Contre un mur

Ca fait deux plombes que je déambule dans Paname, je sais pas trop ou je vais, je chasse juste des pensées qui ne me vont pas. Ca fait deux heures que je me promène, mais combien de temps ça fait que je te suis ? Je ne sais pas. J’ai vu ton cul parmi la foule sur le trottoir, j’ai regardé le reste de ton corps et ça m’a plu, alors je sais pas pourquoi, je t’ai suivi.

Je ne savais pas ou j’allais, et maintenant je sais que je te suis. Marrant. Ta petite jupe noire, à fines rayures blanches s’arrête un peu au dessus du genou, et se prolonge par deux jolis mollets que tu as protégé dans des bas, ou des collants je ne sais pas, de couleur chair. Ca a l’air doux. Tes chevilles, il y a un truc sur tes chevilles qui me plait. Elles sont fines, et bien dessinées, elles plongent dans tes chaussures à talons carrés. Tu es désirable comme ça. Oui, je te désire depuis que je te suis.

Tu marches d’un pas décidé, tu es vraiment une Parisienne, toujours pressée, certainement pour une très bonne raison à la con. Notre rencontre eut lieu à un coin de ces rues, alors que je ne regardais plus ou j’allais, et je te suis rentré dedans, faisant tomber ton petit sac de chez Etam.

« Oh, excusez moi, je suis désolé », j’ai dit un peu rude et emprunté,
En bonne Parisienne, tu as répondu un peu gênée et dédaigneuse
« C’est bon, c’est bon... c’est pas grave »
On s’est penché tout les deux pour ramasser ce que j’avais fait tomber ...
Un petit string jaune, et son bustier assorti.
« C’est mignon ça », je dis
Tu as rougi un peu, gênée
Et moi aussi, ça m’a gêné du coup,
Dans un élan de candeur, tu m’as répondu en me dardant du regard,
« Oui, et bien on va pas en faire un plat non plus»
« Non», dis-je avec encore plus de candeur dans les yeux.
Nos regards s’arrêtent, le temps aussi. Il s’est passé quelque chose. Comme deux chiens qui s’observent.
Mon regard glisse alors dans ton chemisier ouvert.
« Et je vois que vous aimez bien le jaune », j’enchaîne avec un grand .
Tu te marres, à l’aise, la pression redescend. D’un regard espiègle tu me dis
« Vous aussi, on dirait non ? »
« Je m’y connais mal, en jaune, à vrai dire, mais ça m’intrigue…», et encore un grand moqueur.
« Je peux peut-être vous renseigner ...»
« C’est possible, oui ...»
« ...»
Je m’approche de toi, il se passe quelque chose je le sens. C’est fou, on est en pleine rue. Ok, dans la notre il y a personne, faut être timbré pour passer par là, mais quand même. C’est dans le regard, c’est dans son regard qu’il se passe quelque chose. Tu m’as dit oui, sans rien me dire. Et je ne t’avais rien demandé. Enfin, je crois.

Je suis contre toi, mes mains se posent sur ses hanches, comme pour demander la permission d’une bêtise que l’on va commettre. Permission accordée me disent tes lèvres contre les miennes …Et mes mains, elles, n’ont rien attendu pour plaider coupable, fouillant ta taille puis investiguant tes seins au travers de ton chemisier, puis les boutons de ce chemisier.
« Contre un mur, ici ? » tu me demandes incertaine.
« Oui », je te souffle trop aveuglé par ce moment fou.
Jeu 15 Jan 2004, 22:22 par PetitPrince sur Les liaisons sulfureuses

J'irai au bout de ce rêve - Partie 3

Elle se leva, fit le tour du bureau et vint se placer derrière moi. Ses mains vinrent courir dans mes cheveux. Ceci réveilla en moi un vieux souvenir d’adolescent. Une jolie coiffeuse qui éveilla mes premiers émois lors de sensuels massages capillaires, la tête coincée entre deux seins généreux.
Pour la première fois madame l’avocate m’appella par mon prénom :

-« Vous ne trouvez pas que nous avons bien travaillé Vincent ? Que diriez vous d’un peu de détente ? » me susurra-t-elle à l’oreille

Elle ne me laissa même pas le temps de répondre. Ma cravate déjà enlevée, elle commençait à détacher un à un les boutons de ma chemise. Toujours derrière moi, elle se penchait de plus en plus pour atteindre les boutons les plus éloignés d’elle. Elle venait en même temps me mordre doucement la nuque. Je me laissais faire, n’esquissant pas le moindre mouvement. Sa langue venait glisser le long de mon cou, jusqu’à mon oreille qui semblait l’endroit préféré de ses caresses humides.
Ses mains voyageaient adroitement sur mon torse. Le brûlant va et vient qu’elle imprimait de mes pectoraux vers mon bas-ventre provoquait chez moi une excitation grandissante. Par jeu, je continuais à ne pas bouger et à feindre l’indifférence, espérant par-là la pousser à user d’artifices encore plus torrides.
Ce qu’elle fit sans attendre …sa main venait maintenant caresser mon sexe dont elle pouvait sentir la vigueur chaude à travers mon pantalon. Encore plus penchée vers moi, ses cheveux flottaient maintenant sous mon nez, distillant un parfum sucré de noix de coco fraîchement ouverte. En même temps sa langue atteignait mes tétons qu’elle léchait avec gourmandise, ce qui finit par entraîner chez moi des frissons de plaisir chatouilleux.
Avec une adresse telle que je me rendais à peine compte de ce j’étais en train de vivre, elle détacha ma ceinture et descendit ma braguette. Sa main, déjà, tentait une incursion tranquille sous mon boxer. Cette reconnaissance finie, elle fit le tour du fauteuil et vint s’agenouiller devant moi.
Elle fit glisser ses doigts sur mes cuisses et mes fesses, alors que ses yeux fixaient mon regard, cherchant là le signe de ma capitulation face à ses élans enflammés. A travers le tissu elle honorait mon sexe de petits baisers mordants. Je m’agrippais au fauteuil, je me cambrais pour ne pas laisser échapper des râles de plaisir qui auraient pu éveiller l’attention de la secrétaire de l’autre côté de la porte.
Ses mains accédaient maintenant à leur but. L’une jouait habilement de ma verge pendant que l’autre allait et venait sur mes abdominaux durcis par le plaisir. Sa bouche douce et pulpeuse avalait tout entière mon phallus fièrement dressé, et venait par instants croquer goulûment un de mes testicules. Ma respiration se faisait de plus en plus saccadée, je laissais échapper des soupirs de bonheur incandescent….j’avais abdiqué. Le coquin qui éclairait maintenant son visage ne laissait aucun doute sur ce point.

Elle savait alors que je n’avais plus envie de lui résister. Elle se releva et recula jusqu’à son bureau, ses yeux ne quittant pas les miens. Je me levais et me dirigeais lentement vers elle. Mes mains posées sur ses hanches, je l’embrassais fougueusement. J’ouvrais son pantalon et le laissais glisser le long de ses jambes. La douce fermeté de ses cuisses s’offrait alors à mes doigts électrisés par l’excitation. Elle portait un string écru aux bordures finement dentelées. Je décidais de garder ce trésor pour plus tard et préférais lui enlever son pull. Docilement elle leva ses bras pour me faciliter la tâche. Suite à mes assauts elle était maintenant assise sur le bord de son bureau. Ses jambes enroulées autour de ma taille, je continuais à l’embrasser, aimanté par le goût vanillé de sa bouche.
Mar 13 Jan 2004, 22:29 par la_tulipe_noire sur Les liaisons sulfureuses

J'irai au bout de ce rêve - Partie 2

Je me dirige alors vers une une lourde porte en bois précieux. Quelques ferronneries anciennes lui donnent l’aspect de l’entrée de ces hôtels particuliers que l’on découvre parfois au hasard de promenades insouciantes dans Paris. Tout ici dégage d’ailleurs une impression de luxe ordonné, chaud et parfumé… accueillant en somme. Pas ce luxe ostentatoire dont raffolent parfois les gens qui gagnent trop d’argent.

Dans le même mouvement je frappe et j’entre dans le bureau. Une femme d’environ 35 ans s’approche de moi et me tend la main :

-« Bonjour Monsieur L….., Sandrine Myriam, enchantée de vous rencontrer ! »
-« Tout le plaisir est pour moi, merci de m’accueillir dans vos bureaux »

La pièce est vaste et lumineuse. Le mobilier plutôt moderne et sobre. Une bibliothèque bourrée de livres égaye un pan de mur. Une toile colorée et géométrique apporte une petite touche de fantaisie à l’ensemble. Au sol, une épaisse moquette gris souris donne l’impression enivrante de marcher sur des nuages.
Après quelques échanges de politesse je suis invité à m’asseoir dans un fauteuil confortable. Elle s’installe en face de moi, de l’autre côté de son bureau, dans un fauteuil identique au mien. Je remarque ce détail car souvent les gens qui veulent se donner trop d’importance se permettent un fauteuil surdimensionné et luxueux, laissant à leurs invités de vulgaires chaises défraîchies.

Ainsi installé, je peux alors m’attarder sur son visage. Et si jusqu’à présent je considérais cette affaire comme une corvée, la beauté de ma future collaboratrice me fit comprendre que la lourdeur prévue du travail serait beaucoup plus agréable à supporter.
Des cheveux couleur charbon tombant sur ses épaules encadrent des yeux en amandes d’une noirceur tout aussi profonde. Ceci lui donne un air assez strict malgré une bouche gourmande et des fossettes rieuses.

L’importance de l’affaire en cours me fit vite oublier cette délicieuse impression, et nous commençâmes notre travail selon l’agenda pré-établi quelques semaines auparavant par téléphone.

Je devais tout d’abord lui présenter les aspects les plus techniques du dossier, pour lui faire découvrir les fondements de l’affaire et les rudiments d’un domaine qu’elle ne maîtrisait pas.

Un écran était prévu à cet effet dans un coin du bureau. Je pouvais y faire défiler la présentation que j’avais soigneusement préparé sur mon ordinateur portable. Je me levais pour détailler mes propos et insister sur les points importants. Elle était restée à son bureau, attentive, prenant même quelques notes sur un petit carnet. Avec sérieux et application, je poursuivais mon discours, bien décidé à démarrer cette affaire tambour battant. Seul le regard de mon unique spectatrice me perturbait. Ses yeux semblaient s’arrêter de temps à autre sur moi, ou devrais-je dire sur certaines parties de mon corps qu’elle examinait avec délectation. Je me disais que tout ça n’était que le fruit de mon imagination, ce qui provoqua chez moi un intérieur. Je n’étais que plus détendu malgré l’importance du moment. J’allais même jusqu’à soupçonner Madame Myriam de noter sur son carnet des commentaires sur mes yeux ou mes fesses au lieu de se concentrer sur l’écran.

Ma présentation terminée, après qu’elle m’eut posé quelques questions sur un vocabulaire un peu obscur pour elle, nous échangeâmes alors les rôles. Je repris ma place alors qu’elle se leva pour se placer à gauche de l’écran et démarrer sa présentation.
Elle n’était pas très grande, 1m65 tout au plus, mais dégageait pourtant une classe et une assurance indéniable. Elle était vêtue d’un pantalon et d’un pull noir, ce qui avec ses cheveux lui donnait un côté très sombre. L’ensemble mettait néanmoins en valeur une étole de soie rose orangé, élégamment enroulée autour de son cou.

De mon côté, ne maîtrisant en rien le langage juridique j’essayais de me concentrer sur ses explications. Mais mon attention s’attardait surtout sur des détails beaucoup moins sérieux. Là, son pull légèrement serré qui laissait deviner une poitrine mesurée mais ferme. Ou encore ses mains, fines et sans sophistication, les ongles subtilement recouverts d’un vernis translucide.
Le moment passa très vite bien qu’ayant duré presque une heure. J’attendis qu’elle reprenne sa place sur son siège pour lui poser quelques questions. Elle me répondit clairement bien que paraissant un peu lasse. Cela faisait deux heures maintenant que nous avions commencé à travailler. Un léger silence suivit.
Mar 13 Jan 2004, 22:27 par la_tulipe_noire sur Les liaisons sulfureuses

J'irais au bout de ce rêve

Ce matin je me suis levé tôt. J’avais rendez-vous à Paris avec l’avocate en charge de notre affaire. Le droit n’est pas mon domaine mais mes supérieurs ont jugé bon de m’impliquer dans le règlement d’un litige avec un concurrent sud américain.
Le dossier s’annonce très technique et mes compétences seront sans doute utiles. L’avocate a elle été choisie pour ses connaissances juridiques dans le domaine de la propriété industrielle. Mais aussi pour ses origines mexicaines qui lui donneront sans aucun doute de l’aisance face à nos adversaires.
Les dirigeants de l’entreprise sont persuadés que notre association nous conduira au succès dans ce procès. Ce qui signifie des sanctions exemplaires pour nos concurrents et des indemnités conséquentes pour nous.

Après un court trajet en métro, j’arrive au pied de l’immeuble cossu qui renferme les bureaux du cabinet international d’avocats.
Une standardiste tapote sur son ordinateur. Je me présente et lui indique mon rendez-vous.
- « 2ème étage à droite » m’informe-t-elle

Je me dirige alors vers le grand escalier de marbre blanc qui donne au hall une allure de grand théâtre antique.
Je monte lentement les marches, admirant les dorures et les boiseries anciennes qui ornent les murs.
Arrivé sur le palier, sur la droite, une plaque argentée et brillante indique la direction des « affaires internationales ». J’avance dans le large couloir tapissé de tissu pourpre et me retrouve face à un nouveau petit hall. Quelques fauteuils en cuir épais gisent là, entourant une table basse en fer forgé.
Derrière un comptoir noir d’un style résolument moderne par rapport au reste de la décoration, une jeune femme m’accueille dans un grand :
-« Bonjour monsieur, que puis-je faire pour vous ? »
Je me présente.
-« J’ai rendez-vous avec madame Sandrine Myriam »
-« Bien sur, Monsieur, je lui annonce votre arrivée »
Elle saisit alors son téléphone, échange quelques mots avec son interlocutrice puis m’indique le bureau de Madame Myriam
- « Allez-y, monsieur, elle vous attend »
Mar 13 Jan 2004, 22:25 par la_tulipe_noire sur Les liaisons sulfureuses

à Christine et Marie ....

en écho à ton message marquise, je voudrais vous transmettre les écrits de mon âme jumelle .... belle histoire, triste fin


=============================
A votre avis, devenir maman grâce (à cause de?) à internet, vous croyez que ça veut dire qu’internet peut changer une vie ? ;-)

Quand on vit seule dans une ville comme Paris, internet c’est une bénédiction. D’abord, pour mener une vie de débauches (vi, je sais... merci internet), et puis, un jour, suite à une annonce (... sur internet), une rencontre qui ne se passe pas comme les autres, la découverte du grand amour (oué, oué, merci internet), un déménagement à l’étranger (pour vivre avec Lui, bien sûr) et, dans la foulée, un magnifique bébé qui reste en contact étroit avec ses grands-parents grâce à... Internet !

Tout ça, ca vaut bien des milliers d’ASV pour rien, non ?!

;-)

==================================================
A la demande générale, je développe mon avis:

En été 2000, mon bureau me mute (bon d’accord, c’était un petit peu à ma demande, pffff) sur Paris où je ne connaissais absolument personne. Ceci dit, Paris quand on a 30 ans et qu’on est célibataire, ce n’est pas ce qu’il y a de pire...

Durant les quelques mois suivant mon arrivée, j’ai donc "meublé" mes soirées grâce à internet: d’abord sur des sites de tchatche et de rencontres, ensuite en organisant de nombreuses soirées avec des personnes rencontrées sur ces sites. Et puis, un jour, au bureau (bah oui, chuis accro, je vous ai dit, je me connectais même au boulot), un jeune homme se connecte sur le site de rencontres sur lequel j’étais inscrite. Par un réflexe habituel, je clique sur son profil... ouaaaaaaaaah, la photo !!!!! Ouaaaaaaah, les beaux yeux bleus ! Enfin, bref, je plonge, je drague (je sais, c po bô pour une fille de faire ça) et le soir de la rencontre fatidique, je suis là, à rougir comme une collégienne, encombrée de mes deux mains (tiens, quand est-ce qu’on m’a mis ça??) J’ose à peine le regarder, mais chaque fois que j’ose un coup d’oeil en coin, son me fait craquer. Merde, c’est pourtant pas du tout mon genre de faire dans la guimauve, keski m’arrive ! Enfin, on commande un verre , on discute un peu (lui surtout, moi je bois ses paroles au détriment de mon verre de vin) et lorsqu’on se quitte sur le quai du métro, je l’enlace et je l’embrasse (ouiiiiiiiiii, j’ai osé faire ça !!!!) Je suis rentrée chez moi des étoiles plein les yeux. "C’est le plus beau, le plus gentil, le plus charmant, le plus sexy, le plus tendre, le plus plus, quoi !!!"
Mar 13 Jan 2004, 14:13 par la_tulipe_noire sur Amour internet

A l'aube

Il faut bien le dire, les premières fois c’est quand même pas une sinécure! Même si c’est avec un regard nostalgique et ému que l’on se souvient de ces moments, il n’en reste pas moins qu’on a tendance à omettre certains petits détails! grin

C’est qu’avant d’arriver à l’instant magique il faut se préparer! Si si parole de femme! amuse

Et oui il est dur le moment où avant le RDV galant il faut se raser, se maquiller, s’habiller, se coiffer, appeler ses amies pour nous aider, trouver ses chaussures... Et après des heures à courir on finit par s’asseoir sur le lit, désespérée, au bord de la crise de nerf parce qu’on ne sera jamais assez belle et que décidemment il faut se mettre régime parce que la raclette entre copines la veille c’était pas une bonne idée ouin

La semaine à été longue, très longue!

Etape.1: Il a fallu après des mois d’hibernation passer sous les mains expertes de notre esthéticienne adorée : " Mon Dieu et bien il était temps de venir nous voir, alors on commence par quelle jambe???", on s’en fout, même pas mal! snif
Et après des heures de conversation enrichissante sur le nouvel amant de madame Georgette, il est temps de penser à passer à l’étape suivante!

Etape.2 : Le matin en ouvrant le tiroir du bas le constat est dur mais il urgent de changer de lingerie, les culottes avec des petits nounours ça risque de casser l’ambiance. ahmoui Ca tombe bien il y a toujours un magasin de lingerie dans le coin. C’est à partir de là que votre vie de femme commence à se compliquer, et que de grandes questions existentielles se posent alors à vous... " Excusez moi mais ... ça se porte dans quel sens?" , " il est où le reste du tissu?", "mince ça existe?"," ça coûte combien?... ah...oui quand même", " je comprends pas d’habitude je rentre dans du 38!!"," votre miroir là! il grossit non?", " mouahaha! vous plaisantez! Vous m’avez vu?"
Et après quelques heures de débats on peut rentrer fièrement la récolte sous le bras. Mais quelques minutes plus tard et le portefeuille vide c’est la proie au doute, les sueurs froides et toujours la même conclusion " Mon Dieu, je suis sûr qu’il va me trouver grosse et moche!!" timide

Etape.3 : Sans doute une des plus longues. On se doute pas qu’une armoire peut contenir autant d’habits...et pourtant! A côté la caverne d’Ali baba ( au rhum debile ) c’est de la gnognote.
Parce qu’après avoir trouver le haut, il faut trouver la jupe qui va avec, puis les chaussures , le manteau, le pull, le collier, les boucles d’oreilles...raaaaaa atteint
Et après des heures de recherches dignes d’une fouille archéologique la sentence tombe : " oh m... je rentre plus dans la jupe...va falloir que je trouve autre chose!" Là les courageuse copines appelées à la rescousse quelques heures avant sont au bord de la syncope et ont commencé à entamer la bouteille de bordeaux que vous aviez soigneusement caché sous le lit.

Etape.4 : Le maquillage. Un manque d’entraînement se fait sentir, normal le dernier RDV date d’un an. Heureusement les valeureuses copines sont toujours là au cas où. "Le maquillage est notre ami il faut l’aimer aussi!"
Pas toujours si évident quand après 5 tentatives on finit généralement borgne et ressemblant à une star de film muet. Mais ça serait trop facile!!
La salle de bain c’est une chose, la lumière du jour c’en est une autre, et le regard incrédule de vos cheres et tendre amies (maintenant profondément imbibées de vin) sera là pour vous le rappeler! ohhh

Etape.5 : il ne reste plus que la coiffure et s’entraîner à porter des chaussures à talons. Enfin ça y est la ressemblance avec un femme, une vraie, approche!

Conclusion1: le grand moment tant attendu est là! Le travail du et du regard n’aura pas été vain, le parfum semble avoir été à son goût, les précieux conseils des amies sur les 5 façons de séduire un homme (paru dans ELLE magasine la veille! ça c’est de la veine!) ont fonctionné, le maquillage n’a pas fait trop tâche, les habits c’était parfait, et les dessous sexy après un travail d’équipe ont finit par terre!
c’était parfait! ...

Conclusion2 : Le lendemain soirée entre copine pour une réunion de haute importance sur comment s’est déroulée la soirée ( avec les détails ça va de soit grin ) : " wouah!!! il est trop mignoooon!!!" , " la chaaaaaanceee!!!", " il a fait çaaaa???"

Après messieurs cela ne vous regarde pas! Nos conversations resteront à tout jamais un mystère pour le sexe masculin chut
Ven 12 Déc 2003, 15:21 par sobritish sur La première fois

le jeu de la verité ... question 3 ??

Plusieurs d’entre nous ont déjà répondu aux premières questions posées dans ce "jeu de la verité" spécial séduction... les débats (pfffffffff je n’ai pas dit les "ébats" !!!! cling ) restent ouverts (ce serait sympa d’ailleurs que tous les membres prennent le temps d’y répondre :: ) , mais je vous propose (je dirais même plus, je vous pose... )la question suivante : ahmoui

( roule roulement de tambour ...tarataratam ... hein )

Quel endroit inattendu a été le théâtre de vos ébats amoureux?



La marquise ... Dupont d’occas ...
Lun 01 Déc 2003, 19:00 par la marquise de sade sur La séduction

un regard,un sourire,une expression...

timide
Un regard,un ,une expression, là je commence à regarder cling

La beauté étant subjective, il va être difficile de la décrire...

De brune à blonde, de grande à petite, point de critères définis...

Même si je la préfère ample, généreuse et profonde (excusez moi mais je parlais de la poitrine)...

Mais j’oubliais l’essentiel, elle parle et là! Merveille ou déconvenue...

Mais à être trop sélectif, voire trop difficile, peut-être ne devrais-je pas être étonné d’être toujours célibataire ...

Euh! n’allez pas croire Mesdames que je livre mon coeur à vos appétits voraces, quoique... :content:

A vous lire.
Je vous adresse un immensse , Gente Féminine

Soleye
Mer 26 Nov 2003, 18:40 par soleye sur La séduction

La dame du 21 ...

La dame du 21 est une petite bonne femme qui flirte avec les 90ans et qui habitait comme son nom l’indique Roulement des yeux au numéro 21 ....

Quoi de bien transcendant dans cela me direz vous? Rien vous répondrais-je! Excepté peut-être que cette petite bonne femme, toute fragile, toute menue, toute frippée était un vrai soleil dans une journée!
S’agitant de gauche à droite, ramassant feuilles mortes en automne, déblayant la neige en hiver, plantant bulbe au printemps et jouant au foot avec les enfants du quartier en été!!
Sans oublier aussi l’arche de jeanne (hélas, oui, elle s’apellait jeanne et non Noé! amuse ) qui devait compter une dizaine de chats de toutes races et de toutes compositions (avec oreilles, sans oreilles, à trois ou quatre pattes, avec ou sans queue, cling ) un vieux chien qui avait aboutit là dieu seul sait comment (elle meme ne se souvient plus qui du chien ou d’elle a trouvé l’autre ahmoui ) quelques pigeons, moineaux, canaris et deux poissons rouges!

Une petite vieille qui a toujours un bonbon caché au fond de la poche de son vieux tablier, qui a toujours une anecdote à vous raconter, qui a toujours un pour vous illuminer la journée ...

La marquise ... p’tite vieille dans quelques dizaines d’années cling
Lun 17 Nov 2003, 20:49 par la marquise de sade sur Un monde parfait

des mots pour séduire... peut-être...

...ébauche de doux mots....


Je voudrais être dans l’air que tu respires, dans l’eau qui te caresse, dans les fibres des tissus qui t’habillent.
Je voudrais être dans les aliments qui caressent tes lèvres et ta langue.
Je voudrais être un peu de ta peau, que tu aies envie alors de toucher des parcelles de toi et avoir la sensation que c’est ma peau qui effleure la tienne.
Je voudrais être ton téléphone, te détournant de ton correspondant, glisser à ton oreille un fragment de ma respiration pour te faire ressentir mon plaisir d’être aussi proche de toi.
Je voudrais être ta montre pour que tes yeux pétillent lorsque tu la regardes dans ta course perpétuelle contre le temps.
Je voudrais être un peu de tes draps pouvoir caresser ta peau toute la nuit, t’envelopper, t’emmener et t’accompagner vers de doux rêves.
Je voudrais être sur le rebord de ton verre lorsque tu y poses tes lèvres pour boire.
Je voudrais être un peu dans toutes ces choses qui font ta vie, que le naisse sur tes lèvres en songeant que peut être je suis là.
Que l’idée t’envahisse et te devienne alors peut être obsédante de n’être qu’une idée.
Que tu aies alors envie encore de moi de chair et d’os, de regards, de s, de caresses, de baisers, de mots glissés à ton oreille.
Que ton corps et ton esprit se révoltent contre ta raison et te rappellent les plaisirs que la folie nous a donné à vivre. ….
Sam 15 Nov 2003, 15:37 par Ri1kedesBêtises sur La séduction

Ma premiere fois ...

En ce qui me concerne,je vais commencer par vous saluer tous ,et vous adressez un immense ,et je vous demanderai d’être indulgent, car c’est la toute première fois...que j’écris sur le site, ce qui m’amène à la réflexion qu’effectivement, on peut être anxieux lors d’une découverte, car on a peur de mal faire ou d’être mal perçu, mais je crois que si on met son coeur à l’ouvrage, que si on est attentif et à l’écoute de l’autre, que si l’on rayonne, on arrive à transmettre son moi le meilleur dans le sujet qui nous concerne. Si l’on fait abstraction de son plaisir personnel et égoïste et que l’on partage le corps comme l’esprit, alors l’alchimie doit se créer et l’osmose intellectuelle et charnelle se révéler...c’est du moins mon point de vue.
Ven 14 Nov 2003, 12:22 par soleye sur La première fois

Souvenirs inhabituels ...

Je suis sûre que tout le monde a lu le message, que chacun a compris la proposition, et que tout le monde attend que quelqu’un se jette à l’eau avec un premier message...
Malgré ma timidité légendaire (petit prince arrete de te marrer steuplé!!! ) , je vais faire le premier pas, enfin, je veux dire le premier message !

Les rendez-vous, je n’en ai pas fixés des dizaines ... Premièrement parce que je suis une fille et que les traditions veulent encore que ce soit généralement l’homme qui prenne l’initiative des rdv, ensuite parce que bien souvent les choses se font à l’improviste, au détour d’une conversation anodine, d’un coin de rue, d’un échangé ...

Mais je me souviens des traditionnels rdv aux restos ou dans un bar agréable. Des quelques promesses de se retrouver dans une fête diverse, et de quelques longues minutes à patienter aux arrets de bus ou sur le quai d’une gare...

Les plus surprenants ne furent pas tant par le lieu, mais pas les difficultés à affronter avant de pouvoir enfin s’échanger un baiser. Mes plus beaux souvenirs ne sont pas ceux des lieux, mais ceux des mots ou des regards échangés dans ce lieu. Les lieux où se déroulaient les moments plus tendres sont plus surprenants ou inattendus pour ma part.. je vous les conterai quand la question sur ce thème arrivera...
Je garde en tête toutefois, ce petit garçon qui a traversé toute la France pour venir me donner un petit collier de perles alors que j’étais en colonie de vacances ... nous avions une dizaine d’années ... et j’ai toujours le collier ...

La marquise ... une timide qui s’ignore ...
Ven 14 Nov 2003, 12:11 par la marquise de sade sur La séduction

il est pour toi :)

Dans mes premiers souvenirs, je me souviens de cet homme. De ses mains rudes, larges, tachées. De son imposante carrure carrée, de son dos un peu vouté. De sa démarche nonchalante, lourde.
Je me réveillais à peine et j’entendais déjà les bruits provenant du garage. je me couchais le soir, au son de ses mêmes outils, le dimanche il m’emmenait en forêt, me laissait conduire la voiture dans les chemins de traverse, m’apprennait les arbres, les champignons, les cerfs.
Il a travaillé toute sa vie.. puis la maladie est arrivée ... il riait peu, il ne pouvait plus travailler, son coeur qu’il donnait à tant de personnes le lachait. Il restait assis, dans son fauteuil, le chat sur les genoux, à rivaliser avec Hercule Poirot ou Sherlock Holmes dans les romans qu’il lisait. L’argent vient peu à peu à se faire plus rare. La maison arborée a du être vendue. Trop loin de la ville... plus assez près des magasins pour s’y rendre sans voiture au cas où...
Il lui restait une petite maison sur 3étages, en plein centre ville, sans jardin, sans atelier, sans garage.

Il y aura bientot 7 ans que chaque jour une de mes pensées est pour lui. 7 ans que j’entends toujours sa voix, 7ans que je vois son . 7 ans qu’un beau jour la leucémie l’a emporté.

Ce message n’est que pour toi... papa.


Sa marquise...
Ven 07 Nov 2003, 12:32 par la marquise de sade sur Un monde parfait

une histoire exceptionelle... le meme rêve que tant d'autres

Des MP, j’en ai partagé des milliers, avec des gens de tout bord, de tout milieux, de toute profession, de tout âge, de tout pays. Au fil des conversations, des liens se lient, plus ou moins forts, plus ou moins intenses. Si mon humour les domine généralement, arrive souvent un jour ou un soir, où les langues se délient. On est plus nostalgique, on se pose des questions, et on raconte une histoire, une aventure. Combien de fois ai-je entendu cette même histoire. La rencontre de l’être complémentaire! Celui ou celle qui pense comme vous, ressent les mêmes choses, au même moment. La complicité parfaite. Cette histoire on me l’a raconté mille fois, et je l’ai vécue aussi mille fois.
Comment expliquer que chacun notre tour nous avons eu cette impression? La magie du net? Pourquoi pensons-nous tous avoir rencontré à quelques centaines de kilomètres de nous, celui qui nous est destiné? Moi je dirais ...l’imagination...le fantasme... le désir d’y croire.. le rêve... Nous recevons des mots et nous les transcrivons, les adaptons à ce que nous attendons. Nous imaginons sa voix, ses s, ses émotions, ses envies... comme nous les aimerions...
Puis arrive l’appel téléphonique tant attendu, le rendez-vous tant désiré ... et là... l’imagination fait place à la réalité... les rêvent deviennent moins intenses, la complicité se perd, les s moins tendres ... le rapprochement nous éloigne... irrémédiablement.
Pierre, Paul, Jacques, Elise ou Carine, tous ont vécu cette histoire qu’ils pensaient unique ... mais il restera une chose... tous ces mails, tous ces mots, tous ces instants de bonheur n’auront pas été vain, ils nous auront fait croire au bonheur, à la vie, ils nous auront fait croire en nos rêves...

La marquise de Sade qui continue de rêver...
Dim 02 Nov 2003, 23:38 par la marquise de sade sur Amour internet
Page 33 sur 33 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 31, 32, 33

Ecrire sur sourire

Ecrire sur sourire Contre un mur, J'irai au bout de ce rêve - Partie 3, J'irai au bout de ce rêve - Partie 2, J'irais au bout de ce rêve, à Christine et Marie ...., A l'aube, le jeu de la verité ... question 3 ??, un regard,un sourire,une expression..., La dame du 21 ..., des mots pour séduire... peut-être..., Ma premiere fois ..., Souvenirs inhabituels ..., il est pour toi :), une histoire exceptionelle... le meme rêve que tant d'autres,
Il y a 494 textes utilisant le mot sourire. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Ils ne pèchent pas, ceux qui pèchent par amour.

Oscar Wilde.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018, 10:59
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 25 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite