Oisillon

Je me sens créatrice si au jeu du plaisir je crée le plaisir.
Je referme doucement mes doigts ils effleurent son coup son duvet ainsi ni l’eau, ni l’alizé du capricorne ne sont plus doux, et je m’évade dans mes songes.
A la tendresse que je mets à réchauffer entre mes mains l’oisillon tombé du nid il me récompense à se blottir dans mon nid. Je referme doucement les jambes, il effleure ma peau, mon duvet.
Picore ma chatte, bois à ma .
Chante heureux dans ton nid, chante à perdre le souffle, chante à faire s’ouvrir le lotus
Chante ma chatte sous mes doigts chante à faire s’ouvrir le lotus que je m’évade dans mes songes.
Mar 04 Jan 2011, 00:17 par antoine sur Les liaisons sulfureuses

Reve


J’arrive, sur la pointe des pieds
Et sans faire de bruit,
Derrière toi, je suis caché.
Je t’observe, et rêve
Rêve de poser un foulard sur tes yeux.
Et d’y déposer, de doux baisers, sur ta peau couleur ambre
Tachetés de grain de beauté
Splendeur de ta féminité
Humer, tes doux recoins
De tes beaux vallons veloutés
Dont sous la coupe de mes mains tu en frissonnera
Liqueur onctueuse,
Ou je boirai à la sans me rassasier de toi
Souffle de ton odorat qui s’accélèrera,je viendrai , cueillir le gout de ta bouche
Nos sueurs,s’emmêleront
Nos corps tourmentés de délice
Doux calice qui viendra se frotter contre toi
Mon ardeur attendra encore
Mes doigts se feront caresses
Mes gestes tendresse
Ton regard deviendra brulant
Tes yeux pétillants
Je te voudrai maintenant......

caressedesyeux
Mer 21 Juil 2010, 20:02 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Reve


J’arrive, sur la pointe des pieds
Et sans faire de bruit,
Derrière toi, je suis caché.
Je t’observe, et rêve
Rêve de poser un foulard sur tes yeux.
Et d’y déposer, de doux baisers, sur ta peau couleur ambre
Tachetés de grain de beauté
Splendeur de ta féminité
Humer, tes doux recoins
De tes beaux vallons veloutés
Dont sous la coupe de mes mains tu en frissonnera
Liqueur onctueuse,
Ou je boirai à la sans me rassasier de toi
Souffle de ton odorat qui s’accélèrera,je viendrai , cueillir le gout de ta bouche
Nos sueurs,s’emmêleront
Nos corps tourmentés de délice
Doux calice qui viendra se frotter contre toi
Mon ardeur attendra encore
Mes doigts se feront caresses
Mes gestes tendresse
Ton regard deviendra brulant
Tes yeux pétillants
Je te voudrai maintenant......

caressedesyeux
Mer 21 Juil 2010, 20:01 par caressedesyeux sur L'amour en vrac

Sorgue m'a volée




Ma plume dessine ton sein
Un éclair dans la nuit
Ton oeil qui reluit
Prise à mon propre larcin

Création d’un dialecte
Qui s’abreuve à ta
Manoeuvre sensible à l’ourse
Allocution dont je me délecte

Encore ta vie au bout de mes doigts
Cabre le jour en un arc-en-ciel
Serre dans son étau mon coeur si elle
S’envole encore je le dois

Calligraphie de sentiments
Encrés dans la chair à l’instant
Missive au Plus Grand
Pour un bref rassasiement
Mar 01 Juin 2010, 16:09 par jardinsecret sur L'amour en vrac

Un sourire divin ?

Quand le coeur se trouve dans la confusion de ses propres sentiments, il confère à la moindre attention une infinie d’amour. Il cherche le sourire divin, reflet d’un amour sincère. Ce sourire rayonne d’une chaleur dans laquelle il cherche à s’envelopper. Cette chaleur maternelle nous rassure.
La cruauté humaine joue d’artefacts pour tromper les êtres faibles d’Amour. Quand un être découvre un sourire de marionnette, il ne parvient plus à rêver d’amour. Son coeur pleure sa blessure.
Combien d’êtres pleurent de cette tromperie ?
Croire dans la bonté divine d’un sourire noye son propre coeur dans une profonde joie. Il se plonge dans la passion la plus parfaite mais aussi la plus destructrice qu’elle soit. Nous vendons corps et âme pour cette divine matrone, l’Amour. Nous devenons des fidèles aveugles de bon sens. Le bon sens n’existe plus dans la folie des croyances. Quand ce coeur découvre que ce fut une harmonie de pacotille, il met lui-même au bûcher des hérétiques ses propres croyances de païens. L’Amour parfait n’est qu’un mensonge. Brûlons les amours !
Nous sommes dévorés par notre passion. Nous mourrons tous de notre passion.
Voilà pourquoi les sourires divins sont si beaux mais si cruels dans le monde des hommes !
Tant que nos coeurs gardent leurs divins secrets d’alcôve, nos sourires demeurent aussi beaux et éternels que ceux des tableaux de Fragonard mais peuvent s’enlaidir à leurs révélations comme dans le portrait de Dorian Gray.
Combien de coeurs laids se cachent derrière de divins sourires ? Combien d’entre nous sommes des Dorian Gray ?
Ven 12 Fév 2010, 01:57 par Solina sur Un monde parfait

Dernières précisions

Tu n’avais pas besoin d’aller voir mon profil, il suffisait de lire : l’écriture est une chose la lecture une autre : qu’est-ce que l’écriture sans le soin de la lecture ? Tu vois d’un point de vue grammatical Dolce Vita est féminin... Tu pouvais au moins le supposer. Lorsqu’on a un doute on peut aussi mettre le "e" entre parenthèses, c’est certes un usage américain mais qui a tendance à se généraliser en France justement pour que l’écriture soit moins sexiste...

Mais peut-être est-ce un geste de ta part, que l’écriture, purement narcissique ?! Tu veux bien être lu mais pas prendre le temps de la réciproque a priori. A propos, je t’ai déjà répondu. Inutile que je me répète. De fait, l’usage du masculin dans ta description était pour le moins de quiproquo. L’être assexué ou plutôt virilisé tel qu’il est décrit ne laissait pas à penser qu’il s’agissait d’une femme... Et ce qui ressort de ton texte stricto sensu c’est que le narrateur aime plus un mec qu’une nana ; en clair, l’interprétation de lecture était plus que motivée, tu n’as pas à t’en plaindre...

Je ne sais pas pourquoi mais je sens que tu n’auras pas aimé ma réponse amuse .

Qu’à cela ne tienne, je ne tiens pas à plaire, juste être intègre... Bonne écriture.
Sam 06 Fév 2010, 21:42 par dolce vita sur La déclaration d'amour

Ellana

La jetée plongeait sous l’étincelant miroir bleuté, jetant de doux reflets dansant le long des parois rocheuses.
Le tintement cristallin des gouttelettes virevoltant jusqu’au bassin immense emplissait le souterrain de majestueux échos, infiniment rassurants.
La menace s’était tapie derrière cette mélodie liquide, aussi silencieuse que la mort.
Je l’avais cependant démasquée dès son premier mouvement : sa première erreur.

La seule de lumière provenait d’une infime trouée de la roche granuleuse dont était composé le haut plafond.
Un sable orangé adoucissait les moindres bruissements jusqu’à les rendre parfaitement inaudibles.
Mes vêtements de cuir sombre éparpillés sur le sol ; je m’étais délibérément débarrassée de toute entrave à ma délicieuse baignade.
Si la menace décidait d’agir, je n’avais absolument aucune chance de survie : il était hors de question de le laisser paraître.

Nonchalante, je m’immergeais dans la tiédeur tranquille de l’onde. Mon souffle fut profond, je pris le temps de savourer le monde aquatique, plus vague et délicat.
Dans l’eau, le risque ne comptait plus, je regorgeais d’assurance et de sensualité. La menace planait au dessus du miroir translucide qui laissait paraître l’esquisse de ma silhouette dansante. Elle n’oserait pas plonger ; sa puissance s’annihilerait alors instantanément dans tant de pureté, elle se contenterait de patienter jusqu’à mon manque inévitable d’oxygène.

J’avais été sotte de m’être laissée tromper par la beauté de ce monde illusoire ; j’en avais oublié toute prudence, quel gâchis !
De petites bulles frôlèrent le coin de mes lèvres avant de s’envoler à la surface : la menace trépigna. Je souris, me demandant laquelle de nous deux allait se lasser le plus vite.
J’esquissais de légers mouvements de bras, ondulant entre les courants avec grâce et volupté, restant immobile le temps d’un repos, jouant avec les rais de lumière éphémère, provoquant la profondeur. Je défiais ouvertement la patience de mon adversaire.

Maîtresse Marchombre ; je ne craignais plus ni mort ni souffrance, pourtant, je me serais laissée succomber dans ces eaux magnifiques plutôt que d’affronter cette menace grandissante.
Moi, Ellana, j’avais peur de l’Amour.
Ven 26 Déc 2008, 19:48 par Drogu3_Douc3 sur Parler d'amour

Un dimanche d'octobre

Elle est loin aujourd’hui,
elle me manque
elle me manque...
Sa vie, la mienne se croisent
se touchent, s’éloignent.
Notre amour se décline la nuit
il s’écrit sur le blanc des draps de son lit
au creux des heures qui chuchotent
tant elles se veulent douces.
Entre mes mains la de son désir
coule, tumultueuse
jusqu’au seuil de son plaisir.
L’aube cerne l’empreinte
l’impatience de nos étreintes.
Le jour glisse lentement sur elle
découvrant ses contours
la courbe de son épaule
la naissance d’un sourire.
Le jour se lève sur nos corps
qui se livrent encore une fois
tous les secrets de la nuit.
Lun 06 Oct 2008, 14:00 par danslalune sur La vie à deux

La vie est un long fleuve tranquille

Quand on étudie les fleuves en cours de géographie , c’est toujours question de :
1.
2. parcours
3."terminus", delta ..

Il en est de même avec la vie car en simplifie c’est
1-une naissance
2-un parcours
3-une mort

Tout comme le fleuve , dans une vie il y a des postulats (le debut et la fin auxquelles on ne pourrait échapper) , et puis un parcours qui est imprévisible et un peu mystérieux ..

Paisible ou pas , c’est a voir ! grin
Lun 22 Sep 2008, 17:13 par Espoir sur Un monde parfait

Fleuve tranquille

"La vie est un long fleuve tranquille".

Cette phrase suscite deux représentations en moi :

La première décrit la sagesse, la paix intérieure, la longévité, l’accomplissement, la beauté de la vie et son chemin.

La seconde véhicule comme une absence de possibilités, de changements, de surprises, comme si le cours des choses était immuable et irréversible.

La première est le chemin pour y arriver, la seconde est le défi à relever.

Faire grandir cette soif de vivre, d’être soi, de découvrir avec son regard comme première d’information, ne pas céder et se faire emporter par le courant.
Ven 18 Avril 2008, 12:09 par puremorning sur Un monde parfait

J'aime que ta langue douce...

J’aime que ta langue douce
au sortir de ta bouche
amoureusement glisse
le long de mon sexe lisse

Et que tes lèvres humides
sur ma tête dressée
S’entrouvre comme un calice
sur ma peau embuée

De mouvements lascifs
En caresses secrètes
c’est mon sexe qui durcit
et c’est moi qui fléchit

J’aime à te regarder
lentement m’envoûter
consciencieuse, t’arrêter
langoureuse et tout recommencer

Et je ne sais plus de tes lèvres
de ta langue ou tes doigts carressants
le où, le comment de ma fièvre
de mes cris, mes gémissements

Offert comme une femme
à toi comme un amant
car je sais que tu prends
le plaisir que tu me donnes

Mon amour, mon âme,
Puise dans mon corps
la de ta flamme.
Mar 24 Juil 2007, 13:57 par licorne sur Les liaisons sulfureuses

Le bonheur...

Le bonheur et la souffrance sont des états d’esprit,
leurs causes principales ne peuvent donc pas être trouvées en dehors de l’esprit.
La réelle du bonheur c’est la paix intérieure.


Pensée boudhiste

Marie
Dim 08 Juil 2007, 11:12 par Satine sur Un monde parfait

L'écriture ( 5 )...

Les mots


Allongée sur un divan
Seule face à soi-même
Se raconter
En verbalisant avec les mots...

Les mots, une fois prononçés
Sont à la fois délivrance
Mais aussi de souffrance.
Délivrés de leur silence
On ne peut nier leur existence...

Devant une page blanche
Seule face à soi-même
Se raconter
En écrivant avec les mots...

Les mots, une fois écrits
Sont à la fois délivrance
Mais aussi de souffrance
Délivrés de leur silence
On ne peut nier leur existence...

Ecriture, psychanalyse
Thérapies à elles deux
Qui peuvent engendrer une dépendance
Un esclavage...


Marie
Mer 04 Juil 2007, 15:41 par Satine sur Mille choses

Larmes ( 9 )...

Perles de pluie
de vie

Perles de larmes
de ma vie...


Marie
Sam 23 Juin 2007, 19:24 par Satine sur Citations

Souvenirs

Nadia et Horacio évoquent un temps tout proche
Assis sur le canapé, dans leur bungalow.
Les amants combatifs, sans peur et sans brioche,
Ecoutent leur chanson fétiche à la radio.

Horacio

Ma de grenadine pétillante,
Te souviens-tu de notre première vraie rencontre ?

Nadia

Comme disait le Cid, mon doux puits d’eau à la menthe,
A quatre pas d’ici, je te le démontre.

Horacio

J’allais m’élancer du plongeoir de la plage,
Faire le saut du dauphin, puis cent mètres à la nage,
Mais j’ai dû mal viser, ou la marée fut instable,
J’ai atterri sur toi, qui bronzait sur le sable.

Nadia

Un instant, on s’est regardés en chiens de faïence.
Je t’ai dit : Quand on sait pas plonger, on plonge pas.
Tu m’as dit : Quand on sait pas bronzer, on bronze pas.
On s’est battus, et ainsi, on a fait connaissance.

Horacio

Je m’étais souvent bagarré,
Mais encore jamais avec une jolie femme.
J’admirais ton bikini rayé
Pendant qu’on échangeait nos Bim et nos Bam.

Nadia

Quand la bataille a pris fin,
Quand on a rangé nos poings,
On était fatigués mais heureux,
Et pas très loin d’être amoureux.

Horacio

Avant toi, pas de nanas qui me plaisent,
Pas de filles qui me mettaient à l’aise.
Je me suis soudain senti inspiré.
Appuyé sur mon coude, je t’ai murmuré :
Quand on se bagarre avec toi,
Les étoiles qu’on voit après le pugilat,
On croirait que c’est toi, mon hirondelle,
Qui les a dessinées dans le ciel.

Nadia

Je me rappelle tous ces détails.
Je lis dans ton sourire canaille
Et dans tes yeux, je vois des images
Qui m’invitent à un bel orage.

Prends ça, et toi, ça… Ah, tu cherches la bagarre…
Ecoutez ces deux oiseaux rares
Qui s’adonnent à la lutte et au rire
Quand ils ravivent leurs souvenirs.
Jeu 21 Juin 2007, 11:02 par Nadia et Horacio sur La vie à deux
Page 2 sur 6 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Ecrire sur source

Ecrire sur source Oisillon, Reve, Reve, Sorgue m'a volée, Un sourire divin ?, Dernières précisions, Ellana, Un dimanche d'octobre, La vie est un long fleuve tranquille, Fleuve tranquille, J'aime que ta langue douce..., Le bonheur..., L'écriture ( 5 )..., Larmes ( 9 )..., Souvenirs,
Il y a 78 textes utilisant le mot source. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour se peut appeler une sauce, propre à donner goût à toute viande.

Bénigne Poissenot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 20 Juin 2024, 19:27
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 33 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 33 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite