Tb !

Voila un texte qui me plait bien !
L’écoute apporte énormément,
autant à soi-même qu’à l’autre.
Ven 04 Oct 2013, 09:55 par AlainX sur Articles

Écouter c'est...

L’écoute est un bon moyen d’aimer. L’écoute est un bon moyen de bien juger. Nous jugeons tous mais pouvons-nous écouter pour mieux juger? Souvent, les gens écoutent seulement pour répondre, pour démontrer leur point de vue. Mais peut-on donner un bon point de vue sans écouter vraiment attentivement? Le jour où j’ai connu l’écoute, le vrai, j’ai été séduite, conquise face aux biens faits sur ma vie et sur mon amour-propre. Je me suis vraiment sentie aimé pour une des premières fois lors qu’enfin, quelqu’un a prit le temps de m’écouter, de s’intéresser à moi. Depuis, j’écoute attentivement. Ce fut l’effet de donner au suivant.

L’écoute m’a transformé positivement car la personne qui m’en a fait cadeau m’a fait ressentir importante et belle. Elle m’a fait prendre conscience que l’écoute permet de s’entendre parler, oui, s’entendre parler. Lorsque le discours est libre, nous avons l’occasion de nous entendre nous-même et souvent, dans ce processus, nous découvrons des solutions pour soi-même; nous faisons des prises de conscience. Des vérités se révèlent. Aussi, quand une personne écoute et prend le temps de découvrir l’ensemble de ce que l’autre vie, elle peut mieux non seulement comprendre mais aussi guider. Pour moi, l’écoute est l’une des plus belles preuves d’amour. Écouter, c’est faire attention à la réalité de l’autre...

Les relations les plus belles sont celles où l’échange est mutuel, où chacun à son temps pour se dire, parler, se raconter. Aussi, l’écoute permet d’observer la vie. De la voir telle qu’elle est. L’écoute est une forme d’observation, qui permet de mieux voir la réalité qui nous entoure. Se retrouver dans un groupe et écouter, observer, c’est là le moyen de bien connaître les autres et de profiter de leurs expériences pour notre propre vie.

Pour écouter, nous avons besoin d’être dépourvu de jugement rapide, pourvu d’attention sur l’autre et non sur ce que l’on se dit par rapport à ce que l’autre dit. Être attentif, c’est de s’oublier un moment, de faire fi de notre discours intérieur pour mieux entendre l’autre. Écouter est difficile, c’est une façon de faire qui demande de l’effort. Écouter c’est aussi parfois faire répéter car il est difficile de se détacher de notre discours intérieur. Celui qui parle ne sera jamais vexé si vous prenez le temps d’admettre que vous avez perdu un moment d’attention, d’écoute. Il saura que malgré votre distraction, votre désir est tout de même de l’écouter.

Écouter guéri les gens... Pour l’avoir fait si souvent, je le sais viscéralement. Je ne peux plus retourner en arrière et tenter de convaincre les gens sans prendre le temps de les écouter. Beaucoup vivent des difficultés face au fait que les gens peuvent se plaindre de leur vie. Mais tous avons besoin de moments d’écoute, qu’importe le contenu du discours. Écouter donne aussi de la crédibilité. Quand on écoute, on sait mieux ce que l’autre peut vivre; alors si un jour celui que vous écoutez vous demande votre avis, vous serez certainement de bon conseil puisque vous connaissez l’ensemble de l’histoire de sa vie ou de ce qu’il vit à ce moment même. Votre jugement sera porteur de connaissances face à leur vie.

Parfois, je peux passer des heures à écouter et j’apprends beaucoup.

L’écoute est un cadeau, pour soi-même et pour l’autre. Il rend intelligent par la compréhension de ce que l’autre vie. Écouter est plus puissant que parler et donne davantage de l’influence sur les autres.

Écouter, c’est aimer et rencontrer l’autre dans ce qu’il vit et c’est un bonbon délicieux de se sentir entendu.
Lun 16 Sep 2013, 00:40 par Peacefulminding sur Articles

L'amour c'est...

Qu’est-ce que l’amour?

Aimer est un mélange de l’ego et du don. Donner de l’amour mais pourquoi? Pour le recevoir? Pour assouvir nos besoins propres? Il est dit, dans la définition de l’amour dans Wikipedia, qu’il existe l’amour égoïste qui est de prendre ainsi que l’amour de Dieu, celui inconditionnel qui lui a pour but de donner. Aimer peut être aussi d’aimer des friandises ainsi que des choses.

Alors nous aimons nos enfants, notre conjoint, notre famille, nos ami(e)s et aussi nous aimons les choses. Les êtres humains ont une grande tendance à l’amour pour s’approprier en retour une compensation. On aime les friandises parce qu’elles nous rapportent une sensation de plaisir... c’est donc un acte d’ego.

L’amour de Dieu lui est altruiste. Il est grand et transforme les gens. D’aimer avec un amour détaché, pourvu d’écoute, d’empathie, de compassion qui s’en résume à l’altruisme est une source de chaleur infinie.

Aussi, il y a une différence entre aimer quelqu’un et aimer ce qu’il fait de sa vie ou ce qu’il fait aux autres. Il est possible d’aimer même ceux et celles qui nous blessent, car dans les faits, nous avons le droit de ne pas aimer ce qu’ils font mais nous avons aussi le droit de les aimer indépendamment de leurs actions. Et aimer inconditionnellement ne veut pas nécessairement dire d’aimer à proximité; il est possible d’aimer de loin...

Ce genre d’amour engendre la possibilité du pardon, ce pardon qui nous libère nous-même. Tous avons nos forces et faiblesses. Souvent, nos actions sont maladroites mais nos intentions elles, sont bonnes. Nous pouvons donc aimer sans aimer les actes des autres... Ce qui s’appelle l’amour inconditionnel.

L’amour, celui du don, s’apprend... Ce n’est pas inné sauf pour ceux et celles qui l’ont reçu étant jeune. Il se doit d’être compris, assimilé pour mieux le donner. Il y a de multiples approches pour aimer sans condition. Il est possible de s’éduquer.

C’est souvent aussi dans la souffrance que l’on apprend à vraiment aimer... Car ceux qui souffrent et qui continuent d’avoir la foi comprennent que seul l’amour importe à la toute fin. Aimer les choses donne du plaisir momentané mais aimer les gens, les proches, les démunis comme les nantis donnent au bout du compte un sentiment qui croisse avec le temps. L’amour est une grande source de bonheur...

Si l’ego aime, c’est pour en retirer quelque chose. Si le cœur par la foi aime, c’est un don de propagande qui allège la vie, qui la rend plus belle. Rien de plus beau et d’apaisant de recevoir un amour inconditionnel... Rien n’est plus beau que l’amour altruiste, rien.

La différence entre la passion et l’amour

La passion est d’ordre de l’ego aussi. Car lorsque nous sommes en amour avec une autre personne et que l’on vit la passion, c’est dans les fait, tomber en amour avec notre état d’être, d’aimer la sensation qui nous habite; car comment vraiment aimer l’autre personne si dans les faits, nous ignorons qui elle est? Nous tombons en amour avec l’illusion que l’on se fait de l’autre lorsque la passion existe dans une relation, rien de plus.

La passion, ceux et celles qui la recherche, fait preuve dans les faits, d’un manque d’amour de soi. Celui qui s’aime vraiment est beaucoup moins propice à tomber dans l’illusion de la passion. Généralement, ceux et celles qui s’aiment vraiment sont ceux et celles qui ont reçu un amour inconditionnel dès les premiers moments de leur vie. Il est possible de vivre l’amour propre même si l’enfance fut dépourvu de l’amour du don. Pour ça, il suffit d’y travailler et de comprendre que de s’aimer soi-même permet de le redonner... Pour ceux qui ont la foi en Dieu, ça l’aide aussi pour l’amour-propre; car Dieu nous aime inconditionnellement et nous pardonne. Pourquoi donc ne pas s’aimer soi-même et se pardonner si lui le fait pour nous?

La passion, nous la recherchons, nous les gens en manque d’amour, surtout en manque d’amour-propre. Mais la passion de dure pas... Car au fil du temps, l’illusion que l’on se fait de l’autre personne et surtout de ce qu’elle peut nous rapporter, se dissipe. On fini par voir chez l’autre les failles et l’illusion tombe; c’est pourquoi, après un certain temps, la passion s’effrite. La passion n’est donc pas de l’amour...

Les couples qui perdurent dans une relation développent souvent l’amour du don aussi. C’est en recherchant le bonheur des deux parties que se développe la complicité, la confiance, le désir de faire plaisir. La flamme de l’amour peut perdurer, à condition d’aimer sans condition aussi.

Voici donc un bref résumé de ce que je pense de l’amour. Je pense l’avoir reçu cet amour inconditionnel dans ma vie; je suis entourée d’amour présentement et il me fortifie. Sans cet amour, ma vie n’aurait pas de sens. Merci à ceux qui m’aiment inconditionnellement; vous êtes ma force et ma joie.
Lun 16 Sep 2013, 00:37 par Peacefulminding sur Articles

Haïkus

Salut à vous tous. ange
connaissez-vous les Haïkus ? ceux-ci, sont des petits poèmes courts japonais en 5/7/5 syllabes ( ce n’est pas une règle absolue )...Il s’agit de petits poèmes extrêmement bref visant à dire l’évanescence des choses...et j’ajouterai aussi sur les sentiments et les êtres...le but de ce sujet et de publier les haïkus de divers auteurs et de...soi-même...de mieux les faire connaïtre et de créer entre nous, pourquoi pas, de belles conversations...je commence par Basho qui fut l’un des premiers instigateurs de cette forme de poésie...

"Dans la vieille mare,
une grenouille saute,
le bruit de l’eau."
Basho.
Jeu 11 Avril 2013, 20:07 par gérémi sur Citations

Chaos

un nouveau lundi se lève, sous le grisou d’octobre ..

y’a du gris dans le ciel, du gris dans la vie, du gris dans les coeurs ..

mais pas du gris pastel, non, un gris acier tout froid.

Et puis on se dit que c’est pas ou plus la peine, que rien n’est assez fiable pour qu’on y croit encore ..

on attend, c’est inexorable, un miracle ou n’importe quoi qui y ressemblerait..

on se pose la question de savoir ce qui est important, et on regarde son relevé bancaire ...

à découvert ? on s’en fout, on est habitué ..

on regarde alors son le contenu du frigidaire : pas grand chose d’appétissant, on s’en fout aussi, il manque justement l’appétit pour le remplir à nouveau ..

et puis on regarde derrière, et on détourne vite le regard, la boite à souvenirs n’est pas encore suffisamment rangée ..

on jette un oeil en avant, et ça fait peur, tout ce vide qui nous attend :

tous ces soirs à s’endormir seuls, ces matins à s’éveiller seuls, ces ptitdèj’ en face en face avec soi-même, cette douche où machinalement on se lave seul, nos pas que personne n’accompagne plus, nos mains qui ne savent plus la douceur d’une autre main, nos pupilles délavées de tant pleurer sur le néant qu’elles sont condamnées à fixer, toutes ces télécommandes de vie qu’on actionne seul, ces bouquins qu’on ne raconte plus, cette musique qu’on finit par écouter dans un casque, en solitaire, ces balades qu’on ne veut plus faire..

et puis la peau qui crie au secours, qui se dessèche, en manque de se frotter à une autre peau ..

et le rire qui s’étrangle de ne pas trouver son écho ..

et la voix qui faiblit de ne plus être écoutée ..

on regarde ce qu’il nous reste ..

le devenu d’une vie, des mots tapés sur un clavier, faute de pouvoir les hurler ou les chuchoter, les maux qui nous crament l’intérieur ..

un seul quelqu’un suffit à abîmer une vie ..

Je voudrais que demain finisse enfin .
Dim 24 Oct 2010, 23:55 par Luna_Lou sur L'amour en vrac

S'accepter...

Oui, je crois qu’il faut arriver à "s’aimer soi-même" pour être capable d’aimer les autres...

Aimer soi-même ne veut pas dire être égoïste ou égocentrique, cela veut simplement dire s’accepter, avec ses qualités et ses défauts.

Nous sommes tous imparfaits : l’admettre est déjà un premier pas vers la guérison.

Accepter ses propres défauts ne veut pas non plus dire les cultiver, mais simplement les connaître pour en limiter les conséquences.

Bonne année à toi, Pierre...

Signé: un autre Pierre, dit Titeuf.
Lun 11 Jan 2010, 09:19 par piertiteuf sur L'amour en vrac

Une dernière flamme pour le coeur

Il faut savoir rire de tout y compris de soi-même... Grandir est à ce prix, guérir aussi, parfois.

Cet été je suis allée manger avec un homme au restaurant : c’est moi qui l’ai invité. Cela me semblait bien. Il faut dire que je fais souvent fi des conventions et que j’aime à faire ce qui me plaît, ce qui me semble juste voire simplement bon pour le cœur. Je le considérais comme quelqu’un d’unique, hors norme, pour tout dire, intelligent et ouvert, j’avais plaisir à ses brefs passages dans ma vie. Je pensais que notre affection pouvait s’enraciner indépendamment de nos conditions sociales divergentes. Je le considérais un peu comme un modèle pour mon fils. Ma foi, il est venu et a semblé prendre plaisir au fait d’être avec nous. Comme quoi, on peut se laisser abuser aisément, moi, en particulier. J’ai beau le savoir, cela ne change rien.
Je mettais ses incohérences de comportement sur le compte de sa vie passablement troublée, mais je le pensais sincère, à sa façon. De plus, j’aimais son indépendance.
Il est vrai que j’avais mis mes chaussures de plage aux talons rongés par les galets et le sable, il est vrai que je n’avais pas fait d’effort de toilettes particulier, c’était un ami que je m’apprêtais à revoir et ce n’était en rien un rendez-vous galant. J’avais songé mettre un vieux jean troué et un tee-shirt sans manche, ma seconde peau, cependant, le lieu ne s’y prêtait pas. J’avais fait des travaux toute la journée, je m’étais contentée de prendre une douche, mes propres talons gardaient l’encre noire de vieux Kickers que j’affectionnais. Lorsqu’il fut là, je sentis le trouble grandir en moi, ma main tremblait plus que de raison, je rougissais pour un rien, mon cerveau faisait de la surchauffe et pour gourmande que je sois habituellement, je n’arrivais plus rien à avaler. Je l’aurais détesté s’il y avait eu de la place dans mon cœur pour ce sentiment. Je ne m’étais rendue compte à quel point je n’étais pas indifférente qu’en prenant conscience de mon trouble grandissant à son contact. J’ai été charmée hors de toute logique, une fois de plus, par sa simplicité affichée, ses regards - creux, il faut bien le reconnaître aujourd’hui – et par la suite, par ses promesses - vaines - envers mon enfant (pourquoi écrire des choses que l’on ne pense pas et que l’on ne vous demande pas ? Pour paraître altruiste ? Bien de s’intéresser à un petit « pauvre » ? Bon pour son image ?!) et j’excusais ses silences : régulièrement, il revenait dans ma vie avec ses yeux menteurs et son attitude ambigüe qui me déstabilisaient. Pourquoi était-il venu ? Pourquoi ? Pour se divertir un instant ?! En définitive, je préfère ne rien connaître de ses intentions, je pense que cela me décevrait encore davantage. D’y songer me donne encore la nausée. Je le croyais mon ami. Moi, j’étais attirée par lui comme par un aimant lui qui n’était pas aimant pour deux sous ! L’amitié, l’affection, le respect, l’amour entre deux êtres humains sont choses rares et précieuses... Les contrefaçons nombreuses. Mais l’œil ne voit que ce qu’il contient et je voyais un homme droit, intègre, indépendant, franc, profond, gourmand, aimant, drôle et sensuel... J’avais envie de lui et ne m’en étais pas cachée. Au vrai, il n’avait que faire d’une petite marchande d’allumettes dans mon genre, même pas allumeuse. La fin abrupte de l’histoire est là pour me le rappeler.
Bah, je ne me leurre plus, l’égalité entre les êtres est une utopie. Je sais que je ne pèse pas lourd dans la balance des intérêts qu’il a à notre amitié. Je ne parle même pas de respect. Ainsi, faisant partie des expéditeurs indésirables, ma pauvre bafouille et tous ses "pourquoi" sous-jacents resteront sans réponse pour partir trop vite comme il l’a fait pour moi... au panier, sans même un au revoir.
Je ne sais pas ce qui me rend le plus triste, ou en colère, de voir le monde tel qu’il est ou de perdre plus qu’un ami, une illusion.

La dernière allumette vient de se consumer.
Jeu 03 Déc 2009, 09:26 par dolce vita sur Parler d'amour

Comme ça, en passant, par curiosité...

... il n’aurait pas un frère ??

Merci de ta réponse, Elixane. Bien sûr qu’il faut se battre ! Encore faut-il trouver l’homme pour qui on se dise: "Je sais que ca ne va pas être facile mais avec lui, ça vaut le coup."

Je n’attends pas la facilité dans la relation. Je serais bien naïve ! J’attends de la simplicité dans la rencontre !
Tous ces petits jeux tortueux, tous ces gens tellements ancrés dans la société de consommation que l’on devient soi-même soumis aux mêmes règles de consommation de masse. Tous ces gens qui, à force de tout vouloir, ne savent plus ce dont ils ont vraiment envie.

Je ne veux pas consommer, je veux vivre ! Ressentir, vibrer...
Pour l’amour, peut être qu’il viendra ou pas
Sam 21 Nov 2009, 09:47 par Asma sur Le grimoire d'amour

Blues time

Joyeux anniversaire Bluetime.

Je suppose que si tu as écrit ce message, c’est dans l’espoir qu’il fasse réagir.
Alors, je réagis:)

Mais que, surtout, ma réaction ne t’offense ou n’augmente ton malaise ! Prends-la comme une marque d’intérêt...

Cher Bluetime que je ne connais pas, le malaise dont tu parles, je l’ai connu et, sans connaître tes circonstances, je crois comprendre ce que c’est que de ne pas se reconnaître dans le regard des autres, de ne plus vouloir le subir et de commencer même à le fuir...

Je pense que la torture est stérile à partir du moment où tu ne fais que te poser de mauvaises questions.
Les gens ne savent de nous que ce qu’on veut bien leur montrer.
Consciemment.
Inconsciemment.

Mais pour cela, il faut bien se connaître soi-même. Connaître ses envies, ses limites. Etre honnête avec soi. Etre en accord avec soi. C’est par là qu’on trouve la paix...

Aujourd’hui, du haut de mes 26 années, je ne dirais pas que je suis en paix avec moi mais que, de temps en temps, j’avoue, je m’aime bien :)

Fais une pause (5 min ou 5 mois), prends rdv avec toi-même, isole toi et, dans cet isolement où personne ne te regarde, sois honnête. Le risque étant qu’après, il faut assumer.
Mer 21 Oct 2009, 13:49 par Asma sur Mille choses

Confiance

"Il faut savoir que ce genre de relations est basé avant tout sur la confiance".

Toute relation humaine est basée sur la confiance : donc, il ne faut pas la trahir, ou si tu le préfères, il convient que chacun soit respectueux de soi "intègre à soi-même" et respectueux de l’autre. Cela sous-entend déjà comme présupposé que chacun est honnête, le problème ? Ce n’est pas toujours le cas... Sans compter que l’attirance n’est pas toujours réciproque et rien ne te permet de savoir, à aucun moment de la relation, si cela va durer ou pas... ou voir le jour. Seul le temps...
Bref, c’est bien que des histoires d’amour puissent naître, des êtres puissent partager leur vie et à deux lui donner un sens. C’est une chance formidable et qui ne repose sur aucun mérite, c’est un cadeau de la vie. Encore une fois, carpe diem.
Dim 11 Oct 2009, 12:32 par dolce vita sur Amour internet

Aide moi de toute ton âme

Ma chère Sophy je crois que tu cannais mieux que quiconque ces mésaventures de coeur et tu voudras bien (svp) m’aider. Comme je peux comprendre cet état de chose est indépendant de notre ferme engagement volontaire et tout le serieux dont on en soigne. Tu sais la réussite de l’amour dont je parle ne doit pas être perçue comme réussir à un examen. Mais beaucoup plus dans le sens de confiance, d’engagement de la vie ou dans la vie de couple.Cela te fera certainement sourire. Sophy je comprends que nous devons en permanance être prêts à reprendre l’envol. Mais en s’armant d’un tel courage, ne devons nous pas moins considérer la bonne relation? et comment est ce que tu analyses cette crainte de repartir ou de reprendre?
Oui Sophy, savoir m’écouter, suivre mon cœur, mes désirs. Savoir reconnaitre mes blessures...., me permet de voir à quel point ces délestages en amour rendent sage. Ceci me pose un problème de ce que l’on veut et cherche, des qualités et les moyens qu’on y dévéloppe, soit plus exactement de la connaissance de soi-même et l’harmonie de notre nature intérieure avec le monde externe. Chère Sophy je partage ce point de vue de toi. C’est malgré tout celà que la déception se fait pesant, la solitude un lourd fardeau et l’aventure une pire contrainte. Crois moi Sophy je vis et ressens tout ce que je dis.
Aidons-nous à se sortir de cette situation. Je pense qu’ensemble nous nous reprendrons cet envol pour éternellement. Je serai très enchanté d’avoir un contact direct de toi. T’es super sympa ange ange
STEPHANE
Mar 27 Nov 2007, 09:26 par STEPHANE sur Histoires d'amour

Chagrin d'amour...

“C’est peut-être cela qu’on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir.”

Louis-Ferdinand Destouches
Lun 22 Oct 2007, 19:13 par jejefofo sur Citations

J'aurais voulu que tu sois comme " un frère "(10 )

La vraie grandeur consiste à être maître de soi-même.

Daniel Defoe
extrait de " Robinson Crusoë "
Dim 23 Sep 2007, 17:51 par Satine sur Histoires d'amour

L'écriture ( 5 )...

Les mots


Allongée sur un divan
Seule face à soi-même
Se raconter
En verbalisant avec les mots...

Les mots, une fois prononçés
Sont à la fois délivrance
Mais aussi source de souffrance.
Délivrés de leur silence
On ne peut nier leur existence...

Devant une page blanche
Seule face à soi-même
Se raconter
En écrivant avec les mots...

Les mots, une fois écrits
Sont à la fois délivrance
Mais aussi source de souffrance
Délivrés de leur silence
On ne peut nier leur existence...

Ecriture, psychanalyse
Thérapies à elles deux
Qui peuvent engendrer une dépendance
Un esclavage...


Marie
Mer 04 Juil 2007, 15:41 par Satine sur Mille choses

Projection

.......l’enfant est autre, on ne peut créer qu’autre.......
il n’y a que le clone qui est même et soi-même....
on ne devient pas autre que soi-même
on garde, on évolue, on redevient mais jamais on devient autre !!!
.....l’amour crée l’autre pour ne pas mourir.......

Coupdecoeur
Ven 29 Juin 2007, 17:04 par coupdecoeur sur Mille choses
Page 1 sur 3 Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Ecrire sur soimeme

Ecrire sur soimeme Tb !, Écouter c'est..., L'amour c'est..., Haïkus, Chaos, S'accepter..., Une dernière flamme pour le coeur, Comme ça, en passant, par curiosité..., Blues time, Confiance, Aide moi de toute ton âme, Chagrin d'amour..., J'aurais voulu que tu sois comme " un frère "(10 ), L'écriture ( 5 )..., Projection,
Il y a 38 textes utilisant le mot soimeme. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le Joyau
Jacques Monfer
Blanche
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Grammaire érotique
Jacques Laurin
La Musardine
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'écriture ressemble à la prostitution. D'abord on écrit pour l'amour de la chose, puis pour quelques amis, et à la fin, pour de l'argent.

Moliere.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Ven 23 Oct 2020, 03:44
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 38 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite