Une douce torture...

Figé, dans l’encadrement de la porte de la cuisine, je te regarde. Tes formes sont si subtiles, et tu es si sexy dans ce chemisier blanc et ce pantalon moulant noir. Beni soit le sixième jour où Dieu créa la femme...

Dans ma tête trottent diverses idées liées à mon devoir conjugal tandis que tu t’affaires à la vaisselle. Je m’approche silencieusement de toi et dépose mes mains sur tes hanches.

Le clapotis de l’eau s’arrête tandis que tu me découvres ton cou afin que mes lèvres s’y affairent. Mes mains glissent le long de tes hanches et se faufilent peu à peu sous ton pantalon, glissant le long de ta taille, légèrement, volant sur ta peau satinée. Ma main droite quitte ta taille pour ta poitrine, elle vient tâter tes seins, les exciter sous le soutien gorge, je peux sentir les pointes se redresser tandis que ma main droite s’approche de ton aine.

Avec deux doigts, j’ôte le bouton de ton pantalon qui m’empêche de glisser plus avant, l’étreinte se desserre alors et ma main glisse sur ton string en dentelle, effleurant ton sexe à travers ce léger tissu. Cette délicate caresse de mes doigts sur ton sexe te fait pencher la tête en arrière, sur mon épaule et mes lèvres s’aventurent alors un peu plus sur ton cou, presque à hauteur de ton décolleté.

Ton pantalon glisse alors de lui-même le long de tes jambes affinées.

Tu retires tes mains du bac vaisselle pour te joindre à mes caresses mais je t’en empêche. Ce serait trop facile, laisse-moi m’occuper de toi, je t’interdis de faire quoi que ce soit pour le moment... ma main se fraie un chemin, sous cette dentelle excitante, vers cet endroit qui te donnera tant de plaisirs... Tu me mordilles le lobe de l’oreille, insufflant en moi des ardeurs nouvelles, tes fesses se frottent contre mon bassin, mon sexe se tend dangereusement. Méthodiquement, lentement, subrepticement, je glisse un doigt en toi.

Tu pousses un petit gémissement, tente encore une fois d’ôter tes mains de l’évier mais je te susurre à l oreille de ne pas bouger. Tu te résignes alors à endurer cette "souffrance". Mon doigt en toi te donne du plaisir, explore ton intimité en enivrant tes seins, et mon autre main déboutonne mon pantalon qui tombe sur mes chevilles. De mon caleçon se tend et sort alors mon sexe que je fais glisser le long de tes fesses, t’effleurant de plus en plus dangereusement.

Tu écartes tes jambes et te penches en arrière, tandis que d’une main tu t’accroches au rebord de l’évier, ton autre lubrifiée d’eau attrape mon sexe et le glisse en toi en un rale de plaisir....


Et c’est sur cette scène que la porte se referme, le reste étant interdit aux âmes et réservé à moi et à ma femme...

A celle qui réveille et émerveille mes fantasmes les plus fous aime
Ven 19 Mars 2004, 13:03 par ane_onym sur Les liaisons sulfureuses

A l'attaaaaaaaaaaaaaaque !

Allez hop, en ce jeudi 11 Mars 2004, je sauvegarde la base de données histoire de lancer la confection de l’opus II du forum des âmes .

Extraction des textes, mise en page, correction par notre troupe de correcteurs, il y a du travail, c’est moi qui vous le dit. Mais bon, il faut bien récompenser tout ces jolis posts par un recueil les mettant en valeur !

A priori, cet opus sera disponible en téléchargement d’ici deux ou trois semaines. Patience, patience ...
Jeu 11 Mars 2004, 12:55 par PetitPrince sur Edito

De la guerre ...

La guerre des sexes. Un drôle de nom qui fait penser à la guerre des boutons, au p’tit gibus et à toute la se mêlée de violence qui s’en dégage.

Le couple. Une drôle d’association qui fait penser à l’Eden et à l’enfer. L’Eden c’est quand tout va bien, l’enfer c’est quand tout va mal et qu’on ne se le dit pas. Ici aussi, on y trouve de la se et de la violence.

Au vu de la popularité de la guerre des sexes, je conclus qu’on avait besoin de se chamailler, de s’envoyer des trucs à la figure. D’équilibrer un trop plein de sentiments nobles par un peu de cette crasse dont touts les humains regorgent.

Ca ne m’a pas dérangé que le forum des âmes abrite ce "cancer", y ayant trouvé là, un exercice de rhétorique intéressant, une façon de se détendre intelligemment, et une occasion à toute la troupe d’exercer ses talents littéraires sur un autre style d’exercice. Bravo à tous, tous vos lecteurs ont adoré.
Jeu 26 Fév 2004, 10:07 par PetitPrince sur Citations

signons l'armistice ....

C’est moi qui ait déclenché ce sympathique conflit, alors pour compenser tous les mots venimeux qui se sont répandus ici, je m’en vais vous rappeller les paroles d’une chanson, qui à mon avis résument assez bien les liens entre ces êtres ... si différents et si imparfaits certes ...si proches et si touchants aussi parfois confiant

Julien Clerc a écrit:

Quelquefois
Si douces
Quand la vie me touche
Comme nous tous
Alors si douces...

Quelquefois
Si dures
Que chaque blessure
Longtemps me dure
Longtemps me dure...

Femmes...Je vous aime
Femmes...Je vous aime
Je n’en connais pas de faciles
Je n’en connais que de fragiles
Et difficiles
Oui...difficiles

Quelquefois
Si drôles
Sur un coin d’épaule
Oh oui...Si drôles
Regard qui frôle...

Quelquefois
Si seules
Parfois elles le veulent
Oui mais...Si seules
Oui mais si seules...

Femmes...Je vous aime
Femmes...Je vous aime
Vous êtes ma mère, je vous ressemble
Et tout ensemble mon enfance
Mon impatience
Et ma souffrance...

Femmes...Je vous aime
Femmes...Je vous aime
Si parfois ces mots se déchirent
C’est que je n’ose pas vous dire
Je vous désire
Ou même pire
O...Femmes...


La Tulipe Noire ....A toutes les nymphes de ce forum aime
Mer 25 Fév 2004, 08:35 par la_tulipe_noire sur Citations

ce vous que je t'aimeuuuuu

Je pense que ce combat est peine perdue pour nous les faibles femmes, ouin pourquoi nous battre, nous savons déjà que vous êtes les plus forts. lunettes Je dirais même que vous êtes les plus forts, mais aussi les plus merveilleux, les plus , les plus adorables, les plus intelligents, les plus genereux, les plus compétents, les plus étonnants, bref... vous nous êtes largement supérieurs.

Pour ancrer mes propos, je vous soumets trois citations.

La première de Lafontaine

Citation:
L’homme est de glace aux vérités, il est de feu pour les mensonges.

confiant

La seconde de Céline

Citation:
Le mensonge, ce rêve pris sur le fait, et seul amour de l’homme.

doute

La troisième, pour bien valider et conclure l’introduction de mon message est d’Anatole France :


Citation:
Les femmes et les médecins savent seuls combien le mensonge est nécessaire et bienfaisant aux hommes.


ange

Je n’ai plus rien ajouter... je laisse la place à ces merveilleux hommes aime

La marquise.... la verité personnifiée grin
Mer 25 Fév 2004, 01:19 par la marquise de sade sur Citations

signé miossec "le célibat"

Justes sont tes mots cher PetitPrince ...

Ne plus jamais se laisser surprendre
Ne plus jamais se laisser embringuer
Par des visages tellement
Des visages qui vous font oublier
Tout ce qu’on a un jour pu apprendre
Tout ce qu’on a déjà essayé
Durant de longues nuits passées
Dans des chambres à se vautrer
Sur des poupées
Mais le matin est toujours là pour surprendre
Tous ces visages démaquillés
Qui se cachent pour ne pas tendre
Leur simple vérité
Ne plus jamais se laisser apprendre
Garder pour soi la moindre vérité
Et souffler un froid à faire fendre
Toute aspiration, toute velléité
Faire comme si c’était toujours décembre
Même en plein mois de juillet
Et chaque jour souffler sur les braises
Mais n’aspirer qu’aux cendres
N’être là que pour la baise
Et surtout pas pour les mots
Mieux vaut toujours avoir un jour à rendre
Qu’avoir un jour à ravaler
Descendre, descendre
Pour ne plus jamais avoir à remonter
Le long de doux mots
Qui vous donnent la nausée
N’être là que pour la baise
Et surtout pas pour les mots
Mieux vaut toujours avoir un jour à rendre
Qu’avoir un jour à ravaler
Descendre, descendre
Pour ne plus jamais avoir à remonter
Le long de doux mots
Qui vous donnent la nausée
S’défendre, s’défendre
Ne plus jamais laisser personne rentrer
Pour ne plus se faire prendre
Pour ne plus se faire voler
Apprendre, apprendre
Apprendre enfin à esquiver
Pour ne plus se faire étendre
Pour ne plus se faire allonger
Mar 24 Fév 2004, 13:56 par la_tulipe_noire sur Amour internet

Le vie à deux

Un nouveau thème d’écriture sur les sentiments est ouvert à présent sur le forum : la vie à deux. On a tous quelque chose à raconter de tendre ou de drôle au sujet des moments que l’on a partagé avec l’autre, ou que l’on réve de partager d’ailleurs.

Saluons l’arrivée de lamama,Zeus ainsi que de stella et souhaitons leur de bons moments de lecture et d’écriture sur le forum des âmes .
Dim 15 Fév 2004, 12:59 par PetitPrince sur Edito

Ecrire tout seul, pensées pour deux

A l’approche du printemps qui devrait voir un torrent de couettes et d’édredons se livrer à de folles caramboles et plus près de nous, la Saint Valentin qui elle aussi va plonger la France entière dans une gigantesque nuit d’amour, tout ça me fait penser qu’il manquait quelque chose de concret et d’évident dans le site des âmes .

Nous aimons l’Amour et tout son florilège d’émotions, simplement pour ce qu’ils sont. Mais peut-être en est-il parmi les posteurs qui l’aiment aussi pour sa finalité la plus facilement reconnue du public : partager une vie à deux.

La vie à deux... Rien que le titre, me fait fleurir mille souvenirs, au goût sucré, parfois amer.
Quelques sourires s’esquissent sur mon visage en pensant à ce qui fut et ne sera plus, sans regret ni tristesse.

Comment peut-on transformer ces souvenirs en jolis textes ?

Je suis sûr qu’on le peut...
Ven 13 Fév 2004, 11:32 par PetitPrince sur La vie à deux

Re: le jeu de la vérité : question 4 ...

la marquise de sade a écrit:

"Qu’est-ce qui chez vous peut déclencher un élan de tendresse que vous ne pouvez réfreiner?" (dans un contexte amoureux ou ailleurs! )



Plusieurs éléments provoquent chez moi un élan de tendresse, comme beaucoup d’entre nous (et je parle principalement pour les femmes) deux enfants qui s’embrassent me font tendrement sourire rolleyes , un "vieux" couple qui se promène encore main dans la main, m’évoque des pensées timide , un ciel bariolé de mauve, rose et orangé en été me donne des envies de tendresse aime , mais plus que tout, ce qui provoque chez moi le désir d’être tendre, douce et attentive avec quelqu’un, ce sont ces personnes qui souffrent énormément, mais qui toujours, quoiqu’il arrive affiche un moral et une humeur joviale. Je ne les aime pas , parce qu’ils se cachent, non, je les aime parce qu’ils se battent et que toujours ils continuent de rêver... Et cet élan de tendresse que j’ai pour eux arrive à son apogée, quand au détour d’un regard ou d’une parole, ils s’ouvrent et vous laissent découvrir, à vous, à vous qu’ils estiment suffisamment forte et rassurante, ce monde qui chaque jour les engloutit...

Ce sont ces Humains là qui reçoivent toute ma tendresse...


La marquise ... rivière d’amour... et de tendresse !!
Jeu 12 Fév 2004, 14:13 par la marquise de sade sur La séduction

le jeu de la vérité...question 4

la marquise de sade a écrit:

"Qu’est-ce qui chez vous peut déclencher un élan de tendresse que vous ne pouvez réfreiner?" (dans un contexte amoureux ou ailleurs! )


une bouche gourmande qui demande à être goutée...
des mots trop sur une voix trop tendre...
des doigts comme des invitations aux caresses...
un regard malicieux au dessus d’un sourire coquin...
un cm2 de lingerie qui déborde...et l’envie d’en voir plus...
un soupçon de peau qui promet un paradis de douceur...
une main qui cherche le désir dans mes cheveux...
une fragrance enivrante qui étourdit les sens...

:aime:

bref tout ça quoi timide
Mar 10 Fév 2004, 12:20 par la_tulipe_noire sur La séduction

Ca roule !

Le petit raté dans le forum des citations, me donne envie de rediger un post sympa sur ce qui est attendu des messages que l’on souhaite lire sur les âmes hihi

Un peu d’encre fraiche sur notre forum, avec l’arrivée de Isabel, lune inspirée et pyjama, dont les premiers textes augurent d’un joyeux et sympatique avenir d’ecriture.

Et enfin, La Marquise, notre grande posteuse pleine de charme et de malice, qui de Fleur Bleue vient de passer au statut bien mérité de Rivière d’amour.
Mais jusqu’où s’arretera-t-elle debile ?

Bon, ben ca roule alors, on continue !
Lun 09 Fév 2004, 22:31 par PetitPrince sur Edito

Amer est l'amour

Qu’il est douloureux d’aimer sans retour.

Cela fait trois mois que je fréquente une douce compagne, dont je suis vraisemblablement tombé amoureux. Bien que notre démarrage dans cette histoire fut d’une indélicatesse presque violente, il me semblait possible et espiègle de reporter l’étape de séduction après confirmation de notre attirance. Nos rapports avaient d’ailleurs l’ air de progresser dans ce sens durant les premières semaines de notre union. Jusqu’à un samedi matin, où pour ma part résolu à laisser le temps s’écouler selon nos désirs, elle s’est brusquement braquée, a repris ses clics et ses clacs pour retrouver le confort douillet de son petit appartement. Il était question dans la journée même de se faire un cinéma en compagnie d’une de ses copines, à qui je dois finalement le plaisir de notre rencontre, pour ensuite prendre notre dîner dans un fameux petit restaurant. Et bien entendu, il était question de dormir dans mon lit et l’idée d’une folle nuit d’amour me semblait tout-à-fait à propos après ce petit restaurant. J’ai dormi tout seul, savourant les larmes de ma déception jusqu’alors contenues sur les lignes de métro.

Il est légitime, je pense, de rester interrogatif sur ce comportement, qui s’il caractérise un manque de respect peut néanmoins trouver une explication dans une raison sensée. Il est tout aussi légitime d’envisager que la raison sensée a de fortes chances d’être laide à mon cœur, en se caractérisant par un manque de sentiment, voire la présence d’un rival…

La simple idée d’une duperie ne me rend pas agressif, mais simplement plus méfiant qu’un troupeau de lionnes protégeant leurs lionceaux. L’observation attentive de tout ce qui est dit, ou non dit d’ailleurs, fait ou non fait est mis en regard de ma suspicion. L’objectif étant bien entendu de trouver l’incohérence réfutant toute l’abracadabrante théorie, sâchant que ce qui ne réfute pas alimente.

Et aujourd’hui, je ne suis pas plus avancé. Suite à ce regrettable incident, son travail la solicita intensément. Durant cette période nos échanges furent purement téléphoniques, ayant décidé d’un commun accord qu’il était préférable de la laisser tranquille durant cette phase délicate. J’espérais en silence que cette douloureuse concession se verrait récompensée dans de et chaleureuses retrouvailles. Peut-être n’a-t-elle jamais compris à quel point sa présence me manquait en ce début d’aventure. Néanmoins, son attitude était des plus sympathique, car malgré une difficulté certaine à exprimer ses sentiments, elle me gratifiait souvent d’un coup de téléphone en fin de journée. Etant moi même sollicité dans la soirée, je retrouvai ses messages maladroits et notai ce que je supposai être un effort constructif avec un optimisme grandissant. Je reconnais ici une erreur probable de ma part, en ayant volontairement omis de la rappeler à la suite d’un message complètement désinvolte, prononcé avec une lassitude extrême, et en mâchant un bonbon ! Ce deuxième manque de respect devait être désapprouvé sur le champs. Mon absence de réponse fut bien entendu expliqué le lendemain même.

Fuyant une soirée à laquelle je n’étais pas autorisé à prendre son bras et à laquelle elle ne désirait pas aller non plus, je pris quelques jours de vacances à Rennes, chez mes amis qui m’ont donné l’affection dont j’avais tant besoin. Je concoctai cependant des retrouvailles à la gare, romantique moment s’il en est, quand on désire le vivre. Quand arrivé au bout du quai, je ne la vis pas, je pensais avec tristesse que cette histoire partait complètement a vollo. Elle était juste en retard et semblait complètement contrariée d’être là. Bon. Elle me confirma que la soirée était nulle, mais qu’elle s’était quand même bien amusée, et qu’elle avait dansé. Pour quelqu’un qui n’avait pas envie d’y aller, je trouvais ce revirement d’opinion des plus suspects. Etait-ce de la manipulation, de l’inconscience, du mensonge ? Le doute en amour est plus cruel qu’un enfant.

Sur la fin de cette période, alors que nous ne nous étions toujours pas revu, je me pris de lui donner mon point de vue sur une affaire qui la préoccupait, empiétant en fait sur la zone ô combien sacrée de son expérience et de sa compétence. Ce désir d’aide de ma part, associé à ce profond paternalisme qui me caractérise, se vit rejeté avec une violence inouïe lors d’une conversation téléphonique. Il s’en suivit une semaine de silence radio. D’un coté, j’en avais assez d’attendre et de me faire toujours envoyer paître, et d’un autre je me disais qu’il valait mieux laisser couler un peu d’eau sur cette histoire. Et depuis les rapports se dégradent, l’incompréhension s’est installée, le doute grossit, fait mal.
Mer 04 Fév 2004, 13:06 par PetitPrince sur L'amour en vrac

Ebauche... une suite certainement à venir...

Alors que j’étais en vacances, au hasard de mes promenades sur ce bord de mer, les couleurs de ce restaurant ont alors attiré mon attention.
Des rideaux de satins encadraient les fenêtres, des lumières tamisées étaient posées sur le bord des tables. Un feu de cheminée flamboyait. J’admirais par le hublot de la porte d’entrée cette douce ambiance qui m’attirait quand soudain la porte s’ouvrit.
Un homme était là et me fit signe d’entrer.
Sans le contredire dans son geste, je franchis le seuil, une douce odeur m’accueillit, odeur de miel, d’épices, de fleurs, de fruits, tant de sensations odorantes que je n’arrivait pas à distinguer quelle de celles-ci prédominait.
L’homme est alors passé devant moi, me demandant de le suivre.
Nous avons gravi quelques marches. Il me montra la seule table se trouvant ici, un peu en retrait, me présenta la chaise contre le mur qui me permettrait d’avoir une vue sur la salle de restaurant en sa totalité. Un autre feu de bois éclairait et réchauffait cet espace que je découvrais. Il ôta mon manteau, tira la chaise et me pria de m’assoire. Il s’en alla alors, me laissant là, seule. Je pus alors à loisir explorer du regard ce restaurant qui m’intriguait.

Les tables de la grande salle n’étaient occupées que par des couples ou des célibataires, comme si ce restaurant n’ouvraient ses portes qu’aux amoureux attirés par son ambiance tamisée ou les célibataires espérant peut être trouver l’âme sœur en perdition de même.
Les couleurs étaient , veloutées, satinées, les feux de cheminées ne faisaient qu’accentuer cette sensation de douceur qui s’en dégageait. Des fleurs garnissaient toutes les tables ainsi que les meubles contre les murs, des pots d’épices diverses se trouvaient ouverts sur la table au centre de cette grande pièce, leurs odeurs envahissaient la pièce d’effluves enivrantes.
L’homme qui m’avait accueillie revint à nouveau vers moi, il me tendit un verre de champagne :
« Pour vous Madame, ce verre offert par l’hôte de la maison », me dit-il.
Je pris le verre et le remerciait alors d’un grand sourire, sans bien comprendre s’il l’hôte de ce restaurant était lui-même.
Je repris l’exploration visuelle de cet espace intriguant. Des paravents, étaient utilisés pour isoler certaines tables, ça et là des fauteuils et des tables basses permettaient à ceux qui le désiraient de se contenter de boire un verre.

L’homme revint à nouveau il tenait dans une main une assiette et de son autre main il me tendit, à mon grand étonnement un téléphone :
« Veuillez m’excuser, une communication à votre attention Madame »
Je pris le téléphone et le porta à mon oreille, je ne savais aucunement qui pouvait alors vouloir s’adresser à moi, nul ne sachant où je me trouvais, ne sachant pas moi-même que je me trouverais en cette soirée assise à une table de ce restaurant.
Une voie d’homme se fit entendre, une voie douce, calme et posée :
"Madame je vous prie tout d’abord de bien vouloir m’excuser de l’audace dont j’ai usé en priant mon maître d’hôtel de vous introduire en ces lieux.
Ne dites mot Madame, laissez moi vous conter comment, vous accompagnant durant quelques temps d’un après midi, j’ai vécu des plaisirs dans votre simplicité."
L’homme, qui était donc le maître d’hôtel, déposa sur ma table l’assiette qu’il avait en main et s’en alla.
Mon interlocuteur repris alors :
« Vous m’avez ravi de pourvoir croiser votre sourire en ce temps. De tentation je me suis laissé gagner et au désir de vous mieux connaître je me suis laissé prendre. De grandes joies je fus comblé d’avoir osé ainsi vous suivre durant cet après midi.
Je n’eu point envie de vous aborder, de vous voir vivre dans votre promenade, semblait me donner bien plus de vous apprendre que trop de paroles peut être.
Votre silence en cet instant où je suis à vous conter mon audace, ne peut qu’affirmer la raison que j’eus alors.
Je vous laisse goûter à ce met, préparé par mes soins, spécialement à votre attention et vous appellerais de nouveau dans l’instant qui suit pour vous compter la suite de ma découverte de vous tout au long de votre errance.
Si vous ne dites mot, je prendrais ce silence pour accord.
Si mon audace vous gêne quelque peu, vous aurez alors droit de vous lever et de vous en aller aussi loin que vous le désirerez de mon récit."

Un instant de silence s’établit, étrangement, je n’eu pas envie de le rompre. La sonnerie de fin de communication se fit alors entendre.
Je demeurais là, pleine d’étonnement de ce récit inattendu que je venais d’entendre. J’étais surprise de la manière dont cet homme me racontait son méfait et de son espièglerie de venir avouer m’avoir suivie.
Cette situation était surprenante et cet homme semblait avoir été marqué par ma personne, aussi curieuse que je pouvais être je fus désireuse d’en savoir plus, je pris mes couvert et commençais alors à m’intéresser au contenu de mon assiette.
Sam 31 Jan 2004, 17:21 par Ri1kedesBêtises sur La séduction

On s'attache

d’après les statistiques et les bruits qui courrent huh , il semblerait que ce message me permette de postuler au statut envié de "fleur bleue" (ça fait bizarre ça non "la tulipe noire fleur bleue" debile ? à en perdre son latin bete ....un petit texte donc pour fêter ça (le jour de la saint Vincent en plus...la vie est bien faîte parfois tsur ), pas vraiment un poème, plutôt des paroles de chanson, puisque ceci m’a été inspiré en écoutant une chanson grin


    On s’attache
    à des riens
    des riens lâches
    qui font un destin

    Pour une tache
    sur son sein
    elle se cache
    moi j’aime bien

    Elle me crache
    son venin
    Elle m’enlace
    câlins

    On s’attache
    jusqu’au cou
    le temps passe
    malgré nous

    Je rabâche
    le même refrain
    l’amour-vache
    c’est mon pain

    On se fâche
    comme toujours
    c’est relâche
    pour l’amour

    Elle s’arrache
    de ma main
    pour une place
    dans un train

    Elle voulait
    aller plus loin
    moi je voulais
    l’aimer plus loin

    On s’attache
    à des riens
    faut que tu saches
    que j’y tiens
Jeu 22 Jan 2004, 14:52 par la_tulipe_noire sur L'amour en vrac

Et paf encore un !

Décidément, le forum des âmes ne cesse de célébrer des naissances. Encore une avec ce nouveau forum, qui finalement aurait pu s’appeller "Divers", ou "Inclassables", ou encore "Barnabé". C’est joli Barnabé aussi, mais bon ...

Dans L’amour en vrac, figurent tous les textes qui ne trouvent pas leur place dans les autres rubriques. Alors si vous vous sentez à l’étroit dans les autres thèmes, venez donc ecrire ici clin
Mar 20 Jan 2004, 18:53 par PetitPrince sur L'amour en vrac
Page 10 sur 12 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivante

Ecrire sur tendres

Ecrire sur tendres Une douce torture..., A l'attaaaaaaaaaaaaaaque !, De la guerre ..., signons l'armistice ...., ce vous que je t'aimeuuuuu, signé miossec "le célibat", Le vie à deux, Ecrire tout seul, pensées pour deux, Re: le jeu de la vérité : question 4 ..., le jeu de la vérité...question 4, Ca roule !, Amer est l'amour, Ebauche... une suite certainement à venir..., On s'attache, Et paf encore un !,
Il y a 167 textes utilisant le mot tendres. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Grammaire érotique
Jacques Laurin
La Musardine
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Doutez, si vous voulez, de celui qui vous aime, D'une femme ou d'un chien, mais non de l'amour même.

A. de Musset.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 24 Sep 2020, 04:50
  • Nos membres ont écrit un total de 4442 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 24 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite