Appel d'eau...

Je ne connais pas le nom,
De cet homme qui me cache ses colères…

Je vie au jour le jour,
De peur de perdre mon temps…

Parfois, je rêve d’amour
Avant d’avoir le cœur sourd…

Toi qui me comprends
Et qui suit mes lignes…
Regarde un peu en l’air
Mes ailes sacrifiées…

Je ne connais pas le nom…
De cet homme qui me cache ses joies…

Je survis à toute allure,
Avant que ma vie ne se trouble…

Souvent, je pense de haine
Par ce passé, bien, trop lourd…

Toi qui m’apprends
En chantant sous les nuages…
Creuse un peu sous
Chercher ma carcasse…

Je n’aurais pas un geste, pour le Père cet Enfer… Pas plus de geste pour la Mère cette Terre…
Je ne vous regarderais plus, batifolez, aimez…
Vous tendre Prince, qui de vos mots habitent mes sueurs…

Je ne connais point le nom,
De cet homme qui me cherche…
Je n’en connais, point, non,
Le sourire de ses caresses…

Vous mon amant…
Qui en perles, transforme mes larmes…
Vous Châtiment…
Qui de sel, rompt mon âme…

Si vous osiez, passez par-là pour m’Aimer…
Peut être, n’aurais-je attendu…

Parfois, l’on se jette…
Ven 15 Oct 2004, 22:35 par Rose sur L'amour en vrac

Regrets

J’étais en vacances, assise à l’ombre d’un palmier, sirotant un énorme verre de jus de fruit. De la terrasse de l’hôtel, j’observais la mer, la plage du sable fin et la foule colorée. Il faisait assez calme et la vision de carte postale qui s’étalait devant moi m’incitait à la rêverie...Ce n’était pas forcément une bonne idée, car dès que je revenais "sur " et que je confrontais mes rêves et la réalité, le blues m’envahissait. Il faut dire que j’avais encore eu le chic pour tomber amoureuse d’un "inaccessible" et qu’il occupait toutes mes pensées...même dans cet endroit idyllique.

Malgré tout, cette histoire me faisait sourire, tellement de contretemps, de rendez-vous manqués, d’imprévus, c’était à se demander pourquoi le destin ne voulait pas nous rassembler. Je me rassurais en pensant que d’autres, à notre place, auraient tourné la page...

Les rares moments partagés étaient si intenses, si magiques que je me refusais à les nommer "souvenirs"! Je les voulais "préambule", "introduction", "commencement", me persuadant que le plus beau restait à venir.

J’avais rarement désiré autant quelqu’un, tout chez lui m’intriguait. J’aimais son calme, sa discrétion, sa façon d’être ailleurs parfois. Je ne tarissais pas de mots pour décrire ses yeux: bleus marine, bleus saphir très exactement. Ce que je connaissais de son corps, de sa peau éveillait en moi des tourments que je ne savais comment apaiser!

J’avais souhaité le voir, même l’instant d’un baiser seulement avant de partir et une fois encore je fus obligée d’annuler, et une fois encore je l’avais amèrement déploré. Ainsi emplie de regrets, je m’efforçais de me fondre dans l’atmosphère pourtant reposante des vacances et d’en tirer le meilleur! Trois semaines de patience encore, trois semaines à le rêver et aprés? Ses bras enfin?...

Syolann
Mar 07 Sep 2004, 20:59 par syolann sur La séduction

J'attendrai

Je prendrais tout mon temps
Je n’utiliserais pas de catapulte, ni de canon pour créer une brêche.
Ce n’est pas moi qui ,de la bombarde, allumerais la mèche.
Je suis patient.

Tel Ali devant la caverne aux mystères,
Je trouverai le mot magique pour entrer dans ton antre.
Je serais assis dehors cul
En attendant que ton sourire vienne me prendre.

Ni haume, ni épée
Ni légions, ni armées
Je viens seul, sans camouflage
Sans crainte et sans rage

Oh douce princesse,
Sort de ses remparts,
Voyageons sans cesse
Et que rien ne nous sépare
Mar 31 Août 2004, 19:05 par Beren sur Citations

Le barbare

Dehors, les femmes hurlaient et les enfants pleuraient. Le village était en proie aux flammes et au pillage. Les barbares avaient frappé peu avant l’aube, à ce moment particulier où le sommeil est si fort qu’il forme comme une coquille étanche. Les chiens avaient aboyé, mais c’était trop tard. La horde était là.

La jeune Lucigen, terrorisée, était recroquevillée derrière sa tenture d’où elle n’osait plus sortir. Les mains sur son visage, elle étouffait ses sanglots entre deux silences dans lesquels elle scrutait la nuit et ses bruits terrifiants.

C’est ainsi qu’il la trouva. Arrachant la tenture avec la facilité que lui autorisait sa musculature de guerrier, il resta un instant interdit à la vue de Lucigen. La tenture tomba par , en même temps que les yeux de Lucigen se baissèrent devant le regard de cet homme. Il fit demi tour et resta un instant dans l’embrasure de la porte. Il parlait à un autre homme. Puis il revint à l’intérieur et ferma la porte derrière lui.

Il marcha vers elle en retirant son heaume. Elle se releva, fière et digne comme ceux et celles de sa race, les yeux plein de détermination, de mépris et de provocation. Tandis qu’il se rapprochait d’elle, il dégrafa la ceinture qui lui permettait de porter son épée et la jeta derrière lui. Si son regard était braqué sur la jeune femme, il n’en portait pas les signes de la violence. Ce barbare avait la grâce du félin dans sa démarche, la puissance du buffle dans son corps et … des lèvres incroyablement fraîches.

Les petits doigts de Lucigen s’étaient plaqués contre les pectoraux puissants de l’homme des plaines tandis que leur bouches se fouillaient avec la fougue d’un jeune chien. Elle sentait ses lourdes mains sur sa taille, elle sentait aussi son sexe dressé contre son ventre, elle sentait la tête lui tourner, elle ne sentait plus rien que l’odeur de la peau et la peur de l’instant. L’ivresse prit possession d’elle quand d’un geste sans effort il la souleva et l’empala avec passion sur son sexe fort de désir. Les jambes de Lucigen crochetèrent le dos de son amant et ses mollets rencontrèrent la fermeté des fesses musclées. Où qu’elle posa ses mains, ce n’était que puissance et volume. Même dans son ventre, elle sentait la puissance de l’étreinte du barbare. Elle cria une première fois, puis une seconde, ne contrôlant plus le flot d’orgasme qu’elle sentait monter. L’homme la manipulait comme un pantin, la maintenant par la taille et la faisant évoluer le long de son viril instrument. Il était empli de fougue sensuelle, essayant d’être délicat avec cette jeune femme, mais empoté par le manque de précision d’une musculature faite pour la guerre, pas pour l’étreinte. Il la souleva avec encore tant d’aisance qu’elle se retrouva son ventre contre son visage. D’en haut, elle le regarda, d’en bas, il la contemplait. Lentement il la redescendit contre lui, leurs bouches se marièrent à nouveau, comme un autre début à de nouvelles étreintes.

Lorsque des heures après le soldat qui était resté en faction osa pénétrer dans la pièce malgré les ordres de son supérieur, il ne trouva qu’un fichu et un heaume posé sur la table. Le mur au fond de la masure était défoncé, le trou béant témoignant que cet obstacle fut facilement brisé. Et c’est ainsi que la plus grande histoire d’amour de cette époque trouble naquit.

Le barbare devint roi, sa femme devint reine, la guerre cessa.
Ven 27 Août 2004, 13:55 par PetitPrince sur Les liaisons sulfureuses

Un homme avertit en vaut deux...

- Catherine? C’est moi, je ne te réveille pas? J’ai un truc incroyable à te raconter!!!
- Disons qu’il est à peine 6h du mat, que je travaille dans deux heures et que je me suis couchée assez tard, mais non, tu ne me déranges pas... Que t’arrive-t-il raconte!
- Ce soir, j’avais rendez-vous avec Thibault, tu te souviens, ce gars méga géant que j’avais rencontré à la galerie la semaine dernière.
- Oui, je me souviens... 34 ans, divorcé, beau, romantique, attentionné, et bla, bla, bla...
- Voilà! Celui-là même. Donc ce soir, il m’a invité à l’expo de son jeune poulain. Nous avons ensuite été dîner, et il m’a raccompagnée chez moi..
- Hé, hé, hé... vas-y dis-moi? Aussi fantastique au lit qu’il n’était prometteur?
- C’est là que les problèmes ont commencé ! Dix minutes! Préliminaires comprises! Je ne te raconte pas ma déception!!
- Ma pauvre... excuse-moi, je ne peux m’empêcher de sourire!
- De carrément te marrer tu veux dire! Arrête Cath! Tu n’es pas sympa! Et attends, tu ne connais pas le pire!
- Ah bon? Quoi? Il a des moeurs bizarres? Il a voulu que tu l’attaches? Que tu le brûles avec tes clopes? Que tu aboies?
- Cath!! Si je t’entends encore une seule fois rire, je raccroche et je ne te dirai plus jamais rien!
- ...
- Je te disais donc... le pire... au bout de dix minutes, il s’endort. J’ai bien tenté de le réveiller par quelques caresses et baisers, mais plus je le touchais, plus ses ronflements devenaient bruyants. Excédée, j’ai donc appelé Etienne. Tu sais, mon ami d’enfance. Je lui ai tout raconté ! Et tu sais ce qu’il m’a proposé ?
- Non… si je le savais, tu ne me téléphonerais pas à 6h du mat pour me le dire.
- De venir terminer le travail !
- Sans blague ! Et tu as accepté ?
- Bien sur que j’ai accepté ! Tu parles ! Avec l’autre endormi, je n’allais pas me gêner !
- Et ?
- Et… et il est venu, il a commencé tout doucement, pour ne pas réveiller Thibault, c’était plutôt bien parti.
- Tu veux dire que vous avez fait ça à côté de l’autre ? Endormi ? Dans le même lit ?
- Oui, un tremblement de ne l’aurait pas réveillé ! Donc, je disais, c’était plutôt bien parti, quand au bout de 12 minutes…
- Non ?? !! Ne me dis pas qu’il t’a fait le même coup !!
- Siiiiiiiii ! Et là, ils dorment tous les deux comme deux souches ! Je hais les hommes…
Jeu 26 Août 2004, 13:31 par la marquise de sade sur Exercices de style

Trop belle pour être aimée.

Il paraît que je suis une bombe. Moi, je ne sais pas très bien ce que les hommes veulent dire par « bombe ». Ils m’offrent un verre, un restaurant, une soirée, des fois une semaine en vacances. Ils me racontent toutes sortes de choses sur la vie et je ne les comprends pas très bien en fait. Mais à un moment, ils arrivent toujours à m’attendrir, je me fais avoir et je me retrouve au lit avec eux.

Et là, c’est toujours pareil, à peine ai-je eu le temps d’enlever ma robe, ou ma jupe, qu’ils restent sans voix en me regardant nue. Ca me gêne un peu d’ailleurs. Ce sont soit mes seins, « énormes et bien faits », soit mon ventre « très plat et délicieux », soit mes jambes qui « vont jusqu’à ». Ils trouvent toujours une explication à leur hébétude. Et puis, ils me sautent dessus, comme des hystériques. Ils me possèdent soudainement et soudainement ils jouissent. Après un regard plein d’amour, qui me fait penser à celui de mon cocker, ils s’affalent, et ils ronflent.

Le sexe, moi, ça me fait pas grand-chose. Et dire que j’ai des amies, leur copain leur font l’amour pendant au moins une heure. C’est peut être qu’elles sont pas aussi jolies que moi et que leur copain a besoin de plus de temps pour s’exciter. Je sais pas. Moi les hommes, ils me roulent dessus à grande vitesse. Tous.

L’autre fois, alors que mon amant d’un soir venait de me faire le coup de « Ah que c’était bon » je téléphonais et racontais ça à David, un vieux copain. Il s’est proposé de venir me faire l’amour, me montrer ce que c’était que d’avoir du plaisir. En tout bien tout honneur. J’étais toute contente, lui il me connaissait depuis longtemps, il serait peut être moins excité que les autres en me voyant.

Quand j’ai enlevé mon haut, il a joui dans son pantalon …
Jeu 26 Août 2004, 13:15 par PetitPrince sur Exercices de style

Désir en ut mineur.

Nicolas referme la porte de l’appartement derrière nous. Nous sommes chez lui et nous savons ce que nous allons y faire. Notre attitude dans l’ascenceur ne trompait pas : j’étais collée à lui, la tête sur son épaule, mes lèvres dans son cou. Je respirais la fragrance de son eau de toilette, mêlée à l’odeur du cuir de son blouson. Pour moi dorénavant, le désir aura ce parfum.

Je m’imprègne de l’endroit : je regarde le plafond entièrement ciélé de poutres et les murs de crépi blanc. Il y fait sobre : peu de décorations, tout au plus une ou deux reproductions de tableaux. Par contre, je reste interdite devant un piano, majestueux, qui occupe la moitié du living.

Nicolas m’apporte un verre de vin blanc frais, il fait chaud dehors et plus encore ici me semble-t-il. A moins que ce ne soit moi qui perde déjà les pédales! Il s’installe au piano et, tout en me souriant, plaque quelques accords bien choisis.

Je retire mes chaussures et sens le contact rafraîchissant du carrelage, histoire de me rappeler que je suis sur . Tout en dégustant mon vin, je m’approche de lui, mais ce sont ses mains que je regarde. Je les vois courir sur le clavier, nerveuses, agiles, parfaites et je ne peux m’empêcher de les imaginer sur moi. Quelle partition choisirait-il d’interpréter sur mon corps? Quelle musique y ferait-il naître? Au fond, ça m’est bien égal, tant qu’il joue crescendo.

Change-t-on d’espace temps quand on est sous l’emprise du désir? C’est plausible car je n’ai plus aucune idée de l’heure qu’il est. Je m’évade en pensées, j’anticipe la suite des évènements, je me languis d’être contre lui. Nicolas semble tout à sa musique, j’en suis presque jalouse.

Je m’installe à ses côtés, sur le tabouret de pianiste. Ma jupe courte dévoile plus encore mes jambes dorées par le soleil de juillet. La mélodie s’arrête instantanément, il me prend dans ses bras et sans plus attendre, pose ses lèvres sur le lobe de mon oreille. C’est mon point sensible, il le sait parfaitement et s’amuse avec délectation des frissons qu’il me provoque. Sa langue, à présent, est sur mes lèvres, dessinant leurs contours avec une infinie lenteur, les humectant de salive. J’aspire son souffle chaud. Quand enfin Nicolas m’embrasse profondément, je sens ses mains sur mes cuisses, elles ne s’arrêtent pas là, montent encore et encore, s’insinuant sous ma jupe. Il me fait perdre toute contenance et chavirer dans une excitation telle qu’elle me pousserait à être à lui, là, tout de suite, sur ce siège incongru.

Mais c’est notre "première fois", il faut "bien" faire les choses...

Alors, réprimant mes tremblements, je m’aventure sur le chemin de son corps. Lentement je déboutonne sa chemise, embrassant la chair qui se dévoile au fur et à mesure dans l’échancrure que je crée. Je laisse la caresse de ma bouche s’intensifier au point de me donner l’envie de laisser sur sa peau une marque de convoitise d’amour si impudique.

Nos élans, nos baisers, nos caresses, nos audaces me laissent entrevoir un avenir sensuel plein de promesses.

Et si nos folies se rencontrent?...Si nos folies se rencontrent?


Syolann
Ven 20 Août 2004, 19:14 par syolann sur Les liaisons sulfureuses

Une route dans les étoiles.

Pour en revenir un peu aux lieux de rendez-vous inhabituels (si vous le permettez!)

Je me souviens comme si c’était hier de ce rendez-vous si particulier. Ce jour-là, je ne trouvais pas le sommeil. Je me retournais encore et encore dans mes draps, en voyant défiler les heures sur le cadran de mon réveil.
N’y tenant plus, je me suis levée, et sans tenir compte qu’il était deux heures et demies du matin, j’ai appelé l’homme responsable de mon insomnie.

Je n’ai pas eu l’audace de lui demander si je le réveillais, je n’ai pas pris la peine de m’excuser de l’heure indue, j’ai juste annoncé un "Je ne peux pas dormir, j’ai envie de te voir" laconique.
Le fait que nous étions séparés d’à peu près cent kilomètres ne semblait pas m’effleurer non plus!
J’ai adoré sa folie en réponse à la mienne sous la forme d’un seul mot :"Où?"

J’ai filé me changer, me coiffer, me maquiller, je voulais être jolie même en pleine nuit! Je souriais de mon aplomb car le lieu où je lui avais donné rendez-vous n’était pas banal!

Sur l’autoroute qui reliait nos villes, je lui avais indiqué la sortie 23. A cet endroit, après avoir roulé quelques centaines de mètres sur la gauche, on découvrait un chemin carrossable, long de quatres kilomètres, s’enfonçant parmi les champs et absolument pas éclairé!
La seule lumière perceptible provenait des étoiles et de la lune.
Pas une maison, pas un arbre à l’horizon. Le ciel semblait se confondre avec la .

Je me rappelais m’être égarée là, un soir et j’avais été frappée par l’ambiance. Je m’étais sentie si petite sous la voûte étoilée, presque absorbée par elle. Cela m’avait rappelé ma visite au planétarium lorsque j’étais étudiante.

C’est là que je voulais retrouver l’homme qui squattait mes pensées. Je désirais lui faire partager la magie de l’endroit, j’espérais enfin goûter ses lèvres, sentir ses bras autour de moi...et avoir l’impression d’être en plein ciel!

J’ai pris la voiture, et écouté ma musique préférée pendant le trajet.
Lorsque je suis arrivée, il m’attendait déjà.
Il est venu vers moi, m’a prise contre lui comme je l’avais rêvé. Il ne disait rien mais je le sentais réceptif au lieu, j’avais réussi à l’émouvoir!
Enfin il a souri, m’a traitée de "petite folle"...et j’ai adoré.


Syolann
Jeu 19 Août 2004, 17:09 par syolann sur La séduction

Au marché !

Ce matin là les avait trouvé tous les deux dans la cuisine à avaler une tasse de café avant de partir. Il était cinq heures. Comme d’habitude Fanny mettait un temps infini à émerger, cherchant on ne sait quelle solution dans son bol de café. Camille, frais et dispo lavait la vaisselle en sifflotant. Il avait déjà pris sa douche, ses cheveux étaient légèrement gominés, et portaient les traces ostentatoires du peigne. Il sentait bon l’eau de cologne.

-On y va ? demanda-t-il en se retournant avec un grand sourire.

Le sourire de Camille, il était magique. Chaque fois que Fanny regardait sourire Camille, son cœur retrouvait son l’allégresse de naguère. Elle resta un instant figé dans ses yeux, et sourit avec bonté devant ce véritable reveil-bonheur.

-C’est parti, dit-elle en se levant.

Elle alla vers l’évier et rinça soigneusement son bol de café. Lorsque elle l’eut posé sur l’égouttoir, elle fila en courrant vers le garage, ou Camille l’attendait dans la camionnette. Il avait pris la place passager, alors Fanny prit le volant. Selon les matins, des fois elle conduisait, des fois c’était Camille. Il n’y avait pas vraiment de règle, mais une souplesse complice.

-Chauffeur, au marché lança Camille en singeant un homme précieux.

-Comme il vous plaira, Monsieur, répondit Fanny en jouant le jeu.

La camionette petarada au démarrage, puis s’engagea cahin caha sur le sentier de de la maison de Camille, direction la place du village.
Sam 14 Août 2004, 20:15 par PetitPrince sur Histoires d'amour

La lettre (deuxieme partie)

Bonjour, je suis le papillon que tu as voulu aider cet après-midi.

Je me suis emparé des doigts de PetitPrince pour t’écrire. Tu le verrais, il est paniqué à regarder ses mains qui tapent tout seuls sur le clavier, c’est à mourir de rire ... Bref.

Je vais te raconter ce qui m’est arrivé avant d’atterrir contre cette fenêtre, où nous nous sommes finalement rencontrés. Je viens de Biralt, une micro planète au fond de votre océan Pacifique. Lors de notre grand conseil, les Grands ont annoncé que Biralt allait subir sa 9eme transformigration, quelque chose qui ne nous était pas arrivé depuis 12 321 billions d’années/eau, enfin selon notre échelle temporelle à nous. Pour votre monde cela équivaut à quelque chose comme 617 jours.

A cette occasion, la moitié de notre population doit quitter notre planète flottante, afin de lui permettre d’effectuer sa mue sans la contrainte de la masse de ses occupants. Notre planète est une femme depuis sept transformigrations. Mais à l’occasion de la neuvième mue, elle aura non pas un, mais deux sexes en même temps. C’est un phénomène qui n’arrive que 3 fois dans la vie d’une planète flottante.

Les habitants devant quitter Biralt sont volontaires, et pour la plupart ne reviendront jamais sur leur planète... Ils mourront, telle est la loi. Ceux qui survivront créeront une autre plante flottante, lors d’une immense danse subaquatique. Ces danses provoquent chez vous des raz de marées, et chez nous la création d’une planète flottante. Amusant non.

Je fis partie des volontaires. Malgré mon rôle de Grand, il me paraissait de mon devoir de quitter Biralt et d’accompagner mes semblables dans leur exode. Ce que je fis. Je suis parti avec 700 billions de Biraltiens, et prenant la direction du sud sous forme de planctons, nous avons stationné sous l’avant dernier parallèle. Là nous avons crée trois planètes flottantes.

Chaque planète est crée par une danse transaquatique, accompagnée de mélopées magiques. La planète se compose par la fusion des carapaces charnelles de chacun des danseurs au fur et à mesure de la danse. Le sexe initial de la planète est toujours masculin, et la première mue a toujours lieu à la 9eme année d’existence, soit une poignée de secondes pour vous.

Ma présence a permis d’utiliser mes dons extrasensoriels pour entrer en communication avec les éléments vivants, et notamment les grands cétacés. Je leur ai ainsi ordonné de s’écarter de notre route pour ne pas nous décimer, et d’entourer chacune de nos danses pour amoindrir les effets des tsunamis. Il y avait plus de 9 000 baleines pour chacune de nos danses. Jamais nul être vivant n’a assisté à un tel rassemblement de baleines tu sais Maria.

A la suite de ces créations, nous n’étions plus que 5, dont un changeur de forme charnelle, un verrouilleur d’identité et un hybride reproducteur. Nous sommes retournés sous l’apparence d’un dauphin voir notre Biralt. Elle a accompli sa mue avec succès, elle est magnifique maintenant. Le changeur et l’hybride ont été réintégrés dans notre monde, chose rarissime. En partant il nous ont unis le reproducteur et moi, pour donner naissance à un papillon. Oh non pas celui que tu as vu à ta fenêtre, mais un papillon qui faisait plus de 2 kilomètres d’envergure ... Oui, ne ris pas. J’étais constellé des milles couleurs des coraux de la mer, ultime cadeau en guise de parure, mes soies étaient si lisses et douce que l’eau ne prenait pas prise dessus. Et je ne pesais que 2 kilos trois. Ca te coupe le souffle hein. Je fus propulsé hors de l’eau, et m’épanouissant d’un coup d’aile au dessus des vagues, je me suis envolé en direction du soleil.

Il ne m’a fallu que 200 battements d’ailes pour arriver suffisamment près sans risquer de me brûler. Je suis resté en orbite, à planer en me réchauffant aux cotés de notre astre avant de me décider à venir m’éteindre sur .
Au cours du voyage de retour, je me transformai, telle votre Cendrillon, pour prendre une forme plus conventionnelle qui ne vous effraie pas, et ressemblait au papillon que tu as vu cet après-midi. Je me suis déchiré l’aile dans les branchages de ton platane en face de ta fenêtre.

Tu sais, sur Biralt, nous ne mourrons pas. Nous quittons nos enveloppes charnelles, et devenons esprit. En qualité de Très Grand, je suis devenu intemporel. Je te raconte tout ceci, parce que j’ai lu ta tristesse en évoquant ce Papillon blessé. Maintenant tu sais que il ne peut y avoir de Papillon plus heureux que moi. Te rends-tu compte de tout ce que j’ai vu de beau dans ma vie, et tout ce qu’il va m’être donné de voir encore ?

Allons, sèche tes larmes, Maria. Moi je vais rendre ses mains au PetitPrince.

Au revoir.


- Euh, quelqu’un peut me dire ce qui s’est passé là ?
Ven 09 Juil 2004, 16:38 par PetitPrince sur Un monde parfait

à la manière de...

J’march’ tout seul sur la toile du réseau d’enfer
Dans ma tête je ne sais plus quoi faire
J’donne des coups dans un virtuel adversaire
Dans ma tête y a rien à faire
J’suis mal dans mon corps et mal dans ma tête
Peut être un p’tit peu trop bête

Allo maman bobo
Maman comment tu m’as fait j’suis pas beau

Je crains d’aimer, j’me retrouve encore seul
J’ai vomi toutes mes liqueurs
Fêt’, nuits foll’s, avec les gens qu’ont du bol
Maint’nant qu’j’fais du paper wall
J’suis mal dans ma tête et mal dans mon corps
Peut être un peu trop dans le décor

Allo maman bobo
Maman comment tu m’as fait j’suis pas beau

Moi j’voulais des ballades au bord de l’eau
La nuit toucher ta peau
Moi les bons mots, mes faux airs et le masque de clown
La bell’ Isy du salon
J’suis mal en homme dur
Et mal en beau parleur
Peut être un p’tit peu trop rêveur

Allo maman bobo
Maman comment tu m’as fait j’suis pas beau

J’march tout seul le long de ma vie cet enfer
Dans ma tête y a que des mystères
J’donne des coups mais c’est moi qui tombe à
Dans ma tête y a rien à faire
J’suis pas ce que je voudrais être et mal en ce que je suis
Peut être un p’tit peu trop détruit...
Mar 22 Juin 2004, 14:26 par la_tulipe_noire sur Un monde parfait

La dolce Vita

La dolce Vita

Ça n’a point d’importance
Tous ces mots partis avec toi
Des mots qui caressaient
Des mains et des cœurs
Quand tu les menais dans la danse
Moi je suis resté sans voix
Les plumes dans mes mains tu souriais
À ma main, à mon coeur

Des cris d’oiseaux heureux
Dans la moiteur virile d’un printemps
La chaleur coucouning de la
Couroucoule et pépille la nouvelle faune
Des petits silences qui chantent
Un vent coulis dans les cheveux

Vivre à l’italienne
Le repas sur la terrasse
L’œil sur le fleuve
Le printemps qui s’habille en fêtes
La vie qu’on voit en amour
Son prénom qu’on murmure
bonjour
Son souvenir, le meilleur
Des rêves qui raccompagnent la vie
Les oreilles plein la musique
Le bonheur en petit déjeuner
Des sourires dans l’assiette
Des yeux qui parlent de désirs
Etre femme pour le plaisir

mOTSaRT
Ven 11 Juin 2004, 02:06 par mOTSaRT sur La vie à deux

Portrait chinois

Si tu étais un dessert, tu serais une glace au citron.
Froid, amer, acide à la première bouchée,
Ta saveur tendre, douce et sucrée
Se dévoile et explose en mille neutrons

Si tu étais un personnage célèbre, tu serais le soldat inconnu.
Tous te connaissent et attestent de ta valeur,
Mais aucun ne connait tes combats, ce que recèlent tes profondeurs
Seul au milieu de tous, jamais tu ne mets ton âme à nu

Si tu étais un moment de la journée, tu serais la seconde avant le lever du soleil
Jamais totalement la nuit, jamais totalement le jour
Tu navigues entre deux mondes cherchant depuis toujours
La vie qui sera la tienne, tu attends l’éveil

Si tu étais un tableau, tu serais "La grande famille" ( Magritte)
Au milieu de ta tempète, perdu en pleine mer
Tu gardes au fond de toi, un petit coin de mystère
Un lieu de repos, une presqu’île

Si tu étais un phénomène naturel, tu serais la rosée
Tu apparais dans mes pensées le matin,
Comme un souvenir de mes rêves coquins
Qui me laisse humide et rassasiée

Si tu étais une chanson, tu serais "Le SOS d’un terrien en détresse"
Tu as parfois trop les pieds sur
Te demandant où est ta place, tu t’enterres
Ecoute ma voix, oublie ta tristesse.



Et pour vous... que serait-il/elle ?
Dim 30 Mai 2004, 21:03 par la marquise de sade sur L'amour en vrac

Je prends mon dernier rêve

Passi- Calogero
Citation:

Face à la mer,
J’aurais du grandir,
Face contre ,
J’aurais pu mourir
Je me relève je prends mon dernier rêve...


Perdue depuis longtemps dans une vie que j’n’avais pas voulu
Petit fille je rêvais d’une vie de princesse, au milieu des pailettes et des strass
Le grand bal sans pantoufle de vair qui se casse
Sur le perron d’une maison, jardin, fenêtre sur rue
Cendrillon 92, le prince charmant, 130 chevaux dans la carcasse
Charmée par les sujets, reine du fou, poête disparu

Face à l’amer
J’aurais pu m’enfuir
Face qui se
J’aurais pu m’en fuir
Je me relêve, je prends mon dernier rêve...

C’est un conte comme on en lit dans les livres pour enfants
Ils sont jeunes et beaux, ont tout pour plaire
Le ciel leur sourit, la vie, ils l’engloutissent, inconscients
Bonnie and Clyde, Romeo et Juliette, tous crèvent dans leur misère
Ils défient les lois et les romances, sont des dieux, des géants
Les extrêmes furent leur quotidien, les théories relativisèrent
Le plongeon vers l’absolu, la noyade dans le néant
La ligne, ils la suivirent sur la glace, trace blanche, prendre l’air

Face à l’amer
J’aurais pu m’enfuir
Face qui se
J’aurais pu m’en fuir
Je me relêve, je prends mon dernier rêve...

Descente des amants maudits vers l’enfer
Leur amour s’étouffe et s’emprisonne
Des coups de fous, des coups à faire
De coups de gueule, des coups qui sonnent
Les escapades de nuit, les fuites vers un sanctuaire
Leur amour se distille, l’absynthe de leur corps se consomme
S’éclipser, totale, disparaitre, oublier ce calvaire

Face à l’amer
J’aurais pu m’enfuir
Face qui se
J’aurais pu m’en fuir
Je me relêve, je prends mon dernier rêve...



La marquise... comme Calo-Passi, trop jeune pour mourir
Mar 25 Mai 2004, 21:46 par la marquise de sade sur L'amour en vrac

Il était une fois...

C’est pour toi que je chante, mon enfant bien aimée,
Tous ces mots qui me hantent depuis que tu es née.

Quand Aurore est venue, j’avais déjà vécu...

Avec ta tête blonde, au regard insouciant,
Tu découvrais le monde qui condamne l’innocent.

Quand Aurore s’est levée, j’ai bien cru rêver...

Tu découvres la de tes yeux océan
Qui se muent en rivière quand tu as un chagrin.

Quand Aurore a pleuré, j’ai connu la rosée...

Quand ma main prend la tienne pour un bout de chemin,
Je suis roc, tu es reine, sans peur des lendemains.

Quand Aurore a marché, moi j’ai dû cravacher...

Tu n’as pas froid aux yeux, défiant tous les dangers,
Désarmant les anxieux d’un sourire malicieux.

Quand Aurore me sourit, un soleil m’éblouit...

Premiers mots, premiers pas, ils étaient pour papa ;
N’en déplaise à maman que tu aimes tout autant.

Quand Aurore m’a parlé, j’me suis mis à chanter...
J’me suis mis à chanter, quand Aurore s’est couchée.

Que seras-tu demain, poète ou magicien
Quand papa soufflera son... ultime refrain ?

Quand Aurore souffrira, je ne serai plus là ;
Tu seras enfin Toi et l’aurore s’ouvrira....

Et Aurore chantera.
Ven 14 Mai 2004, 18:23 par Rose sur Un monde parfait
Page 14 sur 16 Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15, 16  Suivante

Ecrire sur terre

Ecrire sur terre Appel d'eau..., Regrets, J'attendrai, Le barbare, Un homme avertit en vaut deux..., Trop belle pour être aimée., Désir en ut mineur., Une route dans les étoiles., Au marché !, La lettre (deuxieme partie), à la manière de..., La dolce Vita, Portrait chinois, Je prends mon dernier rêve, Il était une fois...,
Il y a 230 textes utilisant le mot terre. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades, Tome 1)
E L James
JC Lattès
ITINERAIRE D UNE SCANDALEUSE
CLARA BASTEH
Pocket
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Les Principes d'Erthy
Olivier Le Marque
Editions le Cercle
Des désirs et des hommes
Francoise Simpère
Pocket
Journal intime de mon sexe
ANONYME
Pocket
J'ai renoncé à vous séduire
Pierre Sansot
Desclée de Brouwer
Le Parfum
Patrick Süskind
Le Livre de Poche
LE JOYAU
Jacques Monfer
Blanche
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

L'amour se peut appeler une sauce, propre à donner goût à toute viande.

Bénigne Poissenot.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Jeu 20 Juin 2024, 20:32
  • Nos membres ont écrit un total de 4446 textes
    Nous avons 1234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est brancher
  • Il y a en tout 27 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 27 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite