Joli texte caressedesyeux

je réponds à votre ode à l’hiver

de l’hiver à des cendres


Branches immobiles,
Terres infertiles,
Triste des cendres,
Tout meurt d’attendre

Tout et se crève,
Du long froid de l’hiver
S’endorment jusqu’à nos rêves,
La nuit dort sur nos pierres

Disparus nos ciels de bleu
D’un vent froid irrespectueux
Qui glace nos cœurs qui s’aiment
Nos yeux qui brillent et s’éteignent

Frissonique est le songe
Du blanc sur un mensonge
Du grand manteau étrange
De l’incolore qui nous dérange

Laconiques silences
De la mort des mésanges,
Plus de couleurs n’arrangent
Les mots des cœurs vides de sens.

Lancinants chants de mort
Dans la plaine qui s’endort
Où dansent et se parsèment
Les premiers matins blêmes
Qui souffrent au pied des cinq lettres
Des pleurs de l’hiver aux fenêtres

Nos cahiers sont de glace
Nos plumes y glissent et cassent,
De rage maudissent l’orfèvre
De l’hiver à mes lèvres,
Grand blanc sans je t’aime

Jime
Mar 16 Déc 2014, 08:56 par Jime sur L'amour en vrac

A chaque virgule

A l’ombre de chaque mot je me posais un peu plus
A l’ordre de chaque virgule je m’opposais un peu plus
J’avais mis sur la feuille ce qu’il restait de l’autre
Que je n’avais vomi durant tout ce temps
Celui qui attendait dans l’encre patiemment,
Qui me faisait du mal, pas sciemment.
J’entrais en majuscule dans l’instant ridicule
Où toutes ces minuscules reflétaient le recul
De acharnement à cacher l’évidence de l’être.
Du mal être. De mes lettres.
Par pile et malhabile je les avais laissées encartonnées
Au gré de mes plumes d’un soir sous la houlette obscure
D’un règlement de compte avec le calendrier.
Je rompais le silence de mes propres questions
Assidûment devant cette évidence
Assis dûment derrière ma pointe noire
Ainsi dû ment sur la feuille blanche.
Mon cœur y gisait là. Décrit plus qu’il ne faut.
Sous toutes les coutures de mes tournures
S’embrasant par endroit, s’étiolant par moment
Selon l’heure de la nuit, le soleil d’un automne
Où la froideur d’un jour.
L’abstrait abscons y côtoyait la clairvoyance
Les certitudes se nattaient dans les doutes
L’échevelé du style y bordait le posé
Moi, résumé ainsi dans sa désinvolture.
Illisible à l’œil nu, la plainte du sang
Celui qui coule en étranger au fond de moi.
L’impression fertile d’avoir des veines en déveines.
Et cette date qui martèle mes tempes
intemporellement, un temps pour elle, et tant pour moi
Combien de fois barrée de ma verve farouche
Combien de fois embuée à la fin d’une ligne.
La poésie de ma peau hésite me disais-je
Et la musique que moi seul fais-je
S’éteint lentement dans la discordance des notes
Jeux des croches. Je me rattrape.
A chaque virgule, expiatrice.

JIME
Jeu 30 Oct 2014, 16:02 par Jime sur Mille choses

L'antimèche

Quel est ce feu qui brûle au-delà de la mèche ?
Quand celle-ci , n’y a t’il plus de coeur ?

Quand le feu continue à courir sur le vide
Sans air à respirer, sans fil où se tenir,
Cette flamme glacée, de quoi est-elle faite ?

De ses moments passés qui ont vécu hors d’elle,
Qui l’ont fait vivre encore, malgré le froid mordant ?

De l’espoir de revoir, tout au bout du tunnel,
Un brasier prêt à prendre et qui l’attend, elle ?

Sans savoir le pourquoi, innocemment, elle danse...
Ignorant ce parfum qu’elle laisse derrière elle,
Parfum de larmes chaudes, odeur du temps brûlé...
Mar 02 Juil 2013, 23:21 par l'homme de sable sur L'amour en vrac

Ode à l'amour

Ode à l’amour

Du tréfonds de mon âme
Jaillissent ces mots divins
Brûlants comme une flamme
Qui jamais ne

Je t’aime plus que tout
C’est une vraie frénésie
Je t’aime comme un fou
Je t’aime plus que ma vie

Je caresse tes cheveux
Pose mon front sur ton front
Mon regard dans tes yeux
Dans lesquels je me fonds

La douceur de tes lèvres
Brûlantes, pleines de vie
Allume en moi la fièvre
Des plus douces folies

Je goûte dans tes baisers
Le souffle de ton corps
Où je veux m’enfoncer
Jusqu’au-delà de la mort

Dans l’alcôve du plaisir
Je m’allonge sur toi
Frémissant de désirs
Le coeur rempli d’émoi

Je pose sur tes seins
Ma bouche assoiffée
Pour boire jusqu’à demain
Aux flots de volupté

Je me saoule de toi
Grisé par tes caresses
Éperdu dans tes bras
Serre-moi jusqu’à l’ivresse

Je brûle, me consume
Je divague, je chavire
Léger comme une plume
Je pars à la dérive


Jean-Claude ST-LOUIS
Dim 14 Avril 2013, 23:18 par gérémi sur L'amour en vrac

Est ce que ce monde est sérieux ?

On est le 5 Juin. C’est Dur. Tout a un air de dernière fois. J’attends la trêve qui me laissera regarder le ciel sans amertume. Mais je ne rencontre sans cesse qu’un puits de souvenirs et de mélancolie où remonter est impossible, où se relever est impensable.
Mais comment pourrais-je, bon sang ?! Comment pourrais-je sortir de ce foutu trou si chaque instant à un gout de fin ?! Je ne peux pas. Le soleil est une illusion trop lointaine, sans doute s’éloigne-t-il des sources de dépression. Je ne peux pas. Le brouillard se fait plus intense, j’ai salué la Solitude maintenant elle ne me quitte plus. Elle s’est faite trop de place dans ma vie, mon ami le Réconfort à essayer de la repousser, mais le Désespoir s’y est mêlait. Je ne peux pas. Ils rient, ils chantent, ils sourient, moi je pleure, je bois, je meurs. Je meurs d’espoir, je meurs de vivre, je meurs de croire. Je ne peux pas. La lumière peu à peu me laissant seule moi et mon destin. Mon corps entier est léthargique, et les gens me rappellent trop mon pathétique. Je ne peux pas.
Je ne peux plus, essayer de me convaincre que demain fera soleil, qu’après la pluie règne toujours le beau temps. Ca fait trop longtemps que je l’attends. Et se mentir sur la désillusion d’une clarté future n’a jamais eu de fin heureuse. Alors j’écris. J’écris pour exister dans un monde désillusionné, j’écris pour des sourds, j’écris pour oublier le temps et mon passé et j’écris pour qu’on se souvienne qu’un 5 Juin 2010, une personne a été oublié et s’est envolé en criant Liberté.
Ven 11 Juin 2010, 16:40 par Withoutdream sur L'amour en vrac

Un monde

« Ma bien aimée, je ne cesse de penser a toi, et Dieu sait qu’un homme amoureux peut écrire les plus beaux vers sur la créature qu’il aime.
Je cherche encore ton odeur sur ma peau, je me perds dans mes rêves pour retrouver la douceur de tes lèvres, je m’enfonce dans les enfers pour apercevoir ton regard. Mais je ne trouve rien, je cherche en vain et vain chaque jour, mais je ne trouve plus ton visage. Mon cœur cesse alors de battre quand je ne sens plus ta peau en contact avec la mienne, il me suffit juste d’une réanimation, il me suffit juste de te revoir, de revoir une parcelle de ta peau, de tes cheveux pour qu’il rebatte encore plus fort.
Mon amour, mon cœur se nourrit de cet amour, il a besoin de tes yeux, de ta main, de ton cou, il a besoin de ton nez, de ta jambe et de tes doigts, pour faire fonctionner mon corps afin que je ne tombe pas dans l’éternelle folie. Mon amour pour toi est le carburant et mon cœur est ce moteur qui peut tomber en panne à tout moment. Il ne me suffit que de 3 mots pour qu’il devienne une fusée. Pour qu’il grimpe au sommet des étoiles les plus lointaines, s’en aille dans l’espace a la conquête du satellite rechercher par toutes les femmes, et qu’il te la ramène rien que pour toi cette lune tant désirée.
Ma chère, mon cœur me souffle à l’oreille que tu n’as guère besoin de cette lune, que tu brilles plus sur Terre que n’importent quels astres dans les cieux. Mon cœur susurre qu’il n’a plus besoin du soleil comme lumière, tu réussi a l’illuminer, a l’éclairer chaque secondes, chaque minutes et chaque heures, le jour et la nuit n’existe plus quand tu es la.
Mon souffle, mon éternel désire, mon chant d’espoir, ma passion ininterrompue, mon trésor, ma seule raison de guerre, tu es plus pour moi que tous les êtres existants dans la galaxie. Et je compte les jours où l’on serra enfin réuni, toi et moi a jamais.
Tu as déposé sur mon cœur, une fleur qui ne cesse d’éclore, qui pousse, et devient belle, qui ne fane pas. Tu as déposé sur mon cœur une flamme grandissante, qui ne brûleras pas mon cœur peut importe le destin, qui ne pas a l’eau et renaît sans cesse de cette étincelle que tu sais rallumer.
Tu as emporté mon cœur dans ton univers, un endroit ou les oiseaux n’ont plus besoin de chanter, ou la paix n’a pas besoin d’exister, ou la colère peut être présente, tu as emporté mon cœur et tu l’as déposé sur le tien pour que je l’écoute aussi battre. Et même quand mon corps ne serra plus pourvu d’aucune vie, même quand mon esprit l’aura déserté, mon cœur continuera de battre pour toi.
Ma tendre, le sourd bruit du battement de mon cœur provoque dans mon corps des frissonnements terribles qui font bouger ma raison et mon esprit. Mon corps se lasse de ce manque, mon cœur loin, près de toi ne lui donne plus l’énergie nécessaire a son bon fonctionnement, mon corps est lui fatigué de t’attendre, et d’attendre que nos deux cœurs réunis reviennent a lui. Ma chère, quand je m’en irai de ce monde, je déposerais mon âme et ma raison dans un endroit inconnue de mon corps pour que l’on se retrouve enfin.
Mon ange, bientôt je viens te rejoindre au paradis, bientôt mon cœur s’arrêtera sur Terre, mais continueras à battre dans le monde dans lequel tu m’attends maintenant. Le seul monde qui le fait encore vibrer, qui fait secouer mes sentiments et bousculer mes émotions, un monde si vieux, et si nouveau a la fois car il est toujours autant à la mode, un monde ou le temps n’existe plus , le monde de l’amour…
Tu as capturé mon cœur et il est maintenant présent en toi, a toi et pour toi, près du tien à jamais, il mourra la bas… »
Dim 29 Juin 2008, 22:20 par Arual sur La déclaration d'amour

La Vie ( 20 )...

Personne ne sait que nous courons vers le désastre
Qu’il n’y a plus de valeurs
Que la vie humaine
Comme l’amour...

Loyd
Dim 02 Mars 2008, 02:28 par Loyd sur Mille choses

Sans empreinte

Ma douce âme...
il y a mon amour
qui te porte
qui te suit par tous les temps
que tu trouves toujours
à peine éveillée
t’accompagne dans ta journée
veille sur ta nuit
garde ton sommeil.
J’ai appris à le brider
à ne pas le laisser t’envahir
à ne pas s’inviter au cœur de ta vie
là, où il n’est pas espéré.
J’ai lâché prise
avec mes envies d’être là
où tu ne veux pas que je sois,
avec moi auprès de toi
plus souvent
pour construire
un peu de cette vie.
Je t’aime de près, de loin
tu es au creux de moi
tu fais partie de moi..
Je t’aime, je regarde ta vie,
ton chemin entre lui et moi
et ton pas mal assuré,
tes errances, tes doutes,
au bord du renoncement quelquefois
tant la peur, tellement la douleur...
Je t’aime, j’écoute tes questionnements
perdus dans tes silences,
ta voix si pâle de crainte
en réponse à la mienne
qui parfois .
Je t’aime depuis tout ce temps
malgré le vent
les bouleversements
malgré tout
oui, malgré tout...
alors je t’offre ce que tu veux de moi
et je garde ce que tu ne veux pas.
Lun 16 Oct 2006, 10:38 par danslalune sur Parler d'amour

Ne perds pas confiance

Plus les jours avancent,
Plus ils se ressemblent,
Tu ne sais plus quoi faire de toi,
Tu continues à plonger vers le bas,
Même si tu es déjà là,
Les malheurs qui s’empilent les uns sur les autres,
Mais toujours l’espoir de t’en sortir,
Ne perds pas confiance...
Ton étoile est encore là,
Et encore, elle brillera,
Il y a des jours comme ça,
Y a des hauts, il y a des bas,
Ton tour viendra,
On t’a fait des promesses,
On t’a fait de belles façons,
Mais c’est comme des déjà vu,
On t’a redonné espoir,
A des histoires en t’a fait croire,
On t’a fait marcher.
Mais toujours la lueur,
Qui revient au bout du chemin,
Une fois de plus elle ,
Ne perds pas confiance....
Faut laisser le temps couler,
Le vent finira pas souffler,
Dans les grandes voiles désespérées,
Le vent dans les voiles,
Tu n’auras plus qu’à trouver,
Le grand phare blanc,
Pour te guider.
Ne perds pas confiance.
Mar 12 Sep 2006, 00:49 par joullia sur Mille choses

Signature d'un corbeau demoniaque en dédicace

A l’ombre de ma peine s’adosse le mal
Et ma vie que je traîne boulet de mes nuits
Lorsqu’au clocher sonne inlassablement minuit
S’égrainent les heures en cauchemar infernal

Doux sommeil sais tu au combien je te redoute ?
Quand le jour et que naît l’obscurité
Je sens au fond de moi le soleil s’effriter
Quand déjà s’insinue au clair de lune le doute.

Derrière les paupières closes l’angoisse rit
Sournoisement elle pénètre mon être
Manipule habilement psyché en maître
M’oubliant endolorie

Et à l’aube reste des traces
De mes yeux ensablés de pleurs
Une joue blanchie,
Et le souvenir de cette jambe bleuie
De cette fracture qui m’a immobilisée
Indélébile marque de l’atroce nuit
Signature d’un corbeau démoniaque en dédicace
Lun 14 Août 2006, 16:05 par joullia sur Mille choses
Page 1 sur 1

Ecrire sur s’éteint

Ecrire sur s’éteint Joli texte caressedesyeux, A chaque virgule, L'antimèche, Ode à l'amour, Est ce que ce monde est sérieux ?, Un monde, La Vie ( 20 )..., Sans empreinte, Ne perds pas confiance, Signature d'un corbeau demoniaque en dédicace,
Il y a 10 textes utilisant le mot s’éteint. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Proposition perverse
Guillaume Perrotte
Pocket
Extases de femmes
Collectif
Pocket
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
Homo erectus
Tonino Benacquista
Gallimard
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu
Dictionnaire des idées suggérées par les mots : trouver le mot juste
Paul Rouaix
Le Livre de Poche
La femme de papier
Françoise Rey
Pocket
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'érotisme est l'une des bases de la connaissance de soi, aussi indispensable que la poésie.

Anaïs Nin.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 31 Oct 2020, 14:29
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 35 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 35 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite