Joli texte caressedesyeux

je réponds à votre ode à l’hiver

de l’hiver à des cendres


Branches immobiles,
Terres infertiles,
Triste des cendres,
Tout meurt d’attendre

Tout s’éteint et se crève,
Du long froid de l’hiver
S’endorment jusqu’à nos rêves,
La nuit dort sur nos pierres

Disparus nos ciels de bleu
D’un vent froid irrespectueux
Qui glace nos cœurs qui s’aiment
Nos yeux qui brillent et s’éteignent

Frissonique est le songe
Du blanc sur un mensonge
Du grand manteau étrange
De l’incolore qui nous dérange

Laconiques silences
De la mort des mésanges,
Plus de couleurs n’arrangent
Les mots des cœurs vides de sens.

Lancinants chants de mort
Dans la plaine qui s’endort
Où dansent et se parsèment
Les premiers matins blêmes
Qui souffrent au pied des cinq lettres
Des pleurs de l’hiver aux fenêtres

Nos cahiers sont de glace
Nos y glissent et cassent,
De rage maudissent l’orfèvre
De l’hiver à mes lèvres,
Grand blanc sans je t’aime

Jime
Mar 16 Déc 2014, 08:56 par Jime sur L'amour en vrac

A chaque virgule

A l’ombre de chaque mot je me posais un peu plus
A l’ordre de chaque virgule je m’opposais un peu plus
J’avais mis sur la feuille ce qu’il restait de l’autre
Que je n’avais vomi durant tout ce temps
Celui qui attendait dans l’encre patiemment,
Qui me faisait du mal, pas sciemment.
J’entrais en majuscule dans l’instant ridicule
Où toutes ces minuscules reflétaient le recul
De acharnement à cacher l’évidence de l’être.
Du mal être. De mes lettres.
Par pile et malhabile je les avais laissées encartonnées
Au gré de mes d’un soir sous la houlette obscure
D’un règlement de compte avec le calendrier.
Je rompais le silence de mes propres questions
Assidûment devant cette évidence
Assis dûment derrière ma pointe noire
Ainsi dû ment sur la feuille blanche.
Mon cœur y gisait là. Décrit plus qu’il ne faut.
Sous toutes les coutures de mes tournures
S’embrasant par endroit, s’étiolant par moment
Selon l’heure de la nuit, le soleil d’un automne
Où la froideur d’un jour.
L’abstrait abscons y côtoyait la clairvoyance
Les certitudes se nattaient dans les doutes
L’échevelé du style y bordait le posé
Moi, résumé ainsi dans sa désinvolture.
Illisible à l’œil nu, la plainte du sang
Celui qui coule en étranger au fond de moi.
L’impression fertile d’avoir des veines en déveines.
Et cette date qui martèle mes tempes
intemporellement, un temps pour elle, et tant pour moi
Combien de fois barrée de ma verve farouche
Combien de fois embuée à la fin d’une ligne.
La poésie de ma peau hésite me disais-je
Et la musique que moi seul fais-je
S’éteint lentement dans la discordance des notes
Jeux des croches. Je me rattrape.
A chaque virgule, expiatrice.

JIME
Jeu 30 Oct 2014, 16:02 par Jime sur Mille choses

Les âmes tendres sur mobile

Ca y est, chers lecteurs, vous pouvez désormais bénéficier d’un confort de lecture digne de ce nom si vous venez butinez le site avec votre téléphone mobile. Et je sais que vous êtes, même trés nombreux à le faire !

Comme l’art de l’amour peut tout à fait s’épanouir à la lecture d’oeuvres malsaines pour les uns, enrichissantes pour les autres, voici une autre nouveauté, à la faveur de l’été, la boutique qui recense tous les ouvrages, plutôt coquins d’ailleurs, que je me permet de vous conseiller.

Damoiseaux, damoiselles, à vos ou à tout le moins, à vos signets!
Ven 10 Août 2012, 19:53 par PetitPrince sur Edito

Qui veut la peau d'agatha christie ?

Je viens une dernière fois rendre grâce à ce site pour m’avoir permis plus ou moins régulièrement toutes ces années de rêver et de créer du beau (au moins l’ai-je essayé bien humblement) tout en me régalant d’écriture et de relecture.

Dois-je citer toutes les oeuvres qui ont nourri mes textes bien que ces derniers en soient indignes ? Je risque fort de me montrer ingrate et d’en oublier parmi les plus importants : "Les confessions d’un enfant du siècle" d’Alfred de Musset, "La promesse de L’ange" de Frédéric Lenoir qui relate les amours tragiques entre un homme consacré et une guérisseuse (la structure romanesque est merveilleuse), sans oublier le "Manifeste pour une renaissance" : parmi les ouvrages de Bernard Besret qui m’ont été donnés de lire, c’est ce dernier qui m’a sans doute le plus marquée (de par sa proximité avec mon propre cheminement existentiel sans doute).

Je ne viendrai plus pour plusieurs raisons, ces écrits qui n’avaient pour but que de me récréer tout en me tenant lieu parfois d’exutoire ont été profanés un peu comme ces tombes par des personnes malveillantes et qui pour couvrir leurs frasques cherchent dans l’écriture les preuves d’une culpabilité de l’auteur qu’il savent chimériques... C’est un procédé fort astucieux que de vouloir déplacer le centre de gravité d’une affaire : mettre sous le feu des projecteurs non plus l’assassin mais le bouc émissaire. C’est courant, Combien de violeurs protestent de leur innocence en montrant du doigt leurs victimes : ces viles aguicheuses... A qui profite le crime ?! Ces honnêtes hommes (ou femmes) qui au demeurant ont parfois pignon sur rue, ne manqueraient pas, tout couverts du sang de leur dernier forfait, de pointer le même index accusateur : regardez, c’est Agatha Christie, coupable de crime avec préméditation, elle a même couché ses (nombreux) aveux par écrit. Ce faisant, ils ajoutent à leur scélératesse, la calomnie...

La seconde raison, et bien ! Il s’agissait pour moi de venir sublimer un célibat imposé par un divorce qui perdura durant dix longues années de solitude (encore un ouvrage merveilleux : cien anos de soledad de Gabriel Garcia Marquez)...

Le temps est un sérum de vérité, il renforce et grandit l’âme de ceux qui ont le coeur droit - dans l’épreuve - et montre la vraie nature de qui est vil. S’il m’est arrivé de m’indigner, de pleurer voire de tempêter devant l’aveuglement des hommes et des femmes qui portent la charge de rendre la justice, je n’ai jamais trahi la rectitude qui est ma marque de fabrique et si j’ai le verbe haut, j’ai le coeur droit (certains ne se sont donnés que la peine de naître et de naître nantis cela leur tient lieu d’honneur et de probité. ceux-là ne sont pas mes cousins).

Une fois de plus, je ne peux que rendre hommage à Gisèle Halimi que j’ai eu la grâce de rencontrer et qui me confiait lors d’une interview (à l’occasion de la sortie de son livre "L’étrange Monsieur K") combien il est difficile de défendre un innocent. Ce dernier est de fait indéfendable, il n’a que lui, que la vérité et cette dernière ne porte pas un label spécial qui la distingue des contrefaçons. Il crie, il pleure, il gronde, il a peur et tout cela indispose. Prenez un coupable : il dispose de tout une batterie : mensonge, abus de pouvoir, manipulation, faux et usage de faux, il sourit, il affiche un calme olympien et sourit d’autant mieux qu’il sait ses mauvais procédés couronnés de succès.

Mais quelle que soit l’issue des procès et que l’on condamne ou pas Agatha ou K, mes frères, pour les crimes qu’ils n’ont pas commis, aucune erreur judiciaire ne changera la nature réelle de l’homme, celui qui est bon et droit ne peut être avili. Celui qui juge et qui se trompe peut en son âme et conscience en éprouver des regrets et peut-être un tourment secret : ne me suis-je pas trompé, mon intuition était-elle bonne, n’étais-je pas sous influence ? Quelle charge faisons-nous porter sur des épaules humaines ! Mais qu’ils se rassurent, l’homme coupable porte en lui le germe de sa condamnation et lui se connaît intimement, il n’est pas dupe de sa noirceur. Son propre jugement n’en sera que plus éclatant.

Il ne me reste plus qu’à tirer ma révérence d’un hommage appuyé à l’administrateur du site, mon bien cher et respecté Petit Prince pour sa confiance et sa bienveillance durant ces longues années. Un clin d’oeil à vous chères âmes tendres que j’ai eu la joie de lire et de relire, avec qui, parfois, les fils fragiles de l’amitié épistolaire se sont tissés.

Je vous souhaite de belles et tendres heures d’écriture avec la pulsation de vos coeurs à la pointe de vos .

Bien scripturalement vôtre,

Dolce Vita
Mer 20 Juin 2012, 15:13 par dolce vita sur L'amour en vrac

Ces douces plumes

Ce matin a fleuri
De douces
Pour achever le nid
Où mon sentiment fleuri

Douces comme tes lèvres
Qui ruisselaient
D’un désir brûlant
Elles jouaient
Avec mon souffle

Tout le jour
Ces douces
M’ont caressée
J’ai frissonné
Sous mon corsage

Et ce soir
Je suis trop sage
Ma main fébrile
Aimerait caresser
Sous ta chemise glisser...

Ce matin a fleuri
De douces
Qui caressent mon envie
Mais je n’ai que ma plume
Ce soir pour l’Amour
Crier...Crier...crier....


Sarah
Mer 11 Avril 2012, 20:33 par Sarah1 sur L'amour en vrac

Des vies à deux

Comme je le remarquais il y a quelques temps déjà, l’amour est un éternel sujet de surprise pour moi, d’émerveillement et de questionnement.

Tiraillé entre désir et amitié, il prend mille visages. Et je pense qu’une vie ne suffit décidément pas à l’appréhender, on croit tout connaître et l’on se rend compte que l’on n’est guère plus avancé qu’aux jours tendres de notre adolescence. Quand on tombe amoureux on a toujours seize ans ! Notre cœur bat, le jour est merveilleux et tout va bien. Mais, si l’autre vous aime et que vous ne répondez pas à son émoi ou inversement : le jour devient sinistre et le ciel le plus bleu devient cruel aux cœurs lourds… Et on se dit : comment ne pas le faire souffrir ou comment ne pas la faire souffrir ?! Et on sait bien qu’aucune empathie, aucune compassion n’atténueront la cruauté d’un refus.

En près de dix ans d’un divorce complexe, j’ai connu pas mal de combats, j’ai été amenée à prendre du recul et mon sac aux questions ne fait pourtant au fil du temps que s’emplir. Dernièrement, un ami, encore un, et oui, cela est vrai que l’amitié homme femme est souvent équivoque, est devenu un amoureux malheureux. Un homme extraordinaire de mes amis vient de se faire remercier par sa dulcinée partie flairer les phéromones d’un beau saisonnier. On parle, j’étale toutes les qualités d’Homme qui sont les siennes, sans flagornerie etc., pour l’aider à remonter la pente, pour qu’il fasse un constat objectif de sa situation et me voilà à devoir repousser ses avances. Et, zut ! La vie est parfois bien étrange. Il est génial, parfaite entente sauf que physiquement il ne m’attire pas du tout. N’avez-vous pas remarqué que souvent il y a une dissymétrie : l’un est attiré et l’autre repoussé sans que l’on puisse vraiment s’en expliquer les causes. Il suffit souvent de peu, un rien pour que la rencontre n’ait pas lieu.

Peu avant, j’ai refait cette expérience qu’en tant qu’hétéro je ne m’explique pas : comment puis-je attirer une femme alors que personnellement je ne supporterai pas que l’une m’approche de trop près ? C’est mal fait, non ? Que de souffrance on fait naître ou de désir, de frustration sans que cela aboutisse au bonheur de deux êtres !

Parfois, on trouve des hommes super sexy mais surtout qu’ils ferment la bouche ! D’autres fois, ils sont mariés ou en couple et souhaitent que vous soyez leur douceur du soir espoir entre deux portes… D’autres s’imaginent que comme initiatrice cela pourrait le faire. Etc. Parfois, notre cœur, notre corps s’emballent mais… En fait, que recherchons-nous ?

Pourquoi ? Pourquoi ne pouvons-nous pas décider d’aimer et d’être attiré ? Par quelle étrange alchimie, notre raison n’y a pas de part ?
Et puis, l’imagination, l’intelligence y compris celle du cœur, l’équilibre psychologique et une vie saine constituent de puissants stimulants ! Quelle histoire résisterait au ronron monotone d’une vie trop réglée et trop aseptisée ou au contraire trop dissolue ?! Cela finirait par tout user, à commencer par l’humain et le sublime !

L’amour est, selon moi, un oiseau qui ne demande qu’à prendre son envol mais de grâce ne le limitons ni ne le contrefaisons pas parce qu’alors le plus beau des sourires devient un immonde rictus ! Et l’oiseau dans sa cage finit par dépérir pour disparaître tout à fait, pauvre tas de sans vie... Qu’est-il advenu de lui ? !

Ah, je ne parle pas des barrières et autres limites que notre éducation nous assène ou au contraire à quelles déviances notre histoire, notre vécu ou nos souffrances nous conduisent ! Il faut trouver l’autre, celui , celle qui, sans être parfait lui-même, permet une harmonie une entente qui tend vers la perfection !

Toutes les confidences que j’ai pu recevoir ont nourri nombre de mes histoires mais ni mon vécu ni cette écoute n’ont permis de résoudre ce qui reste pour moi le plus merveilleux des mystères : l’Amour.

Enfin, en conclusion ultime, de vous à moi, chères âmes tendres : qu’y a-t-il de meilleur en ce monde que l’Amour ?! Aimez donc, soyez aimées, follement, sans attendre, sans peur, sans trêve, de toute votre âme, de tout votre coeur, de tout votre corps ! Vivez et aimez !


Votre dévouée, Dolce
Ven 20 Mai 2011, 17:53 par dolce vita sur La vie à deux

Amour fou

Sombrer dans la folie ? je le pourrais sans aucun doute. Je passerais mon temps à errer dans la ville ou la forêt, passant d’un monde à l’autre. Les arbres me caresseraient de leurs feuilles douces commes des , le béton m’asborberait pour me lover dans les entrailles de la terre, et les écureuils me conteraient des histoires fantastiques dont eux seuls auraient le secret.
Ah ce que j’aimerais être folle et ne plus me soucier de ce monde oppressant, sans cesse dans la demande d’une perfection futile dénuée de charme. C’est dans les défauts et les différences que l’on devient productif, puisqu’il s’agit là de "gommer" en nous ce qui dérangerait l’autre, afin d’être apprécié de lui. Ou alors, au contraire, assumer sa différence pour s’affirmer et se démarquer.
Sornettes que tout cela ! Heureux le simple d’esprit qui s’émerveille en regardant ses doigts, persuadé qu’il converse avec son meilleur ami à propos d’extraordirnaires théories visant à un monde meilleur.
La limite entre la folie et la normalité n’est pas grande et son équilibre ne tient qu’à un fil. On pourrait croire certains fous normaux et l’on passe son temps à rencontrer des gens normaux complètement fous. Qu’importe ! On ne cautionne ni l’un ni l’autre. Le fou est surement plus à même que nous, d’accepter l’autre tel qu’il est. Notre état de conscience se démélant sans cesse du bien et du mal, de l’amour et de la haine, fait de nous des êtres de jugement complètement inconscients. Le fou lui, ne se posera pas la question.
La folie n’empêche pas la souffrance bien au contraire, puisque c’est bien cela que les soignants passent leur temps à combattre. Mais peut être l’aténue t’elle ou lui donne t’elle un tout autre sens dans ce monde spécial sans limite.
J’aimerais pouvoir franchir cette barrière qui nous sépare injustement et te regarder avec les yeux d’un fou.
Dim 09 Jan 2011, 00:22 par Atina sur L'amour en vrac

Le dernier instant (chapitre cinq)

Dernière nuit, où ils s’aimeront encore plus. Ils se "déchaineront" avec une frénésie forte, et passionnelle .Ils ne bougeront pas de cette chambre, alternant repas, câlins, tendresse, sans être repu. Comme si une force incroyable les poussait encore et encore, à se surpasser. Puis, ils feront une bataille de polochon, à en avoir mal au ventre, les sortant des oreillers, éparpillées de partout...
C’était tellement fou, tellement irréel, qu’ils se demanderont bien, si c’était vrai, car le temps défilera, à toute allure, ils regarderont discrètement chacun leur tour, le réveil posé à cote de la lampe à chevet.
Elle va devoir s’habiller, il la regardera, et sans un bruit.
Il l’a raccompagnera à la gare en la serrant fort, un bras posé sur sa taille.
Lun 07 Juin 2010, 11:27 par caressedesyeux sur Parler d'amour

Votes concours interforum vers à lyre n°8

Bonjour à tous,

Ce concours "arc-en-ciel" a donné lieu à 3 participations. A vous de jouer, lisez ces mots, imprégnez vous de leurs teintes et votez pour ceux qui vous auront le plus touché !

Modalités :
  • Pour voter, postez à la suite de mon message « je vote pour le texte n° ## ».
  • Vous avez jusqu’au 15 avril 2010 pour donner votre avis.
  • Si jamais vous souhaitez changer votre vote, cela reste possible jusqu’à cette même date en m’envoyant un MP ou en éditant votre message sur le forum.

Le règlement est toujours à votre disposition si vous le désirez.

PS :
  • [size=85]Pour les membres de l’équipe Vers à Lyre pensez que vous ne votez QUE sur le forum du magazine ;)[/size]
  • Si vous avez écrit un texte d’un autre genre que la citation sur le thème Couleur, vous pouvez le proposer à notre appel à texte jusqu’au 31 mars (plus que 4 jours !)
  • S’il y a aussi des artistes sur le forum, pour les photos, dessins, créations sur le thème Couleur, il n’est pas trop tard non plus (fin de l’appel le 31 mars aussi) et dans ce cas, rendez-vous à l’appel à image



Texte 1
Citation:
J’écris à l’encre verte, mon envie de nature,
mon envie de m’allonger dans les herbes hautes.
Rester allongée,ressentir l’herbe à mes
moindres mouvements. Regarder le ciel et
comptempler les nuages et leurs voluptes

J’écris à l’encre blanche,les hivers
enneigés. J’écris le gel, la froideur humaine.
Je décris ces couloirs longs et blancs sans fin.
J’ecris la maladie incurable, l’écume, la page immaculée

J’écris à l’encre bleue,l’été, les calanques.
J’écris mes abysses si profondes.Je décris
tes yeux et mes bleux de mon ame.

J’écris à l’encre jaune, le soleil,l’espoir,
le renouveau. J’ecris mon combat.
Je décris ma force vive


Texte 2
Citation:
J’aime le blanc… Le blanc pur d’un ange déchu, le blanc intouché d’une vierge, le blanc d’une jeune mariée frémissante. J’aime le blanc de ta peau qui se hérisse sous mes caresses.

J’aime le noir… Le noir ténébreux des démons, le noir inquiétant des ruelles désertes, le noir impénétrable de la nuit. J’aime le noir de tes cheveux que j’empoigne violemment.

J’aime le vert… Le vert enivrant de l’absinthe, le vert mortel du poison, le vert des espoirs déçus. J’aime le vert de tes yeux effrayés.

J’aime le rose… Le rose innocent des petites filles égarées, le rose honteux aux joues des prudes effarouchées, le rose odorant des fleurs du mal. J’aime le rose de tes lèvres tremblantes.

Mais par-dessus tout, mon ange, j’aime le rouge de ton sang qui ne coule que pour moi.


Texte 3
L’artificier


Citation:
La nuit légende l’or des étoiles mourantes
Dans le bain marine de ses voiles obscurs.
Les lunes sont blanches sur les nues qui s’éventent
Aux marées stellaires colorant nos futurs.

Quand fleurissent soudain des jardins éphémères
Éclaboussant les sens de leurs effets visuels.
Des fleurs éclatantes s’approprient les jachères
Des champs du ciel ravis de ces bouquets pluriels.

Des coquelicots s’étalent dans l’explosion
Du camaïeu des bleu vociférant l’espace
Le temps d’un soupir où s’imprime l’éclosion
Des boutons d’or et des violettes fugaces.

Et l’on voit jaillir des fontaines d’Arlequin
Ruisselant de soleils déclinant les agrumes
Dans l’enluminure d’étranges fruits carmins
Dévorés par les flammes de dragons à .

L’artificier lâche ses salves de pigments
Peignant sur la voûte des tableaux si fragiles
Qu’ils fardent nos iris de pétales géants

Dans la rémanence d’un rêve versatile...
Dim 28 Mars 2010, 13:04 par VaL Scorp sur Annonces

Les nerfs

Les nerfs, les nerfs, les nerfs… Voilà l’état dans lequel se trouvait Léna à cette heure tardive de la nuit. Elle ne comprenait pas pourquoi et comment cela pouvait être aussi difficile de tomber amoureuse. Et puis en même temps, dans sa tête les idées se cognaient… Tomber amoureuse, pourquoi pas ?! Mais est-ce que ce n’était pas mieux de rester seule et d’avancer ?
Et si et si et si… Ce petit air lui trotte dans la tête… Ce soir, elle en a marre, vraiment marre. Elle se demande si elle ne fait pas une "fixette" sur ce Jef, si elle est vraiment amoureuse. Ah, ah, ah, ah… A… quoi déjà ? Ah, oui, Amoureuse… Mais qu’est-ce que ça veut dire, qu’est-ce qu’il faut ressentir ? Ce manque de sensation crée un vide en elle, un trou, un gouffre. Ce sentiment roule sur elle comme l’eau sur les d’un col vert. Elle ne sait plus, ne connaît plus, ne ressent plus. Et si seulement, Lui prenait le risque de perdre son confort pour tenter l’aventure, juste essayer. Et si, pour une fois, ce n’était pas seulement un rêve, un essai loupé… Mais une belle, une vraie, une sincère histoire…

Et puis ce genou qui se casse. Des vacances qui volent en éclat. Un moment de joie qui se transforme en moment de mélancolie. Cette terrible sensation de revivre les années passées alors que l’avenir est devant elle. La tristesse qui l’envahit, la mélancolie qui se cogne contre son corps… Et le sentiment d’abandon et l’ennui qui s’empare d’elle. Tout ça en l’espace d’une seconde. Elle se rappelle avoir gardé le sourire au moment de la chute, mais à l’intérieur elle avait peur. Peur et froid. Angoissée et désolée. Ce n’est pas seulement une chute, c’est le tremblement de terre de ses plus sombres émotions. Ces émotions enfouies depuis quelques mois et qui étaient très bien là où elles étaient…
Mer 17 Fév 2010, 01:11 par Sylvia sur L'amour en vrac

Avis à la description

Eh bien, pour des écrivains en herbe, beaucoup ne tentent pas le premier exercice de la description sur le profil. Ne parlons pas de l’avatar, bandes de petit(e)s flemmard(e)s, dont quasiment tous et toutes laissent le hasard faire.

Allez, à vos .
Mer 25 Nov 2009, 20:27 par PetitPrince sur Edito

Les alberts.

Prairies grasses, fleurs des prés, ruisseaux silencieux que l’on devine à l’humidité des herbes sauvages. Elles répandent leurs parfums acres lorsqu’on les froisse sous nos pieds maladroits et glacent nos mollets. Sur la gauche, un champ s’étire jusqu’au village bâti après le tournant de la route. De rares véhicules, timides, l’empruntent, honteux de troubler ainsi la paix des lieux, se sentant étrangers à un décor qu’ils ne feront que traverser, venant d’un point invisible pour disparaître vers un autre. Un homme fait voler en cercles réguliers un petit avion à moteur : trois paires d’yeux se portent vers le point rouge tantôt petit tantôt grandissant dont l’air apporte les grondements de tondeuse… L’homme n’a pas d’âge, trop loin pour être à même de distinguer quoique ce soit de lui, il joue sagement avec son engin téléguidé. Il s’applique. Il ne voit pas les conifères caressés par le vent derrière lui, il fait fuir les oiseaux effarouchés par le bruit qui tourbillonne au dessus de sa tête. Il ne voit pas la retenue d’eau ni les canards gracieux qui glissent à la surface : maman cane entourée de ses canetons se moque du point rouge qui volète. Il ne voit pas les yeux qui suivent du regard les acrobaties ni les jeunes bouches qui commentent. Doucement l’avion se pose comme à regret. Comme si l’homme avait conscience que son rêve d’enfant avait survécu au-delà de toute raison, refaisant encore et encore les gestes d’un apprentissage qui ne sera pas poussé plus avant. L’homme a pris sous son bras la grande aile rouge mais il ne parvient pas pourtant à prendre son envol. Il s’éloigne en rase motte pour disparaître tout à fait, fragile esquisse appartenant au passé. La terre ou les maisons l’ont englouti.
Découverte de la pinède, le sol est familier, tordu par les racines qui affleurent, une végétation pauvre, nous marchons jusqu’au point d’eau. Le ciel s’ouvre sur les montagnes alentour, le frissonnement de l’eau, des nuages de petits poissons viennent tenir compagnie à une baguette de pain qu’ils embrassent de toutes leurs petites bouches… J’ai l’impression d’une joie intense et en même temps une envie de pleurer trop longtemps contenue gonfle ma poitrine. Mêler mes larmes à la terre nourricière, reprendre mon souffle à la force de la nature qui ne ment pas, qui ne connaît ni la peur ni la haine en ces heures paresseuses, les prismes grimaçants de l’âme humaine. Une nature libre et belle au delà de toutes limites m’accueille, me reconnaît et en laquelle enfin, je me ressource. Douloureusement, je reprends vie, en silence.
La cane se tient au loin des nouveaux arrivants qui n’ont même pas un maillot de à offrir aux regards… Des éclats de rire et voilà des pieds roses qui barbotent dans l’eau vaguement croupie, en quête d’aventures comme il sied à leur jeune âge. Mais, bientôt, la faim se fait sentir. Le soleil est haut dans le ciel. De nouveaux oiseaux déplumés, sautillant sur leurs longues jambes viennent s’ajouter aux premiers et tout en cancanant, couinant, pépiant, jouissent de ce déjeuner bucolique presqu’estival…
Animaux, végétaux, minéraux, tout reprend sa place dans un monde de merveilles, pareil à l’aube du premier jour...
Dim 31 Mai 2009, 14:03 par dolce vita sur Mille choses

Autour de noël ...

Dans vos rêves sensuels, à quoi ressemble votre père Noël - ou votre mère Noël - et que vous apporte-t-il comme cadeaux ? Juste lui ou elle ou [...] ?

Dans chacun des thèmes du site, je vous invite à écrire une petite fiction où vous mettez en scène ce personnage revisité. A vos !
Dim 21 Déc 2008, 12:25 par PetitPrince sur Edito

Sur le palier

Dans la série des Exercices de style je vous propose le scénario suivant.

Alors que vous arrivez sur le palier de votre porte, vous voyez dans le couloir de l’étage votre voisin/voisine essayer en vain d’ouvrir sa porte les bras chargé de commissions. Vous vous approchez pour l’aider, et là, la proximité aidant, un délicieux trouble s’installe. La suite sera encore plus délicieuse.

Idée : Et si ça vous arrivez vraiment ...


A vos !
Mar 30 Sep 2008, 19:59 par PetitPrince sur Exercices de style

Plume qui rentre

Bon, ben les vacances, c’est fini. On peut choisir de se remettre dans le bain du stress, dans le train-train morose du travail. On peut aussi reprendre sa plume et laisser son cœur la guider, légère, rêveuse, farouche, rebelle, sincère et séduisante.

Ca vous tente ? A vos alors.
Dim 07 Sep 2008, 19:30 par PetitPrince sur Edito
Page 1 sur 3 Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Ecrire sur plumes

Ecrire sur plumes Joli texte caressedesyeux, A chaque virgule, Les âmes tendres sur mobile, Qui veut la peau d'agatha christie ?, Ces douces plumes, Des vies à deux, Amour fou, Le dernier instant (chapitre cinq), Votes concours interforum vers à lyre n°8, Les nerfs, Avis à la description, Les alberts., Autour de noël ..., Sur le palier, Plume qui rentre,
Il y a 42 textes utilisant le mot plumes. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La femme amoureuse est audacieuse sans le savoir.

Jean-Paul Richter.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017, 17:08
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 17 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 17 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite