C'est tjs triste

Je crois que c’est le risque avec le virtuel tu sais ? Cela fait du bien - pardon - de lire votre dialogue tout simplement parce que je ne me sens pas un cas isolé même si je me dis souvent que je dois être une extra terrestre avec mes valeurs démodées !
Combien de fois, j’ai voulu croire à une belle histoire et en fait, bien souvent, je me suis retrouvée avec mes illusions et en face de moi rien à voir avec ce que j’espérais !! Oui, bon, pas plus tard qu’hier avec "P" qui semblait un homme merveilleux tellement tel que je le souhaitais : droit, intègre, franc, drôle, amoureux, capable de partage, tout quoi ! rire !! Bon, la réalité est bien moi belle, je suis fière de moi j’ai réussi à le voir avant d’avoir à regretter quoi que ce soit, c’est déjà ça, bah, c’est la vie ! On souffre ? c’est au moins que nous avons un coeur, on est déçu ? c’est qu’on a une espérance et un but !!
il y a des moments où l’on peut baisser les bras mais bon la vie est la vie malgré tout, il faut la savourer autant que faire se peut ! Il faut arriver à sourire à ce qui peut arriver de bon sans regretter ce qui n’est pas !
Sans se dire : mais qu’est-ce qui fait que je ne le ou la trouve pas ? ! Rire : le jour où j’y arrive vraiment, je vous donne la ! Promis !!
Allez, de gros baisers aux coeurs tristes et plein de courage à vous amis de plume !!

Bien amicalement,

Dolce

ps : un jour je sais qu’il viendra à moi l’homme que j’espère ! J’y crois !
Jeu 13 Oct 2011, 17:25 par dolce vita sur La déclaration d'amour

Une femme ,un homme

Il venait du sud,elle du nord. Ils s’étaient donnés rendez-vous ,à une terrasse fleuries, où les chèvrefeuilles embaumaient, le quartier...Un fameux "gouter" les attendaient. De part sa notoriété, cette pâtisserie valait les autres, mais il y avait de délicieux chocolats chauds, dont ils se gardaient bien de la divulguer la . Une touche de cannelle, aux puissants arôme d’un chocolat brésilien, et de merveilleuses mignardises accompagnaient ce breuvage si onctueux. Ils allaient enfin se voir, pour la première fois.
Leur yeux pétillants, leurs sourires, comme si ils se connaissaient depuis toujours...
A se demander lequel allait commencer la conversation, car troublés, ils l’étaient. Elle rougissait, et lui n’osait pas trop la regarder de face. Elle le trouva "captivant" par sa gentillesse, son humour et son bel esprit. Il la trouva charmante, pleine d’esprit, belle, avec cette fragilité qui le bouleversa. Un petit grain de folie vivifiant le charmait. Il aimait aussi ces mimiques et remarquait ses rides d’expression, ses taches de rousseur, et surtout son grain de beauté au coin de sa lèvre. Elle avait souligné ses paupières d’un trait, et mit sur sa bouche un gloss. Elle portait quelque chose de " frais". Il devinait, qu’elle avait bon goût par sa façon de s’habiller et de se mouvoir...
La confiance s’installa tout naturellement. Il y avait de belles choses qui commençaient à germer dans son esprit. Quant à elle, elle imaginait les mêmes choses. C’était une puissante attirance, et leurs corps étaient à fleur de peau...
Il lui proposa une ballade, en lui demandant sa main, ce qu’elle accepta. Puis il osa caresser avec son pouce, son poignet, mais elle ne disait rien, et pour lui, c"était un signe révélateur. Elle aimait cela et l’encourageait à continuer. Ils arrivèrent devant un beau bâtiment, un hôtel très réputé. Ils se regardèrent en ayant la même idée, et la même soif intense qui les poussaient vers l’entrée....
Ils explorèrent, avec une frénésie inhabituelle, les lieux, et décidèrent finalement de prendre un bain.
Pudiques, et respectueux, malgré tout il lui permit de monter la première ,en mettant une main sur ses yeux.
Elle entra dans cette mousse onctueuse, puis a son tour; il y "pénétra"...
Leurs corps s’approchèrent, et il commença, avec sa main, à lui prodiguer de douces caresses, tout en la lavant.
Elle commença a gémir. Il descendit dans le trésor de sa moiteur, en "titillant son pistil rose, et gonflée.
Il haletait si fort, que son ardeur se fit sentir. Elle osa y mettre sa main, et l’entourant avec délicatesse, elle commença des va et vient...
Puis il la prit soudainement dans ses bras, et l’emmena sur le lit. Elle décida de prendre l’initiative, d’un sourire coquin, et très sure d’elle. Un foulard attaché autour de ses yeux, puis improvisant, elle trouva quelque chose qui servirait d’un doux lien à attacher ses poignets, afin qu’il soit dans l’incapacité de faire quoi que ce soit.
Il commença à aimer ce petit jeu, très doux, très subtil de part ses effleurages de baisers sur tout son corps,
et sentir sa langue chaude, s’insérer dans les moindres recoins. Elle joua très longtemps, en prenant bien soin de ne rien oublier. En le "mordant", léchant, caressant.... la jouissance n’était pas loin.
Puis elle "s"empala" dessus, et ondula de ses belles hanches dans des mouvements tantôt lents, tantôt rapides...!e déferlement d’un puissant raz de marée les secoua tout les deux, et leurs corps se lâchèrent subitement...
Elle avait encore cette fièvre. L’embrasser encore et encore et il était bouleversé de voir ce "petit" bout de femme avec cette fièvre de tendresse et d’affection, à son égard. Ce besoin intense, que cela ne se termine pas.
Mais ils savaient qu’ils en passeraient fatalement par là...La séparation fut-elle douloureuse pour elle comme pour lui, même si ils n’en parlaient pas? Un dernier regard chargé d’amour, un baiser torride, et elle disparut .
Mer 16 Fév 2011, 20:15 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

La recette du grand amour

Très bonne !
J’ai également toujours cru que c’était simple mais il faut se battre constamment pour son amour. Je n’en ai connu qu’un, avec des hauts et des bas bien sur. Et bizarrement, il correspond à ta !!
Mar 17 Nov 2009, 21:44 par Elixane sur Le grimoire d'amour

Draguer dans le métro, le rer ou le train.

Histoires vécues, conseils de pro, fantasmes, racontez-nous comment vous abordez une femme - ou un homme - qui vous plaît dans le métro, le RER ou le train. Et plus, si affinités.

Dans la lignée de Rendre une femme amoureuse, qui n’est, finalement, qu’une risible, j’en appelle à vos témoignages et conseils où votre imagination sur le sujet de la rencontre en transport en commun.
Mar 11 Août 2009, 20:11 par PetitPrince sur Le grimoire d'amour

Bouteille à la mer

Ce message est une bouteille à la mer...

En amour, je suis "instinctive" et je m’en mords à chaque fois les doigts.

Je n’arrive pas à raisonner. J’agis et je le regrette souvent après. Pour des milliards de raisons: il ne me correspond pas, il me demande en mariage au bout de la 2ème semaine, il me fait souffrir, on n’a aucun avenir ensemble, on n’a rien en commun, il me dit : "Je t’aime le premier soir", etc.

Pourtant, je ne peux rien faire parce que j’ai besoin de "ressentir " les choses pour les vivre. C’est un peu animal. Je ne peux pas sortir avec un homme ou même passer le cap de "l’abordage" du dit monsieur, si je ne le "sens" pas!
Mais finalement, je me demande si c’est une bonne attitude. Est-ce que ce n’est pas moi qui "attire" ces hommes-là ?

Aujourd’hui, j’ai arrêté de "fréquenter" (mot bien lisse pour nommer la tempête de sentiments que ça peut provoquer:)) des hommes (et j’en meurs un peu chaque jour:)).

Je ne sais pas comment séduire...à mon grand désarroi.
Dois-je jouer, dois-je "tenter "et voir après (dixit une amie bien intentionnée:)), dois-je attendre le prince charmant (quitte à vieillir sur place:))?!

J’ai toujours cru que les relations étaient simples: tu me plais, je te plais, on le sent et bingbadaboum (ou pafpatapouf ou autre).
Je suppose qu’il n’y a pas de miracle (dommage...) mais tous les avis seront hautement appréciés !

NB:
En écrivant cela, je me suis dit "et m...(zut!), pourquoi il n’y aurait pas de de grand mère pour que bingbadaboum ?"
Alors, voilà ma de grand-mère pour MON homme (pas idéal, non, non ! Je ne veux surtout pas d’un homme idéal ! Qu’est ce que je m’ennuierai!!)
Comme toutes les s de grand-mère, il y a une multitude de variantes selon vos gouts.

Pour le grand amour, voici les ingrédients :
- un homme de bon gabarit (1m80 pour 80kg)
- 1/4 de douceur
- 1/4 de force
- 1/4 de sensualité
- et pour le quart restant, mélangez de l’humour, du charme (et je ne parle de celui vulgaire par lequel on désigne le physique mais bien du vrai, de celui qu’on ne voit pas mais qu’on perçoit), de la fantaisie, de la patience, du respect et un zeste de mystère.

C’est un plat qui ne se mange pas mais qui se déguste.

Bon appétit !
Jeu 04 Juin 2009, 20:20 par Asma sur Le grimoire d'amour

Toujours l'amour

« L’amour, ce fin mélange dont la est mystérieuse, intime, dont les rouages nous donnent parfois le tourni en ne se laissant pas saisir. »
Jeu 17 Juil 2008, 00:12 par puremorning sur Citations

Le lever du soleil

Avant l’aurore je m’éveille
Pour voir le lever du soleil
Instant d’une rare beauté
Il ne faut jamais le manquer

Dissimulé sous l’horizon
Le soleil décide de sortir
La clarté l’éclat des rayons
Nous illuminent et nous attirent

Mais c’est vraiment un grand mystère
Qui plane autour de cette terre
Qu’est-ce qui rend ce moment magique
Et qu’est-ce qui le rend magnifique

Très simple pour les scientifiques
Mais pour moi il est très complexe
Il restera énigmatique
Tant qu’il existera a Aix

Là-bas j’y emmène mon fils
Pour qu’il puisse goûter ce délice
Subjugués par tant de couleurs
Nous pouvons connaître le bonheur

Des larmes ruissellent de nos yeux
La joie de vivre coule à flot
Nous pouvons rejoindre les cieux
Jamais spectacle ne fut si beau

Rouge orangé jaune brillant
Avec un peu de rose perçant
Une couleur mauve harmonieuse
Donne une merveilleuse

Ce moment paraît éphémère
Mais il se grave dans nos mémoires
Et au fil du jour il nous sert
A mieux aborder le soir

Je n’arrive pas à m’expliquer
Ce que fait le soleil caché
Comment d’un coup on peut le voir
Alors qu’avant il faisait noir

La nature est mystérieuse
Toujours présente autour de nous
Elle sait rester silencieuse
Elle a donc de nombreux atouts

Ô que j’aime ce beau soleil
Cette nature vraiment vivante
Qui au fil de l’année m’éveille
Et rend ma vie très rayonnante

Si le soleil devait mourir
J’aimerais autant l’être avant
Je ne pourrais pas le voir en sang
L’aurore n’existerait plus
Et donc le monde serait perdu
Je serais obligé de fuir

Jérôme
Mar 08 Mai 2007, 20:39 par jejefofo sur Mille choses

Autour de l'Amour

A Anne, ma muse.

De tout ce que j’ai écrit sur les âmes tendres, ce texte sera peut être la conclusion d’un long cheminement à la fois sentimental et philosophique. Ce n’est ni une , ni un petit manuel à l’usage des gens qui aiment, même si je le range dans la rubrique du grimoire d’Amour.

Après des années d’errance, j’ai revécu la révélation amoureuse. Quelque chose de grand, de beau avec une personne que je désirais vraiment. Cette histoire, pour des raisons complètement inexplicables s’est terminée de la même façon qu’elle avait commencer : passionnément et d’un commun accord. Les chaudes larmes et les sanglots étouffés n’ont pas eu ce goût amer et triste qui les accompagne d’ordinaire et je fus surpris de constater que ma petite boule d’amour était toujours là, malgré la séparation avec cette personne. J’ai aimé, dans ce sens absolu que nous recherchons tous. Certains éprouvent leur foi en interrogeant Dieu, imaginez ce qui leur arrivent quand ils ont cette conviction intime et inaliénable de l’avoir rencontré …

Cette révélation me conduit à désirer vous entretenir de choses que j’estime importantes sur l’Amour. Je désire ardemment que mon expérience permettent à d’autres de trouver la félicité amoureuse, à tout le moins d’avoir des éléments de recherche. Non pas que je détienne la vérité, elle est propre à chacun, mais j’aime à croire que des observations que l’on sent comme justes et profondes doivent être offertes de bon cœur. Je souhaite vraiment que ces observations pourront être utilisées à bon escient pour qui cherche aussi sa Voie dans celle du cœur.

Je voudrais vous assurer de ma bonne foi et du plaisir sincère que je prend à vous donner simplement ce que j’ai de plus précieux. Acceptez ces lignes comme vous accepteriez le sourire de quelqu’un qui ne vous déplait pas. Je crois que pour puiser une inspiration, il faut être ouvert et souriant, et mettre de coté du moins pendant la lecture, ce naturel fermé qui nous conduit au désaccord et à l’obturation de l’esprit.

C’est ce matin lors d’une pause café, que me vint l’envie de tout vous dire en répondant à ma mesure par ces lignes : on nous apprend depuis le plus jeune age, des tas de choses utiles à la vie, mais on ne nous apprend pas à aimer. On ne nous explique pas comment comprendre ce que l’on ressent, ni ou chercher, ni pourquoi. Les sciences, l’économie, l’histoire, les lettres sont certes utiles à notre évolution dans la société, mais contribuent elles à notre épanouissement amoureux : non, enfin, pas directement appliquées. En cherchant à la source supposée de l’amour, peut on aussi considérer que notre modèle est celui de nos parents que l’on cherche à reproduire ? Oui, en partie. Je pense qu’il faut le savoir, l’accepter et le dépasser. Il en va de même pour les autres lieux communs amoureux classiques : l’homme cherche l’image de sa mère en sa compagne, et la femme cherche l’image de son père dans son compagnon, etc. Ca ne coûte rien d’accepter ces assertions, aussi sûrement que les refuser ne peut qu’apporter une lutte intérieure stérile, nuisant de façon certaine à l’épanouissement amoureux. Je le répète : il faut le savoir, l’accepter et le dépasser. Pourtant, cela ne suffit pas pour naviguer assurément dans les tourments des sens, je veux dire par là vivre l’amour et se voir le vivre jusque dans son paroxysme : le comprendre.

Ne pas chercher une personne, mais chercher l’Amour est une nuance fondamentale dont il faut être intimement imprégné. Par là, il faudra peut être multiplier les aventures, du moment qu’elles sont vécues avec sincérité et en pleine connaissance de cause de leur objet : est ce toi ? La quête commence alors, tel le vol erratique d’une guêpe qui cherche la source dégageant ces effluves qui l’attire. Mais alors, comment voler juste, comment voler droit ?

Ce n’est que bon sens que de lire des ouvrages nous permettant d’acquérir la connaissance sur un sujet précis qui nous intéresse et l’Amour n’échappe pas non plus à ce conseil. Ici, je distinguerai les ouvrages dans lesquels il faut se pencher, et ceux qu’il vaut mieux éviter, de la même façon qu’ une mauvaise fréquentation peut laisser de mauvaises habitudes, et que la rencontre d’une grande âme nous communique de la lumière. Parmi les livres que j’estime intéressant pour la réalisation de l’Amour il en est pour nourrir l’âme et la polir tel que Le tao te king de lao tseu ou Le Petit Prince de Saint Exupery. Ces livres révèlent des choses qui ont cet immense avantage d’être à la fois justes et jolies. Je considère pour ma part le Petit Prince comme la Bible du cœur, et le tao te king comme la Bible de la sagesse.

« Mon individualisme » de Soseki, m’a séduit pour son approche saine de l’épanouissement personnel, résumé en ces propos : « il faut s’essayer, n’avoir de cesse de vivre les situations. Lorsqu’on aura trouvé quelque chose qui nous convient, on s’arrêtera naturellement. » Vous voyez déjà en ces lignes comment un tel ouvrage peut contribuer à l’équilibre personnel dans la Voie de l’Amour.

Le choc amoureux de Francesco Alberoni, révèle des chose intéressantes, mais je ne suis pas certains que la systématisation apportée soit la bonne approche pour quelqu’un qui cherche à faire ses pas par soit même. Je ne l’ai d’ailleurs pas fini, m’étant arrêté au point de vue intéressant qu’un couple était une société qui se construit à deux.

Eloge de la fuite de Henri Laborit, possède l’immense faculté de bien remettre les choses à leur place. L’homme, cette machine chimique, voilà quelque chose qui fait froid, qui peut même emplir de profonde tristesse. Et pourtant. Lorsqu’on connaît la vérité nue on peut alors choisir de rêver, ce qui est nettement moins dommageable que de se bercer d’illusions par simple manque de connaissances.

Je finis ici la liste des livres dans lesquels chercher des bons repères pour son âme. Je ne les vois pas comme des manuels de bonne conduite, mais des outils de mesure. Il me semble que ce qui sera le plus important pour une relation de qualité, c’est une bonne connaissance de soi dépassant les simples faits de savoir ce qu’on aime ou qu’on aime pas. Comment réagissons nous, quelles sont nos faiblesses, nos peurs, nos envies, nos valeurs. Alors même sans avoir la prétention de pouvoir déceler tout ça avec précision, la seule démarche de se poser ces questions est déjà un gage de beauté.

« Connais toi toi même » l’un des préceptes des colonnes delphiques trouve aussi son pendant dans les courants de pensés asiatiques, il doit bien y avoir du vrai. Et je suis a peu prés sur , compte tenu sa teneur, que ce principe se retrouve dans d’autres philosophies. Par extension, savoir ce que l’on veut, savoir écouter son ressenti, bien se connaître et s’aimer sont des valeurs à éprouver pour forger son âme.

Ceci pour clore le chapitre des valeurs, je finirais par quelque chose de sacré à mes yeux : ne pas se complaire dans la tristesse, ne pas confondre le beau et le triste. Le sentiment éprouvé par la mélancolie, par la nostalgie est si rapidement et facilement ressenti que cette faiblesse en devient délicieuse, addicitive. Mais qu’apporte-t-elle ? Rien, si ce n’est qu’à ce moment notre ego se sent vivre, peut être parce que éprouver de la joie et du plaisir est moins évident. Les chansons tristes, les drames, les visites dans les histoires passées ne sont pas à éviter, mais ce sont des fleurs dont le parfum enivre et paralyse. Je sais des fleurs dont le parfum vous grise, elles sont simplement plus difficiles à voir.

La formidable histoire que j’ai citée plus haut, et qui je dois bien l’avouer possède tellement de force qu’elle me guide dans ces lignes pose une équation qui arrive bien souvent mais que l’on n’entrevoit pas forcément. Attirance ou sentiments ?

Il est aussi utile de les distinguer sémantiquement que de ne pas confondre émotionnellement. On commence nécessairement par se plaire, quelles que soient les raisons. Si la première raison de se plaire est physique et comportementale, la plus forte, la plus durable, est l’esprit. Sur la base de ce constat là, on comprend aisément le ressort d’Internet dans la concrétisation de relations amoureuses. Je dois dire que ce sont d’ailleurs les plus belles et les plus fortes relations que je n’ai jamais vécu. Mais alors, les sentiments, comment sait on qu’ils sont là ? Quand dépouillé de tout désir tu regardes l’autre et que cela apparaît comme une évidence. Le temps requis pour éprouver les sentiments au delà de l’attirance est dévolu à chacun. Certains aiment intensément et immédiatement, d’autres ont besoin de plus de temps. Là encore, se connaître soi même permet d’éviter bien des erreurs …

Enfin construire à deux, voilà la dernière idée que je veux partager avec vous. Le couple stagne s’il ne se nourrit que du plaisir d’être ensemble, les sensations s’émoussent, la relation est en péril. Que ce soit un enfant, une entreprise, l’aménagement d’un appartement, ou l’organisation de voyage, il me semble important que le fruit de l’alliance amoureuse soit présent. Ce n’est pas tant un objectif à se fixer, mais quelque chose à observer. Je veux dire par là que constater que les deux ont envie de faire des choses, que ces choses sont un plaisir commun et partageable et que ces choses se font concrètement, alors on doit être sur le bon chemin.

Voilà pour les fondations les plus importantes de l’Amour qui me viennent à l’esprit. Je ne pense pas qu’il me faille rajouter grand chose en plus de ces lignes dans un désir vain et prétentieux d’exhaustivité. Je souhaite que mes réflexions nourrissent les votres aussi sûrement que les personnes que j’ai aimé, les livres dans lesquels je me suis plongé, et les discussions que j’ai pu partager, dont certaines avec vous qui me lisez, ont pu nourrir les miennes.

PetitPrince.
Jeu 05 Jan 2006, 14:23 par PetitPrince sur Le grimoire d'amour

Barman de la vie...

Recette d’une amitié gâchée :

Un bon chagrin d’amour,
Une dose de tristesse,
Un peu de mensonges,
Beaucoup de pitié,
Pas mal de pleurs,
Un petit sentiment de dégoût,
Une bonne colère,
Encore un peu de pleurs,
Ne surtout pas oublié,
Un trait d’amertume...

En voila un Perfect-Mix à la Cupidon...
Dim 23 Oct 2005, 16:12 par leoz sur Parler d'amour

Une histoire d'amour

Martin ferma la porte de sa boutique. La journée avait été longue et chaude. Il s’appuya le dos sur la porte. Il n’avait pas envie d’entrer chez lui. Depuis quelques mois, ça n’allait pas bien entre lui et sa femme. Elle était froide et distante envers lui. Il avait essayé de lui parlé mais elle lui répondait qu’il se trompait, elle l aimait tout comme avant. Qu’il s’en faisait pour rien. "Peut-être que c’est moi qui ne tourne pas rond ?" "Qu’est ce que je ressens envers elle ?" "Suis-je encore amoureux d’elle" "Peut-être ai-je peur de répondre a mes propres questions".

Les voitures passaient dans la rue soulevant la poussière. Des papiers virevoltaient ici et là. Il se sentait bien seul. Il n’arrêtait pas de chercher pourquoi il n’était plus heureux. Une petite voix au fond de lui savait pourquoi. Mais il refusait de l’écouter. Il finit par faire quelques pas. Il passa devant les autres boutiques qui fermaient. Le soleil déclinait à l’horizon. Même ce spectacle merveilleux ne réussissait a lui donner un sourire. Les gens passaient autour de lui si pressés d’entrer chez eux. Il vit un café au coin de la rue. Il décida d’y entrer.

Le café était sombre et enfumé. Les toiles avaient été tirées pour empêcher le soleil d’y entrer. Des ventilateurs projetaient avec peine une fraîcheur. Quelques clients étaient assit aux tables. Ils semblaient tous fatigués. Une chanson de Joe Dassin roulait dans le juke-box. Il reconnu le titre ! Et si tu n’existait pas" Il s’approcha du comptoir service pour commander.

Quand il leva les yeux et rencontra des yeux si verts et profond que son coeur se mit a battre.

- Que puis-je pour vous ?

Il était suspendu, comme si il était dans un autre monde. Incapable de répondre. Il elle regardait, ses cheveux châtain descendant sur ses épaules entourant son visage ovale. Sa petite bouche semblait attendre de nombreux baisers. Il la dévisageait comme un adolescent. Des frissons électriques lui parcouraient le corps. Il n’avait pas ressentit chose de pareil depuis, depuis....si longtemps qu’il ne savait quoi en faire sauf qu il ne pouvait détacher son regard de cette inconnue......

-Monsieur ? Elle lui tendit une tasse de café.

-Oui ? finit-il par dire.

Pendant qu’elle lui versait le breuvage. Il se mit à rêver qu’il lui demandait à quelle heure elle finissait son travail et s’il elle pourrait envisagé d’aller marché avec lui ou prendre un verre quelque part.

-Dans 30 minutes monsieur et ca me ferait plaisir fit elle avec sourire.
-Quoi ? fit-il ne sachant de quoi elle parlait.
-Vous ne semblez pas être dans votre assiette. Je m appelle Sandra fit le jeune femme.
-Martin fit-il en attendant la main. Heu vous disiez ?
-Vous venez de me demandez si je voulais aller marcher avec vous et oui ça me plairait pourquoi pas !

***************************************************************


Il attendait à la sortie des employés se demandant qu’es qu il faisait là.
"Mais a quoi je pensais bordel " Il s’apprêtait a partir quand la porte s’ouvrit. Elle était la. Belle comme un lever de soleil. Son coeur battait à la folie. Il pouvait sentir son parfum qui lui enivrait le corps.
-Bonsoir fit-elle de sa voix chaude.

Il murmura un bonsoir. Il regardait ses lèvres avec un envie folle des les couvrir. Puis leva lentement les yeux pour se perdre dans l océan vert.

Elle fit un mouvement de tête ce qui le tira de sa stupeur.
-Un café où nous marchons fit il d’une voix mal assurée.
-Marchons un peu, ça va me faire du bien après une journée dans ce bar.

Ils marchèrent cote à cote. Dans un silence chacun dans ses pensées. "Elle est tellement belle Je me demande qui est-elle "
-Vous faites quoi dans la vie demande t-elle
Martin ce tourna vers elle
-Conseillé en orientation de la clientèle. "je ne peux quand même pas lui dire vendeur"
-Vous êtes marié ?
Martin détourna la tête et répondit
-Non et vous

-Non, j’ai pas rencontré celui qui fera battre mon coeur.
"Tant mieux" se dit-il
-Cela m’étonne vous êtes fort jolie Sandra. J’ai du mal a concevoir que vous n’ayez pas de petit ami.

-Les gens de mon age ne m intéresse pas. Il ne pense qu’à vous sauter en premier. Et vous Martin ?

-Moi, c’est une longue histoire qui n’est pas intéressante.

Ils arrivent à la marina. Quelques vagues remuaient sur le lac poussé par une brise chaude. Il regarda Sandra dont les cheveux volaient au vent. Elle avait fermé les yeux et semblait être presque en transe. Il n’osait faire de geste. Une pulsation lui montait à l’esprit. Il voulait l’embrasser. Il s approcha quand son téléphone cellulaire sonna. Tous les deux faillir mourir.

-Allo fit il avec une certaine rage.


**************************************
La soupe mijotait. Il préparait un boeuf a l ancien. Une qui venait de sa mère. La table était mise. Une jolie nappe de dentelle, des bougies. Il avait mise de la musique douce. Tout, lui paraissait parfait il ne manquait plus qu’elle.
"19h45 dans quelques minutes elle sera la. Juste le temps de prendre une douche." Il se dirigea vers la salle de bain quand le téléphone sonna. Une appréhension lui vint a l’esprit. Il secoua la tête en se disant qu’il devenait parano.

-Oui ? fit-il
-Chéri ! Je vais entrer tard, Nancy et moi, avons des petits problèmes à régler au bureau. Alors ne m’attend pas.
"Salope" pensa t-il
-Tu es là ? demanda t-elle
-Oui oui ok je vais lire un peu et me coucher fit-il
-Bye et elle raccrocha sans dire un seul mot d’amour ou autre chose.

"Putain de salope j’en ai rien a faire moi de ton crisss de bureau à la con, je t’emmerde puis tiens ton souper de merde" Il tira le boeuf et la soupe dans l’évier. Eteignit les chandelles et les foutu à la poubelle, prit la nappe la déchira. Quand il fut calmé il regarde la désastre.
"Qu’est qui m’arrive suis-je en train de devenir fou ?"

Il s’écrasa sur la chaise et pleura....

***********************************************

Sandra prit son service à 20h00 comme d’habitude le café était bondé à cette heure la. Les filles étaient sur les genoux. Il avait fait très encore aujourd’hui. L’intérieur du café était confortable. Elle travaillait depuis 2 ans dans ce café enfin de payé ses études. Elle rêvait de devenir enseigne au primaire et de voyager a travers le monde. Les gens qui la côtoyait disait d’elle que c’était une bonne personne, aimable toujours prête a aider.

Depuis quelques jours Sandra avait l’esprit tourmenté par sa rencontre avec cet inconnu. Si bref fut-elle, avait éveillé une émotion en elle. Elle guettait chaque client qui entrait espérant secrètement que ce serait lui. Elle regarde par la grande vitrine qui donnait sur la rue principale. Des travailleurs étaient à finir l installation du terrain de volley-ball. Bientôt il y aurait une grande foule. Cette année la ville avait décidé de tenir un tournoi sur le boulevard principal de la municipalité. Du sable avait été déposé en grande quantité au centre de la place.

"Je ne connais que son nom. Je suis vraiment idiote d’attendre comme ça. Et j’attends quoi et qui ?"La petite clochette d’entrée la ramena de ses pensées. Elle se retourna pour voir qui venant d’entrer. Hélas, la déception ce n’est pas celui qu’elle attendait. Elle ragea un peu contre elle-même et reprit son travail avec plus de vigueur.

La clochette raisonna encore. Sandra leva la tête ne pouvant résisté. "Grrr" fit-elle dans un murmure.
Une femme venait d’entrer. En faits, on aurait pu dire des yeux venait d entrée tant le bleu était pur azur. Ses cheveux noirs et longs semblaient voler autour de son visage rond. Un petit nez retroussé deux petites pommettes et une bouche tout a fait exacte avec des lèvres pulpeuses. Cette femme devait faire des ravages sur son passage.

Elle se dirigea vers le coin le plus sombre du café. Sa démarche montrait une certain classe. Elle faisait contraste avec les clients habituels. Si elle voulait passer inaperçu, elle avait très mal choisis l’endroit. Ce genre de femme sophistiquée n’était pas coutume. Elle s’assit et d un mouvement de la main nettoya la table. Déjà Sandra ne l aimait pas sans même la connaître. Elle s approcha d’elle.

-Vous désirez ! lui demanda Sandra

La femme prit tout son temps pour dévisager Sandra. C’était comme-ci elle la mettais à nue. Avec un haussement d épaule qui signifiait qu elle l avait mesuré pesé et jugé insignifiante.

-J’attends quelqu’un, alors je commanderai qu’a son arrivé. Mais avant serait-elle trop d’avoir un verre d’eau propre dit elle d’une voix sec et perché.

"Pétasse " pensa Sandra

-Bien sur madame fit Sandra en souriant de toutes ses dents.

***************************************************
Mar 07 Juin 2005, 22:52 par JonPeters sur Histoires d'amour

Recettes aphrodisiaques pour le Capricorne

1. La plante de l’amour
    En Amazonie, l’arbre de guarana était jadis idolâtré comme une divinité. Et pour cause ! On tire de son écorce et de ses feuilles des substances à très haut pouvoir énergétique, favorisant l’activité intellectuelle, augmentant la résistance à la fatigue, et prévenant les dégénérescences liées à l’âge. De surcroît, les substances tonico-nervines contenues dans ses graines agissent sur les centres nerveux encéphaliques, et provoquent une stimulation érogène. On peut l’utiliser en poudre : 1 cuillerée à café de cette poudre, mélangée à 1 cuillerée à café de levure de bière et à 1 cuillerée à soupe de miel pur dans un verre d’eau. Battre au mixer, boire à jeun le matin, en cure de 30 jours.

2. Autre produit aphrodisiaque
    Extraordinaire source d’énergie, le miel est surnommé "le nectar d’Éros". Mélangé à des épices, notamment la noix de muscade, il réveille et soutient les ardeurs amoureuses.

3. Le secret du bout du monde
    Les Japonais ont toujours adoré les recettes les encourageant à partir à l’assaut de la "porte royale" — le sexe féminin, on l’aura compris ! Ainsi, on consomme au Pays du Soleil Levant de l’anguille laquée ou des tortues en casserole. On absorbe aussi du "tun sam", un champignon originaire de Mandchourie et surnommé "ginseng du pauvre", qui joue un rôle bénéfique dans la circulation sanguine, en favorisant la fabrication de globules rouges. Si vous en trouvez, n’hésitez pas à l’utiliser !

4. Autre
    C’est le moment de sortir le flacon secret et "maison", si vous avez eu l’idée de le préparer à la saison dernière en vue de recevoir votre grand amour. Cela peut s’appeler la liqueur des amoureux. Dans 1 litre de très bonne eau-de-vie de raisin : 3 g de gentiane, 3 brins de menthe poivrée, 3 brins de romarin, 1 feuille et 1 fleur d’oranger, 1 pelure fine d’orange, 2 grains de coriandre. Vous pilez bien la gentiane, la coriandre et la fleur d’oranger, de préférence dans un de ces mortiers en bois d’olivier dont on se sert pour faire l’aïoli dans le Midi. Vous versez le tout dans votre flacon rempli d’eau-de-vie. Vous laissez macérer quatre jours. Vous passez dans un linge fin. Vous laissez dans le flacon un brin de menthe, un de romarin et la feuille d’oranger. Vous n’en dégustez qu’un verre à liqueur...
Jeu 25 Nov 2004, 19:09 par doody sur Le grimoire d'amour

Clin d'oeil d'une promeneuse.

Le Prince Charmant n’existe pas!

Je m’en suis rendue compte très vite, non sans une certaine amertume. Mes rêves d’amour éternel et de fusion absolue venaient de partir en fumée en même temps que mon deuxième amoureux. Je me sentais un peu tristounette, et presque trahie. J’étais dans le même état que le jour de mes six ans, où j’avais compris toute-seule-comme-une-grande que le Père Noël était une légende! Pouquoi ce mensonge? Mais, à cette époque, mes parents m’avaient entourée et consolée, m’expliquant que si ce mythe était là pour embellir le quotidien et faire rêver, les cadeaux et le réveillon, eux, étaient bien réels. Et que l’on en profiterait encore longtemps!

J’ai tenté alors d’appliquer cette réalité à l’amour. J’ai décidé d’en garder les surprises et l’ivresse sans systématiquement vouloir y croire à long terme. J’ai accueilli chaque nouvelle rencontre comme un cadeau, savourant les instants partagés avec fougue, me donnant avec sincérité et recevant des témoignages d’affection très touchants. Bien sûr, on m’a traitée de "coeur d’artichaud", d’"instable" et autres joyeux synonymes. Bien sûr ce comportement taxé de "léger", surtout pour une femme (ben voyons!), ne m’a pas attiré que des sympathies...Et après? Toutes ces heures de plaisir, tout ce bonheur à l’état pur, personne ne peut me le reprendre. C’est ma richesse et tant pis pour ceux que ça dérange!

Il n’y a pas de miracle pour être heureux sentimentalement mais la "promeneuse" que je suis vous dirait d’écouter votre coeur, d’être conscient de la fragilité et de la préciosité de l’amour. Tout au long de votre parcours, soyez réceptifs mais exigeants, n’allez surtout pas vous galvauder. Le meilleur est au bout de la ballade!

A bons "baroudeurs"....salut! clin


Syolann
Lun 23 Août 2004, 09:36 par syolann sur Le grimoire d'amour

Recette gastronomique: l'Homme

Prenez un Homme très tendre, plongez-le dans la Mer, pas n’importe laquelle, une de celles salées à point avec beaucoup d’iode pour parfumer le bain, laissez-le tremper un bon quart d’heure, le ressortir et sans l’égoutter, le déguster. Goût subtil d’huître, d’océan et d’Homme...
Un petit muscadet sur cette , bien frais, c’est à se pâmer... rolleyes

Si la température extérieure est trop forte voici une version plus épicée de la :
Enduire l’Homme d’une huile de monoï parfumée à la fleur de tiaré, le goût est plus affirmé plus exotique...
Cette dernière s’accompagne d’un punch coco. grin
Essayez et dites-moi ce que vous en pensez! :o)

Bisous
Isabel


"Si vous jugez les gens, vous n’avez pas le temps de les aimer"
( Mère Thérésa )
Sam 07 Fév 2004, 23:41 par Isabel sur Le grimoire d'amour

Re: le jeu de la verité ... question 3 ??

la marquise de sade a écrit:
....
Quel endroit inattendu a été le théâtre de vos ébats amoureux?

La marquise ... Dupont d’occas ...


- Madame la "Maîtresse" on est obligé d’avoir UN endroit uniquement?
- Il suffit, élève Ri1keneke!!! n’essayez pas de vous rendre interressante plus qu’il ne faut!

- Mais M’dame "Dupond", ca n’est pas ma faute, du moins ça n’était pas ma faute, mais celle de l’occasion qui a fait le larron, comme qui dirait.
- On ne vous demande pas de vous étaler, juste de nous raconter UNE FOIS, celle qui est sur la plus haute marche, celle qui vous fait encore frissonner aujourd’hui lorsque vous y pensez, celle qui vous fait rougir parce que si audacieuse.

- Cela va être dur alors de choisir Marquise, si j’étais aujourd’hui encore toute jeune, ces souvenirs qui s’appelleraient peut être alors fantasmes, me feraient, en bon nombre ROUGIR, tant je ne me serais crue capable... de tant d’audace... mais qui n’a d’audace ne sait ce qu’il perd...

Au coeur de ce bouquet d’arbrisseaux, sur ce rond point de centre ville, jamais je n’aurais cru un jour me retrouver, aux heures de pointe, à aller au delà d’un seul baiser...

Nos pas n’auraient pu nous dire qu’ils nous auraient menés ce jour en ce lieu parisien ou aucun indigeant n’aurait idée de s’introduire. Beau quartier et digicode, fous d’amour en errance que nous étions, ce lieu pétillant du 16ème arrondissement nous a vu nous aimer...

Dans les silences de la nuit, sous les ronflements ambiants d’une pièces hébergeant des provinciaux sans lieux d’arrivage, qu’il est difficile de faire faire silence à ses plaisirs...

En ce lieu qui était géole et qui éveilla l’insurrection de notre révolution mère, au rythme infernal des machines d’un bateau lavoir, les murs en retrait donnent de l’audace à l’attente et à l’impatience.

Géole dans le temps, quais d’arrivées et de départs dans d’autres temps, théatre de spectacle que ces lieux sont devenus, d’un opéra dans ses préparatifs nos ébats ont vécus le rythme...

Si haut dans cette montagne, devant ce spectacle "carte postale", bien au dessus du niveau de cette eau, nous nous sommes électrisés...

De navigation nos ébats sont devenus houleux,
de kilomètrages autoroutiers nous aurions pu cumuler les miles,
sur les rails les trains de nuit nous ont inspirés bien plus qu’endormis,
les parking, et les asenceurs, nous n’avons pas oublié de saluer de nos plaisirs,
occupés à nous aimer que nous étions, nous n’avons pas pour autant oubliés les films et les salles obscures qui nous ont acceuillis alors.

...

Audace, jeu, tentation, envie, risque, danger, besoin, désir,
des ingrédients en nombre, qui peuvent alors composer une si fine qu’il aurait été stupide de ne pas céder à la tentation d’y gouter.

Passée cette jeunesse où j’aurais pu rougir de tant d’audace,
les ans étant, des doux souvenirs demeureront toujours la force et le bonheur d’avoir vécu ces instant de grands plaisirs.
Mer 28 Jan 2004, 02:34 par Ri1kedesBêtises sur La séduction
Page 1 sur 1

Ecrire sur recette

Ecrire sur recette C'est tjs triste, Une femme ,un homme, La recette du grand amour, Draguer dans le métro, le rer ou le train., Bouteille à la mer, Toujours l'amour, Le lever du soleil, Autour de l'Amour, Barman de la vie..., Une histoire d'amour, Recettes aphrodisiaques pour le Capricorne, Clin d'oeil d'une promeneuse., Recette gastronomique: l'Homme, Re: le jeu de la verité ... question 3 ??,
Il y a 14 textes utilisant le mot recette. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La femme amoureuse est audacieuse sans le savoir.

Jean-Paul Richter.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017, 13:06
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 14 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite