Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps.
Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:44 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:41 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin. Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde. Elle, elle lit. L’indifférence du monde. Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:41 par FB sur La vie à deux

Dans le train

Elle lit. Absorbée. Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps. Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin. Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde. Elle, elle lit. L’indifférence du monde. Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Mer 26 Oct 2016, 17:20 par FB sur La vie à deux

Délivrance



Délivrance...

Enfin la mort est venue me chercher;
Un 23 décembre, 2015, au petit matin
Mais avant, elle m’a fait un cadeau
M’a montré, comme un film au ralenti
Mon enfance, entourée de ma mère, mon père, et mes trois frères.
Les rires, les nombreux Noëls, les vacances au soleil, à la neige
Puis à 16 ans, ou je suis partis en Inde
Et les autres voyages que j’ai faits...
Puis, les sorties avec les plus belles filles
À boire, à fumer, à séduire... à coucher...
Mon fils qui a aujourd’hui 23 ans
D’une première union
Ma fille qui a aujourd’hui 16 ans
D’une deuxième union
Et qui continue sa vie auprès de sa mère...
Ma foi, j’ai eu une enfance heureuse;
Une adolescence, pleine de rebondissement
Une vie d’adulte avec ses hauts comme ses bas!
Mais je serais toujours là! dans le cœur et l’esprit de ma famille
Et de mes amis...
La mort est enfin venue me libérer
Tel un pansement cicatrisant mes douleurs...
Je n’ai plus ... De mourir...
Je vous aime tant aussi....
Jeu 24 Déc 2015, 11:47 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Pour toi mon unique amour pour la vie

"Un jour tu m’as regardé dans les yeux, perdu, tel un homme perdant sa femme et tu m’as dit: suis-je toujours l’unique, j’ai , que d’autres remplissent tes rêves mieux ou plus que moi: et mes yeux furent en pleurs; là, je me suis dit, c’est vrai, que s’est-il passé, aurais-tu laissé le quotidien nous éloigner; aurais-tu manqué à tes attentions envers ta femme; plus tu le sentais, plus tu revenais, me crier ta douleur, me crier ton amour; j’étais décontenancée; puis, un Beau Jour tu es revenu reconquérir mon âme pour l’emplir de douceur onirique et de nos sourires; depuis, j’espère que tu sais que tu es l’unique, que nul ne te remplace et ne peut prendre ta place."
Mar 25 Août 2015, 23:35 par inlove sur La déclaration d'amour

Charlotte et les fraises ( modification)

[size=12]Charlotte et les fraises.



Comme tous les matins Charlotte se lève, en sachant déjà que des fraises l’attendent. Elle ne se pose même plus la question de savoir qui lui apporte ce bol devant le palier de sa porte. Elle ouvre rapidement celle-ci, jette un coup d’œil, à droite, puis à gauche et se dépêche de le prendre tout en refermant la porte à double tour. Elle s’empresse de s’assoir à la cuisine de que celui-ci lui soit dérobé. Elle le saupoudre légèrement de sucre cannelle et d’une touche de chantilly... Tout en les dégustant, elle en arrive tout de même à se poser des questions, car Charlotte est un peu curieuse. Cette situation commence à l’intriguer sérieusement. Généralement, elle ne se prend jamais la tête. Mais là, elle gamberge, au point de sentir la , la submerger ! N’y aurait-il pas du poison, afin de venir l’enlever par la suite. « Pfffffffffff ». Elle en deviendrait presque parano ! Bon, elle a bien un voisin qui habite à proximité... mais celui-ci pourrait être son grand-père. Et franchement, elle le voit mal, lui déposer un bol de fraise... En fait, elle le connait très mal ce voisin. Elle sait tout juste que cet homme a la passion des fleurs, mais aussi des fraises. Il possède un merveilleux jardin à cultiver. Il n’est d’ailleurs pas resté indifférent à cette gamine. Mais pour lui c’est surtout affectif... N’ayant pas eu la chance d’avoir une petite fille... Bien qu’il ait un petit fils étudiant en médecine, ne venant jamais le voir. Les jours passaient avec son petit bol de fraise déposé chaque matin devant sa porte... elle menait sa petite vie bien tranquille Charlotte... Puis comme à son habitude matinale, toujours enthousiaste, elle se précipita à sa porte... mais là, soudainement elle resta perplexe ! Le bol de fraise n’était pas au rendez-vous. Le lendemain et les jours suivants, il en fut de même. Elle n’avait plus l’entrain habituel pour ce lever et resta souvent au fond de son lit, devenant paresseuse. Un beau jour, on frappa à sa porte. Elle se demanda qui pouvait être cette personne. Elle enfila son peignoir, regarda à travers le judas. Planté là devant son perron, un homme tenait dans ses mains un bol de fraise. Elle ouvrit, très suspicieusement en se demandant de quelle planète arrivait-il ? Avec ces mèches vertes, dressées, sur la tête grâce au gel d’une texture extra forte, il ressemblait plus à Sangoku, une bande dessinée manga qu’a un étudiant en médecine... Les jours passèrent, et beaucoup d’eau se mit à couler... Charlotte qui a eu beaucoup de peine après la perte de ce grand-père avec lequel elle avait finalement tissé des liens particuliers s’éprit de Tristan qui était devenu médecin. Sa coiffure ne ressemblait plus à ce qu’elle avait été... mais sa plus grande joie était qu’ils vivaient dorénavant ensemble. Charlotte quant à elle, prenait soin du jardin, en cultivant de belles fraises. Tristan quant à lui avait installé son cabinet dans la maison de son grand-père. À chaque fois qu’il le pouvait, il posait un regard plein d’amour pour sa femme Charlotte qui s’attelait à sa passion...
[/size]
Dim 08 Fév 2015, 09:26 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Fraise au parfum de rose

Fraise au parfum de rose

Un samedi, comme il s’en trouvait tant d’autre... Et pourtant comme ils s’en trouvent tant justement innocemment....
C’était le jour de la Saint-Jean à Saint Jean, justement, un de plus beau quartier de Lyon.
Dans une rue, plutôt bien fréquentée, en effervescence comme souvent le soir le sont les rues de la capitale des gaules, Marine vient de sortir de son travail et se dépêche de rentrer chez elle comme en son habitude en cette heure tardive elle tient en sa main sa baguette de pain.
Pierrick, lui tient plutôt le bout d’un ruban ficelé entourant l’emballage d’un prestigieux gâteau qu’il vient d’acheter chez un pâtissier renommé pour festoyer l’anniversaire de sa petite amie. Et de son autre main il tient une superbe rose.
Ils ne se connaissent pas encore... Comme la destiné est hasard. Surtout lorsque l’on ne regarde pas. Et que le choc se produit là !
Alors contre toute attente ils se percutèrent frontalement. Il est vrai que Marine a une fâcheuse tendance à marcher en baissant la tête et en regardant ses pieds. Pierrick, lui c’est différent, angoissé, tiraillé par on je sais quoi, surveille son carton qui oscille légèrement, afin qu’il ne penche pas trop eu égard à ce qu’il contient dedans.
L’impact est éminent, non il s’est déjà produit...
Donc nous pourrions reprendre la scène au ralenti, juste pour comprendre ce qui s’en suit :
Chut pas de bruit regardons. L’atterrissage du gâteau sur le trottoir, suivit juste après de la rose, et pour finir cette pauvre baguette de pain qui se mit à rouler sur sa tranche pour s’échouer dans un ensemble dispersé près d’une bouche d’égout.
Le choc dissipé, Tous deux lèvent enfin leurs yeux, Pierrick n’est pas insensible au charme de Marine, Marine n’est pas insensible au charme de Pierrick. Tous deux rougissent d’un sentiment qui les pénètre, un sentiment si troublant, un sentiment envahissant.
Elle ne sait plus quoi dire et se sent vraiment désolée de ce qu’elle vient de provoquer. Ce n’est pas la toute première fois que cela lui arrive. Marine est une rêveuse, elle vit toujours la tête dans les cieux ou bien les nuages, ce qui serait mieux, emplissant à ses heures, écrivaine de l’infortune, des pages en n’en plus finir, où elle se prend pour une héroïne de roman et de fait elle accumule nombre de petites bêtises, qui font tomber les choses, sur elle, sur les autres, juste pour poser sa main attendrissante, délicate et si douce sur sa bouche. Il y a des jours comme ça où elle resterait bien enfermée chez elle à double tour. On ne l’appelle pas miss catastrophique pour rien.
De fait le choc advenu, ils se penchent alors sur le feu dessert dont il ne reste rien, les dégâts ne sont tout de même pas anodins.
A défaut d’un gâteau à la fraise, il ne reste plus qu’un gâteau écrasé éparpillé pressurisé, c’est un gâteau tatin, un gâteau câlin. Marine est vraiment ennuyée contrite et désolée. Elle propose à Pierrick de le rembourser ou tout du moins de lui racheter le même, bien qu’elle imagine qu’il puisse évidemment coûter cher. Il est vrai qu’en ce moment Marine est juste financièrement parlant, il faut dire qu’avec un salaire de petite secrétaire c’est pas évident. Mais elle gère ses finances comme elle peut. Tant pis il faut qu’elle le rembourse d’une façon ou d’une autre, une histoire d’honnêteté, une histoire d’amour propre, une histoire de fierté. .
Pierrick tombé sous le charme de Marine a une idée toute particulière et finalement pourquoi pas? Il est fou à ce moment là, mais parfois la folie ne peut-être que grisante et pourquoi pas, entreprenante. Il y a si longtemps qu’un épisode comme celui-là ne lui était pas arrivé, qu’il décide de continuer.
Ce faisant, il lui propose innocemment et lui faisant croire, sans aucune arrière pensée, de lui laisser son numéro personnel, juste histoire quelle le rappelle et de la revoir en refusant d’elle un quelconque remboursement, juste comme ça innocemment.
Elle ne sait que répondre, pourtant attirée ou surprise par autant de délicatesse, elle lui donne le sien.

Quelques semaines plus tard après quelques échanges verbaux, Marine attend Pierrick à la terrasse d’un restaurant. Un rendez-vous qu’il a programmé difficilement et pourtant si rapidement. Sa profession l’occupe énormément, il travaille beaucoup et les pauses sont rares pour qu’il puisse se libérer aussi facilement. Mais il faut bien trouver une excuse auprès de sa direction, même pour un rendez vous des plus galants et corrects.

Il arrive alors avec un carton d’invitation à la main, un carton d’invitation pour la vie, en cherchant à lui faire oublier les circonstances navrantes et tout autant amusantes et pourtant si déconcertantes d’un si bel épisode qui lui permit enfin de la rencontrer. Pourquoi enfin ? Car à s’en rappeler, sa petite amie d’antan, dont il n’avait plus rien à faire à présent, n’avait pas trop apprécié son gâteau d’anniversaire renversé près des bouches d’égouts. Il lui présenta comme ça sur la table, d’où son courroux. Mais Pierrick n’en avait cure, les yeux de Marine depuis ce choc étaient là ancrés et que pouvait représenter la figure de l’autre devant ses rêves enfiévrés. Et pour conclure il avait même oublié la rose pour sa promise et maintenant il en souriait en y repensant. Mais finalement cette journée lui permis cette si belle rencontre et au fond de son cœur il voulait tant connaitre la belle Marine. Marine si belle aux yeux noisette espiègles et si expressifs, Marine si charmante. Bien qu’elle ne fût pas d’une grande d’une intense beauté elle avait pour lui les formes attirantes là où il les aimait. Et cela promettait de belles journées de belles nuits de belles… d’instants passionnants, intéressants conformément à son comportement qu’il supposait entouré de brillance, de gentillesse et d’amour et de douceur.
Il savait qu’il ne devait pas être trop entreprenant. Qu’il devait aller doucement qu’elle méritait le tendresse et qu’avec elle il rentrait dans un autre monde ou il se trouvait même bête, ne sachant trouver les mots, mais rassuré de savoir et de voir en cela Marine tout à son aise, pour lui compter fleurette ...
Il se retrouve alors chez elle, naturellement comme ils se connaissaient quelque peu, quelques goûts communs, surtout la cuisine et le bon vin, ...
Elle l’amène dans sa cuisine, elle est quasiment dévêtue et ouvre le frigo devant lui, elle y dépose une multitude de petits choux à la crème, Saint honoré surmontés de fraises. Lui ouvre son carton et en sort un gâteau nappé de chantilly et d’autant de fraises.
Crise de fou rire! De quoi manger l’amour et d’en faire même une indigestion...
Il lui tend un chou et lui met dans la bouche
Un nouveau jeu ? Innocente ? Experte ? Elle accepte, c’est même plutôt amusant. Des jeux de grands.
Ils continuent ne voyant pas l’heure passer. Tous deux à s’aimer.

En voilà un dont la crème s’échappe et coule le long de son doigt et un peu sur son cache cœur, juste à la naissance des seins dont la veine du cou palpite bien vite. Il a vu son émoi, ose s’approcher et nettoie avec son pouce la divine beauté qu’il aperçoit. Elle n’en a même pas , elle est juste surprise par tant de douceur et d’étrangeté, juste un peu déroutée. Puis avec sa langue il poursuit l’aventure tel les grands conquérants. Il lui lèche son doigt, son regard braqué vers elle, vers Marine qui est fascinée attirée qui n’en peut plus d’attendre. Picotements dans le bas du ventre, étrange sensation, agréable un début quand viendras-tu dedans ? Laisse moi le temps...
Ils se regardent alors dans les yeux et naturellement Pierrick s’approche davantage pour l’embrasser passionnément sur les lèvres. Les langues s’entrelacent dans un ballet sans fin. Il se colle contre son corps, elle en tremble et n’a aucun mal à se laisser aller. Elle est en confiance, il en fait son rêve tant il est si doux, tant il aime donner, tant il a compris que Marine est pareille, échange d’amour, échange de bonté.
Ils se retrouvent tous deux nus, Pierrick écrasant une fraise entre ses beaux vallons et dont il boit le jus jusqu’à l’ivresse. Les pointes de Marine se figent et des frissons parcourent tout son corps. Amoureuse, elle en veut encore, il en pose ci et là puis une dans sa profonde intimité, où il la trouve et la croque d’une langue experte. Délice calice où il se niche et dont elle plante ses doigts dans sa chevelure en gémissant... Il goûte à son bouton rose, le happe, elle jouit...
Ils sont fous d’amour, et se tartinent de crème pâtissière, de chantilly, de sirop de rose que Marine fait couler goulument sur son corps. A son tour elle prend les initiatives. Elle se délecte alors telle une gourmande amante qui prend son temps en le léchant de partout, en l’aspirant de doux baisers, tantôt fougueux tantôt langoureux. Il est au bord du précipice, mais il se retient encore.
Elle pose alors sa bouche autour de son sexe et l’engloutie le mange, le dévore avidement, goulument. Puis la pointe de sa langue descend encore plus bas et fait couler du sirop qu’elle lèche avec avidité et frénésie...

La jouissance arrive, et explose dans son intime espace. Il est comblé, elle se sent bien, heureuse, ne veut plus bouger et rester encore un peu de ses bras . Il continue à la caresser, il aime la douceur de sa peau, si fine si enfantine. Il ferme ses yeux, elle le regarde, en profite encore un peu avant le départ. Car fatalement il y a un départ. A savoir si ils se reverront ?
il en restera un beau souvenir et une rose posés sur la table séchée et conservée, et près d’elle un numéro de téléphone pour se retrouver et de nouveau s’aimer…
Lun 02 Fév 2015, 16:23 par caressedesyeux sur Les liaisons sulfureuses

L'amour au clair de lune ( caressedesyeux/ hami)



Ce soir, il y a un magnifique clair de lune
Qui inonde la chambre de sa lueur argentée
Une claire obscurité, sur le corps de ma brune
S’étend telle une blanche couverture brodée.
Pour mieux observer cette nocturne beauté
Je me lève doucement, sur la pointe des pieds
Et sans faire de bruit, je fais le tour du lit
Pour épier son visage et l’ourlet de sa bouche
Sent-elle mon regard ou elle rêve et souris
je contemple ce trésor qui dort dans ma couche.

Et l’envie me prend de doucement le caresser
L’ébène de ses cheveux glisse entre mes doigts
J’embrasse et mordille le lobe de l’oreille
Elle soupire, j’ai que mon geste ne la réveille
Je remonte le drap pour qu’elle ne prenne froid
Je dépose un bisou léger sur chacun de ses yeux
Et un poutou mutin sur le bout de son nez
Ses lèvres entrouvertes me rendent fiévreux
Elles sont une invite pour un baiser passionné
Il faut que je les évite ou mon plan sera gâché.

Je caresse sa joue et descend dans le cou
Puis, sur sa gorge, j’ose la langue, glisser
Goulument jusqu’entre ses beaux mamelons
Ses seins se redressent, et durcissent les tétons
J’apprécie leur fermeté, leur rondeur, leur parfum
De cette belle peau d’ambre j’en hume les embruns
Je m’étends en tendres bisous sur son joli ventre
Un baiser moelleux pour chaque grain de beauté
Je m’approche doucement de l’endroit le plus tendre:
Un joli carré de belle toison, par sa jambe, caché
Splendeur de sa féminité, berceau de mes désirs.

Je cajole l’entrejambe, elle soupire et s’étire
Libérant ainsi le doux objet de ma tentation
Je respire l’essence de son bouton de rose
Le suce, l’agace et recommence l’action
Je bois à sa source cette liqueur onctueuse.
Plus enivrante que le plus capiteux des vins
Des doigts et de la langue, ses doux recoins
J’explore, agace, tâte, caresse tout en douceur
Sa respiration s’accélère, ses reins se cambrent
Elle t’étend, se donnes, entière, avec ardeur
Ses gémissements emplissent la chambre.

Puis soudain, elle se redresse et m’empoigne
Et d’un fougueux baiser, elle se glisse sur moi
Mon adorable amazone part en campagne
Chevauchant hardiment le corps de son roi.
Je parcours des mains ses veloutés vallons
Elle en frissonne et accélère ses mouvements
Je retiens sa croupe pour être au diapason
Sa bouche et son regard deviennent brulants
Nos corps tourmentés se mêlent de sueur
Nos lèvres s’écrasent et nos langues s’emmêlent
Je la sens raidir et retiens, encore mon ardeur
Puis, dans un soupir de délices, nos sens s’apaisent.

Ses yeux noisette pétillent de joie et de bonheur
Comblée, elle reste lascivement couchée sur mon ventre
Elle me bise gentiment, mais elle a une moue de douleur
Je passe mes mains sur son dos pour pouvoir le détendre
Et retirer de ce merveilleux corps cette atroce souffrance
Elle sourit émerveillée car le mal s’est envolé à l’instant
Elle ferme les yeux glissant dans une douce somnolence.
Je l’embrasse doucement et la regarde enfin s’endormir
La serrant fort à moi, je caresse ses cheveux tendrement
Mon amour, ma flamme, mon rêve d’avenir.

Dim 25 Jan 2015, 19:02 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Elle



Cette jeune et jolie demoiselle
Cache pudiquement son visage,
De d’encore rougir de plus belle manière
Quand il dit que sa beauté fait des ravages,
Qu’elle est la plus merveilleuse femme
Qu’elle incarne ses souhaits,son idéal le plus conforme
Dont il rêve et aime tant les formes
Qu’à genoux, il lui déclare sa flamme
De ces douces et exquises rondeurs
De ses galbes et ses belles courbes
La raison pourtant reste ,indifférente...
Aux supplices de son cœur.
Il aimerait y déposer sur son visage
Des milliers de baisers fougueux
Et se perdre dans ce délicieux paysage
En explorer les vallées et les versants
Puis respirer ses odorantes effluves vanillées
Dans ses belles lignes et ces doux creux magnifiés.
Il la trouve sublime, au grand esprit vif, l’esprit toujours en éveil
Cette femme dont l’amour le transcende,l’envahi de son aura
Et dont ,sa candeur le bouleverse jusqu’au plus profond de son être
D’un sentiment qu’il sait pourtant excessif,porté par une marée d’émotions qui, telle la vague Hokusai submerge.
Déclaration de mots si ardents si intenses
Déclamés avec ,tant d’ardeur, de mélancolique tendresse
Lorsque, à elle chair de ses attentions, avec amour, il s’adresse
L’atteignant jusqu’au plus profond de son corps,
Son cœur est ravi et touché.
Elle y croit,et elle se sent revivre,
Se sent désirable à ses mots qui l’enivrent
Pour la première fois de sa vie...
Elle ressent ce que d’être aimé:
Un sentiment d’une douceur inouïe...
Et ne veut partager cela qu’avec lui.
Dim 28 Déc 2014, 21:05 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Feuilles d 'automne



Je ramasserai toutes ces feuilles trainant par terre,
Une à une car, pour moi elles ont chacune,
Une signification personnelle particulière:
Une tendre réminiscence qui perdure,commune
A toutes ces images qui s’accumulent,au fil des jours
Chargées de ces souvenirs qui ne peuvent s’effacer...
Toutes ces merveilleux moments que je ne veux pas oublier
Car ils sont désormais, ma seule raison de vivre...
Je m’en nourris,aujourd’hui bien trop souvent
Quand mon état se languit d’une douce mélancolie
Ils m’aident à redevenir quelque peu euphorique.
La feuille de ton incroyable sourire ravageur
Qui est plus beau que le soleil éclatant du matin
Et qui me laissera encore et toujours,divinement rêveur
La feuille de ton prodigieux regard, pétillant et coquin,
Qui te donne cet air étrange,si charmant et impudique.

Une autre de ta tendresse et douceur à mon égard
Je me surprend à être si fier, lorsque je suis avec toi,
Tu es délicieuse comme la liqueur du sirop d’érable
Que je laisse couler sur tes belles formes généreuses.
Une feuille pour rappeler l’odeur de cette peau cuivrée
Sur laquelle mes doigts jouèrent une tendre mélodie
Et celle de ce petit ticket de toison,couleur charbon,
Où mes lèvres enfiévrées se déposèrent avec passion.
Une feuille pour ces inoubliables baisers torrides,
Que je déposai avec entrain sur tes lèvres humides
Et que nous échangeâmes avec une fougue intrépide,
Que tu accueillis, avec une adorable émotion, timide
Et dont je sens encore la fervente ardeur sur ma bouche.
Une feuille,exauçant ce vœu que je fais matin et soir
De te retrouver,encore une fois, dans ma couche
Pour que je puisse dissiper cette que tu as du noir
une feuille pour la clarté de ce splendide crépuscule
Qui viendra nous envelopper tout doucement,
Tel l’immense rideau d’un moment incrédule
Qui nous recouvrira d’étoiles entièrement.

Et j’ornerai ce magnifique grand voile
De la sublime beauté de ton merveilleux minois
En te dessinant délicatement sur ma toile
Belle, ainsi que mon cœur te voit
Afin que tous mes langoureux désirs reprennent vie.
Une feuille sur laquelle j’aimerai écrire cette douce folie,
Pour la vivre,jour et nuit, avec insistance...
L’un contre l’autre,les yeux dans les yeux
Afin de voir resplendir ton regard merveilleux
Jusqu’ à la fin de mon existence .
Sam 22 Nov 2014, 16:09 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Cueille- moi des violettes

Cueille- moi des violettes

Si vous voulez me faire plaisir, cueillez -moi des violettes,
Ce sont les plus humbles de toutes ces pauvrettes
Et ce sont celles que de loin je préfère
Il ne m’en faut pas beaucoup pour être contente
et si tu vas m’en cueillir un petit bouquet
Je pourrais, pour le coup,afin de te remercier
Te décocher mon plus beau sourire,
celui qui ne me quittera jamais
Tant que tu resteras près de moi
Donne-moi ta main, n’aies pas
Je la garderai tout contre mon cœur
Bien serrée contre ton sein
Et je me sentirais si bien
Que tu pourras alors essayer de m’embrasser;

Vole-moi un baiser, avec discrétion
Puis donne-moi-s-en, un deuxième avec émotion
Parce que c’est ainsi que je les aime:
Chauds, humides et passionnés
Fais, mon cœur, doucement chavirer
Juste par ces quelques petites tendresses
Surprends-moi par d’innovants stratagèmes
Des gestes doux, d’aimables gentillesses
Découvre au fond de moi ces choses que j’aime
Donne -moi à manger des cerises, du raisin
Ou bien à boire,de l’eau, au creux de tes mains
Ce n’est pas grande chose mais, pour moi, "quel festin"!
Ou alors tu pourrais, pourquoi pas?
M’offrir quelques petites douceurs
Comme un petit carré de chocolat!
Mais ce que je préfère ce sont les fleurs
C’est ce qui comble mes envies par-dessus tout
Bien que souvent mon esprit le propose
Je m’émerveille de toutes ces petites choses
Qui semblent anodines et qui n’ont d’éclat
Que si je peux les faire avec toi...
Si tu veux bien de moi...

Nul besoin de m’offrir des diamants ou des roses
Je ne ne suis pas ce genre de fille-là
Qui ne succombe qu’à l’argent et à la pose
Qui ne pense qu’aux bijoux ,et aux toilettes
Je me contente que de quelques fleurettes,
Un présent que je ne résiste pas
Alors viens! Dépêche -toi !
Partons à la cueillette de ces jolies violettes
Jeu 24 Avril 2014, 08:47 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick)

La fille d’avril

La fille d’avril a de biens jolis sourcils, gracile, la voilà perchée sur un fil regardant le temps qui défile. En bas les rangées de livres s’empilent...
Judicieusement elle touche du bout de ses doigts les pages où les images pas si sages viendront coloré ce ciel si foncé.
Chaque feuille est dessinée et colorée...
Quelques beaux pétales rouge coquelicot, loin d’être des idiots, effleurent discrètement les bleuets qui sont aux aguets. Les pissenlits rebelles n’iront pas à la queue leu leu, persiste la qu’on les mange en salade, en marmelade où écrasés en tapenade...
Les coccinelles porteront sur leurs ailes, les effluves de miel avec les abeilles pour escorte...

Le bouffon des rayonnages sourit. Voilà donc le pouvoir de la fille d’avril . Elle s’est endormi comme un bébé après avoir ouvert le livre qui contient la clé ; la clé des rêves défragmentés.
Il était temps, la bibliothèque allait être fermée définitivement. L’enchanteur avait donc raison, c’était l’ultime solution. Chercher et trouver l’esprit catalyseur capable de recréer la réalité.
Ça n’a pas été facile de dénicher la bonne personne. Tout l’hiver et une partie du printemps
à errer dans la mégapole vêtu passe-partout, décodant les visages. Des milliers de fois l’espoir puis la désillusion. Soudain cet après midi, cette fille les yeux rougis, seule, attablée dans ce triste fast-food. Dès le premier regard il a su, en elle ce grain d’énergie résiduelle des premiers temps.
En prenant l’aspect de ce vieil ami, l’entraîner vers la bibliothèque puis lui présenter le livre ne fût qu’une formalité. Le grimoire a fait le reste. Dès la première page le miracle s’est opéré... Connexion dite d’avril... Prophétie dormant depuis la veille de l’an mil...
Le songe de l’âme clé ouvre une faille dans le continuum. La vieille bibliothèque est aspirée de l’autre côté, vers l’ailleurs coloré. L’espace d’un instant les lois de la mécanique quantique sont oubliées.
Dans un hors temps incertain la fille d’avril va se réveiller. Son retour à la conscience va redonner la stabilité qui manquait depuis si longtemps au monde damier.

Alice enfin exfiltrée de l’Absurde...

Le bouffon va pouvoir enfin prendre du repos.
Mar 22 Avril 2014, 20:02 par caressedesyeux sur Mille choses

Tu me manques!

Les heures ont passé, les jours ont défilé et
même la distance s’est installée. La distance, oui.
Celle dont je ne voulais pas qu’elle m’arrache à toi.
Mais pas celle qui m’aurait empêché de croiser
ton regard, tantôt si pétillant, tantôt si tourmenté;
de m’approcher de ta bouche qui, fermée, raconte
tellement de tes chagrins; d’entendre ton rire
que j’aime tant.
Cet éloignement-là, je l’ai refusé.
La distance actuelle est autre et peut-être plus douloureuse pour moi, parce qu’elle a été agie par nous, dans l’inter-dit, sans un "au revoir".
Dans cet espace-temps qui nous sépare, j’ai appris.
Du désir qui me poussait si fortement vers toi, j’avais et y ai résisté avec vigueur.
Depuis, la haine a, un temps, rempli l’espace d’un vide.
Aujourd’hui, tu me manques
Dim 20 Avril 2014, 17:27 par évènement sur Histoires d'amour

Elle


Elle cache pudiquement son visage,
La jeune et jolie demoiselle
De de rougir de plus belle
Il dit que sa beauté fait des ravages
Qu’elle est la plus magnifique femme
À ses souhaits, son idéal, la plus conforme
Dont il rêve et aime tant les formes
Qu’à genoux, il lui déclare sa flamme
De ces douces et exquises rondeurs
De ses galbes et ses belles courbes
La raison portant reste sourde
Au suppliques de son cœur
Il aimerait déposer son visage
Et respirer ses effluves vanillées
Dans ces creux et ces lignes aimées
Se perdre dans ce délicieux paysage
Il la trouve sublime et au grand esprit vif
Cette femme dont l’amour le traverse
Et dont la grande fragilité le bouleverse
D’un sentiment qu’il sait excessif
Déclaration de mots si beaux, si forts
Prononcés avec ardeur et tendresse
Quand à elle avec amour il s’adresse
Qui l’atteignent jusqu’au fond du corps
Son cœur en est ravi et touché
Elle y croit , elle se sent revivre,
Désirable, ses mots l’enivrent
Elle ressent ce qu’est d’être aimé
Pour la première fois de sa vie..........
Et ne veut partager cela qu’avec lui
Mar 10 Déc 2013, 14:45 par caressedesyeux sur L'amour en vrac
Page 1 sur 27 Aller à la page 1, 2, 3 ... 25, 26, 27  Suivante

Ecrire sur peur

Ecrire sur peur Dans le train, Dans le train, Dans le train, Dans le train, Délivrance, Pour toi mon unique amour pour la vie, Charlotte et les fraises ( modification), Fraise au parfum de rose, L'amour au clair de lune ( caressedesyeux/ hami), Elle, Feuilles d 'automne, Cueille- moi des violettes, La fille d'avril ( duo caressedesyeux /arnoux patrick), Tu me manques!, Elle,
Il y a 394 textes utilisant le mot peur. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Osez 20 histoires de sexe sur Internet
Collectif
La Musardine
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Ecrire une nouvelle et se faire publier
Mireille Pochard
Eyrolles
Les mille et une nuits érotiques d'une femme moderne : Contes érotiques
Justine
J'ai lu
Le Joyau
Jacques Monfer
Blanche
Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Le souvenir a le même pouvoir que l'écriture.

Amélie Nothomb.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 21 Oct 2017, 11:00
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 13 Invités et 5 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google (3), MSN (2)
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite