1er mars 1947

Et voilà qu’aux alentours du 1er mars 1947 un petit malin… en tout cas, un peu plus malin que les autres arrive le premier à la rencontre de l’ovule et que leur union façonne l’être que je suis …
Me voilà donc en « formation » et je commence par me chercher un nid douillet où je vais pouvoir m’accrocher, car déjà … si tu as l’intention de me déloger … il va falloir t’y prendre de bonne heure ! Non, mais des fois !
Alors, voyons voir … commençons par prévoir la nourriture nécessaire à mon développement aussi, séparons-nous en deux : une partie qui me nourrira et… moi !
Très vite, je commence à m’engourdir, je déteste rester immobile… alors, pardon maman, mais je change un peu de position si cela ne t’embête pas trop… et puis si ça t’embête… après tout, c’est toi qui l’as voulu, n’est-ce pas ? Et puis en plus, j’ai envie de faire pipi… c’est chouette ici, j’y ai tout mon confort !
Ha ! Tiens ? C’est quoi ça ? C’est toi maman ? Quand même, tu te manifestes ! Je commençais à croire que j’étais toute seule, moi ! Hum ! C’est bon cette caresse, je sens que je vais souvent te rappeler à l’ordre pour être sûre que tu ne m’oublies pas ! On essaie ? Et vlan ! Un coup de … et vlan ! Un coup de pied ! Tu ne penses pas que tu vas m’oublier aussi vite que ça, non !
Hummmm , elle n’est pas mauvaise cette eau… Hic ! … Hic ! … Hic ! … Voilà que je suis prête à m’étrangler, il va falloir que je m’autodiscipline, surtout ne pas abuser des bonnes choses ! Allons ! Un peu de sérieux ! Tiens, c’est bizarre voilà que je fais des drôles de trucs… c’est cela que les adultes appellent « respirer » ? Il va falloir que je me documente… je n’aime pas ne pas savoir quelque chose ! C’est agaçant à la fin !
Hum ! Merci maman pour cette douce caresse, mais… c’est quoi que tu écoutes ? « Parlez-moi d’amour … redites-moi des choses tendres… »* c’est joli ça maman, tu la chanteras encore ? Dis ? …
C’est quoi tous ces bruits ? Tu sais je préfère de beaucoup quand tu chantes, tes gargouillis, tu veux que je te dise, et bien, ce n’est pas terrible… surtout quand j’ai envie de dormir… Bon, je sais, je suis une râleuse, mais il va falloir que tu t’y fasses, parce que ce n’est qu’un commencement… n’est-ce pas ?
Dis-moi ? il va peut-être falloir que nous fassions connaissance… qu’en penses-tu ? Je me demande quelle tête tu peux avoir et puis, je commence à être un peu à l’étroit ici… Nous allons réfléchir à la meilleure façon de mettre un terme à tout ça…
Mar 02 Fév 2016, 14:07 par Joa4763 sur Un monde parfait

Tu t'appelais Léon

Tu t’appelais Léon.-
Alité sur ce lit glacial, les yeux effarés.
Corps inanimé d’une froideur impersonnelle.
Le fils debout, la déroute, silence étouffé.
Le souvenir persistant, je t’appelle!!!

Des années douloureuses, la pensée active.
Aujourd’hui même, l’évocation pénible des mots.
Les images décolorées, l’émotion captive.
Un cœur troublé, la rage des flots.

Trop tard, l’abat-jour s’estompe à jamais.
Une lumière indiscrète, la parole inutile.
L’éloignement d’un autre monde, cela déplaît!
Seulement qu’une ombre, le indélébile.

Un jour viendra, une rencontre céleste, je le désire!
Une main tendue, ton « sourire » splendide, réservé.
Alors franche conversation, tu deviendras mon respire,
Ma joie éternelle, l’ami tant convoité.

André, épervier
http://epervierlepoete.iquebec.com
Jeu 06 Mars 2008, 22:39 par epervier sur Mille choses

Cadeau entre Nous

Lorsqu’il passait enfin ce cap, les chevaux ruaient, après avoir longtemps piaffé.

Il n’est rien de plus beau que la porte que l’on latte, à peine entrouverte, pour dire, sagement, «  J’arrive ».

Il a donné son premier coup de latte ce jour là, au passage.

Sur sa chaise haute, sa position assise, il a testé le , et il frappe sur la table, le fait très bien.

On lui a offert des couleurs, des senteurs quand ses narines et ses yeux étaient grands ouverts,

Il en a fait un Madras de beauté intègre, et l’a conservé.

Ses oreilles, je n’ose en parler, tellement il a su, dès le début, grande fierté et respect.

Mais passent les couleurs, au travers des rires, des joies, des émerveillements, de la richesse d’ une vie à peine entamée, et là, Je dis : « Famille » ! Car elle ne l’a pas quitté.

Quelques fois, je lui souffle d’écouter sa migraine, de se ressourcer auprès des siens, et de m’Aimer.

À un an moins quelques heures, le 11 Juin 2006, en jolies parallèles, il m’a aimée de côté et de face. J’ai maintenant trente cinq ans,

Il est mon Bébé, mon Père, nettement en avance parce protégé et aimé du haut de ses trente quatre.

Qu’on me dise que mon Homme est direct, méchant, incisif, précis et je sourirai parce qu’il est resté Lui.

Qu’on me dise qu’il est beau, et j’en suis déjà Fière, car sans pudeur aucune, je montre son visage à travers les photos qu’il a prise de Soi s’ aime.

Qu’on me dise qu’il est en danger et je serai déjà en route car je l’ aurai senti.

Qu’on me dise qu’il m’a quittée, et je n’écouterai pas, car il me l’aura dit lui même, au moment où Il saura que c’est inéluctable.

À Gérald De La part de Sa Fannie.

rose rose rose rose rose rose rose rose rose rose rose
Lun 02 Oct 2006, 11:11 par Chogokinette sur Parler d'amour

Faire l'amour avec l'éternité

Un coeur douloureux, lourd de larmes et triste.
Dedans la colère gronde
Où est-il ?
Où est l’amour après lequel tu soupires ?
A quoi sert de marcher encore et encore ?
De croire, de toujours y croire ?
D’où vient cette déraison ?
D’où vient cette innocence ?
Pourquoi n’es tu pas tiède comme tous le sont ?
Pourquoi ne pas promettre et ne rien tenir ?
Pourquoi ?
Pourquoi ne pas séduire ?
Pourquoi ne pas mentir ?
Pourquoi es-tu si différent des autres ?
Pourquoi cette envie de donner en toi ?
Pourquoi est-ce que tu soupires après l’amour ?
A quoi sert d’aimer ?
A quoi sert de souffrir ?
A quoi sert d’espérer ?
Et en toi la femme, l’homme libre se révolte,
L’indomptable lève le :
Ne plus croire à ces boniments
De forains,
Partir, partir et faire l’amour avec l’éternité
Ven 28 Avril 2006, 08:18 par dolce vita sur L'amour en vrac

-Disiz la peste- Je veux juste kiffer

Mer 02 Nov 2005, 12:24 par leoz sur Citations

La femme aveugle

La femme aveugle

Elle souriait,
respirait de plaisir en lui jetant de ses petits regards allumés de gaietés au visage...
il ne voyait rien ou il ne voulait pas voir…
alors il discutait sérieusement comme quand on discute de choses sérieuses.
Je la voyais qui souhaitais retenir son attention, il n’y avait rien à faire…
il jouait son grand jeu de différence.
Elle haussait les épaules,
s’enfonçait sur le siège
s’avançait à la table,
tournait la mèche de ses doigts,
s’essuyait le coin des lèvres,
pinçait le lobe d’une oreille,
rayonnait comme aucune autre….
Rien rien rien l’indifférent ne cédait pas!
Elle insistait,
s’accrochait le doigt à l’œil,
déplaçait une mèche sans savoir,
s’époussetait une bouche en coeur, croisait et décroisait les bras,
Rien rien il ne céderait pas!
Elle conversait rieuse, s’appuyait la tête dans la main, tenait à fermé les lèvres, fronçait les sourcils, grimaçait son bonheur…
L’indifférent poussa sa chaise…
sans un seul regard sur elle, prit sa canne blanche et la quitta!
Ven 14 Mai 2004, 03:25 par mOTSaRT sur Un monde parfait
Page 1 sur 1

Ecrire sur poing

Ecrire sur poing 1er mars 1947, Tu t'appelais Léon, Cadeau entre Nous, Faire l'amour avec l'éternité, -Disiz la peste- Je veux juste kiffer, La femme aveugle,
Il y a 6 textes utilisant le mot poing. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Écrire - un plaisir à la portée de tous: 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Eyrolles
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amant sans fortune peut être aimable, mais il ne peut être heureux.

Florian.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 16 Juil 2020, 18:09
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 23 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite