Sélection de livres

Chers Membres,

Comme vous l’avez sans doute remarqué, vous sur chaque page du site une sélection de livres.

Les livres en questions sont disponibles chez Amazon, et d’ailleurs la navigation vous entraînera sur leur site.

Les livres proposés sont dans des thématiques propres aux âmes tendres, et je l’espère , sauront vous plaire comme ils m’ont plu.

Enfin, si vous avez des livres de qualité à me suggérer pour enrichir cette rubrique, n’hésitez pas à m’en faire part.
Lun 27 Juin 2011, 11:49 par PetitPrince sur Annonces

Journal du néant

En espérant que ça vous plaise. =) Je ne poste qu’un petit peu du début, parce que je sais que les pavés ne donnent pas forcément envie de lire, mais j’en ai beaucoup plus si ça vous plait. Sinon, bah tant pis pour moi =)


PARTIE I : HIVER

"Just break the silence cause I’m drifting away, away from you."
(MUSENew Born)

Chapitre 1 : Décembre

Je m’appelle Maël, j’ai 22 ans et je vais mourir. Je sais, je ne devrais pas commencer par vous parler de ça. Sois parce que je ruine tout le suspens, sois parce que vous n’avez aucune envie de vous taper les délires dépressifs d’un cancéreux, et quelque part je vous comprends. Mais le fait est que je vais mourir, alors je préfères le dire tout de suite. Je ne sais pas encore quand, peut-être très bientôt, peut-être pas, mais la menace est là, plane au dessus de ma tête et noircie encore un peu plus le ciel déjà gris de Paris. Je vais mourir à cause d’un mot qui ne me disait rien avant. C’est dingue comme un seul mot devient menaçant alors que vous ne l’aviez jamais entendu auparavant. Et ce mot que vous ne connaissez pas, il vous parait pourtant déjà si familier, comme si vous aviez toujours su qu’il était là au fond de vous à attendre qu’on le révèle. Non, je n’ai pas été plus surpris que ça. Je ne saurais pas vous expliquer comme ça mais c’est comme si avant que ce mec chauve m’annonce son diagnostic, je savais que j’allais mourir comme ça. Un pauvre mec que je ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam mais que j’ai hais au premier regard. Et encore plus quand il m’a annoncé que j’étais malade. "Ce que j’ai a vous dire n’est pas facile". Arrête ton cirque, mec, la raison pour laquelle je dois t’appeler "docteur" est que tu annonce une mort certaine dans les six mois à venir à vingt personnes par jour. Je n’ai jamais trop compris cet aspect là de notre société. Comme le reste d’ailleurs....
J’ai appelé Andréas. Il a décroché en quelques secondes et l’imaginer pendu à son téléphone m’arracha un sourire malgré moi.

"Alors ?
- Bonjour, ça va merci et toi ?
- Déconne pas Maël, qu’est-ce qu’il t’a dit ?
- Myélome.
- ...
- Commence pas à faire le mec triste, tu sais même pas ce que ça veut dire.
- Je fais pas le mec triste, je fais le mec qui a pas compris.
- Un cancer des os.
- ...
- ...
- Là, je fais le mec triste, tu sais...
- ...
- Maël ?
- Hum ?
- Qu’est-ce qui va t’arriver ?
- Chimio et autres traitements qui vont bousiller mon corps et mon cerveau.
- Maël ?...
- ...
- Tu vas mourir ?
- ...
- Tu... tu vas mourir ?
- Les taux de guérison sont faibles, Andréas.
- ...
- Je ne rentrerais pas ce soir, j’ai besoin de faire le point. Seul.
- Maël..."

J’avais déjà raccroché. Je savais que si je l’écoutais encore, je serais rentré, et je ne pouvais pas le voir maintenant, vraiment pas. J’ai marché. Je voulais attendre la nuit. J’ai toujours préféré pleurer la nuit. Question de pudeur peut-être. J’ai marché dans Paris et je redécouvrais la ville. Des bâtiments immenses, hostiles, froid. Des gens ternes, le visage fermé, les yeux vides et la tête rentrée dans les épaules pour échapper à la morsure du froid.
J’avais envie de hurler après eux. Une envie viscérale, dévastatrice, qui m’arrachait les boyaux alors que je la contenais, les mains serrées en poings dans mes poches. Je voulais leur hurler de vivre, d’ouvrir les yeux et de regarder autour. Le monde n’est pas si dégueulasse qu’il voudrait nous faire croire, vraiment, alors regardez, vous peut-être quelque chose pour éclairer votre quotidien et afficher un sourire sur vos tronches, mais non, vous faites la gueule parce que vous avez raté votre bus et que le RER A est encore en grève. Vous avez passé une sale journée alors le monde entier va ramasser ce soir pour ce que votre patron vous a fait endurer. Vous faites la gueule, vous marchez sur les pieds de votre voisin sans vous excuser et vous vous en moquez. Vous lui cracheriez à la gueule si vous pouviez. Mais votre vie ne s’arrête pas pour ça, non, je vous jure que non. Vous pourriez ne pas avoir de travail, pas de patron pour vous ennuyer, et Kévin et Vanessa n’aurait pas leur téléphone portable dernier cri. D’ailleurs, ils n’auraient probablement pas à manger et vous vivriez tous dans un appartement minuscule. Vous pourriez aussi avoir 22 ans et apprendre que vous avez un cancer.
La nuit tombait enfin et j’arrivais presque. Quand j’arriverais, tout serait parfait. J’allumais une autre cigarette et tournait sur le quai des Grands Augustins. La lumière du soleil laissait doucement place à celles de la ville et une idée à traversé mon esprit. "Je suis un presque-réverbère." Quel poète, me direz-vous. Les réverbères sont des papillons de nuit recyclables, vous savez. Ils meurent chaque matins et renaissent chaque soir. Ils sont les espoirs futiles des paumés de mon espèce, l’espoir mort-né que demain sera plus beau qu’aujourd’hui. Ce soir, ils ne veulent plus rien dire pour moi, et ça ne sera plus jamais le cas. Je suis un presque-réverbère qui ne renaitra pas demain. Je suis un papillon qui ne finira pas la nuit. Demain aurait été plus beau qu’aujourd’hui. Peut-être pas.
Quelque taches sur les poumons plus tard, j’arrivais. Le Pont Neuf me faisait les yeux doux et les passants me regardaient d’un sale œil. Qui était donc ce type mal rasé avec ses yeux rouges et son écharpe ridicule qui venait leur gâcher la vue ? Surement un alcoolique de plus qui pleure parce qu’il a l’alcool triste. Quoi que, regarde ces cernes, c’est peut-être un héroïnomane en manque. Tu crois qu’on devrait partir avant qu’il nous agresse ? Je n’agresserais personne messieurs dames, ne vous inquiétez pas pour ça. Par contre je vais rester un peu vous ruiner la vue, mais je me moque de ce que vous en pensez. Et puis mon écharpe n’est pas ridicule, elle est orange, et elle est à Andréas. Elle sent la vanille et l’après-rasage, et si vous saviez comme elle sent bon. Si j’avais du choisir une seule chose à cet instant, ça aurait été ses bras autour de moi, ses lèvres dans mon cou, son odeur partout. Son souffle qui me rend dingue sur ma peau glacée.
Au milieu du pont, j’enjambais la pierre et m’asseyais les jambes dans le vide. Non, personne ne vint me dire de m’enlever de là, que c’était dangereux. Vous savez, les gens voient ce qu’ils veulent voir ici, et on a d’autre choses à faire un jeudi soir de décembre que de jouer les psy avec les suicidaires du Pont Neuf. L’eau froide courait en silence sous mes pieds. Une autre cigarette, la dernière. Le vide glacé. De la fumée brûlante. Et puis plus rien.
Mar 23 Fév 2010, 02:15 par June sur Histoires d'amour

Marcher avec des hongres pour un enfant

Je vous laisse découvrir le message d’un ami journaliste, merci de votre attention :

"Bonjour ! Nous marchons avec nos deux ânes, Marius et Bandit, dans le Vercors, depuis maintenant 14 jours... Nous marchons pour recueillir des dons pour l’association "Gabriel". FR3 Rhône Alpes nous a filmé et le petit reportage est encore visible sur http://www.facebook.com/l/;rhone-alpes-auvergne.france3.fr/info/alpes/
Vous pouvez aussi nous suivre et partager l’aventure sur le blog :
http://www.facebook.com/l/;vercors09.blogspot.com/
où vous les coordonnées pour les dons... Les paysages sont magnifiques, les sentiers parfois rudes, mais nous allons de découvertes en découvertes et c’est formidable !! On serait très heureux de vous rencontrer à ROUSSET LES VIGNES le 23 août vers 18H pour notre retour, la municipalité organise un petit apéro sur la place du village!! VENEZ ET AMENEZ VOS AMIS... FAITES LE SAVOIR... A BIENTOT !!!!!!! "

JOËLLE, STEPHANE, MARIUS ET BANDIT
Dim 16 Août 2009, 09:23 par dolce vita sur Annonces

Revue littéraire : appel aux participants

Bonjour tous,

Ca fait longtemps que je n’étais plus venue trainer mes guêtres par ici, surtout par manque de temps.

Depuis quelques semaines, j’ai pris en main la création d’une revue artistique avec quelques compagnons de connexion.

Pulp.com est un mag qui a pour objectif de mettre en avant des internautes bourrés de talents et bien trop ignorés du circuit habituel de l’édition en leur offrant quelques pages pour publier leurs travaux. Nouvelles, poésies, articles, photographies, dessins, critiques, ... le mag se veut volontairement hétéroclite pour ressembler un maximum de personnes dans un nombre - hélas - limité de pages.
C’est une revue bimestrielle. Le premier numéro vient de sortir il y a quelques jours et n’a reçu pour l’instant que des avis plutôt positifs, ainsi que quelques conseils pour s’améliorer.

Faite par des internautes-artistes-amateurs, Pulp.com est destiné à des internautes, à des artistes et à tous les amateurs d’art.




Nous commençons déjà à préparer le numéro 2 et c’est peut-être là que ça devient le plus intéressant pour vous.
Vous aimez écrire, vous êtes photographes amateurs, dessinateurs, graphistes, poètes, nouvellistes ? Il y a de la place pour vous. Envoyez votre travail, nous le lirons et nous essayerons de le publier dans un prochain numéro.

Il n’y a rien à payer pour vous, c’est gratuit bien entendu. Vous nous prêtez une œuvre le temps d’un numéro, nous vous le rendons dans le même état juste après !
La revue se vend au prix de 4euros ce qui couvre uniquement le coût de l’impression et des frais d’envoi. Vous, vous la recevez gratuitement si vous y avez participé. Échange de bons procédés.

Faites passer le message autour de vous, si vous connaissez des artistes amateurs, tentez votre chance si vos textes prennent la poussière.

Vous d’autres informations sur la revue sur le blog : http://pulpcom.canalblog.com/


Et puis pour les amateurs de concours, il y en a un dans chaque numéro.
Le gagnant sera publié dans la revue suivante.

Le sujet de ce premier concours est "Une balle de trop".

(le règlement de Pulp.com est ici)

Le mail de la revue pour envoyer vos propositions : pulp.comcontact@gmail.com



A bientôt
sans doute
Ven 13 Mars 2009, 16:35 par la marquise de sade sur Annonces

Promenons-nous

Saluons le travail remarquable de dolce vita qui reprend le flambeau des correcteurs et se baguenaude dans nos textes pour en traquer les fautes d’orthographe. Fantastique.

La ballade amoureuse est désormais disponible pour tout le monde, que l’on soit connecté ou non.

Pour ceux et celles qui ont oublié ou qui ne savent pas, la ballade amoureuse est un lien permettant de lire d’anciens textes postés sur ce site. Les textes sont tirés aléatoirement toutes les semaines.

Vous le lien un peu plus bas dans cette colonne.

Bonne promenade clin
Mar 23 Mai 2006, 19:27 par PetitPrince sur Edito

Tout nu.

Le petit creux qui prend de la place,
Et l’indulgence au bord des larmes,
Un soir où je n’eu plus de mots,
Sans pour autant rendre les armes,

Je vous écris, à vous les anges.

Démons du doute, de l’amertume,
Je plie sans céder à vos charmes,
Ceux là qui changent un poids en plume
Passez chemin vampires de l’âme !

J’ai cueilli le rire à ses yeux,
Et j’ai serré son cœur dans mes bras ;
Alors je peux verser toutes mes larmes,
Comme un brave, sans combat,

Je vous écris, à vous les anges.

S’il me faut aimer encore un jour,
Un matin pâle vous me ,
Debout comme au premier des jours,
Et ce jusqu’au dernier.
Mar 10 Jan 2006, 20:28 par PetitPrince sur L'amour en vrac

10 Questions à un oulipien

Interview réalisée par PetitPrince

Obni, est un amateur d’ecriture et de bons mots. Sur son blog, vous , des mises en oeuvres d’exercices de l’oulipo, des interviews loufoques, des travaux d’images, mais aussi, un texte d’une beauté rare, intitulé "Elle s’approche" accessible ici.

Aprés l’avoir lu, vous comrendrez instantanément, que la technique lorsqu’elle est mise au service de l’évocation, permet d’aller plus loin dans la force des représentations, dans la beauté.

Obni nous tend la main pour aller dans son monde Oulipien en répondant à une petite interview de 10 questions:


PP: Obni, comment as tu découvert l’Oulipo ?

O: En lisant Raymond Queneau puis en m’intéressant à ce mouvement et à ses jeux littéraires. J’en suis très friand.

PP: Qu’est ce qui te plait dans l’écriture "à contrainte" ?

O: D’abord le défi, mais aussi l’entraînement, un peu comme les arpèges ou les vocalises le sont pour un musicien.

PP: T’en sers tu pour écrire des textes plus classiques ?

O: De temps à autre. J’aime parsemer ici et là des loufoqueries.

PP: Les exercices d’écriture permettent-ils à ton sens de progresser en écriture ?

O: Oui. Cela oblige à la rigueur et à l’inventivité. Comme je l’ai dit plus haut, c’est un peu comme des longueurs de bassin pour un nageur, des charges à soulever pour un athlète ou des gammes pour un musicien.

PP: L’écriture technique est elle froide et sans sentiments ?

O: Tout dépend de celui qui écrit. Quand on lit Perec dans la disparition, au bout d’un moment, le texte noud parait normalement écrit, les sentiments y sont exprimés avec vigueur. Pour ce qui est de Queneau, ses inventions n’ont jamais altéré la richesse de la langue qu’il écrivait.

PP: Selon toi que signifie " Bidonner le maquereau en saucissonnant son ombrelle " ?

O: C’est une expression ancienne issue du mandchou. Elle est encore utilisée de nos jours en Mer de Chine par les marins de Koh Samui. lorsque la pêche s’effectue jonque éteinte, les filets sont dispersés au fil de l’eau, en utilisant des sortes de bidon en jonc tressé en forme d’ellipse à double spirales. Cette technique emprisonne le poisson, on pense bien sûr aux maquereaux qui sont les plus abondants dans ces eaux. Or le maquereau est véloce et lorsqu’il se sent prisonnier dans le bidon, il utilise sa nageoire caudale comme un tire-bouchon pour se libérer. Cette nageoire était appelée ombrelle par certains tenanciers de bars louches de Macao. D’où l’expression.

PP: Pourrais tu décrire ta journée d’hier sans utiliser la lettre " e ".

O: Au matin, j’ai bu un lait chaud puis j’ai couru dans la maison pour la gym. Plus tard, j’ai cru voir un babouin mais il a fui.

PP: Pourrais tu la décrire en n’utilisant que la lettre " e ".


O: Près de l’été, je pense dès le lever. Je recréé ce même rêve éternel et dressé tels des spectres : Et j’emmène des fées ! Et je m’exerce en serments. Et je mène le sel ! Et j’en perds le geste et le temps !

PP: Envisages-tu d’écrire un livre, un jour, peut être, si tu as le
temps ?


O: Pourquoi pas. Peut-être sur le Net.

PP: Quel ouvrage truculent nous conseilles tu de lire ?

O: D’abord "Les Fleurs Bleues" et "Zazie dans le métro" de Raymond Queneau, puis "La Disparition" de Perec, enfin "Si par une nuit d’hiver un voyageur" d’Italo Calvino et "L’écume des jours" de Boris Vian. Mais il y en a tant et tant... J’aime aussi Amélie Nothomb.

PP: Obni, merci !
Jeu 09 Sep 2004, 21:38 par PetitPrince sur Articles

De la poésie

J’ai lu je ne sais plus trop ou que le parcourt d’un écrivain commençait par des balbutiements poétiques, puis l’étape du texte un peu plus construit sous forme de récit ou de nouvelle était atteinte, pour ensuite se diriger vers la consécration, le roman. Tout un programme. Si effectivement j’encourage aujourd’hui les membres ayant posté de la poésie à suivre mon panache (blanc ?) et s’atteler à l’exercice du récit, il n’en demeure pas moins que les textes poétiques doivent continuer à être produits sur le site. Oui, mais la poésie, c’est quoi ? Comment on s’y prend.

Il existe le principe de la rime, et du pied (nombre de syllabe d’un vers, un alexandrin fait douze pieds par exemple), ainsi que le nombre de vers dans le poème qui peut servir de base pour l’exercice d’écriture du poème.

Pour anecdote, un dialogue jouissif dans Asterix et Cléopatre, qui montre que l’habitant d’aléxandrie à du talent ( ;) ):
Numérobis à Panoramix : Je suis mon cher ami, trés heureux de vous voir.
Panoramix à Asterix : C’est un alexandrin.

Le nombre de pied dans un ver crée une émotion inhérente particulière. L’alexandrin avec ses douze pieds est propre à rendre le comique par sa faculté à faire deviner la chute de la rime, le décadrin, vers de dix syllabes comportant une césure à la quatrième syllabe, rend un effet dynamique comme le nombre de syllabes dans les deux hémistiches va croissant. On distingue aussi les vers pairs des vers impairs, comme ceux de Verlaine par exemple. Je ne vais pas tous les lister ici, mais vous plus d’informations dans "Introduction à la versification", chez Dunod.

Personnellement , j’aime à défoncer ces règles de structure et de symétrie, probablement mon esprit rebelle, et ne pas faire ce que les biens pensants poétique estiment de correct.

Pour enrichir votre opinion, je vous livre ici le lien vers un article ô combien enrichissant, puisque l’auteur Alain-Christophe Restrat, explique que "[...]Pour un poète il ne s’agit pas de dire qu’il pleut. Il s’agit de créer la pluie [...]"

Ven 20 Août 2004, 08:11 par PetitPrince sur Articles

C'est pas toujours aussi beau

Déja dans un premier temps bien mon salut à tout le monde

J’ai lu avec attention les posts dans cette rubrique. J’ai été agréablement surprise mais je voulais quand même rajouter quelques petites choses.

Toutes ces histoires d’amour j’y ai cru aussi. Room, mp, mail, sms et les heures passées au téléphone (d’ailleurs vla les factures tsur ) .J’y ai cru une première fois puis une deuxième et une troisième. Après j’ai dit ça suffit. Car même si il y a eu de bons moments je crois que le retour à la réalité n’en a été que plus douloureux. Si j ai des regrets ? oui énormes, car en fait ce qu il ne faut pas oublier de dire c’est que la plupart du temps sur le net on trouve des hommes d’un soir et quand ils vous complimentent en mp il faut savoir qu’à côté il y a d’autres mp dans le même style. Je ne dis pas que tous les mecs sont comme ca car j’ai bien eu des copains qui pleuraient car il s’étaient fait avoir aussi.

Je dis ça pour les gens qui ne sont pas habitués aux tchats. Les histoires précédentes sont très belles et je suis contente pour ces internautes mais n’allez pas croire que vous forcément l’homme de votre vie sur internet.

Bon j’espère que vous m’en voudrez pas trop ouin mais j’avais besoin de le dire.
Mar 10 Fév 2004, 21:13 par pyjama sur Amour internet

Petit dictionnaire des expressions imagées

Pour l’instant sur ma caisse de chevet, vous un ouvrage intitulé « La puce à l’oreille - les expressions imagées et leur histoire » de Claude Duneton… Je ne résiste pas au plaisir de vous donner l’explication d’une expression bien de chez nous … debile

« Avoir la gaule »
C’est avoir une érection naturelle de la verge comme dit Furetière pour bander… L’expression paraît dater de la fin du XIXè siècle :

Nibé, Môme ! … Alorss.. t’es ma neuve ?
Ben j’en r’viens pas… j’en suis comm’ saoul,
J’peux pus cracher … j’ai l’sang qui m’bout ;
Tu parl’s si pour toi j’ai la gaule !
(Jehan Rictus, Le cœur populaire, vers 1900)


Au-delà de l’idée de simple bandaison, toutefois, avoir la gaule semble exprimer à la fois une effusion générale de tout le corps, de désir éperdu, comme dans l’exemple de Rictus, mais aussi une bonne santé, une satisfaction proche de la joie de vivre. La gaule est un outil agreste et léger, qui est au cueille-fruits ce qu’une partie de jambes en l’air est au planning familial. C’est vrai qu’il fait avoir le moral…
Voici une utilisation récente du mot qui permet de rapprocher le poète Jehan Rictus et le poète Renaud Séchan :

T’as ptete raison, j’te parle comme un vieux con,
Mais j’suis un vieux con vivant,
J’ai la gaule, suis content.
(Renaud Séchan, La blanche, 1981)


La marquise … petite Roberte illustrée cool
Mar 13 Jan 2004, 11:27 par la marquise de sade sur Articles
Page 1 sur 1

Ecrire sur trouverez

Ecrire sur trouverez Sélection de livres, Journal du néant, Marcher avec des hongres pour un enfant, Revue littéraire : appel aux participants, Promenons-nous, Tout nu., 10 Questions à un oulipien, De la poésie, C'est pas toujours aussi beau, Petit dictionnaire des expressions imagées,
Il y a 10 textes utilisant le mot trouverez. Ces pages présentent les textes correspondant.

Bonne lecture !

Derniers textes

Livres recommandables

Éloge des femmes mûres: Les souvenirs amoureux d'András Vajda
Stephen Vizinczey
Folio
Le carnet de Rose : Suivi Sept nuits et l'exclue
Alina Reyes
Pocket
Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Journal intime de mon sexe
Anonyme
Pocket
La Pharmacienne
Esparbec
La Musardine
Grammaire érotique
Laurin Jacques
La Musardine
Infidèles : Nouvelles érotiques
Martin Laliberté
J'ai lu
On ne badine pas avec l'amour à 1,55 euros
Alfred MUSSET (de)
Pocket
Itinéraire d'une scandaleuse
Clara Basteh
Pocket
Les fables de l'Humpur
Pierre Bordage
Editions 84


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Un baiser fait moins de bruit qu'un canon mais l'écho en dure plus longtemps.

Oliver Wendell Holmes.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017, 18:48
  • Nos membres ont écrit un total de 4435 textes
    Nous avons 1232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Maria1996
  • Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 11 Invités et 0 Bots   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Aucun
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite