Aventure de vacances...

_____________________________

Bonjour

Chaque samedi, je viendrais relater les anecdotes de mes dernières vacances en Ecosse avec mon mari écossais.
Les superbes vacances avec mon mari, en cet été 2015.
Chaque texte sera posté à la suite du précédent.
Ainsi il sera très simple au lecteur d’avoir le repaire facilitant sa recherche.
Ce premier récit est donc le début d’une série qui, je l’espère, vous séduire et vous entraîner dans mes troublants excès.
Bonne découverte et bonne lecture.

Juillet à St Andrew

Cette soirée de juillet, après la visite des ruines magnifiques de la cathédrale de Saint-Andrew, nous sommes allés dans un petit restaurant.
Assis à la terrasse arrière d’un établissement plein de ce charme désuet et intemporel, la vue sur le château était de toute beauté.
Mon compagnon et moi profitions de ce climat extraordinaire et de cette lumière diaphane particulière à l’ Ecosse.
Il était vingt et une heure. Parmi les clients, il y avait trois couples, deux jeunes femmes et un monsieur seul.

Tout en mangeant, mon mari et moi bavardions. Nous avions réussi à ne pas passer la soirée dans sa famille qui le sollicite beaucoup.
Lors de nos échanges, machinalement, je regardais dans la direction du mangeur solitaire. Il portait la belle chevelure grise du quadragénaire,
Nos regards se croisèrent à quelques reprises. J’en fis pars à mon compagnon qui me fit remarquer qu’il y avait peut-être là une opportunité.
Regardant autour de moi, certaine de n’être vue que par l’inconnu, sous la table, j’écartais doucement les cuisses. Mon cœur battait fort.

J’aime être vêtue d’une jupe. Surtout en été. Je peux ainsi me sentir libre de toutes entraves vestimentaires. Ce soir-là, c’était le cas.
Une jupe courte et plissée. Sous mon T-shirt, mes tous petits seins évoluent dans une totale liberté, n’ayant pas besoin d’être soutenus.
Chaussée de baskets, je propose la silhouette de la dilettante en vacances. Mes cheveux noués en une longue natte participent encore de tout cela.
Le monsieur, lors d’un de ces mouvements de tête, se rendit rapidement compte du spectacle qui lui était offert. Cessant sa lecture.

Je croisais et décroisais mes jambes avec une exagération qui attira son attention. A présent, il louchait sous ma table tout en mangeant.
Je faisais évidemment comme si je ne me rendais compte de rien. Au bout d’une dizaine de minutes, je me levais pour aller aux toilettes.
Je voulais retirer ma culotte afin de pouvoir apprécier la satisfaction de cette situation. Opportunité qui m’excitait de plus en plus.
J’en profitais pour faire mon pissou. Quelle ne fut pas ma surprise, en sortant de la cabine, de voir l’inconnu debout devant un des deux lavabos.

En lavant mes mains, je découvris que le monsieur avait son sexe posé sur la faïence du lavabo. Avec un air des plus naturels. J’étais amusée.
Il prononça quelques mots dans un mauvais Anglais. Je fis semblant de ne rien comprendre en haussant les épaules. Sans répondre.
Je me dépêchais de me laver les mains avant de sortir des toilettes. Je revins m’asseoir pour raconter mon aventure à mon mari.
J’avais ma petite culotte coincée dans la ceinture de ma jupe, je la rangeais dans notre petit sac à dos. L’inconnu revint s’asseoir.
Les cuisses bien écartées, le monsieur pouvait admirer ma toison pubienne de brune, épaisse et fournie. Un autre couple était arrivé.

Il me fallait ruser pour n’être vue que du monsieur. Ce dernier, faisant semblant d’être absorbé dans la lecture d’un magazine, observait avec attention.
Discrètement, je passe une main sous la table. Je commence à me toucher. L’inconnu, dont le trouble devient apparent, regarde mon manège.
Du doigt, il me montre la porte des toilettes. Je comprends l’invitation. J’en fais part à mon mari qui m’encourage à créer une nouvelle situation.
Je vous propose donc de découvrir la suite de cette étonnante aventure, dans mon récit du week-end prochain, pour ma nouvelle visite sur le forum.

A bientôt et bonne semaine.
Bises.

Isa
_____________________
Tous droits réservés - © - 2015 -
Dim 07 Fév 2016, 13:18 par Isa-Belle sur Les liaisons sulfureuses

Beau

c’est très beau jime, je pense qu’elle l’entendre, et qui sait, si les mots touchent autant ils peuvent changer les choses...j’y crois moi...
Jeu 04 Déc 2014, 15:36 par inlove sur Mille choses

Écouter c'est...

L’écoute est un bon moyen d’aimer. L’écoute est un bon moyen de bien juger. Nous jugeons tous mais pouvons-nous écouter pour mieux juger? Souvent, les gens écoutent seulement pour répondre, pour démontrer leur point de vue. Mais peut-on donner un bon point de vue sans écouter vraiment attentivement? Le jour où j’ai connu l’écoute, le vrai, j’ai été séduite, conquise face aux biens faits sur ma vie et sur mon amour-propre. Je me suis vraiment sentie aimé pour une des premières fois lors qu’enfin, quelqu’un a prit le temps de m’écouter, de s’intéresser à moi. Depuis, j’écoute attentivement. Ce fut l’effet de donner au suivant.

L’écoute m’a transformé positivement car la personne qui m’en a fait cadeau m’a fait ressentir importante et belle. Elle m’a fait prendre conscience que l’écoute permet de s’entendre parler, oui, s’entendre parler. Lorsque le discours est libre, nous avons l’occasion de nous entendre nous-même et souvent, dans ce processus, nous découvrons des solutions pour soi-même; nous faisons des prises de conscience. Des vérités se révèlent. Aussi, quand une personne écoute et prend le temps de découvrir l’ensemble de ce que l’autre vie, elle peut mieux non seulement comprendre mais aussi guider. Pour moi, l’écoute est l’une des plus belles preuves d’amour. Écouter, c’est faire attention à la réalité de l’autre...

Les relations les plus belles sont celles où l’échange est mutuel, où chacun à son temps pour se dire, parler, se raconter. Aussi, l’écoute permet d’observer la vie. De la voir telle qu’elle est. L’écoute est une forme d’observation, qui permet de mieux voir la réalité qui nous entoure. Se retrouver dans un groupe et écouter, observer, c’est là le moyen de bien connaître les autres et de profiter de leurs expériences pour notre propre vie.

Pour écouter, nous avons besoin d’être dépourvu de jugement rapide, pourvu d’attention sur l’autre et non sur ce que l’on se dit par rapport à ce que l’autre dit. Être attentif, c’est de s’oublier un moment, de faire fi de notre discours intérieur pour mieux entendre l’autre. Écouter est difficile, c’est une façon de faire qui demande de l’effort. Écouter c’est aussi parfois faire répéter car il est difficile de se détacher de notre discours intérieur. Celui qui parle ne sera jamais vexé si vous prenez le temps d’admettre que vous avez perdu un moment d’attention, d’écoute. Il que malgré votre distraction, votre désir est tout de même de l’écouter.

Écouter guéri les gens... Pour l’avoir fait si souvent, je le sais viscéralement. Je ne peux plus retourner en arrière et tenter de convaincre les gens sans prendre le temps de les écouter. Beaucoup vivent des difficultés face au fait que les gens peuvent se plaindre de leur vie. Mais tous avons besoin de moments d’écoute, qu’importe le contenu du discours. Écouter donne aussi de la crédibilité. Quand on écoute, on sait mieux ce que l’autre peut vivre; alors si un jour celui que vous écoutez vous demande votre avis, vous serez certainement de bon conseil puisque vous connaissez l’ensemble de l’histoire de sa vie ou de ce qu’il vit à ce moment même. Votre jugement sera porteur de connaissances face à leur vie.

Parfois, je peux passer des heures à écouter et j’apprends beaucoup.

L’écoute est un cadeau, pour soi-même et pour l’autre. Il rend intelligent par la compréhension de ce que l’autre vie. Écouter est plus puissant que parler et donne davantage de l’influence sur les autres.

Écouter, c’est aimer et rencontrer l’autre dans ce qu’il vit et c’est un bonbon délicieux de se sentir entendu.
Lun 16 Sep 2013, 00:40 par Peacefulminding sur Articles

Texte "d'amour" composé à 15 ans

Pourquoi rester ici alors qu’en faite , je ne fais que subir le reste de mes maux d’autrefois .. J’ai certes attenté à finir ce restant de ma vie tant de fois mais aucune n’a su se concrétiser .. Sais tu pourquoi , toi qui es entrain de lire ceci ? Je ne pourrais t’apporter qu’un fragment de réponse sûrement , mais au moins sache que si je peux encore écrire , c’est qu’une force me maintient , même si elle est infime , je pense qu’il y à une chance qu’elle renaisse de ses cendres.. La vie est dure , mais elle l’est moins quand tu as quelqu’un à tes côtés , quand quelqu’un s’inquiète réellement pour toi. Autant il y en a qui peuvent te faire croire et espérer à tant de choses , bah elle au moins ne te fais rien espèrer. Elle te dit ce qu’elle pense , sur le coup , et c’est ça qui est bien. Car quand tu aimes une personne , tu ne lui caches rien. Que sa lui plaise ou non , elle le au bout d’un certain moment .. Elle est extrêmement fine aussi dans ses propos. Elle fait tant de choses qu’aucune autre ne ferait .. Si je l’aime et qu’elle compte plus que des milliers de diaments pour moi , c’est qu’elle , malgré ses problèmes a l’épaule solide. La vie est certes une pute , mais c’est aussi une source d’expériance inépuisable.. La vie te fait part de tonnes de choses .. Si je n’aurais pas été vivant .. Je n’aurais jamais eu l’occasion de rencontrer une fille aussi belle , aussi attachante que toi .. Tu es la lyre d’une déesse , la muse d’un poète et l’inspiration d’un jeune homme , tu es le coeur de tant de convoitise , même si elle n’est partagée que par un seul être , cette dernière fait de toi , la personne la plus importante à ses yeux. Je ne sais pas si je devrais te le répéter encore , mais je t’aime. Et sa , je me le dis chaque seconde passante ... Car c’est grâce à ça que je ne fait pas de bêtises. Je me sens invincible par rapport aux problèmes encontrés , même s’ils sont parfois éprouvants , savoir que tu es la me permet de me reconsolider à chaque instant de peine. Car tu es mon tout , ce qui me fait respirer (en dehors des poumons bien sur) , ce qui me fait penser .. Je n’aurais besoin que de toi pour former mon corps si tout ne serait pas necessaire. Car tu es mon coeur (je suis éperduement amoureux de toi) , mon cerveau (je penses a toi tout le temps et tu es le centre de mes pensées) , mes poumons (je peux respirer car tu es la , à mes côtés) , mes jambes (tu me permet d’avancer..) , mes épaules (Je peux me reposer dessus quand je suis mélancolique) , mes bras (Je peux porter le lourd fardeau de la vie grâce à ta présence) , mes yeux (sans toi , tout serait noir..) , mes oreilles (Entendre le son de ta voix est comme une douce mélodie à mon oreille) .. Tant de mots pour décrire une chose , un sentiment qui ne s’éteindra jamais .. Certes tu ne te considére pas comme une fille parfaite. Mais pour moi , plus parfaite que toi n’existe pas. Tu as toutes les qualités dont je pouvais rêver , et être rêveur , c’est aussi avoir les pieds à la fois sur Terre et à la fois être dans son monde , c’est ce qui fait la beauté de tout les sentiments. La vie est .. Assez complexe. Mais avec toi à mes côtés , je traverserais tout ce dont il me sera donné de traverser...
Dim 29 Avril 2012, 13:17 par rere24110 sur L'amour en vrac

Analepse

Tout a commencé, ici, il y a bien longtemps... Combien d’années déjà ? Je m’amusais à parcourir ce site d’écriture, oubliant les écrits insipides à mon goût pour me régaler de petites perles glanées ici et là. C’est ainsi que je l’ai découvert, caché entre des pétales bien refermés sur son coeur douloureux et sans doute, sans trop m’en apercevoir, j’ai appris à l’aimer.
Un ami. J’ai fait l’amour avec un ami, enfin, je le considérais comme mon ami. Je crois au fond qu’il le restera malgré tout, malgré nous. Je savais bien que cela ne pouvait rien nous amener de bon. De fait, comme pour me protéger, j’avais laissé courir des fils blancs dans mes cheveux et les lui montrais bien comme un trophée (ouf, si j’avais su je n’aurais pas fait cet effort dérisoire !), pas d’illusion sur nos âges respectifs : un rempart, une forteresse qui n’a pas eu l’effet escompté, en clair, ils ne m’ont pas protégée. N’ai-je donc tant vécu...
J’étais cependant terriblement attirée par lui - plus que je n’aurais imaginé la chose possible : son caractère de chien me semblait suffisant pour que je ne l’approche pas de près. Je croyais dur comme fer que de nous voir aurait suffi à refroidir nos éventuels désirs respectifs toujours renouvelés de déchirure en rupture en adieux éternels. Oui, je dois reconnaître que notre amitié a toujours été mâtinée de sentiments variés. Et deux natures fortes. Il m’attirait un peu comme en physique deux élèments inverses s’attirent, loi éternelle. Un exemple : je donnais et lui prenait. Pas très équilibrée comme relation ! Pas très adulte. Et je ne parle pas de ses dents grinçantes ! On pouvait rêver mieux ! Cynique. Calculateur. Froid. Et moi, prompte à corriger l’insolent à lui faire tâter du tranchant de mes mots. Lorsqu’on est femme, on aimerait être l’objet de soin et d’attentions avant que de prodiguer les nôtres ! Je ne peux m’empêcher de voir avec quelle rapidité pourtant il avait appris à donner au moins dans le jeu amoureux ! Sa bouche ouverte d’oisillon attendant la becquée qui m’avait fait mourir de rire (mais de mort lente) avait fini par se montrer savante et généreuse autant qu’il pouvait l’être !
Je pense qu’il avait tout calculé pour que l’affaire soit rentable. Rire ! Et avec ma façon de voir les choses il partait gagnant, il ne s’était pas trompé. Oh, il ne m’avait rien dit de particulier sauf son attirance et sa peur. Il n’a jamais été question d’amour, c’était, pour lui, un aller retour simple quelles qu’avaient été ses dénégations passées : - tu ne reviendras plus te balader avec moi en montagne, n’est-ce pas ? – Bien sûr, pourquoi dis-tu ça ? Je reviendrai… J’aimais son côté taciturne et introverti, cela me faisait rire ! A l’opposé, dis-je, de ce que je suis.
Alors, cette fois là, nous avons fait l’amour. Cela faisait des années que nous y avions pensé ensemble ou à tour de rôle. Toute une nuit, trop courte, dont je ne peux que me souvenir, et, comme je n’avais guère dormi déjà les nuits précédentes, je n’étais pas belle à voir au matin pour un homme sans amour ! Rire ! Mais, c’est égal. Il est des souvenirs que l’on n’oublie pas. Une complicité, une entente des corps qui ne s’invente pas. Il n’y avait, quoiqu’on en pense, pas d’autre issue. L’amour ne supporte pas les contrefaçons. C’était bien dans sa façon de faire. Et dans la mienne. La glace. Le volcan. Il n’y aurait pas d’avenir.
J’ai joué avec lui une dernière fois. Cette fois, c’est moi qui ai mené le jeu et qui ai gagné ! Juste pour le fun. Je m’étais imaginé son indifférence voire son silence mais pas sa colère ! Juste envie de le savoir vivant, là-bas, loin de mes montagnes. Juste envie de le faire râler une dernière fois. Ainsi ma sombre fleur demeurait-elle égale à elle-même ! Pleine de contradictions. Bah, il n’apprendra jamais que ce qu’il veut apprendre. A quoi bon ? Qui suis-je pour lui dire qu’il ne peut retirer aucun bien en n’étant pas intègre. Il calcule trop il en oublie de vivre. La vie est si courte… Elle donne à ceux qui sont généreux. Je l’espère heureux un jour ou l’autre, il le faudra bien qu’il avance, qu’il lâche ses chimères. Une femme bien faire changer ses couleurs un jour avant qu’il ne soit trop tard s’il ne se fait pas dévorer. Puisse-t-il se donner les moyens d’être heureux. Lâcher prise... et cesser d’avoir peur.
C’est si triste un corps sans âme.
Lun 25 Avril 2011, 08:12 par dolce vita sur Histoires d'amour

Une lettre d'amour particulière à un ami particulier

Cher ******,

Voilà que je t’écris cette confidence au cœur de cette nuit bien humide. Non loin de moi, mon compagnon, plongé dans un sommeil profond, pleure dans ses rêves. Ses larmes de douleur coulent à cause de moi. Mon cœur est de pierre, dit-il. Pourquoi ne me laisses-tu pas pénétrer dans ton univers ? Pourquoi m’écartes-tu de ton cœur ? Je t’aime et je souffre de ce manque de sentiment de ta part. Tu es bien cruelle. Voilà ce que dit mon compagnon. Hélas, mon cœur maintient cette distance de peur de connaître cette folie qu’est l’amour. J’aime sans aimer. L’homme avec je partage ma couche. Je l’aime pour son affection pour ma part. J’ai cédé sous le poids de son amour sans m’être jamais demandé si je l’aimais du fond de mon cœur. J’aime lui faire des caresses. J’aime sa présence. J’aime avoir des rapports sexuels avec lui. Malgré tous ses signes, il sent une distance entre nous. Je lui parle de compagnes de jeu potentielles. Cela ne l’amuse pas car il ne peut faire partie de ses jeux interdits. Il me traite d’égoïste. Tu ne cherches que ton propre plaisir ! Et moi, que suis-je à tes yeux ? Qu’un simple objet sexuel ! Mon compagnon a bien raison. A mes yeux, c’est un bel objet sexuel. Mais tous les flots de cyprine que je déverse actuellement viennent de divers fantasmes. J’imagine bien d’autres choses. Il le sent qu’il existe une distance entre lui et moi mais il ne sait pas quoi. Maintenant, je vais t’expliquer, mon cher ******, pourquoi je crée cette distance.

As-tu, mon tendre ami, été amoureux ? Moi, je l’ai été une fois au point de vouloir mourir pour cette personne. J’ai été folle amoureuse. Trop prolixe, ma maladresse m’a tuée. Cet amour m’a beaucoup blessée. Mon compagnon actuellement s’est toujours moqué de cet amour de jeunesse. Toutefois, il n’a jamais essayé de comprendre les conséquences de cet amour déçu. Depuis cet amour solitaire, je me suis jurée de ne plus jamais vendre mon cœur à un homme. Si je ressentais quelque affection pour l’un entre eux, mon amour ne serait que partiel. Ce serait un amour raisonné raisonnable. Mon amour actuel est un amour raisonné raisonnable. Il ressent toute la folle passion que peut souhaiter une femme au point de laisser passer tous mes écarts de conduite. C’est pour beaucoup l’home idéal. Justement, c’est ce genre d’homme qui me plaît de faire souffrir. On dit toujours qu’on ne se rend pas compte des merveilles qui nous sous ses yeux. Je veux qu’il trouve quelqu’un qui le mérite. Alors, je le fais souffrir autant que j’ai souffert d’un rêve de six ans. Je veux qu’il me quitte. Je veux le voir heureux avec une femme qui lui rester fidèle de corps et de cœur. Le mien est trop déçu car il n’éprouve plus de passion mais seulement que de la tendresse à son égard.

Pourquoi mets-je des barrières entre toi et moi ? Crois-tu pouvoir me rendre heureuse ? J’ai repoussé tes avances, tes tendres caresses car je ne veux pas que tu vives avec la même douleur que mon compagnon actuel vit. Ton cœur est si fragile qu’il ne supporterait pas le choc. Crois-moi, je suis quelqu’un de trop instable pour toi. Ne confonds pas « amour » et « désir sexuel ». Mon tendre ami, ton pucelage m’excite, je te désire. Depuis que je t’ai vu entreprendre des caresses poussées, je te vois comme un homme plein de désirs. Cela m’amuse mais me fait peur car je ne veux pas que tu tombes dans les pièges de ton cœur. Ces derniers temps, je fantasme beaucoup sur toi. Je rêve que tu me prennes, que tu me susurres de mots doux, que tu me caresses longuement. Toutefois, tout cela demeure du fantasme sexuel plus que de l’amour. Mon homme se doute que tu es présent dans mon esprit. Il sait que tu occupes une place particulière dans mon cœur. Cette place privilégiée, il en est jaloux. D’où vient ce privilège que tu occupes dans mon cœur ? Tendre ami, cette place vient de l’innocence de ton cœur simple.

Mon ami, garde cette innocence pour la plus belle des femmes et non pour une souillon comme moi.
Mar 11 Mai 2010, 03:27 par Solina sur La déclaration d'amour

Bérénice ?

Saint Valentin pour Magali, qui décoder…


De mon corps engourdi tu fus libératrice,
De tes mains tu fis naître de tendres frissons,
Dans mon regard naquirent de nouveaux horizons,
C’est grâce à toi qui en fus la seule créatrice.

De mon passé, tu apaisas bien des cicatrices
Et dans mes veines mis cette vie nouvelle ;
C’est pour ton sourire que je la voudrais éternelle,
Car de mes jours tu es le sel, de ma vie tu es l’épice.

Et si notre rencontre nous a rendus complices
C’est bien ta généreuse amitié qui l’illumina
Quand, bonne fée, tu posas tes lèvres sur moi
Le crapaud que j’étais se transforma avec délice.

De l’amour, de l’amitié, tu es l’ambassadrice
Je connais ma chance de t’avoir rencontrée
Et voudrais à nouveau bientôt contre moi te serrer
Car il est doux de murmurer ton prénom, Bérénice.
Sam 13 Fév 2010, 20:48 par piertiteuf sur La déclaration d'amour

Le massage : message d'amour

Pour que le massage parle au coeur du receveur, massez avec votre coeur ! Vos mains peuvent être maldroites, si vous écoutez votre coeur et entendez celui du receveur, tout votre corps être en harmonie. Vos mains danseront sur ce corps accueillant. Votre respiration rythmera la cadence de votre doigté. Vous laisserez vos doigts exécuter avec virtuosité un surprenant ballet. Massez vos proches et les découvrirez différemment ! Donnez-leur de l’amour pour leur apprendre à aimer ! content
Jeu 03 Déc 2009, 02:45 par Solina sur Mille choses

Une réponse en poème

Merci Stéphane de ta réponse et du compliment. Il parait que je suis sympathique!lol

J’ai envie de te répondre en poème improvisé sur le vif au réveil, peu dormi cette nuit...Ma tête agitée en tous sens.
Tes mots je les connais bien, cette solitude qui pèse, ce besoin de partage, de trouver son alter-ego, celui ou celle qui comprendra notre intériorité, même si toujours une partie de nous lui échappe. Celui ou celle qui faire avec notre sensibilité.

Cela commençait ainsi :

Peut-on s’entraider?
Oui, pourquoi pas, qui sait?
Peut-être trouverons-nous ensembles
Les clefs de notre future félicité?

J’ai le cœur amoureux
Rapiécé, brisé
En milles morceaux
Je me suis brulée
Au jeu de la passion

L’homme qui m’avait
Dérobé mon cœur
Il y a plus d’un an de cela
A décidé de le laisser choir
Un beau matin d’octobre
Il y a peu...

Le pauvre cœur a bien saigné
S’est senti abandonné...
Des larmes ont été versées,
Des cris de douleur étouffés
Mais je me suis accrochée
Peu à peu j’ai recommencé
A respirer
Je suis remontée à la surface
J’ai recouvré mon espace

Mais l’homme en question
Est venu quémander
Il y a quelques heures
Par message interposé
Puisqu’il vit dans une autre cité
Les restes de mon cœur laminé
Par ses mots remplis de cruauté
Par, après tant d’amour,
Son, sans appel, rejet

Et moi, pauvre de moi
J’ai imaginé, espéré
Mon cœur s’est mis à batifoler
Agiter ses petites ailes désespérées


Mais l’espoir a été de courte durée
Car très vite l’homme s’est avéré
Fidèle à lui-même
Distillant sa haine
Refusant de regarder
Le poids de sa méchanceté
Passée...
Il faut dire que je suis bien mal tombé
C’était un homme intéressé
Pas tant par l’argent,
C’était un peu plus compliqué
Mais je ne vais pas me lancer
Dans les détails de sa cupidité
En tous les cas j’ai tiré le mauvais numéro
Jamais eu de chance à la loterie!
Il a failli me faire devenir Caliméro
Trouver ce monde « trop injuste »
Je me suis sentie si meurtrie...

Pour un homme amoureux
Dit-il...
Voulant me reconquérir
Il ne lui aura fallu qu’une demi-heure
Pour qu’il décide de nouveau de m’abandonner
Non content de surcroit de me culpabiliser!
Tellement de mensonges dans sa bouche
De situations embrouillées, louches
Bref, de lui je veux définitivement me détourner
Car il a l’âme et le cœur vil
Il ne sait que me détruire

Heureusement pour moi
J’ai cette foi en la Vie
Qui fait que je m’accroche aux petits bonheur
Un sourire, un mot gentil
Me remplissent le cœur

Tellement d’amour à donner,
A partager...
Mais je vais m’en garder
Un peu quelques temps
Jalousement, égoïstement
Le temps que mes ailes repoussent
Totalement
Le temps de réapprendre à voler
Le temps d’oser de nouveau s’élancer
Prendre le temps de soigner mes blessures
Parce qu’au prochain amour
Je veux pouvoir aller vers l’Autre
Le cœur débarrassé
De cette douleur, cette déception
Etre plus sûre de moi et des raisons
Qui m’amèneraient à écrire : « nous »

Chez moi, dans mon intériorité
Cesser d’aimer
C’est me demander d’abandonner
Une partie de moi-même
C’est douloureux à chaque fois
Comme un réveil post-opératoire
Où l’on se sent différente, un peu groggy
Endeuillée, mais grandie...
Remplie d’un nouveau savoir

Je voudrais tant distinguer et reconnaitre
Celui par qui je serai liée
Pour l’éternité
Chaque fois j’y crois
Je prépare mon envol
Me déploie
Mais l’atterrissage
Me terrasse sur le carrelage
J’échoue sur un sol
Froid et inaccueillant
Et dans mon cœur : le néant
Fin du voyage...

Mais peu à peu la vie reprend ses droits
Le hasard ou l’héritage? M’a doté
Par chance
D’une bonne vitalité
C’est ma bonne étoile
Ma petite fée
Ce don magnifique d’aimer
La Nature, les Etres Humains
Je l’ai viscéralement vissé
A ma personnalité
C’est ce qui me sauve
Me fait remonter
Et tendre de nouveau la main
Armée d’espérance
Hissant les voiles
Vers un nouveau destin


Trouver cet équilibre fragile
Entre nos espoirs intérieurs
Et cet Autre que l’on rencontre
Avec sa propre histoire
Ses joies, ses peines,
Ses renoncements
Et les nôtres
Réussir, quelle gageüre!
A les faire converger
Avec bonheur
Tout en respectant
Un bout de jardin secret
Tel est pour moi le défi
A relever
Pour ces quelques prochaines années...


Voilà! je n’ai peut-être pas vraiment répondu à tes questions? même si il y a quelques réponses dans ce texte. si tu veux j’essaierai de le faire dans un autre message. Mais j’avais envie de partager mes mots ici ce matin.
au plaisir de te lire et d’échanger avec toi. Bon courage à toi stéphane!

Sophy
Mer 28 Nov 2007, 07:55 par Sophy sur Histoires d'amour

Desirs

J’aimerais deviner
Tes ultimes secrets
Libérer ton esprit
De tous tes interdits

Un à un chercher
Tes envies, tes pensées
Doucement t’effeuiller
Te sentir frissonner...

Lentement te couvrir
De milliers de baisers
De milliers de caresses
Et trouver tes désirs
Les plus insatisfaits.

Je veux les réveiller
Je veux les amplifier
Et te sentir durcir
Et t’entendre gémir.

Puis, quand tu me retiens,
D’un geste de la main
Pour ne pas succomber,
Moi, je veux te combler,

Oublier mon plaisir
Assouvir les désirs
Que personne jamais,
Ne te donner...
Sam 27 Oct 2007, 00:28 par joullia sur Les liaisons sulfureuses

Dans le froid de mes nuits

Dans le froid de mes nuits
Je ne sais plus dompter
Mes angoisses cachées
Au fond de l’insomnie.
Je préfère oublier
Les amants trop pressés,

Qui n’ont su me donner
Que ces nuits écourtées,
Ces rendez vous manqués,
Ces caresses volées,
Qui n’ont pas su m’aimer
Ni même me combler.

J’allume l’écran
Et je cherche un ami
Qui sache m’écouter
Jusqu’au bout de la nuit,
Qui m’accorde son temps
Sans rien me demander.

je suis prête à couper
Quand je trouve celui
Qui me donner
Juste un peu de chaleur,
Le courage et l’envie
De réveiller mon coeur.

Quand je vais me coucher
Je ne peux plus dormir
Je me sens entourée
Je me sens protégée
Je me prends à rêver.
Sam 27 Oct 2007, 00:22 par joullia sur Parler d'amour

Son étoile au Roi mage

Un jour on faire un chêne en quelques mois
Et d’un bout d’algue sèche une peau de chamois;
D’une enfant pré-pubère en un texte une adulte
Et du mot liberté la plus coupable insulte.
On mangera des pots de toutes les couleurs
À qui l’on donnera de jolis noms de fleurs.
On ira de Madrid à Melbourne en fusée,
Si vite qu’on n’aura de notre terre usée
Plus le moindre scrupule. On sera si nombreux
Que l’homme et l’animal iront se mordre entre eux.
La lune appartiendra toute à l’armée chinoise
Et le désert viendra de la vie champenoise
Troubler l’auguste allure. Il pleuvra deux fois l’an
Dans des cuves d’eau douce à l’envi d’un palan.
Vénus aura l’éclat d’un joint de bakélite
Quand l’aura remplacée le dernier satellite.
Après l’âme et les poils, les seins disparaîtront:
On comptera le charme à la taille du front.
Le bonheur, ce sera ce gadget inutile,
Cet appareil obscur, cet apparat futile;
Ce sera cet amour que l’on ne fera plus;
Ce seront ces vers blancs qu’on n’aura jamais lus;
Ce sera notre monde, un monde à notre image,
Où l’on aura volé son étoile au Roi mage...
Lun 06 Août 2007, 09:06 par AnPrionsaBeag sur Un monde parfait

Amour volé

Qui t’a séparé de moi ?
Qui m’a volé ton amour ?
Ce que j’ai pleuré pour toi
Tu le s peut-être un jour.
Je ne peux te pardonner
Pas dans l’immédiat
Mais Je ne peux t’oublier
Pas un seul instant.
Personne ne jamais
Combien je t’aimais.
Personne ne comprendra
Ce qui s’est passé.
Même si le monde est heureux
Moi je serais triste et silencieux
En attendant que tu reviennes
En attendant le retour
De ton amour
Dim 22 Juil 2007, 22:28 par pierre de la carolina sur L'amour en vrac

Ce soir encore je pense a toi

Ce soir encore je pense à toi,
j’ai du mal à m’y résigner,
mais je dois faire ce dur choix,
par amour pour toi.

Comprendras-tu mon choix ?
Je ne le pense pas et je sais....
que tu m’en veux terriblement
d’avoir éveillé ce désir en toi.

Comment pourrais-je vivre ?
Comment pourrais-je me regarder ?
Dans le miroir du matin,
dans le reflet de tes yeux pétillants de ces mille étoiles...
En me culpabilisant de te faire porter mon lourd fardeau !

Laisser chanter mon coeur, mon âme, mon émoi,
écouter la douce raison de mon amour pour toi
serait de la folie amère et égoïste.
Je ne veux pas être responsable de cette douleur,
que tu pourrais ressentir en me voyant,
chaque nuit revivre des flashs back.
Je ne veux pas brider ton amour si merveilleux,
parce que tu mérites vraiment d’être heureux.
Auprès d’une femme qui te comblera de bonheur,
qui être ta femme, ton amie, ta maîtresse et la mère de tes enfants.

Comment pourrais-je te faire vivre tout ça ?
Mon coeur, lui, chante les douces mélodies de l’amour,
mais ma raison refuse de te faire souffrir.
Et pour cela, je dois faire en sorte que ton désir passe.
Pourtant, j’aurais aimé être la femme que je décris plus haut,
mais je n’en serais pas capable.
Sam 06 Jan 2007, 23:06 par joullia sur Parler d'amour

Cadeau entre Nous

Lorsqu’il passait enfin ce cap, les chevaux ruaient, après avoir longtemps piaffé.

Il n’est rien de plus beau que la porte que l’on latte, à peine entrouverte, pour dire, sagement, «  J’arrive ».

Il a donné son premier coup de latte ce jour là, au passage.

Sur sa chaise haute, sa position assise, il a testé le poing, et il frappe sur la table, le fait très bien.

On lui a offert des couleurs, des senteurs quand ses narines et ses yeux étaient grands ouverts,

Il en a fait un Madras de beauté intègre, et l’a conservé.

Ses oreilles, je n’ose en parler, tellement il a su, dès le début, grande fierté et respect.

Mais passent les couleurs, au travers des rires, des joies, des émerveillements, de la richesse d’ une vie à peine entamée, et là, Je dis : « Famille » ! Car elle ne l’a pas quitté.

Quelques fois, je lui souffle d’écouter sa migraine, de se ressourcer auprès des siens, et de m’Aimer.

À un an moins quelques heures, le 11 Juin 2006, en jolies parallèles, il m’a aimée de côté et de face. J’ai maintenant trente cinq ans,

Il est mon Bébé, mon Père, nettement en avance parce protégé et aimé du haut de ses trente quatre.

Qu’on me dise que mon Homme est direct, méchant, incisif, précis et je sourirai parce qu’il est resté Lui.

Qu’on me dise qu’il est beau, et j’en suis déjà Fière, car sans pudeur aucune, je montre son visage à travers les photos qu’il a prise de Soi s’ aime.

Qu’on me dise qu’il est en danger et je serai déjà en route car je l’ aurai senti.

Qu’on me dise qu’il m’a quittée, et je n’écouterai pas, car il me l’aura dit lui même, au moment où Il que c’est inéluctable.

À Gérald De La part de Sa Fannie.

rose rose rose rose rose rose rose rose rose rose rose
Lun 02 Oct 2006, 11:11 par Chogokinette sur Parler d'amour
Page 1 sur 2 Aller à la page 1, 2  Suivante

Ecrire sur saura

Ecrire sur saura Aventure de vacances..., Beau, Écouter c'est..., Texte "d'amour" composé à 15 ans, Analepse, Une lettre d'amour particulière à un ami particulier, Bérénice ?, Le massage : message d'amour, Une réponse en poème, Desirs, Dans le froid de mes nuits, Son étoile au Roi mage, Amour volé, Ce soir encore je pense a toi, Cadeau entre Nous,
Il y a 24 textes utilisant le mot saura. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
J'AI LU
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
CARNET DE RROSE
ALINA REYES
Pocket
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred de MUSSET
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour donne de l'esprit, et il se soutient par l'esprit. Il faut de l'adresse pour aimer.

Blaise Pascal.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Mar 21 Mai 2024, 02:48
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 32 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 32 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite