourdit par la d’une oreille riche en calomnies…

Je serais la Voix…

Je serais de Celles, qui toujours sur un drap de soie admire votre membrure à la loupe grossissante… Fidèle à mes chiens… Je serais carnassièrement opposée à ces débats de chères et de sels…

Je serais de Celles… Qui feront de vous un Paradis…

De vos cauchemars un suprême Délice…

Je suis donc Celle… Qui vous dit…

« Je t’aime »

...
Mar 04 Jan 2005, 00:26 par Rose sur L'amour en vrac
Page 1 sur 1

Ecrire sur pauvreté

Ecrire sur pauvreté Être de ceux, L'incompréhension, Souffrance, Re: Tapis rouge, Te dire..., Rien. Personne., Aimer d'amour, Auprès de toi..., Chute libre, Comme je vous querelle...,
Il y a 10 textes utilisant le mot pauvreté. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Le Joyau
Jacques Monfer
Blanche
Grammaire érotique
Jacques Laurin
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La séduction suprême n'est pas d'exprimer ses sentiments. C'est de les faire soupçonner.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 21 Jan 2021, 12:54
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 36 Invités et 2 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google (2)
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite