Autoportrait...

D’Elle on lui dit qu’elle lui ressemble
Physiquement...
Elle a le goût d’assumer sa féminité
De " jouer " avec sa sensualité
D’aimer les jolies robes
Qui mettent en valeur son corps de femme....

D’Elle on lui dit qu’elle lui ressemble
Intérieurement...
Elle a cette mélancolie qui l’habite
Et qui est d’inspiration
Pour les textes
Qu’elle écrit....

D’Elle on dit qu’elle est forte et fragile
Qu’elle a gardé son côté " enfant "
Et qu’on aimerait la protéger
De tous " ses démons " qui la hantent si souvent
Sa peur de vivre, sa peur de la mort...

Elle, c’est une artiste
Elle porte un joli prénom, Mylène...

Moi, juste Marie



Marie
Jeu 14 Juin 2007, 15:11 par Satine sur Mille choses

Larmes salvatrices...

Heureux ceux qui pleurent, car il n’est pas de larmes impures.
En chacune d’elles brille un fragment d’éternité,
toute larme a sa dans un autre monde.

André Frossard

Extrait de L’Art de croire
Sam 26 Mai 2007, 09:51 par Satine sur Citations

Comme une guitare

Je me suis souvent demandée... Est-il normal que l’amour traîne éternellement dans son sillage la douleur, la souffrance et la peur ? Dans tous les livres, ils en parlent comme d’une chose merveilleuse et douloureuse... Mais pour moi, ça n’a jamais été que de désespoir. On se vexe si facilement quand on aime ! Un rien nous blesse et on est sans arrêt dans l’attente désespérée d’obtenir quelque chose de l’être aimé... Sans jamais rien recevoir qui en vaille la peine...
J’ai parfois l’impression que l’amour nous balaye et nous reverse, laissant dans notre coeur dans grandes marques indélébiles, comme l’érosion d’un rocher par la mer... L’amour détruit, pourquoi ? Pourquoi ce n’est pas cette chose tendre qu’on espère tous ? cette chose qui nous réchauffe le coeur ? Cette chose que chacun est sensé bénir et apprécier ? Pourquoi quand j’aime, j’ai l’impression de mourir ?
Je ne comprends pas non plus... Pourquoi l’amour des autres me blesse-t-il autant ? Pourquoi me donne-t-il envie de pleurer et de hurler ? Pourquoi quand quelqu’un m’aime je n’arrive qu’à lui en vouloir ? Je ne veux pas qu’on m’aime.... et je veux qu’on m’aime...
Lorsqu’on ne m’aime pas, j’ai l’impression que le monde alentour est gris et sans saveur... Quand on m’aime, il prend la couleur du sang et le goût cuivré de la douleur... Mon esprit est alors comme un nuage d’encens... J’étouffe, j’apprécie, et je souffre de toutes les épines que sa senteur agréable plante en moi.
Je ne veux pas aimer... Parce que je ne veux pas mourir. je ne veux pas avoir cette impression désagréable de ne plus être moi-même, cette douleur terrible qui me ronge les entrailles comme un vers qui me boufferait le coeur... Mais lorsque je n’aime pas, j’ai l’impression d’être morte. Je ne souffre plus, mais je ne vis plus.... Est-ce dire que la vie est souffrance ? Ai-je a tout prix besoin d’un stimulant fort et aggressif pour forcer mon coeur à battre ?

En fait, je suis comme une corde de guitare... Lorsqu’on me caresse je vibre et tremble, je souffre, la tension me fait presque céder. Mais lorsque plus rien ne me touche, je suis morte... la poussière empli ma caisse de résonnance et ma voix s’enfonce au plus profond de moi... En attente de quelqu’un pour me blesser à nouveau.
Mer 16 Mai 2007, 16:42 par Ayakai sur L'amour en vrac

Muse...

D’après la définition du dictionnaire de l’académie française,
muse signifie , je cite " se dit de la Personne ou du sentiment qui inspire un poète ".
Je soulignerais humblement que sur le chemin de ma vie, je n’ai rencontré point de poète...
J’avais envie d’employer le mot " muse " comme une métaphore.
Oui, j’aurais aimé être une muse.
J’aurais voulu être celle auprès de laquelle
un poète, un peintre, un musicien, un sculpteur trouve son inspiration...
Vous allez penser à la lecture de ce texte,
Quelle prétention de vouloir être la muse de quelqu’un ?
Je vous comprends...

Dans la définition du mot " muse " apparaît le mot " sentiment ".
L’amour fait partie de ce que l’on appelle " les sentiments ".
Il ya différentes façons d’aimer ou d’être aimée.
Alors, oui, j’avoue...
J’aurais voulu être une d’inspiration
pour vivre cette complicité particulière
qui existe entre sa muse et celui qui exprime son art,
afin qu’à travers les mots, les tableaux, les notes, les sculptures
il reste une trace de Moi pour l’éternité.

J’aurais tant voulu être aimée comme une muse, une petite muse, une toute petite muse...

Ce n’est pas par vanité que j’écris cela.
C’est pour me persuader que
Oui, j’ai existé...


Marie
Lun 14 Mai 2007, 11:38 par Satine sur Parler d'amour

Le Feu

- Excusez-moi, Monsieur, auriez-vous du feu, s’il vous plaît ?

- Quel genre de feu me demandez-vous, Madame ?

- Mais voyons, Monsieur, du feu pour allumer ma cigarette !

- Vous êtes sûr ?

- À quoi jouez-vous ?

- À rien, je tente simplement à découvrir si votre demande est bien celle-là.

- Il vous arrive peu de répondre simplement à ce que l’on vous demande ?

- Évidemment, quelle question !

- Et bien, en avez-vous ou pas ?

- Sans doute une braise qui ne demande qu’à devenir flamme.

- Je ne comprends pas

- Le feu n’est-il pas la production d’une flamme ?

- Je ne vous demande pas un cours de chimie que je sache.

- Ce combustible n’est-il pas issu par l’oxydation pour produire la lumière ? c’est vous qui me demandez de m’allumer.

- Mais je ne vous ne demande rien de tel, voyons !

- Je suis combustible et vous êtes comburant. Vous présenter ma flamme sera d’énergie et formera ainsi le triangle de feu. Êtes-vous sûre de ce que vous demandez ?

- Mais vous avez fumé la moquette, ma parole !!!
Je vous rappelle que le feu peut aussi tuer, ravager et détruire.

- Ah Aaaah ! Vous êtes du parti de Zeus et non Prométhée.

- C’est une accusation ?

- Non, un constat. Le feu détruit la vermine et purifie, il détruisait les hérétiques et les sorcières sous l’inquisition.

- Et alors ?

- Vous êtes hérétique ou plutôt sorcière ?

- C’est une insulte ?

- Non, une question.

- Je n’ai que ces deux choix ?

- Non, mais comme vous avez suggéré les aspects négatifs, j’ai suivi la voie.

- Et quels en seraient pour vous les aspects positifs ?

- Déjà, il est le symbole de la régénérescence à travers la figure du phénix. Il est aussi naturellement associé au soleil. Il est protecteur pour certains et produit de la chaleur.

- Et à quoi tout cela nous mène-t-il ?

- À la chaleur qui est en nous, Madame.

- Si j’avais su que j’avais un briquet en moi, jamais je ne vous aurais accosté.

- Et pourtant, vous l’avez fait.

- Dois-je culpabiliser ?

- Non, mais insuffler un peu plus d’oxygène.

- Je n’y comprends plus rien. Que voulez-vous donc ???

- Que votre comburant agisse sur ma braise pour devenir flamme.
En d’autres termes, je vous aime.

- Vous m’aimez ? mais vous ne me connaissez pas !!!

- L’étincelle dans vos yeux a suffit pour attiser ma flamme et n’est-ce pas pour du feu que vous m’avez sollicité.
Mar 27 Mars 2007, 21:47 par Yvonne Kastou sur L'amour en vrac

Don réciproque

Oui, Claude, l’idéal c’est de s’en être délesté avant, mais l’être parfait n’existant pas... Il me semble important de s’accepter tel(le) que l’on est sans jugement et en confiance (en soi comme en l’autre), dans le respect de soi et de l’autre ; lorsqu’on a repéré ses souffrances, avoir le désir d’en guérir en sachant que cette guérison sera de bienfait pour soi comme pour l’autre. Parfois, certain(e)s utilisent l’autre pour leur jouissance propre sans désir de partage, sans vouloir donner, c’est la relation la plus stérile qui soit et le dupe paradoxalement est celui qui veut profiter de l’autre, car il s’avilit à ce jeu...
Quant à l’amour, n’est-il pas l’origine et la fin de toute chose, l’alpha et l’oméga ? Le déclencheur même de la générosité ?

Dolce
Lun 22 Jan 2007, 07:24 par dolce vita sur Citations

Incendie

Tes yeux qui me rejoignent
Atteignent les miens
A la de mon feu et du tien

Mes mains qui t’atteignent
Te touchent les hanches
Remontent doucement, à fleur de paumes
Jusqu’à tes seins qui m’adressent
Se dressent pour me toucher
Frémissent avec ton souffle qui s’échauffe
Ces douceurs que je palpe, évalue
Suce goulûment, pétri avec gourmandise
Pour que tu m’offres ton cou
Que je le parcoure et caresse de ma langue affamée
De l’épaule à l’oreille, doucement
Bécottant de mon haleine, de mes lèvres en retenant mon ardeur

L’incendie est sans appel
Impossible à retenir

Il me faut te parcourir
Te repérer, évaluer chaque creux, chaque vallée
Goutter ta peau, boire tes sucs
Siroter tes eaux
Te mordre, chaque morceau de ton corps
Par ma bouche et mes mains
Me nourrir et te prendre
Jusqu’à ce que mon sexe questionne le tien
Qu’il se rassasie de ta pluie
Le visite, l’interroge
Se retienne et le bouscule

Alors que toute ma vie se promène sur ma peau
Qu’à partir d’elle, toute l’énergie humaine se gémisse
Que mon corps s’affole avec le tien
Au rythme intemporel de nos vies suspendues

Que je te délire, te désespère
Tu supplie, te quémande
Te violente, te bouscule
Te repousse et te garde
Incrédule, perdu, noyé
Par ta vie, ta peau sucrée
Ta chair et ton humidité
Jusqu’à la rupture du temps
De toutes les énergies primitives
Les effluves de vie, la foudre violente qui me nourrit
Se concentre, se hérisse
Me crispe et me tue

Le temps que je te donne
T’appartienne au delà de moi
Le temps que je te transmette la vie
Plus que la mienne
Celle qui s’enracine dans celle de toutes les autres vies
Qui ont généré la mienne
Et qui rejoignent la tienne
Pour un temps suspendu
Infini d’intensité

Le temps que j’en meure
Que j’en oublie jusqu’à ma vie
Totalement rendu à toi
Égaré, transféré en toi
Heureux d’être l’origine de la foudre
Le médium de l’univers
Qui se génèse dans nos corps
Dans ce moment qui nous dépasse
Par sa beauté, son altitude

Il ne reste à ma bouche
Qu’à te chanter mon amour
Qu’à te couvrir de gratitude
Et à savourer le ravissement de ta chaleur
La nourriture de ta chair de femme

Laisse-moi nous aimer encore
Te prendre et m’appartenir
Jusqu’à en guérir, en mourrir et en vivre
Lun 22 Jan 2007, 03:43 par Alex sur Parler d'amour

Vitre

Buée qui cache le secret de nos coeurs
Effet miroir de notre interrogation
A travers notre imagination
Plantation qui prend ses racines
A la de notre désir
Que seul peut dire
Celui qui a perdu ses attaches
Lun 27 Nov 2006, 16:38 par coupdecoeur sur Mille choses

La vie , cela peut être aussi autre chose ...

Le chaos est souvent de vie alors que l’ordre génère la lassitude.

Henry Brooks Adams
Sam 28 Oct 2006, 23:55 par coeur lourd sur Citations

Comprend qui veut comprendre

Les mots ont laissé place au silence
L’amour m’a rempli de sa présence
J’ai bu à la de la Vie
Mes fantasmes ont fané à l’ombre de la mort
Mes yeux et mon coeur se sont ouverts
Mes mains et ma voix ont chanté l’hymne à l’amour
De notre destin commun
Lun 23 Oct 2006, 11:27 par coupdecoeur sur Parler d'amour

Et tu me demandes qui je suis ?

Je suis cette flamme qui brûle et te consume
Le coeur des doigts
Je suis cette violence qui est ta déraison
Je suis cheval fougueux
Et le vent sur les crêtes

Et tu me demandes
Qui je suis ?

Je suis de tempête et éclats dans tes yeux
Je suis la lumière ronde
Et blanche de tes nuits
Je suis l’ouragan
Qui dévaste nos vies

Et tu me demandes
Qui je suis ?

Je suis la vie qui jaillit des cieux
De l’onde claire
La vague qui réveille tes cris
Et danse qui martèle le sol
Et épuise son agonie

Et tu me demandes
Qui je suis ?

Je suis cette impatience
La forêt qui se dresse
Des larmes de sève
Qui perlent sur ma peau
Le corps Lissé par les mains de l’amour.

Et tu me demandes
Qui je suis ?

Je suis l’insolence
Et l’insoumission
Je suis née du désert
Ce fruit de ta passion
Source du désir à ton front...
Dim 22 Oct 2006, 10:36 par dolce vita sur La séduction

Je l'aimais

Bon ben c’est mon premier texte enjoy it or not.


C’est en marchant sur les quais de Seine que je l’ai rencontrée. La chevelure brune dans le vent, la peau matte, les yeux verts, elle était belle. Le soleil couchant teintait l’eau d’un reflet doré, un léger vent faisait voler les feuilles d’automne. Je me décide à lui parler, je demande une cigarette mais elle ne fume pas. Je ne sais pas pourquoi je perds mes moyens, je souris bêtement, je bafouille, je regarde mes pieds n’osant affronter son regard. Elle se demande ce que j’attends mais elle sourit finalement. Ce sourire, ô ce sourire, cette sorte de sourire que sont parfois les fleurs au milieu d’herbes graves, cette sorte de sourire qui font que le temps s’arrête, cette sorte de sourire qui vous fait perdre la tête. Je m’assoie timidement à ses côtés et nous parlons. Nous parlons encore et encore, de tout et de rien, du beau temps de la pluie, des amours, des ennemis, suis je lucide ou atteint de folie, je tombe amoureux, ô funeste ennemie !Comment pourrais-je la quitter, celle que j’aime, ma destinnée ? J’ose alors lui demander un numéro où je peux la rappeler. Elle accepte, je suis heureux, je pourrais peut-être la revoir, et ce tout petit espoir, rend ce monde merveilleux.

Arrive, plus tard, la concrétisation de mes espoirs, enfin je vais la revoir. Le premier rendez-vous, celui qui te fait à la fois si peur et si plaisir, celui qui fait battre ton coeur si fort, si fort. Celui qui accélère ta respiration et rend tes mains moites, celui que tu attends et redoutes à la fois. La place St michel - où veille l’ange Gabriel, où le bruit de la fontaine berce les artistes - est le lieu où je la reverrai. Je la vois, elle me voit, elle sourit, je flamboie, elle s’avance, mon coeur bat, je l’aime et je ne sais pas. Je ne sais pas si c’est réciproque, je ne sais pas si elle m’aime ou pas, ô amour tu me tueras, ô toi comble de l’union de la folie et de la sagesse. Je lui fais la bise, sa peau est si douce, son parfum ô son parfum, les parfums sont les sentiments des fleurs et le sien fait battre mon coeur, mais comment décrire le monde des odeurs? Je ne le sais pas. Je suis amoureux, étrange bonheur malheureux. Nous marchons, nous parlons, nous dînons et nous remarchons. Je sens des goutes de pluie sur mon visage, elle ouvre son parapluie, je me rapproche. Je me perds dans l’océan de ses yeux, elle les ferme, je me rapproche encore, j’ai mal aux côtes à cause de mon coeur, je sens son souffle chaud puis doucement nos lèvres se touchent, humides et douces nos langues se frolent puis s’unissent, unissant de même les deux êtres, les deux coeurs, les deux âmes que nous sommes. Je l’aime. Le sablier s’est arrêté, la terre ne tourne plus, les étoiles ne brillent plus il n’y a qu’elle. Je la regarde, les moindres petits défauts de son visage ou de ce qu’elle représente sont devenus des qualités. Je dois la quitter ce soir mais j’ai hâte de la revoir. Sentiment de bonheur indescriptible, joie inextinguibe, je l’aime, je l’aime, je l’aime.


Je la revois souvent maintenant, je lui consacre mon temps, ce que je suis, ma vie. Je l’acceuille ce soir dans mon humble demeure. De jour en jour, sa beauté grandit, elle est belle, elle m’éblouit. Nous buvons, nous parlons, je l’embrasse, je l’aime. Elle me prend par la main et m’enmène vers le lit. La lumière d’un lampadaire tamise la pièce, je tremble comme une feuille, elle s’allonge. Je me sens mal, je vais exploser. Je m’allonge à ses cotés, elle passe sa main dans mes cheveux, je sens le désir brulant dans mes veines. Mes tempes boudonnent, je brule.Nos langues s’unissent, je passe ma main sur son corps, j’ai des frissons.Je passe ma main sous son chemisier, elle gémit. Elle me caresse le ventre puis descend lentement. Son souffle chaud sur ma nuque, son parfum m’ennivrent. J’ai du mal à respirer. J’ai chaud et poutant je frisonne. Je déboutonne son jean, et doucement, doucement je glisse ma main vers son bas ventre. Je la caresse, elle gémit encore. Je sens son sexe humide et chaud. Je l’embrasse encore et encore. J’embrasse sa nuque, ses seins, son sexe, je l’aime, je l’aime, je l’aime. Nous sommes nus à présent, je sens ses seins contre mon torse. Mon sexe contre le sien, je la pénétre lentement. Mes bras tremblent, je tremble, elle me sert contre elle si fort. Je vais et reviens en elle au rythme lent d’une mélodie depuis longtemps oubliée. Je l’embrasse. Je respire vite, très vite, le plaisir monte, monte, encore et encore, et c’est l’explosion, le loup hurle, la mélodie culmine, moment si bref et si fort pourtant, union sacrée à son paroxisme. Union ultime de nos êtres, de nos âmes, de nos vies. Je m’allonge à ses côtés, je la regarde, elle me sourit. On ne dit rien les mots sont inutiles. Après un long moment, elle s’endort. Je la regarde toujours, je l’aimerais toujours. Merci.

Un mois passe, puis deux, arriva alors ce jour maudit par les dieux. Hermes m’apporta le message malheureux : elle me quitte. Son coeur bat pour un autre ; le mien s’est arrêté. Ah douleur non encore éprouvée, poignardé de l’intérieur, je meurs. Je souffre, je hurle à la mort pourquoi, pourquoi? Pourquoi elle, de tant d’amour me cause tant de souffrance? Tourments indescriptibles, rage innexprimable, désespoir insurmontable. Je revois son visage, son souvenir me hante : comment vivre après une telle souffrance et cette soufrance est sans partage. Je noie mon malheur dans l’alcool dans une pièce autrefois joyeuse et aujourd’hui si triste. J’allume la radio et entends "What a wonderful world" de Louis Amstrong. Ironie du sort, les dieux me maudissent et je les maudis. Une lame de rasoir entre les mains je pense à elle. Une gorgée d’absynthe pour ne pas souffrir.
I see trees of green, red roses too
I see them bloom for me and you
And I think to myself what a wonderful world.
Une autre gorgée, ma trachée brule, je fais un essai, la lame pénétre la chair de mon poignet. Le sang coule, j’hurle, je pleure. Une autre gorgée encore une.

I see skies of blue and clouds of white
The bright blessed day, the dark sacred night
And I think to myself what a wonderful world.
Ma vision se brouille à cause des larmes et de l’alcool. Je réenfonce l’acier dans ma chair, j’ai coupé une veine cette fois, le sang gicle sur ma chemise. Je contemple mon poignet posé sur la table au milieu de mon sang. Une autre gorgée encore une.
The colors of the rainbow so pretty in the sky
Are also on the faces of people going by
I see friends shaking hands saying how do you do
They’re really saying I love you.
Je n’ai plus de force, je ne vois presque plus. J’ai perdu trop de sang, je crois. Ma tête devenue trop lourde commence à pencher, puis tombe sur la table dans le sang, je pleure. Un dernier effort, je reprends la lame mais cette fois je coupe un tandon puis je rencontre l’os. J’ai du sang dans la bouche. Un dernier effort pour une dernière gorgée je meurs. Adieu je t’aimais.

I hear babies crying, I watch them grow
They’ll learn much more than I’ll never know
And I think to myself what a wonderful world
Yes I think to myself what a wonderful world.
Mar 10 Oct 2006, 20:50 par Evidance sur Histoires d'amour

Le jardin d'amour

Pour toi, je veux un jardin de mots parfumés
Senteur de roses aux pétales de velours
Douceur sur ton sourire aux effluves d’amour
Un parterre de fleurs pour nos coeurs enflammés

Pour toi, je veux les eaux bleues des mots en averse
Tendresse coule de mes lèvres à ton cou
Promesse de mes mains qui se perdent partout
Goutte à goutte sur ta peau en pluie de caresses

Pour toi, je veux être l’eau cristalline et douce
Celle où enfin de l’amour jaillirait la
Celle où tu déposerais le clair de tes yeux

Pour toi, je veux être l’herbe ou la mousse tendre
Celle où tu aimerais souvent venir t’étendre
Celle où tu découvrirais les instants heureux
Celle où tu t’abendonnerais a toujours.
Mer 09 Août 2006, 09:30 par joullia sur L'amour en vrac

Le paradoxe

Tu es l’ombre et la lumière de mes jours
Tu es les pleurs et le bonheur en mon âme
Tu es le mirage et l’oasis de mon parcours
Tu es le cauchemar et le rêve de ma flamme

Tu es le noir et la couleur de mes mots
Tu es la douleur et la joie de mon sort
Tu es le poison et le baume de mes maux
Tu es le désert et la de mon corps

Tu es la faiblesse et la force de mon combat
Tu es la folie et la raison de ma vie
Tu es la prison et la liberté de mes pas
Tu es le froid et le feu de mon envie

Tu es le verrou et la clef de mon amour
Tu es le vide et le plein de mes heures
Tu es l’enfer et le paradis tour à tour
Tu es celui que cherche mon cœur
Tu es mon prince du desert
Et je t’aime comme ca
Mer 09 Août 2006, 09:27 par joullia sur L'amour en vrac

Melodie d'amour

Une tres douce mélodie intense s’ecoule au fon de mon moi,
Elle prend dans mon coeur,
Mes pensées affluent vers cette rive vide,
Ou mon être impatient n’attend que toi ...beny

Ame soeur, viendras tu ?
Me sauveras tu de ces deboires
de ces desillusion tenaces,
dont ma vie est paralysée ?

J’absorde une douce musique en sourdine
Qui entre en moi par tous les pores
De ma peau a la fois delicate et fanee,
De mon coeur si souple et dechiré...

Est ce ta voix que j’entend au loin,
Mon prince du desert, mon karim, mirage de tous mes songes ?
Est ce l’une de tes simples caresses
Qui pour quelques instants m’envahit d’ivresse?

Ame soeur, un jour tu comprendras,
Que mes pensées se nourissent de toi...
Que c’est uniquement parce que tu vis en moi,
Que mon coeur se vide, sur cette feuille la.
Pour enfin laisser la palce,
A l’amour suprême celui dont les mots ne suffisent pas à décrire


PS: Pardon Ben d’envahir ce forum
mais c’est mon seul espoire,
ma seul chance que tu vois que je t’aime reelement
ma seul facon de te parler...
Jeu 03 Août 2006, 09:39 par joullia sur L'amour en vrac
Page 3 sur 6 Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Ecrire sur source

Ecrire sur source Autoportrait..., Larmes salvatrices..., Comme une guitare, Muse..., Le Feu, Don réciproque, Incendie, Vitre, La vie , cela peut être aussi autre chose ..., Comprend qui veut comprendre, Et tu me demandes qui je suis ?, Je l'aimais, Le jardin d'amour, Le paradoxe, Melodie d'amour,
Il y a 78 textes utilisant le mot source. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour se peut appeler une sauce, propre à donner goût à toute viande.

Bénigne Poissenot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 20 Juin 2024, 20:42
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 39 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite