Voyage oriental

Voyage oriental

L’encre de mes yeux,
Si jolis derrière ce masque
Dessine des arabesques
Aux contours anguleux
Pour les deviner
Tu peux t’avancer
Soulever le voile qui les recouvre
Et ainsi tu découvres
Une envie de te séduire
Un besoin de te conduire
De par une danse du ventre,
Que pour toi j’ai apprise,
Patiente et soumise
Afin de te surprendre
Sur fond de musique orientale
Tu te régales................

Je me trémousse comme je peux
De mes courbes, tu ne peux détacher les yeux
Sérieuse, et appliquée
J’ai très envie d’être admirée
C’est un jeu dont la danse est un attribut
Mais tu es malgré tout
Et même si je ne suis pas tienne
L’envie te vient que je le devienne.
Sur les paumes de mes mains tatouées
Tu me fais des petits baisers
Sans penser à aller plus loin.....

Repu d’avoir dansé
Tu m’offres un thé à la menthe
Tu sais si bien le préparer
Des délices pâtissières agrémentent
Ce breuvage si mentholé
Et quelques carrés
De douceur chocolatées
Vont nous accompagner
Car je sais que tu les aimes
Quelle merveilleuse complicité
Vient de s’instaurer entre nous.
Sam 22 Fév 2014, 14:57 par caressedesyeux sur Mille choses

Les hommes aussi veulent de la tendresse

Les hommes ont changé face au plaisir

Aujourd’hui , les hommes veulent toujours du sexe , mais que celui-ci soit accompagné d’amour et de tendresse
Le sexe seul , ça ne les plus tant que ça. Les calins avant et après l’amour , s’endormir dans les bras de l’autre , ils apprécient de plus en plus
L’homme en couple d’aujourd’hui souhaite , pour la grande majorité , que son couple dure , et pour cela , il veut s’en donner les moyens
Comprendre la femme qui partage sa vie , lui semble primordial
Sur le plan sexuel , les hommes ne sont pas toujours entièrement satisfaits , mais ils ne semblent pas être perturbés outre mesure quand ils sont vraiment amoureux
Et puisqu’ils aiment , ils acceptent que sexuellement , la relation ne soit pas aussi intense qu’ils le souhaiteraient
Beaucoup d’hommes aimeraient faire l’amour tous les jours. Mais , il y a les contraintes de la vie quotidienne qui font que cela n’est pas toujours possible. Et puis , et surtout , de plus en plus , les hommes respectent les désirs de leur compagne qui , dans la grande majorité , ne sont pas aussi demandeuses que leur conjoint
Pour les hommes , il s’agit certes d’une frustation , mais ils la considèrent minime par rapport au conflit qui pourrait mettre leur couple à mal

Depuis toujours , dans le couple , l’homme a été considéré comme celui qui devait désirer l’autre
Seulement , au fil des années , les choses ont évolué. Les hommes se rendent compte que le sexe sans l’amour et la tendresse , ça n’a pas la même saveur
Mais , dans le même temps , ils retrouvent en face d’eux , des femmes qui , de plus en plus souvent , ont adopté le comportement des hommes en matière de sexe. C’est un peu déstabilisant. Il faut trouver le moyen de s’accorder
Pour pouvoir évoluer plus encore , les hommes doivent cesser de penser que tout doit passer par eux , y compris le plaisir de leur partenaire , idée que de très nombreux hommes ont en commun
Les hommes commencent à s’interroger et à se parler entre eux. Ainsi , ils confient , avec beaucoup de pudeur toutefois , qu’ils aiment " embrasser " le sexe de leur femme , ce qui témoigne d’une véritable évolution dans leur comportement amoureux
Ils se disent aussi , de plus en plus nombreux adeptes des préliminaires , ce jeu amoureux qui permet de faire monter le désir , de prendre le temps de se regarder , de mieux se connaître. Ces tendres calins , sont un moment de plaisir partagé qui fait monter l’excitation , de part et d’autre , jusqu’à n’en plus pouvoir
Pour ce qui est de la pénétration , aujourd’hui les hommes ne " prennent " plus leur femme , ils se sentent " accueillis " . C’est alors la fusion et la plénitude ( paroles d’hommes ! )
Bien sûr , il existera toujours des machos purs et durs , pour lesquels , leur sexe est , et demeurera un " outil " de domination de la femme
Mais , ce qui ressort vraiment aujourd’hui , c’est que les hommes , de plus en plus , laissent émerger leur part de féminité , sans honte aucune , et c’est tant mieux. Il n’y a rien de plus émouvant et touchant qu’un homme qui pleure. Loin d’être ridicules , ces hommes-là , nous remuent , nous les femmes, au plus profond de nous-mêmes
On sent les hommes avides de tendresse et d’amour vrai , comme nous le sommes, nous les femmes , en grande majorité
Les hommes ont commencé à comprendre que pour être heureux dans son couple , il fallait savoir ouvrir son coeur. Bien ouvrir son coeur , évidemment , suppose de bien se servir de son sexe ( avec tendresse et respect ) . En amour , le coeur et le sexe sont étroitement liés
Sam 25 Fév 2012, 17:01 par Marhyna sur La vie à deux

Le sud et le nord



Le vent vint à souffler dans ses cheveux à l’odeur de cèdre,
Un petit air de printemps, dont le soleil caressait ses jambes si blanches.
Elle l’attendait depuis un petit moment..
Elle a pensé à lui toute la nuit
Et une insomnie s’en est installée, à sans cesse remuer sur "sa couche".
Il vient du nord et elle du sud.
Le feu, la glace.
Elle le fait craquer par son joli accent et cette petite lumière qui est toujours en elle.
A le bousculer dans sa façon de penser, un vrai petit cataclysme qui illumine sa vie
Lui qui paraît froid au premier abord, est toujours très sérieux
ce qui manque certainement à Mary.
Ce coté, "avoir les pieds sur terre" et pas dans les nuages.
Elle insouciante et riante à tout bout de champs
Il en est , il en est conquis...
Femme enfant, inconsciemment elle use de ses charmes
Mais seulement pour lui
Car son cœur ne bat que pour cet homme.
Et lui son cœur lui dicte de prendre "soin" d’elle
Il la trouve belle, généreuse, sensible, mais si fragile
Dans son jardin secret, il n’aura qu’elle et l’arrosera chaque matin
En inondant son corps et son âme de tendres caresses, à tout jamais.
Mar 15 Fév 2011, 18:34 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Le sud et le nord











Le vent vint à souffler dans ses cheveux à l’odeur de cèdre,
Un petit air de printemps, dont le soleil caressait ses jambes si blanches.
Elle l’attend depuis un petit moment...
Elle a pensé à lui toute la nuit
Et une insomnie s’en est installée, à sans cesse remuer sur "sa couche".
Il vient du nord et elle du sud.
Le feu, la glace.
Elle l’a fait craquer par son joli accent et cette petite lumière qui est toujours en elle.
A le bousculer dans sa façon de penser, un vrai petit cataclysme qui va illuminer sa vie.
Lui qui paraît froid au premier abord, est toujours très sérieux
ce qui manque certainement à Mary,
Ce coté, "avoir les pieds sur terre" et pas dans les nuages.
Elle insouciante et riant à tout bout de champs
Il en est , il en est conquis......
Femme enfant inconsciemment elle use de ses charmes
Mais seulement pour lui
Car son cœur ne bat que pour cet homme
Elle a la larme si facile.
Et lui son cœur lui dicte de prendre "soin" d’elle
Il la trouve belle, généreuse, sensible, mais si fragile
Dans son jardin secret, il n’aura qu’elle et l’arrosera chaque matin
En inondant son corps et son âme de tendres caresses, à tout jamais.


caressedesyeux
Ven 04 Fév 2011, 18:11 par caressedesyeux sur Histoires d'amour

Te seduire










L’encre de mes yeux sont si joliment cachés
Pour les deviner
Mais tu peux te retourner
Car un voile les recouvre.
Une envie de te séduire
De part une danse du ventre , j’apprendrai
Un fond de musique orientale
Tu te régales................
Je me "trémousse" comme je peux
Et tu n’as que yeux pour moi.
Sérieuse, et appliquée
J’ai très envie de "rigoler"
Mais tu es malgré tout
Et même si je ne te suis pas "tienne"
Tu aimerais que je le devienne.
Sur les paumes de mes mains tatouées
Tu me fais des baisers
Sans aller plus loin.
Repue d’avoir dansé
Tu m’offres un thé à la menthe
Que tu sais si bien préparer
De délices pâtisseries accompagnent
D’un breuvage si mentholé
Et quelques carrés de douceur chocolatées
Vont nous accompagner
Car je sais que tu les aime
Merveilleuse complicité
S’est instaurer entre nous

caressedesyeux
Sam 27 Fév 2010, 16:39 par caressedesyeux sur La séduction

SÉduire

L’encre de mes yeux sont si joliment cachés
Pour les deviner
Mais tu peux te retourner
Car un voile les recouvre.
Une envie de te séduire.
De part une danse du ventre, j’apprendrai
Un fond de musique oriental.
Tu te régales.
Je me" trémousse" comme je peux
Et tu n’as que yeux pour moi.
Sérieuse et appliquée,
J’ai très envie de rire.
Mais tu es malgré tout
Et même si je ne suis "pas tienne"
Tu aimerais que je le devienne.
Sur les paumes de mes mains tatouées,
Tu me fais des baisers
Sans aller plus loin.
Repue d’avoir dansé,
Tu m’offres un thé à la menthe
Que tu sais si bien préparé.
De délices, pâtisseries accompagnent
D’un breuvage si mentholé.
Quelques carrés de douceur chocolatées,
Vont nous accompagner
Car je sais que tu les aime.
Merveilleuse complicité amoureuse
S’est instaurer entre nous.

caressedesyeux
Jeu 25 Fév 2010, 16:39 par caressedesyeux sur La séduction

Jour de pluie sans parapluie..grève de la ratp..wagon bondé.

...Ce n’est jamais quand on croit être en état de séduction qu’on ....

(Je ne sais plus qui l’a dit:))
Jeu 29 Oct 2009, 11:16 par Asma sur Citations

Ses lèvres...

Elles étaient là,
à quelques centimètres de moi
Je n’ai pas pu résister
D’essayer de l’embrasser
Et voilà la fin d’un rêve
Il fallait que je le crève
Je le savais impossible
Presque inaccessible
Tu cherches la même chose que moi
L’étincelle qui te donnera la foi
Sauf que la mienne à son heure
N’est venue qu’à l’ouverture de ton coeur
Sur ta profondeur d’âme
Pour consumer ma flamme
Sachant que ce n’était pas le moment
J’ai avoué mes sentiments
...
Petite fille de douceur
J’avais sans doute trop peur
Pour te l’avouer avant
Moi qui suis un gouffre de sentiments
Une âme meurtrie
Qui n’osait pas te dire
Ou osait tenter
Quoique ce soit sans douter
Des années pour que cela murisse
Ironie du temps qui glisse
Et qui transforme en amitié
Celle que j’aurais souhaité aimer
...
Aimer m’est donc interdit
Mais je reste
Par ton visage, ton sourire
Que je n’ai pu conquérir
Et tes larmes désespérées
Que je n’aurais su sécher
Bonne nuit à celle qui dort déjà
Alors que moi, je me morfonds pour toi.

Loyd
Dim 27 Sep 2009, 04:57 par Loyd sur Histoires d'amour

L'île du Levant la bien nommée...

L’île du Levant


Comme disait Devos : « J’ai voulu voir la mer… » L’arrivée a eu lieu, en fin septembre au Lavandou. Occupation des lieux de location : Il faisait beau, il faisait chaud…la mer était belle, la vie serait plus belle aussi pendant ces trois semaines ! J’en oubliais ces vers de G. de Nerval qui me taraudent l’esprit trop souvent :
« L’Homme a un pied dans la tombe quand l’Espoir ne le soutient plus… »
En cette fin de samedi, organisation et installation habituelles, mais le dimanche matin, dés sept heures, sortie à la marche : Après quelques centaines de mètres, j’ai atteint le boulevard front de mer. J’ai repris rituellement mon périple habituel en direction du Port du Lavandou. Ce boulevard est plat, vivant car déjà parcouru par les Touristes, et surtout il jouxte les Plages et…la mer !
*
Dans le ‘beau-de-l’air’, j’ai retrouvé mes réminiscences habituelles :
« Homme libre, toujours tu chériras la mer… »
Et le ‘rein-beau’ :
« Elle est retrouvée – Quoi ? – l’Eternité – C’est la mer mêlée au soleil »
Et quand ça chatouille ‘vers-l’aine’ :
« Je ne sais pourquoi – mon esprit amer – d’une aile inquiète vole sur la mer…
mouette à l’essor mélancolique- Qui suit la vague et ma pensée… »
*
Ma promenade habituelle se prolonge après le port vers les rochers de saint Clair la crique d’Aiguebelle et retour. Ma sortie de l’après midi, à l’inverse m’amène vers le Port de Bormes les mimosas, puis la grande Plage, les premiers rochers du Cap Bénat et retour. Deux fois sept kilomètres par jour. Monotone ? Jamais… « La mer toujours renouvelée » les vagues, les bateaux, les touristes, les baigneurs, les…chiens et les oiseaux marins !
Matin et soir, en fin de parcours, je prends un petit bain de 15 à 20 minutes dans une eau à 24° de moyenne, avant de rentrer…
Au large, en direction du sud, il y a les Iles d’Or : l’Ile du Levant et celle de Port Cros paraissant bien prés ( Porquerolles elle, est cachée par le cap Bénat ) Cela m’a donné des idées, d’autant qu’à chacun de mes passages côté Port du Lavandou, sur la jetée, je côtoyais les vedettes qui assurent le service de ces Iles. Par curiosité, j’ai regardé le tableau d’affichage et les horaires des différentes rotations. Cela a conforté mes idées : D’abord l’Ile du Levant, avec un départ à 14h,arrivée à 14h30, et rembarquement à 18h30…4h à passer sur l’Ile que je connaissais déjà, c’était bien suffisant !

*

Et dés le mercredi, j’ai embarqué sur l’une de ces vedettes, chargée à ras bord de moutons bêlants…pardon de touristes bruyants ! Passant à l’avant, j’ai pu heureusement me retrouver assis sur un capot, sous le cockpit face à la proue. Les bancs devant moi étaient pleins et retentissaient de : « Ya, ya, ya » Allemands et peut-être en partie Hollandais ? Sur une mer calme, pailletée d’or, le ronron des gros moteurs diesels était presque une hérésie. Mais nous sommes vite arrivés au port d’Héliopolis quasiment désert à cette heure là…
A peine débarqués, j’ai pris le sentier de gauche qui amène côté nord, face à la côte. J’étais en short, tee-shirt, petit sac dans le dos, chaussures de course à pied et casquette blanche, vissée sur la tête, à cause du grand soleil.
Première rencontre, une grande pancarte : « Partie de l’Ile exclusivement réservée aux Naturistes » et pour mieux illustrer cette injonction, une énorme statue de pierre.
Pas de tête, ni de membres ; un dos normal, mais plus bas, une énorme paire de fesses, plus prés de la Vénus Hottentote que de la Callipyge !
Ce sentier, bien qu’étroit et caillouteux, épousant la forme des rochers, donc montant et descendant dans une garrigue fournie, ne soit pas désagréable à qui est entraîné à la marche à pied. De temps en temps, un petit embranchement donne accès vers la mer : des criques rocheuses uniquement, et allongés ou assis sur ces roches plus ou moins lisses, des grands singes nus…oh ! Pardon, des Naturistes, dont j’ai plaint les ventres et les postérieurs, reposant sur des surfaces aussi peu engageantes et brûlantes en sus !
Moi, j’attendais d’arriver à la grande crique de l’Avis pour me baigner un petit moment avant de reprendre mon périple autour de l’Ile, dans sa partie Civile, les trois quarts de sa surface étant occupée par la Marine Nationale …à un moment, je suis arrivé sur une partie pentue, des pierres plates y tenaient lieu d’escaliers, et…en haut, j’ai vu une paire de fesses en gros ( !) plan, bien réelles, celles-là : Des tongs sous les pieds, les fesses précitées qui tressautaient à chaque pas, un dos brûlé de soleil, et au-dessus du tout, un grand chapeau de paille d’Italie ou d’ailleurs…
Ah ! J’oubliais, elle tenait une grande serviette à la main. Entendant mes pas précipités, elle s’est tournée, fesses côté verdure pour me laisser passer, et…j’ai vu le côté pile : Lourds seins pendants, ventre ptosé, touffe coupée ras, naturisme oblige ! J’étais déjà à sa hauteur, et elle a dit :
- Passez donc Monsieur ! Courez vers votre Destin…
Elle avait de l’humour, cette Dame visiblement sexagénaire ( Comme…moi !) mais avec des rides plus visibles, puisque blanches sur un visage tanné, éclairé par un sourire mi-moqueur, mi-pincé…J’ai dit au passage :
- Pardon ! Je vais un peu vite…je veux me baigner à l’Avis, avant de continuer le sentier jusqu’au Port…
Elle m’a coupé la parole :
- Vous savez que c’est strictement Naturiste dans cette partie de l’Ile ? D’ailleurs vous auriez moins chaud…
A mon tour, déjà loin, j’ai crié :
- ‘A poils’, quand je cours ou quand je nage, çà me les coince !
D’encore plus loin, j’ai entendu nettement :
- ‘Pôvre con’ !
Arrivé à la crique de l’Avis, sur les grandes plaques de ciment lisse, il y avait déjà toute une brochette de Naturistes que j’ai contournés, ignorant de nombreux regards réprobateurs…un peu plus loin, je savais trouver une crique plus petite, et chance : il n’y avait personne. Pierres et rochers, il fallait faire avec. Je me suis ‘dépoilé’, puis j’ai souffert des pieds sur ces petits rochers pointus, avant de trouver une eau assez profonde pour nager. J’étais bien, j’avais eu si chaud…
J’ai nagé longtemps et c’est d’un peu loin que j’ai vu arriver un groupe familial : Grand-Père, Grand-Mère, Fille et Petite Fille, sans doute ?
Tous ‘à poils’ bien sûr, sauf la petite qui n’en avait pas encore ! Grand-Papa, à peu prés de mon âge, mais ventripotent, l’air réjoui, m’a rejoint en nageant, vite disert et bavard :
- ‘Elle’ est bonne, hein ! Depuis vingt cinq ans nous venons ici en famille. Notre petite maisonnette est à peine à cinq cent mètres d’ici…
Et patati, et patata !
Quand je me suis rapproché du bord, ces Dames pas gênées, jouaient avec la Petite, lui cherchant des galets ronds et plats pour lancer en ricochets. J’arrivais en nageant jusqu’au plus prés du bord à cause des pointes de rochers sous l’eau.
Elles me tournaient le dos, se baissant et se relevant, tour à tour. Comment mes yeux ne se seraient pas appesantis sur le spectacle : Grand-Maman, ‘moule’ à l’ancienne…et ma pensée a été
- Bof !
Mais pour ce qui était de la jeune Femme, la quarantaine, peut-être ? Il n’en a pas été de même…Sa ‘fourrure’ bien taillée, laissait visible, une ‘fente’ appétissante, qui m’a fait saliver…
En bon ‘Pied-noir’, j’ai pensé :
- Bon sang ! Dans cette position, je lui en mettrai bien une ‘giclée’…et même deux, sans sortir…depuis le temps que Popaul n’a pas été à pareille fête !
Mais ma pensée suivante a été :
- Arrêtes de fantasmer…ce n’est pas du ‘millet’ pour ton ‘canari’ !

Furtivement, j’ai vu aussi le petit ‘minou’ fendu et dénudé de la gamine. Gêné, mes yeux se sont alors fixés, volontairement, au centre…sur la Maman ! Mains en appui sur le fond, je suis arrivé presque sous son ‘poster’…en me disant :
- ‘Putain’ ! C’est beau quand même…
Elle s’est tournée vers moi : le soleil dorait ses cheveux châtains, et son visage était aussi bronzé que…le ‘reste’ ! Sa bouche pulpeuse s’ouvrait sur des dents très blanches : elle me souriait !
Comme le Papy précédemment, la Mamy m’a dit, elle aussi :
- Elle est bonne, hein !
Et j’ai répondu, faisant un lapsus involontaire :
-Oui, elle est ‘magnifique’ !

J’allais sortir de l’eau, quand j’ai réalisé que j’étais en érection … Que faire ?
Je me suis éloigné un peu, l’air faussement intéressé, par la recherche d’une rive plus accueillante…Assez vite la honte aidant, j’ai retrouvé un appendice caudal, presque normal, et je suis sorti, me rhabillant très vite sous les yeux réprobateurs de ces Dames et de Grand-Papa qui m’avait suivi…Aussi, j’ai vite filé sans demander mon reste !

*

A nouveau le sentier : qui monte et serpente, jouxtant assez vite le grillage de séparation avec la partie militaire de l’Ile. Les arbousiers qui bordaient les côtés regorgeaient de baies bien mûres : Je me suis régalé de fruits, encore plus de souvenirs ( Arbousiers d’Algérie – Et Yoyo, ma tendre amie !) Je suis vite arrivé au village, peu occupé à cette période de l’année. Maisons, hôtels, commerces, tous nichés dans la verdure, mais les volets fermés…

Aux terrasses des deux cafés ouverts, qui se font face, des Touristes. De belles Gretchens reconnues aux classiques : « Ya, ya, ya » le torse nu comme il se doit, et la plupart en strings !
Les serveurs étaient habillés, eux, et çà c’était nouveau ! En tout cas, le spectacle m’a fait adopter un ton égrillard pour l’envoi de mes cartes postales…

Ensuite je suis redescendu vers le Port, et j’ai croisé un ‘Spectre’ : une vieille Dame décatie, flageolante dans la montée, mais bien dans la lignée et l’esprit naturiste … Pitié ! Je n’en dirai pas plus !
Sur le Port, côté sud, il y a une grille ouverte une partie de l’année, et cette pancarte :
« Domaine Maritime. Plage ouverte de juin jusqu’en septembre. Non surveillée. Naturisme toléré » et côté Nord, celui du « Naturisme only »
J’ai repéré une longue jetée non occupée par les bateaux, mais par trois Grâces qui s’y étaient alignées sur leurs serviettes, nez vers la mer et fesses en l’air, côté Port…Je m’y suis bien sûr dirigé !

Il me restait moins d’une heure avant le rembarquement, j’avais chaud et je voulais me retremper…Du Port, il m’a fallu monter quelques marches. J’ai soudain émergé en perspective arrière sur ces grâces qui étaient plutôt des grasses…
Pour celle du milieu dont les fesses n’avaient rien à envier à la statue de pierre, symbole de l’entrée au Zoo, ma pensée a été :
- Oh ! ‘Calcutta’…
Ses jambes étaient très écartées, sans doute à cause des plis et replis entourant une ‘bouche’ édentée, aux lèvres africaines qui ont semblé sourire à ma pensée :
- Berk !
Mais déjà mes yeux, tels ceux des caméléons, biglaient entre les fesses de gauche et celles de droite. Blonde à gauche, Brune à droite : ‘barbus’ bien taillés, ‘tire-lire’ apparentes… Ma pensée vagabondait toujours à pleine vitesse :
- Am-stram-gram, pic et pic, et colle gram…
Et comme disait Nerval : « Sois Brune ou Blonde – le Dieu du Monde –C’est le plaisir … »

Je les dépassais déjà, mais mon ‘Brigadier’, qui lui, aurait bien frappé les trois coups d’une pièce de théâtre, ancienne comme le Monde ou Adam et Eve jouaient les premiers rôles. Ouais ! Ce n’est pas avec une pomme qu’elle l’a l’Adam, mais bien avec ce que je venais de voir !
Mon ‘bâton de feu’, donc, a mis du temps pour reprendre une forme décente. Heureusement que j’étais habillé, moi !

La Blonde de gauche, à mon passage, s’est soulevée sur les avant-bras, redonnant forme à ses grosses ‘doudounes’ et elle m’a jeté un regard furtif, sans aménité. Une fraction de seconde nos yeux se sont croisés : Elle a fixé mon visage buriné, et s’est instantanément détournée, dédaigneusement !

J’ai avancé encore de quelques mètres. J’avais repéré des rochers lisses, propices à un plongeon sans problème dans la mer. J’étais côté Naturiste : Je me suis donc à nouveau dépoilé. Je sentais sur moi, les yeux furtifs et hypocrites de ces trois Gorgones qui devaient penser :
-Encore un ‘Q’…blanc de touriste !
Pour plonger, j’ai du me tourner vers elles, en partie…et comme l’a chanté Brassens :
« La Bandaison, Papa, çà ne se commande pas ! »

Mes idées folles au vu du spectacle précité avaient gonflé un certain corps caverneux, et j’ai vu nettement leurs yeux loucher sur cette flèche aux dimensions surfaites pour un. Vieil ‘Eros déplumé’ ?
L’une des trois, la Blonde je crois, a dit, je ne sais quoi, à voix haute, et elles se sont esclaffées bruyamment toutes les trois !

Vexé, furieux, j’ai plongé et nagé vigoureusement, pensant :
- Pauvres ‘conasses’…il fut un temps ou vous ne m’auriez pas fait tant d’effet !
J’ai pensé ensuite à la chanson de Brel :
« Chez ces gens là, Monsieur – On ne se regarde pas Monsieur… »
Peut-être, mais en tout cas : On s’épie… les anatomies !
Ce second bain, je l’ai apprécié encore plus que le premier. En nageant, je me suis approché des rochers Nord, encore garnis de ‘singes nus’, et… j’ai levé le nez quasiment sous un couple, debout sur un rocher. L’espace blanc des maillots manquants prouvait que c’était des touristes de passage, tout comme moi.

Mes yeux se sont vrillés sur la Dame : une Blonde Walkyrie aux formes harmonieuses, du type Vénus de Milo, auxquelles je suis plus sensible qu’au genre des trois précédentes, du type Odalisques de harems, à posters plantureux, comme ces « Femmes d’Alger » peintes par Delacroix…
J’ai envié le Tristan de cette Iseut, revoyant en fulgurance la Blonde Ophélie de ma jeunesse, et plus récemment, ma ‘Poupée Barbie’ de Pampelone et autres lieux…Me disant que pour ces spectacles là, j’étais désormais bien ‘Mal armé’, en me remémorant Brise Marine :
« La chair est triste, hélas ! »

Même, si moi, je n’ai pas lu tous les livres…

« Fuir ! La bas, fuir… »

Vers ces oiseaux, ivres d’espace et de liberté…

De retour vers le môle de départ ou gisaient ma serviette et mes habits, je me suis hissé sur le quai : Les trois Bronzées, auréolées par le soleil couchant levaient le camp. Les observant à mon tour, je me suis dit à voix basse :
- Quel dommage, Mesdames, que votre ami Phoebus vous donne cette belle couleur sans pour autant fondre votre cellulite, comme le beurre dans une poêle à frire !
Mon regard s’est-il fait par trop insistant sur votre pubis, Madame la Blonde ? Vous avez eu un petit sourire satisfait et moqueur…J’ai deviné votre pensée :
- çà te fait saliver, hein ! Vieux Schnock, mais tu peux toujours aller te rhabiller…
Ce que j’ai d’ailleurs fait, illico !

Un peu plus tard, quand le bateau virant sur son aire a quitté le Port, mes pensées étaient plus à un Adieu qu’à un au revoir pour ce berceau du Naturisme, qui n’est bien sûr pas Cythère, mais est très frustrant pour un vieux mâle solitaire…
Je n’ai rien contre cette pratique, et cette Ile peut être un Paradis pour un Couple en parfaite harmonie !

F I N
Ven 31 Août 2007, 13:57 par jan goure sur Un monde parfait

Désirs

Je te croise et désire
Ton corps abandonné
Sous mes chairs enflammées
recherchant le plaisir

Ton regard me devine
Ton odeur me
Me grise, m’humidifie
Accepte que je dessine..

Pour un soir un instant
Mon envie et ma faim
Sur ton corps et tes mains
Deviens mon fier amant

Mélons-nous secrètement
Laissons nous vivre entiers
Je me livre sincèrement
Et attends tes baisers.
Sam 14 Juil 2007, 18:50 par jatea sur Les liaisons sulfureuses

Plus cruelle que religieuse

Plus cruelle que religieuse

Le regard insondable, l’œillade délavé,
Elle semble dévisager, apparence trompeuse !
Réputer à la domination envoûteuse,
Elle a tout pour plaire, le pouvoir, notre destinée.

Grande prêtresse, elle joute de sa langue acérée,
Agressive, perfide, parfois même capricieuse !
Sous ses airs galants et de grande aguicheuse,
Elle recule devant rien, devant aucun péché.

Sort le grand jeu quand elle est en difficulté,
Déploie ses arguments devient délicieuse !
Veut avoir le dernier mot, en devenir odieuse.
Fascine, reste un mystère aux griffes aiguisées.

Fait perdre littéralement la tête aux guidés,
Ne se refuse aucun plaisir, se veut soyeuse !
Courtise aussi sans être la plus scrupuleuse,
Se délecte d’avance, pour ne pas être acculée.

Quand on n’a pas les mêmes points de vues, les mêmes idées,
Qu’on lui refuse ses ouvertures voluptueuses,
Elle devient alors plus cruelle que religieuse !
Ce qui mon cas, faut être fort ,plus rusé…

Vers à soi
Jeu 16 Fév 2006, 11:10 par vers à soi sur Les liaisons sulfureuses

Autour de l'Amour

A Anne, ma muse.

De tout ce que j’ai écrit sur les âmes tendres, ce texte sera peut être la conclusion d’un long cheminement à la fois sentimental et philosophique. Ce n’est ni une recette, ni un petit manuel à l’usage des gens qui aiment, même si je le range dans la rubrique du grimoire d’Amour.

Après des années d’errance, j’ai revécu la révélation amoureuse. Quelque chose de grand, de beau avec une personne que je désirais vraiment. Cette histoire, pour des raisons complètement inexplicables s’est terminée de la même façon qu’elle avait commencer : passionnément et d’un commun accord. Les chaudes larmes et les sanglots étouffés n’ont pas eu ce goût amer et triste qui les accompagne d’ordinaire et je fus surpris de constater que ma petite boule d’amour était toujours là, malgré la séparation avec cette personne. J’ai aimé, dans ce sens absolu que nous recherchons tous. Certains éprouvent leur foi en interrogeant Dieu, imaginez ce qui leur arrivent quand ils ont cette conviction intime et inaliénable de l’avoir rencontré …

Cette révélation me conduit à désirer vous entretenir de choses que j’estime importantes sur l’Amour. Je désire ardemment que mon expérience permettent à d’autres de trouver la félicité amoureuse, à tout le moins d’avoir des éléments de recherche. Non pas que je détienne la vérité, elle est propre à chacun, mais j’aime à croire que des observations que l’on sent comme justes et profondes doivent être offertes de bon cœur. Je souhaite vraiment que ces observations pourront être utilisées à bon escient pour qui cherche aussi sa Voie dans celle du cœur.

Je voudrais vous assurer de ma bonne foi et du plaisir sincère que je prend à vous donner simplement ce que j’ai de plus précieux. Acceptez ces lignes comme vous accepteriez le sourire de quelqu’un qui ne vous déplait pas. Je crois que pour puiser une inspiration, il faut être ouvert et souriant, et mettre de coté du moins pendant la lecture, ce naturel fermé qui nous conduit au désaccord et à l’obturation de l’esprit.

C’est ce matin lors d’une pause café, que me vint l’envie de tout vous dire en répondant à ma mesure par ces lignes : on nous apprend depuis le plus jeune age, des tas de choses utiles à la vie, mais on ne nous apprend pas à aimer. On ne nous explique pas comment comprendre ce que l’on ressent, ni ou chercher, ni pourquoi. Les sciences, l’économie, l’histoire, les lettres sont certes utiles à notre évolution dans la société, mais contribuent elles à notre épanouissement amoureux : non, enfin, pas directement appliquées. En cherchant à la source supposée de l’amour, peut on aussi considérer que notre modèle est celui de nos parents que l’on cherche à reproduire ? Oui, en partie. Je pense qu’il faut le savoir, l’accepter et le dépasser. Il en va de même pour les autres lieux communs amoureux classiques : l’homme cherche l’image de sa mère en sa compagne, et la femme cherche l’image de son père dans son compagnon, etc. Ca ne coûte rien d’accepter ces assertions, aussi sûrement que les refuser ne peut qu’apporter une lutte intérieure stérile, nuisant de façon certaine à l’épanouissement amoureux. Je le répète : il faut le savoir, l’accepter et le dépasser. Pourtant, cela ne suffit pas pour naviguer assurément dans les tourments des sens, je veux dire par là vivre l’amour et se voir le vivre jusque dans son paroxysme : le comprendre.

Ne pas chercher une personne, mais chercher l’Amour est une nuance fondamentale dont il faut être intimement imprégné. Par là, il faudra peut être multiplier les aventures, du moment qu’elles sont vécues avec sincérité et en pleine connaissance de cause de leur objet : est ce toi ? La quête commence alors, tel le vol erratique d’une guêpe qui cherche la source dégageant ces effluves qui l’attire. Mais alors, comment voler juste, comment voler droit ?

Ce n’est que bon sens que de lire des ouvrages nous permettant d’acquérir la connaissance sur un sujet précis qui nous intéresse et l’Amour n’échappe pas non plus à ce conseil. Ici, je distinguerai les ouvrages dans lesquels il faut se pencher, et ceux qu’il vaut mieux éviter, de la même façon qu’ une mauvaise fréquentation peut laisser de mauvaises habitudes, et que la rencontre d’une grande âme nous communique de la lumière. Parmi les livres que j’estime intéressant pour la réalisation de l’Amour il en est pour nourrir l’âme et la polir tel que Le tao te king de lao tseu ou Le Petit Prince de Saint Exupery. Ces livres révèlent des choses qui ont cet immense avantage d’être à la fois justes et jolies. Je considère pour ma part le Petit Prince comme la Bible du cœur, et le tao te king comme la Bible de la sagesse.

« Mon individualisme » de Soseki, m’a pour son approche saine de l’épanouissement personnel, résumé en ces propos : « il faut s’essayer, n’avoir de cesse de vivre les situations. Lorsqu’on aura trouvé quelque chose qui nous convient, on s’arrêtera naturellement. » Vous voyez déjà en ces lignes comment un tel ouvrage peut contribuer à l’équilibre personnel dans la Voie de l’Amour.

Le choc amoureux de Francesco Alberoni, révèle des chose intéressantes, mais je ne suis pas certains que la systématisation apportée soit la bonne approche pour quelqu’un qui cherche à faire ses pas par soit même. Je ne l’ai d’ailleurs pas fini, m’étant arrêté au point de vue intéressant qu’un couple était une société qui se construit à deux.

Eloge de la fuite de Henri Laborit, possède l’immense faculté de bien remettre les choses à leur place. L’homme, cette machine chimique, voilà quelque chose qui fait froid, qui peut même emplir de profonde tristesse. Et pourtant. Lorsqu’on connaît la vérité nue on peut alors choisir de rêver, ce qui est nettement moins dommageable que de se bercer d’illusions par simple manque de connaissances.

Je finis ici la liste des livres dans lesquels chercher des bons repères pour son âme. Je ne les vois pas comme des manuels de bonne conduite, mais des outils de mesure. Il me semble que ce qui sera le plus important pour une relation de qualité, c’est une bonne connaissance de soi dépassant les simples faits de savoir ce qu’on aime ou qu’on aime pas. Comment réagissons nous, quelles sont nos faiblesses, nos peurs, nos envies, nos valeurs. Alors même sans avoir la prétention de pouvoir déceler tout ça avec précision, la seule démarche de se poser ces questions est déjà un gage de beauté.

« Connais toi toi même » l’un des préceptes des colonnes delphiques trouve aussi son pendant dans les courants de pensés asiatiques, il doit bien y avoir du vrai. Et je suis a peu prés sur , compte tenu sa teneur, que ce principe se retrouve dans d’autres philosophies. Par extension, savoir ce que l’on veut, savoir écouter son ressenti, bien se connaître et s’aimer sont des valeurs à éprouver pour forger son âme.

Ceci pour clore le chapitre des valeurs, je finirais par quelque chose de sacré à mes yeux : ne pas se complaire dans la tristesse, ne pas confondre le beau et le triste. Le sentiment éprouvé par la mélancolie, par la nostalgie est si rapidement et facilement ressenti que cette faiblesse en devient délicieuse, addicitive. Mais qu’apporte-t-elle ? Rien, si ce n’est qu’à ce moment notre ego se sent vivre, peut être parce que éprouver de la joie et du plaisir est moins évident. Les chansons tristes, les drames, les visites dans les histoires passées ne sont pas à éviter, mais ce sont des fleurs dont le parfum enivre et paralyse. Je sais des fleurs dont le parfum vous grise, elles sont simplement plus difficiles à voir.

La formidable histoire que j’ai citée plus haut, et qui je dois bien l’avouer possède tellement de force qu’elle me guide dans ces lignes pose une équation qui arrive bien souvent mais que l’on n’entrevoit pas forcément. Attirance ou sentiments ?

Il est aussi utile de les distinguer sémantiquement que de ne pas confondre émotionnellement. On commence nécessairement par se plaire, quelles que soient les raisons. Si la première raison de se plaire est physique et comportementale, la plus forte, la plus durable, est l’esprit. Sur la base de ce constat là, on comprend aisément le ressort d’Internet dans la concrétisation de relations amoureuses. Je dois dire que ce sont d’ailleurs les plus belles et les plus fortes relations que je n’ai jamais vécu. Mais alors, les sentiments, comment sait on qu’ils sont là ? Quand dépouillé de tout désir tu regardes l’autre et que cela apparaît comme une évidence. Le temps requis pour éprouver les sentiments au delà de l’attirance est dévolu à chacun. Certains aiment intensément et immédiatement, d’autres ont besoin de plus de temps. Là encore, se connaître soi même permet d’éviter bien des erreurs …

Enfin construire à deux, voilà la dernière idée que je veux partager avec vous. Le couple stagne s’il ne se nourrit que du plaisir d’être ensemble, les sensations s’émoussent, la relation est en péril. Que ce soit un enfant, une entreprise, l’aménagement d’un appartement, ou l’organisation de voyage, il me semble important que le fruit de l’alliance amoureuse soit présent. Ce n’est pas tant un objectif à se fixer, mais quelque chose à observer. Je veux dire par là que constater que les deux ont envie de faire des choses, que ces choses sont un plaisir commun et partageable et que ces choses se font concrètement, alors on doit être sur le bon chemin.

Voilà pour les fondations les plus importantes de l’Amour qui me viennent à l’esprit. Je ne pense pas qu’il me faille rajouter grand chose en plus de ces lignes dans un désir vain et prétentieux d’exhaustivité. Je souhaite que mes réflexions nourrissent les votres aussi sûrement que les personnes que j’ai aimé, les livres dans lesquels je me suis plongé, et les discussions que j’ai pu partager, dont certaines avec vous qui me lisez, ont pu nourrir les miennes.

PetitPrince.
Jeu 05 Jan 2006, 14:23 par PetitPrince sur Le grimoire d'amour

Lieu de perdition

Te voila mon amour....
Je ai rêvé de ce moment toute la journée.
Pouvoir enfin te serrer dans mes bras etr plonger ma tête dans mon cou où le reste du monde n’a plus de valeur. Me noyer dans les vapeurs de ton parfum, et parcourir ta peau si douce qu’elle me fait dire encore...
Nous revoilà seuls au monde, entre tes bras, entre tes mains plus rien ne compte que ta douceur qui me fait chavirer vers des horizons extrêmes de plaisirs et bien être. Là, enfin, j’existe!
Brûlant de désir, de te voir, de te redécouvrir comme chaque soir, je parcours ton corps, tantôt carressant, tantôt déshabillant. Pour pouvoir à nouveau toucher cette douceur de pétale dont tu es faites. Je ne veux que te combler de tendresse, te courvrir de caresses, te redessiner de mes mains toutes tremblantes rien que dans l’espoir de pouvoir à nouveau te donner tout ce que je serais capable d’inventer pour ton bonheur!
Nue , enfin! Le plus simple costume mais celui qui me le plus. L’observer est un supplice si je ne puis le parcourir... Chercher une pause, un moment de ralentit ou je peux oublier qui je suis pour me sentir à toi... Ton ventre, doux et chaud, où je viens poser ma tête. ecouter ton coeur qui bat, tes mains caressant mes cheveux... Je me calme un instant sachant ton corps présent et offert tout que comme je me donne à toi. D’un côté, ton visage où je peux litre enfin confiance et repos, puis ton cou, refuge de tout momment et enfin tes seins, courbes irrationnelles, où l’exquis toucher viens se mêler au désir de les gouter. De l’autre, tes petits pieds, tes jambes fuselées qui ne demandent qu’à les remonter pour arriver à ton triangle d’or où je me perds...
Tu es mon lieu de perdition...
Tout en étant ma raison...
D’être...
Dim 09 Oct 2005, 01:01 par Loyd sur Les liaisons sulfureuses

Désir charnel

Désir charnel, ce désir qui se fait "désiré" retenir son envie afin
qu’elle soit plus intense au moment
où les partages des corps se feront...inexorablement
Ce désir de vouloir, à la fois désirer et être désiré .
Cette sensation unique et sublime qui fait, que plus rien n’a
d’importance autour de nous, seules les sensations que nous
procurent notre corps nous guident vers l’Autre
Savoir faire comprendre à l’Autre que l’on est , que l’on a envie
de partager ce désir.
Jeu 22 Sep 2005, 22:01 par Satine sur Parler d'amour

Pardon...

Je t’ai voulu, pour l’oublier.
Je l’ai attendu, tu l’as devancé.

Je t’ai , par déraison.
Tu m’as dit "oui", sans condition.

Je ne t’ai aimé qu’avec mon corps,
j’ai longtemps cru, que tu étais d’accord.

Je ne t’ai pas donné la clef de mon coeur,
je ne vais pas nier que je rêvais d’ailleurs...

Je t’ai menti, par omission,
je n’ai rien dit de son prénom.

Je ne t’ai pas promis de tendres liens,
mais dans ta tête, tu te faisais mien...

Par repentir, je dois te quitter.
Faut pas souffrir, faut pas m’aimer!
Mer 17 Août 2005, 09:15 par syolann sur Parler d'amour
Page 1 sur 3 Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Ecrire sur séduit

Ecrire sur séduit Voyage oriental, Les hommes aussi veulent de la tendresse, Le sud et le nord, Le sud et le nord, Te seduire, SÉduire, Jour de pluie sans parapluie..grève de la ratp..wagon bondé., Ses lèvres..., L'île du Levant la bien nommée..., Désirs, Plus cruelle que religieuse, Autour de l'Amour, Lieu de perdition, Désir charnel, Pardon...,
Il y a 34 textes utilisant le mot séduit. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

La femme amoureuse est audacieuse sans le savoir.

Jean-Paul Richter.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017, 16:46
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 27 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 26 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : MSN
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite