Des mots courageux pour toi,

Si je t’écris aujourd’hui c’est parc que je n’ai pas trouvé l’occasion de te dire les choses en face et même en étant caché derrière ce bout de papier, j’ai l’impression que j’aurai du mal à m’exprimer et à trouver les mots justes pout te signifier toute ma sincérité et ma volonté à ce que tout soit clair, je te vois déjà surprise en lisant ces premiers lignes qui ressemblent à un aveux d’un homme envers une veille connaissance alors que ce n’est pas le cas, mais rassure toi, cette lettre ne t’apportera que du bien parc que je l’ai souhaité subtile et courtoise et avant de toucher à l’essentiel, j’aimerai que tu respect l’ordre des lignes et que tu t’impatientera pas à découvrir les mots de la fin, j’aimerai que tu apprécie mon effort à vouloir te présenter des propos agréables à parcourir, je le sais, le début te parait un peu long mais comprend moi c’est peut être la ma seule et unique chance de te faire part de mon ressentiment de la meilleure manière qui soit. Voila, j’ai presque terminé sans vraiment commencer et il est temps que je me lance dans mon véritable discours en espérant être le moins maladroit et le plus court possible.

Cela fait maintenant quelques temps que je t’observe derrière mon visage imperturbable et mes yeux ne cessent de s’intéressés à toi et au moindre de tes gestes, ton petit sourire exquis, ton charmant visage et l’indescriptible beauté de tes yeux me font plonger dans une ivresse infinie, mais face à toute la splendeur du paysage que tu m’offre généreusement tous les jours je me sent pourtant démunie à cause de la distance et le silence qui m’empêchent de tout savourer pleinement, alors et pour ne plus faire perdurer mon impatiente et avant que ces plaisirs ne se transforment en des tourments, j’ai décidé et avec beaucoup de courage d’aller au delà de ma timidité et de t’adresser ces quelques mots pour que tu sache que je pense à toi et que j’aimerai tellement te connaitre.

Je reste convaincu que tu es une personne formidable et que tu mérite toute l’attention du monde et même si j’ignore ce que tu ressens pour moi, ma démarche vers toi était un devoir et je ne terminerai pas cette lettre sans ce petit poème dont tu es la source d’inspiration.

Je t’ai aperçu un beau jour de printemps
Déjà mon cœur te devins dépendant
C’était sans doute le jour le plus important
Quand le temps c’est arrêté pendant un instant
Ton visage parfait te donnait l’allure d’un enfant
Le regarder n’était plus une envie mais une obsession
Après, ma vie s’est transformée en un feuilleton
Toujours la même image, toujours la même passion
Quand tu parle, moi je cris pour que tu m’entendes
Quand tu marche, moi je cours interminablement
Rien que pour sentir ton odeur de femme charmant
Je serai ton esclave enchaîné dans ton rêve insolant
Avec ton regarde aussi vaste que l’océan
Ainsi que ton sourire brodé comme un feston
Tu m’as fait renaître de ce corps de charbon
Et avec tes flammes tu l’as brûlé tel un volcan
Le vent d’été souffle et me prive de la belle saison
Ou jadis te revoir était ma seule raison
Aujourd’hui ta présence me manque terriblement
Et le charme de ton visage rayonnant
Sache que mon cœur t’appartient éternellement
Toi qui l’as libéré de tous ses tourments
Mer 30 Nov 2011, 11:28 par Radski sur La déclaration d'amour

Un amour infini

Bonjour petite fée,
Je t’amène ce présent.
Et puisse-t-il te prouver,
Ces choses que je ressens.

Ta lumière est un graal,
Un trésor bien secret.
Tu ne sais faire le mal,
Ton amour est parfait.

Tu peux voir le passé,
Accepter tes faiblesses.
Laissons ces jours hantés,
Oublions ces bassesses.

Car désormais cher ange,
Tu commence à briller.
Tu te plonge dans un Gange,
En ressors purifiée.

Je suis fier car hier,
Tu as jeté mes peines.
Je te sens grande et fière,
Je te sais enfin saine.

Peut être doute-tu aussi ,
D’être celle que je louange.
Je le répète ici:
Tu as tout d’un bel ange !

C’est désormais chose faite,
Oublions nos bêtises.
Acceptons nos défaites,
Ressens tu cette brise?

Un vent nouveau nous porte,
On voudrait l’enlacer.
Écoute le, il exorte,
Il est la Vérité .

Au fond de moi je sais,
Que tu as le pouvoir.
Et je te vois tout prêts,
D’accepter un espoir.

Je veux te voir radieuse,
Il suffit de cette peine !
Enfin te voir heureuse,
Et délaisser la haine.

En cet instant je t’aime !
Et glorifie les cieux,
D’avoir voulu qu’on sème,
Quelques graines pour le mieux.

En cet élan je t’aime !
Car tu es magnifique...
Je te vois qui parsème,
Un amour authentique.

À cette heure je t’adore !
Mon coeur pleure de t’avoir !
Tu es un être en or,
Telle une œuvre d’ivoire.

Je te serre contre moi,
Pour cette chaleur.
Je te prends dans mes bras,
Et t’enlace pour des heures.

Mon amie tu le sais,
Je suis là sans réserve.
Et quel que soit ton souhait,
Je veux que je le serve.

Mon cœur est plein d’envies,
Mais surtout celle de voir,
Ton retour à la vie,
Et la paix dans tes soirs.

Pour moi tu es une muse,
Et tu guide ma bonté.
Je me nourris, jabuse !
De ta divine clarté.

Tu mérite le bonheur,
Tu as assez souffert.
C’en est assez pour l’heure,
Le passage est ouvert!

Ce modeste présent,
N’est pas juste un écrit.
Ce n’est pas moi, parlant,
Mais la vérité qui crie!

Je ne suis que le scribe,
Du plus pur des élans.
C’est ici que j’exhibe,
Tout l’amour
 qu’Il ressent.

L’Univers est en toi,
Tu ressens sa puissance!
Les étoiles brillent sur toi,
Elles te guident vers la chance!

Puisse donc le ciel ,
Une lumineuse journée.
Moi même je fais partir,
 Toutes mes preuves d’amitié.

Encore une fois merci!
Et pour toujours je t’aime!
De cet amour infini,
Où ton âme me ramène.

Je te fais mille baisers!
Je te souhaite mille merveilles!
Tu peux aller en paix,
Car ton coeur se réveille :)
Jeu 17 Nov 2011, 08:07 par ChanG sur La déclaration d'amour

J'ai aimé...

J’ai aimé faire l’amour avec toi
Comme un jeu sans règles ni lois
un papillon se brulant les ailes
à une lumière bien trop belle!

J’ai aimé tes caresses jusqu’à l’excitation,
Quand mon corps a envie de toutes tes attentions,
mon corps une première fois,
et espérer te revoir en moi!

J’ai aimé mettre un terme à mon envie
Comme un secret interdit
Quand ta langue peint mes émotions
mon regard avide qui cherche la moindre expression

J’ai aimé quand ma bouche entrouverte t’a deviné...
Quand mes lèvres t’ont dégusté
Aimer les délices de ta peau
Aimer te savourer comme le plus beau des cadeaux

J’ai aimé te sentir glisser en moi,
J’ai aimé faire l’amour avec toi
Tout simplement parce que c’était TOI
Dim 17 Juil 2011, 13:56 par Djinn sur La première fois

T'offrir mon coeur

mon coeur

On s’est croisés, sur le net, un jour,
Comme ça, par curiosité, par hasard
Au détour d’un texte, d’une page.
Puis, sur ces mots, un visage
A pris place dans mon coeur
Le remplissant de tendresse et d’amour
Et je découvris le sens du mot bonheur.

Quelques mois au Paradis
Pour découvrir l’enfer
D’une horrible maladie
Qui chaque jour t’enterre
Je voudrais, te donner mon cœur,
Pour que ta vie soit meilleure
Que tu aies la force et le courage
De faire face à cet orage

Je voudrais te donner mon souffle,
Pour grimper ,jusqu’en haut de la montagne
Et mon sang pour que tu gagnes
Cette bataille qui t’essouffle
Avec toi , main dans la main,
Je voudrais pouvoir continuer ce chemin
Que nous avons pris par hasard un jour
Et pouvoir continuer à vivre notre amour

Mais le destin veut te détruire
Je voudrais te donner mes sourires
Pour que tu puisses te reconstruire
À mes pitreries, te faire rire
Oublier toute cette détresse
Je voudrais te donner ma tendresse
Afin qu’elle comble ce qu’il te manque le plus.
Je voudrais te donner ma vie,
Car, sans toi, elle n’a plus de sens
Pour que tu restes un peu plus ici
J’ai encore besoin de ta présence
Ven 15 Avril 2011, 14:36 par caressedesyeux sur Mille choses

Longtemps j’ai rêvé…

Longtemps j’ai cru en toi et en ta vision de la chose, le silence de ta beauté insolente, tes cries de désobéissance, ton parfait sourire, ton impatiente, je me suis longtemps noyé dans tes rêves et ta folie grandissante et chacun de tes gestes que j’ai voulu apprivoiser, des mots écrits dans l’ombre, ont vu naitre des phrases brulantes, noir sur noir qu’à peine on pouvait comprendre, souvent j’ai voulu partir, demeurer sans ta présence, ne plus croire en ton existence, traverser des terres désemplis de ton odeur, retrouver le chemin du bonheur, je délire, je devrais me remettre à écrire, sur les sables de la plage abandonnée, j’ai laissé quelques larmes éparpillées, l’amour mentionné, pur mais affamé, je devrais revenir, te dire à travers quelques paroles, que la vie sans toi est loin d’être drôle, attends moi, j’arrive, je cours, je traverse le parcours, entends-tu les pas, mon cœur qui bat, près de ta résidence j’ai oublié la souffrance, je revois ton visage, je tremble, je t’écoute me dire des mots étranges, je songe, la ou tu te trouve, la haut dans le ciel, dessine moi des ailes et laisse moi l’amour éternel.
Jeu 17 Fév 2011, 13:55 par Radski sur La déclaration d'amour

Voici une fleur

laisse-moi le temps de une fleur, de te dire Que c’est l’heure d’effacer toutes les douleurs.
Jeu 12 Nov 2009, 09:21 par Radski sur Parler d'amour

De cette main.

Nuit estivale. L’air doux est fruité, comme une douce mélopée syncopée. L’herbe frissonne, les parfums foisonnent, et ta silhouette pâle s’endort sur les pétales des roses froissées.
Eléa, mon amour. Tes lèvres soupirent encore le cœur palpitant de la vie, comme une promesse sucrée. Je suis à ton chevet, belle dame, alors que tes yeux se ferment doucement. Tes fines mains caressent les miennes, tendresse feutrée. Un ange aux ailes repliées, muet dans l’éternité d’un instant.
La mort.
Eléa, ma douce damnation. Mes doigts courent sur ton sein teinté de rouge, alors que je range ma dague. Ta longue robe chatoyante s’empoisse de cette vie qui te quitte, volant à tes joues leur rose tendre. Mes mains ne tremblent plus, mon cœur s’est éteint. Par ta disparition, la mienne. Je n’ai existé que par cette convoitise impossible, par ce trésor intouchable, alors que chaque seconde d’existence propre m’était ôtée. Je ne regrette rien, souriante Eléa, si ce n’est le miel de tes mots à mon oreille. J’aurais tout donné, Eléa pour que nous soyons heureux, mais les gouttes pourpres qui ruissellent silencieusement de ta gorge blanche ne mentent pas. Nous ne pouvions pas. Et plutôt que de en pâture à la sauvagerie brusque d’un autre, ma délivrance contre ta peau. Nous aurions dû tout quitter, douce, avant que le cœur froid de la guerre ne nous emporte, que les murs ne se brisent et que les os craquent. Tous morts, Eléa, tous. Et ton corps qui aurait flétri dans une chambre souillée. Jamais.
De cette main, oui, je t’offre l’exil d’une fin apaisée.

Eléa, mon amour.
Eléa, ma chère.
Eléa, ma sœur.


La dague glisse à nouveau contre la peau tachée de sang. Un dernier soupir, tandis que les lys fanent sur les corps immobiles.
Ven 18 Avril 2008, 18:35 par Etrangloir sur Parler d'amour

J'aurais voulu que tu sois comme un " frère "( 7 )

Pour un moment
ma présence
Pour un instant

J’aurais tant aimé
Si tu avais accepté
Que tes yeux me dévisagent
Et que tu lises les peines sur mon visage

Peut être alors
Me comprendrais tu ?


Marie
Lun 27 Août 2007, 16:17 par Satine sur Histoires d'amour

J'aurais voulu que tu sois comme " un frère "( 4 )

Pour un moment
ma présence
Pour un instant

Prétentieuse
Me suis je entendu dire
Malheureuse


Je suis...


Marie
Mar 21 Août 2007, 23:59 par Satine sur Histoires d'amour

Souvenir

je me souviens le jour où je t’ai rencontré
l’instant précis où nos regards se sont croisés
je me souviens de tout ce que tu me disais
jamais je n’oublierais tes grands yeux noirs
ni ta bouche au gout de cannelle et citron qui m’embrassa
ni ton corps de femme qui m’envoûta
ni ta grâce naturelle qui me subjugua
depuis ce jour j’ai découvert l’amour
le mien, le tien, celui qui peut-être a nous
pauvre diable que je suis
je n’ai que trois choses à , car je n’ai pas de fortune
ces trois choses pour toi mon amour sorti de la brume
Mon âme, mon cœur et ma vie
mon âme, pour te conquérir
mon coeur, pour t’aimer sans te faire souffrir
ma vie, pour la vivre avec toi a l’infini...
Mar 10 Juil 2007, 23:28 par pierre de la carolina sur Mille choses

Juste toi

Je te vois, je te veux
Je te sens, te désire
Je t’entends parmi eux
Et je voudrais te dire
Que je n’entends que toi,
Que toi seul m’éblouis,
Que tu guides mes pas
Réajustes ma vie.

Je m’accepte avec toi,
je m’aime dans tes regards,
Tu me fais être moi,
Nier le désespoir.

Je voudrais t’apporter
Ce qui manque à ta vie,
J’aimerais te compléter,
Inscrire ton infini,
Dans mon incomplétude
Mes doutes, mon incertain,
T’offrir ma solitude
Et te prendre la main.
Mer 17 Jan 2007, 20:07 par jatea sur Parler d'amour

Il suffit que deux coeurs enivrés se rencontrent

Je voudrais, posséder le talent pour décrire avec exactitude tout ce que je ressens intensément,
Mes plus profondes et intimes pensées
Que mes poèmes te racontent mon amour comme un océan
Ses marées changeantes hautes et basses,
Ses joies, ses peines, ses rires et ses pleurs
Qui m’inondent et me font revivre.
Si l’amour est aveugle, je veux bien l’être
À te chercher dans le noir de ma vie
Puisque je sais qu’avec mes autres sens je te reconnaîtrai
Car tu es cette étoile qui brille de mille feux dans mes yeux
Et que tu as le pouvoir de m’offrir le merveilleux
Que tu peux illuminer mon regard
D’un seul geste,
Qui jusqu’à toi s’est perdu dans de sombres histoires
Je veux te regarder, t’admirer comme un diamant
T’offrir mon coeur, mon âme, mon corps
Te raconter que nos vies sont faites pour aimer
Il suffit que deux coeurs enivrés se rencontrent
Alors, tout peut recommencer
Mais le seul talent que je possède
C’est mon désir de te rendre heureux
Effacer un peu toutes ces années noires
Et tu sauras de quoi seront faits nos lendemains
Si tu gardes ma main dans ta main
Pour faire ensemble le chemin de l’amour
Sam 26 Août 2006, 14:16 par joullia sur Parler d'amour

mots d'une nuit d'été...

J’aimerais t’écrire du « léger », de « l’aérien » qui irait, selon tes humeurs te caresser, te consoler ou t’apaiser.
J’aimerais être sourires et émotionnellement toujours au sommet, sans états d’âme et sans trente-sixième dessous.
Par pudeur, je broderais autour de la Lune et de l’Ange, leur amour, leurs aspirations communes, leurs ambitions respectives…la réalité qui les rattrape de toute façon et qu’elles évoquent de loin en loin…parce que…
Le tout sur un fond de musique d’opérette : «…poussez, poussez l’escarpolette…»…pourquoi pas ? Dédramatisons, dé-dra-ma-ti-sons!
J’oserais poser les mots qu’elles ne veulent pas lire ou dire, les mots qui auraient pu leur donner envie d’avancer, peut-être…
Leur amour fut tendresse avant tout, jusqu’au bout…leur amour est encore, malgré tout; il n’en finit pas de les occuper… « ..Oui, tu m’occupes, oui…et que ça continue! Oui…je veux…et si je te dis le contraire, ne me crois pas! »
Leur histoire s’est déclinée au présent ; le futur est un temps qui ne leur convenait pas, sans doute…allez savoir…
Toutes deux se sont données les moyens de faire l’impasse sur leur bonheur! Elles n’ont pas su ou pas voulu faire de leur amour un avantage…elles se sont éparpillées, perdues en considérations plus importantes…prioritaires, parait-il. L’une aurait bien voulu, je crois, faire de l’autre une de ses priorités…l’autre n’était pas disponible pour envisager cette possibilité…
Une nuit de pleine lune : le décor. Le temps d’une nuit, leur dernière nuit certainement, les écouter défaire leur amour, s’en prendre aux autres, invectiver la société, en vouloir au monde entier …brasser beaucoup d’air pour pas grand-chose…. «…un peu comme ce qu’il restera de nous, presque rien…je ne le veux pas ! je veux des mots comme : beaucoup, plein, immodéré aussi, excessif également…et si je te dis le contraire, ne me crois pas…»
La Lune dit à l’Ange :
« J’ai envie d’un amour à partager…nous échangeons parfois nos pensées et nos mots, nous partageons des nuits et des jours contrariés par nos séparations, nous ne savons pas quand nous allons nous revoir...à ce rythme notre relation va devenir platonique et ça risque de me chagriner…mais nous n’en parlons pas et d’ailleurs de quoi parlons nous ? De toi, là-bas ; de moi, ici ; de tout sauf de nous ensemble…il faut croire que nous deux, ça nous fait peur…à ce rythme je vais oublier qu’un jour nous avons connu des instants bénis, ensemble, quand il m’arrivait de te dire : « bonjour amour… » avant de déposer un baiser sur ton épaule, avant de t’aimer…nous ne disons rien, nous faisons comme si…toujours…nous entretenons l’illusion...
Tu voudrais partager…j’aime des mots tendres, insouciants qui bercent, te baignent, t’enveloppent de douceur. Mais, partager c’est aussi pouvoir exprimer ses angoisses, ses appréhensions, ses désirs, tous ses désirs, ses besoins de l’autre souvent et n’importe quand; dans notre histoire d’amour, il y a une partie de moi qui est en trop, je la cache: elle est sentimentalement incorrecte…alors monange, j’ai besoin de toi, et si je te dis le contraire… »
L’Ange ne dit rien; ses yeux n’ont pas quitté la Lune,
la Lune qui n’en finit pas d’éclairer l’Ange…
la Lune qui cette nuit est « dans l’eau ».
Sam 29 Oct 2005, 06:09 par danslalune sur La vie à deux

Lettre

Sarah,


J’aurais voulu ne plus jamais te voir, j’aurais voulu devenir amnésique, j’aurais voulu que les blessures de cette nuit à tout jamais quittent mon esprit. Hélas, il n’en est rien. Plus le temps passe, plus elles se font vives et me consument peu à peu.
Le souvenir de cette nuit, où dans l’embrasure de la porte de salle de bain je vis ton corps halletant, encore tiède de notre union qui, je l’avoue fut courte, étreint par cet autre, aurait du à jamais me faire te haïr. Pourtant, je t’aime encore plus, je te désire encore plus, je te veux mienne, encore et toujours.
Je sais que tout est ma faute. Je sais que si je ne m’étais pas empressé de te posséder, tu serais encore à moi. Je te désirais tant, je voulais te faire découvrir un univers de plaisirs, te donner l’extase, tout mon être. Et qu’ai-je fait? Je t’ai dévorée, goulûment, egoïstement, rassasiant ma soif de toi. Je me suis repu de ton corps, j’en ai oublié d’assouvir ton âme. J’étais si bien en toi, si bien avec toi, que j’ai tout oublié. Même d’être présent. Je me suis endormi...

Ce sont tes soupirs étouffés qui m’ont réveillé. J’ai d’abord pensé que je rêvais, que c’était le souvenir de notre étreinte, voire même sa poursuite. Le désir est de nouveau monté en moi, j’ai voulu te prendre dans mes bras, caresser ta peau, encore. Mais le lit était vide et froid. Seule une faible lueur émanait de la salle de bain, seul le reflet de ton visage dans le miroir se superposait à mon souvenir. J’ai cru un instant que seule, tu comblais mes manques... puis je vis son corps se presser contre le tien, ses reins bousculer les tiens. Tu mordais tes lèvres rosées, tes ongles meutrissaient ses épaules, tu t’abandonnais toute entière, t’offrais à lui, jouissais avec lui, là où j’avais honteusement échoué.

Quand tu l’as quitté sur le pas de la porte et que tu es venue te recoucher à mes côtés, tu as cru que je dormais. Tu ne pouvais pas me voir, je te tournais le dos... tu n’as pas vu que je pleurais...


A toi,


Eric
Jeu 26 Août 2004, 22:08 par la marquise de sade sur Exercices de style
Page 1 sur 1

Ecrire sur t’offrir

Ecrire sur t’offrir Des mots courageux pour toi,, Un amour infini, J'ai aimé..., T'offrir mon coeur, Longtemps j’ai rêvé…, Voici une fleur, De cette main., J'aurais voulu que tu sois comme un " frère "( 7 ), J'aurais voulu que tu sois comme " un frère "( 4 ), Souvenir, Juste toi, Il suffit que deux coeurs enivrés se rencontrent, mots d'une nuit d'été..., Lettre,
Il y a 14 textes utilisant le mot t’offrir. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative
Faly Stachak
Editions d'Organisation
L'Ile des Gauchers
Alexandre Jardin
Gallimard
La Reine des lectrices
Alan Bennett
Folio
L'eau à la bouche
Anne Bert
Pocket
On ne badine pas avec l'amour
Alfred de Musset
Pocket
Extases de femmes
Collectif
Pocket
Celle qui couche avec les autres
Catsig
J'ai lu
Le baton et la carotte
Esparbec
La Musardine
Proposition perverse
Guillaume Perrotte
Pocket
Le bandeau
Jean-François Mopin
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Le sourire, c'est l'amorce du baiser.

Robert Sabatier.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 02 Fév 2023, 12:18
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 5 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite