Pas de titre


La neige tombe en un ballet silencieux
J e suis ici,seul éloigné de tout
J’aime les grands espaces et leur solitude
J’y retrouve, chez moi, la plénitude
Qui donne des ailes à mon inspiration
Ma cabane, c’est ma deuxième maison
La chaleur d’un bon feu de cheminée,
Des buches qui crépitent dans l’âtre
L’imagination qui part en virée
Et l’esprit qui folâtre
J écris...

Assis dans un moelleux fauteuil,
Je savoure un bon cigare,
Un cognac et mon
Voila un instant de plaisir rare
Les pieds reposant sur un épais tapis bien doux.
Je suis au paradis des hindous.

Un, coup frappé à la porte
Attire mon attention
Que le diable m’emporte
Je me pose des questions
Je n’attends pourtant personne
Mais voila que ça sonne!!
j’ouvre l’huis et j’aperçois
Une belle inconnue devant moi
Petite brunette aux yeux gris
Pas plus grande qu’une petite souris

Me demande, suppliante,de l’aide
Grelotte de froid, cheveux mouillés
Je me précipite à la salle de bain
Prends une serviette, et un peignoir
Un éclair tombe sur le terminal
Les plombs ont eu du mal
Voila qu’on se retrouve dans le noir.

Je me dis:elle va paniquer
J’essaie de la rassurer
Je rigole malgré tout de l’aventure,
Elle s’accroche à ma carrure
Parfum et chaleur font monter le désir...
Dim 21 Avril 2013, 15:25 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Nouveau sur le site

Bonjour à Tous !!!

Je vous annonce mon arrivée sur le site !!!!!!!
poèmes et textes de chansons sur des airs déjà "textés" mais sur lesquels je mets mes paroles voilà mon trip ...
Auteur de d’identité aux éditions du Panthéon j’ai actuellement 2 ouvrages en cours pour une future parution...
A bientôt pour un texte sur un des thèmes ....
Jime
Jeu 07 Juin 2012, 19:07 par Jime sur Annonces

Concours de nouvelles : 2012, fin de monde

Plus que quelques semaines pour creuser vos méninges et nous envoyer votre nouvelle sur le thème : 2012, fin de monde...

Les nouvelles lauréates se verront éditées dans un tiré à 200 exemplaires !

règlement à télécharger sur notre site bienvenus-sur-mars.fr

Ce concours est organisée par l’association Festivals en Pays de Haute Sarthe dans le cadre de la 1ère édition de BienVenus sur Mars, rencontre sciences et fiction, au prieuré de Vivoin (Sarthe).

Ce concours de nouvelles a pour thème : 2012, fin de monde... et est ouvert aux adultes ainsi qu’aux collégiens/ lycéens francophones. La date limite d’envoi des nouvelles est fixée le 10 mars 2012.

A vos clavier !
Jeu 16 Fév 2012, 18:20 par bienvenus sur mars sur Annonces

L'inconnue

La neige tombe en un ballet silencieux
Je suis, ici,seul éloigné de tout
J’aime les grands espaces et leur solitude
J’y retrouve, chez moi, la plénitude
Qui donne des ailes à mon inspiration
Ma cabane, c’est ma deuxième maison,
La chaleur d’un bon feu de cheminée,
Des bûches qui crépitent dans l’âtre
L’imagination qui part en virée
Et l’esprit qui folâtre
J’écris...

Assis dans un moelleux fauteuil,
Je savoure un bon cigare,
Un Cognac et mon
Voilà un instant de plaisir rare
Les pieds reposant sur un épais tapis bien doux.
Je suis au paradis des Hindous

Un coup frappé à la porte
Attire mon attention
Que le diable m’emporte
Je me pose des questions
Je n’attends pourtant personne
Mais voilà que ça sonne!!
J’ouvre l’huis et j’aperçois
Une belle inconnue devant moi
Petite brunette aux yeux gris
Pas plus grande qu’une petite souris
Me demande, suppliante, de l’aide
Grelotte de froid, cheveux mouillés
Je me précipite à la salle de bain
Prends une serviette, et un peignoir
Un éclair tombe sur le terminal
Les plombs ont eu du mal
Voilà qu’on se retrouve dans le noir

Je me dis : elle va paniquer
J’essaie de la rassurer
Je rigole malgré tout de l’aventure,
Elle s’accroche à ma carrure
Parfum et chaleur font monter le désir...
Depuis je ne l’ai jamais laissée repartir
Lun 27 Juin 2011, 17:37 par caressedesyeux sur Mille choses

Arrêtons!

Oh ! Oui, qu’il n’est guère de charme en ces lignes, ni de parfum sur les pétales de roses de ces lettres. Non rien de tout cela, juste un cœur qui fond au bout de mes doigts, une larme surprise par la flamme timide d’une bougie.
Désespoir, tristesse et amertume ; voici l’héritage que j’ai reçu pour avoir répondu aux vibrations ou plutôt aux pulsions de mon cœur. Mon Dieu, je n’ai pas demandé à me réveiller au milieu de la nuit parce que le sommeil que mes yeux cherchent, je le retrouve sur ses lèvres, au milieu de la nuit, assis sur mon lit. Non, je ne l’ai pas demandé je crois. Je me suis juste surpris d’être vide de moi et trop plein de toi. Je ne retrouve plus qui je suis, ni ce que j’ai toujours été ; c’est comme si j’étais né juste au moment où je t’ai rencontrée, car toutes les années de ma vie se résument à cette courte période, où tu m’as fait du mal et où je t’ai faite pleurer. A nos dépends, on l’a appris ; apprendre que l’amour n’est pas un de belles phrases et de pensées que l’on n’a ni dites ni pensées. Comme il est "lui et elle", il a été "toi et moi", mais on était bien trop superficiels, bien trop faux pour ne l’avoir pas remarqué. Je crois que j’ai trop rêvé à ce que tu n’es pas et trop espéré en ce que tu pourrais être et que tu te refusais d’être. Si le simple fait de vouloir nous donne une minime chance de pouvoir, alors c’est que toi et moi on n’a pas su la saisir. C’est surement qu’on ne l’a pas assez voulu. Mais chaque instant de ma vie, chaque moment où mes narines ont volé de l’air à la vie, j’ai volé un jour de plus auprès de toi et un désir nouveau avec toi, même si je demeurais bien conscient que tu n’étais pas là. Pourquoi nous sommes-nous mentis ? Pourquoi avons-nous aussi longtemps fait semblant d’être ce qu’on n’était pas et ce qu’on ne devrait pas être ? Pourquoi m’as-tu laissé suivre chaque trace de ton sourire ? Pourquoi ne m’as-tu pas fait retrouver mon chemin quand je me suis perdu sur le chemin de tes yeux ? On a tellement voulu imiter les autres, ceux qu’on faisait semblant d’être, sauf qu’eux étaient réels.
Jeu 28 Mai 2009, 17:43 par jarel sur Parler d'amour

Brune

Femme brune; sans lacune,
Accueillante, douce comme la lune

Sur tes longs cheveux bruns châtains,
Que je caresse toujours avec entrain.

De tes yeux en amandes, avec tactique
Tu me regarde comme une asiatique
Je ne peux résister à ton regard,
Et plonge dans ton filet avec retard.

Brune, sympahique, insolente,
Tendre et coule comme une eau dormante,

Ta voix est si chaude et troublante,
Et dans bras je pose ma tête réconfortante.

Poème de doriane duval
Extrait de son Méli-Mélo
Ven 24 Oct 2008, 17:03 par titine12 sur Citations

L'amour, encore.

J’aimerais vous parler du tout autre cette essence dont j’ai parlé au départ, l’élan vers cette inaccessible étoile qui se trouve en chacun de nous, au coeur de chacun de nous, et vers laquelle, de façon consciente ou inconsciente, tout notre être aspire. Je mets l’accent sur l’inaccessibilité, sur la distance, sur le tout autre, parce que dans cette relation-là, la véritable unité ne peut se réaliser que dans la conscience d’une transcendance. Ecoutons, par exemple Rûmi, le saint de Konya, parler de ce passage de la dualité à l’unité. L’Amour s’exprime vraiment lorsque l’Amant, l’Aimé et l’Amour lui-même ne font plus qu’un : « Quand l’homme et la femme deviennent un, tu es cet un. Quand les unités sont effacées, tu es cette unité. Tu as façonné ce "je" et ce "nous" afin de pouvoir jouer au jeu de l’adoration avec toi-même, afin que tous les "je", les "tu" deviennent une seule âme, et soient à la fin submergés dans le Bien-Aimé ». Cet amour-là est déraison, cet amour-là est folie, cet amour-là va à l’encontre de tous les critères habituels par lesquels notre être individuel reconstitue autour de lui un univers, un environnement. Il s’inscrit en opposition ou en contrepoint, ou à contre-courant de ce qu’on appelle habituellement amour - et ce qui n’est en fait que l’une des multiples façons de s’aimer soi-même. On aime ceux qu’on aime parce que généralement, ils nous renvoient une image de notre propre amour pour nous-mêmes. C’est par exemple l’amour pour les proches, pour les enfants qui nous perpétuent, tout ce qui nous renvoie à cet univers que nous avons tissé et qui nous fait exister. C’est là un amour raisonnable. Quant à l’amour de déraison, c’est un amour pour quelque chose qui ne renvoie plus à nous-mêmes, mais qui, de plus, nous révèle dans le miroir des autres, le miroir de l’altérité, une présence, une essence spirituelle.

Ecoutons cet autre poème de Rûmi : « Si je cherche mon coeur, je le trouve dans ton quartier. Si je cherche mon âme, je la trouve dans tes cheveux. Lorsque, assoiffé, je bois de l’eau, dans l’eau je vois l’image de ton visage ». Pour ne plus retrouver dans l’amour de l’autre le reflet de sa propre image, mais retrouver l’image de son essence spirituelle, il faut qu’il y ait cette distance, cette inaccessibilité. Il faut qu’il y ait cette soif, cette nostalgie. Il faut qu’il y ait cette maladie d’amour, cette douleur d’amour, ce désir intense qui devient ce qui nous nourrit. Il faut qu’il y ait ce que dans toutes les poésies amoureuses du monde, on appelle le chagrin d’amour. Ce chagrin dont aucun amoureux ne souhaiterait, pour tout l’or du monde, être délivré. Dans le Cantique des Cantiques, j’ai relevé ces quelques vers : « Je vous en conjure, filles de Jérusalem, si vous trouvez mon bien-aimé, que lui déclarerez-vous ? Que je suis malade d’amour. » Il faut que s’allume dans notre coeur cette flamme sacrée. Il faut s’embraser, comme d’ailleurs Rûmi le dit lui-même de son cheminement, de toute sa vie. Il dit que cela se résume en trois choses : « J’ai été vert, j’ai été ensuite cuit, et maintenant je suis consumé »

C’est l’asservissement à cet amour, l’asservissement à ce mystère qui s’est exprimé dans des multiples poésies sur cet esclavage, sur ces malheurs de l’amour. Un poète dit : « Si le malheur doit être le prix de mon amour, je suis prêt à l’accepter. Eprouve-moi, éprouve-moi de toutes façons, que tu saches que je t’aime de toutes les façons ».

Voici cet homme, au faîte de sa réalisation, considéré de son vivant comme l’un des plus grands maîtres du soufisme pour certains, qui parle de cette femme en des termes absolument extraordinaires et brûlants d’amour. Il écrira d’ailleurs à son propos un de poèmes magnifique, intitulé « L’interprète des désirs », où il parle de Nizhâm en des termes qui font à la fois l’éloge de sa beauté et de sa spiritualité. Ibn ’Arabi, devant le scandale suscité par ces textes, dut commenter ces poèmes, ce qui d’ailleurs ne résolut rien, le commentaire portant l’ambiguïté à son _expression ultime.

Il faut dire cependant que l’inaccessibilité, en l’occurrence, ne signifie pas irréalité, car ce qui est en jeu, ce qui s’exprime à travers cette dimension de l’amour, c’est le fait que même si nos relations sont les plus proches possible, même s’il s’agit de relations de proximité directe, il y a en chaque être avec lequel nous sommes en relation dans cette dimension-là, une dimension du mystère, une dimension de l’inaccessible divin qui constitue le secret qui nous lie à lui. La proximité extérieure la plus grande possible ne doit en aucune façon épuiser cette part d’inaccessibilité, cette part de secret divin qu’il y a en l’autre. D’où cette tradition qui s’est traduite par l’amour de la "dame de la tour", dans la culture occidentale, et par toutes les formes de la poésie courtoise spirituelle, dans la culture orientale. Dans cette tradition, l’Amant est soumis à des épreuves qui établissent clairement que ce qu’il aime chez l’autre, ce n’est pas simplement un reflet de lui-même, mais son essence spirituelle qui l’attire au-delà de lui-même. Ecoutons ce poème de ricko:«
J’ai atteint l’ivresse et nul de mes amis n’a perçu par quel vin je les ai distancés ? Mon ivresse n’était fruit d’aucun nectar Seules les vertus de l’Aimé m’enivrent le saviez-vous ? S’il en est qui au soir s’abreuvent de vin vieux, Je m’abreuve moi de vos attraits radieux. Ainsi les voyez-vous s’émouvoir un instant, Là où je m’émeus moi à longueur de temps. Lorsque le cri de l’âme, exprime en vers, rythmé et accordé, la poésie se fait chant. Et lorsque ce cri, élan nostalgique de l’âme, est accompagné par des instruments, on parle alors de musique. Vous êtes une invitation à cette écoute. C’est à travers le cœur que l’audition intérieure s’opère et c’est par la pratique du " Toi " et du " Moi " afin que tous les "Je", les "Tu" deviennent une seule âme, et que mon moi-même réalise que tout dans l’univers n’est que vous. Car n’est-il pas dit dans vos mots, que votre beauté d’âme chante les louanges du Bien Aimée ? »

Lorsque l’Amour s’adresse d’une façon spécifique, profonde, à celui qui la reçoit. Et il ne peut pas y avoir là de subterfuge. Tout se sait, tout se sent. Qu’importent les actes extérieurs, ce qui importe se sont les actes intérieurs et leur signification. Et c’est cette signification-là qui guide comme un souffle de sincérité nos pensées, nos sentiments et nos actes.
Mer 19 Jan 2005, 10:05 par ricko sur Parler d'amour

10 questions à l’administrateur des âmes tendres.

Interview réalisée par Elodie Noël.

Le site d’écriture des âmes tendres est le rendez-vous d’écrivains en herbes sur le web. Libre, il permet à qui veut de venir écrire des récits, des poèmes, ou des nouvelles mais pas sur n’importe quel thème. Et oui, c’est sur l’amour, les sentiments et même les pulsions charnelles que le texte doit porter. PetitPrince, le pseudonyme du créateur et administrateur du site, répond à dix questions pour cette interview informel.

EN : Pourquoi le site des âmes tendres ?

PP : Pour plusieurs raisons. Permettre à chacun de venir travailler son écriture dans un thème imposé et rigoureusement cadré. Le fait d’écrire prend vraiment son importance lorsqu’on montre son travail aux autres, ça change complètement l’approche de l’écriture. Ensuite, et là c’est plus philosophique, c’est pour fabriquer sur la toile une niche ou la beauté règne. C’est en cultivant le beau, que l’on fait sa propre beauté.

EN : Le thème choisi par les âmes tendres n’est-il pas un peu difficile à traiter ?


PP : Certes, un copain m’a dit que j’étais élitiste à proposer d’écrire avec une belle plume sur le thème des sentiments (rire). Ce n’est pas non plus insurmontable, nous avons quelques 100 personnes qui sont inscrites sur le site qui s’y essayent, et qui y arrivent. On a tous un truc de beau à l’intérieur, il faut juste avoir le courage de le laisser sortir. La plume, elle suit.

EN : Le site des âmes tendres est-il un atelier d’écriture ?


PP : Ce n’est pas vraiment un atelier d’écriture. Dans un atelier d’écriture, il y a des gens compétents qui dirigent les travaux, conçoivent et corrigent des exercices. De plus ils suivent les apprentis écrivains. Le site des âmes tendres, c’est un immense exercice à répétition : écrire joliment sur des jolies choses. Je conçois les thèmes, les membres écrivent dedans. Les membres peuvent aussi me suggerer un thème qui leur est cher et semble coller avec le site. Dans ce cas, je les fais bosser sur le titre et l’accroche qui doivent avoir une tournure très précise.

EN : Et pour les autres, les lecteurs ?

PP : Le site a entièrement été refait pour l’agrément de la lecture. Je me suis d’ailleurs beaucoup inspiré des tendances actuelles, des blogs notamment, ainsi que de Spip qui possède la calligraphie la plus lisible sur le web. Le visiteur accroche le site en passant pas un moteur ou un annuaire, et flâne dans les pages à lire des choses incroyablement belles, sur un thème magnifique, dans une présentation absolument délicieuse (rires).

EN : Vous parlez d’amour, mais de sexe aussi. N’est-ce pas risqué ?

PP : L’érotisme, les histoires chaudes et sensuelles, ont tout à fait leur place sur le site des âmes tendres. L’écriture d’une nouvelle érotique, d’un récit érotique demande certes une plume et un savoir faire un peu particulier. En revanche c’est dans cette rubrique des liaisons sulfureuses que les membres, même les plus timides, viennent le plus volontiers poster. Ah le sexe, ca fait tourner le monde, et la tête, alouette.

EN : Vous-même vous écrivez. Comment vous y prenez vous ?


PP : Chaque écrivain possède sa façon de faire. Personnellement, j’écris sur ordinateur, ce qui me permet de coucher rapidement la trame de mon texte, de changer l’ordre de quelques idées. Je relis, je corrige deux trois fautes de style, et dés que ca me semble bon, je le poste sur le site. Par le suite, je vais éditer mon texte environ deux ou trois fois pour corriger les quelques choses qui m’avaient échappées.

EN : Et pour cette fabuleuse imagination, vous faites comment ?

PP : C’est sur que si on se met devant une feuille blanche et qu’on se dit « je dois écrire un truc », ça ne marche pas. Je suis assez sensible à ce qui se passe autour de moi. Lorsque je ressens une émotion à la vue d’une scène dans la rue, je vais en tirer la source d’un texte, ou alors ça fera partie d’une description dans un des récits. Je ne suis pas très bon pour décrire ce que je vois, mon truc c’est plus faire naître des émotions.

EN : Ca fait longtemps que vous écrivez ?

PP : J’ai découvert l’écriture en racontant à une amie les débuts de ce que je croyais être une aventure amoureuse. Je me souviens, c’était par mail, il y a de ca 5 ans. Je voulais son soutien, et je ne voulais pas qu’elle s’ennuie de trop à lire mes doutes et mes angoisses. Alors je faisais en sorte que ce que j’écrive lui plaise, la fasse rire. C’était une muse finalement. Depuis j’ai toujours conservé cette approche d’écrire, faire plaisir au lecteur, ça facilite énormément le travail, et ça fait des textes très beaux.


EN : Vous n’écrivez que sur le site des âmes tendres ?

PP : Non, j’écris aussi sur d’autres sites. Ca me permet de me frotter à d’autres genres, comme le policier, le fantastique, ou même le gore. Les ambiances ne sont plus les mêmes que dans le cadre sentimental, et cette diversité est agréable. Pour ces récits là d’ailleurs, j’emploie souvent la technique de Matheson qu’il me semble avoir perçue à la lecture de ses nouvelles. Le résultat est souvent au rendez-vous. L’absurde et la science fiction me plaisent beaucoup, mais là, il faut être très fort pour ne pas sombrer dans les lieux communs ou le nombrilisme.


EN : Vous envisagez d’écrire un livre ?


PP : Oui, ça me tarabuste pas mal, mais je crois que le travail à fournir m’effraie. Aujourd’hui j’écrit pour forger ma plume en racontant des choses qui me tiennent à cœur. Les scénarios sont tout petits, souvent inexistant au moment ou je commence le texte. J’ai juste envie de faire passer quelque chose, alors je fais confiance à mon cœur et j’y vais. Pour un livre, je crois que l’approche doit être plus rigoureuse, qu’il faut faire ce que je fais mais à une échelle différente. Je ne sais pas si ça me plairait, si je serais aussi à l’aise qu’avec des textes cours. Peut-être un de nouvelles, ou une courte nouvelle comme Amélie Nothomb sait si bien faire.


EN : PetitPrince, merci.
Sam 14 Août 2004, 08:59 par PetitPrince sur Articles

Récidive

Le forum des âmes tendres récidive.

En effet, le samedi 27 Mars 2004, faisant suite à un travail acharné d’un Prince de petite taille, aidé d’un groupuscule dissident de "correcteurs", un ouvrage explosif a été déposé sur le site des âmes tendres. Son nom sonne comme une prière : l’opus II.

Ce n’étant pas désamorcé, il vous pètera à la figure, en vous éclaboussant de tout un tas de mots tendres, drôles et coquins.
Sam 27 Mars 2004, 19:15 par PetitPrince sur Edito

A l'attaaaaaaaaaaaaaaque !

Allez hop, en ce jeudi 11 Mars 2004, je sauvegarde la base de données histoire de lancer la confection de l’opus II du forum des âmes tendres.

Extraction des textes, mise en page, correction par notre troupe de correcteurs, il y a du travail, c’est moi qui vous le dit. Mais bon, il faut bien récompenser tout ces jolis posts par un les mettant en valeur !

A priori, cet opus sera disponible en téléchargement d’ici deux ou trois semaines. Patience, patience ...
Jeu 11 Mars 2004, 12:55 par PetitPrince sur Edito

nous pouvons les aimer...

cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont LA PERFECTION....

d’ailleurs, dans leurs imperfections, ne sont ce pas les hommes qui en parlent le mieux ?

Francis BLANCHE a écrit:

Plus je connais les hommes, plus j’aime les femmes.
    Extrait du de poèmes Mon oursin et moi


Jean ROSTAND a écrit:

On peut imaginer une humanité composée exclusivement de femmes ; on n’en saurait imaginer une qui ne comptât que des hommes.
    Extrait de Maternité et biologie


Gandhi a écrit:
Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes.
    Extrait de Tous les hommes sont frères


La sagesse de la femme est de reconnaître qu’elle ne pourrait pas se passer de l’homme,
celle propre à l’homme est de vouloir se persuader encore que la femme est son fardeau.



Rose qui perd pétale, garnit ma cagnotte...
Mer 25 Fév 2004, 01:40 par Ri1kedesBêtises sur Citations

Le bréviaire du Carabin

N’ayant pas votre talent littéraire, mon premier post sur ce magnifique Forum sera un extrait d’un de 1802 intitulé " le Bréviaire du Carabin" En espérant qu’il vous amusera...

    Un jour étant en diligence
    Sur une route entre deux bois,
    Je branlais avec assurance
    Une fillette au frais minois ;
    J’avais retroussé sa chemise
    Et mis le doigt sur son bouton,
    Et je bandais malgré la bise,
    A déchirer mon pantalon.
    Pour un quart d’heure entre ses cuisses
    Un prince eût donné un trésor,
    Et, moi, j’aurais, Dieu me bénisse,
    J’aurais donné cent louis d’or !
    Las de branler sans résistance
    La tête en feu, la pine aussi,
    Je pris sa main, quelle indécence !
    Et la mis en forme d’étui,
    Je jouissais à perdr’haleine,
    Je déchargeais, quel embarras !
    Sa main, sa robe en étaient pleines,
    Et ça ne me suffisait pas.
    Sentant rallumer ma fournaise,
    Je lui dis : "Tiens, fais plus encore !
    Sortons d’ici que je te baise,
    Je te promets cent louis d’or !
    La belle, alors toute confuse,
    Me répondit ingénument :
    "Pardon, monsieur, si je refuse
    Ce que vous m’offrez galamment,
    Mais j’ai juré de rester sage
    Pour mon fiancé, pour mon mari,
    De conserver mon pucelage,
    Il ne sera jamais qu’à lui."
    " - Tu n’auras pas le ridicule,"
    Dis-je, "d’arrêter mon essor,
    Permets au moins que je t’encule,
    Je te promets cent louis d’or ! "
    Au premier relais sur la route,
    Nous descendîmes promptement
    Au cul, il faut que je te foute
    Ne pouvant te foutr’ autrement.
    Dans une auberge, nous entrâmes,
    Tout s’y trouvait, bon feu, bon lit,
    Brûlants d’amour, nous nous couchâmes,
    Je l’enculai toute la nuit.
    Afin de changer de jouissance, je lui dis :
    "Tiens, fais plus encor,
    Livre ton con et tout d’avance,
    Je te promets cent louis d’or !
    "Je veux bien, sans plus de harangue,"
    Dit-elle en me suçant le gland,
    "Livrer mon con à votre langue
    Pour ne pas trahir mon serment"
    Aussitôt, placés tête-bêche,
    Comme deux amoureux dans le lit,
    Avec ardeur, moi je la lèche,
    Pendant qu’elle me suçait le vit.
    Mais la voyant bientôt pâmée,
    Je pus lui ravir son trésor
    Et je me dis, la pine entrée
    Je gagne mes cent louis d’or !
    Huit jours après cette aventure,
    J’étais de retour à Paris,
    Ne prenant plus de nourriture,
    Restant tout pensif au logis.
    A la gorge ainsi qu’à la pine,
    J’avais, c’est inquiétant,
    Chancres, bubons, et, on l’devine,
    Un’ chaud’ pisse en même temps.
    Prenant le parti le plus sage
    Je me transportais chez Ricord,
    Qui me dit : "Un tel pucelage,
    Vous coûtera cent louis d’or !
Jeu 15 Jan 2004, 10:57 par leclub666 sur Les liaisons sulfureuses
Page 1 sur 1

Ecrire sur recueil

Ecrire sur recueil Pas de titre, Nouveau sur le site, Concours de nouvelles : 2012, fin de monde, L'inconnue, Arrêtons!, Brune, L'amour, encore., 10 questions à l’administrateur des âmes tendres., Récidive, A l'attaaaaaaaaaaaaaaque !, nous pouvons les aimer..., Le bréviaire du Carabin,
Il y a 12 textes utilisant le mot recueil. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred MUSSET (de)
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Un baiser fait moins de bruit qu'un canon mais l'écho en dure plus longtemps.

Oliver Wendell Holmes.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017, 18:54
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 21 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 21 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite